Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > « Ecole maternelle », une expression archaïque ?

« Ecole maternelle », une expression archaïque ?

Un choix de mots n’est jamais neutre...

Qui est choqué ou simplement interpellé par l’expression « Congé parental » disant qu’il faudrait lui préférer celle de « Congé maternel » ? Personne !

Même si dans les faits, plus de mères que de pères y ont recours (l’inégalité salariale dont les femmes sont victimes y est pour beaucoup), aucun individu ne peut aujourd’hui sérieusement prétendre qu’endormir bébé ou lui changer les couches est un « travail féminin » !

Le tissage du lien qui unit le père comme la mère à l’enfant est aussi lié à la présence et à l’investissement de l’un comme de l’autre au quotidien et ce dès la naissance.

 

Le choix des mots est donc important, et ce n’est pas qu’un problème de sémantique ! La terminologie utilisée est le reflet d’une culture.

 

Mais aucun parent n’a compétence dans tous les domaines et c’est donc aussi pour cela qu’une grande majorité d’entre eux font appel à l’école (un quart des enfants de 2 ans, 95 % des enfants de 3 ans et 98 % des enfants de 4 et 5 ans sont scolarisés) pour préparer leur progéniture aux fondamentaux de l’éducation (lecture/écriture/calcul) sans oublier la socialisation.

 

Dressons un bref historique :

En 1770, le pasteur Jean-Frédéric Oberlin (Alsacien né en 1740 et décédé en 1826) crée la première « salle d’asile » destinée à accueillir les jeunes enfants. Cent dix ans plus tard, soit en 1880 on en comptera 4 655 et, en 1881, alors que l’enseignement primaire devient gratuit et laïc (Loi Jules Ferry), les salles d’asile deviennent « écoles maternelles ».

 

Sociologiquement, comme culturellement, en rapport avec l’éducation, il s’agit-là d’indéniables avancées majeures ! Mais, sous l’angle de l’égalité de droits hommes/femmes, quelle était alors la situation féminine et que révèle le terme école maternelle ?

Les exemples qui suivent sont édifiants !

- le Code civil consacre l’incapacité juridique des femmes mariées ;

- le Code pénal qualifie l’adultère de la femme de délit, mais celui du mari n’est passible que d’une amende et si les faits ont eu lieu au domicile conjugal d’une façon répétée ;

- les femmes n’ont pas le droit de vote ;

- etc.

Bref, l’expression « Ecole maternelle » est apparue dans un contexte fortement machiste où il était de bon ton que Madame torche bébé pendant que Monsieur est à la chasse ou au bistrot avec les copains…

Dans un tel contexte, oui, il faut parler d’« Ecole maternelle » et d’ailleurs ce sont des institutrices qui y travaillaient, les instituteurs exerçant dans le primaire (pour garçons).

 

Mais qu’en est-il à présent ?

Restons dans l’histoire en rappelant - quelques - faits :

- 1909 : le port du pantalon par une femme ne constitue plus un délit à condition que celle-ci tienne par la main un vélo ou un cheval ;

- 1920 : les femmes peuvent se syndiquer sans demander et avoir obtenu l’accord du mari ;

- 1924 : le baccalauréat passé par les filles devient identique à celui passé par les garçons ;

- 1938 : les femmes mariées peuvent ouvrir un compte en banque librement ;

- 1944 : le droit de vote et d’éligibilité est accordé aux femmes ;

- 1946 : IV° République : sa Constitution reconnaît le principe d’égalité entre hommes et femmes ;

- 1972 : la loi "garantit" l’égalité de rémunération quel que soit le sexe ;

- 1984 : congé parental ouvert à chacun des parents salariés sans distinction de sexe.

 

Aussi, parler aujourd’hui encore et toujours d’école maternelle, n’est-ce pas un archaïsme ?

 

Nous avons là une expression apparue non pas au siècle dernier, mais au cours de celui qui le précède et la culture qui y est rattachée (rappelons que nous ne parlons pas du droit à l’éducation) est peu glorieuse et ne constitue en aucun cas un exemple à suivre. D’ailleurs, nul n’envisage d’en faire un modèle à réhabiliter et à restaurer !

 

Parce qu’un choix de mots n’est jamais neutre, il me semblerait donc judicieux d’abroger le nom des établissements accueillant les « tout-petits » !

Mais pour le remplacer par quoi ?

 

Les Belges utilisent comme terme « école gardienne » et les Suisses « école enfantine ». Toujours de mon point de vue, cela n’est pas non plus pleinement satisfaisant : cette école ne fait pas que de la garde - elle n’est pas un parking - et la terminologie « école infantile » occulte son côté pédagogique et formateur.

Aussi, de la même façon que notre droit parle de « congé parental » et non pas de congé maternel, pourquoi ne pas dire, au lieu d’école maternelle, « école parentale » ? Son rôle éducatif serait souligné et le côté machiste, héritage du passé, supprimé !

 

COLPIN Didier


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • faxtronic faxtronic 15 mai 2008 14:16

    "Ecole maternelle", certes cette expression est denuée de sens, mais vouloir changer de nom est inutile et inutilement ideologique. C’est de la bien-pensance, du tortignonnage vain, c’est tout.


    • Annie 15 mai 2008 19:58

      Langue maternelle ou paternelle ?


      • Zkyx 16 mai 2008 09:17

        Honnêtement, je ne m’étais jamais posé la question du bien-fondé (ou non) de cette dénomination... sans doutes car c’est tout sauf important. Ca fait quand même assez "enculage de mouches" tout ça... un peu dans le même registre que l’instit qui en fait est un professeur des écoles... pourquoi faire simple ?

        Comme disait un commentaire, c’est de la bien-pensance... ça permet de sauver les apparences alors que derrière rien ne change.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès