Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Elèves handicapés : quoi de neuf pour la rentrée 2012 ?

Elèves handicapés : quoi de neuf pour la rentrée 2012 ?

Dominique Leboiteux, chef de projet domaine social et médico-social au sein de la fédération générale des PEP*
Résumé : Au cœur du remue-ménage électoral, qu'en est-il de la scolarité des élèves handicapés ? La rentrée c'est, déjà, dans trois mois ! Les dossiers en cours auront-ils le temps de voir le jour ? La fédération générale des PEP rend sa copie...

Handicap.fr : La loi de 2005 a permis de marquer des points puisque le nombre d'élèves handicapés scolarisés a augmenté. Mais quel bilan tirez-vous de ces six années ?
Dominique Leboiteux : La Fédération générale des PEP vient justement d'être auditée par une commission sénatoriale pour le contrôle de la loi handicap de 2005. Au même titre d'ailleurs que la plupart des associations qui siègent au sein du CNCPH.

H.fr : Quelles ont été vos revendications prioritaires lors de cet audit ?
DL : Il y en a deux principales. Nous avons tout d'abord dénoncé la suppression des postes d'enseignants spécialisés qui assurent la prise en charge des élèves handicapés. Au moment où l'on parle de coopération entre le milieu ordinaire et spécialisé, c'est un peu fort ! En deux ans et demi, 128 postes ont été supprimés dans les établissements médico-sociaux des PEP.

H.fr : Et votre deuxième revendication, elle porte certainement sur les AVS-i (Auxiliaire de vie scolaire individuelle) ?
DL : Oui, évidemment. Nous souhaitons continuer à développer leur pérennisation et leur expertise. C'est tout de même le seul « métier » - je mets des guillemets car il n'est toujours pas reconnu comme tel- dans le domaine de l'accompagnement des enfants où aucun diplôme n'est exigé. Voilà maintenant six ans qu'ils sont aux côtés de nos enfants et, malgré l'absence de formation initiale, ils ont acquis de véritables compétences sur le terrain. C'est vraiment de l'or en barre, des gens remarquables qui ont mené une vraie réflexion et peuvent apporter une aide précieuse à l'enseignant. Il serait enfin temps qu'on les reconnaisse !

H.fr : Y-a-t-il d'autres actions pour favoriser l'inclusion des élèves handicapés dans l'école ordinaire ?
DL : Oui, par exemple les manuels scolaires adaptés. Et puis surtout mieux accompagner et former les enseignants. Nous avons aidé à mettre en place des fiches à leur intention qui, selon le handicap, leur propose des conseils pragmatiques pour gérer des situations inhabituelles, de crise ou certains comportements. Il faut attendre 2012 pour, enfin, leur proposer un peu d'aide !

H.fr : Le principe est louable mais avouez qu'il est difficile pour un enseignant de gérer ce type de situation ?
DL : Certainement. C'est pourquoi il faut renforcer, au sein de l'école, l'aide apportée par les professionnels du médico-social (psychologues, orthophonistes, psychomotriciens, kiné...), par le biais, notamment, des SESSAD, et ainsi favoriser la coopération.

H.fr : Et que pensez-vous du principe « d'aide humaine mutualisée » qui semble agiter le milieu ?
DL : Juste une question d'économies ! Nous ne sommes évidemment pas d'accord avec ce projet de décret proposé par le gouvernement Sarkozy en avril 2012. Il consiste à mettre une même personne, qu'on appelle Assistant de scolarisation (Asco), à la disposition de plusieurs élèves, dans plusieurs écoles, ce qui, limiterait cette prise en charge aux enfants accueillis moins de quatre demi-journées par semaine et sans tenir compte des besoins réels de l'élève. C'est rompre avec l'importance de l'AVS-i. L'ancien ministère ne voulait pas revenir sur ce point. Mais les PEP persistent dans ce désaccord ! Le CNCPH a lui aussi émis un avis défavorable. Depuis le « petit » changement politique du 6 mai, ce projet est en attente...

H.fr : On parle de plus en plus du GEVA-Sco. De quoi s'agit-il ?
DL : C'est un nouvel outil qui permet de procéder à l'évaluation des élèves handicapés. Il offre une base solide pour la rédaction du PPS (Projet personnalisé de scolarisation). Son intérêt c'est qu'il prend en compte les acquis de l'élève et non ses incapacités. Il a été mis au point par le CNSA (Caisse nationale de solidarité et d'autonomie) et la DEGESCO (Direction générale de l'enseignement scolaire), puis a été soumis à la commission de scolarisation du CNCPH en mars 2012. Avec d'autres associations concernées, nous avons livré notre sentiment aux auteurs de ce projet, et je pense que nous avons été écoutés. Il devait être mis en place pour la rentrée 2012. Mais les échéances électorales ont un peu retardé les choses. Nous espérons néanmoins que tout n'est pas perdu pour la rentrée prochaine. Ce qui est gênant c'est que certaines décisions sont prises par les MDPH avant le mois de juillet ; elles risquent donc de ne pas pouvoir s'appuyer sur ce GEVA-Sco à temps.

H.fr : Avez-vous déjà été reçu par le nouveau ministre de l'Education nationale ?
DL : Pas pour le moment. Et puis, rien ne sera engagé tant que nous n'aurons pas le verdict des élections législatives. A l'occasion du salon Autonomic de Paris, nous organisons une table ronde, le vendredi 15 juin, de 10h à 12h30, sur le thème « Rentrée scolaire des jeunes en situation de handicap », à laquelle nous avions convié George Pau-Langevin, notre ministre déléguée à la réussite éducative, dont l'une des missions est de veiller aux conditions d'accueil et d'intégration des élèves handicapés. Nous en saurons plus vendredi...

H.fr : Quel est l'état d'esprit de votre fédération depuis l'élection de François Hollande ?
DL : Le président a fait de l'éducation et de la jeunesse, et tout particulièrement de la lutte contre l'échec scolaire, la priorité de son quinquennat. Nous attendons de voir s'il réalisera réellement ses promesses, notamment la mise en place d'un véritable métier d'accompagnement des élèves handicapés, une formation adaptée avant leur prise de poste, davantage de relations avec les associations et surtout un seul statut d'accompagnant, plus pérenne et mieux défini, et ce dès la rentrée 2012. Par une coïncidence fortuite du calendrier, ce quinquennat correspond au nouveau projet de notre Fédération que la prochaine Assemblée générale, les 21, 22 juin et 23 juin prochains, adoptera pour la période 2012-2017.

H.fr
 : Et en ce qui concerne la promesse de créer 60 000 postes dans l'Education nationale... Cela aura-t-il un impact favorable sur la scolarité des élèves handicapés ?
DL : Cela me parait tomber sous le sens ! Le gouvernement a tout intérêt à en flécher une partie vers la scolarisation des élèves en situation de handicap (enseignants spécialisés, AVS...).

*Fondée en 1917, reconnue d'utilité publique, en sa responsabilité de mou-vement associatif, complé-mentaire de l'enseignement public, la fédération des PEP agit pour l'émanci-pation de la personne, pour l'accès de tous aux droits com-muns de la société, droit à l'éducation, à la culture, aux soins, aux loisirs, à l'insertion sociale. Elle compte 96 associations départementales, 23 unions régionales et 17 000 salariés.

E.Dal'Secco pour http://www.handicap.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • xmen-classe4 xmen-classe4 18 juin 2012 14:32

    On m’a censuré mon article sur la question, sans en justifier la raison.

    agoravox n’est pas si libre.

    • Handicap.fr Handicap.fr 19 juin 2012 09:09

      Bonjour Xmen-classe4,

      Pourriez-vous nous faire parvenir votre article, la rédaction d’handicap.fr peut être intéressée.


    •  C BARRATIER C BARRATIER 18 juin 2012 19:58

      En respectant seulement les lois, et sans besoin de recettes supplémentaires, il est possible de financer les besoins publics. Mais il faut cesser de distribuer illégalement des milliards à l’enseignement privé qui devrait se contenter de ce qui lui reste dû par la loi !

      Voir dans la table des news :

      « Nouveau gouvernement : stop au gaspi et aux illégalités »

       http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=214


      • chantecler chantecler 19 juin 2012 10:56

        Retour du lobby des parents d’autistes (toute catégorie)


        • xmen-classe4 xmen-classe4 19 juin 2012 11:22

          je suis un peut autiste donc un peut de respect surtout que les meilleures chercheurs le sont aussi.

          je met l’article ici :

          • xmen-classe4 xmen-classe4 19 juin 2012 11:22

            Le Telethon, es ce bien de la médecine ?

            Le Téléthon est il la solution approprié pour aborder les sujets de société lié à la médecine et à la religion. N’en fait on pas un peut trop ?

            1. Dans la loi, il y a les notions de « non assistance à personne en danger » et celle de serment d’Hippocrate.

            Une personne malade doit donc être secouru, mais si cette personne est Afriquaine, n’a pas d’argent et qu’il y en a 2 millards à coté, doit on quand même respecter ce serment ?
            Les médecins doivent se mettre en danger, pour la secourir, et doivent avant tout penser à leur sécurité. Cela peut être considéré comme paradoxale, il sont en quelque en conflit d’intérêt et il faut surement avoir soigné quelqu’un pour le comprendre et en parler de manière assez juste.
            Dans les pays ou la mort est préférable à l’handicape, est il bien utile de secourir quelqu’un qui va souffrir tout sa vie ? Prolonger la période d’agonie, n’est pas ethniquement bon.

             2. Il y a aussi, le droit de disséquer les Humains, La France à passé au moins trois siècles pour en avoir le droit, et ceux, contre l’avis de l’église catholique. Les protestants ne se posant même pas la questions. Cela à permis d’avoir des chirurgiens compétents qui réussirons à prolonger la vie de certains, pendant quelques décennies.

             3. Ensuite il y a la recherche génétique, on ne peut en parler sans aborder la découverte de l’Acide désoxyribonucléique et des débats sur l’évolution et la sélection naturel. Nous somme des mammifères, ressemblant aux primates et ayant évoluer de manière assez conséquente pour se questionner sur nos origines.

            Le sujet est assez complexe pour ne pas avoir à subir cette amalgame, qu’est le Téléthon. Es ce bien utile d’avoir chaque années, ce rite, presque religieux, d’exposer tout ces maladies incurables provoqué par des dégénérescence grave et rare. Quel message veut on faire passer ? Es ce bien là l’image que l’on veut avoir de l’Humanité ? Ces personnes qui font une mode, ont elle ce droit d’en éprouver un confort ou même du plaisir ?

            Les vrais solutions sont mathématique, physique, alchimique ou thermodynamique, mais ne peuvent être lié à des valeurs éthiques ! Si, messieurs des médias, vous attendez un miracle, il ne serra que le fruit d’un altruisme et vous ne pouvez réclamer de l’argent.

            Le football et ses joueurs doivent t’ils payer une partie de leur salaire à cette association et l’église catholique est elle en droit d’en percevoir un pourcentage plus que conséquent ?
            Je pense que oui, sans les valeurs morales defendu par l’église catholique, tout ce ramdam publicitaire n’aurais pas lieu d’être.

            4. Toute ces questions qui me font me questionner sur le droit, qu’a le service publique, de ne choisir qu’une seule association, comme le Téléthon, diffusé chaque année. Si c’est un problème de politique franco-allemande, que l’Allemagne nous paye cent fois les fonds récoltés, chaque années.


            • appoline appoline 19 juin 2012 12:47

              L’école n’a pas pour vocation de se substituer à l’IME, malgré le courage des parents et leur frustration à ne pouvoir insérer leur enfant dans un tissu social lambda. Il n’est pas toujours recommandé de confronter les enfants handicapés à un monde auquel ils n’auront jamais accès ; c’est ainsi, cruel pour certains, mais la nature est faite ainsi. Les parents veulent souvent se déculpabiliser en scolarisant leur enfant de gré et souvent de force dans les écoles primaires, les enseignants ne sont pas formés pour cela d’une part, le temps manque déjà nous boucler le programme de l’année de l’autre pour des enfants de plus en plus en difficulté. Même si je ne conteste pas que l’enfant peut évoluer au contact des autres, l’école n’est pas une garderie. Ceci tout dépend du handicap, à partir du moment où l’enfant est apte à suivre réellement l’enseignement sans assistance particulière, c’est autre chose


              • xmen-classe4 xmen-classe4 21 juin 2012 10:13

                il y a le chapitre sur le féminisme qui refuse d’admettre qu’être une femme est un handicape.

                le chapitre « être de gauche » ne veut pas dire que l’on est un handicapé mais que l’on refuse la selection naturel. (cf. jugement dernier)
                etre fonctionnaire est un poid donc un handicape pour la société.



                • xmen-classe4 xmen-classe4 21 juin 2012 10:14

                  il y a le chapitre sur le féminisme qui refuse d’admettre qu’être une femme est un handicape.

                  le chapitre « être de gauche » ne veut pas dire que l’on est un handicapé mais que l’on refuse la selection naturel. (cf. jugement dernier)
                  etre fonctionnaire est un poid donc un handicape pour la société.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès