Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Emploi : Devenir fonctionnaire pour avoir un avenir ?

Emploi : Devenir fonctionnaire pour avoir un avenir ?

Contrairement au discours des libéraux de la majorité présidentielle, les français apprécient leurs fonctionnaires. Au point que 2 Français sur 3 encourageraient leur enfant à le devenir. Il faut dire que pour avoir un avenir, le privé est de moins en moins indiqué !

Lorsque j'étais gamin, mes grands parents qui avaient connu deux guerres, le krach de 1929 et les longues périodes de chômage me répétaient à l'envie : Le meilleur métier c'est l'administration ! Choix que je n'ai pas fait à l'époque, puisque dans les années 80, comme disait Coluche, dans le privé : « C'était pas beaucoup payé, mais du boulot, y en avait ». Oui, mais depuis, c'est encore moins payé et ... y en a plus !

Autre inconvénient actuel du privé : Viellir au travail. En effet, le taux de chômage des plus de 50 ans littéralement explosé depuis la dernière crise économique et se maintient à un niveau particulièrement élevé

Alors, dans ces conditions, comment ne pas décider de faire son parcours professionnel dans la fonction publique ? qui vous évitera, entre autre, après la perte de votre emploi, de vous retrouver en « fin de droits » et sans aucune indemnité et éventuellement de plonger dans la plus grande des précarités ?

Mais, traditionnellement à droite, on a toujours fustigé la fonction publique, source de dépenses non productives, en oubliant très souvent qu'une grande partie de ses élus n'ont jamais travaillé dans le privé sauf ... en fin de mandat et/ou dans le cadre d'un pantouflage.

Ce qui n'est pas l'avis d'une majorité de français. En effet : 2 français sur 3 qui encourageraient leurs enfants à devenir fonctionnaires, selon une étude, peu médiatisée d'IPSOS/la Mutuelle nationale territoriale

Mais, cette étude montre également que : « (...) Des années de discours souvent dévalorisants n’ont pas entamé l’attachement des Français aux agents de la fonction publique (...) »

En effet : « Cette enquête montre d’abord que l’image des fonctionnaires ne divise pas les Français. Les bonnes opinions sont en effet majoritaires, tant auprès des sympathisants de gauche que de ceux de l’UMP (...) les salaires des fonctionnaires ne soulèvent pas davantage de controverses : pour 40 % des Français, le montant de leur rémunération n’est « ni trop fort ni trop faible »

Et contrairement à ce qu'affirme le Président et sa majorité : « Une nette majorité de l’opinion ne pense pas non plus que le nombre d’agents est trop élevé »

Autre enseignement de l'étude, alors que : Depuis 2007, 100.000 postes de fonctionnaires ont été supprimés et qu'en 2011, ce seront 34.000 postes de fonctionnaires qui subiront le même sort : « (...) 2/3 des sondés estiment que les thèmes évoqués plus après – remplacement des fonctionnaires, rémunérations – pèseront sur leurs choix de vote pour l’élection présidentielle de 2012. Ces différents éléments viennent donc utilement éclairer le débat sur l’avenir des services publics qui ne manquera pas de s’ouvrir pendant la campagne ».

Et peut être permettre à l'UMP de méditer sur les propos de Philippe Séguin qui affirmait qu'en termes d'effectifs de la fonction publique le gouvernement avait adopté une « démarche purement quantitative (...) principalement par des considérations budgétaires de court terme (...) »


Les français et la fonction publique

Salon de l'emploi public 16 - 17 et 18 juin


Crédit image
Salon de l'emploi public


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

77 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 17 juin 2011 11:41

    Au fait montrez moi simplement une seule personne qui travaille

    il faut peut être aller plus loin que la revendication et la lutte parcellaire pour imbéciles divisés ?


    • aetius320 17 juin 2011 11:42

      Travailler dans le privé n’est valable que pour les conditions suivantes :


      - monter son propre commerce
      - être diplômé d’une très grande école ingé ou commerce (top10 des deux confondues) et commencer directement à haut niveau de responsabilité. On peut alors faire du « winnage », on a effectivement une chance d’emplâtrer un maximum.
      - ne pas avoir le choix

      Hormis ces trois cas, il est effectivement beaucoup plus intéressant d’être dans la fonction publique.

      Et les français, une fois de plus, ont raison contre leur « zélites » dégénérées, corrompues et incompétentes.

      • Robert GIL ROBERT GIL 17 juin 2011 11:50

        pour ceux qui veulent etre fonctionnaire, il faut savoir que la RGPP exixte, voir article ci-dessous :

        http://2ccr.unblog.fr/2010/11/02/qui-connait-la-rgpp/

        et la mobilité aussi , voir cet autre article :

        http://2ccr.unblog.fr/2010/11/23/loi-de-mobilite-des-fonctionnaires/


        • Robert GIL ROBERT GIL 17 juin 2011 13:12

          T’a raison Calmos, moi aussi je postule, car un pays sans hopital, sans infirmiere, sans policiers, sans instituteurs au service de la population et des plus pauvres ce serait quoi ; Ceux qui ne veulent pas de fonctionnaires n’ont qu’a aller en Somalie, en Sierra Leone ou dans tout ces paradis, ou la fonction public est quasi inexistante. Et je suis aussi d’accord, il faut faire payer les riches, car ils nous coutent de plus en plus chers ces parasites, voir ci-dessous :


          http://2ccr.unblog.fr/2010/10/20/les-riches-nous-coutent-trop-cher/


        • Robert GIL ROBERT GIL 17 juin 2011 13:17

          Faut pas avoir de la rancoeur, moi aussi je connais des fonctionnaires un peu cons et faineant et facho par dessus le marché, mais il ne faut pas jeter le bebe avec l’eau du bain a cause de quelques abrutis.
          La casse de la fonction public est voulu par les entreprises privé pour se partager le gateaux, voir ci-dessous :

          http://2ccr.unblog.fr/2010/10/19/la-liquidation-des-biens-publics-en-france/


        • Robert GIL ROBERT GIL 17 juin 2011 14:57

          t’a raison de le souligner Calmos, il y a fonctionnaire et fonctionnaire. Mais c’est vrai dans le privé aussi, et les entreprises privé qui bossent pour l’etat bien souvent se gavent. Eiffage par exemple fait 30ù de ses benefices avec des partenariats public/privé, alors que ça ne represente que 15% de son activité !!! pas mal hein, mais t’a raison on les aura. Ce que je pense surtout, c’est que les gens sont un peu lobotomisé si je peux me permettre, voici un article interressant pourquoi les gens sont en general si serviles avec les « puissants » :

          http://2ccr.unblog.fr/2010/12/22/le-syndrome-du-larbin/


        • LE CHAT LE CHAT 17 juin 2011 23:39

          @CALMOS

          Dans le privé , il y a aussi des types qui bossent comme des fonctionnaires !
          j’ai connu un comptable qui savait prendre un air inspiré devant une facture toute une après midi !
          ça sentait pas la sueur dans son bureau ! une atmosphère pleine de zénitude !
          il est parti à la retraite en pleine forme ! c’était peut être un sage ...


        • Robert GIL ROBERT GIL 18 juin 2011 13:13

          Calmos,
          j’espere que ton analyse partisane ne te fait pas oublier tout les mineurs qui ont perdu leur vie au fond de la mine......c’est vrai qu’il etait assimilé fonctionnaire, avait le charbon gratuit, la caisse de secours miniere et des logements : de vrais pacha.
          A force de trouver des boucs emissaire et de se tromper de combat, un jour ou l’autre ....lis ce petit article :

          http://2ccr.unblog.fr/2011/04/05/a-qui-le-tour/


        • velosolex velosolex 17 juin 2011 13:07

          Fonctionnaire n’est pas un métier
          Juste un statut, qui concerne à peu près toutes les professions.
          Mais les infirmières et les chauffeurs de l’Élysée ne sont pas assis dans la même chaise.

          Il est toujours assez facile de caricaturer ce statut, et à se tailler un joli succès d’estime en montrant un pantoufleur, un rat de bureau remplissant des bordereaux inutiles, perdu dans une sous préfecture. Ou de susciter la réprobation en évoquant des excès manifestes tournant autour des avantages de certains fonctionnaires et de leurs œuvres sociales payées par le contribuable (edf et sncf).
          Néanmoins, il ne faut pas être dupe. L’exploitation de la division est entretenu par des gens qui veulent installer encore plus les intérêts privés à la tête du pays.
          On l’ a vu pour les postes et les autoroutes, on n’est pas gagnant au change.
          Ces gens là, peu soucieux de l’intérêt collectif, laisseront un désert derrière eux.


          • titi 17 juin 2011 13:18

            @l’auteur

            « Au point que 2 Français sur 3 encourageraient leur enfant à le devenir. Il faut dire que pour avoir un avenir, le privé est de moins »
            Je vois pas bien le rapport entre encourager ses enfants a être fonctionnaires et apprécier les fonctionnaires.

            Etant plus jeune je me destinais au controle aérien de l’aviation civile.
            On me demandait pourquoi... je répondais parce que c’est un beau métier de fainéants.
            Tout le contraire d’une appréciation.


            • barbapapa barbapapa 17 juin 2011 14:51

              Aujourd’hui le lobbying du groupe communautariste des salariés protégés a obtenu au delà de la rémunération des avantages sociaux bien au-dessus du secteur privé. 


              Les nouvelles générations de Français instruits ont compris qu’elles devaient chercher leur avenir dans la fonction publique, puisque celle-ci peux garantir de bons salaires pour peu de travail, contrairement aux entreprises privées qui exigent plus de travail pour une rémunération moins élevée avec une obligation de résultat.

              L’énorme domaine public, au fil des ans, constitue un groupe social sûr de lui, avec un emploi garanti à vie. La prise en main des Elus des deux partis majoritaires (UMPS) par ce groupe social bloque le changement nécessaire pour arrêter le chômage de masse. 
              Comment un Enarque venu de l’administration, remettrait en cause un système de passe droit qui le favorise. Bien au contraire il en fera l’allégeance. 

              Ce groupe social sur représenté dans les élus et les partenaires sociaux est devenu tellement fort qu’aucun gouvernement ne peut pas modifier le statut des fonctionnaires, ni leurs conditions de travail, leurs votes étant toujours trop précieux au moment des consultations électorales.

              Payés par l’emprunt, augmentés en nombre par des partis clientélistes avides de leurs votes, leurs salaires et leurs retraites constituent une dette en augmentation rapideme au cours des dernières années. Cette dette a entraîné un détournement des sommes disponibles de l’investissement productif vers le financement de la dette. 

              La France est aujourd’hui endettée car ses fonctionnaires pèsent au delà des ressources des moyens de la société civile pour les payer.

              • velosolex velosolex 17 juin 2011 15:25

                Pas mal de gens gueulent contre les fonctionnaires, jusqu’au jour où ils se trouvent en plan, à attendre cinq heures dans la salle d’attente des urgences de l’hôpital, souffrant des réductions budgétaires, autant que des suppressions d’antennes et de postes.
                Les voilà gros Jean comme devant.
                Cela me rappelle ce vieux gag d’un humoriste, Fernand Reynaud, faisant gueuler un bon français sur le fait qu’un émigré soit venu prendre le pain des français
                Et lui rendant la vie si impossible que le type retourne dans son pays
                Alors il s’aperçoit, que mince, il n’a plus de pain.
                Car ce type c’était justement le boulanger !


                • jef88 jef88 17 juin 2011 15:53

                  NON les français n’aiment pas les fonctionnaires ils les envient....
                  Boulot généralement pas trop dur, mais bien sur les chefs sont des c..ns !
                  Protection sociale renforcée
                  Garantie de l’emploi, pas de risque de licenciement économique, très peu de risque de licenciement.
                  Salaires convenablessans plus mais pas pire que chez Carrefour

                  Alors les parents consceints préfèrent avoir des enfants fonctionnaires plustôt que chomeurs.


                  • Domino Domino 17 juin 2011 16:43

                    Depuis la privatisation de La Poste il n’ya plus la queue aux guichets....d’ailleurs ils n’y a plus de guichets, on fait la queue devant des machines.....et quand elles sont en panne.. on cherche un autre bureau de poste... enfin on cherche... !


                    • Yohan Yohan 17 juin 2011 19:02

                      Ben désolé, moi je trouve que cette Poste là fonctionne nettement mieux que celle d’avant. Même les récalcitrants ont changé d’avis sur la réorganisation hier honnie. Je ne vois pas pourquoi on devrait payer un gars avec les deniers publics pour timbrer et encaisser, alors qu’on peut maintenant le faire soi-même sans être obligé de faire la queue pendant 30minutes. Les bureaux de postes sont mieux agencés, ils respirent et les agents del a Poste sont bien plus détendus et nous avec.


                    • velosolex velosolex 18 juin 2011 01:35

                      Yohan, désolé, mais il faut une bonne cloche en cuivre sur la tête pour débiter des certitudes pareilles, ou alors être au fond de l’eau pour ne plus voir ce qui se passe en surface !
                       La poste, c’est plus vraiment ça.
                       Inutile de tenter de convaincre le lambda de base, il s’aperçoit bien comme tout le monde que l’époque où le courrier mettait 24 heures pour arriver dans sa boite à lettres est bien révolue.
                       Il n’est pas rare maintenant qu’une lettre mette une semaine à arriver.
                      Les bureaux de poste ont disparu des campagnes
                      Par contre, vous pourrez acheter des films et tout un tas de conneries dans les quelques agences restant dans les centre villes.
                      Vous aurez tout le temps qu’il faut pour choisir, tant la file d’attente perdure.
                      C’est ça le nouveau service public.
                      Il ne faut pas avoir connu ce qu’était la France des services publics jusqu’à, disons, jusqu’aux années 80, pour ne pas être nostalgique. Celle d’un pays où tout certes n’était pas rose, mais au moins une époque où les services publics avaient encore les moyens de leur mission (. Mais il est vrai que beaucoup se sont transformés en service commerciaux, ayant des impératifs de bénéfices...)
                      A l’époque les trains sillonnaient encore la France, et s’ils allaient un peu moins vite, ils étaient beaucoup moins chers, et arrivaient à l’heure, à la minute prêt. 
                      Je me souviens, on se moquait de l’Italie, où ils n’arrivaient jamais à l’heure, et de l’inde, où il fallait acheter son billet plusieurs jours à l’avance......

                      Ce lynchage de la fonction publique me révulse assez, mais contente en tout cas nos bons maitres. Ils n’en espérait pas tant.
                      Voilà que les manants se jalousent et se crêpent le chignon, se moquant de ceux qui les aident...
                      Ils récitent la leçon que la bonne télé leur a apprise, que tout cela coute cher, payé sur les deniers qu’ils versent au percepteur.
                      Ors, le pays n’a jamais été aussi riche.
                      C’est quand même ce qu’on oublie, mais ne le répétez pas, ça pourrait leur donner des idées, si jamais ils réfléchissaient un peu.
                      Mieux ne vaut pas leur apprendre l’histoire, et même la supprimer.
                      Car elle leur apprendrait qu’après guerre, un certain pays, avec ses invalides, ses veuves, ses villes rasées qu’il fallait reconstruire, son industrie par terre. Et bien ce pays a inventé la solidarité, la sécurité sociale, et a continué a maillé socialement le pays.
                      Les grands plans d’industrialisation du pays ont été mené et instrumentalisé par la fonction publique
                      Qu’est ce que vous croyez, que ce pays c’est fait tout seul ! un coup d’intuition des investisseurs et du privé !
                      Fernand Braudel, grand historien, disait que le développement du rail et des écoles, avaient plus fait pour le développement de la france, et le développement de son identité, que mille ans d’histoire et de batailles.
                      Mais revoilà le temps de la féodalité, et des petits princes.


                    • Bulgroz 17 juin 2011 16:45

                      Comparatif France Allemagne

                      Rapporté à la population totale, on compte 24% de fonctionnaires de plus en France qu’en Allemagne

                      Rapporté à la population active, il y a 44% de fonctionnaires de plus en France qu’en Allemagne

                      Ce sureffectif produit un surcoût de plus de 30 milliards d’euros.

                      Le coût de l’administration générale représente 26,0% du PIB en France contre 20,1% en Allemagne.

                      Les seules dépenses de rémunérations représentent 12,9% du PIB en France contre 6,9% en Allemagne.

                      Mais, il est cependant vrai et reconnu que l’État allemand rend à ses concitoyens un service significativement moins bon que l’État français.

                      L’excellence n’a pas de prix.


                      • velosolex velosolex 17 juin 2011 17:38

                        Il faut voir simplement ce qu’on met dans les chiffres
                        L’Allemagne, du fait des conditions de paix, après la guerre, n’a pas a supporter l’économie de cette armée pléthorique.
                        Le budget de l’armée est de 24 milliards, contre 46 en France.
                        Tous ces militaires envoyés au quatre coins du monde sont des fonctionnaires.
                         A ne pas oublier, de la même façon le corps diplomatique français, qui est la deuxième représentation au monde.
                        La représentation n’a pas de pris.
                        Laissons les imbéciles tirer sur le baudet, pendant qu’on habille le cheval pour la parade.


                      • titi 17 juin 2011 17:39

                        « L’excellence n’a pas de prix. »

                        Exactement... hier je suis passé devant chez Jaguar j’ai vu une chouette XJ... 100 000 euros.
                        Bah vu que j’ai pas 100 000 euros à mettre dans une voiture j’ai été chez Peugeot.

                        Il faut faire selon ses moyens. Les services publics à la francaise ou du moins ce qu’ils sont devenus ne sont plus dans nos moyens.


                      • titi 17 juin 2011 18:12

                        Turlututu velosolex

                        Vous pratiquez l’anachronisme.
                        Renseignez vous sur ce qu’était les effectifs des deux armées Allemandes pendant la guerre froide et vous verrez que même la RFA disposait de plus de chars, plus d’avions, plus de canons que l’armée francaise.

                        C’est lors de la réunification que les effectifs de la bundeswehr ont été réduits et son matériel vendu d’occasion.


                      • titi 17 juin 2011 18:15

                        « Tous ces militaires envoyés au quatre coins du monde sont des fonctionnaires »

                        A ceci près qu’ils sont rarement en grêve...


                      • JL JL 17 juin 2011 18:30

                        Bulgroz écrit : « Le coût de l’administration générale représente 26,0% du PIB »

                        ERREUR grossière, Bulgroz, les fonctionnaires ne sont pas un coût mais produisent, comme les autres : la différence c’est que la rémunération de leur travail dans la plus-value est différente !

                        Et la bonne formulation est : « La part de l’administration générale représente 26,0% du PIB ».

                        Nuance !


                      • Yohan Yohan 17 juin 2011 23:54

                        C’est parce qu’ils ne veulent pas attirer l’attention sur eux, pardi !

                        Cela me rappelle l’affaire juteuse des retraités ayant investi à bon escient dans l’immobilier exotique et vivant 6 mois et un jour dans un TOM. Doublement de la retraite pour les fonctionnaires concernés. En gros, on passe l’hiver en Nouvelle Calédonie dans son studio au bord d’une plage, et on rentre en France au printemps. Mais las ! La combine a fuité un jour. Que croyez vous que nos fonctionnaires bronzés ont dit : chuuuut, bande de cons, ils vont nous faire gauler avec leurs reportages à la con... smiley

                      • velosolex velosolex 18 juin 2011 00:51

                        Je ne vois pas l’anachronisme. Les chiffres sont exacts. Allemagne comme le Japon se sont vus imposés l’impossibilité de se réarmer. Ce qu’ils ont perdu en panache militaire, ils l’ont gagné en efficacité industrielle.
                        Quant au fait qu’ils soient rarement en grève ou non, je ne vois pas l’incidence sur les budgets, qui ne financent aucunement les jours de grève.
                         Les grévistes dans la fonction publique voient leur salaire imputé dés la première heure. Dans la fonction hospitalière comme dans d’autres corps, si le droit de grève est reconnu, le gréviste peut être réquisitionné.


                      • velosolex velosolex 18 juin 2011 01:02

                        Surtout, si effectivement l’Allemagne eut à construire une armée à vocation défensive, dans la polarité est-ouest, elle n’eut pas à investir dans la course aux armements atomiques, comme le fit l’Angleterre et la France.


                      • Bulgroz 18 juin 2011 12:53

                        JL

                        Non, les salaires sont les éléments constitutifs d’un coût, celui de la main d’œuvre, mais c’est pas grave.

                        Soyez pédagogique plutôt , et dites moi comment ré écririez vous ma phrase qui vous a fait intervenir bêtement sans pour autant expliquer comment elle était inappropriée :

                        "Le coût de l’administration générale représente 26,0% du PIB en France contre 20,1% en Allemagne."

                        Oui, expliquez moi et édifiez moi !!

                        Ne me dites que ce sont les chiffres qui vous gênent.


                      • JL JL 18 juin 2011 13:08

                        Bulgroz,

                        je ne parle aux imbéciles que si je pense que ça les instruit.

                        Si vous voulez des explications, ne dites pas dans le même temps que je suis intervenu bêtement. Je crois moi, que je vous ai fait la meilleure réponse qui soit !


                      • Bulgroz 18 juin 2011 13:29

                        JL confirme donc qu’il est intervenu pour ne rien dire, ne rien argumenter, ne rien proposer.

                        C’est le chiffre du coût de la fonction publique qui le gène. Alors il botte en touche et en plus, il voudrait qu’on le croit intelligent.


                      • JL JL 18 juin 2011 14:32

                        Bulgroz, vous êtes d’une mauvaise foi crasse et ne comprenez rien à rien

                        Visiblement , vous ignorez tout de la comptabilité qui n’est qu’une façon de dire les choses, d’un point de vue donné, et seulement de celui-là.

                        Quand deux personnes décrivent une rue mais sont de part et d’autres, elles ne voient pas les mêmes choses, ou pas de la même façon et ne disent sonc pas les mêmes choses. Pourtant, les deux descriptions sont exactes.

                        Quand vous dites que les fonctionnaires sont des coûts, je vous réponds : oui, si on veut, mais au même titre que les salariés dans une entreprise privée ! Si cela ne vous suffit pas pour comprendre votre erreur, alors vous êtes irrécupérable, et qui plus est, vous poussez la bêtise jusqu’à dire que c’est moi.

                        Si la comptabilité des entreprises était gérée par les travailleurs, ils mettraient et à juste titre, les dividendes dans les charges, et se partageraient les profits.

                        Le PIB est, ou bien la somme des débits, ou bien la somme des crédits, puisque ces deux montants sont identiques. On ne peut pas dire que les salaires du privé augmentent le PIB et dans le même temps, dire que les coûts des fonctionnaires le diminuent ! C’est absurde. Les deux contribuent au PIB, ce qui démontre qu’il n’y en a pas un qui fiance l’autre : l’argent prélevé sur la plus value marchande n’est que la juste rémunération de la plus value non marchande sur laquelle s’est appuyée l’entreprise (les infrastructures) pour réaliser sa plus value et la vendre.

                        Les écritures ne mentent pas : ce sont ceux qui les interpètent fallacieusement qui mentent ou qui sont ignorants. Ce qu’est bulgroz, manifestement.


                      • JL JL 18 juin 2011 14:36

                        bulgroz, j’ai fait trop long pour vous dans le poist précédent.

                        Retenez simplement ceci :

                        l’argent prélevé sur la plus value marchande n’est que la juste rémunération de la plus value non marchande sur laquelle s’est appuyée l’entreprise (les infrastructures) pour réaliser sa plus value et la vendre.

                        J’espère au moins que vous savez que « plus value » ça représente le travail, autrement dit les salaires, et que PV marchande c’est le privé, et PV non marchande c’est le secteur public !?


                      • JL JL 18 juin 2011 14:42

                        Ceci dit,

                        quand je vois que les posts de bulgroz arrivent parmi les plus appréciés, je me dis que la propagande fasciste (autrement dit l’alliance du gvt, des grands médias et des banksters) bat son plein, même ici, et qu’il ya du boulot à faire sur les médias citoyens ! Pfff !

                         smiley


                      • JL JL 18 juin 2011 15:42

                        Alors, bulgroz ? KO ? On ne la ramène plus ?

                        Critiquer la fonction publique, c’est de l’idéologie.

                        Critiquer les fonctionnaires, c’est de la bêtise crasse !

                        Nuance !


                      • Bulgroz 17 juin 2011 18:19

                        En France, on a de la chance, on a des « fonctionnaires désobeisseurs »

                        Ils ont décidé de désobéir. Ils sont professeurs, directeurs d’école, enseignants-chercheurs, présidents d’université, juges, médecins hospitaliers, statisticiens au ministère du Travail. Peu importe si la législation prévoit que leur statut de fonctionnaire les oblige justement à "se conformer aux instructions de [leur] supérieur hiérarchique" (loi du 13 juillet 1983, article 28). Balayés, leur obligation de neutralité et leur devoir de loyalisme à l’égard de l’administration : ils ne sont pas d’accord avec la politique du chef de l’Etat et comptent bien le faire savoir jusque dans leurs salles de classe ou leurs bureaux. Fonctionnaires et rebelles,

                        Fonctionnaires et rebelles, le rêve total

                        L’espèce est en voie de développement : ces fonctionnaires anti-Sarkoziste militent au nom du peuple Français qui les finance.

                        Cela va   :

                        De Georges Molinié, président de la Sorbonne-Paris IV, qui était devenu le chef de file de la contestation universitaire. Refus de donner des cours, refus aussi de faire remonter à Valérie Pécresse les maquettes de réforme des masters. Ce fonctionnaire appelait le gouvernement à retirer tous ses projets de réforme : "Assez de la culture du silence ! Assez de la désinformation ! Assez du mensonge !" s’emportait-il dans un amphi plein à craquer. Il prédisait une radicalisation du mouvement et menaçait : "La détermination et l’exaspération montent. Bientôt, on ne maîtrisera plus rien. Mais l’incendiaire, ce n’est pas moi : c’est le gouvernement et son autisme ravageur !"

                        à Alain Refalo, enseignant de CM 1 à Colomiers (Haute-Garonne), qui avait informé sa hiérarchie qu’il n’appliquerait pas l’aide personnalisée pour les élèves en difficulté décidée par le ministre de l’Education nationale, parce qu’il la jugeait stigmatisante. "Nous avons le devoir de résister [...], à notre échelle et partout où c’est possible, à tout ce qui humilie, assujettit et sépare, écrit-il alors à sa hiérarchie. Nous n’avons rien à lâcher sur ces principes pédagogiques. Car ils ne relèvent pas de choix passagers de majorités politiques, mais bien de ce qui fonde, en deçà de toutes les circulaires et de toutes les réformes, le métier de professeur dans une société démocratique.

                        La sanction concernant ce Refalo a été très lourde : 5 jours de suspension de salaire.


                        • JL JL 17 juin 2011 18:42

                          Bulgroz, encore lui, persiste dans son erreur quand il écrit : « ces fonctionnaires anti-Sarkoziste militent au nom du peuple Français qui les finance. »

                          Le peuple français ne finace pas les fonctionnauire ! C’est une contre vérité. Par exemple, en Union soviétique, tout le mode était fonctionnaire ! On se demande comment Bulgroz pourrait expliquer ça !


                          Castoriadis évoquait l’impensé libéral ? Je crois que la droite la plus bête ne produit que de l’imensé : des mantras qui défient le bon sens !


                          il y a deux impensés dans l’idéologie libérale : Premièrement, ce sont les travailleurs du secteur capitaliste — et non pas les consommateurs — qui créent la valeur monétaire dont une partie sera accaparée par les capitalistes, et ce sont les travailleurs du secteur non marchand — et non pas les contribuables — qui créent la valeur monétaire des services non marchands….l’économie capitaliste est un circuit dont les deux actes fondateurs sont la décision privée d’investir pour produire des biens et des services marchands et la décision publique d’investir pour offrir des services non marchands. (JM Harribey)



                          Harribey ajoute : « L’idéologie libérale répugne à ce que la création monétaire finance une production qui ne rapporterait pas un profit ».

                          Volià pourquoi, l’idéologie libérale veut la mort des services publics : les services publics n’ont pas vocation à rapporter des profits ! Par nature, les services publics sont « égalitaristes ».


                        • JL JL 17 juin 2011 18:44

                          Mais j’imagine que les gens comme Bulgroz n’empruntent ni les routes, ni les chemins de fer, ni les voies navigable, n’utilisent pas les ports, ne vont jamais au musée, n’utilisent pas le courant électrique, n’ont jamais été à l’école, etc. etc. etc.

                          De purs esprits !

                           smiley


                        • FRIDA FRIDA 17 juin 2011 22:24

                          @JL

                          Merci pour vos commentaires,
                          Bulghroz a l’habitude d’argumenter par des pourcentage, sauf que les pourcentages ne sont pas la soution d’une équation mathématique.
                          On peut obtenir le pourcentage de ce que l’on veut, même du degré de l’imbécilité de certains comparé à d’autres imbéciles.


                        • titi 17 juin 2011 22:42

                          « Le peuple français ne finace pas les fonctionnauire ! C’est une contre vérité. Par exemple, en Union soviétique, tout le mode était fonctionnaire ! On se demande comment Bulgroz pourrait expliquer ça ! »

                          C’est tout simple : toute la richesse du pays était confisquée par l’Etat.
                          Tous les citoyens travaillaient pour l’Etat et en théorie pour tous les citoyens.
                          Sauf que, comme en mécanique et le mouvement perpétuel, il y a eu quelque frottements et le mouvement c’est arrêté.

                          Vous considérez que les fonctionnaires ne sont pas une charge car leur travail profite à tous. Cela serait vrai si il y avait un « rendement de 100% », entre chaque euro « investi » c’est à dire prélevé par les taxes et le service rendu.
                          Sauf que ca c’est uniquement chez les Bisounours.
                          Le service rendu n’est pas à la hauteur des sommes qui y sont consacrées.
                          Il y a des fuites. Et ces fuites il faut les colmater avant d’injecter plus d’argent.

                          Dans « services publics » le mot important c’est services. Il est tant que les fonctionnaires le réalise.


                        • titi 17 juin 2011 22:52

                          D’ailleurs JL vos interventions me permettent de rappeler un point important.

                          C’est qu’en économie on ne mesure pas la productivité des fonctionnaires. On considère qu’un euro dépensé = un euro de PIB.

                          Ce qui me permet de rebondir sur la légende de la productivité francaise : en france pour augmenter le PIB d’un point il suffit d’augmenter les salaires des fonctionnaires de 5 %.

                          Mais quel est la valeur de ce point de croissance ? Les services rendus ont ils gagné en valeur ? Certainement pas.


                        • pastori 17 juin 2011 23:00

                          titi

                          l’essentiel des « fuites », par milliards, va aux bétencourt et cie, tonneau sans fond  totalement inutile.

                          en échange il est plus facile d’accepter sans boncher de voir majorer le fofait hospitalier, le dé-remboursement des médicaments, de s’en prendre à une infirmière de l’hopital public ou à un prof, du moins ce qu’il en reste car pour donner à bétencourt, il faut bien prendre l’argent quelque part.

                          il faudra bientôt se soigner en cueillant des plantes au bord des routes ;

                          que d’indignations sélectives !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès