Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Djibouti : Youssouf Chideh Ahmed, d’enseignant à taximan

Djibouti : Youssouf Chideh Ahmed, d’enseignant à taximan

C’est l’histoire peu commune d’un garçon pas comme les autres. Son métier actuel : taximan !

C’est l’histoire peu commune d’un garçon pas comme les autres. Son métier actuel : taximan. Il nous a donné rendez-vous à 17H30 à la rue d’Éthiopie où il a garé son taxi. Nous avons pris place à la terrasse du restaurant BLEU NILE pour siroter un jus et nous nous sommes laissé absorber par la gouache crépusculaire.

C’est un garçon au profil atypique. Deux grands yeux qui, lorsqu’ils se posent sur vous, vous enveloppent en entier. Petit de taille et discret, il doit avoir la trentaine malgré une calvitie avancée et une bouille à fossettes à peine éclose qui détonnent avec la sveltesse juvénile de sa silhouette. Pendant la petite heure que nous avons passée à discuter de son parcours et de sa situation professionnelle, pas une seule fois, il ne nous a donné l’impression de se plaindre. Et pourtant, dans sa situation, beaucoup l’auraient fait.

Lui, c’est Youssouf, cadre de l’USN (L'Union pour le Salut National), coalition des partis djiboutiens d’opposition à Hayabley. Enseignant de vocation et taximan malgré lui. Eh oui ! Youssouf, habitant de la banlieue de Balbala, a servi, dans une autre vie, le pays en tant qu’instituteur, et cela, pendant treize années.

Il a commencé à enseigner en 2001 à Holl-Holl et a été titularisé en 2002. Depuis, il a professé dans plusieurs écoles primaires de la ville de Djibouti. Dernièrement en poste à l’école de Balbala 3. À la rentrée scolaire 2014, il a été l’objet d’une mutation-sanction à Khor-Angar comme tant d’autres enseignants militants de l’USN ou soupçonnés de l’être. Ayant déjà effectué son service dans le district et se sentant lésé dans ses droits, Youssouf refuse la mutation. Depuis, révoqué de la fonction publique, il s’est recyclé en taximan. Toute la journée, il parcourt la ville de Djibouti en taxi. « Les clients, les feux, la circulation, …ce n’est jamais simple à Djibouti  », lance-t-il avant de rajouter que « C’est véritablement stressant ». A la tombée de la nuit, il endosse son costume d’opposant et participe aux différentes réunions politiques, encadre les jeunes de l’opposition, en sensibilise d’autres.

Nous cherchons à savoir s’il n’a ni regret ni remords. Il émet un rire indigné, et après un court silence, il écarte les bras d’un geste théâtral et nous répond révulsé : « Je ne me suis pas lardé de questions. J’ai immédiatement cherché à rebondir. Vous savez, tout se passe dans la tête. Le regret est un état d’âme. Le remords est un cas de conscience. Je n’ai ni l’un ni l’autre  ». Et de continuer : « Je ne suis pas seul à me retrouver du jour au lendemain révoqué. Nous sommes quelques-uns qui devraient être réintégré dans la fonction publique après la signature de l’accord-cadre du 30 décembre 2014. Mais depuis, rien. S’il y avait une bonne volonté de la part du gouvernement dans le processus de l’accord-cadre, j’aurai repris mon poste d’enseignant dès la rentrée scolaire 2015. Attendons de voir ce qu'il en sera de cette nouvelle rentrée de septembre 2016  ». Et de nous rappeler ensuite que depuis août 2015, une quinzaine d’enseignants proches de l’opposition ont subi les mêmes mutations-sanctions.

Selon ce garçon qui donne l’impression de pouvoir résister à tout, en toutes circonstances, l’essentiel est d’être utile à quelque chose. Et lui est vraisemblablement utile à son pays.

Auteur : Kadar Abdi Ibrahim, Co-directeur de publication du journal "L'Aurore".


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Alren Alren 19 août 18:50

    Ben oui ! L’exclusion des Français du pouvoir à Djibouti n’a pas amené une harmonieuse démocratie comme le clamaient les chantres de la décolonisation immédiate et inconditionnelle
    Je ne réjouis pas de cette situation, moi aussi j’aurais bien voulu que dans beaucoup d’anciennes colonies cela se passe autrement ...

    Qu’un instituteur devienne chauffeur de taxi pour vivre laisse craindre un état de l’enseignement élémentaire en piteux état à Djibouti.
    J’espère qu’on n’y pratique plus l’excision des petites filles ...


    • François baudru (---.---.137.11) 19 août 20:54

      @foufouille
      Je crois que oui théoriquement mais tout comme tout pays africain, c’est toujours le même qui gagne.


      • Gisèlou (---.---.202.10) 19 août 21:12

        Mon Dieu, cette afrique qui oblige leurs enseigants à devenir des taximen. Quoique, chauffeur de taxi n’est pas dégradant mais à quoi bon de faire des études, si on finit en taxi. Cette afrique là, ne se relèvera jamais.


        • Bastian B. 19 août 21:30

          Je crois que beaucoup regrettent d’avoir voulu leur indépendance (chimère). Anjouan vs Mayotte. 


          • covadonga*722 covadonga*722 19 août 21:37

            Djibouti appartiendra bientôt intégralement aux chinois .Yep dois être fortiche le taximan parce que depuis le marché Rimbaud vers Einguéla « les caisses » derrière la mosquée Hamoudi c’était déjà un beau « bordel » pour circuler .Dommage j’aimais bien les djiboutiens mais bon la corne de l’Afrique du temps de Simbad le marin c’était la porte des enfers .......... 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès