Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Election européenne : enseignement politique ou sociétal ?

Election européenne : enseignement politique ou sociétal ?

Les experts de tous poils s’étonnent des faibles résultats des socialistes et à l’inverse de la performance de l’UMP. Le tout dans une période où les conséquences sociales de la crise et son impact psychologique sur l’opinion auraient de quoi stimuler un parti de gauche.

Plusieurs raisons expliquent sans doute cet échec comme par exemple une sanction vis-à-vis d’un PS incapable d’incarner un véritable projet.

Mais soulignons que d’autres écologistes siègeront au Parlement Européen comme Corinne LEPAGE et Jean-Luc BENNAUMIAS.

Dans ce contexte, cette vague verte ne dépasse-t-elle donc pas de pures considérations politiciennes ? Au lieu de cela, ne traduit-elle pas réelle une mutation sociétale ?

Une véritable offre
Les Français seraient prêt à se mobiliser à partir du moment où on leur apporte un discours cohérent et un réel projet ? C’est en tous les cas ce que semble confirmer ce scrutin. Il ne s’agit plus de s’opposer à tout prix à une politique Franco-Française, mais de proposer une vision sociétale. Europe-Ecologie (E.E), d’abord par son nom s’est positionné sur la scène européenne. Ensuite, il a développé un réel projet de société. Enfin, ces leaders ont su faire abstraction de leurs individualismes et trouver l’unité autour d’une seule et même offre.
 
 
Un succès purement écologiste ?
Cette réussite électorale s’inscrit à la suite d’événements ayant déjà eu un réel impact dans l’opinion du point de vue écologique. Citons le film d’Al Gore, le Grenelle de l’Environnement (depuis controversé quant à son application) ou encore le succès de la Fondation Nicolas HULOT.
 
Mais ne dépasse-t-elle pas la seule demande d’écologie ?
 
Le bouclier social européen, le respect des droits fondamentaux, la solidarité Europe/monde sont des thèmes sociaux.
 
Ce qui expliquerait, à la grande satisfaction de certains analystes un report de voix du PS vers les Verts.
 
 
L’avènement d’un nouveau modèle socio-économique 
Thomas LEGRAND se demandait hier matin sur France Inter, si nous n’étions pas à l’aube d’une profonde modification de notre société, notamment en termes de consommation. Et il prenait l’exemple de Condorcet qui se prononçait pour l’abolition de l’esclavage tout en étant encore profondément ancré dans la pensée de l’époque. En d’autre termes, nous pourrions être à l’aube d’une rupture idéologique tout en étant encore dans le modèle qui prévaut depuis de nombreuses années.
 
Quoique que controversé quant à son application, le Grenelle de l’environnement marque un tournant. De même que la volonté de Barack OBAMA de faire de la croissance verte l’un des axes prioritaires de son plan de relance. 
 
Enfin, jamais autant d’argent public n’aura été investi dans les énergies renouvelables. Selon le site web "Enerzine" s’appuyant sur une analyse du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), ces investissements auraient progressé de 60% entre 2006 et 2008.
 
 
Un mouvement déjà initié au niveau de nos habitudes de consommation
Jamais n’a-t-on vu autant de produits bio dans les linéaires de la grande distribution ; 44% des Français ont consommé bio au moins une fois par mois en 2008 (source : CSA/Agence-bio).
 
Parallèlement, on constate un fort développement des énergies renouvelables. On estime à 27% le taux de croissance annuel du marché des panneaux solaires jusqu’en 2012 (source : Swissinfo).
Et le marché de l’éolien double tous les 4 ans (source : Global Wind Energy Council). 
 
Enfin, l’habitat écologique marque ici encore un tournant tant au niveau individuel que collectif. Quoique n’étant que 5% à avoir franchi le pas, l’intérêt du grand public pour l’habitat est constant (source : Sauramps). Et les bâtiments à faible consommation se développent, notamment grâce aux labels (HQE, BBC...).
 
Parallèlement, le commerce équitable maintient une croissance à deux chiffres malgré une crise économique majeure.
 
Ces modes de consommation ne traduisent-ils pas à eux seuls cette aspiration à l’écologie et à la solidarité ?
 
 
En conclusion
Les prévisionnistes parlent souvent de signaux faibles pour parler de phénomène pouvant entraîner un profond changement, voire une rupture. Or, il semblerait que nous soyons au delà de simples signaux. La question est de savoir si l’ampleur sera de nature à modifier notre modèle ou simplement le "colorer".
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • souklaye souklaye 10 juin 2009 14:30

    Entre le commerce de la fin du monde et une tendance à la culpabilité sélective, il y a les divertissements apolitiques.

    Quand on confond prises de conscience et caprices de saisons, on fait d’un film d’un soir une cause nationale, voire obligatoire.

    Entre les opinions biodégradables et les chèques en blanc, autant parier sur le hasard, mais pas sur l’avenir.

    La suite ici

    http://tiny.cc/itGbf


      • civis1 civis1 10 juin 2009 19:58

        Après ce sondage en live...
        On ne parlera pas d’élections pour au moins deux raisons : ce sont les commissaires européens nommés par les chefs d’état qui détiennent le pouvoir au sein de la commission européenne et non pas les députés et dans ce qui sera une assemblée consultative la forte abstention donne le pouvoir aux représentants des 12% de l’électorat qui se sont exprimés en faveur de leur programme mais aucune légitimité .
        Après ce sondage donc... on peut s’attendre à ce que tout le monde se mettent à laver plus vert que vert au niveau du discours : L’écologie est un enjeu de société et non pas une vision ou un programme politique. Sera-t-elle au rendez-vous quand ceux qui détiennent le pouvoir qui sont les moins vertueux ?
        Taxe carbonne ? Bon !
        Parlant d’inégalité devant les problèmes de pollutions les conseillers d’Obama parlent d’un programme économique pour délocaliser les productions polluantes vers des zones moins peuplées d’Afrique ou d’ailleurs ...
        Je la trouve pas mal cette idée d’aller asphyxier les quelques pauvres papous qui restent et qui n’ont rien demandé de toutes ces merdes qui transitent sur la planète entière pour que quelques petits malins puissent se déplacer en avion et yacht à leur guise en dédouanant leur conscience par une taxe carbone qu’ils n’auront aucune difficulté à payer. 


        • FR-ank FR-ank 11 juin 2009 08:53

          Bon point de vue dans l’ensemble mais qques remarques :
          la volonté de Barack OBAMA de faire de la croissance verte l’un des axes prioritaires de son plan de relance. Ca, je n’en suit pas sur, une campagne financee aux 3/4 par les financiers de wallstreet et une promotion de tous les gros lobbystes financiers dans son gouvernement + une aide essentiellement aux banques et constructeurs automobile !!!
          de meme DCB etait deja au PE et a vote enormement de lois tres liberale. J’espere qu’une majorite pourra s’opposer a la reinvestiture de BARROSO.
          Un debut de changement, je l’espere mais avec une vigilance citoyenne accru et une mobilistaion de nous tous.
          Cordialement,


          • faxtronic faxtronic 11 juin 2009 14:34

            « Les experts de tous poils s’étonnent des faibles résultats des socialistes et à l’inverse de la performance de l’UMP »

            Ah bon, cela etonne quelqu un ??? La je suis etonne !! Nous mais vous avez vu l etat du PS !!!! Vous avez vu les dirigeants du PS ???? Je prefere encore voter pour Zavatta moi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès