Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Enfants martyrs en vedettes

Enfants martyrs en vedettes

Une gloire éphémère ou même constante vaut-elle le sacrifice de l’enfance ?

Tous autant que nous sommes partageons un cocktail de réactions unanimes lorsque nous entendons parler du martyre vécu par un enfant. Nous sommes tous choqués, horrifiés, scandalisés.
Et pourtant, que ce soit par bêtise, par inconscience ou par indifférence, nous nous rendons parfois coupables du martyre de certains enfants. Un martyre qui n’existerait pas sans notre complicité même si elle n’est que passive. Je parle du martyre vécu par ces enfants que la volonté seule de leurs parents a médiatisés.
Par exemple, qui se souvient encore de Jordy, ce petit garçon devenu star dès l’âge de 4 ans parce que son papa, producteur, et sa maman auteur en avaient décidé ainsi et que pour son malheur le gamin, outre la pétulance de son âge, avait une mignonne frimousse alliée à un joli filet de voix.
Jordy a 20 ans cette année. Qu’est-il devenu ? Qu’est-il advenu de la fortune que ses parents ont engrangée en livrant leur fils à une éphémère vie de paillettes ?
Après cette brève existence de bête de scène, Jordy n’a même pas eu la possibilité de s’épanouir dans un environnement familial ; comme par hasard, la fin de la carrière de l’enfant prodige a marqué la fin du couple qui a divorcé peu de temps après.
Elles sont trop nombreuses, hélas, ces stars filantes comme celles dont le nom a brillé aux frontons des salles de spectacles, dont le nom revenait comme un leitmotiv dans les statistiques gagnantes du Top 50 : Douchka, les Ministars, Anne, Billy, Mélody… Nouvelles divinités du show-biz qui fascinaient et provoquaient l’admiration et l’envie de milliers d’adolescents pré-pubères.
Quand bien même certains de ces enfants continuent à exercer une profession artistique maintenant qu’ils sont devenus des adultes, comment croire qu’ils n’ont pas gardé des séquelles de ce traumatisme que représente la perte brutale d’une popularité à laquelle on s’habitue si vite ? Comment croire qu’ils ne vivront pas le restant de leur vie avec une certaine frustration mêlée d’amertume sachant qu’ils ne connaîtront plus jamais la célébrité ?
Et ces sportifs que nous admirons sur les courts de tennis ou dans les piscines olympiques, quelle enfance ont-ils vécue ?
Steffi Graf, Monica Seles, les sœurs Vénus et Serena Williams smashaient, dit-on, leurs premières balles dès l’âge de 4/6 ans. Parce qu’elles rêvaient de devenir des championnes de tennis ? Non, plus vraisemblablement parce que c’était le fantasme de leurs pères.
On est même en droit de se demander si la rébellion de Laure Manaudou qui s’est concrétisée par des tentatives d’escapades amoureuses n’est pas le résultat d’une enfance martyrisée.
Le mot vous offusque ?
Pourtant comment définir autrement l’obligation faite à une gamine tout juste âgée de 6 ans de s’inscrire dans un club de natation par un père entraîneur de handball et une mère joueuse de badminton qui lui avaient appris à nager deux ans auparavant.
En quoi ont consisté les loisirs de la fillette Laure Manaudou, de l’adolescente Laure Manaudou ? À subir des entraînements intensifs, participer à des championnats incessants, se livrer à des compétitions frénétiques, s’imposer un régime alimentaire draconien et une discipline de vie spartiate.
Quelle existence jouissive !
Et le libre consentement de ces contraintes excuse-t-il la persécution subie ?
Mais le pire n’avait pas été atteint.
C’est chose faite maintenant avec la nouvelle attraction dans l’arène de Michelito, ce gamin franco-mexicain de 10 ans qui exhibe ses prouesses de toréador principalement en Amérique latine.
Là encore, c’est le père de l’enfant qui est à l’origine du ‘job’ de son fils et qui est outrageusement fier de cette carrière. Comme si on pouvait se glorifier d’avoir créé un assassin !
Parce que la mise à mort des taureaux - qui lui serait interdite en France quand bien même on l’autoriserait à toréer - il l’exerce dans d’autres pays moins pointilleux sur l’éthique.
Eh oui, il a déjà du sang sur les mains le petit Michelito qui, depuis quatre ans déjà, "joue simplement à l’aide d’une cape et d’une muleta comme 300 autres enfants de son âge qui appartiennent aux écoles taurines françaises", comme le déclare le papa ancien torero lui-même qui connut quelques heures de gloire sans doute trop fugitives à son goût.
Nul doute que le papa pompeux sera fier de lui et de son fils quand ce dernier se fera encorner.
Je repose donc la question :
Spectateurs plus ou moins apathiques, ne sommes-nous pas un peu responsables de ces jeunesses sacrifiées, de ces avenirs compromis, au même titre que ces parents qui, oubliant leur mission première qui consiste à veiller au bien-être de leur progéniture, utilisent leurs enfants pour satisfaire leurs ambitions personnelles.
Qui plus est, selon que l’on considère leur parcours de manière optimiste ou pessimiste, les acteurs cités ont connu une période de gloire plus ou moins pérenne, plus ou moins fugace, mais combien sont-ils qui se sont vu voler leur enfance pour un résultat complètement stérile ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • faxtronic faxtronic 10 septembre 2008 14:15

    Douchka va tres bien il me semble, et sa carriere fut longue et elle continue.
    On est tous un peu le phantasme de ses parents tout de meme.
    Et quid des gamins que l’ on pousse dans les ecoles a bosser comme des tar’’es (ex Chine et Japon).
    De toute facon, tout se commence jeune. Moi a six ans je connaissait parfaitement ma loi d’Ohm ( U=RI), les rudements d’’ electronique, mon pere me faisait faire des multiplication a plusieurs chiffres avec virgules avant 6ans (et avant de connaitre les merveilleusse aventures de machin la chevrette et de poucet en CP ...) et je connaissais les principes elementaires de chimie (atomes, liaisons chimiques, reactions chimiques). Un peu le phantasme de mon pere et j’’adorais cela. Il a voulu aussi que je fasse du foot. Je ne suis jamais rentr’’e sur un terrain de foot, il m’’ avait achete tout l attirail, jamais voulu rentre sur un terrain. Maintenant je suis scientifique et je m’’ eclate.

    Les parents poussent les enfants et les enfant aiment faire plaisir a leur parent, quand ca leur plait. Et si ca leur plait pas, les parents auront beau pousser, rien n’’arrivera car l’’ enfant a sa volonte

    Bien sur Serena, Venus, Michelito, Billy, Jordy on ete pousse par leurs parents, mais je parirais qu’’il aime ce qu’’ ils font.


    • faxtronic faxtronic 10 septembre 2008 14:18

      quand a ton avis sur la tauramchie, c’’ est ton avis, pas une ethique generale. La tauromachie est tres apprecier dans les pays hispaniques.

      Et toi, que pense tu des cuisses de grenouilles ? Tu sais que pas mal d’’ anglo saxons considerent cela comme une preuve de barbarie de la part de la France...


    • La râleuse La râleuse 10 septembre 2008 15:01

      Bonjour,

      Je respecte toutes les opinions qu’elles me soient favorables ou non et je vous remercie d’avoir bien voulu me faire part de la vôtre.
      J’ai mangé une seule fois des cuisses de grenouilles et la péquenaude que je suis n’a pas du tout aimé. Parlez-moi des cuisses de poulet rôti - lol -
      Cordialement,


    • faxtronic faxtronic 11 septembre 2008 10:10

      Euh j’’ aime bien mais je suis plutot vegetarien. Par amour des betes. Mais je suis surtout pas integriste et j’’aurais tendance a demander une cote d’’ agneau en face d’’ un vegetarien integriste

      En ce qui concerne les enfants et les parents, il est difficile de concevoir l’’ enfant comme une victime des parents.


    • Internaute Internaute 10 septembre 2008 14:36

      On ne doit pas parler de martyre dans les cas que vous citez. Ces enfants vivent ce que vivent aussi des milliers d’adultes à qui la gloire professionelle sourit un jour et qui tombent dans l’oubli quand leur patron est muté ou que leur boîte fait faillite.

      Ce sont les aléas de la vie. Il est somme toute plus facile de l’accepter quand on s’est fait un matelas jeune que lorsqu’on a passé un certain âge.


      • Stéfan Stéfan 11 septembre 2008 10:50

        @internaute : à la différence notable près que dans le cas d’adultes, les choix opérés sont de la responsabilité de l’adulte, supposé conscient des tenants et aboutissants de ce qu’il fait. Les enfants eux n’ont généralement rien demandés et sont placés sur ces voies par les parents.


      • Guzecha Guzecha 10 septembre 2008 16:04

        ben Jordy en tous cas on sait ce qu’il est devenu : www.agoravox.fr/IMG/auton10069.jpg
        Désolé...


        • xray 10 septembre 2008 16:15


          Puisque vous voulez parler d’enfants martyrs,  parlez-en ! 
          Vous avez peur de quoi ? 

          La niche à chien fait de la résistance. (La misère artificielle) 
          http://echofrance23.wordpress.com/ 



          • manusan 11 septembre 2008 08:14

            en tout cas, Vanessa, elle s’est marié avec Johnny Depp, et vous l’enviez toutes, avouez le.


            • Stéfan Stéfan 11 septembre 2008 10:45

              Les parents qui placent leur enfant dans la voie que eux ont décidé, ça m’énerve. A 4 ans, 5 ans, 6 ans, on ne peut pas décider par soi-même qu’on va être passionné de tennis ou de violon ou qu’on veut devenir médecin.
              Bien entendu il faut amener les enfants à découvrir différentes activités, mais les pousser excessivement dans une voie comme c’est le cas avec les exemples donnés dans l’article, tout en laissant croire que c’est l’enfant qui a choisi et qu’il est heureux de faire ça, ce n’est pas normal.


              • La râleuse La râleuse 11 septembre 2008 16:44

                Heureusement pour moi, je suis ‘costaude’ car, en prenant connaissance des premiers commentaires, je me suis identifiée aux victimes d’un lynchage et j’ai su ce qu’elles pouvaient ressentir.
                Ouf, merci à vous pour votre soutien, Stefan
                d’autant que je suis persuadée que vos propos reflètent votre opinion sans complaisance.
                 


              • Lapa Lapa 13 septembre 2008 10:25

                moui enfin bon on est d ’accord que c’est aux parents de faire pas mal de choix pour l’enfant (encore heureux), la problématique vient de deux faits :

                le choix sans talents purement mediatique et finanicer (le filon quoi)
                le choix d’une activité où l’on découvre que l’enfant est doué pour ça.

                Parce que mine de rien, même si vous aviez subi le même entraînement que manaudou vous n’auriez sans doute jamais fait ses temps. L’entraînement et les contraintes ne font pas tout, il existe une part d’aptitude au départ.
                Dans le cas où son enfant est doué dans un domaine, il semble difficile aux parents de ne pas approfondir. Pour eux, pour l’enfant... toutes sortes de bonnes raisons. Ce qui tue le gamin ce n’est pas la performance mais la mediatisation excessive qui l’entoure. c’est ce qui a "tué" manaudou d’être une star à 17 ans et non pas d’avoir fait de la natation 6h/j)
                Un enfant doit rester un enfant et au delà de ces quelques cas "d’enfants martyrs" que vous citez, une très grosse majorité des enfants de notre société est privée de leur enfance car ils sont adultisés dès leur pré adolescence (8-10 ans) pour en faire des bons consommateurs. Là c’est encore plus dramatique car c’est à grande échelle. On se retrouve avec des gamins pseudo adultes à 12 ans avec les réflexes de consommation bien introduits dans le crâne et avec des jeunes adultes de 20-25 qui restent des ados attardés avec un manque de maturité inquiétant.

                vous auriez pu aussi citer le cas des gymnastes de 15 ans que des pervers regardent au JO et qui sont brisées à 17 ans car trop vieilles (la roue est un peu moins bien faite, quelle horreur ! ), où ces plongeuses chinoises de 14 ans et 28 kilos qui concourent au plus au niveau mondial... spectacle terrible de voir un squellette infantil faire plouf sous l’oeil des caméras qui regarde la moindre éclaboussure en trop.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès