Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Emploi d’avenir. Un boulet sur le CV

Emploi d’avenir. Un boulet sur le CV

Sans doute le président Hollande et son équipe de hauts fonctionnaires ont ils en tête la carrière de ces jeunes étudiants polytechniciens ou énarques qui sont embauchés comme PDG par confrérisme et cooptation dès la sortie de leurs écoles, dans de belles multinationales semi étatisées et souvent en situation de monopole.

Mais dans les emplois d'avenir, sur le marché du travail les concernés ne seront pas des Énarques, mais une population de jeunes sans qualifications avec comme seule expérience, le travail dans des univers publics ou subventionnés.

Un passage dans le secteur public est-il la meilleure préparation à l’embauche définitive dans le secteur marchand ?

La transformation de ce contrat vers le secteur marchand dans un futur probable, puisque son échec est prévisible, puisqu'il ne correspond pas à la demande, sera t-il mieux ?

Non il constituerait pour les salariés peu qualifiés moins jeunes, une concurence déloyale donc une injustice en face d'eux sur le marché de l'emploi.

En l'état, mieux vaudra ne pas mette en avant cette expérience sur son CV, elle sera synonyme d'apprentissage du travail dans un univers académique, alors que l'entreprise privée demande des adaptations aux développement technologique, des raisonnement intuitifs, des prises de responsabilités et les assumer.

La cible des emplois d'avenir sont les jeunes peu ou pas diplômés. Ce sont majoritairement des jeunes qui n'ont pas réussit à s’émanciper et trouver une voie diplômante dans l'encadrement public de l'éducation nationale, et on leur propose des emplois dans des structures publiques. Des mêmes structures dans lesquelles ils n'ont pas réussit a s’intéresser. 

En ce sens, le monde public fonctionne sur un principe totalement différent de celui d'une société privée, petite ou grande. Aucune entreprise privée ne peut survivre sans remédier à ses éventuels sur-effectifs, des pertes, une rentabilité défaillante ou des emplois inefficaces.

Le monde de la fonction publique est un monde « protégé » : jamais en prise directe avec la concurrence, jamais poussé à s’améliorer ou à s’adapter pour ne pas disparaître, jamais challengé, il constitue par la force des choses un havre de tranquillité car il est maintenu à l’abri des intempéries propres à la guerre économique qui fait rage au dehors…

L'emploi d'avenir sera associé par un recruteur à un emploi non qualifié, ayant comme connaissance du monde du travail, la connaissance des avantages de l'immobilisme. Loin des préoccupations de challenge a confier constituant le besoin d'un éventuel employeur.

Le profil public a peut être eu son intérêt par le passé, mais l'exemple du service public ne sait qu'être chronophage aujourd'hui. Le monde public est un monde « financé » qui vit de la manne des impôts, et qui n’a donc pas à se remettre en cause pour assurer sa survie. L'image des services public est affreuse dans les yeux des entrepreneurs et employeurs actuellement. Contre productive sur un CV, sauf dans des entités dépendantes de l'état.

La formation dans l’administration ne constitue pas une expérience gage de solide efficacité, mais plutôt son contraire vu de l'extérieur aujourd’hui. On n'embauche pas des gens qui donnent l'image de gens qui pleurent ou se plaignent tous le temps. 

Penser que pour lutter contre le chômage, il faut financer des emplois sur fonds publics est déjà une illusion dramatique. Mais croire que commencer a apprendre le travail dans le monde protégé est bénéfique, c'est encore pire que tout.

Ces jeunes vont donc travailler dans les secteurs « non marchands ». Ils vont donc côtoyer dans la fonction publique des fonctionnaires statutaires, mais eux n'auront pas de statut.

Des emplois a deux vitesses dans un même univers.

Passons sur le fait qu'ils sont exonérés de charges sociales.

-Cotisations patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales, exonération.

-Cotisations accidents du travail-maladies professionnelles, exonération.

-Contribution solidarité autonomie, exonération.

-Cotisations salariales, CSG CRDS, exonération.

-Cotisations FNAL, exonération.

Il ne faut pas se cacher derrière son mouchoir, les obligés de l'état cumulent bien plus de congés et loisirs que les salariés du privé. Leur univers est décalé de l'économie de marché, et l'efficacité n'est que relative. La prise de décision, la responsabilité est collective, jamais individuelle. La mesure d'efficacité ne sont que des rapports, pas le couperet sec de la concurrence qui dit oui ou non, ca passe ou ça casse.

Dans les administrations, les services publics, le cumul des congés et des RTT (58 jours à l’équipement !), gonflé par un absentéisme croissant (20 jours par an dans les collectivités territoriales en 2010 contre 17 jours en 2002). Allez montrer une autre vision du travail envers des gens qui n'ont connu que cet univers cloisonné.

Aujourd'hui, cette moitié de la France ne pense qu'à une chose : poser ses heures de travail autour de ses jours de congé. C'est une armée de protégés et de rentiers d'un système qui ne fonctionne que parce qu'il y a une armée de réserve qui travaille à sa place. 

Quid du contrat de travail en juillet et août des auxiliaires scolaires ? Payés 2 mois à rien faire ?

Ils verront des remplaçants remplacer les statutaires, alors que le salarié du privé, son travail pas fait en son absence est confié a son collègue qui a le double a faire.

On imagine qu'a la mairie de paris, ces emplois d'avenir disposeront de 11 semaines de congés payés comme leurs collègues qui arrivent légalement en ajustant RTT et congés a obtenir ce nombre de semaines.

Ils « travailleront » dans des conditions qui leur épargneront la rigueur et les exigences d’un véritable emploi dans une entreprise marchande, là où l’on attend des employés dans le privé discipline et réactivité.

Les emplois d'avenir, sont d’excellents moyens de désapprendre le travail à ceux de leurs bénéficiaires qui pourraient l’avoir déjà appris, et de déformer les autres pour la vie.

Toutes les études démontrent que les contrats aidés sont plus efficaces lorsqu’ils concernent le secteur marchand.

Selon une enquête du ministère du Travail de novembre 2012, six mois après la fin de l’aide de l’État associée à leur contrat, 60% des salariés sortis en 2010 d’un contrat aidé su secteur marchand avaient un emploi durable (CDI ou CDD de plus de six mois) contre 25% pour les ex bénéficiaires d’un contrat dans le secteur non marchand.

Bien entendu ces emplois vont être payé par l'état. C'est a dire par les contribuables.

L'état va donc prendre à la population de l'argent pour financer des jeunes a désapprendre le travail.....et fournir un boulet sur le CV.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 25 mai 2013 12:34

    « Toutes les études démontrent que les contrats aidés sont plus efficaces lorsqu’ils concernent le secteur marchand. »

    mdr
    tu les envoies en chine ?


    • alinea Alinea 25 mai 2013 16:31

      Quel travail ? Quelle responsabilité ? Vous vivez en rêve ou vous faîtes semblant !! Les services publics sont déficitaires en main d’oeuvre ! Ils ne fonctionnent plus correctement depuis qu’on les privatise, pourtant ils sont utiles à tous et chacun les paye en fonction de ses revenus ; cela s’appelle solidarité et cela agrémente la vie en société ! À côté, les usines délocalisent ; et puis, au bout du compte que fabriquer encore ? Tout ce qui manque comme main d’oeuvre utile se trouve dans des domaines non rentables, donc services publics.
      C’est une autre vision de la société, une vision où l’on peut faire autre chose dans sa vie que participer à la concurrence, se battre pour « gagner plus » !!
      Personnellement je me tiens très loin de ce monde là !
      Donc, ces emplois jeunes, ne nous leurrons pas, sont pour les occuper, et, au passage, pour certains d’entre eux faire « tilit » peut-être ici ou là. Que la société prenne en charge sa jeunesse, je n’y trouve rien à redire. Je trouve cela au contraire tout à fait légitime !
      Mais vous ne parlez qu’argent et rentabilité ! La vie s’inscrit dans des cercles beaucoup plus larges que cela.


      • Pyrathome Pyrathome 25 mai 2013 17:03

        Ça vaut même pas la peine de lui parler à cet extrémiste du veau d’or.....


      • titi 25 mai 2013 23:55

        « Personnellement je me tiens très loin de ce monde là ! »
        C’est tout à fait votre droit.
        Par curiosité, de quoi vivez vous ?


      • zelectron zelectron 25 mai 2013 17:37

        Avec cette mention sur le CV c’est une fin de non recevoir dans le secteur privé


        • lulupipistrelle 25 mai 2013 18:07

          Votre article me fait plaisir... 


          • lulupipistrelle 25 mai 2013 18:12

            Je ne sais pas si vous avez remarqué la discrimination positive qui prévaut dans l’attribution de ces fameux emplois d’avenir, mais j’en ai marre de voir mes impôts dépensés pour des gens qui ont déjà coûtés fort cher pendant leur scolarité (10 000 euros/ an) , qui n’en ont pas profité, et qu’il faut encore prendre en charge après. 




          • lulupipistrelle 26 mai 2013 05:27

            Un vrai travail c’est la production d’un bien matériel ou immatériel nécessaire à quelqu’un... 

            Contre-exemple :
            J’ai pas besoin qu’une connasse m’aborde dans la queue à la poste pour m’expliquer le fonctionnement des services... j’ai besoin qu’on ouvre plus de guichets pour ne pas faire la queue. 

          • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 mai 2013 18:23

            lulupistrelle vous n’ êtes pas la seule . 


            ce monde à part est un véritable scandale par rapport au vrai monde du travail. 

            • Robert GIL ROBERT GIL 25 mai 2013 20:28

              Croyez vous que les fonctionnaires ne produisent rien ? Comment expliquez-vous alors qu’on privatise pour le plus grand bonheur des capitalistes ? Les travailleurs d’un service public seraient donc inutiles, mais si ce service devient privé, alors ils le deviennent ? Par quelle magie ? Ne confondriez-vous pas création de richesses et création de profits ! Si les enseignants, les policiers ou les infirmières ne produisent pas, sont-ils inutiles ? Lorsque tout sera privatisé, nous serons privés de tout !

              C’est une insulte à l’intelligence que de taper sur les fonctionnaires quand le secteur privé est incapable de créer des emplois en nombre suffisant ! Les taux de chômage dans les pays capitalistes sont de véritables scandales qui justifieraient qu’on remise le capitalisme au rang des idéologies aberrantes..........

              voir : A QUOI SERVENT LES FONCTIONNAIRES ?


            • lulupipistrelle 26 mai 2013 14:26

              La production d’un bien immatériel= un service... 


              Quant à savoir si les fonctionnaires produisent les service pour lequel ils sont payés, ha,ha,ha... on en revient aux emplois d’avenir pour les ratés de l’Education Nationale... ha,ha,ha..
              En Allemagne, dont les enseignants ne sont pas fonctionnaires, et il n’y a pas besoin d’un système pareil pour insérer les jeunes dans la société. 

              La police ? on se demande seulement si elle existe pour autre chose que verbaliser le stationnement interdit... ou enregistrer des plaintes pour les assurances...

              Les infirmières ? comme elles ont effectivement des qualifications et qu’elles fournissent effectivement un service nécessaire, elles sont trop peu nombreuses dans ce métier dans le service public, où leur salaire n’est pas à la hauteur du service rendu...
              Et oui, j’ai été récemment cherché un de mes enfants aux urgences (emmené d’autorité par les pompiers après un malaise bénin sur la voie publique)... Il y avait une vingtaine de cas, un interne, un médecin (visiblement un retraité qui prenait des gardes), une infirmière.. qui ne s’en sortaient pas, un vigile !!!.et trois pétasses à l’accueil qui se limaient les ongles... devinez qui n’étaient pas utiles, et qu’il faudrait virer. en priorité ? .j’ai attendu, attendu parce que le dossier de sortie, n’était pas transmis... et finalement nous sommes partis sans.. 

              Tous ces emplois administratifs qui alourdissent le fonctionnement de tout service public, servent-ils à autre chose qu’à donner du travail à des incapables et à nous faire chier à toutes les étapes de la vie ?

            • lulupipistrelle 26 mai 2013 15:45

              PS C’est à l’Etat de gérer le pays de manière à ce que l’activité économique soit en équilibre... le secteur privé n’a pas pour autre fonction que de produire des biens en réponse à une demande... S’il n’ y a pas de demande solvable, il n’ y a pas de production et pas d’emplois... 


              Le secteur privé devrait créer des emplois fictifs et les rétribuer avec quel argent ? celui des entrepreneurs ? non mais vous imaginez que l’on travaille pour entretenir des inutiles... sous peine de les voir se mettre en colère et tout casser ? Belle mentalité... Encore un effort , et la guerre civile va devenir un risque acceptable. 

            • antitroll antitroll 25 mai 2013 19:00
              il est bien cet article, mais les emplois d’avenir, c’est ceux qu’on donne aux employés des assedic, anpe, et autres agences pour gérer les chomeurs.
              et pour ceux qui trouvent qui payent trop d’impots, faut quitter la classe moyenne, ou déménager en suisse.


              • lulupipistrelle 25 mai 2013 19:41

                Trop d’impôt ? ce n’est pas le sujet, en réalité c’est l’usage des impôts qui est contesté...et pas uniquement par la classe moyenne... 



              • alinea Alinea 25 mai 2013 20:36

                lulu : vous préférez donner vos impôts à PSA Renault et toute la clique ? Aux banques et aux élus ?


              • foufouille foufouille 25 mai 2013 21:15

                les impots servent aussi a payer des ronds points pour les copains, renover des eglises a 1000 000€ dans des villages avec des rues pourries, garantir les prets des autoroutes privees, payees les invalides a la place des assureurs, etc


              • lulupipistrelle 26 mai 2013 05:50

                Effectivement je préfère quand mes impôts sont investis dans la rénovation du patrimoine architectural, qu’ils servent à faire vivre des artisans chevronnés, qu’ils servent à conserver des métiers qualifiés... plutôt qu’à d’employer des bras cassés à faire semblant de travailler. 


              • foufouille foufouille 26 mai 2013 11:17

                tu es donc nulle en gestion
                on commence d’abord par entretenir les routes. et si il reste de l’argent, on paye les faignasses de compagnons qui travaillent a 2 a l’heure
                car pendant ce temps, tu en as qui font un boulot dur paye au smic et a coup de siflet
                (vendange chez un gros vigneron)
                d’autres qui baclent la chape en ciment pour aller plus vite


              • lulupipistrelle 26 mai 2013 12:47

                Je suis nulle en gestion, ça c’est sûr...


                Mais les routes, qui ne sont pas si mauvaises, sont entretenues par des grosses entreprises , souvent étrangères, qui font travailler des types non qualifiés avec une grosse partie d’étrangers... et donc c’est du fric perdu pour l’économie locale ou nationale... 
                En investissant dans le patrimoine, je fais vivre l’économie locale, je valorise des savoir-faire, et je donne du travail à mes concitoyens..

                C’est fini les grands travaux pour résorber le chômage... Avec l’appel d’offre public, tout ce qu’on gagne c’est de filer du fric à des sociétés étrangères, qui amènent leurs cadres étrangers, et qui embaucheront des travailleurs émigrés... 

              • foufouille foufouille 26 mai 2013 12:53

                « Mais les routes, qui ne sont pas si mauvaises, sont entretenues par des grosses entreprises , souvent étrangères »

                pas du tout sauf autoroutes liberales esclavagistes
                les rues du village sont pleines de rustines
                les routes departementales aussi
                tu ne fais donc travailler qu’un seul faineant tres bien paye juste pour quelques curetons


              • foufouille foufouille 26 mai 2013 12:56

                de plus la grande majorite de ces eglises sont tout le temps fermeees
                une messe une fois par mois
                sans compter le cout des projecteurs hallogenes allumes toute la nuit


              • lulupipistrelle 26 mai 2013 13:51

                Les Eglises sont notre patrimoine, on peut y faire des conférences ou des concerts... si en certains lieux vous ne les utilisez pas, c’est votre problème... 


                Les villages, n’ont pas toujours les moyens de d’entretenir leurs rues, mais ce ne sont pas mes impôts qui paieraient les travaux... puisque ce sont des dépenses locales...et à chacun selon ses moyens.S’il n’ y a pas assez d’habitants, pourquoi refaire les rues pour trois pékins et un tondu.. De toute façon je connais des familles qui ont entièrement rénové des villages, alors c’est peut-être aussi une question d’autonomie... 

                Les routes ? idem, elles sont aussi au niveau des finances locales... c’est la décentralisation...

                 Moi je paye une autoroute urbaine à péage, la plus chère de France, par laquelle transite tous les touristes et le transport européen...


              • foufouille foufouille 26 mai 2013 14:17

                c’est obligatoire chretien ?
                justement, la messe c’est tres peu croyant
                ce qui fait tres cher pour un million

                les rues, tout le monde les utilise, meme les bourgeois chretien qui vont a l’eglise
                juste quelques milliers de personnes


              • lulupipistrelle 26 mai 2013 15:35

                Les concerts sont pour tout le monde... sinon il existe des églises désaffectées par le culte et utilisée par des associations. 


                Sinon, dans un quartier de Nice, le curé prête son église à d’autres cultes... et cette église est récente, donc pas dans le patrimoine public, mais propriété de l’évêché.. 
                J’ y ai vu un musulman servir la messe lors des obsèques d’un ami qui s’était fait aimé de tous. 

                PS moi je suis incroyante et je ne roule pas pour l’Eglise. 

              • foufouille foufouille 26 mai 2013 18:57

                c’est pas le cas en campagne
                pour certaines, tres rare, un concert par an et payant
                les autres sont vides de chez vides


              • lulupipistrelle 27 mai 2013 13:46

                Montez une association culturelle.. 


              • Robert GIL ROBERT GIL 25 mai 2013 20:22

                dans ces distinctions entre public et privé on oublie une categorie que l’on peut appeler « LES FONCTIONNAIRES DU PRIVE » et dont on ne parle jamais...


                • alinea Alinea 25 mai 2013 20:43

                  Bon article, et si juste. Je dois être bête à bouffer du foin ! je ne comprends pas qu’on puisse nier cela ! ou, ne le niant pas trouver quand même que les services publics sont bons à jeter ! Que la société ne doit pas prendre en charge ceux que le privé rejette !
                  Ceci dit, la politique actuelle me parait parfaitement hypocrite donc inaboutie !


                • lulupipistrelle 26 mai 2013 05:02

                  Ceux que le privé rejette... on aura tout lu....


                  Dites plutôt des gens qui ne veulent rien apprendre, rien comprendre, qui se fichent des règlements et des usages, ils ne savent qu’une chose : « ils ont droit... »

                • titi 25 mai 2013 23:53

                  Cet article traduit une vérité réelle.

                  De la même manière qu’avoir sur son CV une ligne du genre « France Télécom » condamne d’office le candidat, ces emplois d’avenir vont ghettoiser un peu plus leur les bénéficiaires.


                  • ecolittoral ecolittoral 26 mai 2013 15:38

                    Le privé mieux que le public. Le public mieux que le privé !!!

                    Balancez 10 000 emplois aidés dans le privé et vous obtenez 10 000 CDD ou CDI en moins.
                    Même chose dans le public associatif. On vire la comptable qui coûte 3000 euro/mois pour un « aidé » BTS comptabilité, chômeur au RSA.
                    Dans le privé, on fait travailler un stagiaire à 350 euros/mois puis un autre, puis un autre au lieu d’embaucher.
                    Il faut arrêter de fantasmer ! Public ou privé, quand on peut avoir de la main d’oeuvre presque gratuite, on vire les « pro ».
                    Aides, subventions, allègements fiscaux, main d’oeuvre gratuite et obéissante, que ce soit dans le privé ou le public, tout le monde en profite.

                    • Robert GIL ROBERT GIL 26 mai 2013 18:31

                      et si on arretait de donner du fric au privé,a fond perdu....c’est pas une bonne idée ça ?
                      Et que ce fric on s’en serve pour ameliorer la vie des gens...c’est pas une bonne idée ça ?
                      Si a chaque cadeaux que l’on fait au privé on demandait une contrepartie...c’est pas une bonne idée ça ?


                      • Gauche Normale Gauche Normale 26 mai 2013 21:51

                        Cela fait 65 milliards à récupérer cher Robert, selon un rapport de 2007. Le patronat nous dit que l’impôt ne crée pas d’emploi et pourtant il prétend le faire avec tout ces impôts qu’on lui donne gentiment. Dommage que le chômage soit à un niveau record.

                        Le rapport dit aussi qu’il est très difficile de les conditionner donc mieux vaut les reprendre pour en faire autre chose, comme transformer les cités en écoquartiers par exemple. 65 milliards d’euros représentent le salaire de 2,6 millions de travailleurs payés 1500 euros...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès