Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Enfin la parité pour les hommes !

Enfin la parité pour les hommes !

Pour ceux qui ont apprécié la sublimation de l’origine du monde avec transfert sur la rade de Brest (et pour tous les autres aussi), je vous propose une réflexion sur la parité en vous laissant réfléchir à l’expression : "Enfin la parité pour les hommes" !

Mon ami de 30 ans et de 30 ans mon aîné, me répondit sans ambages
à ma question : qu’est-ce ce qui a le plus changé pour vous ? : "les femmes" !
Elles sont devenues impossibles !
Elles veulent le beurre, l’argent du beurre et les enfants du crémier.
Elles amassent tout, se chargent comme un baudet et ne veulent rien partager.
Elles sont en conquête de pouvoir et considèrent l’homme comme un rival nécessaire.
Le travail de la femme est devenu une assurance divorce.
Elles raisonnent en groupe, en caste et nul n’ose s’aventurer à les contredire.
Elles sont femmes et doivent donc tout savoir mieux que quiconque puisque affublées de la fameuse "intuition féminine" et de "l’instinct maternel" qui nous font bien rigoler.
Tous les psychologues savent bien qu’il s’agit d’une pure invention sociale, mais rien n’y fait, c’est leur credo, leur confiteor.
Essayez de les soulager en prenant en charge les courses, la cuisine, les enfants, le ménage…
Il ne se passera pas 1 mois avant quelles ne reprennent leurs prérogatives car ce sera mieux fait par elles. Il s’agit du syndrome des avantages acquis avec celui très caractéristique : le droit de se plaindre parce que je fais tout dans cette maison.
Apporte-moi un statut, de la sécurité et ton argent, je ferais le reste qui s’appelle : tout décider.
Essayez d’entrer dans la parité homme quant aux empois dits féminins : secrétaire, sages-femmes, standardiste, infirmière…et vous verrez leur courroux.
Finalement, tous les progrès technologiques du XX° siècle ne sont que peu de choses comparé à l’hégémonie de la femme qui avait déjà beaucoup de pouvoirs mais qui les veut tous et exclusifs et jusqu’à s’en inventer.
La femme de notre Président, qui n’a aucun statut, sinon celui, non écrit, de réception, déclare :
"A l’avenir, il y aura de plus en plus de femmes pour commander les hommes".*
Vous remarquerez qu’il n’est pas dit : des femmes aux commandes des entreprises ou de la politique.
Il s’agit bien de "commander" les hommes". Voilà la véritable conquête de la femme.
L’homme a été plus respectueux envers le cheval, la plus noble conquête de l’homme.
Aux Ayatollahs, Talibans extrémistes correspond la femme qui "commande" aux hommes.
Nous voilà dans de beaux draps, dirait la mère Denis.
Si, maintenant, c’est la femme d’un Président qui le dit, les bornes sont franchies.
Que nous reste-t-il, à nous les hommes ? Le choix de la couleur de la voiture ? Même pas.
Faudra-t-il songer à cloner la Terre pour que nous ayons un espace de liberté ?
Mesdames, vous êtes-vous rendu compte de la situation qui va bientôt vous échapper ?
La parité que vous réclamez tant vous fera abandonner le restaurant et le cinéma offerts,
la portière ouverte ainsi que toutes ces petites déférences que vous savez apprécier.
Votre vie est un combat, le notre va commencer. Qui gagnera ? Combien de pertes ?
Réfléchissons tous ensemble, si vous le voulez bien, car nous aimerions
essayer la galanterie pour les hommes.
*Madame Chirac, le Parisien du 21 février 06 et cité dans Marianne du 25 février 06.

(Au fait, qu’est-ce que la parité ?)


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • maggie maggie 2 août 2008 12:48

    Bof.. J’aimais beaucoup votre premier article, mais celui-là n’est pour moi qu’une accumulation de poncifs. Pour ce qui est de la galanterie, je préfère la courtoisie. J’ouvre volontiers la porte devant quelqu’un, indépendamment de son sexe ou de son âge..


    • Gasty Gasty 2 août 2008 13:03

      J’opine du chef à cette analyse. Il y aura de plus en plus de célibataires et de recettes  sur les différentes façon d’accommoder  la courgette.


      • pseudo pseudo 2 août 2008 13:17

        Rassurez-moi : c’est du second degré ?

        Bon, excusez-moi, je vous laisse, mon mari et moi allons préparer le repas de ce midi.

         smiley
         smiley
         smiley


        • cathy30 cathy30 2 août 2008 14:20

          Il y a des beaufs et maintenant il y a des beaufettes.

          En général il y a plus de gens qui agissent avec le rapport de force. 
           
          Les femmes accédent au travail à des postes d’encradrements et elles sont quelques fois aussi cons que les mecs, elles ont des droits devant la justice en affaire de divorce et elles en usent.

          je vous conseille comme lecture Simone de Beauvoir, justement sur la maternité, elle en parle justement. Elle fait tomber l’intouchable Mère.

          La parité justement parlons en. Si nous attendions que la société sois meilleure avec des femmes au gouvernement, alors vous pouvez attendre longtemps. Car les femmes qui accédent à des postes importants agissent comme les hommes. la parité n’est pas pour que la société sois remplie de douceur. mais pour que les femmes puissent avoir les mêmes postes que les hommes. Faisons tomber cette idéologie.

          Pour vous le prouver je peux vous citer : morano, boutin et autres.

          A part cela, il y a des hommes et des femmes intelligents, à nous de nous entourer de cela dans notre intimité, à défaut de pouvoir le faire certaines fois dans notre travail ou en société.

          Les hommes se féminisent tandis que les femmes la perdent. Ils réclament de la douceur tandis que les femmes se comportent comme certains camioneurs.
          Peut etre que l’on demande trop aux femmes, elles doivent agir sur tous les fronts, au boulot mais aussi à la maison. ça fait beaucoup pour elles tout ça.

          Elles doivent si elles en ont la possibilité laisser de la place à leurs vis à vis. Dans ce sens là, il n’aura pas à réclamer de la galanterie. Respecter l’autre n’est pas la qualité première chez les humains. A nous d’élever nos enfants dans ce sens, la réflexion et la vie feront le reste.


          • herbe herbe 2 août 2008 14:25

            Pour continuer en toute légèreté, dommage que certain(e)s confondent jeu et combat :

            http://www.labrute.fr/f/homme/femme  &#160 ; (Aie !)

            Sinon encore une bonne petite blague pour se détendre :

            Un homme publia une annonce :
            >
            > ’Je cherche une femme’.

            Le lendemain, il reçut plus de 10 000 lettres.
            Toutes disaient la même chose...

             
             
            Viens chercher la mienne


            • pseudo pseudo 2 août 2008 15:43

              Vraiment très fine, votre blague !

              Ne vous inquiétez, je blague moi aussi.

               smiley  smiley

              Je pourrais vous trouver les mêmes blagues sur les hommes..., mais bon c’est un peu lieu commun. Et finalement, ça me rassure, ouf j’ai trouvé le bon. Dire que j’ai échappé à ça ! smiley


            • herbe herbe 2 août 2008 16:30

              Et oui c’est pour rire smiley

              Même si c’est un lieu commun vous auriez pu en mettre si vous en avez de bonnes...
               d’autant que cet article parle de parité ce serait assez à propos...

              Moi ce que me rassurerait c’est que lui aussi puisse dire de son coté (encore la parité) :  "ouf j’ai trouvé la bonne et elle ne m’a pas échappé"...



            • pseudo pseudo 2 août 2008 16:57

              Ne vous inquiétez pas pour ça, il me le dit tous les jours...

               smiley  smiley


            • herbe herbe 2 août 2008 18:12

              puisque vous le dites.
              Lui ne ferait pas donc pas partie des 10000 smiley, je comprends votre ouf smiley

              Au fait une parité H/F sur agora ne serait pas un mal, je ne sais pas si on y est.

              Sinon vous avez remarqué, au moment où j’écris cet article est à 50/50  ! smiley


            • pseudo pseudo 2 août 2008 19:55

              @ Herbe

              Puisque que vous insistez  smiley

              "Pourquoi les hommes n’ont-ils pas de ménopause ? Parce qu’ils restent coincés à l’adolescence."

               smiley

              Ah oui, je sais, c’est un peu lieu commun aussi smiley


            • herbe herbe 2 août 2008 21:05

              Merci pour votre humour !

              Moi je pense modestement que ça détend. et pour moi c’est un des secrets des relation H/F réussies

              Sinon il semblerait  que même Sacha Guitry ait eu le bec un peu cloué par les réparties de sa dernière épouse qui au lieu de se fâcher lui tenait dragée haute :
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Lana_Marconi

              exemple d’anecdote pour illustrer :
              A sa femme qui était très bavarde Sacha Guitry avait dit  : - Madame, sur votre pierre tombale, je ferai inscrire "ENFIN MUETTE !" Et Lana Marconi avait répondu  : - Et sur la vôtre, je mettrai "ENFIN RAIDE !"



            • Allain Jules Allain Jules 2 août 2008 18:26

              C’est un plaidoyer contre les femmes, non ? Mysogine ?
              http://allainjulesblog.blogspot.com/


              • Annie 2 août 2008 19:53

                J’interviens parce qu’il me faut absolument prouver que les femmes sont partout, alors j’essaye de faire pencher la balance. Cela devrait faire 60-70%.
                Je me suis demandé si l’article n’était pas une plaisanterie, ou si je ne vivais pas dans un autre monde ;
                juste deux remarques que je ne peux pas laisser passer :
                D’abord le travail pour les femmes n’est pas une assurance divorce ; il leur offre la même possibilité dont jouissaient les hommes auparavant ; il faut savoir que lorsqu’un couple divorce, la femme se retrouve toujours dans une situation financière pire que les hommes, et pas seulement parce qu’elle a en général la garde des enfants.
                Ensuite l’allusion aux beaux métiers féminins : secrétaire, standardiste, sage-femme, infirmière. Vous savez combien ces beaux métiers féminins sont rémunérés ? Les hommes ne se bousculent pas au portillon, et je les comprends. Quant à ceux qui veulent embrasser ces métiers, ils se heurtent à la même résistance à laquelle se heurtent les femmes qui essayent d’intégrer des métiers masculins, beaucoup mieux payés. Les femmes essayent juste de préserver les petites miettes qu’on leur a laissés.
                Ce qui vous chiffonne en fait, c’est de perdre les privilèges qui vous ont été conférés par la naissance.


                • cathy30 cathy30 2 août 2008 23:48

                  annie
                  Les jugements et les comportements de certains « féministes » peuvent être aussi intolérants que le sont ceux de certains machos et, dans ce monde où « le divers décroît » , s’il y a égalité homme-femme, c’est malheureusement dans leur capacité mutuelle à faire du racisme et du sexisme. La seule différence entre les deux sexismes tient au fait que le sexisme des hommes est maintenant condamnable et condamné alors que le « sexisme » de l’idéologie « féministe » est devenu la norme.” *

                  Malgré tout cela les femmes sont toujours aussi mal payées mais ceci est une autre histoire.


                  • Auffret Auffret 3 août 2008 14:40



                    Commentaire de l’auteur : "Enfin la parité pour les hommes".

                     

                    A toutes celles que j’ai pu surprendre en publiant mon article :

                     "Enfin la parité pour les hommes", je dois avouer que je recherchais

                    ce mot merveilleux de "Macho".

                    Connaissez-vous des machos sans femmes ?

                    Le macho que je suis propose de ne garder que 50% de cette parité

                    mise à mal. Au fait, quelle est la définition de la parité sinon que de considérer

                    les relations Hommes/Femmes sur un plan d’égalité.

                    Si je vous ai choqué, il convient de revenir à la parité pour les hommes

                    qui est la meilleure méthode pour que les femmes atteignent sans effort

                    cette fameuse parité féminine.

                    D’ailleurs, la parité n’a jamais été réclamée par les femmes au départ.

                    Elle a été octroyée par les hommes dans les années 68 pour mettre

                    une barre assez haute, certes, mais qui ne soit pas franchissable.

                    Pour certaines femmes à l’époque, parité voulait dire "totalité".

                    La parité pour les femmes est donc masculine.

                    Le juste retour des choses est que les femmes pensent à la parité pour les hommes.

                    Dans quelques centaines d’années nous devrions bien y parvenir.

                    Je constate avec bonheur les messages encourageants de certaines femmes

                    qui préfèrent des relations apaisées plutôt que conflictuelles.

                    Machisme et Féminisme, c’est du passé.

                    L’important, finalement, c’est de débattre.


                    • ACTARIUS 4 août 2008 13:55

                       

                      UN SÉMINAIRE POUR HOMMES
                      Bonjour,

                      Voici une annonce pour un séminaire prévu du 28 au 30 septembre 2008 qui peut vous intéresser (vous ou l’un de vos proches).
                      Pour tout renseignement : “ Gender, masculinity and nombrilisme ” Université To Loose or Not To Loose Laboratoire d’Etude Proféministe des Souffrances Masculines BP 12345 11 123 Simplex-sur-Malsein
                      Amicalement,

                      Prof. Dr. Agr. Jean De La Tour des Bois Sauvages.
                      SEMINAIRE DESTINE AUX HOMMES =====================
                      A cause de la complexité et des difficultés de compréhension des thèmes abordés, ne seront admis que 8 inscrits au maximum.
                      THEME 1 : Le fer à repasser : du lave-linge jusqu’à la penderie, ce procédé mystérieux (comment musculation, masculinité et proféminisme peuvent se rejoindre en harmonie)
                      THEME 2 : Les risques encourus lors du remplissage d’eau du bac à glaçons (démonstration, diapositives à l’appui).
                      THEME 3 : Toi et l’électricité : Avantages économiques du recours à une technicienne compétente pour les réparations (même les plus simples)
                      THEME 4 : Dernière découverte scientifique : cuisiner et jeter les ordures ne provoque ni impuissance ni tétraplégie (travaux pratiques, travail sur l’angoisse identitaire)
                      THEME 5 : Pourquoi ce n’est pas un crime de lui offrir des fleurs, même si tu es déjà marié avec elle (pour hétérosexuels très libérés).
                      THEME 6 : Le rouleau de papier toilette : “ Le papier toilette naît-il dans le ‘porte rouleau’ ? ” (exposés sur le thème de la génération spontanée)
                      THEME 7 : Comment rabaisser la lunette des toilettes dou-ce-ment (téléconférence avec l’université de Harvard).
                      THEME 8 : Pourquoi il n’est pas nécessaire d’agiter les draps après avoir émis des gaz intestinaux (exercices de réflexion en couple hétéro- et homosexuel).
                      THEME 9 : Les hommes qui conduisent peuvent-ils demander des renseignements aux passants lorsqu’ils sont égarés sans risquer de paraître impuissants ? (témoignages poignants ; suite travail sur angoisse identitaire)
                      THEME 10 : Faire une valise : “ Incompétence innée ou déficience mentale progressivement acquise ? ” (en collaboration avec l’Institut de Sciences Cognitives de Chalon/Saône)
                      THEME 11 : Le lave-linge : cette grande inconnue de la maison.
                      (technologie, genre et ressourcement)
                      THEME 12 : Est-il possible d’uriner sans arroser hors de la cuvette ?
                      (exercices pratiques en groupe)
                      THEME 13 : Différences fondamentales entre le panier à linge sale et le sol (exercices en laboratoire de musicothérapie)
                      THEME 14 : L’homme dans le rôle du passager : “ Est-il génétiquement possible de ne pas parler ni s’agiter convulsivement tandis qu’elle se gare ? ”
                      THEME 15 : Le bol du petit-dejeuner : “ Lévite-t-il de lui-même jusqu’à l’évier ? ” (séance d’exercices dirigée par David Copperfield)
                      THEME 16 : Peut-on être une personne sans avoir le contrôle de la télécommande ? (démonstration hypothétique)
                      THEME 17 : Communication extrasensorielle : Exercices mentaux afin que, lorsque vous vous entendez dire que quelque chose est dans le tiroir de la commode, vous ne demandiez pas “ dans quel tiroir ? de quelle commode ? ”
                      (suite, self-control et perception de l’existence d’autrui)
                      THEME 18 : Réactions et self-control (exercices d’accompagnement en centre commercial sans protestation ni droit d’attendre à la porte de la boutique).
                      THEME 19 : L’écosystème maison : Les canettes de bière ne peuvent pas ramper d’elles-mêmes jusqu’à la poubelle (exercices avec diverses marques et dimensions ; suite Musculation, masculinité et proféminisme harmonieux).
                      THEME 20 : Comment lutter contre l’atrophie cérébrale : vous pourrez enfin vous souvenir des anniversaires, dates importantes, etc. (Niveau Bac +5 exigé)
                      THEME 21 : Comment apprendre à trouver les choses en les cherchant au bon endroit, avant de tout mettre sens dessus dessous en poussant des hurlements sauvages.

                      NOMBRE DE PLACES LIMITE ! LIBERATION MASCULINE ASSUREE !

                       


                      • Auffret Auffret 6 août 2008 18:32

                        Bien vu l’ami, je n’ai plus grand-chose à rajouter, sinon que j’ai toujours cru

                        à l’amour désintéressé. La réalité est tout autre chose.

                        Ce qui est vrai dans le Finistère et en Bretagne, l’est maintenant presque partout.

                        Mon histoire est presque identique mais avec des femmes venues d’ailleurs.

                        Ma mère était Nivernaise, mais plutôt Parisienne et mon père Breton des

                        Côtes du Nord. Ils se sont installés dans les environs de Brest en 1936 et

                        c’est bien ma mère qui a commandé du début jusqu’à la fin

                        avec l’excellente réputation d’épouse et de mère désintéressée. (7 enfants).

                        Moi-même, j’ai épousé une Suissesse et nous avons vécu à Paris.

                        Elle m’a tout pris : mon nom, mes enfants, mes biens et a gardé la nationalité

                        française, ainsi que l’excellente notoriété qui sied à toute femme.

                         

                        J’ai eu le plaisir de constater que vous n’avez pas trouvé mon propos excessif,

                        car, avouez-le, ne réclamer que la parité pour les hommes, ce n’est pas beaucoup.

                        Mais voilà, pour beaucoup de femmes, c’est beaucoup trop !

                        Moi, je ne faisais que leur faire remarquer que j’étais pour la parité pour les femmes.

                        Mais "parité" ne sonne pas très bien à leurs oreilles, elles préfèrent "totalité".

                         

                        Les guerres ont fait des ravages dans les mentalités, car, ma mère n’a jamais connu

                        son père, tué en 1914 alors que ma grand-mère était enceinte. Celle-ci, femme de

                        capitaine a élevé ses 3 enfants avec sa sœur, veuve le même jour, avec 3 enfants aussi.

                        Le matriarcat était en route.

                        Mon père, a perdu le sien à l’âge de 7 ans et ma grand-mère maternelle venait d’accoucher

                        du 15ème enfant.

                        L’autorité, l’éducation, les biens, les revenus, étaient réunis en une seule personne.

                         

                        Je savoure votre paragraphe :

                         

                         

                        Bilan des courses les hommes n’avaient et n’ont toujours rien à dire (jamais réussi à avoir un vrai échange respectueux avec ma mère ; je n’ai pas le droit d’avoir un avis et de toute façon un homme est coupable par définition - c’est un dogme !). Les femmes dirigent tout, font la police partout et comme ailleurs se présentent en victime (ce qui peut arriver évidemment mais ce n’est sûrement pas une posture fondamentale dans le finistère). Les hommes sont plutôt passifs. Ils subissent stoïquement et attendent que ça passe. Je dirais même que mon père (qui a ses défauts) est quasi un saint vu comment ma mère a été épouvantable. Moi même je ne parle plus à ma mère. Et le plus "drôle"... c’est qu’elle se demande pourquoi !!!

                         

                         

                        (Si vous "passez" par le Finistère, n’hésitez pas à me contacter. On rigolera un bon coup !)

                        guillaume.auffret7@orange.fr

                         


                      • Auffret Auffret 6 août 2008 20:47

                        Salut l’ami Ben, il faut que je vous embrasse !

                        D’après vos propos, le "matriarcat" ne serait que l’enveloppe

                        jugée "acceptable" alors la réalité est tout autre.

                        Ayant eu une mère et 5 sœurs ainsi qu’un frère aîné, plus vieux de 10 ans,

                        j’ai navigué dans le marigot, avec 5 années de pensionnat (de garçons)

                        car mon père ne trouvait que cela pour nous éloigner des "femmes".

                        Les filles trônaient donc à la maison en préparant leur nid d’aigle.

                        Aux vacances, nous n’étions que des visiteurs.

                         

                        Je ne sais quelle tournure va prendre ce papier, en tout cas, une bien meilleure

                        compréhension qu’il y a deux ans, même article paru sur Agora Vox.

                        A l’époque, j’ai navigué vers près de 500 messages vindicatifs.

                        La chaleur du mois d’août a du tempérer les passions féminines.

                        Pourtant, nous les "machos" devenus, qu’est-ce que nous aimons les femmes !

                         

                        La grande difficulté est que, nous les hommes, nous avons osé leur dire un jour

                        qu’elles étaient dotées de l’intuition féminine et de l’amour maternel.

                        Funeste fable que nous avons inventée pour avoir un peu la paix.

                        Tout ceci est un leurre qui se referme sur nous.

                        Et si nous inventions l’intuition masculine et l’amour paternel ?

                        Vite, fondons un club des blessures féminines.


                      • omar omar 6 août 2008 20:16

                        Je suis très attaché à la signification que l’on accorde aux mots et avant de parler de la "guerre des genres", je précise juste qu’il y a femmes et femmes.

                        Pour moi ce qui fait une femme, c’est bien plus que le fait d’avoir un vagin et on pourrait en dire autant des hommes.

                        Rivaliser avec les hommes (surtout avec leur homme) est un comportement typiquement masculin et de celles qui s’y adonnent, je ne dirais pas que ce sont des femmes, à peine des clones dépourvus d’attributs.

                        Attention, je ne conteste rien, c’est dans l’air du temps et le droit des individus va dans ce sens, c’est tout à fait normal. 

                        je trouve injuste, comme le dit si bien l’auteur de l’article, que certaines "femmes" profitent de la situation.

                        Je ne suis pas pour la parité, je suis pour l’égalité de traitement devant la loi, pour le reste, galanterie et tout le toutim, c’est l’affaire de chacun.

                        J’estime que la parité n’a de raison d’être que dans la mesure ou elle ne se substitue pas aux compétences. Nous vivons dans une société de compétitivité et "sommes tous soumis aux mêmes règles du jeu", il n’y a pas de raison pour que certaines aient des passes-droit.

                        Dans mon pays d’origine, les femmes sont soumises au code de la honte (code de la famille) et sont considérées comme mineures à vie. Elles ne peuvent légalement se déplacer que si elles sont accompagnées d’un mari, d’un frère ou d’un fils. La justice y privilégie les hommes dans la majorité des cas. Dans l’inconscient populaire, elle sont encore considérées comme du butin de guerre ou de la marchandise (cf les coutumes lors des mariages).

                        A l’autre extrême, en France, les femmes sont intouchables et privilégiées en justice pour les affaires familiales, elles se conduisent de plus en plus comme des requins en jupon au niveau professionnel et prêchent dans le même temps pour une parité qu’elle ne sont pas prêtes à accorder à leur alter-égo masculin.

                        N’y-a-t-il pas un juste milieu entre ces deux extrêmes ?


                        • Auffret Auffret 6 août 2008 20:46

                          Salut l’ami Ben, il faut que je vous embrasse !

                          D’après vos propos, le "matriarcat" ne serait que l’enveloppe

                          jugée "acceptable" alors la réalité est tout autre.

                          Ayant eu une mère et 5 sœurs ainsi qu’un frère aîné, plus vieux de 10 ans,

                          j’ai navigué dans le marigot, avec 5 années de pensionnat (de garçons)

                          car mon père ne trouvait que cela pour nous éloigner des "femmes".

                          Les filles trônaient donc à la maison en préparant leur nid d’aigle.

                          Aux vacances, nous n’étions que des visiteurs.

                           

                          Je ne sais quelle tournure va prendre ce papier, en tout cas, une bien meilleure

                          compréhension qu’il y a deux ans, même article paru sur Agora Vox.

                          A l’époque, j’ai navigué vers près de 500 messages vindicatifs.

                          La chaleur du mois d’août a du tempérer les passions féminines.

                          Pourtant, nous les "machos" devenus, qu’est-ce que nous aimons les femmes !

                           

                          La grande difficulté est que, nous les hommes, nous avons osé leur dire un jour

                          qu’elles étaient dotées de l’intuition féminine et de l’amour maternel.

                          Funeste fable que nous avons inventée pour avoir un peu la paix.

                          Tout ceci est un leurre qui se referme sur nous.

                          Et si nous inventions l’intuition masculine et l’amour paternel ?

                          Vite, fondons un club des blessures féminines.


                          • Iren-Nao 7 août 2008 11:26

                            @ auteur

                            Ca fait du bien de vous lire, vous en bouleversifiez qq unes...Iconoclaste !!!!

                            Mais reconnaissons une chose :

                            L’egalite/parite post 68 a surtout profite aux entreprises en augmentant massivement le nombre de producteurs et de consommateurs fabriquant du chomeur a gogo faisant ainsi fermer sa gueule a tout le monde.

                            On a fait croire a ces andouilles ( pour faire plaisir a quelques unes intellos qui deja etait a parite, et/ou dirigeant car il y en eut toujours) que le travail c’etait la Liberte, (elles n’avaient pas lue l’inscription sur le portail de Dachaux.)

                            J’aimerais savoir ou est la liberte dans tous ces boulots de merde comme mettre des sardines en boite ou s’epuiser sur des assemblages de tout genre et autres boulots de taulards, on ferait mieux de favoriser leur presence aupres de leurs mioches qui en ont bien besoin.

                            Au lieu de mieux vivre leur noble etat incontournable de femmes, elles ont tente de devenir des hommes.

                            Couper les oreilles d’une bourrique n’en fait pas une jument de course.

                            On peut bien dire que a ce triste jeu elles se sont fait bien baiser.

                            BIZ

                            iren-Nao


                            • Auffret Auffret 7 août 2008 21:05

                              Cher Ben, vraiment, il faut "passer" par le Finistère très bientôt. J’envisage d’ouvrir chez moi un café philo, très porté sur la société. Nous ferions déjà du bruit à tous les deux.
                              En fait, j’ai un peu "oublié" Agora Vox car ils me refusaient constamment mes papiers parce qu’ils étaient trop courts. Ce n’est pas faux, mais ayant cotoyé la presse, j’ai toujours entendu : "Fais court, coco" !
                              Mon blog sur le Télégramme fonctionne bien au niveau des visites, mais peu au niveau des commentaires.
                              Pourtant, c’est avec les commentaires que l’on peut réagir et progresser !
                              Au moins, j’y mets ce que je veux. http://leparadissinonrien.blogs.letelegramme.com/
                              "Le paradis, sinon, rien" ! c’est tout un programme. Peut-être que les gens se contentent du purgatoire.
                              Moi, si ce n’est pas le paradis, je veux l’enfer tout de suite, avec le grand copain du Petit Jésus, le Diable, sans lequel l’Eglise a du mal à recruter.
                              J’aime assez la rubrique "courrier des lecteurs" des journaux et revues sous des pseudos différents :
                              Télérama, L’Express, Marianne... quand ce n’est pas trop "osé".
                              Longue vie à Agora Vox qui est beaucoup plus journalistique que le chroniqueur que je suis.
                              Bien le bonjour du Finistère. J’arriverai à survivre jusqu’à votre venue.
                              Pour les réponses, je pense que la France bronze, côté pile les jours impairs et côté face les jours pairs.


                            • Auffret Auffret 10 août 2008 15:47

                              Etant parfois dénommé "le chroniqueur un brin provocateur", je propose à tous une lecture à lire sur la plage. A méditer !

                               

                              Ne vous en déplaise, Mesdames…

                               

                              Parité bien ordonnée commence par soi-même.

                              Il faut bien une petite graine pour fabriquer de beaux bébés.

                              Il m’est apparu que vous n’étiez pas toutes d’accord sur la parité pour les hommes.

                              Dommage, car parité veut dire 50%. En voudriez-vous encore plus ?

                              Cette parité, d’ailleurs n’est point féminine mais masculine.

                              Reconnaîtrez-vous nos efforts si louables et si méritants ?

                              Ce sont bien nos hommes politiques qui l’ont décrétée et votée après Mai 68.

                              En un seul instant, les femmes obtenaient 50% et vous n’êtes toujours pas contentes !

                              50%, c’est parce que nous savions bien que vous demanderiez toujours plus.

                              La barre est fixée et nous réclamons, nous aussi, la parité réelle.

                               

                              Pour adoucir les mœurs, je vous propose un texte émanant d’un manuel du savoir-vivre

                              des jeunes femmes, en 1960. Vous constaterez que ces préceptes étaient de bon sens,

                               et évitaient bien des divorces.

                               

                              Faites-en sorte que le souper soit prêt : préparez les choses en avance, le soir précédent,

                              s’il le faut, afin qu’un délicieux repas l’attende au retour du travail. C’est une façon de lui faire

                              savoir que vous avez pensé à lui et que vous vous souciez de ses besoins. La plupart des hommes

                              ont faim lorsqu’ils rentrent à la maison et la perspective d’un bon repas fait partie de la nécessaire

                              chaleur d’un accueil.

                              Soyez prête : prenez 15 minutes pour vous reposer afin d’être détendue lorsqu’il rentre.

                              Retouchez votre maquillage, mettez un ruban dans les cheveux et soyez fraîche et avenante.

                              Il a passé la journée en compagnie de gens surchargés de soucis et de travail.

                              Soyez enjouée et un peu plus intéressante que ces derniers.

                              Rangez le désordre : faites un dernier tour des principales pièces de la maison juste avant

                              que votre mari ne rentre. Rassemblez les livres scolaires, les jouets, les papiers…et passez

                              un coup de chiffon à poussière sur les tables.

                              Réduisez tous les bruits au maximum : au moment de son arrivée, éliminez tout bruit de machine

                              à laver, séchoir à linge ou aspirateur. Essayez d’encourager les enfants à être calmes.

                              Soyez heureuse de le voir. Accueillez-le avec un chaleureux sourire et montrez de la sincérité

                              dans votre désir de lui plaire.

                              Ecoutez-le : il se peut que vous ayez une douzaine de choses importantes à lui dire, mais

                              son arrivée à la maison n’est pas le moment opportun. Laissez-le parler d’abord, souvenez-vous

                              que ses sujets de conversation sont plus importants que les vôtres.

                              Ne l’accueillez pas avec vos plaintes et vos problèmes : ne vous plaignez pas s’il est en retard

                              à la maison pour le souper ou même s’il reste dehors toute la nuit. Considérez cela comme mineur,

                              comparé à ce qu’il a pu endurer pendant la journée. Installez-le confortablement. Proposez-lui de

                              se détendre dans une chaise confortable ou d’aller s’étendre dans la chambre à coucher.

                              Préparez-lui une boisson fraîche ou chaude. Arrangez l’oreiller et proposez-lui d’enlever ses chaussures.

                              Parlez d’une voix douce, apaisante et plaisante. Ne lui posez pas de questions sur ce qu’il a fait

                              et ne remettez jamais en cause son jugement ou son intégrité. Souvenez-vous qu’il est le maître

                              du foyer et, qu’en tant que tel, il exercera toujours sa volonté avec justice et honnêteté.

                              Lorsqu’il a fini de souper, débarrassez vite la table et faites la vaisselle.

                              Si votre mari se propose de vous aider, déclinez son offre car il risquerait de se sentir obligé de la répéter par la suite et, après une longue journée de labeur, il n’a nul besoin de travail supplémentaire.

                              Encouragez votre mari à se livrer à ses passe-temps favoris et à se consacrer à ses centres d’intérêt

                              et montrez-vous intéressée sans toutefois donner l’impression d’empiéter sur son domaine.

                              Si vous avez des petits passe-temps vous-même, faites en sorte de ne pas l’ennuyer en lui en parlant,

                              car les centres d’intérêt des femmes sont souvent assez insignifiants comparés à ceux des hommes.

                              A la fin de la soirée : rangez la maison afin qu’elle soit prête pour le lendemain matin et pensez à

                              préparer son petit-déjeuner à l’avance. Le petit-déjeuner de votre mari est essentiel s’il doit faire face

                              au monde extérieur de façon positive. Une fois que vous êtes tous les deux retirés dans la chambre

                              à coucher, préparez-vous à vous mettre au lit aussi promptement que possible.

                               

                               

                               

                               

                               

                              En ce qui concerne les relations intimes avec votre mari, il est important de vous rappeler vos vœux de mariage et en particulier votre obligation de lui obéir. S’il estime qu’il a besoin de dormir

                              immédiatement, qu’il en soit ainsi. En toute chose, soyez guidée par les désirs de votre mari et ne faîtes

                              en aucune façon pression sur lui pour provoquer ou stimuler une relation intime.

                               

                               

                              Si votre mari suggère l’accouplement, acceptez alors avec humilité tout en gardant à l’esprit

                              que le plaisir d’un homme est plus important que celui d’une femme.

                              Lorsqu’il atteint l’orgasme, un petit gémissement de votre part l’encouragera et sera tout à fait

                              suffisant pour indiquer toute forme de plaisir que vous ayez pu avoir.

                              Si votre mari suggère une des pratiques les moins courantes, montrez-vous obéissante

                              et résignée, mais indiquez votre éventuel manque d’enthousiasme en gardant le silence.

                              Il est probable que votre mari s’endormira alors rapidement.

                              Vous pouvez alors remonter le réveil afin d’être debout peu de temps avant lui le matin.

                              Cela vous permettra de tenir sa tasse de thé du matin à sa disposition lorsqu’il se réveillera.

                               

                              N’auriez-vous pas "oublié" quelques préceptes en cours de route ?

                              Une jolie gazelle m’a traité de diplodocus.

                              Je suis donc prêt à tous les commentaires.

                              Si vous voulez me traiter de "macho", sachez que c’est déjà fait.

                              Mais qu’est-ce qu’un "macho" sans femmes ?

                              ce message s’adresse aux femmes, bien sûr, mais aussi aux hommes.

                              Question de parité.

                              Salutations.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès