Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Enfants maliens expulsés, ONG remontées

Enfants maliens expulsés, ONG remontées

Trois enfants maliens en situation illégale sur le sol français, dont l’un n’a que huit ans, ont été expulsés vers leur pays d’origine. Des ONG africaines s’indignent ; les médias français n’en parlent pas, ou si peu.

Trois mineurs, en situation irrégulière sur le territoire français, ont été conduits par la police à l’aéroport de Roissy, pour embarquer dans un avion qui les ramènera dans leur pays d’origine, le Mali.

Un collectif d’organisations non gouvernementales africaines s’est indigné face à ces reconduites, en indiquant que la France ne respectait pas, dans cette affaire, les engagements qu’elle a ratifiés dans plusieurs accords et traités internationaux en matière de protection des mineurs.

L’un d’entre eux n’est âgé que de huit ans. Sa mère est pourtant en situation régulière en France ; elle travaille, gagne un salaire de 1600 euros par mois, en CDI. Cela devrait suffire pour "récupérer" la garde de son enfant. Eh bien, non : son appartement est trop petit. La malheureuse vit dans un 17 m², alors que la loi exige, pour qu’elle puisse "récupérer" son enfant, que son logement en fasse 25. La crise du logement a finalement plus de conséquences que ce qu’on peut imaginer. La solution serait peut-être de faire mesurer la superficie de son appartement par exit Hervé Gaymard, ou encore en place Jean-François Coppé...

Outre le quotidien Le Monde, source révélée dans un blog personnel (www.stoppopulisme.canalblog.com), seul le quotidien en ligne du Nouvel Obs évoque cette affaire. Des recherches sur Google Actualités ne font que peu état de cette information.


Des immigrants africains reconduits à la frontière, à Melilla, en octobre 2005 (AP)


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Alex Alex 31 décembre 2005 14:00

    Rectification :

    L’édition en ligne du quotidien Le Monde datée du 29.12 relaie également cette information :

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-725471@51-722902,0.html


    • Claire (---.---.0.86) 31 décembre 2005 18:21

      Merci Alex de l’avoir signalé. Bonne occasion de discuter des traumatismes infligés à des enfants qui ne sont pas responsables des délits réels ou supposés des adultes, de l’humanité du Pays des Droits de l’Homme, et de la valeur de la parole d’un Ministre de l’Intérieur. Une thèse n’y suffirait pas.


    • Scipion (---.---.165.92) 31 décembre 2005 18:56

      Une thèse serait totalement superflue. Quatre mots suffisent amplement :

      Dura lex, sed lex

      Eh, oui...


    • (---.---.102.65) 31 décembre 2005 19:03

      « Dura lex, sed lex »

      Une loi faite par qui ? pourquoi ? avec quelles arrières pensées ?

      Voila ou ça mène le programme de la droite. Réagissons !


      • Scipion (---.---.54.141) 1er janvier 2006 06:15

        Effectivement, trois enfants, ce n’est rien. Ca ne prend pas de place et ça ne se remarque pas.

        Le problème, ce sont leurs cent mille contemporains, et davantage, qui se mettraient en route, si les trafiquants d’êtres humains faisaient savoir à l’Afrique noire, que la France est ouverte à toutes les submersions migratoires !


      • Alex Alex 31 décembre 2005 19:59

        Voilà qui réveille la nostalgie de l’empire romain... La loi est dure, certes, mais la France ne l’applique pas. Elle a signé de nombreux accords qui font primer la protection des mineurs sur certaines lois. Ces enfants n’ont commis pour seul crime que de vouloir rejoindre leurs familles. La loi est dure, certes, mais ceux sont les hommes et les femmes d’un pays qui la créent. Je dirais pluttôt : « Dura dextra, sed dextra. »

        Changeons de gouvernement. C’est la seule solution...


        • Philippe (---.---.93.175) 1er janvier 2006 10:11

          pas besoin d’être de gauche pour trouver cette expulsion inhumaine. L’incapacité à empêcher un phénomène conduit à prendre des lois de + en + fortes, et finalement tous payent pour ceux qui ont abusé du système. Ce sont tous ceux qui sont venus en France, non pas pour travailler, mais pour vivre des largesses de l’état providence qui ont provoqué le rejet des immigrés et le gouvernement ne fait que suivre la volonté populaire. En son temps, la gauche a préféré les régulariser, c’est à dire reconnaitre le bien fondé de leur démarche et encourager ceux qui hésitaient encore. Son inconséquence passée est aussi responsable des excès d’aujourd’hui.


          • julialix (---.---.116.76) 1er janvier 2006 19:19

            Une seule solution qui résolvera pas mal de problème : le commerce équitable et ces braves étrangers auront moins besoin de venir chez nous.


          • felix dupon (---.---.239.179) 3 avril 2006 19:17

            je desire offrir 1555 ordinateurs xp aux enfants eyt 985 modems pour qu’ils aient acces à internet comme tous les enfants au canada Felix dupon dg ics canada quebec

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès