Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Éducation : le vide des 60 000 postes supplémentaires de François (...)

Éducation : le vide des 60 000 postes supplémentaires de François Hollande

Serait-ce une nouvelle étape dans l’art contemporain ? Le surréalisme envahit le discours politique. Retour sur la démonstration magistrale de l'inconsistance d'un candidat par… Martine Aubry.

Depuis qu’il est en campagne, François Hollande a présenté deux idées directrices qui se voudraient originales. Je voudrais me pencher sur l’une d’elles, le recrutement supplémentaire de 60 000 fonctionnaires de l’Éducation nationale (essentiellement des enseignants) sur cinq ans (à raison de 12 000 par an). Pour emballer l’affaire, François Hollande a insisté sur le sens de son ambition : tout miser sur la jeunesse, force de l’avenir.

Vu de loin, cela a l’air cohérent et plaisant. Il est à la fois logique avec les habitudes de gauche (recruter toujours plus de fonctionnaires) et avec son statut d’opposant : ces 60 000 postes sont le rattrapage dans l’Éducation nationale du non-remplacement d’un poste sur deux des fonctionnaires partant à la retraite.

Il y a pourtant beaucoup de flou autour de cette mesure et c’est finalement Martine Aubry qui a réussi à la mieux décoder. Elle a fait une première tentative dans le troisième débat à six du premier tour de la primaire le 5 octobre 2011 mais est revenue à la charge avec plus de solidité dans son face-à-face avec François Hollande du 12 octobre 2011.

Il m’a paru très étonnant que les journalistes aient considéré cet échange comme un échange entre spécialistes alors qu’il était très facile à comprendre. Trop facile à comprendre, sans doute ?


Pas de revalorisation chez les enseignants

En premier lieu, rappelons que les enseignants font partie de ces catégories professionnelles à qui l’on demande beaucoup et à qui l’on accorde peu. Une revalorisation devrait donc être l’une des propositions de la gauche pour cette campagne.

Or, on ne peut pas revaloriser la fonction d’enseignant et augmenter le nombre de postes. Il faut choisir. C’était même l’un des arguments du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite : la moitié des économies réalisées est censée aller dans la revalorisation de la fonction publique.

Sur ce point, François Hollande a été très clair dans sa campagne de la primaire : il n’y aura pas de revalorisation. Point barre.


2,5 milliards d’euros

En second lieu, il paraît quand même nécessaire de savoir combien coûterait une telle mesure et comment trouver l’argent pour la financer.

Selon François Hollande, cette mesure coûterait 2,5 milliards d’euros sur cinq ans. Il faut en fait rappeler que ce coût est évidemment inexact. La création de nouveaux postes engendrerait un engagement de l’État bien plus important que sur cinq ans : il s’agirait d’assurer toute la carrière de ces nouveaux fonctionnaires ainsi que leur retraite. En clair, il faudrait plutôt tabler sur une centaine de milliards d’euros.

Mais admettons que nous en restions sur la période de cinq ans. Partisane de la gauche raisonnable, c’est-à-dire, de la gauche chiffrable, Martine Aubry a montré durant les différents débats bien plus d’esprit de responsabilité que François Hollande qui n’a jamais sortir de son flou. Elle lui a donc demandé posément comment il allait financer ces 2,5 milliards d’euros.


À la place des redoublements !

La réponse de François Hollande est, là aussi, assez intéressante à analyser : il compterait réduire le nombre de redoublements, qui seraient trop nombreux en France et qui ne serviraient pas à grand chose.

Le débat risquerait de partir sur le principe du redoublement : est-il bon ? mauvais ? entre les deux ? Probablement qu’il n’y a pas de réponse définitive et que cela dépend de chaque enfant.

yartiHollProf02

Mais ici, il ne s’agit pas de faire un débat de science de l’éducation. Il s’agit simplement d’étudier le moyen de financer une mesure coûteuse mais qui pourrait être utile. Il est plus facile à faire admettre auprès de la population l’embauche d’enseignants que de militaires, par exemple, même si les deux sont nécessaires.

François Hollande a justement évalué à 2,5 milliards d’euros le coût de ces redoublements. Cette estimation pourrait toujours être discutable mais gardons-la.

Ainsi, il serait assez simple : je retire les redoublements (je gagne même la sympathie des parents des élèves en difficulté) et je recrute 60 000 profs et assimilés (et je gagne également la sympathie du corps enseignant, ce qui a tant manqué au candidat Jospin flanqué de son ami Claude Allègre).


Oui, mais…

C’est là où la rigueur de Martine Aubry est sans équivalent. Elle a poursuivi alors le raisonnement. Pourquoi le redoublement coûte cher ? Parce qu’il y a plus d’effectifs chez les élèves. En réduisant les effectifs, on réduit le coût si et seulement si on réduit d’autant le nombre d’encadrants, c’est-à-dire, d’enseignants !

Et c’est là le creux de la mesure, clairement révélé par Martine Aubry mais peu repris par les observateurs : François Hollande recruterait les enseignants qu’il aurait supprimés pour les redoublements !

Comme seule réponse, François Hollande, faussement candide, a lâché plusieurs fois : « Je ne comprends pas très bien le raisonnement… ». Pourtant, c’est très simple : sa mesure n’est que du vent. Il supprimerait des postes en raison des effectifs dus aux redoublements et en …recréerait. Solde : zéro !


Un dialogue instructif

Le mieux, c’est encore de retranscrire sur ce sujet le dialogue entre Martine Aubry et François Hollande lors du débat du 12 octobre 2011 intégralement retranscrit ici.


Martine Aubry : Oui, non, oui, mais je voudrais juste vérifier, parce que, bon, pour qu’on aille au bout des choses, parce que les Français attendent qu’on soit précis, effectivement, 60 000 fonctionnaires, c’est donc deux milliards cinq, donc tu mets deux milliards cinq sur le budget Éducation…

François Hollande :
À la fin, à la fin de l’année.

MA :
À la fin, oui, oui, la dernière année, la dernière année…

FH :
Donc c’est 500 millions. Je rappelle que le budget de l’enseignement scolaire, c’est cinquante milliards d’euros, donc c’est 1% du budget. 1%. Voilà ta réponse.

MA :
Et c’est donc deux milliards cinq, voilà.

FH :
À la fin du quinquennat.

MA :
Et quand tu disais : le redoublement, je supprimerai le redoublement, ça coûte deux milliards cinq…

FH :
Oui, le redoublement, c’est deux milliards cinq à la fin du quinquennat.

MA :
Alors ça veut dire que tu souhaites créer 60 000 emplois, qui coûtent deux milliards cinq, mais tu en supprimes à nouveau 60 000 puisque le redoublement, c’est des profs en moins…

FH :
Mais non, le redoublement, c’est des effectifs…

MA :
Eh bien oui…

FH :
C’est des effectifs en plus, et donc, mieux vaut…

MA :
Donc ça veut dire que…

FH :
Je ne dis pas qu’il faut supprimer d’ailleurs tous les redoublements, il y a des fois où c’est nécessaire, mais on voit bien qu’il y a une marge, c’est en France qu’il y a le plus de redoublements, c’est en France…

MA :
Non, mais ça, on est d’accord…

FH :
C’est en France qu’on a le rythme scolaire le plus absurde…

MA :
Mais ça veut dire que : on crée 60 000 emplois, ça coûte deux milliards cinq…

FH :
Donc il y a des économies que l’on peut faire dans le système…

MA :
On en retire 60 000 parce que, on supprime les redoublements, ça veut dire que, finalement, on n’embauche pas d’enseignants complémentaires.

FH :
Mais si, pourquoi, je ne comprends pas le raisonnement ?

MA :
Mais si, puisque…

FH :
On peut avoir moins de redoublements et avoir plus d’enseignants, pour suivre les élèves, c’est l’objectif, je préfère qu’il y ait plus d’enseignants pour suivre des élèves qui seront amenés à ne pas redoubler…

MA :
Eh bien oui, mais si le redoublement coûte deux milliards cinq, c’est parce qu’il coûte des enseignants…

FH :
Plutôt que d’avoir des redoublements avec des effectifs constants. Pour moi, c’est plus clair.
David Pujadas : Si le redoublement coûte deux milliards et demi, vous dites ?

MA :
Eh bien, ça veut dire que ça coûte deux milliards et demi en professeurs, donc si on veut les retirer, là, je ne parle pas de… parce que, je ne parle pas de l’idée même du redoublement, on redouble beaucoup plus en France qu’ailleurs, ça, c’est vrai, et il faut… c’est la facilité. Mais je pense qu’il y a certains redoublements qui sont nécessaires, donc on ne peut pas tous les retirer, loin de là, c’est à peu près 10% de redoublements dans le secondaire. Mais ça veut dire que si on dit : je finance les deux milliards cinq par le non redoublement, ça veut dire qu’on retire des professeurs, que par ailleurs, on dit qu’on va ajouter.

FH :
Mais on les mettra dans le suivi des élèves, enfin, je ne comprends pas très bien le raisonnement, mais…

MA :
Mais si, mais alors, tu n’as pas une économie de deux milliards cinq…

FH :
Mieux vaut les mettre dans le service aux élèves plutôt que d’avoir ce système-là qui est absurde ; on a des effectifs beaucoup plus importants avec aussi les redoublements, bien sûr.

(J’ai souligné en rouge certains passages.)

 




Échappatoire surréaliste

À un moment donné, François Hollande a tenté une diversion en parlant du rythme scolaire, mais son interlocutrice, tenace, l’a ramené au sujet.

Cherchant un échappatoire à la fin, François Hollande a même pris une porte de sortie en disant que les effectifs qui servaient aux redoublements iraient « dans le suivi des élèves »… donc, réduire les redoublements n’apporterait pas l’économie de 2,5 milliards d’euros initialement présentée pour recruter les 60 000 postes !

yartiHollProf03

Cela me fait un peu penser à cette publicité cyclique ("Les antibiotiques, c’est pas automatique") pour réduire la consommation d’antibiotiques : Tu as la grippe ? Oui. Donc tu prends un antibiotique ? Non. Donc tu n’as pas la grippe ? Si. etc.


Mesure vide de réalité

Comme je le relevais au début de l’article, je reste étonné par l’absence totale de reprise de ce qui est là une démonstration magistrale du vide d’une des mesures présentées comme l’essentiel du programme du candidat François Hollande.

Il n’y a pas besoin d’être expert en finances publiques ni expert en science de l’éducation pour comprendre que François Hollande veut financer le recrutement de 60 000 postes de l’Éducation nationale par… la suppression de 60 000 autres postes consécutive à la fin des redoublements et à la réduction des effectifs qui en découlerait dans les établissements.

Dans "Charlie Hebdo" du mercredi 19 octobre 2011, François Hollande a parlé de la politique éducative actuelle : « Pour moi, c’est de l’obscurantisme. ». Je ne sais pas de quel côté penche le plus obscur...

Il ne s’agit pas de remarquer cela dans un esprit partisan : c’est Martine Aubry, qui soutient maintenant François Hollande et patronne de son parti, qui a elle-même levé ce lièvre.

Si c’est cela réenchanter le rêve français, ça promet !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (19 octobre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le débat Hollande-Aubry (12 octobre 2011).
François Hollande consacré.
Texte du débat Hollande-Aubry sur l’éducation.
Vidéos des débats Hollande-Aubry sur l’éducation (5 et 12 octobre 2011).

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.16/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • arobase 19 octobre 2011 09:41

    l’auteur tien à tout prix à retrouver son sarkosy. il va se retrouver bien seul !

    ça vient de tomber :

    Avec 35% des intentions de vote,F ;Hollande devance nettement Nicolas Sarkozy, crédité de 25% selon un sondage CSA pour BFM TV/RMC/20 minutes à paraître mercredi*. Au second tour, il l’emporterait avec 62% des voix au second tour contre 38% au président sortant.

    François Hollande gagne sept points par rapport à septembre et atteint le niveau le plus élevé mesuré pour un candidat socialiste. A titre de comparaison, . La présidente du Front national Marine Le Pen obtiendrait 16% (- 2),François Bayrou 9% (+ 2), Jean-Luc Mélenchon5% (- 1), Eva Joly 3% seulement (- 1).


    • arobase 19 octobre 2011 09:42

      l’auteur a entamé une campane virulente contre la gauche, mais 


      -70.000 fonctionnaires c’est en cinq ans. vous êtes contre ?
      - trop de prof pour nos enfants ?
       -trop de médecins ? vaut mieux arroser bétencourt de millions ?
      -annulation de la dette : en cinq ans. vous êtes contre ?
      -ou prendre l’argent ? chez ceux qui se sont goinfrés il y en a des tas !vous êtes contre ?
      -un mandat par élu, vous êtes contre ?
      -taxer les capitaux spéculatifs, vous êtes contre ?
      -favoriser l’embauche des jeunes ?vous êtes contre ?
      -aider les pme à se développer ?vous êtes contre ?
      -réformer le fisc ? vous êtes contre ?
      -rendre la justice indépendante ? vous êtes contre ?
      -ne pas aider les entreprises qui pratiquent la délocalisation boursière ?vous êtes contre ?
      -plafonner les plus hauts salaires ? vous êtes contre ?

      les impôts ne vont pas augmenter pour les particuliers., ils vont être différemment répartis. les plus riches payeront plus. vous êtes contre ? 

      c’est bien concret et faisable ça !!

      vous êtes contre ? 
      d’accord. alors vous proposez quoi de mieux ?

      • sisyphe sisyphe 19 octobre 2011 16:10

        Entièrement d’accord, arobase 


        Mais il ne faut même plus relever la minable propagande du petit télégraphiste du sarkozysme et de tous ses torchons de propagande moisie ; juste le noter négativement, et le laisser continuer dans le vide, à raquer son hérisson ; il lui reste tellement en travers de la gorge... 

        Raquetonhérisson : le petit chantre de la sarkozie agonisante, qui s’imagine égratigner la gauche, quand, à le lire, il ne fait que lui donner des voix, tant sa minable prose ne donne plus le change à personne... 

      • sisyphe sisyphe 19 octobre 2011 16:51

        le brave rakotoharrison, en bon petit soldat der la sarkozie, fait où on lui dit de faire !


        L’ump a dit qu’il fallait attaquer Hollande, son programme, ses propositions : il y met toute son application....

        Payé ? Normal..

         Pas payé ? Encore pire ... 


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 octobre 2011 02:27

        Ou complétement con. Ce qui reste le plus probable.


      • devphil30 devphil30 19 octobre 2011 09:50

        C’est sûr que depuis plus de 4 ans mon rêve s’est réalisé au delà de mes espérances ....


        Je travaille plus et je gagne moins , mes impôts n’ont pas augmenté mes tous les impôts indirects ont augmenté , l’état s’est désengagé des régions sans contre partie ce qui génère une augmentation de la taxation indirecte.

        Une chose me désole aussi beaucoup , c’est de ne pas être suffisamment riche pour pouvoir bénéficier du bouclier fiscal qui m’aurait permis de récupérer de l’argent au détriment de tous sans contre partie économique plausible.

        Les enseignants n’ont pas forcement besoin de revalorisation mais une reprise en main dans l’éducation nationale avec la mise en place de poste de surveillant , d’une hiérarchie qui aide ses enseignants.
        Par contre il est nécessaire de remettre en place des enseignants pour alléger les classes , en quoi cela pose un problème puisque de nombreux enseignants vont partir à la retraite dans les années à venir donc ce n’est pas un surcoût mais un rééquilibrage suite aux départs , ne me parler du remplacement de 1 sur 2 car la logique comptable ne doit pas être la seule variable d’ajustement , l’enseignement forme nos enfants pour demain et cela doit être pris en compte.

        Philippe
         

        • Robert GIL ROBERT GIL 19 octobre 2011 09:53

          La France est l’un des pays où l’origine sociale influe le plus sur le niveau
          scolaire. Les enfants d’ouvriers, d’employés et des « sans-activité » représentent 84%
          des élèves en difficulté et les universités n’accueillent que 10% d’enfants d’ouvriers.
          Les inégalités résultent de très nombreux facteurs, qui pénalisent ceux qui disposent
          des plus faibles atouts familiaux. Mais avec la baisse du pouvoir d’achat et la
          montée du chômage, il est difficile pour des familles, jusqu’à là épargnées, de
          financer des études de plus en plus longues. De nombreux étudiants sont obligés de
          travailler. Et lorsque les conditions matérielles deviennent trop difficiles ils
          abandonnent leurs études. Lire :
          http://2ccr.unblog.fr/2010/11/10/education-ou-en-est-on/


          • Voltaire Voltaire 19 octobre 2011 11:00

            Autant l’idée de F. Hollande sur le lien entre recrutement de jeunes et maintient de séniors dans les entreprises en échange d’allégement de charges mérite d’être examiné de près, autant sa proposition de recrutement dans l’éducation ne tient effectivement pas la route. L’auteur insiste justement sur l’aspect coût et le lien totalement fantaisiste entre financement et redoublement, mais on urait aussi pu ajouter l’impossibilité de recruter et former de nouveaux enseignants à ce rythme, alors que les concours actuels montrent un effondrement à la fois des niveaux et du nombre de candidats.

            En réalité, François Hollande aurait pu être infiniment plus réaliste et concret dans son idée de soutient à l’éducation : en matière de personnel, ce sont d’abord les personnels non-enseignants qu’il convient de recruter (psychologues, surveillants, RAZED), qui ont subit des coupes sombres qui ont contribuées à dégrader la qualité de la vie scolaire. Ensuite, une revalorisation des traitements des débuts de carrière, et la reprise de l’année effective de formation avant de mettre les enseignants seuls devant une classe s’impose. Tout cela aura un coût, mais bénéficiera effectivement à l’amélioration des conditions scolaires. Le nombre global d’enseignants est gérable par une plus grande souplesse des carrières, si on stabilise maintenant les effectifs.

            Si la priorité pour la jeunesse qu’affiche Hollande a un sens, et rejoint celle en faveur de l’éducation défendue par Bayrou, le candidat socialiste se doit d’être un peu plus réaliste et de prendre en compte la situation financière du pays. Ce réalisme qu’il avait affiché en début de campagne de primaitres s’est évanoui avec le forcing de la gauche du PS, et les promesses irréalistes ont de nouveau fait leur apparition. Ce n’est pas de bonne augure pour la suite, même si cela vaut à F Hollande une popularité éphémère. Avoir de nouveau à choisir entre un PS inconscient et une UMP pathétique n’est pas une perspective réjouissante pour un second tour.


            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 octobre 2011 02:38

              Voltaire, à la différence de celui dont tu empruntes le nom, tu es un extrémiste de la modération. Et contre tout bon sens, contre toute raison, un chantre de la résignation.

              Pas de vagues, voguez galères.

              Cordialement.


            • wesson wesson 19 octobre 2011 11:00

              Mon cher sylvain,

              oui, comme vous j’ai vu la convention UMP qui nous a appris - oh miracle - qu’ils ne sont pas d’accord avec les socialistes.

              Comme vous j’ai entendu que si le projet socialiste est mis en place, on perdra notre triple A. Au delà du fameux hochet que l’on risque bien de perdre avant le début même du programme socialiste, un certain De Gaulle qui disait que la politique ne faisait pas à la corbeille à dû salement se retourner dans sa tombe !

              C’est quand même assez amusant d’entendre l’UMP critiquer un programme comme si ils étaient dans l’opposition. Pourtant il me semble bien que la France est gouvernée depuis 10 ans par la droite, et a réussi le tour de force d’augmenter le déficit du budget de 500 milliards d’euros en 5 ans, à l’aide de mesures d’exonérations fiscales qui ont toutes prouvées leur inefficacité économique.

              Et puis, il suffit de lire les commentaires du Figaro sur la critique du programme PS pour s’apercevoir du malaise. Je me suis tapé une centaine de réactions, il y en avait que 3 de positives pour l’UMP, émanant d’ailleurs toute d’un même pseudo.

              Alors effectivement, face à ce qui ressemble de plus en plus à un naufrage du parti présidentiel, je vous assure de ma compassion la plus affligée.


              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 octobre 2011 02:40

                Salut Wesson.

                Laisse tomber. Ce mal élevé ne répond jamais.


              • Henry Moreigne Henry Moreigne 19 octobre 2011 11:01

                @Sylvain.Il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre. Qu’à dit FH : 1. Que la jeunesse est une cause prioritaire 2. que dans ce cadre l’éducation ne peut être sacrifié sur l’autel du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux 3. que les 60 000 postes à redeployer concernent les profs mais aussi les infirmières, les CPE ... 4. Qu’on pouvait s’interroger sur l’utilité des redoublements.

                On peut être d’accord ou pas sur ces propositions mais attention à ne pas les travestir.


                • lucien414 20 octobre 2011 18:56

                  Combien y a-t-il d’enseignants qui devraient enseigner mais qui n’enseignent pas, faute d’élèves dans leurs discipline ou qui sont détachés vers autre chose que l’enseignement ? Il y en a largement plus que 60000. Ils seraient environ 97000.

                  http://forums.france2.fr/france2/Election-presidentielle-2007/introuvables-enseignants-detaches-sujet_37757_1.htm

                  http://penserlibrement.canalblog.com/archives/2011/06/17/21417903.html


                • arobase 19 octobre 2011 12:38

                  en effet l’éducation ne sert à rien. certains ici ne semblent d’ailleurs n’en avoir jamais rçu !


                  si je comprends bien votre idole lepen va encore supprimer des postes ? bon à savoir !

                  • Dzan 19 octobre 2011 15:08

                    Je pense que FH dans le feu du débat a lancé un chiffre un peu improbable.
                    Mais si on reprend, les promesses de l’Idole de Mr Rokotoarison en 2007, c’est du pipi de chat à côté.

                    Le plus fameux que j’ai entendu ce jour, c’est Accoyer ( vous que je sers) qui a trouvé les coupables de l’état lamentable de la France au bout de 4 ans 1/2 de Sarkozysme.

                    C’est la faute à Miterrand et à Jospin.

                    Chirac n’a jamais été Président, Sarko, jamais Ministre de l’Economie ?



                    • Taverne Taverne 19 octobre 2011 15:44

                      Si on met de côté le duo de comiques entre Monsieur Normal et Camarade Martinechev, substitut de DSK empêché, on ne peut que se réjouir de la volonté de Hollande de protéger et développer l’éducation. Evidemment, sur les solutions, ça reste encore très hésitant, embrouillé. Mais l’esprit est là.

                      Bon, qu’il demande à François Bayrou ce qu’il faut faire... smiley


                      • Ptetmai 19 octobre 2011 16:07

                        Effectivement il y a là un point faible : ne pas redoubler, c’est augmenter l’effectif de la classe où on passe « quand même » et pas économiser des profs

                        Qui lui a soufflé çà ? Il ne devait pas être fort en math.

                        Il faut trouver d’autres moyens pour financer, pour commencer, des profs supplémentaires au CP et en 6ième, voire en seconde, les classes d’entrée dans les trois niveaux ; ce qui devrait réduire les redoublements.

                        Il faut qu’Hollande améliore son programme, car il faut qu’il gagne ; en particulier pour les défavorisés en nombre croissants. Déjà plsu de 10 millions.


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 19 octobre 2011 17:01

                          Les deux mesures qui distinguent la candidature de FH et sur lesquelles il a bâti toute sa campagne, -toutes les autres étant dans le projet socialiste concocté par MA- sont absurdes, en cela qu’elles sont contradictoires en elles-même et avec ce qu’il prétend qu’elles sont


                          1) l’une, comme vous le dites très bien, exige la création de postes supplémentaires pour mieux encadrer les élèves qui ne redoubleraient plus, ce qui ne permettrait aucune économie, sauf à bourrer davantage les classes ; ce qu’il se refuse à faire. Ceci dit il faudra bien se résoudre à alléger les classes des élèves en difficultés dans le cadre d’une toute autre pédagogie plus personnalisée et plus active, quitte à charger un peu plus les effectifs dans les classes plus favorisées.

                          2) l’autre qui vise à dispenser de charges sociales les entreprises qui associeraient un senior, comme tuteur, à un junior embauché (en CDI) est contradictoire avec son refus des niches fiscales qui, en effet, sont sources d’effets d’aubaines comme l’a dit MA

                          MA a été excellente dans ce débat, nul doute qu’elle saura, comme secrétaire générale du PS, recadrer magistralement le candidat de ce même parti. C’est à cette condition que je voterai pour lui sans état d’âme, ni enthousiasme excessif, pour sortir NS, ainsi qu’en ont décidé les électeurs de la primaire. MA reste une garantie de sérieux dans le future élection présidentielle.

                          • arobase 19 octobre 2011 18:58

                            mr reboul, ce n’est pas dans une discussion de deux heures traitant de multiples sujets iportants pour aboutir au choix interne à un parti d’ujn candidat qu’on peut détailler avec opprécision des projets.

                            .
                            .aubry, les autres candidats, les futurs députés et sénateur , plus les gens venus d’autres horizons, du FDG et autre seront tous là pour finaliser les choses.

                            il reste toute la campagne, puis une fois élu, il y aura des ministres, des conseillers, des hauts fonctionnaires pour mettre au point dans le détail ce qui se fera.

                            en attendant contentez vous des grandes lignes et si ça vous déplaît, votez donc sarko ou lepen, vous aurez certainement la possibilité d’entrevoir le nirvana.

                            ou bayrou par exemple, grand spécialiste de l’éducation, et des baffes aux gamins..

                            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 19 octobre 2011 19:12

                              Je ne comprends pas votre commentaire : je déclare vouloir voter pour FH sur la base du projet du PS, mais il devrait, pour être assuré d’être élu, corriger ses incohérences, sinon il va se faire hacher menu par l’UMP...En cela MA est bien à sa place à la tête du PS pour l’y inciter.


                            • Nums Nums 19 octobre 2011 20:18

                              Mince.


                              Sylvain s’est une fois de plus fait moinsser son article. Il me semble loin le jour où on pourra dire :

                              « Sylvain Rokoto a raison... »

                              Oui, je sais, c’est nul...

                              • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 19 octobre 2011 21:20

                                Désolé, mais il vous a manqué une subtilité déjà soulignée par Ségolène Royal.
                                Car Hollande veut étaler l’engagement des 60’000 fonctionnaires sur 5 ans. Selon ses estimations, les 12’000 nouveaux fonctionnaires annuels devraient lui coûter 0,5 mia € la 1ère année.
                                Mais la 2e année, quand il va engager 12’000 fonctionnaires en plus, il devra aussi assurer le salaire des fonctionnaires de la 1ère année. Donc à la 2e année, son coût à supporter sera de 1 mia € pour les 24’000 fonctionnaires. De même, à la 3e année, son coût sera de 1,5 mia € pour les 36’000 fonctionnaires. A la 4e année, le coût sera de 2 mia € pour les 48’000 fonctionnaires. Et à la 5e année, le coût sera de 2,5 mia € pour les 60’000 fonctionnaires. Au final, il devra supporter en 5 ans, le total de : 0,5+1+1,5+2+2,5 = 7,5 mia €
                                Ce n’est donc pas Martine Aubry qui a mieux décodé l’absurdité de Hollande, mais plutôt Ségolène Royal qui l’avait souligné dès le 1er débat.


                                • arobase 19 octobre 2011 22:34

                                  pourquoi cet auteur ne répond jamais ? mépris pour ceux qui prennent la peine de le lire ? faudra t-il boycotter ses articles ? 


                                  • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 19 octobre 2011 22:58

                                    L’auteur ne maitrise pas son sujet mieux que le Hollande qu’il attaque
                                    (voir ma précédente intervention (http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/education-le-vide-des-60-000-102694#forum3096309)


                                  • Mugiwara 20 octobre 2011 00:56

                                    Enfin bon, ce n’est pas comme si Martine Aubry allait disparaître du paysage politique, loin de là. 

                                    Je pense qu’elle saura se faire entendre grâce à son bon score qui l’autorise à être le numéro 2 du PS et qui fait oublier l’élection du poste du 1er secrétaire du PS. 

                                    Pour « l’oubli » de F. Hollande, il aura le temps de perfectionner son programme ce que ses camarades lors de la primaire ont su relever et de mieux chiffrer. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès