Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Et 200 000 places !

Et 200 000 places !

Lors de la réception des médaillés de la famille et des acteurs du monde familial, le Président de la République a prononcé un discours sur la politique familiale.

Je vais m’attarder sur les annonces faites sur les modes de garde, sujet d’actualité pour notre Président et le gouvernement depuis quelques mois.

Déjà, vous apprécierez page 3 le paragraphe où notre cher président veut diminuer les charges patronales sur la politique familiale qui sont « pénalisantes pour la croissance et pour l’emploi ». Un député, M. Yves Bur va être chargé d’une mission « afin qu’il puisse faire des propositions permettant de conforter le financement de notre politique familiale, tout en limitant son impact sur l’économie. Parce que si on ne garde pas d’emplois en France, ce ne sera pas bon non plus pour les familles.  »

Bref après avoir supprimé la taxe professionnelle pour 2010, Nicolas continue de faire des cadeaux à ses copains du patronat. Si avec ça on ne sait pas pour qui il dirige la France…

La Petite Enfance arrive page 6. Et là…

Nicolas Sarkozy ne parle plus de droit opposable aux modes de garde. C’est une nouveauté. Mais il souhaite quand même créer 200 000 places de gardes pour 2012, l’horizon électoral est toujours le même : la fin de son quinquennat.

Il y a déjà un "beau" paragraphe sur l’Assistante Maternelle (AM) qui peut garder dorénavant 4 enfants. Les règles, à quoi servent-elles ?? Faut pas exagérer, y’a pas que les conditions d’accueil qui comptent, le dévouement aussi. Rrrrrrrrrrr ! Excusez-moi, j’ai un chat dans la gorge…

Il faut plus s’attacher à la qualité de l’AM qu’aux règles, faire preuve "d’imagination et de souplesse"

Si le Président lui-même annonce qu’il n’y a pas de règles, les 200 000 places vont vite être trouvées car pourquoi ne pas passer à 5 ou 6 enfants puisque les règles ne servent à rien !

Ensuite, voici les crèches… Mais pas n’importe lesquelles, les crèches d’entreprises bien sûr !! Des mesures ont déjà été prises mais il faut encore plus inciter à les développer en faisant « sauter les verrous juridiques ou fiscaux qui peuvent poser des problèmes à certains employeurs qui voudraient s’investir dans ce domaine, à l’image de la récente réforme du crédit d’impôt famille. »

Je regrette que le Président ne mette avant que le secteur privé lucratif des entreprises de crèches. Les besoins des parents sont variés, il faut que le secteur évolue pour y répondre au mieux mais ce n’est pas un type de structure qui va répondre à tous les besoins. Il faut inciter à ce que tous les types de structures publiques (municipales, communautaires) et privées (associations, parentales...) puissent continuer à vivre et faire des propositions pour répondre aux besoins locaux. L’entreprise de crèches ne sera peut-être LA solution partout.

Je vous mets en citation mon paragraphe préféré :

Parce que si l’on continue à faire des crèches simplement au lieu où l’on habite et pas de crèche sur le lieu où l’on travaille, on va continuer à écarteler les parents entre le lieu de travail et le lieu de garde des enfants ; ce qui va allonger la durée de présence en établissement collectif des enfants et ce qui empêchera les parents, à l’heure du déjeuner ou à la coupure des déjeuners, d’aller voir leurs enfants et de maintenir un lien affectif. Il est très important de développer ce mode de garde.

Et ben oui, tout le monde le sait bien, les parents quand ils passent deux fois dans la journée en structure et que les enfants subissent deux séparations au lieu d’une s’en portent deux fois mieux !!! J’hallucine !!

Au passage, vous remarquerez l’absence des jardins d’éveil... Complètement ignorés ! A moins que cela soit plus du domaine de l’Education Nationale que de la Famille et de la Petite Enfance en particulier...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 16 février 2009 15:23

    Elles partirent 200000 à croire le chef d’Etat,
    Elles se virent 20000 au terme du mandat !


    • Louisiane 17 février 2009 15:03

      Bon article !
      On aura effectivement noté l’obsession de M. Sarkozy a toujours vouloir baisser les charges des entreprises. Il a encore trouvé un créneau pour le faire : les crèches d’entreprises. Châpeau bas, Messieurs, cet homme a de la ressource...
      Cependant, il faut se rendre à l’évidence : on a réduit les charges patronales sous toutes les formes possibles pour que les entreprises embauchent, ne délocalisent ou ne se restructurent pas. Avec l’efficacité qu’on connait désormais.
      Les bénéfices n’ont jamais été aussi élevés (et la crise ne change pas grand chose à cet état de fait !), le pouvoir d’achat n’a jamais été aussi bas et le chômage n’a jamais diminué significativement.
      M. Sarkozy devrait, en bon chef d’Etat, s’attacher à démontrer la pertinence de toutes les réductions de charges par rapport au résultat escompté et à la réalité des faits.
      Lui, qui ne jure que par l’évaluation, ne semble pas en mesure de nous démontrer l’efficacité des baisses de charges.
      Toutes ces idées relèvent uniquement de la volonté de répondre aux demandes du patronat et non à celles des usagés, et surtout, comme d’habitude, de l’effet d’annonce en faveur des Français alors que cette mesure sert les entreprises.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès