Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Eric Zemmour, l’incompris

Eric Zemmour, l’incompris

"J’ai le sentiment qu’à la sacralisation des races de la période nazie et précédente a succédé la négation des races, ce qui est aussi ridicule l’une que l’autre". A l’encontre d’une des invitées : "J’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire !".

Il faut écraser l’infâme disait Voltaire. Beaucoup n’hésitent pas aujourd’hui à dévoyer cette citation pour l’appliquer à tout qui leur semble "ennemis" de la société, leur société bien-pensante à souhait. Que n’a-t-on pas vu de blogs depuis trois semaines réclamer la tête d’Eric Zemmour - journaliste au Figaro, essayiste, romancier & chroniqueur chez Laurent Ruquier - pour avoir attester l’existence de différentes races sur le plateau "Paris-Berlin" d’Arte ! L’occasion était trop belle, SOS Racisme, le CRAN, le Mrap se sont indignés, ont envoyé des lettres au CSA, demandé sa disparition du paysage audiovisuel. Entre-temps, les journalistes, les éditorialistes les plus opposés au personnage n’ont pas raté l’occasion pour régler leurs comptes. C’est vrai que ce n’est pas tous les jours que ses paroles paraissent aussi limpides. Il publia un droit de réponse dans l’hebdomadaire Vendredi, non sans humour.

Eric Zemmour n’est pas en effet le personnage le plus mielleux à écouter. Se revendiquant de droite, antilibéral, réactionnaire, anti-droit-de-l’hommiste, il dit vouloir faire le procès de l’antiracisme des années 80 qu’il a qualifié « cause de bien-pensants » ou "angélisme antiraciste", tout comme le féminisme, dont il est un farouche opposant. "Le premier sexe" publié en 2006 l’accuse d’ailleurs de "féminisation de la société" : « Le féminisme porte en lui comme tous les mots en « -isme », un totalitarisme. Les femmes ont revendiqué la liberté sexuelle comme les hommes, mais elles en sont revenues. Elles s’accrochent à leurs rêves romantiques et ne supportent pas la moindre infidélité. Comme elles n’ont pas réussi à se transformer en hommes, il faut donc transformer les hommes en femmes  ».
Chaque samedi sur France 2, chez Laurent Ruquier, Eric Zemmour (en compagnie d’Eric Naulleau) commente les sorties littéraires, musicales, cinématographiques, débat avec les politiciens et il n’est pas rare d’assister à de gros affrontements verbaux entre les invités et lui.

Alors Zemmour, pollueur des médias ? Je crois qu’il y a quelques points à soulever.
Le débat sur les races a pris une ampleur incommensurable, pour les raisons expliquées plus hauts mais aussi simplement car le mot "racisme" est utilisé à tout va. Affirmer qu’il existe différentes races et qu’une personne est de race noire ne revient pas à dire "vous êtes de race noire et donc inférieure". Il est temps de briser les tabous qu’imposent le politiquement correct et les bien-pensants afin de réhabiliter le sens exact des termes. Ceux qui ne veulent plus du mot "race" car trop sujet à des tensions peuvent demander qu’on le supprime à l’Académie française. C’est une question de français, ce n’est pas de la provocation.

Les exemples sont légions : L’article 2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme parle de race, "Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation" .
Quand Barak Obama fut élu, le CRAN - un des premiers organismes à réagir aux propos de Zemmour - ainsi que toute la terre se sont félicités qu’un homme de "race noire" soit élu. Point de racisme n’a été relevé.
"Les professionnels de la censure", et je pense à Vincent Cespedès présent sur le plateau d’Arte, vont même jusqu’à affirmer qu’on ne doit plus dire "j’ai un ami noir" mais "j’ai un ami". Tout est filtré, on nous dit quel mot il faut employer et qui doit le dire, c’est le jeu de la paranoïa, bienvenue dans la dictature d’expression au nom d’un multiculturalisme de pacotille.

C’est peut-être là le grand problème. Dans un pays démocratique où la liberté d’expression est une valeur prépondérante ou que l’on veut nous faire croire comme telle, il ne faut pas oublier que choquer fait partie du quotidien, de la normalité. Choquer les sensibilités c’est la vie, et je peux être choqué devant un tel discours bien-pensant. Si la liberté d’expression se limite à l’idéologie dominante ou la contestation bon teint, alors l’absurde arrive à son comble. Les pseudo-défenseurs des libertés montrent que la liberté n’est valable que lorsqu’elle s’exerce à leur profit, ceux-là même qui se transforment en Police du Vice et de la Vertu dès l’instant où d’autres veulent jouir de ces mêmes libertés.

On peut ou ne pas être d’accord avec Eric Zemmour mais force est de constater qu’il s’attaque souvent à des sujets sociaux où le militantisme très actif, les associations s’auto-érigeant en censeur ont réussi à imposer leur pensée minoritaire. A Cet égard, sa présence peut être considérée comme une preuve de diversité dans le champ audiovisuel français.
L’histoire n’est sûrement pas finie, il fera encore parler de lui mais il a au moins le mérite de ne pas figer un débat et de proposer des pistes opposées aux démons de la gauche, "une gauche qui se flatte de défendre la liberté de pensée et nourrit en son sein tous les nouveaux clergés du politiquement correct".(#)

(#) E. Zemmour "Le PS au pluriel, la gauche à l’imparfait", Le Figaro, 13/12/08


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

121 réactions à cet article    


  • hariseldon 19 décembre 2008 11:10

    Oui oui jolie article... sauf que réduire la race a la couleur de peau n’est plus considérée comme pertinente. Biologiquement cet état "de races" n’existe pas. Il est connoté.
    En fait il existe qu’une seule race : l’Homme.
    Eric Zemmour qui n’est pas totalement stupide sait très bien qu’en parlant de races il emploie un terme flou qui au mieux sert a choquer le bobo au pire révèle des lacunes historiques, anthropologiques et politiques.
    La plainte des associations est recevable.


    • Avatar 19 décembre 2008 11:59

      Zemmour a une bonne tête de vainqueur.

      Champion du monde du lancer de boomerang smiley


    • ben ben 19 décembre 2008 12:29

      @ ariseldon :

      Dans ce cas le CRAN devrait porter plainte contre lui même, vu qu’ils ont parlé d’Obama en tant qu’homme de race noir...


    • Zanini 19 décembre 2008 12:50

      "En fait il existe qu’une seule race : l’Homme"

      Scientifiquement on ne parle pas de races mais de familles, genres et espèces etc.
      Si on veut vraiment utiliser le mot "race" pour l’homme alors la distinction s’applique a l’espèce c’est a dire a néandertal et homo sapiens.
      Il y a donc (eu) plusieurs types de "races" d’hommes mais cela n’est pas basé sur la couleur de peau mais bien sur les différences génétiques.


    • Serpico Serpico 19 décembre 2008 12:54

      ben "Dans ce cas le CRAN devrait porter plainte contre lui même, vu qu’ils ont parlé d’Obama en tant qu’homme de race noir"

      ****************

      ...à en croire l’auteur de l’article.



    • Cangivas 19 décembre 2008 13:18

      @Serpico,

      Le CRAN sur son site écrit à la page http://www.lecran.org/articles/historique/des-associations-noires-creent-une-federation,4,1,16,95.html :

      "Dans le champ politique, il y a deux attitudes vis-à-vis de cette question (la discrimination) :

      - l’une relève du racisme classique reposant sur l’idée de supériorité de certaines races ;

      - l’autre, antiraciste, nie les races mais, du coup, occulte l’existence de la question noire et débouche finalement sur des résultats relativement similaires.
      On ne peut réduire le problème des Noirs à une question socio-économique et nier sa dimension raciale."

      Sauf mauvaise interprétation de ma part, le CRAN :

      - rejette deux extrêmes, l’un visant l’inégalité des races, l’autre visant la négation des races.

      -  se refuse à nier la "dimension raciale", considèrant que les Noirs forment un groupe racial, ce qui s’apparente à une race.

      Je ne vois pas la différence avec les propos de Zemmour.


    • Serpico Serpico 19 décembre 2008 13:23

      Cangivas

      Vous bottez en touche : quand le CRAN a-t-il dit que l’élection d’Obama était la victoire d’un homme de "race noire" ?


    • Cangivas 19 décembre 2008 14:03

      @Serpico,

      Vu ce qu’écrit le CRAN sur son site - si je fais une mauvaise lecture, qu’on me corrige -, "personne de race noire" ou "noir" c’est du pareil au même pour cette association. Tout au moins, cela ne semble pas choquer.

      Ensuite, dans les conversations, Lozès utilise le mot "noir" sûrement principalement parce que c’est plus simple et dans une moindre mesure peut-être parce que c’est politiquement correct et que ce terme neutre évite de lancer un autre débat, un débat qui plus est interminable (tout comme hier, "black" était préféré à "noir"... mais bon l’élection d’Obama aux primaires démocrates puis à la présidence a balayé cela... tout le monde dit "noir" au point que c’est "black" qui est quasi connoté négativement... maintenant on peut dire "noir" sans que votre interlocuteur vous soupçonne de racisme, caché ou non, et lance un débat interminable sur ce thème).

      Cela dit, il suffirait qu’Obama dise que son père est de race noire et sa mère de race blanche, ou qu’un acteur d’Hollywood connu et reconnu mondialement (et considéré comme pas trop con) dise qu’il est de race noire, pour que cette polémique passe à la trappe.

      Dans cette affaire, il me semble que le CRAN est hypocrite.

      Pour ma part, qu’on me dise que je suis "blanc" ou de "race blanche", franchement ça m’en touche une sans bouger l’autre.


    • Allain Jules Allain Jules 19 décembre 2008 14:31

      @ Hariseldon,

      Zemmour a tort de parler de race car, il n’existe que la race humaine. En revanche, porter plainte pour moi, est une faiblesse. Il est libre de dire ce qu’il veut, mêmes des conneries, pourvu que ce soit pareil pour tous. Là, c’est une autre paire de manches. On sait tous qu’il se trompe, le Zemmour. C’est un polémiste.

      Je l’invite plutôt à partager le gâteau d’anniversaire qu’on prive à Adolf Hitler , véritable histoire abracadabrantesque.


    • sisyphe sisyphe 19 décembre 2008 15:07

      Mais on s’en bat l"oeil, de ce ringard de Zemmour ; vous allez lui consacrer encore combien d’articles ? 

      Et vas-y que je te sors toutes les tartes à la crème de la "bien-pensance", des "droits-de l’hommismes", gnagnagna... La nouvelle pensée unique des beaufs décompexés. 

      Basta !

      Décidément, quand on voit le focus constant fait sur des personnages aussi médiocres, on est saisi d’un vertige devant le vide intellectuel de cette époque totalement sous l’emprise de la médiacratie. 

      Dis moi quelles sont tes idoles, je te dirai à quel niveau tu plonges....

      Pfffff..... 


    • Gazi BORAT 19 décembre 2008 15:36

      @ Sisyphe

      • Mais on s’en bat loeil, de ce ringard de Zemmour
      Vous êtes la voix de la sagesse...
       !

      gAZi bORAt

    • hariseldon 19 décembre 2008 15:47

      a ben :
      oui c’est bien ce que je dis... du moment que tu parles de couleur de la peau dans le sens manifeste de la montrer comme une qualité essentielle de la "race" le propos est connoté.


    • Canine Canine 20 décembre 2008 02:42

      L’Homme n’est pas une race, c’est une espèce. C’est lassant.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 20 décembre 2008 11:27

      Zemour : Politicaillon de caniveau sauce Poujade. Degré zéro de la vanité, mais quand on est payé à débiter, que voulez-vous, on débite (pareil pour le barbu) .

      C’est devant ce genre de PAF qu’on se demande si on fait bien de payer une redevance qui engraisse ce genre d’escrocs du libre arbitre (occimore ou pléonasme ?).

      Mais il a raison, le petit complexé il y a 2 races. Les humains et les Zemour. Ceux qui donnent et ceux qui prennent. L’horizon ou le nombril. Penser ou compter... etc.

      Non-évènement passager : il y a plein d’autres articles interessant sur Agoravox ; laissons Zemour à France2.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 20 décembre 2008 11:29

      Zemour : incompris... la main dans le sac !


    • beubeuh 19 décembre 2008 11:15

      « Le féminisme porte en lui comme tous les mots en « -isme », un totalitarisme. Les femmes ont revendiqué la liberté sexuelle comme les hommes, mais elles en sont revenues. Elles s’accrochent à leurs rêves romantiques et ne supportent pas la moindre infidélité. Comme elles n’ont pas réussi à se transformer en hommes, il faut donc transformer les hommes en femmes  ».

      Je connaissais pas cette citation, c’est du lourd ! Il a trop regardé Hélène et les Garçons, Zemmour :D !


      • Nathan Nathan 19 décembre 2008 11:32

         Il n’y a pas de débats sur les races car scientifiquement il n’y a pas de races, juste quelques micro différences ethno-génétiques ... Ainsi cela donne des débats stériles où les interlocuteurs prendront comme argument tantôt la couleur de peau, tantôt la zone géographique, les racines ethniques ou autres. Moi je dirais pourquoi pas le milieu socio-culturel ou la langue ? Qu’est-ce qui m’interdit de me sentir plus proche d’un sénégalais que d’un suédois ?? Rien. La couleur de la peau ? Je trouve ça débile. Alors en revanche Zemmour a le mérite de ne pas être hypocrite dans un pays d’hypocrites et de dire tout haut ce que la plupart pensent tout bas ... Mais le débat reste nul et stérile malgré tout.
        Un débat serait peut être intéressant à ce sujet : la différence de traitement du mot "race" entre nous francophones et les anglosaxons qui eux l’utilisent couramment. On remarquera aussi que des artistes comme Tolkien ont utilisé la distinction pour leur univers donnant aujourd’hui tout le monde d’heroïc fantasy peuplé de "races distinctes" : nains, elfes, humains, orcs, etc.... Tout ceci prête à confusion ..........


        • jps jps 19 décembre 2008 11:33
          l’auteur de cet article se contredit
           il reprend les propos de zemour à l’encontre d’une des invitées : "J’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire !" en les justifiant par le fait que l’article 2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme parle de race.
          Mais le libellé de cet article déni justement toute distinction de race : « sans distinction aucune, notamment derace » alors que c’est ce que fait Zemour en déclarant "J’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire !"
          Par ailleurs n’y a-t-il pas de sujet plus important à aborder ou de personne plus intéressante à se référer ?

          • jps jps 19 décembre 2008 12:24
            il n’y a pire sot qui ne veut entendre. mon propos ne portait pas sur l’évidence de la différence de couleur mais sur l’ineptie de l’argumentation. Vous devriez développer vos facultés cognitives si tant est que vous en ayez.

          • Gazi BORAT 19 décembre 2008 12:49

            @ FLORENTIN PIFFARD

            • il deviens donc impossible de dire je suis un homme, vous êtes une femme sans se faire accuser de sexisme
            C’est exact !

            J’en ai fait les frais sur ce même site, de la part d’une admiratrice de ce Mr Zemmour..

            Etonnant, non ?

            gAZi bORAt

          • Serpico Serpico 19 décembre 2008 12:58

            Piffard : "Bon soyons charitable, expliquons. Ce que dit ce texte c’est qu’il est impossible de se fonder sur des différences bien réelles (de sexe, de fortune, de race) pour établir des différences de droit. Il ne dit pas, comment le pourrait-il sans nier l’évidence, que ces différences n’existent pas !"

            *****************

            Je serai encore plus charitable : je vous révèle en première mondiale que Dieu n’est pas l’auteur de la Constitution, que la Constitution n’est ni le Coran ni les Evangiles, qu’elle a été écrite par des hommes faillibles qui utilisaient les mots de leur temps.

            Ensuite, il y a eu du progrès...


          • saba 19 décembre 2008 18:21

            En bon polémiste réactionnaire , Zemmour joue sur le " bon sens " . Si j’ai devant moi un homme dont la peau est de couleur noire , je vois bien qu’il est différent de moi qui suis blanche . Appartient-il à une race différente parce que sa couleur est différente ? Il faudrait commencer par définir ce qu’est la race ...... Mais je regrette que personne sur le plateau ne lui ait posé la question suivante : si un sénégalais pure souche est de race noire , qu’en est-il du fils qu’il a eu avec une blanche ? De race noire ou de race blanche ? ou faut-il créer d’autres distinctions dans la race comme le faisaient les esclavagistes : quarteron etc......
            On voit bien qu’identifier race ( c’est-à-dire espèce )et couleur ne tient guère la route .
            On voit bien cependant où veut en venir Zemmour sous le prétexe de ne pas céder à ce qu’il appelle le " politiquement correct" : le mot " race" n’est pas neutre , il est connoté et débouche tout de suite sur l’idée que les différences entre les êtres sont déterminantes dans leur valeur , la " race" blanche ayant longtemps été considérée comme supérieure.


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 20 décembre 2008 11:15

            L’article 2 de la Déclaration universelle de 1948 proscrit toute distinction dans l’attribution des droits et libertés ; il établit une égalité juridique, sans nier bien sûr les races, les sexes, les langues et les religions.

            "Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation."


          • mike57 19 décembre 2008 11:35

            Eric Zemmour a affirmé, le 13 novembre 2008 sur la chaîne Arte dans un débat intitulé « Tous métis », que les races existent et qu’elles sont reconnaissables « à la couleur de peau ».
            Face au tollé médiatique, un internaute a appelé un grand biologiste à la rescousse, Luigi Luca Cavalli-Sforza, père du programme de recherche sur la diversité du génome humain, et a envoyé ses commentaires au site Agoravox qui les a mis en ligne comme si de rien n’était.
            Dans un livre-référence intitulé « L’Histoire et la Géographie des gènes humains », ce professeur à Stanford a étudié 120 allèles différents - un allèle est une variation génétique qui correspond à une caractéristique héréditaire. Dépassant la couleur de peau le biologiste a cartographié la « face cachée » du patrimoine génétique. L’étude confirme en tout point qu’au-delà de l’apparence physique, la notion de race ne s’effrite pas mais qu’au contraire elle se précise, les Africains et les Européens apparaissant, selon cette étude, très éloignés.
            Et d’ailleurs, aux Etats-Unis les médecins prescrivent souvent des médicaments différents aux Afro-Américains et aux Européens car leurs organismes ne réagissent pas de la même façon.

            Mais chut ! Big brother veille !


            • Serpico Serpico 19 décembre 2008 13:14

              mike57

              Vous faites dire ce que vous voulez à Luigi Luca Cavalli-Sforza.

              Mais :

              "
              Dans le Bassin méditerranéen, la ressemblance [génétique] entre tous les peuples vivant des deux côtés de la mer est remarquable."

              "
              Le monde entier est en train de devenir une seule population, et cet aspect de la globalisation ne peut être que bénéfique sur le plan génétique"

              Par ailleurs, il parle de "distance génétique" : l’isolement et la distance géographique des groupes humains empêchent le mélange des particularités génétiques. Ex : tant que les noirs restent en Afrique et que les Blancs restent en Europe, vous ne verrez jamais un type "café au lait", c’est à dire porteur des gènes des deux pigmentations.

              Il parle d’hérédité.

              D’autre part, il dit EXACTEMENT le contraire de ce que déblatère cette fouine de Zemmour : la différence de couleur n’a quasiment aucune signification.


            • appoline appoline 19 décembre 2008 16:09

              Je dirais volontiers que les intellos se pignolent pour pas grand-chose. Polémiquer sur la "race" ne fait plaisir qu’aux pimpins qui veulent se prouver qu’ils existent aux yeux des autres. Alors, on ne dira plus : homme de race noir, homme de race blanche mais con noir ou con blanc. Car ces joutes à propos d’un mot utilisé depuis des siècles pour parler d’une différence de couleur, ne volent pas plus haut que cela.


            • mike57 19 décembre 2008 11:41

              Eric Zemmour lui-même a concédé l’unité de l’espèce humaine. Les races doivent donc, logiquement, être définies comme des sous-groupes de l’espèce humaine. Sur quelle base peut-on délimiter ces sous-groupes ? Sur la base de l’homogénéité génétique. Deux individus seront considérés comme faisant partie de la même race s’ils ont suffisamment de traits héréditaires en commun.
              Au XIXe siècle les scientifiques cherchaient ces traits héréditaires principalement parmi les caractéristiques visibles : la couleur de peau, les dimensions de la boîte crânienne, la forme des yeux, l’apparence physique en général. Aujourd’hui encore on parle bien de « minorités visibles », ce qui prouve que cette approche n’est pas morte…
              Mais peut-on aller au-delà des apparences ? Les apparences sont parfois trompeuses, et la vérité est souvent cachée.
              C’est ici que la biologie moderne vient à notre rescousse. Il est maintenant possible d’identifier précisément certains éléments du patrimoine génétique qui étaient invisibles à l’œil nu. C’est la tâche immense qu’a entreprise le grand biologiste italien Luigi Luca Cavalli-Sforza, membre de l’Académie des sciences, professeur à l’Université de Stanford et père du programme de recherche sur la diversité du génome humain.
              En 1994 il a écrit avec deux de ses collègues un livre-référence sur ce sujet intitulé : « The History and Geography of Human Genes » (L’histoire et la géographie des gènes humains). Dans ce livre, il étudie 120 allèles différents – un allèle est une variation génétique qui correspond à une caractéristique héréditaire. Cette nouvelle approche nous permet donc de dépasser la couleur de peau pour enfin cartographier la « face cachée » du patrimoine génétique, qui est tellement plus riche.
              Cavalli-Sforza se fonde sur la notion de distance génétique. Plus cette distance est grande entre deux individus, plus leurs caractéristiques héréditaires sont différentes. Par exemple, si on ne regardait que la couleur de la peau, on dirait que la distance génétique entre Eric Zemmour et Rokhaya Diallo est très grande. Mais cette distance génétique est bien plus fiable si, au lieu d’une seule caractéristique visible (la couleur de la peau), on la calcule à partir de 120 allèles invisibles à l’œil nu. C’est là la grande contribution de Cavalli-Sforza.
              Les prélèvements qu’il a réalisés partout dans le monde l’ont conduit à diviser l’espèce humaine en 9 « sous-groupes ». Deux individus qui sont dans le même « sous-groupe » ont tendance à être génétiquement proches ; ceux qui sont dans des « sous-groupes » différents ont (en moyenne) des patrimoines héréditaires plus éloignés l’un de l’autre.
              Est-ce que ces sous-groupes nous réservent des surprises ? Est-ce qu’ils mettent dans le même sac des populations qui au XIXe siècle – sur la base des apparences – auraient été considérées comme de races différentes ? Est-ce que la distance génétique entre Rokahya Diallo et Eric Zemmour est assez faible pour que, sans le savoir, ils appartiennent à la même race ?
              Eh bien non. Regardez les 9 « sous-groupes » identifiés par Cavalli-Sforza à partir de ses 120 allèles invisibles :
              1. Papous de Nouvelle-Guinée et Aborigènes d’Australie ;
              2. Habitants des îles du Pacifique (Polynésiens, Canaques de Nouvelle-Calédonie, etc.) ;
              3. Habitants du Sud-Est asiatique (Khmers, Thailandais, Indonésiens, Malais, Philippins…) ;
              4. Asiatiques du Nord (Mongols, Tibétains, Coréens, Japonais, Chinois du Nord) ;
              5. Peuples de l’Arctique ;
              6. Indiens d’Amérique (du Nord, centrale et du Sud) ;
              7. Européens blancs ;
              8. Caucasoïdes non-européens (Nord-Africains, habitants du Proche-Orient, Iraniens, Indiens, Pakistanais, etc.) ;
              9. Africains.

              Voici l’arbre des distances génétiques :


              Il est évident du premier coup d’œil que ces « sous-groupes » habitent dans des zones géographiques distinctes. De plus, leurs caractéristiques physiques sont relativement différentes les unes des autres. Ce classement est très similaire au classement en « races » développé – sur la base de traits morphologiques – par les savants du XIXe siècle.
              C’est une confirmation indépendante et remarquable. Quand on utilise des outils modernes qui permettent de voir au-delà de l’apparence physique, la notion de race ne s’effrite pas, au contraire elle se précise.
              Si le regroupement sur la base des apparences et celui sur la base du génome humain donnent des résultats similaires, c’est parce que les deux types de différences ont la même cause. Cette cause, c’est l’isolement (relatif) dans lequel certains groupes humains ont pu vivre et se reproduire pendant de longues périodes de l’histoire de l’humanité, c’est-à-dire depuis que nous nous sommes différenciés des singes. Cet isolement entre grands groupes humains a été suffisamment long et étanche pour produire des différences héréditaires identifiables à la fois à l’œil nu, et par les techniques scientifiques les plus poussées. La couleur de la peau n’est donc que la partie émergée de l’iceberg des différences génétiques entre les races.


              • barbouse, KECK Mickaël barbouse 19 décembre 2008 12:03

                bonjour,

                lutter contre "l’anti racisme business" nécessite une bonne dose de self défense intellectuelle, 

                si j’en crois les extrémistes, la vérité et la réalité c’est que les races n’existent pas, 

                donc puisqu’elles n’existent pas, le racisme et l’anti racisme non plus, ça n’a pas de raison d’exister.

                Donc quand untel n’a pas d’entretien, l’autre ne rentre pas en boite, l’autre se fait agressé parce que blanc, etc... ça n’a rien a voir avec la race, parce que ça n’existe pas...

                C’est pareil avec les religions, quand unetel explique a sa fille de se marier avec un homme du meme culte c’est plus sur, à son fils qu’elle serait déçu de le voir fréquenter une fille d’une autre religion, a part pour s’amuser, ça n’existe pas,

                non nous vivons dans un espace laique aboslutiste également répartie dans tous la France, toutes les religions se valent, émancipent l’homme de la même manière, etc... 

                il n’y a pas de raison de croire qu’il n’y a pas de endroits où une fille se fait traiter de pute parce que pas musulmane, une autre de bodybag qui bouge encore parce que voilée, je ne parle même pas de la juive, elle sort plus de chez elle il y a des nazis partout,

                Non, ça n’existe pas, la différence n’existe pas, et les conséquences de ces différences non plus, de fait...

                on voit bien ici la dérive des idéologies de l’amour, deux hommes deux femmes ou un que de chaque qui s’aime, c’est pareil... sauf que certains peuvent s’aimer autant qu’ils veulent, ça ne crée pas d’enfant, mais c’est pareil, interdiction de le dire, il n’y a pas de différence, c’est compris ?...

                Alors jeune endoctrinée d’aujourdh’ui, biberonné au mots tolérance, respect, etc... tu dois comprendre que non, tu n’as pas le droit d’etre différent, pas le droit d’affirmer ta différence, d’exsiter au travers de ce qui fait de toi une personnes avec plusieurs identités qui se cumulent pour former l’unicité de ta personne,

                non, tu dois comprendre que tu penses mal, tu n’as pas de race, tu comprend, pas de race, ça n’existe pas. Tu ne subis aucune discrimination d’aucune sorte, et tu ne dois juger personne, sur aucun critère, tout est pareil, tous les autres autour de toi son pareil, et donc tu n’es rien...

                amicalement, barbouse...


                • Serpico Serpico 19 décembre 2008 12:08

                  L’auteur : "Ceux qui ne veulent plus du mot "race" car trop sujet à des tensions peuvent demander qu’on le supprime à l’Académie française. C’est une question de français, ce n’est pas de la provocation."

                  **************

                  Il y a aussi le mot "Fantôme" dans le dictionnaire de l’Académie...

                  "Les professionnels de la censure", et je pense à Vincent Cespedès présent sur le plateau d’Arte, vont même jusqu’à affirmer qu’on ne doit plus dire "j’ai un ami noir" mais "j’ai un ami". Tout est filtré, on nous dit quel mot il faut employer et qui doit le dire, c’est le jeu de la paranoïa, bienvenue dans la dictature d’expression au nom d’un multiculturalisme de pacotille."

                  **********

                  Chouette ! je peux dire "Eric Zemmour intellectuel juif" ?

                  Plus sérieusement, si Zemmour est de race blanche et Rokaya de race noire, les métis, eux, seraient de quelle race ?



                  • Gazi BORAT 19 décembre 2008 14:00

                    Les Etats Unis d’Amérique ont gardé longtemps une curieuse approche de cette question des "métis".

                    Une goutte de sang blanc dans votre généalogie fera de vous irrémédiablement un "noir".

                    Par contre, une goutte de sang blanc dans une généalogie "noire" fera du résultat des "croisements" : un "noir".

                    Etonnant, non ?

                    Aujourd’hui, on demande aux personnes, lors des sondages "ethniques", de quelle communauté ils se sentent proches.

                    Cela peut donner de curieux débats juridiques, lorsque des plaintes sont déposées pour "fraude".

                    Aini, la ville de Chicago avait établi des quotas pour le recrutement de ses pompiers, quotas qui devaient respecter à la lettre la répartition"ethnique" de la population globale de la cité.

                    Deux Américains "WASP" avaient renseigné un formulaire d’embauche en cochant la catégorie "Afro américains", ayant eu vent que plus de postes étaient alors disponibles dans cette catégorie.

                    Ils ont été embauché et, faute de contrôles, la supercherie n’a été dévoilée que deux ans plus tard.

                    La ville de Chicago a porté plainte pour "mensonge" sur les renseignements préalables à l’embauche. Les deux "fraudeurs" ont nié avoir fourni de fausses informations, indiquant se sentir plus proches de la communauté "afro-américaine".

                    L’instruction a été des plus cocasses : des enquêteurs ont été dépêchés dans le voisinages des deux pompiers incriminés et interrogés de cette façon :

                    "Comment ressentez-vous votre voisin Mr X ? Comme un afro-américain ou comme un Caucasien ?"

                    Situation des plus cocasses..

                    La classification américaine est curieus, car elle mêle des éléments raciaux, aussi bien que religieux ("juifs") ou linguistiques ("hispaniques"). Le but de tout celà est d’instaurer une société conçue comme une juxtaposition de "communautés" en place d’une société divisée en classes sociales..

                    gAZi bORAt


                  • del Toro del Toro 19 décembre 2008 18:44

                    de Gazi Borat,

                    La classification américaine est curieus, car elle mêle des éléments raciaux, aussi bien que religieux ("juifs") ou linguistiques ("hispaniques"). Le but de tout celà est d’instaurer une société conçue comme une juxtaposition de "communautés" en place d’une société divisée en classes sociales..

                    Ne pas oublier "Are you gay or straight ?", déjà banal dans pas mal d’institutions, à NY ou en CA.
                    Quant aux classes sociales, nous savons tous qu’en Amérique, tout le monde est de (la) classe moyenne ...


                  • jakback jakback 19 décembre 2008 12:27

                    Une chose est sure, la pollution intellectuelle est au moins égale au CO2 dans l’atmosphère, aujourd’hui pour être un citoyen responsable, deux possibilités soit on ferme sa gueule, soit on est sémanticien, ce qui réduit le champ des compétents, hors mis dans nos périphéries ou niquer ta race, enc...ta race, est non seulement usité, mais aussi un signe fort d’intégration du melting pot.
                    Continuez, Mesdames & Messieurs, la masturbation cérébrale, le peuple dont vous de fervents défenseurs, continue a appeler un chat un chat même si ce dernier est castré, car la sémantique il en a rien a battre, il a des préoccupations bien plus graves a gérées au quotidien.
                    Quand reviendras le temps de la libre parole, en fonction de son propre vocabulaire pour la majorité invisible. smiley


                    • non666 non666 19 décembre 2008 13:06

                      Moi, ce qui me fait rire, c’est que tous les pourfendeurs de zemmour aujourd’hui, de Lepen hiers, des utilisateurs du mot race depuis 30 ans sont aussi ceux qui ont soutenu, justifié revendiqué le droit des "peuples" à disposer d’eux memes....

                      Que l’humanité soit une et une seule race (puisque compatibles seuellemment pour les besoins de reproduction) est une evidence.
                      Que nie les ethnies, les tribues, les cultures diffrentes est une annerie sans nom.

                      Que font les gens du CRAN, les Dieudonné, les sedarr sengor, les malcom X sinon se situer dans la "negritude" et revendiquer leur solidarité raciales ?

                      Que font BHL, Kouchner, Finkielkraut, Bruckner , Klarsfeld , Sarkozy , Klarsfeld, sinon se mettre en phse avec la defense des interets d’israel au nom de leur solidarité héritées de grand parents juifs ?

                      Que font les "jeunes" du stade de france pendant les match France-Maroc, France-Tunisie , France-Algerie sinon decrier une nation qu’il ne concidèrent pas comme la leur et soutenir celle avec qui ils revendiquent une solidarité "raciale" ?

                      Nous ne voulons pas voir les solidarité de groupe ethnique, religieuse, "raciale" tant qu’elle nous implique mais nous comprenons celles des "autres" ?
                      Le "racisme" c’est la solidarité entre français de souche mais cela ne concerne pas les colons pour qui se comportement serait legitime ?
                      Etre agent d’une puissance étrangère est devenu legitime au nom de ses origines mais pas etre solidaire de ce pays , parce qu’elle est au sens strict, la "terre de nos pères", la Patrie ?

                      Ou en est on ?
                      A qui profite ce "crime" , cette solidarité biaisée ?
                      A qui profite donc " l’universalisme" ambiant dans cette version si limitée et si partiale ?
                      Qui revendique une immigration "choisie" qui va mettre les cadres en concurrence avec le tiers monde apres avoir fait chanter depuis les années 60 la classe ouvrière ?

                      Cette diabolisation, comme toute les diabolisation contient les solidarités sous-jacentes.
                      Elle a ses idiots utiles, ses bien pensants, ses complices de fait.

                      Ils sont en train de transformer, petit à petit la creation du rève europeen en antichambre de la mondialisation. Vous avez dit OUi à l’Europe donc vous avez dit oui à l’afrique, a la Turquie, à israel....
                      SINON vous etes racistes !

                      Ils nous prennent vraiment pour des cons !
                      Cela va saigner sous les guillotines.
                      Quand je pense qu’il y en aura encore pour regarder la foule en colère d’un air bète et dire "pourquoi" avant de passer sous la faucheuse, j’en rie d’avance.





                      • Serpico Serpico 19 décembre 2008 13:16

                        non666 "Moi, ce qui me fait rire, c’est que tous les pourfendeurs de zemmour aujourd’hui, de Lepen hiers, des utilisateurs du mot race depuis 30 ans sont aussi ceux qui ont soutenu, justifié revendiqué le droit des "peuples" à disposer d’eux memes"

                        ************

                        Allez refaire vos études si vous n’êtes même pas capable de distinguer la différence.


                      • non666 non666 19 décembre 2008 14:13

                        Comme du n’agit comme tous les autres qu dans la diabolisation, je vais te mettre les points sur les I, serpico.

                        Ce sont les bien pensant qui hurle au racisme quand les français de souche revendique le droit des peuples a disposer d’eux memes, commes les algeriens, les africains l’ont fait.
                        Ce sont eux , les gens comme toi, qui font le lien et montrent zemmour du doigt.

                        Pourtant les solidarités de "peuples" n’ont pas de raison d’etre plus raciste quand elles impliquent les français "de souche" que quand elles impliquaient les arabes qui comme les français etaient des colons en afrique du nord...

                        Les deux poids deux mesures ce sont les bien pensant et les gens à la memoire courte qui la pratique.

                        Mais avant de pretendre me renvoyer a mes etudes, petit con arrogant, essaie d’avoir un minimum d’arguments, developpe des réponses sur plus de deux lignes.
                        Et surtout , avec moi evite les outils rhétorique de manipulation de foule, que ce soit la diabolisation, la redefinition des vocabulaires ou tout autre methode.
                        Parce qu’a ce jeux la, je suis incolable.


                      • Serpico Serpico 19 décembre 2008 14:55

                        non666 "Parce qu’a ce jeux la, je suis incolable."

                        ***************

                        Un peu de salive fera l’affaire : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes n’a rien à voir avec la lutte contre le racisme.

                        Un peuple qui veut disposer de soi-même veut sa liberté de destin indépendamment de sa race, de sa religion ou de son appartenance politique.

                        Je tiens aussi à te rappeler monsieur l’incollable, que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes n’est pas une notion née dans le tiers-monde, dans les pays pauvres ou dans les colonies.

                        Et puisque tu es incollable, tu me diras toi-même qui en est l’inventeur.

                        On va voir si tu es incollable mais la réponse prouvera le contraire.


                      • sisyphe sisyphe 19 décembre 2008 15:17

                        par non666 							 														 (IP:xxx.x2.195.251) le 19 décembre 2008 à 14H13 							 							
                        							

                        															
                        							
                        								

                        Ce sont les bien pensant qui hurle au racisme quand les français de souche revendique le droit des peuples a disposer d’eux memes, commes les algeriens, les africains l’ont fait.

                        Les deux poids deux mesures ce sont les bien pensant et les gens à la memoire courte qui la pratique.

                        Et surtout , avec moi evite les outils rhétorique de manipulation de foule, que ce soit la diabolisation, la redefinition des vocabulaires ou tout autre methode.
                        Parce qu’a ce jeux la, je suis incolable.

                        Au jeu de manier les clichés aussi, il me semble. smiley

                        En revanche, pour l’orthographe, faudra retravailler un peu... 
                         smiley

                        							

                      • Serpico Serpico 19 décembre 2008 16:26

                        sisyphe : "Au jeu de manier les clichés aussi, il me semble"

                        ************************

                        Lesquels ?


                      • sisyphe sisyphe 19 décembre 2008 18:00

                        C’est souligné : la "bien-pensance", les bien-pensants", le "droit-de-l’hommisme", le "politiquement correct" ; ces nouvelles tartes à la crème de la nouvelle pensée unique des beaufs décomplexés à la Zemmour ...


                      • Serpico Serpico 19 décembre 2008 18:18

                        J’avais mal saisi ta réponse à "l’incollable"...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès