Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Education nationale : faut-il mentionner l’homosexualité des (...)

Education nationale : faut-il mentionner l’homosexualité des personnages historiques dans les manuels scolaires ?

Lors d’un entretien accordé au magazine Têtu, le 22 octobre, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes, porte-parole du gouvernement, a exprimé son souhait de mentionner l’homosexualité des personnages historiques ou des célébrités du passé dans les manuels scolaires. «  Aujourd'hui, ces manuels s'obstinent à passer sous silence l'orientation LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs, même quand elle explique une grande partie de leur œuvre comme Rimbaud », a-t-elle précisé, en ajoutant : « la difficulté de beaucoup de nos enfants qui se découvrent cette orientation homosexuelle, c'est qu'ils ne peuvent s'identifier à personne et qu'ils se considèrent donc comme anormaux et c'est cette souffrance-là qu'il faut prendre en considération ».

Je me demande quelle mouche a-t-elle bien pu piquer Najat Vallaud-Belkacem pour avoir une telle idée, qui me semble totalement saugrenue ? Est-il important de connaître les penchants affectifs ou sexuels des hommes et des femmes qui ont marqué l’Histoire, la littérature ou les arts ?

Je suis ouvertement gay et, pourtant, je ne cautionne pas l’idée de mentionner dans les manuels scolaires l’orientation sexuelle ou affective des personnages historiques. Pour ma part, j’estime qu’il s’agit plutôt d’une nouvelle discrimination envers les personnes LGBT et non pas d’une avancée pour la lutte contre l’homophobie.

Je suis persuadé que les qualités, ou les défauts, d’un personnage historique ne se définissent pas par rapport à son orientation sexuelle. Ce serait trop réducteur ! Est-il important de savoir qu’Alexandre le Grand aimait les hommes ? Ou bien de parler des conquêtes masculines du roi Henri III ?

Plus délicat encore, lorsqu’il s’agira de relater les périodes sombres de l’Histoire… Devra-t-on également souligner qu’Ernst Röhm, pionnier du nazisme et fondateur des S.A., était un homosexuel notoire ? Ou alors passer ce fait sous silence, ce qui serait une grande malhonnêteté intellectuelle ? Il ne faut pas l’oublier, tous les personnages historiques gays, lesbiens ou bisexuels n’étaient pas tous des exemples à suivre ! Et cela n’a aucun rapport avec leur orientation sexuelle !

Et pourquoi ne pas mentionner également l’hétérosexualité de tous les personnages historiques ? J’imagine bien la définition qui commencerait de la sorte : « Homme politique français, hétérosexuel, né le… ». On voit bien jusqu’où irait le ridicule avec une telle précision !

L’initiative de Najat Vallaud-Belkacem peut paraître sympathique, à première vue, mais c’est loin d’être le cas. Elle n’apporte rien à la lutte contre l’homophobie et me semble même particulièrement réductrice. Ce n’est pas l’orientation sexuelle qui définit un personnage historique  !

Je suis un ardent défenseur de l’égalité des droits pour les personnes LGBT mais je pense que cette idée n’est pas bonne. Elle ne peut que créer de nouvelles discriminations. Elle aurait l’effet contraire du résultat escompté.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

145 réactions à cet article    


  • jako jako 30 octobre 2012 08:56

    Bonjour, j’ai entendu cela, à mon avis non, la face publique d’un personnage sont ses romans, ses films, ses chansons, ce qu’il a fait dans l’histoire et non pas ses penchants sexuels ou la couleur de son chat préféré. Merci de votre article


    • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 30 octobre 2012 19:58

      Bonsoir Jako,

      Merci pour votre commentaire. Je partage totalement votre avis, d’où le but de cet article.

       


    • Romain Desbois 31 octobre 2012 18:50

      Hé bien moi , j’aurais été heureux , jeune homo, d’apprendre que James Dean était homo.

      Parce que les histoires d’amours impossibles, les histoires de Roméo et Juliette, c’est beau dans les films. Mais dans la vie c’est juste l’enfer.


    • JL JL 30 octobre 2012 09:09

      Bonjour Giuseppe Di bella,

      que dire de plus ? Je trouve qu’une jeune femme aussi pleine de qualités et de talents que NVB, exprime dans ce projet son principal défaut : sa vison binaire des choses. En effet, je pense que la différence homosexuel hétérosexuel n’a pas la même pertinence que la différence homme femme. Et pourquoi ne pas mentionner les « Bi » ? Et pourquoi pas : "gay à 80%, lesbienne à 25% ? bi à 100% ? (oups ! pb !)

      Mais peut-être les adeptes d’un certain courant socio-politique le voient-il autrement ? LGBT, féministes, libertariens, néolibéraux, mondialistes, même combat ?

      Lorsqu’ils auront fait sauter la distinction hommes femmes, il ne restera plus qu’une orientation décidée et qui deviendra facultative. En effet, pourquoi mentionner l’orientation sexuelle ? Chacun peut en changer à sa guise, ou du moins officiellement, car on ne voit pas pourquoi il faudrait le se déterminer une fois pour toutes, et à un âge où l’on n’a pas encore choisi.

      Oui, décidément, l’égalitarisme libéral fait bien des ravages.


      • JL JL 30 octobre 2012 09:18

        J’ajoute que, bien qu’ayant voté pour le PS, davantage pour éliminer Sarkozy d’ailleurs, je déplore que ce gouvernement s’occupe de moralisme au détriment des valeurs républicaines.

        Il ne faut pas confondre morale et moralisme. Ce dont il est question ici relève, non pas de la morale, mais du moralisme. Non pas de l’égalité, mais de l’égalitarisme.

        « La morale c’est-ce qu’on s’applique à soi-même ; le moralisme c’est-ce qu’on demande aux autres. » (Jacques Julliard)

        « Transformer la politique publique en moralisme ploutocratique, et prononcer ainsi la dissolution définitive de l’État social, voilà peut-être la nouvelle - l’ultime - frontière libérale. » Frédéric Lordon

        « L’Europe s’est alignée sur les États-Unis, avec son « capitalisme de connivence » et riposte en ayant recours au moralisme et au gouvernement des juges. Seule une remise en question totale du système capitaliste pourrait y mettre fin. Extraits : »Le capitalisme contemporain est devenu par la force de la logique de l’accumulation, un « capitalisme de connivence ». Le terme anglais « crony capitalism » ne peut plus être réservé aux seules formes « sous-développées et corrompues » de l’Asie du Sud est et de l’Amérique latine que les « vrais économistes » (c’est à dire les croyants sincères et convaincus des vertus du libéralisme) fustigeaient hier. Il s’applique désormais aussi bien au capitalisme contemporain des États-Unis et de l’Europe. ... Dans son comportement courant, (cette classe dirigeante) se rapproche alors de ce qu’on connaît de celui des « mafias », quand bien même le terme paraîtrait insultant et extrême". (Par Samir Amin, économiste et président du World Forum for Alternatives.)

        Je crois que les gouvernements de l’UE se sont tous mis dans la file d’attente d’un gouvernement mondial et nous mènent en bateau avec ce moralisme ploutocratique.


      • tikhomir 30 octobre 2012 10:19

        Lorsqu’on aura fait, comme vous le dites « sauter la distinction hommes femmes », en fait, il n’y aura plus d’orientation sexuelle. Si on peut justement définir une orientation, c’est aussi grâce à l’altérité.


      • JL JL 30 octobre 2012 10:29

        Tikhomir,

        oui évidemment  : on pourra jeter le bébé avec l’eau du bain en toute bonne conscience.

        L’introduction de l’homosexualité dans la sphère publique et officielle n’est clairement pas une fin en soi mais un moyen.

        Le moralisme et l’égalitarisme libéral, à l’instar de la fausse monnaie qui chasse la bonne, sont un danger pour vos valeurs.


      • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 30 octobre 2012 20:02

        Bonsoir JL,

        Merci pour votre commentaire. Oui aussi dans l’idée de Najat Vallaud-Belkacem de mentionner également la bisexualité des personnages historiques.

        Où est l’intérêt de venir « outer » des personnages morts, pour la plupart depuis des siècles...

         

         


      • Romain Desbois 31 octobre 2012 19:00

        Giuseppe

        L’intérêt alors que l’on ne cesse de nous objecter le besoin de référents pour les enfants, c’est de donner des référents aux enfants homosexuels et aussi de montrer aux autres enfants que l’on peut être homo et célèbre, que l’on peut être homo et comme les autres.
        Pourquoi homosexualité des artistes est-il plus accepté des hétéros ? Parceque on ne l’a pas caché. Parce que les plus visibles d’entre nous ont essuyé les plâtres. C’est devenu normal.

        Je fais souvent la comparaison avec l’espéranto, en général les gens sourit quand on leur parle de l’espéranto. Et dès qu’on leur parle de gens célèbres qui ont soutenus ou qui soutiennent l’espéranto comme Jules Vernes par exemple, tout de suite ils n’en rigole plus.

        Je pourrais faire la même démonstration avec le végétarisme, avec le nucléaire, le réchauffement climatique, la voiture électrique, etc....

        Voilà pourquoi Giuseppe il est utile d’outer les morts.

        PS : j’avais naguerre un bouquin que recensait les personnages illustres, il s’appelait « a poil et à plume » je crois. C’était très étonnant.


      • titi 30 octobre 2012 09:20

        Le gouvernement et ses ministres n’ont rien à foutre de plus important que de philosopher sur « le sexe des anges » ?


        • gaijin gaijin 30 octobre 2012 11:21

          si
          mais focaliser l’attention du public sur des sujets mineurs est une partie importante de cet art tauromachique que l’on appelle la politique ...............


        • Georges Yang 30 octobre 2012 09:35

          L’homosexualité de Rohm est mise en évidence dans la pièce de Brecht

          La résistible ascension d’Arturo Ui


          • pissefroid pissefroid 30 octobre 2012 09:36

            Dans mon enfance, j’ai toujours été intrigué par les mignons d’henri III.

            Je veux croire que maintenant le professeur peut signaler l’homosexualité de ce roi.

            Les favorites sont fréquemment signalées dans les manuels scolaires, sans qu’il soit utile de signaler l’orientation sexuelle du roi, tant cela semble aller de soi.

            Alors que dire des favoris ?


            • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 30 octobre 2012 10:13

              Le fait historique n’est pas l’homosexualité controversée de ce roi, mais qu’Henri III ait eu cette réputation d’homosexualité, et, plus généralement, que l’imputation d’homosexualité ait été utilisée dans des luttes politiques ou religieuses. Ce phénomène-là mérite, assurément, d’être enseigné.


            • JL JL 30 octobre 2012 10:16

              @ pissefroid,

              en effet, le professeur peut signaler l’homosexualité de ce roi. Mais il y a une différence notable entre répondre à un enfant qui pose une question et fournir à un enfant une réponse à une question qu’il ne pose pas. Dans le premier cas, on fait de la pédagogie ; dans le second du bourrage de crâne.

              Le fait pour un jeune enfant innocent de lire dans un manuel que tel roi était homosexuel peut le perturber.


            • JL JL 30 octobre 2012 10:31

              @ Senatus populusque,

              il y a beaucoup de choses dans l’histoire qui mériteraient d’être enseignées. Et ce n’est pas à partir d’un cas particulier qu’il convient de généraliser.


            • Romain Desbois 30 octobre 2012 10:47

              Mais bien sûr.

              Si personne ne parle de l’homosexualité à un enfant , il ne va pas l’apprendre tout seul. Et pire il risque de l’apprendre à ses dépends et ca risque bien plus de le traumatiser.

              Et qui pense aux enfants homos qui comme je l’ai vécu vont se trouver marginaliser par le fait que personne ne parle de ce qu’il vit ?


            • anty 30 octobre 2012 11:28

              On s’en fout de tes états d’âme.


            • Rounga Roungalashinga 30 octobre 2012 12:18

              La question qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est : l’enseignement de l’Histoire a-t-il pour but de fournir aux enfants des connaissances générales sur les évènements majeurs de l’histoire de France, ou de faire en sorte qu’ils soient bien dans leur peau ?


            • nemotyrannus nemotyrannus 30 octobre 2012 12:37
              D’accord avec Giusseppe di Bella, la meilleur façon de dire que les homos sont des gens comme les autres c’est de ne pas les distinguer ni d’en parler quand il n’y en a pas besoin. 

              Perturber un enfant en parlant d’homosexualité ?
              Non , je ne crois pas qu’il existe des enfants « innocents » au point d’avoir peur d’entendre la vérité.D’ailleurs l’innocence ça n’existe pas vraiment non plus.Quand on est gamin on ne pense déjà qu’au cul et on joue à Call of Duty (à part quelques reliquats de catéchisme), c’est ailleurs qu’on nous pourrie la vie.

              Si vous voulez vraiment perturber un enfant , ne lui parlez jamais de sexualité , brimez le et mentez dés qu’il abordera le sujet ou débarquez sans frapper dans sa chambre. 
              Faut pas se tromper , il est même fort probable que les jeunes sont en général plus ouverts sur le sujet que ceux qui en discutent encore.
              C’est pas vraiment eux qu’il faut éduquer sur ce point . Eux ils ont grandi , on a grandi , avec ces valeurs. On défend les homos , les étrangers et le chichon , même si c’est sans vraiment savoir pourquoi. Et qu’il faudrait parfois y repenser. 
              Dans 10 ou 20 ans ce sera même plus un sujet de conversation. Je me demande si c’est pas plutôt certains parents ou grands parents qu’il faut ré-éduquer. (Ce qui sera plus difficile)



            • Mycroft 30 octobre 2012 13:27

              Le boulot du professeur pendant les cours, c’est de répondre aux questions que l’élève ne se pose pas. C’est ainsi, et seulement ainsi, qu’on peut s’assurer qu’il aura eu accès aux informations de base.

              Car bon nombre de jeune en lycée ou collège sont sans imagination, sans capacité à se poser des question autre que triviale.

              Je suis d’accord assez peu d’accord avec l’auteur, qui semble partir du principe que cette inclusion de l’homosexualité dans l’enseignement sera fait de manière inefficace et ridicule, en incluant juste l’homosexualité des personnage historique comme une espèce de « quota » à respecter.

              En terme d’histoire, le sexe explique un certains nombre de chose. Bon nombre de personne de pouvoir ou d’auteurs célèbre ont agis d’une certaine façon en fonction de leur coucherie. Il ne faut pas qu’il y ai de tabou sur la sexualité des personnage historiques quand cette dernière permet d’expliquer certaines décision. Si par contre elle n’a rien à voir avec son passif, inutile d’en parler, c’est évident.


            • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 30 octobre 2012 20:04

              Bonsoir à toutes et tous,

              Je ne peux pas répondre individuellement à chaque message. Mais j’ai bien pris connaissance de vos commentaires qui, pour la plupart, ne manquent pas de pertinence.


            • tikhomir 30 octobre 2012 10:07

              « Ce n’est pas l’orientation sexuelle qui définit un personnage historique ! »

              D’accord avec ça, et j’étendrais même à toutes les personnes, « historiques » ou non. Donc en gros : on n’a pas besoin de gay pride, de militantisme homosexuel, etc.


              • King Al Batar King Al Batar 30 octobre 2012 10:30

                « Ce n’est pas l’orientation sexuelle qui définit un personnage historique ! »

                Oui et non.
                Pour moi ca ne le définit pas. Toutefois, si lui doit subir les conséquences de son orientation sexuelle, et est victime du regard ou de la méchanceté des autres ca peut contribuer à le définir. De la même manière, je n’ai pas du tout apprécié le film biographique sur Dumas, interpreté par Depardieu, alors qu’on oublie qu’il était métissé.
                Cette information n’est pas necessaire pour lui, en apparence, mais si on lit certaines de ces oeuvres, on comprends qu’il a fortement subi et déplorer le regard que lui portaient ses contemporains à l’égard de sa couleur.
                Disons que si le regard des autres ainsi que leur jugements, font partie des peines, des sentiments, et expliquent certaines oeuvres, on ne peut passer au travers.
                Idem pour Oscar Wilde.


              • tikhomir 30 octobre 2012 10:43

                Je suis d’accord avec vous, néanmoins, entre enseigner quelque chose pour donner des clés de compréhension d’un auteur et de son œuvre et dire la sexualité des gens par idéologie et faire plaisir à une bande de lobbyistes, il y aune grande marge.

                C’est pas le fait de dire la sexualité d’une personne qui est gênant, c’est le fait que ça entre dans un cadre idéologique malsain tel que celui du militantisme homosexuel et du pseudo égalitarisme.


              • Romain Desbois 30 octobre 2012 10:51

                Tikhomir

                C’est toujours instructif de voir comment il est facile de parler aux noms des autres ;

                Vous n’êtes pas autorisé à parler au nom des homos , de quels besoins ils auraient à demander ou non.
                c’est extraordinaire tout de même cette facheuse tendance au fascisme.


              • danielyves 30 octobre 2012 10:53

                Bonjour King Batar,


                Pour Dumas , à part dans le roman « Georges » où il est question d’une révolte d’esclaves à la Réunion, il n’y fait jamais allusion. Et dans plusieurs romans comme « Le baron de St Hermine » il affiche des opinions banalement esclavagistes et racistes (communes à cette époque).

                En fait Dumas était Français, et il avait l’esprit assez acéré pour envoyer sur les roses ceux qui ceux que sa couleur de peau indisposait .

                Depardieu en Dumas, bof ! Mais ce n’est pas sa couleur de peau qui posait probléme : c’est son jeu.

                Adjani , arabe, joue la Reine Margot ; ça vous pose probléme ?
                J’ai vu une représentation du Cid, avec un noir dans le rôle de Don Sanche , trés bon acteur : où est le souci ?

                Ceci dit si on fait un film où Toussaint Louverture est interprété par Christophe Lambert, je vous concéde qu’il y aura un souci de lisibilité...

              • tikhomir 30 octobre 2012 10:57

                @Romain

                Et vous, y êtes-vous autorisé ?


              • Romain Desbois 30 octobre 2012 11:12

                Je ne parle pas au nom de ce que veulent les homos.
                Jamais !!!


              • King Al Batar King Al Batar 30 octobre 2012 11:12

                A danielyves.

                Dans la mesure ou il s’agit d’une « oeuvre » (bon c’est un navet, mais c’est comme ca qu’on dit) censé être biographique, je trouve cela véritablement dommage qu’on soit passé à côté de cet élément.
                Effectivement, il n’est nullement nécessaire de l’enseigner pour la présentation d’un de ses livres à l’école, mais si ce film à la prétention de nous parler de la vie de l’auteur, et qu’il ommet cet élément important je trouve cela navrant.

                Isabelle Adjani ne m’a pas dérangé en Reine Margot. Je ne dis pas que chaque personne doit coller parfaitement non plus. Il n’est nullement nécéssaire de prendre un homosexuel pour jouer Rimbaud ou Verlaine, mais on parle evidemment de leur relation dans ce film.
                Cacher que Dumas était un quarteron, alors que je vous le dit, on s’appercoit par le biais d’écrits, qu’il a eu à en subir les sarcasmes.

                En revanche, je ne savais pas qu’il avait participer au commerce d’esclave ou s’était sali la dedant, comme vous semblez l’affirmer, et meme si c’était plus que courant à l’époque.


              • tikhomir 30 octobre 2012 11:22

                @Romain

                Et où avez-vous vu que je le faisais ? Où est-ce que je dis « les homos veulent ci ou ça » ?


              • danielyves 30 octobre 2012 12:18

                @King Al BATAR


                Pour Dumas je n’ai pas dit qu’il avait participé au commerce negrier. C’était un « progressiste » qui avait participé aux 3 Glorieuses.
                J’ai simplement dit que dans plusieurs oeuvres comme « Le Baron de St Hermine » il exprimait les opinions « banalement » racistes de son époque. Comme Beecher -Stowe dans sa « Case de l’Oncle Tom » , qu’on moque aujourd’hui et qui a pourtant contribué grandement à la suppression de l’esclavage aux USA.

                Dumas a vécu à Haramont et Villers Cotterêt enfant : on peut lire le récit « transfiguré » qu’en fait Dumas dans « Ange Pitou ».
                Pas trace de blessure « raciale » ou autre. Il a sillonné la Russie , la France, etc...accueilli partout comme un roi...En France il vivait dans un milieu en or , un monde de rêve où Vigny cotoyait Sand et Musset...

                La seule blessure de Dumas tient à son pére qui a « raté » sa chance en n’occupant pas son poste lors des émeutes royalistes de 1796 : il a été remplacé au pied levé par...Bonaparte.
                Cette blessure là , ce sentiment du destin manqué, vous le retrouvez dans une multitude de ses romans sous une forme ou sous une autre. De même que la figure de son pére (la force, l’intelligence, etc..) qu’en fait Dumas dans certains écrits se retrouve dans des héros comme « Le Comte de Monte Christo » ou « Joseph Balsamo ».


              • King Al Batar King Al Batar 30 octobre 2012 14:07

                A Danielyves, merci pour vos précisions, et la transmission de votre savoir.

                A romain desbois, je suis surpris par l’absence de commentaire de votre part. Vous êtes l’un des rares à venir me troller systématiquement, en me traitant d’homophobe à tout bout de champs (ce queje nis pertinament bien sur)...
                Mais là aucune réaction de votre part.
                Que se passe t il, vous vous êtes contenté de me moinsé par principe ???
                Vous êtes malade ?


              • Romain Desbois 31 octobre 2012 01:07

                tikhomir "....dire la sexualité des gens par idéologie et faire plaisir à une bande de lobbyistes, il y aune grande marge.C’est pas le fait de dire la sexualité d’une personne qui est gênant, c’est le fait que ça entre dans un cadre idéologique malsain tel que celui du militantisme homosexuel et du pseudo égalitarisme."

                Vous ne vous lisez pas ? c’est juste écrit plus haut.


              • Romain Desbois 30 octobre 2012 10:08

                Bonjour Giuseppe

                Je ne suis pas d’accord avec vous. Jeune je pensais être le seul dans mon cas et les seules références étaient la cage aux folles. Ca a contribué à faire que je me suis méfier de tous mes gestes, de me forcer à être en représentation constamment dès que j’étais en présence de quelqu’un, même proche.

                Ensuite j’ai découvert que j’étais loin d’être seul, que les homos n’étaient pas tous caricaturaux ou efféminés. Puis j’ai découvert vers 20 ans qu’il existait même des endroits où les homos pouvaient être libre d’être ce qu’ils sont.

                Je peux dire qu’à cause de ce « silence » sur l’homosexualité en général et sur l’homosexualité des personnes célèbres à gâcher mon enfance et surtout mon adolescence.

                Évidemment on ne peut comprendre que si on l’a vécu.


                • jako jako 30 octobre 2012 10:12

                  Pas faux non plus Romain, en effet. Mais cela ne devrait pas à mon avis faire partie de l’éducation historique déja bien defficiante. On doit pouvoir enrichir par contre l’éducation sexuelle à l’école et dépasser la petite abeille :)


                • tikhomir 30 octobre 2012 10:15

                  Ah c’est beau la victimisation. Dans votre histoire, c’est juste le « silence » qui vous a empêché de faire comme vous vouliez ? Donc sur la base de « rien », vous vous êtes empêché de vivre comme vous l’entendiez ? Et vous en accusez les autres ?

                  Allons soyons sérieux, soit c’est vraiment ridicule, soit je crois que c’est plus grave que ça.


                • Romain Desbois 30 octobre 2012 11:04

                  tikhomir

                  Vous pouvez railler , je connais les éléments de langage des fachos .

                  Oui monsieur quand vous vous savez différent et que vous présentez qu’il y a danger à l’affirmer, à le montrer, votre vie ne peut être aussi épanouie que celle d’un autre ado hétéro.
                  Oui monsieur quand vos sentiments amoureux vont vers quelqu’un du même sexe et que vous savez qu’il est impossible de lui en faire part parcequ’il est hétéro et que vous risquez de perdre son amitié voire vous retrouver la cible des insultes et moqueries de tous les autres camarades d’école voire vous faire jeter à la rue par vos parents.

                  Ce n’est pas de pleurnicherie. Et même encore quand je prends le train avec mon ami , on fait très attention à ne pas nous trahir. Parceque un couple à ses petits trucs qui fait que l’on voit tout de suite qui vit avec qui.

                  Il y a trois ans , juste parce que j’ai fait l’erreur de lui proposer de s’assoir côté fenêtre. Trois caillera de banlieue nous ont agressé au point qu’il a fallut que l’on se batte avec. Le comble c’est qu’après ils ont eu le culot de dire à la cantonade que l’on était raciste.
                  Je peux vous dire que les trois sont partis bien amochés et nous aussi.
                  Mais ce n’est pas la douleur physique qui reste aujourd’hui mais le rappel que lorsque nous sortons, nous devons redoubler de vigilance.

                  En plus de 15 ans de vie commune, pas une seule fois nous nous sommes tenu la main en public, embrassé ou enlacé , n’en parlons pas.

                  De la pleurnicherie ?

                  C’est la vie que l’homophobie ambiante nous fait vivre.

                  Je ne le souhaite à personne de toujours devoir vivre en milieu hostile.

                  Mais votre capacité d’empathie n’est certainement pas assez développée pour comprendre ça.


                • tikhomir 30 octobre 2012 11:11

                  Donc ça revient à ce que je dis, ce n’est pas ridicule, c’est plus grave que ce que vous disiez au départ.

                  Mais bon, pour une fois que je vous approuve un peu, vous me dites que je suis un « facho »... Qu’en concluez-vous ?

                  « Mais votre capacité d’empathie n’est certainement pas assez développée pour comprendre ça. »

                  Ah ? Heureusement que vous prenez la précaution de dire « certainement » et ainsi d’éviter d’être trop catégorique.


                • Romain Desbois 30 octobre 2012 11:14

                  ARGGG

                  « pressentez » je vous présente ma demande de pardon

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès