Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Dors bien petite Maddie (suite)

Dors bien petite Maddie (suite)

Un homme à abattre.

Je me permet de revenir vers vous suite à mon article du 6 novembre ayant pour titre "Dors bien petite Maddie". Comme promis, je viens le compléter après ma lecture du livre de Gonçalo Amaral "La vérité du mensonge" (traduction de "A verdade da mentira"), le policier chargé de l’affaire Maddie McCann qui a été évincé soi-disant suite à ses déclarations irrespectueuses envers ses collègues anglais.

Au final, cette lecture ne m’a pas appris grand chose qui n’ait pas déjà été dit dans la presse. Amaral y relate l’enquête dans ses moindres détails et je comprend maintenant pourquoi, malgré les menaces proférées par la famille McCann, il n’y ait toujours pas de plainte envers son auteur à ce sujet. A quoi bon porter plainte contre des faits retranscris que tout le monde connait ?

J’ai juste noté deux points qui n’ont pas vraiment été révélé et qui m’ont semblé avoir leur importance :

Tout d’abord, dans n’importe quelle disparition d’enfant, il est normal de mener une enquête parallèle sur les parents. Sachant que, statistiquement parlant, en Angleterre, depuis 1960, il a été répertorié 1528 disparitions d’enfants de moins de 5 ans et que, après enquête, dans 82% des cas, les propres parents étaient impliqués, c’est une démarche tout à fait légitime. A peine deux jours après la disparition de Maddie, la police judiciaire portugaise avait déjà pensé à mettre les portables des McCann sur écoute hors, cet action impliquait automatiquement l’existence de soupçons envers eux. Compte tenu de la médiatisation de l’affaire et de l’intervention de l’ambassadeur britannique, les enquêteurs portugais n’ont tout simplement pas osé de peur de commettre un crime de lèse-majesté. Cela montre que, dès le début, l’enquête était faussée par des interventions qui n’avaient pas lieu d’être.

Ensuite, beaucoup reprochent à Amaral d’avoir accusé les McCann injustement et de les avoir hisser au rang de suspects pourtant, il n’a pas été le premier. Quelques jours après la disparition de Maddie, deux policiers anglais sont arrivés en renfort ainsi que deux officiers de liaison à la famille chargés des relations directes avec les McCann. Ces derniers étaient des spécialistes en matière de rapt et de séquestration. Ils n’ont pourtant tenu qu’une dizaine de jours avant de reprendre le chemin du Royaume-Uni. Pensez donc ! Figurez-vous qu’ils ont eu l’outrecuidance de demander à Kate McCann où se trouvait sa fille. Soupçonner la propre mère de l’enfant et en plus, de la part de compatriotes, c’est inadmissible ! La encore, les relations ont joué en plein et les importuns écartés. Alors qu’on ne viennent pas me dire que la réaction de la police judiciaire portugaise était déplacée alors que les propres britanniques ont été les premiers à penser à la culpabilité des McCann.

Je terminerais cette revue de détails en revenant sur la famille Smith, ces irlandais ayant croisé un homme à 22 heures, moment de la découverte de la disparition, allant vers la plage avec une enfant blonde d’environ 4 ans paraissant dormir dans les bras. Ils ont été formel. Pour eux, il s’agissait de Gerry McCann. Hors, si ce témoignage avait été validé, c’était la preuve formelle de l’implication des McCann sauf que... Tout était prêt pour que la famille Smith viennent au Portugal pour déposer mais entre-temps, Amaral a été écarté et ce facteur de taille est tombé dans l’oubli. Il semblerait également que les Smith aient été "convaincus" de se faire oubliés.

En tous cas, deux des principaux sites francophones, SOS Maddie et Kidnapping.be specialisés dans le kidnapping ont clairement pris parti et ce, tout récemment.

Et Gonçalo Amaral dans tout ça ? Son livre n’est pas sujet à procédure. Pas besoin, d’autres manoeuvres plus discrètes, déclenchés subrepticement par le clan McCann, sont en cours. On réveille des fantômes du passé pour abattre l’ancien policier. Là dessus aussi d’ailleurs, SOS Maddie prend position. Il semblerait que les corbeaux et les preuves fabriquées de toute pièces soit monnaie courante dans cette nouvelle affaire, un peu comme pour Maddie. La magistrature portugaise commence à être mal à l’aise.

Quant à moi, je resterais sur ces conclusions du livre :

1) La mineur Madeleine McCann est décédée dans l’appartement 5A de l’Océan Club de Vila da Luz, dans la nuit du 3 mai 2007.

2) Il y a eu simulation de rapt.

3) Kate et Gerry McCann sont suspect d’être impliqués dans la disparition du cadavre de leur fille.

4) La mort peut être le résultat d’un tragique accident.

5) Il existe des indices de négligence sur la garde et la sécurité des enfants.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • hjsic 27 décembre 2008 13:51

    "Sachant que, statistiquement parlant, en Angleterre, depuis 1960, il a été répertorié 1528 disparitions d’enfants de moins de 5 ans et que, après enquête, dans 82% des cas, les propres parents étaient impliqués, c’est une démarche tout à fait légitime"


    C’est terrifiant ce que vous dites....
    Vous avez des sources ?


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 27 décembre 2008 14:44

      Selon Fernando José Pinto Monteiro, procureur général de la République portugaise, et cité par le Figaro, « En Angleterre, il y a un millier d’affaires de disparitions. Nous n’en avons que 14 ou 15 ». Selon monsieur Pinto Monteiro, « il y a près d’un million d’enfants disparus à travers le monde. On n’en retrouve même pas 20% ».

      Pierre R. Chantelois


      • mojique mojique 27 décembre 2008 16:42

        Merci pour votre article. Une petite fille a disparu. Nous n’en savons pas plus.


        • mojique mojique 27 décembre 2008 16:45

          Il pourrait y avoir 99% de parents impliqués dans la disparition de leur enfant, il reste tout de même 1% qui mérite enquête.


          • chmoll chmoll 28 décembre 2008 09:46

            y a eu un collecte de faite pour maddie , ses parents s’en ont servis pour payer leur baraque

            ça en dit long sur l’genre d’individus

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès