Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Enseignement supérieur : Oui, il faut instaurer des droits d’inscription

Enseignement supérieur : Oui, il faut instaurer des droits d’inscription basés sur des critères sociaux

L’enseignement supérieur marche sur la tête en donnant plus à ceux qui ont déjà plus pour leur permettre après de gagner plus. Quatre à cinq années d’études passées dans les « bonnes » filières provoquent un « retour sur investissement » qui dure toute une vie. C’est pourquoi la question de l’instauration de droits d’inscription à l’entrée des établissements qui sélectionnent leurs élèves ne doit plus être taboue.

L’enseignement supérieur, si on l’analyse du point de vue de la justice sociale, est tout l’inverse d’un système redistributif : les jeunes issus de milieux favorisés composent notamment 54% des effectifs des classes prépas, lesquelles offrent par la suite les emplois d’ingénieurs et de cadres les plus rémunérateurs. Inversement, les élèves issus de ces milieux désertent les universités qui ont de plus en plus de difficultés à offrir des emplois d’encadrement à la sortie. Il est également incontestable que cette « ségrégation » se renforce depuis 20 ans, comme en témoigne la baisse de la proportion des enfants d’ouvriers admis dans les grandes écoles.
 
Ainsi, non seulement se perpétue, mais s’accuse davantage le caractère ségrégatif de l’enseignement. Si l’on ajoute, cerise sur un gâteau déjà bien indigeste, que la dépense publique pour un élève de classe prépa est trois fois supérieure à celle d’un élève à la fac, on s’aperçoit que l’enseignement supérieur marche sur la tête en donnant plus à ceux qui ont déjà plus pour leur permettre après de gagner plus !
 
Mal compris, l’égalitarisme idéologique conduit ainsi à davantage d’inégalités. Cette situation compromet l’insertion sociale des moins défavorisés, laissés pour compte dans des facs aux taux d’encadrement dérisoires et dont les diplômes ne jouissent pas de la même reconnaissance, alors qu’à l’inverse se constituent des chasses gardées très bien encadrées réservées à l’élite sociale de la nation, au sein desquelles celles-ci assurent tranquillement et sans heurt leur reproduction. Cette extrême dualité du système français d’enseignement supérieur se répercute ensuite sur le choix des filières du bac réputées les plus aptes à fournir tel ou tel débouché et accuse ainsi la prédominance de la filière S[1].
 
C’est donc concrètement, en partant de ces faits, qu’il faut concevoir l’égalité : C’est par son caractère systématiquement gratuit que le système éducatif est fortement anti-redistributif. C’est pourquoi la question de l’instauration de droits d’inscription à l’entrée des établissements d’enseignement supérieurs qui sélectionnent leurs élèves (classes prépas, écoles d’ingénieurs et de commerce publiques, iut) ne doit plus être taboue. Ces droits, dont le niveau serait basé sur des critères sociaux, permettraient de faire payer les milieux favorisés, qui sont ceux pour lesquels la dépense de l’Etat est incontestablement et de loin la plus élevée, tout en exonérant les autres jeunes. L’argent ainsi recueilli devrait obligatoirement abonder les budgets des universités pour leur permettre d’offrir davantage d’encadrement à leurs étudiants et pour améliorer les conditions de vie des étudiants les plus modestes, souvent contraints de prendre un petit boulot pour financer leurs études.
 
Il ne s’agit que de faire contribuer davantage ceux qui bénéficient à fond du système. Certes, on pourrait objecter que ce sont ces derniers qui payent déjà les impôts les plus forts et que le surinvestissement de l’Etat en leur direction n’est finalement qu’un juste retour des choses. C’est cependant ne pas voir que quatre à cinq années d’études passées dans les « bonnes » filières provoquent un « retour sur investissement » qui dure toute une vie, en termes de salaires plus élevés et même de retraite confortable. Il n’est donc pas illogique d’exiger des familles aisées qu’elles contribuent encore plus durant les quelques années d’études à ce qui s’apparente –on peut bien entendu le regretter, mais c’est la réalité en France– à une rente. Après tout, ce système existe depuis longtemps dans notre patrie autoproclamée de l’égalité, comme en témoigne la profusion des « boites à bac » et autres « écoles privées », et peu y trouvent à redire. De plus, l’objection consistant à dire que lorsque les parents sont éventuellement aisés leurs enfants ne le sont pas forcément ne tient pas non plus lorsque l’on considère en moyenne les donations d’argent et/ou de patrimoine des parents à leurs enfants. Au demeurant, l’étudiant aurait le choix entre faire une déclaration séparée de revenus qui l’exonérerait naturellement de droits d’inscription mais augmenterait les impôts de ses parents ou une déclaration conjointe avec ses parents, qui l’exposerait aux droits d’inscription.
 
Les universités manquent d’argent alors que ce sont elles qui assurent la formation de la majorité des étudiants et qui ont eu à assumer la massification de l’enseignement supérieur. On peut toujours bien entendu en réclamer davantage de l’Etat impécunieux mais, ne serait-ce que pour atteindre davantage de justice sociale, il faut prendre conscience que sous l’apparence « égalitaire » des fonds étatiques s’aggrave un système profondément inégalitaire qui voit l’argent public orienté vers ceux qui en ont en moyenne le plus.
 
Si, parmi les piliers fondateurs de la République, l’enseignement est gratuit, il ne s’agit que de l’enseignement primaire et secondaire obligatoire sur la gratuité duquel il n’est pas question de revenir. En revanche, concernant l’enseignement supérieur, le rôle de l’Etat est aussi de garantir que les grands principes de justice sociale soient respectés, ce qui passe par une plus grande mise à contribution des plus aisés.
 
A ceux qui ne seraient toujours pas convaincus de l’urgence d’une réflexion sur les droits d’inscription, répétons encore ces données essentielles : l’Etat débourse trois fois plus d’argent pour un élève de prépa que pour un élève de fac alors qu’il y a là cinq fois plus d’élèves issus de milieux favorisés que de milieux ouvriers et employés, et une proportion exactement inverse à la fac. Que nous proposent d’autre ces esprits purs pour tenter de corriger cette injustice sociale ?


[1] Voir article « passe ton bac S d’abord »

Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 4 novembre 2009 15:16

    Corriger l’injustice sociale... ???
    Surtout pas.
    Car je vous rappelle que le but de la manœuvre est de conserver le pouvoir aux possédants.

    Chose « amusante ».
    Les sociétés de don de sperme privées se font actuellement des « choses » en or par la vente de semence de donneurs ayant un niveau d’intelligence supérieur à la moyenne.
    Ainsi est prouvé que l’on ne nait pas forcément riche et intelligent.

    Mais qui en aurait douté. Sauf les riches... smiley


    • Rough 4 novembre 2009 18:21

      Super cet article ! Mais comment n’y a-t-on pas pensé avant !...Il suffirait donc que Charles-Henri paie 12000 euros pour s’inscrire en taupe à Henri IV et que mouloud ne paie rien pour s’incrire à Paris VIII Vincennes en DESS de sociologie islamiste comparée pour que toutes les différences s’effacent....Que nous n’y avions pensé avant !!!!....


      • Geneste 4 novembre 2009 20:48

        Contre-sens total dans cet article. La gratuité permet à tous ceux qui le veulent de faire des études. Si ceux des classes aisées font en moyenne plus d’études que les autres c’est par une sorte d’atavisme car on les y incite dans leur familles. Par ailleurs, comme le dit l’auteur, les classes aisées paient plus d’impôts mais pas seulement : objectivement, elles rapportent davantage à la nation et participent donc à la richesse collective en proportion plus importante. Par ailleurs, l’auteur fait une grave méprise. La place de quelqu’un dans la société ne dépend pas et ne doit pas dépendre des études qu’il a faites. Un pâtissier vaut un président de la république et vice-versa. La question du salaire en est une autre et l’auteur semble mal renseigné sur l’avantage de toute une vie. Une étude britannique a montré qu’en moyenne les diplômés gagnent, sur leur vie, 150000£ de plus, pas de quoi fouetter un chat quand on sait que les études ne sont pas nécessairement une sinécure et que ceux qui en auront fait ne travaillerons pas 35h/semaine mais plutôt 70.

        Par contre, et très clairement, le jour où l’on aura ouvert la boîte de Pandore des études payantes, la reproduction sociale va pouvoir jouer à plein : il suffira d’acheter son diplôme !


        • Styria Styria 6 novembre 2009 19:36

          L’article mélange niveau scolaire et droit d’entrée payant. Les barrières à l’entrée des études supérieures ne sont pas du tout un problème monétaire.

          > Fac : quasi-gratuité pour tous. Et pas d’autre choix pour ceux qui veulent être médecin, avocats, juristes, sociologues,.... L’université propose aussi d’autres filières concurrencées, elles, par le système prépa/grandes écoles ou iut.

          > Prépa / grandes écoles : beaucoup plus élitiste que la fac et mieux rémunérateur à la sortie (sans comparaison).
          L’entrée en prépa est gratuite et la sélection effectuée sur dossier. Tout le monde, de n’importe quel milieu social, peut s’y inscrire.
          La barrière à l’entrée est l’information : peu de gens de milieux sociaux défavorisés connaissent ces voies et y poussent leurs enfants. Deuxième barrière : la sélection par concours.
          => Il n’y a là aucun critère monétaire discriminatoire.

          Après la prépa, on peut entrer soit en école d’ingénieur (quasi-gratuite pour la plupart) ou de commerce (toutes payantes). Une fois une école intégrée, il est assez simple d’effectuer un emprunt à la banque pour financer ses études, son logement,... et encore une fois, quelque soit son origine sociale. Le prêt (en remboursement échelonné à partir de la fin des études) sera accordé sans diffculté car l’étudiant aura prouvé ses capacités à intégrer ladite école.

          Je schématise bien sûr un peu ; mais le problème est l’information. Les informations erronées (prépa/ écoles accessibles seulement aux plus fortunés) contribuent à transmettre cette désinformation. Le problème de la prépa n’est pas d’y entrer (je le répète, c’est GRATUIT) ; mais d’y rester (connaissances ; capacités de travail). l’argent n’a rien à faire là-dedans.

          PS : et ceci bien sûr à l’exception des écoles privés post-bac, qui, il faut le dire, sont peu reconnuse ou valorisées par les recruteurs, en comparaison avec des étudiants issus de prépa/école, ou IUT.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès