Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Enquête sur l’éco-techno-fascisme

Enquête sur l’éco-techno-fascisme

Le 21ème siècle n’a rien d’une embellie annonçant un monde démocratique et éclairé acquis à la force des armes et des pensées avec le triomphe du monde libre contre le nazisme et le soviétisme. D’une part, le nazisme a été vaincu par les armes mais les idées fascisantes ont suivi leur cours et pris des aspects inédits pendant le 20ème siècle. D’autre part, le soviétisme s’est effondré plus qu’il n’a été vaincu. Les démocrates du monde libre se sont enivrés un peu rapidement, alors que le choc des civilisations est un écran de fumée masquant les véritables enjeux déterminés par la technique, le numérique et l’impact sur les sociétés. Je crois qu’on peut parler d’un nouvel ordre fasciste diffus lié aux technologies et aux idéologies qui prennent naissance dans ce terreau numérique (clin d’œil au lecteur, je viens de corriger un lapsus qui m’avait fait écrire « terreur numérique »).

Les mots ne sont pas faciles à choisir. Totalitarisme ou fasciste ? Le premier renvoie à des systèmes politiques du 20 siècle qui n’existe plus. Le fascisme aussi mais il engage un sens plus général avec une plasticité sémantique qui permet de désigner la contrainte non légitime exercée par un groupe d’hommes sur les populations qu’ils dirigent. Ce sens signifie aussi dictature. Quant à l’écofascisme, cette notion a sa notice wikipédia. Je l’ai consultée et je dois constater qu’elle ne correspond pas à ce que j’ai en tête. L’écofascisme est en effet défini comme une sorte de sectarisme naturaliste dirigé contre les progrès technologiques et donc à mi chemin entre les mouvances volkisch de l’Allemagne vers 1900 et des communautés sectaires comme par exemple les amish. Comme je l’ai précisé, le préfix « éco » signifie en premier lieu un mode de vie lié à l’usage des technologies, une sorte d’écologie sanitaire pratiquée dans un milieu irrigué par le numériques et parsemé de capteurs. L’écofascisme pointe alors des pratiques et des discours qu’on trouvera chez quelques personnalités, de Al Gore à Nicolas Hulot en passant par Anne Hidalgo et Ségolène Royal, sans oublier l’agité du parti de gauche qui s’est rallié récemment à la cause écolo.

En guise d’interlude, je suggère cette maxime universelle fondée sur les événements de 1793. Toute révolution contient en germe sa terreur. Cette maxime s’applique aussi aux révolutions techniques. La révolution industrielle de la fin du 19ème siècle contenait en germe les terreurs politiques qu’on a connues au 20ème siècle. La révolution numérique ne contient-elle point une terreur d’un genre nouveau ?

La modernité est née progressivement, avec comme principe fondamental la transition d’un mode de communion au mode d’action. La technique en découle. L’homme moderne est un agent (opérateur) orienté vers la matérialité, l’extériorité, la communication. L’univers numérique ne peut que favoriser les desseins de ces agents d’un monde devenu hypermoderne. La notion d’agent et d’opérateur est opposée à celle d’acteur au sens philosophique, l’acteur étant un sujet qui réfléchit au sens de son existence, son histoire, le scénario qu’il écrit avec d’autres et sa présence comme acteur sur la scène. On le retrouve avec la figure du penseur sur scène dessinée par Sloterdijk qui lui oppose la figure du penseur hors de la scène incarnée par Heidegger. Pour faire court, on oppose les agents opérateurs du monde aux penseurs, lesquels sont plus ou moins sur la scène mais possèdent en commun une conscience éthique, spirituel et un souci moral. Pour faire encore plus court, il y a le monde des opérateurs et le monde des sages. Le fascisme qui vient repose sur le monde des opérateurs. Quelques pistes déclinées en plusieurs points.

(1) Le calculateur, une figure métaphysique. Jünger avait vu dans le Travailleur une figure métaphysique dans les sociétés militaro-industrielles des années 1930. La fin du 20ème siècle a vu apparaître une nouvelle figure métaphysique, celle du Calculateur. Alors que le travailleur est derrière la machine, avec les manettes pour commander et diriger les opérations, le calculateur est face au computer, avec le clavier, la souris et l’écran plat. Tous les secteurs industriels et bureaucratiques de pointe incorporent la figure du calculateur. C’est notamment le cas dans les nouvelles start-up redevenues à la mode après les déconvenues du krach boursier lors du passage à l’an 2000. Le calculateur définit à la fois une figure professionnelle et une modalité existentielle. Avec cette autre figure qu’est le bourgeois calculateur. Faire des calculs, utiliser des technologies n’a rien de répréhensible ni d’immoral et c’est même utile pour gérer les moyens dont on dispose pour ce passage sur terre dont l’espérance de vie est de quelque 80 ans. Par contre, être calculateur définit une attitude face au monde. Disons une manière de vivre avec un quotidien occupé par des tâches diverses d’opération, de surveillance, de réception ou envois de messages, d’instructions. Calculer c’est aussi établir une feuille de route pour la journée ou une durée plus étendue. Et bien d’autres choses.

Si le fascisme politique impose une manière de penser, alors le techno-fascisme avec ses normes impose une manière de faire et de consommer. Avec le calcul comme fenêtre encadrant les paramètres de l’action ou alors les mesurant.

A suivre ?


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Zolko Zolko 30 juin 14:00

    j’entendrais plutôt sous « eco-techno-fascisme » une idéologie qui impose des choix technologiques sous des prétextes écologiques, au profit de quelques groupuscules proches des gouvernements.
     
    Par exemple : les éoliennes, les voitures électriques, la maison connectée, la voiture sans conducteur, la piste cyclable solaire, ...


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 juin 14:05

      @Zolko

      Tout à fait. Après le complexe militaro-industriel le complexe techécolo-industriel. La voiture sans conducteur est une aberration comme bien d’autres lubies technologiques. Quitte à inventer un concept utile, je propose la République sans président.


    • Sozenz 30 juin 15:04

      je ne sais pas pourquoi vous etes si mal noté rien que votre dernière phrase parle d elle même et vaut bien plus^^

      "Si le fascisme politique impose une manière de penser, alors le techno-fascisme avec ses normes impose une manière de faire et de consommer. Avec le calcul comme fenêtre encadrant les paramètres de l’action ou alors les mesurant."


      • Ratatouille Ratatouille 30 juin 23:38

        @Sozenz 

        je ne sais pas pourquoi vous êtes si mal noté
        .
        en vrac
        jalousie,incompréhension,
        confondre : échange et rapport de force
        confondre : critique et méchanceté
        d’autre choses aussi.
        l’auteur ne met jamais de smille émotionnel donc il n’a pas de
        cœur et doit être privé de dessert.


      • Moonlander Moonlander 30 juin 20:40

        Une intelligence sans cerveau 

        une mer sans poisson
        un poison sans 
        un mort sans vie


        • Ratatouille Ratatouille 30 juin 21:05

           Ce texte me fait pensé à la théorie de Guy Debord et je me
          remémore des parties de son film
          (Réfutation de tous les jugements, tant élogieux qu’hostiles,
           qui ont été jusqu’ici portés
           sur le film « La Société du spectacle »)..
          .
          « Après le complexe militaro-industriel le complexe techécolo-industriel. »
          .
          On à vu comment pour relancer la vente des automobiles (ma parano) dans les années Chirac le gouvernement à passé le contrôle technique
          obligatoire,1 mois après la mise en place de cette disposition
          la vente des véhicules Renault a augmentée de 22% les autres
          je ne me souvient pas.
          .il semblerait que l’on souhaite la disparition des voitures diesel .
          dans les villes
          -
          après la sécurité ,la pollution... ?????
          -
          Gordini à dit :vous verrez un jour ils mettrons des numéros sur nos voiture
          -
          A une époque l’on pouvait construire sa voiture avec un châssis
          tubulaire un passage aux mine et hop c’était partie.
          Impossible maintenant de démonter et remonter soit-même
          son auto.
          -
          Les voitures se construisent toute seul et se dirigeront seule
          aussi.
          en fait plus besoin d’humain,juste un service d’entretien minimum
          gonflage des pneus etc....
          -
          .
          toutes les voitures se ressemblent,pour la simple raison
          que le coefficient de pénétration dans l’air,l’ impose.
          fini les caisses excentriques.
          .
          La créativité des intervenants humains dans la réalisation
          des véhicules doit être proche de zéro si l’on y ajoute celle
          des propriétaires qui n’ont que le droit de choisir la couleur.
          vous pouvez mettre quelques auto-collant acheté dans
          un super market,c’est légal. et une queue de tigre au rétro.
          .
          offre d’emploi
          il y à une place à prendre pour un pirate informatique chez
          Volkswagen.
          .
           smiley

          -----------------
          collusion entre les entreprise états et les états dit démocratique.. ?
          -----------------
          .
          Le citoyen est égal pour moitié à une valeur négative (vieux,sans emploi handicap ..etc..) je dit 50% au pif c’est surement plus, les enfants
          ne produisent rien.Zéro pouvoir de décision dans toutes les
          entreprises.
          .
          Bon les associations de consommateur me direz-vous.
          ils aboient,ils aboient,parfois il y à une modif sur une série
          une miette.

          .
          Pour l’habitat même constat ,juste une petite marge de modif.
          .
          en fait presque tout les secteurs son normalisés .
          .toutes les types de soudure empêchent l’intervention
          du propriétaire sur l’objet manufacturé et servent en même temps
          de garantie (lol) c’est un comPlot (de sécurité) .
          .
          Vous êtes impuissant à 90% voir 99%
          le 1% c’est la décharge sauvage ou l’accident.. smiley

           

           


          • Ratatouille Ratatouille 30 juin 21:44

            @Ratatouille 

            Si vous êtes créatif et avez une âme de constructeur ,cela va être dur pour vous,sans un rond c’est pire. smiley
            -
            La technique du bois dans le traditionnel n’ à trop bougé, bien
            que certains abusent du collage de tenon mortaise chevillé.
            -
            la cuisine c’est bien mais le chef est toujours un gros réac
            (sinon il ne serait pas chef)
            -
            La culture (choux patates) c’est dur pour le dos ,mais il
            y à des choses à créer.
            -
            La révolution ;ce sera sans moi (je suis HS) .


          • Jean Keim Jean Keim 1er juillet 09:09

            Autrement dit, toute innovation technologique sera récupérée pour exploiter les êtres humains d’une façon ou d’une autre, alors pourquoi personne ou si peu ne s’interrogent sur le fond du problème ? Pourquoi agissons-nous ainsi ?


            Le nous c’est l’inventeur d’une innovation qui veut faire fortune par exemple en la cédant au plus offrant, le nous c’est aussi ceux qui la récupèrent pour la produire et la vendre avec un maximum de profit, le nous c’est également les acheteurs qui se sont laissés persuader que la possession de la chose va leur faire du bien, etc..
            Bon l’identification du nous est facile ! C’est tout le monde et donc moi ... et vous qui me lisez.

            Mais il reste toujours la question de fond, il est possible de la poser autrement : qu’est-ce qui cloche en nous et qui est partagé par 100 % des êtres humains à un pouième près.

            Il est à noter que sans les infrastructures et les structures existantes et mises en place par le travail accompli antérieurement, elles mêmes reposant sur une antériorité, etc., une innovation technologique ou autre ne serait pas possible. 
            Jean Jaurès a écrit ses paroles étonnantes qui sont à l’image de sa grandeur d’âme :
            « Selons nous, tout homme a dès maintenant un droit sur les moyens de développement qu’a créés l’humanité. Ce n’est donc pas une personne humaine toute débile et toute nue, exposée à toutes les oppressions et à toutes les exploitations qui vient au monde. C’est une personne investie d’un droit, et qui peut revendiquer, pour son entier développement, le libre usage des moyens de travail accumulés par l’effort humain ». 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès