Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Egalia, genre et éducation : éloge de la différence

Egalia, genre et éducation : éloge de la différence

Je reviens sur le billet d’il y a quelques jours : Suède : Egalia, un pas vers la folie. Il a permis de nombreux et intéressants échanges. Certaines questions particulières ont été abordées, qui pour moi impliquent des développement complémentaires. Je donne donc ici une suite à ce premier billet.

Pour rappel l’école primaire d’Egalia a supprimé toute référence à des modèles filles-garçons, allant jusqu’à supprimer le « lui » et le « elle ». Les raisons en sont données dans le premier billet.

Je pense pour ma part qu'il est préférable d'avoir un modèle, dont on pourra toujours se démarquer, que de ne pas en avoir. Je pense aussi que les modèles qui ont été construits depuis des millénaires ne se sont certainement pas mis en place pour rien, ni juste pour enfermer les gens. Par exemple les modèles père-mère sont forcément différents. Ils impliquaient pour l'un la défense du territoire, donc la guerre et la mort souvent précoce. La femme-mère était amenée à s'occuper des enfants, non parce que le « patriarcat » l'y aurait contrainte (aberration du discours féministe), mais parce que la disponibilité de son corps (allaitement) en particulier l'y invitait naturellement. D'où aussi une propension probable à s'occuper des soins, puis de l'éducation.

On peut donc comprendre que l'éducation des filles et des garçons ait été différenciée pour les préparer à cette vie. En ce qui concerne les garçons, je n'ai personnellement jamais eu de problème à exprimer ma tristesse si nécessaire. Mais vu les conditions ancestrales où l'homme devait se battre, je comprends que l'on n'ait pas voulu encourager chez lui le ressenti de ses états d'âme. Un soldat ne doit pas pleurer avant et pendant l'attaque.

Je constate - et je ne suis pas le seul - que la tendance naturelle de l'humain est de répéter un système quand il semble marcher : comportement, réaction neuro-physiologique, etc, et de faire de cette répétition, peu à peu, une norme, ou au moins un référent. L'humain fixe, fige, ce qui fonctionne. Un deuxième constat que l'on rencontre en général dans la nature, est le regroupement des espèces animales ou végétales par similarité : identité commune, territoire favorable, climat, etc. Dit autrement pour faire vite : qui se ressemble s'assemble. C’est une forme d’économie d’énergie. Et le corollaire est que qui ne se ressemble pas, ou qui ne s'assemble pas, demande un effort d'adaptation plus grand, voire peut être perçu comme un complément à soi mais aussi comme une menace. Le différent, quand il est moins nombreux, doit se faire accepter. Alors que pour le plus nombreux, quel qu'il soit, l'acceptation se fait plus ou moins par défaut.

Ainsi un hétéro dans un milieu homo est un « étranger », comme un chinois est un étranger en Afrique, ou comme un berrichon est un étranger à Paris, etc. Ce phénomène me semble inévitable. Je veux dire par là que quelle que soit la définition que l'on donne de soi, elle devient normative et excluante ou au moins relativisante pour d'autre. Donc l'acceptation du différent demandera un travail conscient tôt ou tard.
différence2.jpg
Enfin, c'est ma façon de voir. A partir de là, est-il possible de mettre en place une éducation qui évacue le sentiment d'appartenance à une norme (quelle qu'elle soit) et qui donc éviterait ce mécanisme d'apprivoisement du différent ou la contrainte de ladite norme ? Personnellement j'en doute. Je pense qu'il y a un travail cognitif à faire sur l'acceptation du différent. Cela ne se fait pas à la maternelle.

Je pense que donner un modèle, ou un référent, est compatible avec le fait de pouvoir par la suite compléter et faire évoluer ce référent. Il y a forcément toujours un modèle préexistant à toute forme, en tous cas aujourd'hui. Ce n'était peut-être pas encore le cas pour les premières molécules qui ont pu être très polymorphes et labiles dans la structure de leurs composants avant de se stabiliser dans une forme reproductible à l'identique.

La transmission d'un modèle culturel était assez rigide par le passé. Il y avait probablement des raisons. Mon avis et ma tendance personnelle est que les modèle peuvent être plus fluides, plus mobiles, plus malléables, afin de ne pas y être assujéti de manière pénalisante. Cela est une évolution déjà considérable. Mais plus fluides n'implique pas qu'il n'y ait plus de modèle.

La distinction des genres par le sexe, et la fonctionnalité de cette distinction (reproduction) est fondamentale. C'est l'une des classifications majeure, sinon LA classification majeure, à l'intérieur des espèces. En faire l'économie, par peur d'y être assujéti, est d'une part une amputation et une déconstruction, d'autre part la raison ne me paraît pas suffisante pour tenter une telle déconstruction.

L'amplification du clivage hommes-femmes telle que proposée par le féminisme radical ou marxiste voudrait justifier une telle déconstruction, car dans cette déconstruction il y a aussi la déconstruction du masculin, plus que du féminin puisque cela se fait « à cause du et contre le masculin considéré comme producteur d'une domination de type esclavagiste ». Mais je ne crois pas que le passé ait été cet esclavage. La rhétorique féministe creuse ce poncif pour en contrepartie s'octroyer un droit de regard sur ce que doit être le masculin. Je conteste cette rhétorique. J'ajoute aussi que plutôt que déconstruire, on pourrait augmenter ou jultiplier : augmenter le nombre de modèles. La maman ou la putain, c'est un peu court comme choix pour les femmes, de même que leur variante infirmière ou femme fatale. On peut aussi élargir le pendant côté hommes, car beaucoup d'hommes en ont assez d'être catalogués pourvoyeurs ou violeurs par des féministes qui pour elles-mêmes refusent les stéréotypes mais n'hésitent pas à en asperger les hommes (la variante étant : papa ou prédateur).

différence3.jpgPour en venir plus précisément à la situation des personne transgenres, qui faisait l'objet de remarques et questionnements, je me suis longtemps demandé pourquoi les féministes associaient autant les minorités sexuelles (LGTB). Car les femmes hétéro ne sont pas une minorité sexuelle ! Deux réponses à cela : d'une part le féminisme radical des années 70 a été largement accaparé par des lesbiennes américaines. D'autre part cela facilite l'idée que les femmes en général sont une minorité opprimée. En plus cela fait caisse de résonance. Malheureusement j'y vois un acte de colonialisme féministe. Les Bi et les homo n'ont certainement pas les mêmes problématiques concrètes que les femmes. Et puis alors, pourquoi ne pas mettre les hommes comme autre minorité opprimée ? Opprimés par des stéréotypes, par des dirigeants, etc ? Ben non, il faut forcément un ennemi de classe (n’oublions pas que ce féminisme là est une lutte des classes et se revendique comme tel) ! Si tout le monde est opprimé, il n'y a plus personne contre qui se battre et à rendre responsable de nos malheurs.

Cela dit, l'hétérosexualité restant la norme pour la reproduction de l'espèce, les homo ou les trans seront toujours dans une position sociale plus fragile. Il ne s’agit pas ici de jugement de valeur. Il y aura toujours un travail d'acceptation de l'altérité à faire, un démontage de l'arrogance possible du groupe numériquement dominant. Le dérangement produit par la différence restera. D'ailleurs la différence est faite pour être dérangeante et adaptative. Rien n'est donc donné d'avance. Croire qu'une éducation va supprimer ce dérangement me paraît illusoire, ou déculturant. Apprendre à accepter la différence me paraît infiniment plus réaliste et plus fécond humainement et spirituellement que de vouloir faire comme si elle ne dérangeait pas.

La différence dérange.

Par contre cette différence peut être traitée de manière intelligente. Pour faire une analogie, l'éducation d'enfants noirs et blancs dans une même classe ne doit pas être discriminante. Mais il n'y a pas à gommer la différence. Par exemple, les cours de géo ou d'histoire peuvent insister sur les pays ou régions d'origines, les différences de cultures, ce qui apprend aux enfants à reconnaître leur identité d'origine, et aux autres à la leur faire accepter comme intéressante et enrichissante.

A Egalia, on a supprimé le « lui » et « elle ». Imaginerait-on en classe supprimer la notion de couleur pour éviter le blanc et le noir ? Cela se fait aux USA : les schtroumpfs noirs sont violets !... Je trouve cela contre-productif par rapport à l'objectif. Car en filigrane, le racisme est toujours là. Ne vaut-il pas mieux dire : black is beautifull ? White is beautifull ? Woman is beautifull ? Man is beautifull ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 4 juillet 2011 12:33

    Merci pour cet article lucide et cohérent.


    Il pose les vraies questions : notre système politico-social prend-il en compte la réalité du genre humain ? La démocratie et ses « droits de l’homme » aiment-ils l’Homme ? Je ne le crois pas

    Les principes égalitaires ne visent t-ils pas à gommer les différences ? A niveler les individus, à la faire entrer dans le moule de la sacro-sainte citoyenneté, à en faire des êtres dépendants du bon vouloir de l’Etat ?

    Que fait-on des meilleurs ? Ceux qui refusent la médiocrité ? Sont ils condamnés à stagner dans la société démocratique ?

    • docdory docdory 4 juillet 2011 14:04

      @ Homme Libre

      Ce qui se fait dans cette école suédoise pompeusement appelée « égalia » est non seulement une entreprise monstrueusement totalitaire, mais en plus il n’est pas excessif de la qualifier de crime contre l’humanité.
      Comme toutes les entreprises monstrueusement totalitaires, elle applique les recettes qu’avait si subtilement imaginé Georges Orwell dans son roman visionnaire « 1984 » : l’invention d’une « novlangue ». En l’occurrence, cette novlangue remplace les prénoms masculins et féminins par l’invention d’un prénom neutre, et supprime les appellations de garçon et de fille pour les remplacer par le mot « ami » .
      De même , changer les histoires racontées aux enfants pour les remplacer par des histoires homosexuelles ( cf, en France, le dessin animé « le baiser de la lune » ), est l’équivalent du travail de Winston dans « 1984 », qui était chargé de réécrire l’histoire pour la remplacer par une histoire conforme aux besoins du parti.

      Crime contre l’humanité, car une des composantes essentielles de l’humanité est la différence qui existe entre les deux sexes. Cette école, dans laquelle un temps très important de l’enseignement consistera, pour des raisons bassement idéologiques, à nier cette composante de l’humanité en gommant cette différence et en apprenant aux enfants une novlangue qui ne sera pas compris à l’extérieur de l’école, en les rendant incapable de distinguer les sexes, c’est à dire en les transformant en inadaptés sociaux, est donc purement et simplement une entreprise criminelle.
      On n’a pas le droit de faire subir à longueur de journée un lavage de cerveau à buts idéologiques aux enfants, au sein de l’institution en principe chargée au contraire de les instruire.
      Ce gommage de la différence sexuelle à longueur de journée est aussi monstrueux que l’apprentissage à longueur de journée de versets du coran dans les madrassas.
      Le cerveau des enfants est ce qu’il y a de plus précieux pour l’avenir d’une société, nul ne devrait s’en servir dans le but méprisable de propager une idéologie.

      Honte aux « enseignants » et au ministère de l’éducation suédois qui cautionnent cette entreprise criminelle, honte au ministère de l’éducation français qui a commis la faute gravissime d’introduire indûment la « théorie gender » dans les programmes de SVT . ( Tout au plus aurait-elle éventuellement pu être abordée, avec les réserves nécessaires, en cours de philosophie ).


      • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 4 juillet 2011 14:18

        Ce qui se fait dans cette école suédoise pompeusement appelée « égalia » est non seulement une entreprise monstrueusement totalitaire, mais en plus il n’est pas excessif de la qualifier de crime contre l’humanité.


        En France n’est-on pas capable de telles ignominies ? Les desseins de l’Education Nationale ne sont-ils pas aussi sinistres ?

      • docdory docdory 4 juillet 2011 14:23

        @ Axel de Saint Mauxe

        Effectivement, j’y fais une brève allusion dans mon dernier paragraphe.
        J’attends le mois de septembre, je verrais si la théorie « gender » figure effectivement dans le programme de SVT, auquel cas je ne manquerai pas d’écrire un article à ce sujet .


      • cyprienne cyprienne 4 juillet 2011 16:13

        Une des application de ce programme est d’habituer les petits garçons en maternelle à se pratiquer des massages les un aux autres.

        L’idée est que cela les déconditionne de l’attitude combative induite naturelle entre mâles induite par la production de testostérone... parait-il.

        Pourquoi s’enquiquiner ? Ca serait pas plus simple de les castrer ?


      • sonearlia sonearlia 4 juillet 2011 20:01

        @ docdory et cyprienne :
        Source ?


      • sonearlia sonearlia 4 juillet 2011 20:17

        Pas d’accord avec l’auteur, dans cette époque j’y vois la fin des stéréotypes causer par la tradition judéo-chrétienne (Vous savez ses images de bonnes mères au foyer, et de père qui ne sert qu’a ramener de quoi nourrir la famille....), stéréotypes qui ne sont pas naturel, comme en atteste les nombreuse tribus matriarcales de pars le monde.

        De plus le neutre n’existe pas dans la langue française, donc impossible de supprimer le « il » ou le « elle ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès