Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Dimanche nous serons 7 milliards, et alors ?

Dimanche nous serons 7 milliards, et alors ?

Dimanche nous serons 7 milliards d’humains : pourquoi certains en font tout un monde ?
Nous étions 250 millions de Terriens en l’an 1, 350 millions en l’an 1000 (notez la relative stabilité du premier millénaire…), environ 500 millions en l’an 1500, puis c’est en 1800 que l’on franchit la barre du milliard, pour en atteindre 2 en 1930, puis 3 en 1960, 4 en 1975, 6 en 2000, 7 en 2011. Déduction faite des décès, quelque 220.000 humains supplémentaires apparaissent chaque jour dans un contexte environnemental qui laisse de plus en plus à désirer. Cette soudaine accélération démographique est indubitablement à mettre sur le compte des « bienfaits » du progrès. On prédit 8 milliards pour 2025 et plus de 9 pour 2050. Au-delà, par exemples 17 milliards en 2100, on craint le pire.

À chacun sa planète

Deux planètes pour deux points de vue divergents : les certitudes du démographe, et celles de l'écologue.

Pour le démographe, il y aurait encore de la place pour les humains et du soleil pour tout le monde, même si un milliard de personnes sont aujourd’hui en état de sous-nutrition. Pour l’écologue, la planète est devenue petite, il n’y aurait plus assez de place pour la Nature, et l’homme a besoin de cette Nature et des ressources pour vivre.

Les vertueux prétendent qu'il serait honteusement malthusien et malvenu de nous réduire, que l’idée même frôle l’eugénisme, qu'il y a de la place et des ressources pour tous. Bien que très hasardeux, un tel postulat demanderait néanmoins que l’on balance par-dessus bord les autres espèces. En occupant chaque jour plus de territoire, nous avons déjà colonisé l’essentiel des habitats naturels, déconstruit presque tous les écosystèmes et contribué au recul et à l’extinction d’un nombre faramineux d’espèces végétales et animales. À tel point que nous avons fondé des institutions chargées d’une comptabilité de plus en plus pingre de plantes et d’animaux que nous avons poussés au bout du rouleau. Ce Vivant à l’état de peau de chagrin ne va pas, non plus, dans le sens de notre survie sur Terre, laquelle ne pourra se faire envers et contre la biodiversité, les sols, les forêts, les mers… Un humanisme suprématiste et focalisé sur l’acceptation d’une surpopulation humaine envahissante et destructrice va à l’encontre de la vraie thèse d’un minimum de considération écologique dont le crédo est qu’aucun végétal, qu’aucun animal ne doit disparaître de la surface du globe par la faute de l’homme. Nous sommes pourtant entrés dans la sixième phase d’extinction massive d’espèces, la première pour cause anthropique.

Le rythme de croissance de la population mondiale est actuellement de presque un milliard de nouveaux individus par décennie. 350 millions de femmes n'ont pas encore obtenu accès à un éventail de moyens contraceptifs efficaces et sans danger, ce qui fait que chaque année 175 millions de grossesses ne sont pas désirées ou interviennent à un moment inopportun. Près de 40 millions d'avortements sont annuellement pratiqués, souvent dans des conditions très aléatoires. 227 femmes en meurent quotidiennement. Environ 4,5 milliards de personnes, soit près de 3 Terriens sur 4, habitent dans les pays en développement, et un milliard d’entre eux subsistent dans des conditions infrahumaines.

Les démographes prétendent qu’après un long ralentissement, la population mondiale devrait se stabiliser autour de 11 milliards en 2200. C’est beaucoup trop, non pas compte tenu de la planète originelle, mais de l’état d’usure du milieu de vie et du tarissement déjà avéré des ressources, Alors dans un ou deux siècle, cette Terre sera notre fosse commune.

La reproduction est un phénomène naturel à toutes les espèces, et notamment chez celles opportunistes qui doivent dominer leur habitat. Cela existe chez les rats, les cafards, les mouches ou les papillons. L’homme, dont l’instinct est fondu à la conscience, primate calculateur par excellence, a conceptualisé cette tendance naturelle afin d’en tirer une stratégie d’avenir tribal, familial, nombriliste, longévif : celle d’assurer sa descendance, et par là même la sécurité de ses vieux jours.

La Terre n’est ni extensible, ni rechargeable. L’avenir ne nous commande plus l’expansion, mais la récession sous forme de décroissance natale et économique. Moins nous serons nombreux, plus nous serons prospères, voire heureux. Quelques générations vouées à seulement un enfant par femme, voire assurer un avantage fiscal aux couples qui n’enfanteraient pas, correspondraient à une mentalité nettement plus écoconsciente et respectueuse que celle d’allocations familiales comme gratification sociale.

Si en Chine et au Vietnam le caractère coercitif du contrôle des naissances, ou en Inde la politique de stérilisation plus ou moins volontaire, ne se font guère ressentir dans la moyenne planétaire, c’est évidemment en raison du nombre effarant d’individus. Mais qu’en serait-il si, à l’instar des habitants des favelas sud-américaines ou des beaux quartiers des capitales européennes, on y faisait cinq ou six enfants par couple ?

Les discours procréateurs sont toujours acclamés, notamment par ceux qui n’y perçoivent pas l’irréalisme, voire le cynisme, bien que la mise en pratique de ces discours soit la cause de leur misère quotidienne. Si elles acceptent de régresser, les sociétés obèses détiennent la clé budgétaire pour assister celles faméliques. L’Occident aura alors moins à redouter des ventres pleins que de ceux vides, et les gens qui sont à l’aise chez eux n’ont aucune envie d’aller chercher des eldorados. Ce n’est pas le cas des Haïtiens, des Cariocas, des Cairotes ou des Bangladais, des Thaïs et des Malais, qui, l’estomac resserré, ne se découragent pas de reproduire pour envoyer leurs enfants chercher des pépites d’or dans les immondices ou proposer leur corps à la transgression morale du tourisme sexuel.

PNG - 213.6 ko

La surpopulation est un crime contre l’humanité

Suggérer de modérer la démographie d’un monde en proie à la surpopulation semble relever de l’outrage, de l’infamie, tant le thème appartient à la langue de bois. Où sont les suggestions dénatalistes dans les pactes et les sermons écologiques ? Une telle frilosité en dit long sur le charlatanisme des auteurs, peu enclins à perdre de l’audience et dont le souci premier est de plaire, quitte à renoncer à l’audace d’une vraie vérité dérangeante et pourtant intrinsèque à tout sauvetage planétaire. Nous feignons d’ignorer la finitude d’un monde dans laquelle notre multitude puise allègrement et sans relâche, nous ne devrions pas avoir le désir d’une descendance qui ne recevra en héritage que des lambeaux et des restes. N’en déplaise à l’ignoble propagande religieuse, il n’y a qu’une raison légitime et écomalthusienne de ne pas avoir d’enfant, c’est de ne pas surpeupler davantage la seule planète dont nous disposons. Si on aime les enfants, il ne faut donc pas en faire, ou prendre le risque de n’en faire qu’un seul, un dernier, et bien aimé.

Il faut quelque chose de plus qu’un couple pour faire un enfant, il faut au moins une planète viable. Posséder une famille nombreuse n’est-il pas un délit environnemental, une grave atteinte à la planète et à l’avenir commun ? Pour un ami de la Terre, toute abstinence à la procréation humaine, toute pénurie des naissances sont reçues comme de bonnes nouvelles. Nous occupons indûment les niches de toutes les autres grandes espèces que nous avons expulsées et cela se poursuit au quotidien, chaque fois que l’abattage d’un arbre de la forêt pluviale fait reculer un discret orang-outan. Imaginons un peu une Terre surpeuplée de 7 milliards d’orangs-outangs ou de rhinocéros. La liberté écologique de notre espèce humaine devrait s’arrêter là où commence celle des autres espèces.

La bourse ou la vie ? Les retraites ou la planète ? Mieux vaux sauver la planète que les retraites ! Le souci des pensions ne se pose pas pour les pays pauvres mais occupe indûment notre conscience de nantis. En ce qui concerne la protection des anciens, il faut tout simplement construire la retraite avec des prélèvements sur les bénéfices, et non sur la masse salariale. C’est aussi plus juste et logique car une entreprise qui fait du gros bénéfice avec une petite masse salariale ne fait que profiter de tous les avantages de la société sans échange.

Il n’est peut-être jamais trop tard et que vienne alors le grand coïtus interruptus planétaire qui permettrait à la Terre de souffler un peu ! Sans peur ni reproche du métissage, le renouvellement des générations des pays développés devra se faire par les immigrants, au grand dam des suprématistes blancs et fanatiques, hélas toujours bien en place aux commandes du destin planétaire.

La survie de l’humanité dépend du possible, et non de l’impossible.

L’impossible, c’est une meilleure gestion et répartition des ressources. On a tout essayé depuis des lustres et même la morale égalitaire, notamment professée par le grand livre n’a pas donné les résultats escomptés, peu s’en faut ! Refuser d’aborder le sujet, c’est accepter une certaine bestialité de l’homme, estimant que la procréation est naturelle, indiscutable et se désintéressant de sa destinée. Continuer à ne rien faire, c’est provoquer la haine l'emportera encore comme les États et leurs polices armées la promeuvent depuis des siècles, avec l'enfantement comme combustible. Le possible pour cultiver les futurs, c’est d’encourager une mondialisation de la dénatalité. Vivre moins nombreux pour que tout le monde puisse tout simplement vivre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • thomthom 27 octobre 2011 10:04

    on y viendra... je ne sais pas quand, mais on y viendra un jour ou l’autre !


    • Alpo47 Alpo47 27 octobre 2011 15:33

      Et « on » est bien certain que c’est exactement 7 milliards, ce dimanche ????? Alors que la moitié de la planète n’a pas de recensement sérieux...
      Et je parie qu’« ON » va donner un diplôme à un bébé ... le 7 milliardième ... c’est sur.

      Pourquoi cesser de nous prendre pour des idiots puisque cela marche toujours ?


    • Yvance77 27 octobre 2011 10:06

      Salut,

      Moi que les idées malthusiennes ne dérangent point, et je n’en ai aucune honte, je demande simplement à ce que l’on réponde à cette question simple :

      - En quoi, d’être dix milliards demain est un bienfait ?

      Le monde est un produit fini, la démographie devrait s’adapter à cela in fine.


      • devphil30 devphil30 27 octobre 2011 10:17

        Plus d’humains , plus d’occupation de l’espace , moins de terres cultivables, plus de pollution 


        Il faut effectivement mettre en place une limitation des naissances au niveau mondial de façon à équilibrer les naissances en fonction du nombre d’humains par pays et suivant la surface habitable propre à chaque pays.
        Mais ces belles phrases n’ont de sens que :
        - si la religion modifie sa doctrine
        - si une politique non nataliste peu être véritablement mise en place ( contraception , incitation ) 
        - Accord commun entre les nations 

        La vieille idée de dominer par le nombre d’habitants existent encore dans un monde de plus en plus conflictuel et instable nous ne sommes pas prêt d’arrêter de croître au dépend de la nature et ensuite nos propres dépend quand il n’y aura plus aucune espèce à détruire.

        Philippe 

        • tikhomir 27 octobre 2011 10:24

          "Refuser d’aborder le sujet, c’est accepter une certaine bestialité de l’homme, estimant que la procréation est naturelle, indiscutable et se désintéressant de sa destinée."

          Je serais curieux de savoir, du point de vue de l’auteur, quelle est la destinée de l’Homme...


          • foufouille foufouille 27 octobre 2011 11:36

            les autres devraient vivre dans les bois
            et mourrir a 35a


          • Abou Antoun Abou Antoun 27 octobre 2011 12:38

            les autres devraient vivre dans les bois
            et mourrir a 35a

            Ne vaudrait-il pas mieux qu’ils meurent à -0.75 ans ?


          • foufouille foufouille 27 octobre 2011 14:19

            ca depend
            les pertes a la naissance sont elevees dans les bois
            surtout avec des fringues en feuille morte


          • appoline appoline 27 octobre 2011 20:14

            Qui déjà disait qu’il ne se faisant pas plus d’illusions sur son propre devenir et du devenir de l’humanité ? Saint Ex je crois. L’être humain est bien trop bête pour admettre ses erreurs et encore plus bête de ne pas les rectifier.


          • roro46 28 octobre 2011 01:24

            « les autres devraient vivre dans les bois
            et mourrir a 35a »

            ,,,
            depuis quand les humains vivant « dans les bois » (! !!) meurent-ils à 35 ans


          • Gabriel Gabriel 27 octobre 2011 11:11

            La surpopulation est le problème à gérer en priorité. De celui-ci en découle tous les autres (Surconsommation, pollution, famine etc, etc…) Notre planète dans l’état actuel de nos connaissances et nos modes de gestion peut accueillir et faire vivre décemment éventuellement 5 à 6 milliards d’êtres humains, au-delà on empile les catastrophes. Gérer la surpopulation sera incontournable à terme, maintenant comment et selon quelles règles, vaste débat...


            • Strawman Strawman 27 octobre 2011 11:32

              "Notre planète dans l’état actuel de nos connaissances et nos modes de gestion peut accueillir et faire vivre décemment éventuellement 5 à 6 milliards d’êtres humains« 

              Chimère. Nous ne vivons »décemment" que grâce aux ressources fossiles accumulées pendant des millions d’années. Sans pétrole ni gaz nous reviendrions à la population pré-industrielle, c’est-à-dire moins d’un milliard de personnes.


            • Abou Antoun Abou Antoun 27 octobre 2011 12:22

              Chimère. Nous ne vivons « décemment » que grâce aux ressources fossiles accumulées pendant des millions d’années. Sans pétrole ni gaz nous reviendrions à la population pré-industrielle, c’est-à-dire moins d’un milliard de personnes.
              Bien vu !
              La théorie des ’peaks’ c’est du sérieux :
              Peak-oil
              Peak-gas
              etc...
              Sans parler de 7 ou 8 ou 10 milliards d’habitants. Il faut calculer combien d’individus la terre peut réellement porter en tenant compte des services incompressibles, nourriture, chauffage, éducation, soins.
              Le peak-oil est déjà passé (tout le monde est d’accord là-dessus), ce n’est que la crise financière qui ralentit (heureusement) la demande et font que les cours ne s’envolent pas.
              L’énergie nucléaire est mal maîtrisée, les accidents récents le démontrent et de toutes façons les matériaux fissiles sont eux-aussi en quantité limitée.
              Bref, le problème de l’énergie n’est pas maîtrisé.
              Le serait-il que la situation ne serait pas meilleure, car il faut toujours manger, boire et conserver le patrimoine biologique de la terre.
              Sans parler d’augmentation contrôlée la population humaine est condamnée à décroître. Sa seule chance de survie est de le faire d’une façon volontaire et contrôlée.
              Tous ces politiciens qui voient des solutions dans la croissance économique sont au mieux des imbéciles au pire des criminels, en fait certainement un peu des deux.


            • appoline appoline 27 octobre 2011 20:17

              Mangez vous les uns les autres ; ah, c’était aimer vous les uns les autres. Ca, ça reste à voir, la première solution reste encore la plus probable.


            • Patrick Samba Patrick Samba 28 octobre 2011 13:23

              Bonjour Gabriel,

              Ainsi avez-vous défini votre profil : « J’observe et j’espère mais putain ça fatigue !!! »

              A lire votre présent commentaire, on ne s’en étonne pas !


            • TSS 27 octobre 2011 13:23

              DIMANCHE NOUS SERONT 7 MILLIARDS,ET ALORS ?

              Alors, la terre peut nourrir 3 milliards d’individus(comme en 1960) c’est tout ... !!


              • ZEN ZEN 27 octobre 2011 13:54

                _La notion de bombe démographique, naguère agitée comme menace, doit être aujourd’hui critiquée ou fortement nuancée. Les présupposés en sont souvent biaisés. Si certains pays, comme l’Egypte ou le Bangladesh ont un niveau de population inquiétant par rapport aux limites des terres cultivées, c’est aussi par défaut d’éducation (des filles notamment) et d’organisation de la politique économique.
                Viser à la stabilisation des populations me semble une urgence, mais les moyens ne peuvent qu’être que culturels (éducation surtout) et politiques (choix économiques)

                _______Faudrait-il donc cesser d’avoir des enfants pour sauver la planète ?


                • lsga lsga 27 octobre 2011 14:16

                  Pour ceux qui n’ont pas les pieds sur terre, et qui croient que 7 milliards c’est beaucoup ’trop’ ; un ptit rappelle de l’avenir de l’humanité :









                  • lsga lsga 27 octobre 2011 14:27

                    arff, c’est si beau je ne peux pas m’empêcher de vous mettre d’autres liens :


                    Sphère de Bernal ( coquille creuse de 1,6 km de diamètre, avec une population de 20 000 à 30 000 personnes. La sphère est remplie d’air) :

                    Tore de Stanford ( tore de un mile (1 609 mètres) de diamètre qui tourne une fois par minute pour fournir une gravité équivalente à celle de la Terre à l’intérieur, du côté du grand cercle. Sa taille lui permet d’héberger jusqu’à 10 000 résidents permanents) :
                    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/73/Stanford_torus_under_con struction.jpg

                    Cylindre O’Neil (deux cylindres à rotation inversée, de trois kilomètres de rayon et trente kilomètres de longueur chacun. Chaque cylindre est composé de six tranches d’égale surface qui courent tout le long du cylindre. Trois sont des surfaces de type « fenêtre » (permettant la lumière solaire d’entrer) et trois autres sont de type « terre ». De plus, un anneau d’agriculture extérieur de quinze kilomètres de rayon tourne à une vitesse différente pour les cultures. L’unité de production est située au centre, derrière l’antenne satellite, pour subir un minimum de gravité afin de favoriser certains procédés industriels. Les colonies seraient stabilisées au niveau des points de Lagrange et subviendraient à leurs besoins grâce à l’énergie solaire.) :
                    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/Spacecolony3edit.jpeg



                    • kemilein 27 octobre 2011 15:17

                      tien ma rouge (ton avatar) une spéciale pour toi (mais qui s’adresse a tout le monde).

                      le natalisme est en réalité une chose très simple a comprendre
                      - d’une part celui-ci est sacralisé par l’Eglise et nous sommes toujours dans les pas de son moralisme (voila pour ta corde laïque l’affranchie),

                      - il existe une certaine peur instrumentalisé via les KKK et hitler avec l’eugenisme

                      - d’autre part en économie moins une matière est rare moins elle vaut chère, plus les humains sont nombreux moins ils valent cher au travail et oui vous êtes déjà des produits de consommations ;) souriez on vous entube.


                    • lsga lsga 27 octobre 2011 15:26

                      Et oui... Mais la civilisation humaine a 5.000ans (12.000 si on croit aux délires atlantistes.).


                      Dans 12.000 ans, le capitalisme, le christianisme, le natalisme, le malthusianisme, et consortisme seront oubliés. Et pis, on sera bien bien bien plus de 7 petits milliards...

                      http://troll.me/images/sad-frog/you-were-born-too-early-youll-never-explore-your-fictional-world-of-choice-through-virtual-reality-thumb.jpg


                      Vous vous demandez ’combien d’être humains la Terre peut-elle nourrir ?’
                      Je me demande combien d’être humains faut-il pour coloniser le système solaire. 

                    • kemilein 27 octobre 2011 15:37

                      concernant le futurisme

                      il n’y aura aucune pâturage stellaire Isga. si nous devions imaginer des installations spatiales elles seraient plus proche d’Omega (masse effect) ou High Charity (d’Halo) [o] , station industrielle automatisée donc sans aucun besoin de gravité.

                      en ce qui concerne la production alimentaire celle ci sera végétal, des plantes parquées en longues enfilades superposées, hydrométrie et rayonnement UV (photosynthèse) et infrarouge (chaleur) contrôlée, nous pourrions d’ailleurs disposer de ces usines végétales déjà sur Terre pour des raisons d’approvisionnement ou dans un bunker pour survivre des générations entières. Cette structure industrielle requière une quantité importante d’énergie artificielle (quoi qu’on en dise, dans la nature il faut aussi beaucoup d’énergie pour faire pousser une plante, seulement cette énergie est naturelle)

                      nous savons déjà cultiver des tissus organiques (muscle) la technique mérite d’être perfectionner, mais non nous n’aurons pas non plus des vaches-stellaires ou tout autre animal consommable.

                      a ceux qui pense que tout cela n’est pas bio, toutes ces cultures n’ont nulles besoin d’angrais de pesticide ou d’herbicide, puisque l’environnement est contrôlé, il suffit juste d’apporter ce dont la plante a besoin. et de toute façon dans pareil condition « bio » n’aura plus aucune signification.

                      les habitations doivent avoir une gravité... sinon nos organismes risque de ne plus ressembler du tout a des humains, mais plus a des méduses flasques (ossature et musculature sont parfaitement inutile en apesanteur et tendent naturellement a s’atrophier. Cette gravité peut être générée par rotation grace a la force centrifuge, ou alors il faut une forte densité de matière, localisé dans le planché, créant ainsi l’effet de gravité.


                    • kemilein 27 octobre 2011 16:03

                      12.000 (ans) si on croit aux délires atlantistes.

                      Atlantide était une cité extraterrestre qui ne s’est pas engloutie mais est partie ailleurs dans l’espace. les atlante nous ont livré bien des secret, ainsi anaxagore [o] savait ce qu’était les atomes, ce qu’était la Terre (une boule de terre) la Lune (une boule de terre) et le soleil (une boule de feu)...

                      on peu délirer non ?


                    • lsga lsga 27 octobre 2011 16:57

                      on a bien sûr le droit de délirer (d’ailleurs, sinon, pourquoi y ferais-je référence ?).


                      Tu parles des problèmes de gravités et autres comme si nous devions construire des anneaux orbitaux aujourd’hui. On a un peu de temps devant nous tout de même... D’abord on fait la révolution, ensuite on se tape une Réaction, après apparaît une société nouvelle, et enfin on atteint le premier niveau de Civilisation. 

                      Après, l’idée n’est pas de survivre mais bien de s’éclater. Des stations entièrement automatisées ? Pourquoi pas ; mais à condition de pouvoir y aller faire du tourisme ^^

                      Moins sérieusement, ce n’est pas tant de la futurologie que de la proximologie :

                      ’Trois candidates potentielles au titre de sphère de Dyson (Quasi-Dyson Spheres, QDS) ont été détectées dans l’univers grâce au télescope spatial IRAS ’

                    • kemilein 27 octobre 2011 17:16

                      tu sais le plus triste pour l’humanité c’est que la capitalisme est un formidable obscurantisme.
                      nous avons perdu un siècle et plus précisément 40 années a produire des machines a lavées bas de gamme (obsolescence programmée) qui fut une perte de temps (réfléchir a autre chose), d’énergie (faire fonctionner toute les machines qui fabrique ces machines) et de matière premières qui auraient pus servir a bien d’autres choses.

                      si nous avions fait un système communiste-collectiviste, où nous aurions privilégié l’automatisme des machines afin de décharger l’homme de la production, et que nous avions orienté notre société humaine dans le sens de la recherche, alors nous disposerions de plusieurs milliards de cerveaux d’une rare intelligence qui oeuvreraient depuis un siècle a l’évasion de notre monde.

                      c’est cette tragédie, ce féodalisme obscurantisme qui me fait profondément haïr l’humanité, cette humanité. maudit soit Voltaire et ses semblables "un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne".

                      tant de ressources, d’énergie et de temps de perdu... le monde est régis par des imbéciles, leur mort ne serait pas une perte sois en sure.


                    • _Ulysse_ _Ulysse_ 27 octobre 2011 14:40

                      Encore les vieille idées de surpopulation !

                      Les chiffres sont sur évalués, les prédictions toujours au dessus de la réalité.
                      Les 10 milliards étaient prévu pour 2010 je crois en 1980, on est 7 milliards et en 2011.
                      Il y avait des scénarios à 20 milliards en 2050 ou un truc dans le genre ...

                      J’avais regardé un peu les chiffres, on va plafonner vers 8,5 - 9,5 en 2050 avant un déclin démographique probablement rapide voir très rapide.

                      On risque d’être 5 voir 3 milliards en 2100 alors ne vous inquiétez pas, vos désirs se réaliserons. Le pb ne sera pas la surpopulation mais le vieillissement trop rapide de la pop.
                      C’est justement ce déclin trop rapide qui posera pb !


                      • Patrick Samba Patrick Samba 27 octobre 2011 15:27

                        Bonjour,

                        je ne suis pas penché suffisamment longuement sur la notion d’ambiguïté pour me faire une opinion solide sur la nature profonde de sa dimension : est-elle profondément perverse ou peut-elle réellement avoir des vertus conciliantes, médiatrices ?
                        Malgré l’absence de cette indispensable réflexion approfondie, je vais néanmoins m’autoriser un commentaire.

                        Quand je lis le mot « surpopulation » , même accompagné du mot « dénatalité », j’ai la furieuse envie, encore contrôlée c’est une chance, de sortir mon révolver (que je ne possède pas, si ça peut rassurer. Bref je métaphorise).
                        Contrairement au concept d’ambiguïté, la définition du mot « surpopulation » n’en détient pas, d’ambiguïté. Il signifie clairement qu’une population est TROP nombreuse, et pas seulement nombreuse. Avec ce que ce « trop » peut suggérer de solution radicale. Qui n’est pas celle que vous préconisez, je vous le concède, puisque, comme je l’ai déjà souligné, votre texte fait apparaitre le mot « dénatalité ». Néanmoins, et malgré la présence de ce dernier mot, je trouve votre texte ambigu. Ou du moins contenant bien trop d’ambiguïté.

                        Et je pense que cela est lié à l’emploi du mot « surpopulation » dont vous ne faites pas la critique, et qui vous pollue. Et je vous le reproche. Si encore vous utilisiez le mot « surpeuplement » qui, comme « peuplement », définit un processus et non un état , contrairement à « population », et « surpopulation ».
                        .
                        Et encore... Car pour éviter au maximum l’ambiguité il faudrait parler de « surnatalité », et s’en tenir à ce mot, me semble-t-il.

                        Et pour conclure, effectivement « dimanche nous serons 7 milliards, et alors ? ».

                        Bien cordialement.



                        P.S : pour rédiger ce commentaire j’ai lu votre article "(Redevenez) humains [moi je n’aurais pas mis d’ « s » , mais bon...], respectez les animaux", que je n’avais pas lu. Vous y affirmez dès la première ligne que le chat avait été crucifié VIVANT. Et aucun commentaire ne vous l’a reproché. Et c’est pourquoi la métaphore du révolver m’a traversé l’esprit... je trouve que sur des sujets sensibles, et pouvant heurter la sensibilité (on ne peut qu’en être convaincu à la lecture de nombre de réactions horrifiées), on devrait toujours faire preuve de sensibilité, c’est-à-dire au minimum de précaution. Et donc au minimum se déprendre de toute ambiguïté. Me semble-t-il.


                        • Patrick Samba Patrick Samba 27 octobre 2011 16:57

                          Ca fait plaisir à lire. Une vrai bouffée d’oxygène.


                          « il y a des fantasmes tenaces...
                           »

                          Oui, et que vous préférez ne pas qualifier, tellement ils sont...

                          Faudrait pourtant, faudrait...


                        • _Ulysse_ _Ulysse_ 27 octobre 2011 17:28

                          Euh là faudrait retourner à l’école LOL.

                          7 milliards avec 2 personnes par mètre carrés ca fait 3,5 milliards de mètres carrés soit 3500 km^2 .

                          Un kilomètre carré c’est pas 1000 m^2 ! Un carré d’un kilomètre par un kilomètre ça fait 1000 mètres par 1000 soit 1 million de mètres carrés. Erreur d’un facteur 1000. Ou quand le fanatisme mène aux plus bêtes erreurs de calcul.


                        • Patrick Samba Patrick Samba 27 octobre 2011 20:34

                          35000 Km2 soit un peu plus que la surface de la Belgique ou de la Bretagne (avec la Loire-Atlantique)...

                          Et j’en profite pour préciser que si l’on voulait être d’une rigueur absolue, on ne devrait même pas parler de « dénatalité », mais de « dépaupérisation » ou de « désappauvrissement » si ces deux termes n’étaient pas littérairement aussi lourds. Et incompréhensibles pour qui n’a pas réfléchi un tant soit peu à la question, à ses tenants et aboutissants.
                          Et ne parlons même pas de la résistance qu’ il faudrait systématiquement opposer aux injonctions religieuses anhédoniques et natalistes, et à laquelle il faudrait accoler un néologisme encore plus incompréhensible (à moins qu’il n’existe déjà ?)

                          Car enfin vers quoi tend l’utilisation d’un vocable comme « surpopulation », sinon au fin du fin à légitimer, ou du moins à faciliter dans l’esprit d’abrutis les idéologies eugénistes, les passages à l’acte bio-meurtriers ou guerriers, voire même génocidaires ?


                        • Patrick Samba Patrick Samba 27 octobre 2011 21:26

                          Allez bon... 3500 Km2 et non 35000 ! Soit les 2/3 du Luxembourg ou la totalité du Haut-Rhin. Mais surtout n’allez pas le dire aux Luxembourgeois, vu la densité de banques sur ce territoire...


                        • jacques lemiere 27 octobre 2011 17:53

                          Wow , moi j’ai déjà du mal à cuire des pâtes mais par contre discuter ( en fronçant les sourcils , ça fait sérieux) de la surpopulation mondiale , je peux....ça frise le ridicule....

                          J’ai vu dans une broc un type qui vendait ..un projet de constitution mondiale....c’est du même ordre...

                          Il y a des choses sur lesquelles on a pas beaucoup de prise, sachez surtout qu’il y a un siècle , un zozo a pondu un article de ce genre...

                          Il est curieux que les gens qui crient à la surpopulation ne commencent pas par se suicider...ça me semblerait logique...
                          C’est une vision de la vie , qui tendrait à noyer son enfant à la naissance pour lui éviter de voir toutes ces horreurs....

                           

                          • non667 27 octobre 2011 20:29

                            à jacques
                            Il est curieux que les gens qui crient à la surpopulation ne commencent pas par se suicider...ça me semblerait logique...

                            cela se pratique depuis toujours mais chacun préfère suicider l’autre ,la sélection naturelle en somme ! smiley smiley smiley


                          • suumcuique suumcuique 27 octobre 2011 20:14

                            La jubilation des médias s’explique uniquement par Genèse 1:22-31 :

                            « Et Dieu les bénit, en disant : Croissez et multipliez, et remplissez les eaux dans les mers ; et que les oiseaux multiplient sur la terre. »


                            • suumcuique suumcuique 27 octobre 2011 20:16

                              Médias dont ils est inutile de rappeler à qui ils appartiennent, pour qui ils tapinent.


                              • non667 27 octobre 2011 20:41

                                 merci pour cet article je suis sidéré qu’il puisse être moinssé ! (seule explication logique : ils font parti du N.O.M. ou alors ils sont c..s

                                l’élite mondialo-capitaliste LE N.O.M. veut résoudre le problème dans son seul intérêt et à l’insu /contre la populace .

                                observation : ils savent qu’au contraire du pharaon qui avait besoin de millions d’esclaves pour assurer sa magnificence eux n’ont besoin que de quelques esclaves (bien bêtes pour éviter les révolutions ) et des millions de robots informatisés qu’ils possèdent déjà

                                voila une réaction que j’ai du poster une dizaine de fois sur A V :( les chiffres sortis à la louche de ma tête ne sont pas si éloignés des vôtres )

                                ils savent (l’élite )depuis longtemps que la terre ne peut nourrir de façon pérenne plus de 2 milliards d’habitants ! (les centaines de milliers d’années d’avant le progrès technique /médical le prouvent )
                                le problème de cette élite ,de ce peuple élu est donc : comment supprimer 4,5 milliards d’habitants
                                comment faire baisser la consommation /pollution des survivants afin de mieux leur en laisser(a l’élite ) et pour plus longtemps :
                                en augmentant les prix pour la consommation .(ça vient )
                                en mettant des taxes pour la pollution .(c’est parti taxe carbone !)

                                pour les 4,5
                                avortement ,préservatifs , destruction de la famille , hédonisme ..... en route pour l’occident
                                mais ça n’irait pas assez vite alors il faut ajouter d’autres solutions !

                                vous dites :"L’économie mondiale va s’effondrer, puis ce sera l’affrontement global. Les bons ingrédients sont déjà présents : Dissémination des armes chimiques, bactériologiques et nucléaires"

                                la bombe atomique ? impensable ça pêterait de tout les cotés , elle ne fait pas de détail , contamine trop longtemps le territoire , de plus le vent tourne et n’a que faire des frontières ! alors ?
                                bombes à neutrons : pas assez ciblantes
                                les armes chimiques, bactériologiques même problème

                                 euréka j’ai trouvé !
                                et si on fabriquait un virus génétiquement modifié (genre sida + ) qui épargne seulement un type de population qui possède un génome particulier acquis (ogm ,« vaccins préventifs » ) ou inné (gène d’Abraham par exemple , les israëliens font des recherches dans ce sens ,vérifiez sur net )

                                un comble :la recherche coute cher alors on peut la faire financer par des dons de la populace en organisant des génétons et en disant que c’est pour soigner des maladies héréditaires . 


                                • kyodai ken kyodai ken 27 octobre 2011 23:46

                                  On pourrait legaliser et promouvoir le cannibalisme afin de regler le soucis de demographie et de faim dans le monde...


                                  • Patrick Samba Patrick Samba 28 octobre 2011 00:44

                                    Très alléchante idée ! Et on commence par qui ?

                                    J’aurais bien dit par non667, mais vu son pois chiche intracrânien, le rendant enclin qui plus est, selon sa propre théorie, à être possiblement contaminé par un virus génétiquement modifié, le choix de son cervelet ne serait pas du meilleur rendement énergétique et de la meilleure qualité...
                                    Sur la foi d’un précédent historique on pourrait commencer par des humains psychiquement perturbés, non ? Qu’est-ce que vous en dites ?
                                    (je pressens que je vais encore être moinssé par des humanoïdes qui pas plus que l’indignation ou la bonne chair humaine ne goûtent la plaisanterie...)


                                  • non667 28 octobre 2011 12:12

                                    à samba
                                    tu sait ce que je leur fait à ceux qui prennent la position de l’autruche la tête dans le sable prête a se faire mettre ?  smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès