Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Du mariage pour tous, de la GPA et des mères de 65 ans

Du mariage pour tous, de la GPA et des mères de 65 ans

Ces derniers jours ont été chargés concernant les grands débats de société. L’Irlande a voté pour le mariage pour tous par référendum, un tribunal a exigé l’inscription à l’état-civil d’enfants nés par GPA et une femme allemande de 65 ans a donné naissance à des quadruplés.

 

Une belle victoire de la démocratie
 
Le résultat est spectaculaire pour un pays qui n’a décriminalisé l’homosexualité qu’en 1993. Pour la presse locale « les analystes politiques qui couvrent les référendums en Irlande depuis des décennies s’accordent pour dire que la victoire écrasante du ‘oui’ marque un important tournant générationnel par rapport aux années 1980, lorsque les électeurs soutenaient toujours fermement les traditions catholiques et votaient en grand nombre contre l’avortement et le divorce  ». Et ceci, alors que l’avortement est toujours interdit, sauf en cas de « risque réel et substantiel  » pour la vie de la femme. Mais cela n’a pas empêché 62% des Irlandais de voter pour autoriser le mariage de 2 personnes de même sexe.
 
Ce choix représente une double victoire. D’abord, on peut considérer qu’il est positif de demander au peuple de se prononcer sur cette question de société. Quand on se souvient de la manière dont le débat s’est passé en France, on ne peut s’empêcher de se dire qu’il aurait été plus sain d’organiser un référendum, ce qui aurait sans doute calmer des esprits un peu trop échauffés par la longueur du débat ou le choix d’y adjoindre la question de l’adoption. S’en remettre au peuple aurait sans doute poussé les croisés de chaque camp à se retenir pour ne pas perdre ceux qui hésitaient. Et puis, je continue à penser que cette extension du droit du mariage est le contraire bienvenu du communautarisme.
 
Des excès du laisser-faire absolu
 
Mais, parallèlement, l’actualité charrie également des nouvelles qui illustrent toutes les dérives du laisser-faire et du laisser-passer sur les questions de société. Le tribunal de Nantes a exigé l’inscription à l’état-civil de trois enfants nés par GPA. Najat Vallaud Belkacem a eu le culot de soutenir que cela « n’est en aucun cas une reconnaissance de la GPA ». Quel culot de prétendre protéger les enfants alors qu’ils sont pris en otages par des parents ne respectant pas la loi sciemment. C’est aussi le cache-sexe de la reconnaissance de la GPA, quand elle n’est pas réalisée en France, contrairement à ce qu’avait promis Manuel Valls. Enfin, il ne devrait pas revenir à un tribunal d’imposer un tel choix.
 
Autre nouvelle effarante de la semaine dernière : une femme Allemande de 65 ans déjà mère de 13 enfants, a mis au monde des quadruplés, dix ans après sa dernière grossesse. Les quatre grands prématurés, nés à 26 semaines, qui sont en couveuse et pèsent moins d’un kilo, auraient de « bonnes chances de survie  »… Elle a procédé à des inséminations artificielles en Ukraine, aucun médecin local ne souhaitant l’aider dans sa quête effarante. Cette femme n’a pas été arrêtée par les risques de cette grossesse pour elle (et sa fille de 9 ans), comme ceux pour ces bébés. Les quadruplés auront donc une mère de 75 ans quand ils auront dix ans. A force de laisser-faire, on finit par faire n’importe quoi
 

Les cas de la décision du tribunal de Nantes sur la GPA et de l’insémination artificielle d’une sexagénaire montrent bien que l’abolition des frontières permet de passer outre les lois de son pays. La société doit donc se poser la question de leur traitement. Car laisser-faire revient de facto à accepter.


Moyenne des avis sur cet article :  2.77/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 27 mai 2015 10:15

    Cette femme est ridicule...d’ailleurs ce n’est plus une femme mais une vache.. !


    • adeline 27 mai 2015 10:32

      Ce que vous décrivez est effectivement un élément de la globalisation et de la destruction des Etats et des familles, cela marche très bien, personne ne s’interroge sur la survenance de telles nouvelles largement diffusées par l’ensemble des médias. Cela se fait sous nos yeux et aboutira, les peuples n’ont aucun moyen pour s’y opposer.


      • njama njama 27 mai 2015 11:11

        la famille homoparentale... conceptuellement au principe d’égalité, pourquoi pas se disait-on, cela avait l’air d’aller mais de la théorie à la pratique ... Il n’y avait pas de recul sur expériences, c’était prématuré de conclure.
         il y aurait comme un bogue, les langues commencent à se délier ... troublants témoignages qui invitent à la réflexion.

        Élevés par des homosexuels, ils confient leur souffrance à la communauté gay

        Un témoignage désarmant pour des activistes LGBT souvent tentés par la violence et l’agressivité lorsque certains, et même leurs propres enfants, leur rappellent la souffrance immense qu’impose leur négation.
        http://www.bvoltaire.fr/charlottedornellas/...

        Les couturiers homosexuels Dolce et Gabbana défendent la famille traditionnelle et se mettent à dos Elton John et le lobby LGBT
        Domenico Dolce et Stefano Gabbana, duo homosexuel célèbre dans le monde pour avoir créé la marque Dolce & Gabbana, ont surpris tout le monde en prenant la défense de la famille traditionnelle et en présentant plusieurs arguments contre l’adoption d’enfants par les homosexuels. Ils ont même réprouvé la possibilité de fécondation in vitro des enfants parce qu’à leur avis, chaque enfant a droit à un père et une mère.
        http://www.medias-presse.info/...


        • alinea alinea 27 mai 2015 19:50

          @njama
          N’est-il pas tout simplement évident que tout ce que fait l’homme dégénéré, pardon, civilisé, hors nature, est, par définition idiot voire pervers ?


        • gerard5567 27 mai 2015 22:13

          @alinea L’homosexualité est vieille comme le monde. Elle est fille de nature.


        • alinea alinea 27 mai 2015 23:20

          @gerard5567
          Je ne dis pas le contraire !! quoique nature me paraît exagéré !! c’est vouloir un enfant alors qu’on ne peut pas en faire qui me paraît contre nature !
          C’est bien mélanger deux choses qui n’ont plus rien à voir ici : la procréation et la sexualité ! si j’ai une sexualité qui ne procrée pas, eh bien, je ne procrée pas ! cela me paraît basique !


        • Iren-Nao 29 mai 2015 12:13

          @gerard5567
          La lèpre, la peste et la pédophilie aussi,
          Iren-Nao


        • Plus robert que Redford 27 mai 2015 12:15

          La photo de la une du « BILD » Tabloïd allemand de caniveau, genre « SUN » chez les rosbifs, nous dit : « Ich bin 65 und... »

          Je complèterais volontiers :

          « J’ai soixante-cinq ans et... je vous emmerde ! »


          • Mowgli 29 mai 2015 17:21

            @Plus robert que Redford

            Vous imaginez Marquise disant « J’ai soixante-cinq ans, mon vieux Corneille et je t’emmerde en attendant » ?


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 mai 2015 12:58

            Enfin, il ne devrait pas revenir à un tribunal d’imposer un tel choix.


            C’est son rôle pourtant ! Le tribunal est là pour trancher des litiges entre particuliers ou avec l’ Etat.

            La question était : l’ Etat a t-il le droit de priver un enfant né à l’étranger de ses droits de citoyen qui sont appliqués dans d’autres circonstances ?

            La réponse est non : parce que les circonstances de la naissance ne sont pas du fait de l’enfant, on ne saurait lui infliger les conséquences des actes et des choix de ses parents.

            C’est un principe de base du Droit : un adulte est civilement et pénalement responsable, pas un mineur. C’est pour cela que quand votre fils de 10 ans pète le pare-brise de la voiture de votre voisin, c’est VOUS qui êtes condamnés à rembourser les dégâts, et pas lui.

            De plus, le tribunal estime que dans l’état actuel du Droit, priver un enfant de la nationalité à laquelle sa naissance lui donne droit contrevient gravement à son intérêt.

            Tout tribunal fera passer l’intérêt de l’enfant avant tout.

            • ZenZoe ZenZoe 28 mai 2015 10:13

              @Mmarvinbear
              On pourrait vous objecter que :
              1) la GPA n’existant pas en France, ceux qui se prétendent parents de l’enfant ne le sont pas en vérité. Seule la mère biologique peut prétendre à ce statut.
              2) pour la même raison, le droit qui s’applique à cet enfant en matière de citoyenneté est uniquement le droit américain, et ce à double titre : naissance sur le sol américain d’une mère américaine.
              3) l’intérêt supérieur de l’enfant n’est pas de vivre chez un couple qui passe son temps à bafouer la loi, à encombrer les tribunaux de leurs plaintes et à faire passer leurs propres intérêts avant ceux de l’enfant.

              Dans cette affaire, c’est le droit tout court qui est gravement bafoué. La décision de la cour européenne des droits de l’homme est un véritable scandale.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 mai 2015 12:51

              @ZenZoe

              1 : la légalité ou non d’une pratique n’influe en rien sur les liens biologiques. Dans une GPA, dans l’immense majorité, le mari est le père génétique de l’enfant. Donc ce dernier va vivre avec au moins un de ses vrais parents. Si la mère porteuse demeure biologiquement sa mère, elle accepte de ne pas jouer ce rôle social. 

              Il faut savoir tout de même que dans les pays les plus organisés comme les USA, la mère biologique accepte souvent de garder un lien avec l’enfant qui connait son existence et qui, une fois qu’il est assez grand pour le faire, garde ou non le contact avec.

              2 : Vous ne connaissez pas le droit français alors. Les textes sont formels. Dans le cadre d’une naissance à l’ étranger, un enfant est Français si au moins un de ses parents l’est. Aucun article ne spécifie les conditions de la fécondation ou de la naissance. De même, aucun article se référant à la GPA ne stipule que l’enfant conçu ainsi puisse être privé de sa nationalité française. Et inutile d’espérer en voir un de ce genre adopté, le CC considérera un tel article comme discriminatoire et le rejettera. Les constantes tentatives des gouvernements actuels sont toutes entachées d’illégalité.

              3 : Les procédures judiciaires sont causées par le refus illégal des ambassades à délivrer un passeport à un citoyen Français né à l’étranger et à lui en refuser la nationalité sans aucune base juridique pour le faire. Cela prends du temps mais à chaque fois l’ Etat est forcé au final de délivrer le passeport. L’encombrement juridique, c’est lui qui le provoque !

            • ZenZoe ZenZoe 28 mai 2015 14:21

              @Mmarvinbear
              Ce que je dis est ceci :
              La GPA n’étant pas reconnue en France, toutes les conséquences qui en découlent ne devraient pas l’être non plus - y compris, bien entendu, l’enfant. L’homme ayant fait appel à une mère porteuse ne peut pas être légalement le père de l’enfant. Tout le reste découle de ce postulat.

              Quant à la raison invoquée par la CE, soit la négation de ses droits, c’est de la foutaise. L’enfant sans père a bel et bien un état-civil et a la nationalité de la mère, dans ce cas précis, la nationalité américaine. On peut penser ce qu’on veut des Américains, la nationalité américaine est loin d’être une négation des droits d’un enfant smiley


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 mai 2015 02:09

              @ZenZoe

              En France, il y a un principe de Droit qui est fondamental : on ne peut pas transférer une faute ou un crime sur une autre personne. Chacun est responsable de son propre comportement, exception faite pour les personnes mentalement atteintes et les mineurs de moins de 13 ans.

              Ce qui fait que pénalement, les conséquences d’ une naissance par GPA ne peuvent pas être reprochées à un enfant.

              Ce qui est normal : personne n’a choisi de naître ni même les circonstances de sa naissance. Vouloir dénier à un enfant ses droits de citoyen français est une violation flagrante de ce principe.

              De plus, nier la nationalité française de l’enfant constitue bel et bien une négation de ses droits et une atteinte grave à ses intérêts : s’il n’est pas reconnu comme français, il n’est pas reconnu comme ayant droit à la couverture maladie et sa scolarité s’en trouve aussi compliquée. L’enfant n’a pas non plus droit à certaines allocations réservées aux nationaux si le cas se présente. Bref, nous avons là une attaque en règle contre son intérêt.

            • andromerde95 29 mai 2015 03:57

              @Mmarvinbear
              l’enfant est né à l’étranger d’un ventre étranger c’est donc un étranger


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 mai 2015 13:06

              @andromerde95

              La loi française est claire à ce sujet : un enfant né à l’étranger est Français si l’un de ses parents l’est. Si seul le père est français, c’est suffisant.

            • oncle archibald 29 mai 2015 17:44

              @Mmarvinbear : je suis entièrement d’accord sur le fait qu’il faille en priorité préserver les interets de l’enfant qui n’a rien demandé à personne et se trouve au centre d’une polémique, par contre je serai ravi que la loi prévoit une amende très élevée pour les « parents » qui ont contrevenu à la loi en allant chercher à l’étranger ce que la loi française leur refuse. 


              C’est de cette façon qu’on les obligerait eux aussi à réfléchir aux intérêts de l’enfant puisque c’est leur intérêt personnel qu’ils recherchent en transgressant la loi. Sinon qu’ils aillent s’installer dans les pays ou cet acte est légal, pourquoi pas puisque c’est à leurs yeux si important. En cas de « force majeure » on n’hésite pas à s’expatrier. La solution qui a été adoptée par le tribunal ne fait que valider un acte illégal sans aucune contrepartie. Je ne trouve pas cela normal.

            • Réac 29 mai 2015 20:22

              @Mmarvinbear
              ça concerne seulement les gosses nés normalement et formés normalement.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 30 mai 2015 20:02

              @oncle archibald

              Il y a en moyenne 800 GPA réalisées par an au profit de parents français. Les trois quart d’entre eux sont hétérosexuels.

              Pourtant, les cas de poursuites judiciaires sont très rares.

              Pourquoi donc ?

            • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 mai 2015 13:00

               A force de laisser-faire, on finit par faire n’importe quoi


              Vous vous contredisez. Vous dites deux lignes plus haut qu’elle est allée en Ukraine pour cela parce que personne en Allemagne ne voulait faire cela. Avec raison je trouve.

              Cela montre bien que l’on ne laisse pas faire n’importe quoi.

              Maintenant, si elle arrive à trouver un médecin assez véreux pour le faire, que faire ? La forcer à avorter ?

              • soi même 31 mai 2015 18:03

                @Mmarvinbear, où c’est pour cela qu’il autant d’ours mal léchés dans la nature  !


              • charlie charlie 27 mai 2015 15:16

                Ces trois cas additionnés ici n’ont pas grand chose à voir : le résultat d’un référendum, a priori l’expression du peuple en démocratie directe ; l’état civil d’un enfant, ce qui est du domaine de la législation (lois françaises et supra-nationales) ; et une sorte de fait divers de l’ordre du « sensationnel » , comme on en a vu régulièrement dans le passé, un mouton à 5 pattes, et qui ne représente pas grand chose.


                • soi même 31 mai 2015 18:02

                  @charlie, au faite un trou c’est carré ou cylindrique ?


                • charlie charlie 31 mai 2015 18:38

                  @soi même
                   ? le repas dominical a été bien arrosé ? smiley


                • soi même 31 mai 2015 19:37

                  @charlie non j’ai du mal a mon age à voir la différence en une génisse et un bœuf ...


                • njama njama 27 mai 2015 15:16

                  Elle a procédé à des inséminations artificielles en Ukraine, aucun médecin local ne souhaitant l’aider dans sa quête effarante.
                  Aucune loi ne pourrait contraindre un médecin à pratiquer la PMA, ou la GPA ... s’il les juge contraire à l’éthique médicale, ou à son éthique personnelle, qu’elle soit religieuse ou non. Les médecins ne sont pas des soldats du régime ! ni des mécaniciens automobiles.
                  Après sous certaines conditions médicales (pathologiques évidemment, stérilité etc. ... ) les questions comme les possibilités de contourner (détourner les forces de) « la nature » restent ouvertes, au cas par cas. La porte n’est pas complétement fermée non plus ...
                  On imagine mal le législateur légiférer une loi générale sur des cas extrêmement marginaux dans la société. « Il n’y a de bonne loi que des lois générales » disait un président du Syndicat de la Magistrature dont j’ai oublié le nom (qu’il me pardonne).
                  Un droit universel à la PMA sans conditions (et / ou à la GPA) relève de l’utopie politique, ou de la science-fiction. Ceux qui la revendiquent pour eux-mêmes, comptez-vous ... combien de divisions ?


                  • Surya Surya 27 mai 2015 17:16

                    Je n’ai jamais compris cette obsession de certaines femmes, ou certains couples, à avoir LEUR enfant. Comme si être mère ne pouvait se concevoir (sans jeu de mot) que si le gamin s’est développé à l’intérieur de votre propre ventre.

                    Il y a tant d’enfants orphelins à adopter sur cette Terre que c’en est parfois indécent de s’acharner contre son propre corps pour parvenir à avoir « SON » enfant.

                    Je me souviens avoir un jour dit à quelqu’un, au milieu d’un groupe de personnes, qui me parlait de ces femmes qui ne parviennent pas à avoir d’enfants, « mais pourquoi ne cherchent-elles pas à adopter ? » Je me suis fait littéralement incendier. Ce n’est pas une blague, on m’a crié dessus, si si. Visiblement je ne comprenais rien, j’étais la c—ne de service, au mieux une gourde. Une autre personne du groupe semblait très choquée par ce que j’avais dis, comme si le fait d’adopter un gamin était un crime. J’ai cru qu’il allait falloir lui donner des sels pour éviter l’évanouissement.

                    « Ben p’tèt qu’elle a envie d’avoir SON gamin !! » m’a-t-elle rétorqué de façon tout aussi agressive. « Elle a le droit ! » Et voilà... On y est. Cette idée du DROIT à l’enfant, cette revendication, amène les gens à dépasser les limites, et même le bon sens. On payera un jour les pots cassés de cette attitude.

                    Un gamin adopté, n’est-ce pas, ce n’est pas pareil, il ne vous « appartient » pas, d’ailleurs que vont penser les voisins et l’employeur ? Qu’on a raté sa vie. Et je parle même pas des gens qui assument leur choix de vie « no kid ». Ceux là sont considérés comme des monstres d’égoisme. Comme si s’acharner à avoir SON gamin, au lieu d’adopter un môme sans famille qui ne demande qu’à avoir des parents, n’était pas une attitude égoiste...


                    • charlie charlie 27 mai 2015 18:19

                      @Surya

                      Bonjour,

                      Je pense que c’est plus compliqué. D’abord, je serais d’accord avec vous s’il ne s’agissait que de cela : l’obsession de ses gènes et l’instinct de propriété de SON gosse. Mais il y a bien d’autres interférences à ce souhait. 

                      La plus évidente étant que c’est un parcours du combattant d’adopter. 10 % y arrivent je crois, et au moins au bout de 4 à 5 ans au mieux. Ce qui est en jeu ce n’est donc pas le désir de « son » enfant mais le désir d’enfant (d’où qu’il vienne), et qui me semble des plus légitimes en tant qu’animal humain….. L’envie d’accompagner une petite vie, de transmettre, de le former, l’aimer, le guider, le protéger. C’est assez instinctif, difficile à expliquer, et concerne aussi bien les mère que les pères, les célibataires que les couples. 

                      L’adoption n’est donc pas la solution dans 90 % des cas.


                    • Surya Surya 27 mai 2015 21:17

                      Bonsoir Charlie,

                      C’est vrai que l’adoption est un veritable parcours du combatant, c’est normal d’y regarder à deux fois avant de confier un gamin à une famille, mais à ce point là il y a en effet de l’abus.

                      D’autant qu’il arrive que des enfants maltraités dans leur famille biologique ne soient pas, ou peu, aidés, comme si tout d’un coup, on estimait que cela ne regardait que les parents, et que l’on mettait son nez là où cela ne regarde pas.

                      Pour ce qui est de l’instinct de reproduction de l’animal humain, le désir instinctif d’enfant ou la fameuse horloge biologique (dont on rabat les oreilles de toute femme approchant la trentaine, dépêche toi d’avoir un gamin, ton horloge biologique, bla bla bla...) personnellement je n’y crois pas.

                      Je crois qu’il s’agit pour l’essentiel de bourrage de crane et d’éducation, dès le plus jeune age, de la fillette à qui on inculque que son destin, quoi qu’il arrive, est d’être mère.

                      Je crois qu’il faut arrêter avec ce cliché, car cela pénalise les femmes. Toutes les femmes.

                      - Celles qui se sentent obligées d’avoir un gamin alors qu’elles ne le souhaitent pas vraiment, pour qu’on leur fiche la paix (ça fait des gamins vachement heureux plus tard...) et qu’on arrête de les critiquer ou de les voir comme anormales, j’en connais plus d’une qui ont fait ça.

                      - celles qui ne se posent aucune question, ne réfléchissent pas à ce qu’elles veulent vraiment pour elles, et prennent pour principe absolu qu’une femme n’a pas d’autre destin que d’avoir un ou plusieurs gamins,

                      - et celles qui n’ont pas d’enfants, que ce soit volontaire ou non. Lorsque c’est volontaire, elles sont perçues comme des égoistes, comme je le disais plus haut, lorsque c’est subi, elles sont considérées comme des victimes, des personnes qui ne pourront qu’être, au fond d’elles mêmes, malheureuses. Quoi qu’il arrive. Même lorsqu’elles rigolent, on croit qu’elles sont en réalité en train de cacher leur malheur. C’est sympa de decider pour quelqu’un que cette personne est, et restera, malheureuse...

                      C’est absurde. Il est temps d’évoluer sur la question.

                      Il n’y a pas si longtemps, on disait aux femmes qu’il était obligatoire de se marier. Et qu’il était tout aussi obligatoire d’être mariée pour avoir des enfants. Heureusement, on a évolué sur la question.

                      Donc, vous voyez, l’horloge biologique et tout le tralala...

                      Chaque femme est totalement libre de faire ce qu’elle veut de sa vie, car justement, c’est sa vie. On est au 21ème siècle...


                    • Surya Surya 27 mai 2015 21:24

                      On pourrait me répondre, au commentaire que je viens tout juste de deposer, que le principe s’applique à toutes les femmes : la femme de 65 ans était libre d’avoir ces bébés, car c’est sa vie et elle en fait ce qu’elle veut. Sauf que d’autres vies sont désormais impliquées dans la decision qu’elle a prise pour se faire plaisir à elle meme.

                      Je vais aller plus loin, très loin, peut être un peu trop loin me direz vous. Un mec perd sa femme disons dans un accident. Il rêvait d’avoir un bébé avec elle. Trop tard ? Va-t-on autoriser un jour, si la science le permet, la gestation d’un bébé dans le corps d’une défunte ?

                      Après tout, hein, si la science le permet...

                      Allez, on va considerer cela comme de la science fiction bien effrayante, rien de plus.


                    • Aristide 27 mai 2015 18:30

                      L’amalgame est une arme redoutable, cette méthode est assez déplorable : ordonner trois faits indépendants afin de démontrer une causalité de l’un à l’autre. Mais il saute aux yeux et décrédibilise celui qui l’utilise.


                      En fait pour attaquer le mariage pour tous, il est assez commun, pour ne pas dire vulgaire, d’affirmer sans aucune démonstration qu’il entraînerait obligatoirement la GPA. On n’est donc pas étonné de cette manipulation. on pourrait vous démontrer que la GPA concerne aussi les célibataires, les unions libres ... Que les quelques couples qui sont concernés par le jugement ne sont pas obligatoirement « mariès ».

                      Là ou vous faites assez fort, c’est de conclure avec cette histoire assez élucubrante de maternité à 65 ans. Quelle nécessité à amalgamer des faits qui n’ont de relation que de concerner la famille et la filiation pour essayer de remettre en cause le mariage pour tous. 


                      • njama njama 27 mai 2015 18:52

                        @Aristide
                        la GPA étant (pouvant être) indépendante du mariage, il n’y a effectivement aucun lien entre le mariage, (pour tous ou pas) et la GPA.
                        Quand à la PMA, les homosexuels restent sur le carreau par discrimination naturelle, because « Dame Nature » ... contrairement à leurs consœurs capables de contourner le problème ...
                        donc par souci d’égalité, puisque cela fait partie des revendications dites « progressistes », la PMA n’a rien à voir avec le mariage pour tous.


                      • Aristide 27 mai 2015 20:11

                        @njama


                        Je me suis mal exprimé si vous pensez que je souhaitais dissocier complètement ces faits de société. La mariage pour tous est une réforme assez juste à mon sens. Il est indéniable que la filiation et la procréation naturelle ou pas a à voir avec le mariage, mais pas seulement. 

                        Quand vous en appelez au « souci d’égalité », il s’agit d’une égalité de droit en aucun cas il ne s’agit de se prévaloir d’un nouveau droit en évoquant qu’un droit est donné à d’autres, fussent ils considérés comme égaux en droit. En d’autre terme, je ne vois aucune raison à ce que les homosexuels hommes revendiquent un droit à la GPA au seul prétexte que la PMA est ouverte aux homosexuelles femmes et qu’elle leur ait naturellement impossible.

                        La GPA est interdite, le respect des lois est un des principes fondamentaux de nos sociétés. Il me semble assez abusif de voir des personnes détourner les lois de leur pays et vouloir imposer le fait interdit par une sorte de « chantage ». Ces personnes sont largement irresponsables, c’est vrai que le problème est très difficile car on fait supporter les conséquences de ces actes à des enfants qui n’ont rien demandé. 

                        Je ne voudrais être à la place des législateurs ou des juges qui ont ou auront à ce saisir de ce genre de drame, car c’en est un de ne pas avoir une existence légale. Je suis contre la GPA, mais je crois que la reconnaissance des enfants deviendra vite une « obligation morale » qui je sais a peu à voir avec la loi.

                        PS : Vous avez justement évoqué les difficultés de l’adoption, qui avait été présentée comme un réel palliatif à la PMA. Je crois assez juste aussi de souligner que l’adoption a peu à voir avec le désir d’enfant, encore moins le droit, même si dans les faits les « échecs » de la FIV et autres méthodes aboutissent souvent à cette solution adoptive. Ils s’aperçoivent bien vite que l’apparence est trompeuse et que l’adoption est bien différente de la procréation naturelle ou pas.
                         




                      • njama njama 28 mai 2015 09:00

                        @Aristide
                        sauf erreur la PMA n’est pas ouverte aux homosexuelles femmes en France, elle est seulement réservée aux couples hétérosexuels (mariés, pacsés ou en concubinage depuis au moins deux ans) en âge de procréer qui se trouvent dans l’une des situations suivantes : le couple présente une infertilité pathologique médicalement constatée (bilan d’infertilité) ou l’un des membres du couple est porteur d’une maladie grave, susceptible d’être transmise à l’enfant ou à son-sa conjoint-e.


                      • soi même 27 mai 2015 20:00

                        Je pleins le marmouset à 20 ans d’avoir comme maman une grand mère de 85 ans , on voit toute de suite sans ce trompé tous l’égoïsme masqué de ces grandes immatures adulescentes de 65 ans , et en plus si y les hommes s’y mette à la gestation pour autrui , je vous dites pas le bazar que va être le métier de généalogique dans l’avenir .....


                        • 65beve 27 mai 2015 22:48

                          Bonsoir tout le monde,


                          1) le mariage gay en Irlande.
                          L’Irlande vote pour le mariage homosexuel.
                          Madame de la Rochère a dû se retourner dans sa tombe.

                          2) Le tribunal confirme une GPA pratiquée à l’étranger.
                          Ce genre d’affaire ne devrait pas encombrer nos tribunaux.
                          A noter, le parcours du combattant pour adopter des enfants étrangers coûte souvent plus cher qu’une GPA.

                          3) Une femme de 65 ans accouche de quadruplés.
                          Mémère à l’Ehpad et les enfants à l’adoption (cf n°2).

                          cdlt.






                          • Mowgli 28 mai 2015 01:26

                            Elle va leur donner le sein ?  smiley


                            • howahkan howahkan Hotah 28 mai 2015 13:38

                              saut que seulement 50.53 % des inscrits ont voté.. 62% de oui sur un taux de vote de 50.53 % fait environ 31 % qui ont dit oui...donc 69 % des n irlandais n’ont pas dit oui à cette loi..
                              en démocratie 31 % devient 100%...

                              la démocratie est une arnaque totale..supportée ici par seulement 50.53 % des inscrits..

                              c’est donc en réalité à une défaite du oui à laquelle nous venons d’assister en Irlande...


                              • howahkan howahkan Hotah 28 mai 2015 13:40

                                @howahkan Hotah

                                ceci en réponse à cette phrase de l’article

                                 Mais cela n’a pas empêché 62% des Irlandais de voter pour autoriser le mariage de 2 personnes de même sexe.

                                phrase qui est totalement mensongère donc..

                                 

                              • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 mai 2015 13:09

                                @howahkan Hotah
                                Lors d’un élection, on ne tient pas compte de celles et ceux qui ne s’expriment pas. 


                                Après tout, qui ne dit mot consent.

                                Et s’ils avaient été vraiment contre, ils seraient aller l’exprimer, pas vrai ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès