Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Société > Du « mariage pour tous » au transhumanisme

Du « mariage pour tous » au transhumanisme

Avec l'adoption pour les couples homosexuels, qui prélude à la Procréation Médicalement Assistée pour les couples de femmes, l'Homme a l'illusion de s'auto-procréer. Une évolution qui s'inscrit dans une longue Histoire, tendant à émanciper l'Homme de Dieu, puis à le remplacer.

Qu'on le veuille ou non, que l'on s'en félicite ou qu'on le déplore, le débat provoqué par le « mariage pour tous », ne relève plus de la bataille politique, mais de la guerre de religion. Ce sont deux conceptions qui s'opposent, deux Frances qui s'affrontent, dans l'incompréhension absolue. Le débat au Parlement, violent, tronqué, raccourci par un artifice de procédure, a laissé un goût amer à tout le monde. Et pour cause : il s'agit d'un débat de nature métaphysique, et nos parlementaires d'aujourd'hui, de droite comme de gauche, ne sont pas de grands métaphysiciens. Alors que la société française, elle, raffole des grandes querelles théoriques.

Frigide Barjot, l'égérie talentueuse et déjantée de la manif pour tous, avec ses amis cathos branchés ou homos au grand cœur, aura au moins réussi une chose : faire passer le « mariage entre personnes du même sexe » d'un sujet concernant les adultes, donc les droits de l'Homme, à un sujet lié à la filiation, donc aux enfants. Ici, tout bascule. Qui parle de nos enfants parle de notre avenir, parle de nous, demain. Or, que serons nous ?

A cet appel, à cette question, la France profonde, provinciale, traditionnelle, émue aux larmes, a répondu comme un seul homme, ou comme une seule femme. Contre le droit à l'enfant, les droits de l'enfant. Des centaines de milliers de personnes (donc au total des millions) sont « descendues dans la rue » ou « montées à Paris ». Personne ne peut dire pourquoi ni comment le parisianisme de Frigide Barjot et de ses amis a su toucher ainsi une fibre intime de la France profonde. Au passage, cette France que l'on disait retardataire, pas spécialement technophile, s'est emparé sans effort, sans même y penser, des réseaux sociaux et des technologie de l'information pour construire, en quelques semaines, de véritables contre-pouvoirs aux médias traditionnels. Ils ont été capables de drainer des audiences comparables à celles des journaux TV qui, au départ, ignoraient ou méprisaient le phénomène (depuis, ils ont changé d'avis).

 Un besoin existentiel pour la gauche

 Mais, en face, la riposte était prête. Des « éléments de langage » étaient visiblement élaborés de longue date par les conseillers ministériels et furent relayés par des mass-médias en ordre de bataille : les opposants au mariage homosexuel sont, par principe, homophobes. L'homophobie, évoquée par le code pénal, est assimilée au racisme. C'est donc un délit. On n'a pas le droit d'être opposé à ce qui n'était alors qu'un simple projet de loi. Or, on a toujours, en démocratie, le droit d'être opposé à un projet de loi.

L'unanimité, à gauche, est presque totale. Quelque chose d'ultime, d'essentiel, unit les politiques, les syndicats, les médias, les associations, les municipalités, les réseaux, les stars, les intellectuels se réclamant de la gauche : l'instinct de survie. Si là gauche ne réussit pas cela, elle n'existe plus. Avec un ministre des impôts qui ment sur son compte en Suisse, des usines qui ferment les unes après les autres au mépris des promesses de campagne, une mondialisation qui broie lentement la France comme l'Europe dans le piège du libre-échange et de la rigueur, la gauche a un besoin existentiel de cette « promesse sociétale ». Même Lionel Jospin et son épouse philosophe, en conscience opposés au projet, l'ont avoué : le Parti a décidé, on s'exécute.

Ce n'est pas la gauche d'aujourd'hui seulement, qui est en cause, mais la gauche de toujours, la gauche du Progrès et des Lumières, celle qui nous vend les lendemains qui chantent et l'avenir radieux depuis 1789. Le combustible idéologique de la gauche est épuisé, comme celui d'une fusée qui n'a pas trouvé son orbite et qui menace de retomber sur terre. Comme nous l'avons souligné ici même, Taubira avait soulevé une partie du voile dans son discours à l'Assemblée Nationale : elle était en train de sauver le grand processus historique, qui laïcisait progressivement la société française. Mais cette laïcité n'est en rien une neutralité qui laisse la religion à la vie privée. C'est une conception métaphysique bien ancrée : la religion de l'Homme, ennemie jurée du christianisme.

Ce processus est en panne, depuis quelque temps, parce qu'il est arrivé à ses limites. Où est le paradis terrestre promis par les communistes ? Où en est l’amélioration régulière de la condition humaine garantie par les socialistes ? La société du bonheur et de la jouissance sans entrave prophétisée par les années soixante-dix s’est elle réalisée ? L’Homme, affranchi de toute contrainte morale est-il plus heureux, plus libre, mieux assuré de son avenir ?

Il faut donc frapper un grand coup, pour masquer les échecs de cette religion de l’Homme, permettre à l’Homme de s’auto-fabriquer. C’est la raison pour laquelle les hétérosexuels de gauche veulent absolument que les homosexuels puissent « avoir des enfants ».

Sur un tout autre plan, cette démarche porte un nom, c’est le « transhumanisme ». Elle a ses ardents partisans, comme Raymond Kurzweil, et ses experts désabusés qui nous assurent que le mouvement est déjà en marche. Son principe est simple : l'Homme, grâce aux technologies, notamment aux biotechnologies, peut s'améliorer à l'infini, pourquoi pas jusqu'à l'immortalité. Dans la Silicon Valley on lui consacre déjà des investissements colossaux.

 Les prophètes de l’Homme-Dieu

Pour ces prophètes de l'Homme nouveau, l’affaire semble entendue : la techno-science envahit notre espace, pénètre notre corps, sonde l’infiniment petit et l’infiniment grand. Les réseaux d’information, visibles prolongements du cerveau humain, diffusent les paquets d’information qui innervent l’intelligence collective. Les nano technologies permettent de modifier les structures de la matière. L’Homme, tôt ou tard, deviendra Dieu, parce qu’il est déjà démiurge, qu’il maîtrise sa vie en décryptant son ADN et l’allonge grâce à la thérapie génique, aux implants et aux robots. Il n’aurait donc nul besoin d’une quelconque transcendance, puisqu'il devient transhumain.

Pour les opposants à cette vision, au contraire, une autre lecture de l’évolution de l’espèce humaine est possible. Elle est même rendue nécessaire par la prise en compte des catastrophes dont la techno-science s'est déjà rendue responsable, ce que, semble-t-il, l'Humanité a déjà oublié, bien qu'elles encombrent nos médias quotidiens. Ainsi donc, l'apprenti sorcier qui dévaste la planète, la réchauffe, la salit, épuise ses ressource, ne serait pas vacciné contre cette funeste idéologie du Progrès indéfini de l'espèce humaine !

Car le transhumanisme n'est en rien l'avenir objectif et déterminé de l'Homme, auquel rien ne pourrait nous soustraire, mais bien une idéologie reprenant et prolongeant toutes les erreurs commises par la Science et la Technique depuis trois siècles. Mais vers quelle philosophie de l'Homme, vers quel nouvel humanisme se tourner pour mieux comprendre, surmonter, civiliser la techno-science envahissante et totalitaire ?

Lorsque la France et toute l'Europe ont accepté la légalisation de l'avortement, savait-on que celle-ci menait droit à l'eugénisme ? Aujourd'hui, grâce à la génétique, nous savons « prédire » avec précision qu'un embryon donnera un enfant atteint d'une maladie lourde, comme la trisomie. Dés lors, son sort est scellé. Il ne verra jamais le jour. Mais qui décide qu'une vie vaut ou non la peine d'être vécue ? Qui nous dit qu'un jour, la génétique et l'avortement ne serviront pas à éliminer les enfants porteurs d'une maladie lourde, mais curable, autrement dit coûteuse pour la Sécurité Sociale que les adultes veulent préserver pour eux-mêmes ? Aujourd'hui la trisomie, demain, pourquoi pas, le diabète ?

 Toujours mortels…

 Suivre l'idéologie du mariage homosexuel et la funeste théorie du Genre qui l'accompagne, c'est à la fois couronner la religion de l'Homme en une apothéose qui la justifie a posteriori et donner le champ libre à ces technologies qui peuvent être utilisées pour le meilleur et pour le pire (on devrait pourtant le savoir). C'est aborder ces nouvelles technologies, ces nouveaux défis éthiques, avec de dangereux a priori. C'est tomber dans une illusion qui est au cœur même du transhumanisme : en réalité, l'homme n'invente rien, quand il séquence le génome et manipule l'ADN. Il ne fait que trafiquer la création. De même, ces enfants adoptés par des couples homosexuels, et demain peut-être issus d'une PMA au sein d'un couple de deux femmes, garderont bel et bien un vrai père et une vraie mère. La folie humaine couvre d'un voile artificiel les mécanismes réels de l'engendrement.

En voulant prouver qu'il est capable de s'auto-procréer, en dehors des règles qui ont été fixées par Dieu et qui prévoient, par construction, la différence des sexes, Homo Sapiens Sapiens prend officiellement la place du Créateur. Il faut maintenant que l'Homme, ainsi augmenté jusqu'à Dieu, nous prouve qu'il est immortel. Tant qu'il ne l'aura pas fait, je ne croirai pas en lui.



Sur le même thème

Le Transhumanisme : l'idéologie dominante
Non, l'homophobie n'est pas un mythe
Pour la légalisation à tous de la PMA et de la GPA
Peur et stagnation, le progrès en question
Machination d'État et Guerre Écologique


Les réactions les plus appréciées

  • Par ezzteban (---.---.---.1) 2 mai 2013 17:33

    « de ses propres déchets causés par l’homosexualité »...


    Puisque on vous dit que les « anti » n’ont jamais de connotation homophobe !! L’article le dit, ça doit être vrais !! Tout va bien alors....

    Sinon, pour revenir à l’article : c’est bien de faire dans la métaphysique, mais là, ça part vraiment dans tout les sens ! Qu’est ce que vous y connaissez dans le transhumanisme d’abord ??

    Parce qu’associer un droit pour les homo à du transhumanisme, il y a une distance terre-lune que vous avez allègrement franchie !! Mais j’apprécie la performance : passer d’un sujet à l’autre n’était pas aisé !

    Le trans-humanisme n’a que peu à voir avec l’auto-procréation : ses partisans, comme vous le dites si bien, milite avant tout pour une augmentation technologique de l’humain, et la procréation n’en fait pas partie. Parler d’eugénisme est déjà plus juste, mais c’est encore un bien grand mot : non, on ne peut pas sélectionner les gènes humains pour avoir une bébé parfait, et non, on ne décide pas encore d’avorter parce que son bébé aura les yeux bleu au lieux de vert !! La trisomie est quand même une maladie grave (et pour la plupart des trisomie : mortelle ).

    Qu’il est amusant d’entendre parler alors d’ordre naturel (ou, dans votre article , de « mécanisme réel »), quand ces mêmes mécanismes ne laisserait que peu de chance à des individu porteur d’une trisomie (en théorie évolutive) ou d’autre malformation et que c’est plus le principe « d’humanité » (tout sauf naturel) qui protège ces individus !! De la même manière, l’ordre naturel ne permettrait jamais à des individus hétéro mais stérile, d’avoir des enfant, mais là encore, « notre humanité » le peut....

    Qu’il est amusant d’entendre parler des méfait de la « techno-science » pour l’eugénisme quand le plus grand eugénisme jamais conçu est le fait de l’humain (sans science) depuis des milliers d’année (l’élevage, les « races »), et que ce principe, loin d’être associé à une « techno-science absurde », n’a jamais été considéré comme un méfait ! (et qu’il a appauvrit considérablement notre planète)

    Votre dieu doit mal avoir fait les choses, quand on y regarde bien, vu le nombre de comportement homosexuel présent « dans la nature », et vu le nombre d’espèce qui ne se limite pas à des comportement sexuel stéréotypé (je pense notamment à ces animaux qui peuvent changer de sexe au cours de leur vie) ! A croire que « Dieu » devait avoir plusieurs vision dans sa besace à ce niveau là !! Et que le schéma « homme-femme » n’est pas le seul possible naturellement !

    Maintenant, si on arrête deux minute de parler des « choses naturelles » ou des « mécanisme réels », on s’aperçoit très vite que ce qui nous distingue de ces animaux, ça reste quand même cette « condition humaine », laquelle n’a que peu de chose à voir avec « l’ordre naturelle des choses » ! A partir de là, il n’y a aucun mal à accepter que deux personne du même sexe ait un enfant, tout comme il n’était pas anormal d’accepter que des personnes stériles (et de sexe différent) aient des enfants !!

    Mais je vais vous rassurer : ce qui menace le plus l’homme (au sens large) actuellement, ce n’est ni la techno-science, ni les conservateurs, mais bel et bien la sur-population ! Il apparaît aujourd’hui que faire trop d’enfant, c’est un acte normal mais extrêmement égoïste pour notre pauvre planète !! On sait très bien, dès aujourd’hui, qu’on ne peut plus produire assez pour tout le monde, en terme de capacité terrestre, et que la population continue d’augmenter ! 
    Bien sur, cette surpopulation est actuellement « régulé » par des morts diverses et varié dans les pays pauvre, mais je me demande , juste au cas ou : qu’est ce qu’il a prévu, dans ce cas , Dieu ? Doit on continuer à pousser autant de monde à leur perte en voulant à tout prix nous multiplier selon « l’ordre naturelles des choses prévu par lui » ou à un moment, il faudra contester cet ordre et se limiter coté naissance ?? (Rien que pour ça, j’étais moi aussi contre la procréation assisté).
    C’est étrange comment une loi « divine » peut mener l’homme à sa perte !!




  • Par Anthony (---.---.---.150) 3 mai 2013 11:02

    @La mouche du coche @Pierre de La Coste

    Belle preuve de votre malhonnêteté intellectuelle...
    Si une bande de gugusses vous déclarez que l’univers est issue de la morve d’un hérisson géant vous les croiriez parce que vous ne pouvez démontrer le contraire ??? un peu de bon sens.

  • Par 65beve (---.---.---.134) 2 mai 2013 19:16

    L’auteur,
    La procréation médicalement assistée.
    Vous retardez d’une guerre ; tout ça sera remplacé par le clonage.
    Quand vous serez à l’hospice, vous ne regarderez pas qui viendra vous torcher, un être cloné, procréé médicalement assisté ou autre.
    Plus sérieusement, tous ces procédés coutent une fortune et ne toucheront au final que très peu de monde ; donc beaucoup d’agitation pour rien sous les mitres.
    cdlt

  • Par sampiero (---.---.---.76) 2 mai 2013 19:38
    sampiero

    « Celui qui croit en un dieu qu’il n’a jamais vu doit admettre que d’autres dieux peuvent exister. »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires