Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Et si on parlait de « communautarisme positif » ?

Et si on parlait de « communautarisme positif » ?

Durant la campagne électorale 2005, j’ai été assez séduite par les propositions de Nicolas Sarkozy sur la discrimination positive, la diversité.


On n’a pas besoin de le subir, pour reconnaître que la discrimination existe. Bien sûr, on ne peut pas non plus voir du racisme partout, et crier ô racisme, pour un oui ou pour un non… Mais des associations ont testé : aussi bien dans les banques, dans les boites de nuit, que dans les entreprises, et le résultat est sans appel : le racisme est bel et bien présent dans notre société.
Et pis encore, les dérapages verbaux de certains hommes politiques, montrent encore que beaucoup ont un « petit Le Pen » qui sommeille en eux, qu’il soit de gauche ou de droite. Est-ce du racisme inconscient ? Est-ce une volonté de provoquer pour se démarquer ? Une méthode pour ratisser large ? On ne saura jamais vraiment ce qui les motive ! En tout cas, le constat que je fais aujourd’hui, c’est que depuis qu’on a parlé de diversité et de discrimination positive, les gens deviennent encore plus racistes, moins tolérants… Et plus gênant encore, je me rends compte que tous ces termes infériorisent davantage la minorité visible. En fait, quand un noir ou un arabe, occupe un poste important aujourd’hui, certains ne peuvent s’empêcher de penser qu’il est là parce qu’il est différent, et jamais parce qu’il est compétent.

J’ai été séduite par l’idée de la discrimination positive, car je me disais que si les choses ne se font pas naturellement, la solution serait d’imposer pour que la « majorité visible » s’habitue, pour qu’un jour ce qui était sous l’effet d’une volonté politique, devienne un réflexe naturel. S’habituer : j’entends par là que celui qui rencontrera un directeur de banque noir, sera peut-être surpris, mais au bout de quelques rendez-vous, il se rendra compte que comme lui, il est un être humain, avec son intelligence, ses compétences, ses qualités et ses défauts. Quand je dis réflexe naturel, j’entends par là qu’un jour, on n’aurait plus besoin de lois, pour que les femmes, les noirs, les arabes, occupent des postes à responsabilité, et qu’ils seront choisis, tout bonnement parce que leur CV était le meilleur….

Toutes ses bonnes intentions politiques, tous ses beaux projets en faveur de la minorité visible sont méritants certes, mais finalement je les trouve peu valorisants.
Alors je m’interroge. Pourquoi une communauté doit-elle attendre que les autres agissent pour elle ? Pourquoi se sont les autres qui doivent régler ses problèmes ? Par exemple, en politique, avant d’attendre d’être nommé, un noir ou un arabe doit se battre pour être élu, pour ses idées, ses convictions. On ne veut pas l’accepter sur une liste électorale ? Alors il propose sa propre liste ! Même s’il n’est pas élu, on remarquera ses talents d’orateur, son charisme, ses idées, et surtout qu’il existe. On ne veut pas l’embaucher ? Alors il réfléchit à créer sa propre entreprise, car il n’y a pas de raison que les autres réussissent et pas lui. C’est peut-être difficile, mais il faut se battre et ne jamais abandonner, même quand on rencontre des obstacles. Il faut que le noir ou l’arabe participe à la vie de son quartier de sa ville. Qu’il aille aux conférences, aux réunions d’organisations associatives ou politiques, qu’il soit présent aux manifestations organisées par sa ville. Aussi, chaque communauté discriminée devrait se prendre en main en prônant le communautarisme positif !
 
Qu’est-ce que j’entends par là ? Le communautarisme positif pour moi, ce n’est pas se retrouver pour déguster un bon couscous ou un bon mafé, et encore moins se retrouver pour prier. Il est évident qu’imposer sa religion, ses cultures, sa tradition dans un pays où on est minoritaire n’aident pas à s’intégrer. Puisque la religion est si importante, si vitale pour certains jeunes, pourquoi les chefs religieux, ne profitent-ils pas de leur pouvoir pour faire passer un message fort positif pour que chaque jeune, chaque famille respecte les valeurs de république française et surtout, faire comprendre aux jeunes que la culture est la principale clé de leur liberté, leur intégration. Certains me diront oui, mais beaucoup ont leur bac + 5 et ne trouve pas de travail. Je pense aussi que si les noirs et les arabes ont plus de mal que les autres, c’est parce que les patrons ont des aprioris sur cette minorité, alors que dans cette minorité visible, seule une minorité crée cette image.
 
Donc la culture, les études changeront l’image de cette minorité là, qui elle-même changera l’image de la majorité ! Je pense que quand on est minoritaire dans un pays, surtout quand on est noir, on se doit d’être exemplaire, puisque, de toute évidence on est facilement repéré, remarqué. Pour la petite anecdote : un jour, j’étais dans le métro. J’ai vu quelques personnes tricher. Parmi ses personnes, on comptait des blancs, mais aussi des noirs. Au moment ou un noir trichait, j’ai entendu un monsieur dire « toujours les mêmes ». J’étais très jeune. Cette phrase m’a marquée. Et je n’ai jamais cherché à tricher, car à chaque fois je pensais à ce qu’avait dit ce Monsieur, et je ne voulais pas lui donner raison. Une autre petite anecdote, mais cette fois ci concernant la culture : un africain faisait le ménage tous les soirs dans un magasin. Un soir, il explique à son patron qu’il allait s’absenter, car il devait passer des examens. Son patron lui a demandé quel type d’examen il passait. En fait, l’africain préparait un doctorat en droit. Depuis, le patron n’osait plus s’adresser à lui comme un simple employé… Son regard avait complètement changé. N’oublions pas non plus que le peuple antillais est resté 400 ans esclave et était privé de culture. Pourquoi l’accès à la lecture et l’écriture leur était-il interdit ? C’est bien parce que la culture élève l’homme, c’est parce que la culture les amènerait à leur liberté.

Les associations contre le racisme ont le mérite d’exister, mais je ne crois pas qu’elles permettent d’arrêter les clichés, les préjugés. Elles sont surtout là à crier au racisme après chaque fait, mais elles n’apportent pas de véritables messages pour aussi inciter ceux qu’elles défendent à s’intégrer. Elles n’apportent pas vraiment de solutions aux problèmes des minorités visibles. A entendre les propos de certains, la communauté noire continue d’être stigmatisé. S’il y a plus de trafiquants noirs dans certaines villes du 93, c’est certainement parce que ces villes-là sont habitées par une majorité de Noirs et d’arabes, et de surcroit, des villes où le taux de chômage bat des records.

Le problème d’intégration de certaines personnes issues de la minorité visible est probablement dû à la pratique de la religion, mais aussi au rejet de l’autre, mais surtout du fait d’une éducation ratée.

La communauté noire de banlieues devrait se démarquer par un élan de solidarité. Non pas à pleurer sur leur sort en répétant « qu’on ne fait rien pour nous ». Mais en faisant passer un message fort, ne serait-ce que par le biais d’une association pour que chaque noir s’élève dans cette société, par la culture, les études, et l’éducation stricte qu’il donnerait à ses enfants, dès leurs premiers pas. Puisque le communautarisme est bel et bien présent, pourquoi ne pas le positiver ? Pourquoi les associations comme le CRAN, n’ont pas l’idée comme aux Etats-Unis, de créer des écoles d’excellence pour les noirs ? Il faut que les noirs incitent leurs enfants à faire de longues études, à choisir des métiers d’avenir. Il faut qu’ils rendent leurs enfants ambitieux, les aident à devenir des chefs d’entreprise. Il faut qu’ils disent à leurs enfants qu’ils n’ont pas choisit (en tout cas ceux qui n’avaient pas le choix) de vivre en banlieues, et que le seul moyen pour eux de s’en sortir, c’est de se démarquer non pas par un look qui les marginalise davantage, mais positivement, c’est-à-dire travailler à l’école, donner le meilleur d’eux-mêmes pour réussir, leur rappeler leurs droits mais aussi leurs devoirs.

Dès leurs plus jeunes âges, il faut dire aux enfants que des préjugés existent sur les noirs, en les citant s’il le faut, pour que justement ils prouvent et montrent le contraire à ceux qui le pensent. Par exemple, si on dit que les antillais sont toujours en retard, je m’arrange pour ne jamais être en retard lors d’un rendez-vous ou au travail. Ainsi, quand on dira à mon patron que les antillais sont toujours en retard, il dira le contraire en me prenant comme exemple !

Le livre de Lilian Thuram « Mes étoiles noires » est un exemple même de communautarisme positif ! Je ne partage pas les idées politiques de Thuram, mais son livre est un espoir pour les jeunes noirs, car si leurs ancêtres ont été capables de grandes inventions alors qu’ils étaient privés de liberté, eux aussi le peuvent et en toute liberté !

Alors le message que je veux faire passer aux communautés, c’est que chacun se proclame porte parole de sa communauté pour apporter un message positif, un appel à l’intégration vers le haut, pour un avenir ambitieux et meilleur.

Danielle Hierso
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • backtothetrees backtothetrees 10 avril 2010 16:22

    La discrimination positive n’est que démagogie, racisme inversé, création de privilèges, source de frustrations, sentiment d’injustice, rancoeur et jalousie. Je ne crois qu’au mérite. Lisez Malika Sorel.


    • ledan91 10 avril 2010 17:15

      Encore un article (et bien long) sur le racisme .
      Pourrait on essayer de voir le problème d’une autre façon ?
      Se poser la question du pourquoi certains sont moins bien vus que d’autres ...
      Avez vous remarqué que les Asiatiques ne sont pas concernés .
      En fait suffirait de se poser les bonnes questions .


      • COVADONGA722 COVADONGA722 10 avril 2010 21:16

        en meme temps nous ne remercierons jamais assez toutes « ces chances pour la france »
        d avoir quité des pays de cocagne ou pleuvent rmi rsa alloc assedic d avoir quitté des pays ou les hlm les cantines les bus sont quasi gratuit d avoir quitté des pays de cocagnes ou soins et hopitaux sont accessibles et gratuit , d avoir quitté des pays ou la police ne tire pas a vue.Bref nous ne remercieront jamais assez tous ces gens merveilleux qui ont quittés de veritables jardin d eden souvent au peril de leur vie et tout cela pour venir partager le veritable enfer raciste qu est la France.


        • tvargentine.com lerma 10 avril 2010 21:50

          Le communautarisme est par défaut,incompatible avec la République,car ces communautées auront tendances à appliquer leurs lois religieuses plutot que de respecter les lois républicaines

          Il n’y a pas de bon communautarisme comme il n’y a pas de bon fasciste

          Nous devons lutter pour défendre la République et ses valeurs,afin de faire reculer ses religions porteuses d’obsurantisme

          Bien sur,les sectaires utilisent les failles de notre grande tolérance pour s’installer et instaurer leur communautarisme,mais,nous en connaissons les conséquences.

          Quand on brule le drapeau français pour le remplacer par un drapeau étranger ,c’est le résultat de la faiblesse des « bobos » de la goche caviar qui n’a jamais cherché à revendiquer la République des lumières face à l’obscurantisme des religions

          Est-il trop tard ?

          http://www.tvargentine.com


          • non667 10 avril 2010 21:53

            à danielle
            tout à fait d’accord avec vous : si un suédois ne trouve pas de travail =c’est du racisme
             si un franchouillard n’en trouve pas ça doit être un sacré fainéant !-))


            • Vox Populi 10 avril 2010 22:50

              Une variation autour du thème de la rupture tranquille ?


              • Wazix23 10 avril 2010 23:08

                Ouaip ! de la discrimination positive, tous les vigiles des super marchés sont noirs.


                • franc 14 avril 2010 14:46

                  Le communautarisme c’est la guerre .

                  La discrimination c’est la discrimination.

                  la discrimination positive c’est la double discrimination négative -----------------------ou discrimination envers les gens compétents .


                  Qu’on arrête avec ces conneries .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Danielle75


Voir ses articles







Palmarès