Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Erreur de casting ...

Erreur de casting ...

L'histoire de ce billet, c'est à l'origine celle d'échanges entre amis à propos de cette condition de chômeur que nous vivons pour certains depuis des mois, parfois entrecoupée de contrats précaires, qui n'ouvrent plus de droits à l'indemnisation au fur et à mesure que la situation se pérennise ...
Cadres, avec une expérience professionnelle importante et un niveau de formation élevé nous n'avions jamais imaginé que nous pourrions un jour être concernés, fragilisés à ce point. La lecture d'un récent article publié par Médiapart sur le chômage des seniors a aussi alimenté nos discussions : nous constatons tous que désormais le "mur" de l'inemployabilité ne se dresse plus passé 55 ans, mais désormais passé 45 ans !
Nous sommes les invisibles, les sacrifiés du système : ni juniors ni seniors, il n'y a aucune mesure pour nous aider ...

Ce récit c'est aussi pour moi l'opportunité, à travers cette expérience personnelle, d'aborder d'autres sujets qui me touchent :
- la chosification des candidats à l'emploi dans un contexte de fort chômage où les recruteurs se sentent tout puissants, où ils agissent en toute impunité abusant parfois de ce pouvoir sur nos vies ; les entreprises qui affichent des exigences nombreuses, démesurées et parfois même incompatibles entre elles ...
- A la fois (encore) étudiante et professionnelle de l'urbanisme, ayant réalisé l'essentiel de mon parcours dans le monde du logement social en Ile de France, militante de gauche écologiste, l'entretien d'embauche que je relate ici aborde des sujets aussi essentiels que le mitage des terres agricoles périurbaines, une spéculation foncière que rien ne vient endiguer, l'opportunisme éhonté de certains promoteurs qui menace l'intérêt général pour leur seul profit à court terme, la facilité avec laquelle on devient un exilé fiscal décomplexé, la question de l'accès à la propriété pour tous, choix souhaitable ou dangereux ?

Il y a des jours comme ça ...
Un recrutement qui s'éternise ; plus le temps s'écoule plus on se pose de questions sur l'entreprise et ses motivations, sur le poste, sur les chances de décrocher ce CDI envisagé comme un Saint-Graal.
Au départ le job proposé semblait alléchant : création d'un poste de "Responsable développement logements sociaux" ... le rêve quoi ! L'alliance entre des compétences commerciales issues de ma culture du secteur privé et de mes connaissances en matière de fonctionnement du logement social, une fonction utile qui pour moi participait à la réalisation en Ile de France de tous ces logements manquants.
Oui mais ... comme un pressentiment. Quelque chose ne colle pas. Un sentiment entre "c'est trop beau pour que ça soit pour moi" et "s'ils m'ont retenue aussi facilement, ça cache surement quelque chose". Mais quoi ?
D'un autre coté, les deux pieds au bord du gouffre de la précarité, ai-je vraiment encore cette latitude à chipoter ?

J'ai comme la sensation que le sens de ma vie m'échappe un peu plus chaque jour, que mes compétences s'envolent, je ne sais plus rien, je ne vaux plus grand chose, bientôt plus rien dans ce système de compétition permanente devenu inhumain, je suis comme un yaourt qui a dépassé sa date de péremption, hop à la poubelle, fin de l'histoire ! Oui c'est ça : on est devenu des produits marketés, des denrées périssables. A 40 ans, attention ta côte baisse ; à 45 ans, pour une femme, t'es périmée, bonne à jeter ! ... Alors vite, il faut retourner dans l'emploi, pas seulement pour pouvoir assurer matériellement, mais aussi pour vivre, exister socialement, casser cette chaine maléfique du chômage, retourner parmi les vivants, les "normaux", c'est à dire ceux qui se lèvent tôt et vont bosser !
On ne le dit pas assez, le chômage, c'est un crabe qui te ronge de l'intérieur, qui t'isole des autres, de l'affairement urbain, des loisirs (car on se sent honteux d'oser s'accorder des moments de détente au lieu de chercher du boulot comme un fou !), du monde, de la vie quoi ! On parle beaucoup de la souffrance au travail, jamais de la souffrance des sans travail. Précaire, fragile, on économise tout : son argent, ses forces, ses déplacements, sa parole, et même ses sourires. Tenir à tout prix, et avoir encore suffisamment de prestance, d'énergie pour "assurer" en entretien, enfin pour savoir "se vendre", ce qui me semble le terme le plus approprié. Dans cette compétition, il n'y a qu'une place sur le podium. Je dois être forte, la plus forte, même si au fonds, j'y crois plus, je n'ai plus envie d'en jouer ... ce système est trop pourri.

Donc me voilà partie ce matin pour Lyon, docile soldat. Dernier round du process de recrutement. On n'est plus que deux. Billet de TGV payé par l'entreprise - ma condition - ... sinon je crois que je n'y serai pas allée. J'aurais écouté mes mauvais pressentiments. Et peut-être j'aurais eu raison. Enfin peut-être pas, car comme dit l'autre, "tout ce qui ne tue pas rend fort". Et puis parfois derrière le mauvais, il y a une part de bon ...
J'arrive à Lyon, une demie heure de taxi. Ca y est nous y sommes. Je suis en avance mais j'aime assez cette idée : prendre la température des lieux, des gens, de l'ambiance dégagée ...

Premier étonnement : le bâtiment. Pour une entreprise de construction qui se présente comme innovante, créant du beau, du "environnementalement respectueux", je découvre un bâtiment carré beigeasse quelconque, planté au milieu d'un parking privatif. L'intérieur est à l'avenant, sans personnalité, triste.
L'hôtesse d'accueil m'enferme dans une petite salle qui ressemble à une salle d'attente de médecin. Dans un coin je trouve un rapport d'activité de l'entreprise vieux de deux ans. Toujours intéressant. J'ai le temps de le parcourir dans son intégralité ... le DG qui doit me recevoir sera en retard m'a-t-on prévenue. Les éléments que je découvre dans ce document renforcent ma méfiance ; y a comme des trucs qui collent pas ensemble : boite extérieurement miteuse mais DG qui roule en Porsche Cayenne de fonction, qu'il rachète pour la remplacer par la dernière grosse BMW 4x4 à la mode ... salaire démentiel pour une petite boite de 60 personnes, mais par contre même pas un intéressement pour les salariés ... Une ébauche de charte RSE qui semble totalement bidon, idem pour la charte de responsabilité environnementale ... Un résultat qui semble en baisse sur la dernière année du rapport, un exercice à peine excédentaire alors qu'on m'a décrit une entreprise en pleine croissance ... je découvre des filiales en Suisse en au Luxembourg alors qu'on m'avait juste parlé d'une filiale très récemment implantée à la frontière suisse ... Oups !

Un œil sur les réalisations de l'entreprise : du pavillonnaire plutôt bas de gamme dans la conception et les matériaux utilisés, produit ciblé "primo-accédant" ou "placement locatif". C'est du pavillonnaire groupé ; la seule différence avec les projets de Kaufman & Broad d'il y a trente ans, c'est qu'au lieu d'aligner des pavillons mitoyens en bande, ici on construit une grosse bâtisse de deux étages en milieu de parcelle, et on découpe le bâtiment et le terrain comme un gros gâteau : chaque part comporte un logement sur deux étages, et un accès à un jardinet "livré clos et engazonné". Pour les séniors le même produit est décliné en version plain pied.
Evidemment c'est du produit destiné au tissu périurbain, le genre de pavillonnaire qui depuis des années ronge nos terres agricoles en lisière des centres urbains ... La plaie quoi ! Et en plus pour y monter du Kaufman & Broad cheap !
Et là je me dis : que suis je venue faire dans cette galère ??? Je ne vois pas bien comment une diversification dans le secteur du logement social peut prendre place dans cette boite à faire du fric facile en jouant sur la spéculation foncière et ce rêve dépassé d'accession à la propriété pour tous brandi comme l'étendard ultime du capitalisme financier triomphant ! Trop tard ! Je suis plongée dans ces réflexions quand j'entends l'hôtesse d'accueil s'agiter : le DG arrive ...

J'entends une voix masculine, des aboiements, il lui demande de m'installer dans la salle de réunion. Je quitte donc ma salle d'attente pour passer dans la salle de réunion juste à coté, et j'attends à nouveau.
Par la porte entre ouverte je vois arriver un bellâtre gominé avec à sa suite un yorkshire glapissant ... damned !
Donc c'est lui le DG qui reporte notre entretien depuis dix jours, qui m'a faite appeler la semaine dernière vers 20H pour me demander d'être à 10H le lendemain matin à Genève - ce que j'ai refusé - ...
Environ trente cinq ans, véritable m'as-tu-vu, clone de Jean Sarkozy, trois smartphones qu'il balance négligemment sur la table, toujours ce chien qui cavale autour en aboyant ... poignée de main insignifiante et regard fuyant, je sens le fils à papa imbu de lui-même qui va me jauger comme une vulgaire marchandise.
Las, je suis encore loin de la réalité !

Un rien goguenard, il commence à tourner et retourner mon CV et fait mine qu'il n'a même pas eu le temps d'y jeter un regard ... il est tellement occupé ce capitaine d'industrie ! Puis il me jette : "bon, c'est ma DRH et la consultante du cabinet que j'ai payé qui ont insisté lourdement pour que je vous rencontre. Moi hier j'ai vu un mec qui semble faire l'affaire. Donc voilà, j'ai dit c'est bon. Mais elles ont insisté. Elles m'ont dit qu'elles vous ont trouvée formidable. Alors faites moi un petit topo de votre expérience professionnelle, ça ira plus vite".
Gougeât donc, en plus du reste !
Je commence, je sens que c'est pas la peine de s'étendre, j'ai déjà compris ... ma période commerciale ... ma reconversion dans les métiers de l'urbanisme, mes réalisations dans le logement social ... A peine cinq minutes, un portable sonne ; il répond, appel personnel visiblement ... il raccroche, caresse son chien qu'il a installé sur une chaise à coté de lui, se souvient soudain que je suis là : "on reprend". Il continue à tourner mon CV, soudain il m'interrompt : "c'est quoi le développement social urbain, ce que vous avez fait pour la société O. ?"
J'explique en quoi cela consiste, cette mission à dimension sociale, d'accompagnement des populations souvent très modestes, en difficultés d'insertion, d'interface entre les intérêts du bailleur social et ses locataires, pour garantir la paix sociale, recréer du lien entre les gens, faciliter les relations entre les uns et les autres ...
Peut-être j'y ai mis beaucoup de cœur et d'ardeur - trop ? - à expliquer cette expérience tellement riche d'enseignements pour moi. Il m'interrompt brusquement : "Heu, je crois qu'il y a eu une erreur de casting là ! C'est pas de votre faute, c'est la DRH ; là elle a rien compris à ce que je demandais. Je donne pas six mois pour que vous me détestiez. Je représente probablement TOUT ce que vous détestez ; je crois qu'on n'est pas du tout sur la même longueur d'ondes ! Moi j'aime que les gens ils aiment leur job et la boite, et s'ils font la gueule parce qu'ils ne se sentent plus bien, s'ils ne s'éclatent plus, je leur demande de partir. C'est plus la peine. Je l'ai encore fait il y a pas longtemps. Moi si j'ai besoin de vous appeler dix ou vingt fois par jour à n'importe quel moment, je veux que vous soyez disponible, et je suis pas sure que ça le fera longtemps. Parce que vous ne pourrez plus me voir en peinture, ou alors pour me lancer des fléchettes dans le portrait ! Aller, pour faire court : alors voilà, moi, je suis ce que vous appelez un exilé fiscal, je vis en Suisse pour pas payer d'impôts en France." Voilà le pourquoi de la filiale en Suisse donc ... Et il poursuit : "Et puis j'ai aussi des affaires au Luxembourg. C'est clair hein, pas besoin de développer ? Bon. Et puis vos logements sociaux, vos HLM, vous les construirez jamais parce que l'Etat n'a pas le fric. Le Trésor est vide, vous comprenez ça ? Vide ! Raide ! Plus rien ! C'est bien, vous êtes idéaliste, sociale, tout ça tout ça ... mais moi, c'est pas ça que je cherchais."

Je suis restée sans voix.
J'avoue même qu'une idée m'a traversé l'esprit : ça se voit donc tant que ça que je suis communiste ou pour le moins proche de ces idées ? (rires) Que diantre cherchait-il donc ? Bah c'est tout bête : En fait le poste n'a jamais eu pour raison d'être de construire, ou de développer une offre de logement social, mais juste de capter du foncier à lotir hautement spéculatif sur lequel éventuellement la société pourrait construire du logement social, si c'est la condition impérative pour pouvoir acquérir le terrain. L'idée est assez futée : jusqu'ici, la société a acquis essentiellement du foncier périurbain pour construire ses programmes individuels groupés. C'est relativement facile, elle achète de la terre agricole qui ne vaut rien, d'autant que les paysans sont généralement vendeurs. La société a ensuite deux possibilités : soit elle aménage des parcelles viabilisées et les revend en terrains à lotir, soit elle y construit ensuite son produit pavillonnaire ciblé primo-accédants qui se vend apparemment bien en Rhône Alpes, et réalise la vente du terrain et du pavillon ; la marge de la société est certainement très confortable, mais le monsieur, gourmand, s'est dit qu'il pouvait encore mieux faire. Comment ? En captant du foncier en centres urbains, là où la spéculation est la plus forte. Sur le foncier "privé", il a déjà des commerciaux qui chassent, mais les démarches sont longues et hasardeuses, et en Ile de France (où la société a une implantation récente) il y a trop peu de transactions sur des terrains à lotir en centre-ville. Il a d'ailleurs commencé à diversifier son activité dans l'achat de fins de programmes qu'il intègre dans son offre (toujours ciblée primo-accédants), et dans l'achat de biens anciens (immeubles d'habitations ou de bureaux) qu'ils réhabilite et/ou transforme pour les revendre ensuite. Mais à la lecture du rapport d'activité je peux vous dire que cela représente une part très marginale de son activité. Pas de quoi fouetter un chat. En fait il escompte que du fait de l'austérité et du manque de financements à venir pour les collectivités et les bailleurs sociaux, ceux-ci vont chercher à vendre leur réserve foncière non bâtie soit pour se constituer de la trésorerie, soit pour pouvoir financer des constructions de logements. Il a pensé que le fait de les approcher via une démarche de développement de logement social, favorisera ses petites affaires. Et au pire, si la vente de charge foncière est conditionnée à la construction de logements sociaux, et bien il intégrera le pourcentage de logement sociaux requis dans son programme, et les cèdera en VEFA à la collectivité ou au bailleur.
Mais dans les faits, sa démarche est purement spéculative et le logement social n'est qu'un moyen d'approche commerciale ! Voilà ce qu'il m'explique ! Il ajoute même qu'en Région Rhône-Alpes il a déjà commencé ce type d'activités, et qu'il a trouvé des élus "arrangeants" qui comprennent bien les intérêts de tout le monde. No comment !
Je reste sidérée !
Je vous épargne son long monologue sur "l'accès à la propriété pour tous c'est ça l'avenir ! Tout le monde doit pouvoir acheter sa maison et c'est ce à quoi je m'attelle avec des produits individuels pas chers situés en périurbain, car l'éloignement c'est ce qui permet le prix bas. Si on regarde la proportion de propriétaires en France par rapport à d'autres pays, on voit qu'il y a un potentiel énorme pour les années à venir". Etc. J'ai essayé de contrer avec des arguments sur les risques de bulle immobilière (je pense le seul argument que cet individu pouvait entendre ! ... mais il a ri !), la protection de l'Environnement, les principes de la ville durable (dense, intégrant de la mixité sociale et d'usages, économe, ...), l'urgence de la problématique du logement des catégories de populations les plus modestes (là il m'a regardée avec incompréhension ! comment donc puis-je avoir de l'intérêt pour une population non solvable ???). Peine perdue !

Bref, j'ai fait un aller-retour Paris-Lyon pour un entretien surréaliste de trois quart d'heure avec un excité qui m'a traitée d'"erreur de casting" au moins une dizaine de fois, et se rattrapait ensuite en ajoutant "mais vous êtes quand même charmante" !
Il a tout de même osé conclure l'entretien - ou plutôt son monologue de capitaliste hystérique - en me demandant de "faire un point d'ici demain" et de lui dire ce que je décidais de faire, sachant que lui estimait que je n'étais pas faite pour le poste !
Du lourd !
Le lendemain je fais - par principe - un rapide debriefing avec la consultante qui a suivi ce recrutement. La sentence : "très agréable mais trop orientée social".


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • jean 12 février 2014 17:18

    Vous avez rencontré spartacus !!!! quelle veine.


    • cza93 cza93 12 février 2014 17:32

      lol ! c’est pour ça, je voulais vous en faire profiter !

      pas tous les jours qu’on croise de tels cas pathologiques ! smiley


    • Alpaco 12 février 2014 17:57

      Lapsus orthographique :
      « Je suis restée sans voix »
      Sans voie de ne plus pouvoir parler, sans voie professionnelle, sans voie de secours, etc.

      On en est là, pour plus grande partie de ceux d’entre nous qui ont  : savoir, savoir-faire, expérience et qui veulent bosser. Le marché du chômage est débordé de demandes car il n’y a que peut d’offre.

      Tu aurais du te corrompre et dire que tu n’en a rien à faire du social, que tu étais là pour le pognon, que tu étais prête à toute les compromissions.
      Tu aurais du dire que la seule chose qui t’intéresse c’est le pognon que tu vas gagner.

      Ce que tu a vu nous le voyons tous, sauf les aveugles.
      Donc le prochain coup que tu croises un recruteur qui te dit la même chose, envoie le paitre.


      • cza93 cza93 12 février 2014 18:46

        oui, sans voix et sans voie ... belle remarque !

        j’ai hésité à l’envoyer paitre, mais je voulais aller au bout des choses ... dès lors qu’il n’y avait plus d’autre enjeu que d’essayer de comprendre ce type de personnage tellement caricatural, obsédé par le fric, le paraitre ...

        Me fourvoyer dans tout ça, me laisser corrompre ... pas possible ! Je mourrai pauvre mais je le sais déjà ! Ressembler à ça ? Adopter ces codes ? Non, définitivement je ne pourrai pas ! smiley


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 février 2014 18:52

        Envoyer chier on dit pour ce genre de merde ...


      • Constant danslayreur 12 février 2014 19:25

        N’écoutez pas Aita même s’il a raison et n’envoyez ch... aucun recruteur pas même ce genre d’ordures.

        Ne vous y trompez pas, je vous ai lue attentivement et je ne vous demande pas de vous fourvoyer je crois même que vous en seriez incapable, trop entière trop généreuse trop intègre, je vous appelle juste à un peu plus de patience et de doigté, décrochez le CDI, ensuite seulement... réformez de l’intérieur, vous avez tout ce qu’il faut pour réussir ça.

        Mais si vous ne changez pas d’attitude, non seulement vous ne ferez rien évoluer de vos valeurs depuis chez vous à vous morfondre, mais il est même probable avec le temps, que vous vous mettiez crescendo à craindre de plus en plus que ça ne ... marche et qu’on vous recrute pour de vrai... faisant du coup tout ce qu’il faudrait pour que ça foire. 

        Vous me devez le tarif habituel smiley

        PS : S’il est vrai que tout ce que vous dites parle de vous, alors je sais qu’après avoir lu ce seul billet de vous, je vous recruterais les yeux fermés en étant convaincu d’avoir fait une excellente affaire. 


      • cza93 cza93 12 février 2014 19:32

         smiley
        dans ce cas précis je crois (je suis même sure !) qu’il n’y a rien à tenter de réformer de l’intérieur !
        après je suis d’accord, une fois en poste, on peut tenter la réforme ... alors que si on n’est pas embauché, pas c’est plus dur ! lol
        bon, faut quand même qu’il y ait un minimum d’espoir de pouvoir un peu changer la donne !


      • cza93 cza93 12 février 2014 19:33

        correctif :

        « bah c’est plus dur ... »


      • François-xavier 12 février 2014 18:45

        @ l’auteur, très belle article, étant aussi au chomage je comprend votre propos. Vous êtes passé de l’autre coté. Le pire dans cette histoire, c’est que vous n’arriverez jamais à convaincre des personnes comme le DG qui vous à reçu, ils sont dans le dénie le plus totale des réalités et du bien-fondé de leurs actes. Ils sont dans leurs jungles, et malheureusement nous en sommes les gibiers...


        • nofutur 12 février 2014 18:51

          Moi aussi j’ai galéré, puis je me suis rendu compte que finalement c’est moi qui devait mener la danse ! Et la je me suis éclaté je m’en explique :
          Rien n’est plus jouissif pour moi que de refuser un poste (au stade de la sélection) simplement parce que je sens (la petite fée clochette) que cela ne me conviendra pas.
          Il faut voir la tête des DRH et ou des managers du style « quoi comment cette merde ose t’ il ! » et croyez moi j’en ai plié plus d’un et d’unes et ma foi je m’en sors toujours et plutôt bien surtout dans ma ,tête !
          Courage battez vous et n’acceptez pas de renier vos propres croyances !


          • cza93 cza93 12 février 2014 19:04

            peut-être nous n’avons pas le même âge ... et bien sur le même parcours.

            Aujourd’hui le rapport de force est clairement en défaveur des salariés. Triste réalité. Je dis tant mieux à ceux qui parviennent encore à tenir la dragée haute aux recruteurs ! Usez de ce pouvoir ; rappelez que vous n’êtes pas des outils jetables !

            Il y a deux mois environ j’ai interrompu un process de recrutement pour un poste qui en fait n’avait pas en entretien la même finalité que sur le papier de l’annonce. Sur le papier j’intervenais pour créer de la synergie, de la coopération, le rapprochement entre structures jusque là indépendantes ... lors de l’entretien il m’est apparu que j’étais positionnée entre le marteau (la direction) et l’enclume (les salariés) pour prendre les coups à la place d’une direction nouvellement en place, avec un profil de « costs killers ». J’ai dit non, je ne continue pas. Je ne sais pas combien de candidats nous étions, peu importe.
            Mais voilà, tout ça reste quand même du domaine de l’exceptionnel je pense !


          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 12 février 2014 19:22

            Faudra quand-même expliquer à votre DG qu’à chaque fois qu’il met 100 000 euros dans une bagnole étrangère, à chaque fois qu’il met la même somme à l’abri du fisc, à chaque fois qu’il spécule sur un terrain qu’il achète, il détruit la solvabilité de ses propres clients. En privant les enfants d’un cultivateur des revenus de la vente d’un terrain et en mettant cet argent en Suisse, il arrache du pouvoir d’achat à la CSP à laquelle il s’adresse. Il diminue la valeur future de sa boîte et la rend plus vulnérable aux attaques de prédateurs plus gros que lui. Ce jour-là, il se fera virer et devra rendre sa bagnole.

            D’ailleurs, s’il résiste un peu à son futur prédateur, il y a de fortes chances qu’il soit balancé au fisc pour l’obliger à vendre. C’est comme ça la vraie vie.

            Ils sont des centaines, rien qu’à Lyon, à accroître ainsi chaque jour un peu plus l’insolvabilité des classes moyenne en attendant que l’État, dont ils confisquent le revenu, paie pour compenser l’appauvrissement qu’ils provoquent. Ils sont volontairement idiots sur ce sujet, mais satisfont leurs envies immédiates en espérant que ça va durer.

            Quant au Cayenne, ils sont -aussi - des centaines à Lyon à rouler avec ça. C’est un peu le bagne, vu la taille du bidule. C’en est vulgaire. Le fric rend très vulgaire. Les seules personnes nobles que j’ai rencontrées dans ma vie ne parlaient pas d’argent, en avaient peu... et s’en méfiaient beaucoup.

            Cette pitoyable trivialité des parvenus détruit les civilisations. A chaque fois qu’on les jalouse, on leur apporte une cartouche pour nous tirer dessus. Ils sont contents avec ça.

            L’histoire prouve, hélas, qu’on en crèvera tous ensemble.


            • spartacus spartacus 13 février 2014 10:35

              Le résultat d’une éducation nationale phagocyté par des gauchistes.


              Formatage de gens inemployables. 

              Le revenu du salarié est une avance de l’entreprise, sur le risque que le produit ou le service du salarié va se vendre. 
              Que le produit ou le service se vende ou pas, quoi qu’il arrive le salarié reçoit le revenu, à ce titre l’entreprise qui emploie prend un risque, avec ses qualités et ses défauts l’entreprise mérite le respect et la considération... 

              Mon porche Cayenne que j’ai acheté dans une vente aux enchères n’a pas coûté plus cher qu’un beau Scenic tout équipé...
              Sortez du Marxisme qui se résume à la jalousie de l’autre. Sortez de Zola, Charlot les temps modernes et Germinal. Considérez au contraire de l’administration qui emploie avec l’argent des autres, que celui qui embauche le fait avec le sien. 

              Postulez a un poste d’assistante sociale, pas dans une fonction « urbaniste ».

              • cza93 cza93 13 février 2014 10:58

                Méthode Aita (là je vois pas d’autre réponse possible) :

                allez vous faire foutre ! vous n’avez rien compris mais de toute façon vous n’avez même pas essayé. Epargnez nous l’étalage de votre connerie insondable


              • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 13 février 2014 11:31

                Mon porche Cayenne que j’ai acheté dans une vente aux enchères n’a pas coûté plus cher qu’un beau Scenic tout équipé...
                Après, faut l’entretenir. Mais ce n’est pas là le problème.

                Jamais le DG en question n’aurait imaginé s’acheter un truc d’occase. Il vit pour mettre 100 000 euros dans sa bagnole. C’est sa façon à lui se de rassurer sur le fait qu’il existe. Le coup du cabot pendant la réunion est du même acabit. C’est un comportement de psychotique.
                Le problème est que les gens de droite trouvent normal le comportement d’un psychotique de droite et que les gens de gauche trouvent normal le comportement d’un psychotique de gauche. Du coup, nous ne somme plus dirigés que par des malades.

                Quand un homme essaye de diriger humainement sa boite, il est laminé et les emplois qu’il procurait sont laminés avec lui.
                Demander que les relations de confiance dans une entreprise s’établissent sur un projet qui n’entraîne pas avec lui la ruine de l’ordre social sur lequel il est bâti relève seulement de la lucidité.

                Spartacus, vous avez souvent raison sur les chiffres mais n’avez pas plus de lucidité que les gens dont vous dénoncez le comportement. Descendez de votre tour d’ivoire : elle s’enfonce dans le sable que vous rendez mouvant et vous ne vous en rendez-pas compte.


              • Alpaco 13 février 2014 15:09

                Salut les amis,

                « Le revenu du salarié est une avance de l’entreprise, sur le risque que le produit ou le service du salarié va se vendre. »
                C’est la théorie, cher spartacus. Théorie à la con.

                La réalité est que si je suis boulanger, et que tellement que je fait du pain qui est bon ET, SI ET SEULEMENT SI, les gens ont assez de pognon pour acheter mon super pain, je vais te salarier, ou un autre meilleur que toi si j’en trouve un. Dans le but évident de vendre plus de pains.

                Des « chefs d’entreprises » qui embauchent pour produire, qui prendrait le risque absurde de produit plus que ce que le marché achète, il n’y en a pas. Qu’ils se présentent et nous fassent partager leur expérience.

                Spartacus, ne sais-tu pas qu’Adam Smith et d’autres avant lui ont compris et expliqué les lois du marché : tout ce que tu vends rapporte. Ce n’est pas en produisant que fait de la plus value, c’est en vendant.

                Donc, Misère de Malheur, il faut répartir le pognon, la plus value avec ceux qui vont acheter.


              • rocla+ rocla+ 13 février 2014 11:41

                J’ ai eu la même chance que vous Madame l’ auteur , j’ avais dans

                 les 25 ans , embauché dans une boîte où le type qui commandait était un genre d’ adjudant chef criant partout et prenant les gens pour des cons . 
                Aussitôt me suis barré depuis là j’ ai travaillé le restant à mon compte . 

                Le bonheur total . 

                Réalisation de soi .

                Plaisir de ne plus être commandé par des cons .

                Si c’ était à refaire , mille fois je le referais .

                Bon courage Madame .

                • Fourmi Agile Evrard 13 février 2014 13:57

                  Bonjour Captain’, ça fait longtemps que je lis avec plaisir vos messages décapants sur Avox.

                  Vous dites : « Aussitôt me suis barré depuis là j’ ai travaillé le restant à mon compte . 
                  Le bonheur total . Réalisation de soi . »

                  D’après vous, est ce que tout le monde subit une crise, ou certaines personnes comme vous, arrivent à bien s’en sortir. 
                  Auquel cas, la crise n’est pas pour tous et cela donne l’espoir aux sans travail de s’en sortir !





                • rocla+ rocla+ 13 février 2014 15:05

                  Bonjour Evrard 


                  Merci de me lire , vous êtes maintenant trois …. smiley

                  Le mot crise est un mot d’ ameublement .

                  En effet il est comme une commode dans laquelle certains trouvent des perles
                  pendant que d’ autres des vieilles chaussettes .

                  C es dernières années pendant la «  crise  » se sont créé dans le mondes des millions de boites générant des millions d’ emplois .
                  Des constructeurs automobiles font faillite pendant que d’ autres , avec des modèles correspondant à l’ attente du public , font fortune .
                  Le jeune Zuckerberg en ces quelques années est devenu milliardaire , plein de Start Up vient le jour tous les jours .

                  Le mec qui a créé Free est une des 20 ièmes fortunes française a commencé avec des trucs pour le minitel rose . 

                  Ladurée et Hermé ( pas Daniel Mermet le communiste ) envoient des tonnes de macarons dans e monde tous les jours .

                  Le pas fou Afflelou est venu en France dans les années 50 / 60 
                  son père était boulanger outre Méditerranée . Il a sorti ses mains des poches 
                  et a monté des milliers de franchises .

                  Des dizaines sinon des centaines ou des milliers d’exemples comme je cite 
                  pourraient être cités .

                  Pendant ce temps , quelques énervés pas bien dans leur peau passent leur 
                  temps sur Agoravox à critiquer tout , n’ importe quoi ainsi que le reste 
                  à changer le monde en paroles verbales , disant que les riches c’ est des salauds , qu’ il faudrait prendre leur pognon , qu’ il est indécent d’avoir plus que le voisin ainsi que ces sortes de choses qui leur font des aigreurs d’ estomac , estomac en question s’ il en avaient , au lieu de perdre du temps ici 
                  ils retrousseraient leur manches et se mettraient au turbin ils auraient au minimum une vision du vécu de celui qui entreprend  , qui prend des risques , et qui s’ il échoue le fisc est sur le starking bloc prêts partez
                   confisqué .

                  Bien sûr que tout le monde peut réussir , même Hollande avec sa cheutron a réussi à devenir président , c’ est dire que c’ est pas dur de faire mieux .

                  Du courage , des idées , de l’ entregent et surtout du pragmatisme .

                  Pragmatisme est un mot qui veut dire :

                   méthode tournée vers le monde réel , la capacité de s’ adapter aux contraintes de la réalité , ou encore l’ idée selon laquelle l’ intelligence a pour fin la capacité d’ agir , et non la connaissance .

                  La vérité n’ existe pas , à priori , elle se révèle progressivement par l’ expérience .

                  Si pendant seulement quelques on appliquait en France le pragmatisme on sortirait de la crise vitesse grand esse .

                  On applique des conneries d’ Enarcheries , regardez Hollande  on a tout compris 

                  Quand on lit les montagnes de préjugés qu’ ont les gens ici , les Suisses c’ est des cons ( ont-il été voir en Suisse ce qui s’ y passe )

                  Les riches sont des salauds , une phrase dans la bouche de ceux qui sont incapables de le devenir .

                  Oui tout le monde peut réussir , à condition de ne pas être handicapé mental ou physique .

                  Bien à vous Evrard



                  • Alpaco 13 février 2014 15:16

                    Captain titin,

                    explique nous si les milliardaires aux bonnes idées dont tu parles, ont tout fait tout seuls pour gagner leur plein de billets de pognon, ou, je m’interroge, ont employés des gens, consommateurs des produits qu’ils construisent.

                    Car c’est semble-t-il le problème : des mecs et des gonzes super intelligents, motivés, et tout et tout, mais au final qui achète ?

                    Si nous étions tous milliardaires, qui travaillerait ?


                  • Hétérodoxe 13 février 2014 19:25

                    "ils retrousseraient leur manches et se mettraient au turbin ils auraient au minimum une vision du vécu de celui qui entreprend , qui prend des risques , et qui s’ il échoue le fisc est sur le starking bloc prêts partez"
                    Et qui voudrait jouer selon la règle du je-gagne-à-tous-les-coups.
                    Au cas où ça t’aurait échappé, l’échec est en règle général assez désagréable et tu sais quoi, c’est justement parce qu’on doit en payer les conséquences.
                    C’est vraiment trop injuste.
                    Bien à toi.


                  • rocla+ rocla+ 13 février 2014 15:24

                    Si nous étions tous milliardaires, qui travaillerait ?


                    C ’ est vrai qui travaillerait . 

                    Une très bonne raison de ne pas essayer . 

                    Et si ma tante en avait il serait mon oncle …. smiley

                    • rocla+ rocla+ 13 février 2014 15:26

                      Ceci dit , le gonze dans l’ article , celui qui se prend pour la merde qu’ il 

                      est en parlant à l’ auteuse de la façon dont il lui parle est le dernier des connards .

                      • cza93 cza93 13 février 2014 15:36

                        Le gonze en question, Rocla+, il a RIEN créé de ses petites mains ... il s’est juste donné la peine d’hériter de la boite créée par son papa ...
                        Je pense pas que papounet avait la même mentalité ....

                        Ce comportement pourri de petit parvenu à qui tout est dû et qui n’agissent que comme des prédateurs, on le retrouve assez régulièrement chez ces fils à papa qui se sont juste donné le mal de naitre avec une petite cuillère en argent dans la bouche ... voir les aventures des familles Lagardère, Dassault ...


                      • rocla+ rocla+ 13 février 2014 15:51

                        Cza 93 , je dis que le type qui vous  parlé est une ordure . 


                        Je ne me permettrais pas de juger qui que ce soit dont je ne connais ni
                        les tenants ni aboutissants . 

                        Voyez vous chère auteuse on dit à peu près la même chose ,
                        votre post est plussé le mien moinssé . 

                        Ce qui veut dire que l’ objectivité , qui fait partie du pragmatisme 
                        est ici jugée comme une tare mentale , dont sont effectivement atteints 
                        les idiots qui regardent juste mon pict . 

                        La preuve que c ’est des cons .



                        • Dany romantique 13 février 2014 15:59

                          Un récit très intéressant, vrai talent de narration. Peut être un bouquin à faire, une nouvelle. C’est désespérant bien sûr. 

                          Ce sont des moeurs à l’anglo-saxonne, l’individualisme des écoles de commerce, des clones de Bernard Tapie. Un Président soi disant « socialiste » qui ferait retourner Jaurès dans sa tombe, tous ses discours orientés avec la mendicité même pas honteuse en pliant les genoux -et le reste- face au Médef pour qu’il veuille bien accepter de créer quelques emplois... Des ministres minables imbattables à la course à la gamelle, qui ne se révoltent pas. Pas un rictus, ils résistent bien à la douleur morale. Pas un qui se rappelle « un ministre ça ferme sa g...ou ça démissionne.. » 
                          si, si, ils ferment leurs gueules.  
                          Je sais que dans l’immédiat cela ne va pas vous consoler, mais l’Histoire prendra son temps. 
                          Les esclaves modernes se réveilleront. Ca va péter.
                          Ne changez rien. 

                          • fredleborgne fredleborgne 13 février 2014 17:31

                            J’ai eu droit moi aussi à deux entretiens de « ouf ».
                            Je vous comprends aussi quand vous parlez de la souffrance des « sans travail », et aujourd’hui, je ne pense pas qu’voir des idées de gauche, ce sont des idées de gauche.
                            Les idées de gauche doivent permettre le combat de gauche pour survivre à l’exploitation de ces pourris sur notre dos.
                            L’ennemi, ce n’est pas un mot comme le capitalisme, c’est bien ces vautours qu’il va falloir décapiter.


                            • rocla+ rocla+ 13 février 2014 18:07

                              Faut pas avoir d’ idée de gauche ni d’ idée de droite pour travailler . 


                              Si par exemple on fait un meuble , ok une fois terminé on le pose
                              à gauche ou à droite selon ses gouts .

                              Ce qui pollue le travail c ’est l’idéologie . 

                              Quand l’ urologue t’ enlève un polype dans la vessie il ne demande pas
                              si tu es de gauche ou de droite . 

                              Ce qui fait tout c’ est d’ être au centre de la cible choisie .

                              • Fourmi Agile Evrard 13 février 2014 20:36

                                Salut Rocla,

                                grand merci à ton commentaire un peu plus haut. 
                                Cela fait du bien de lire ce genre de choses, ça donne du courage. Et surtout, ça change de tous ces messages pessimistes, jaloux, aigris.
                                Celui qui veut, y peut.

                                Merci, ces quelques lignes m’ont beaucoup aidé.
                                Au plaisir de te lire encore par ici !

                              • Alpaco 14 février 2014 14:45

                                C’est vrai celui qui veut y peut. Pernod et Poujadas te le confirmerons.

                                Sauf que si par exemple tu habites dans une petite ville de cinquante milles habitants, et qu’il y moins de cent offres d’emploi, dont moins de la moitié en CDI, et que même pour faire cassier ou manutentionnaire on demande de l’expérience, et que trentes personnes se présentent, tu fais comment pour appliquer la formule magique « celui qui veut y peut » ?

                                Les gars, il y a un moment où il faut parler du réel, pas des opinions aussi pragmatiques soit-elles.

                                (Précisions techniques : la ville à coté 100.000 habitants, 100 offres, celle encore à coté 300.000 habitants, 150 offres)


                              • Fourmi Agile Evrard 14 février 2014 18:25

                                Que faire ?

                                Changer de ville.
                                Pas envie, c’est ici que je me sens chez moi.
                                Pas possible, toute ma famille vit ici, ma femme travaille ici, mes enfants sont scolarisés ici depuis longtemps. Etc...

                                Monter sa propre petite entreprise qui connaît pas la crise. Un truc tout simple qui repond à des besoins locaux.
                                C’est vrai que certains n’ont pas la fibre entreprenante. 
                                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès