• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Étienne, un prude homme

Étienne, un prude homme

Le représentant fictif sans un sou

J’ai croisé un vieil homme le pouce en l’air sur une route des bords de Loire. Il avait l’air las, les traits tirés et le corps émacié. Je m’arrêtai à sa hauteur pour lui proposer de faire un petit bout de chemin. Il me narra son histoire, si rocambolesque tout autant qu’atterrante que je ne peux résister au plaisir de vous la céder ici. Naturellement j’imagine déjà la joyeuse bande d’Agoravox me couvrant d’horions pour avoir avalé de telles sornettes. Mais oublions ces furieux du dénigrement systématique pour laisser la parole à Étienne.

Étienne ne perd pas de temps en préambules, il entre directement dans son problème qui, manifestement, l’envahit au-delà du supportable. Il me raconte alors son métier de représentant qui sillonne un gros tiers de l’hexagone. Il travaille alors pour la société Rhône Poulenc. Tout va bien pour lui, un salaire confortable, une voiture de fonction qu’il utilise pour ses déplacements propres, un appartement hérité de ses parents.

Il est célibataire, n’a alors aucun endettement ce qui explique, quand survient l’OPA hostile de Sanofi-Aventis sur sa société, son refus de signer le compromis de licenciement proposé par les assaillants. Parmi ses collègues, très nombreux sont ceux qui doivent baisser l’échine et accepter le compromis infamant pour partir la queue entre les jambes. Lui, ainsi que quarante-deux autres célibataires, préfère rester droit et saisir les prud'hommes.

Les quarante-deux collègues d’Étienne obtiennent rapidement gain de cause. Lui, a le malheur d’avoir saisi le tribunal de Nantes, totalement engorgé. Son dossier va traîner sept longues années, sept ans sans aucun revenu, sans aides sociales puisque son contrat court toujours, sept années sans assurance maladie. Il est dans un triste état, n’a plus de dents et surtout ne peut se soigner.

Les dettes s’accumulent, ses économies ont été englouties. L’électricité lui a été coupée. Fort heureusement l’administration s’est montrée compréhensive et des reports de paiements s’accumulent dans l’espoir d’une issue juridique favorable. Sa longue attente prendra fin en septembre sauf si ce gouvernement traître à la cause ouvrière en termine avec la justice prud'homale.

Pour l’heure, rien d’extraordinaire dans ce récit de la lente descente aux enfers que connaissent ceux qui se trouvent du jour au lendemain, sans ressources. Mais là où le cas d’Étienne requiert ce billet c’est que l’homme poursuit de manière fictive son travail afin de justifier de la continuité d’un labeur pour une entreprise qui n’en a que faire. Étienne continue de faire le représentant, de sillonner un territoire qui va de Vannes à Tours, de Caen à Poitiers.

Il avait un carnet d’adresse de cinq cents clients, soixante-deux ont accepté de le recevoir régulièrement pour une poignée de main, un bonjour et une signature sur son carnet de bord. Mais sans voiture, pour rejoindre ces personnes compréhensives, Étienne lève le pouce. Ce jour-là, il était parti à quatre heures du matin de Nantes. Je l’ai déposé à douze heures devant son contact. Il le saluera avant que de reprendre la route en espérant arriver avant la nuit.

Il a parlé, il était intarissable, tenant une logorrhée maladive, tant il est entièrement focalisé sur sa volonté de maintenir à tout prix une apparence d’activité pour avoir droit à sept années de salaire. Il est épuisé, physiquement amoindri. Il me semble au bord de la déraison, s’entêtant dans cette parodie d’emploi qui demeure son unique porte de sortie. Il ne mange plus ou si peu, tient en buvant du café et en réclamant de quoi en acheter un au troquet du coin.

Chaque jour, une visite. Chaque matin, il part tôt pour tenir son pari insensé. Parfois il ne peut rentrer à temps et passe une nuit dehors. Il redoute par-dessus tout la pluie. Les automobilistes ne s’arrêtent pas et il passe la journée mouillée. Il raconte qu’il retrouve désormais des habitués, des gens qui font régulièrement un trajet et qui le prennent quand ils l’aperçoivent. Quel courage !

Nous avons réussi à échanger sur sa vie d’avant. Il était grand amateur de chansons françaises et fréquentait les festivals et les salles de concert. Il m’a parlé de ces artistes qui ont constitué ses loisirs d’avant le coup de Trafalgar des chimistes sans âme. Romain Didier, Allain Leprest, Yves Jamait, Gérard Pierron ou bien Bernard Meulien.

Cette fois, il avait le sourire aux lèvres à l’évocation de ces gens qu’il a admirés autrefois, quand il avait un travail. J’espère de tout cœur qu’il gagnera son bras de fer contre les sans-cœur lui, qui désormais, est un sans-dent. Il m’a promis d’acheter mon roman et de venir me voir en spectacle quand il aura de l’argent. J’ai souri. Je crains qu’il ne se soit épuisé dans ce combat titanesque.

Admirativement sien.

Documents joints à cet article

Étienne, un prude homme

Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • marmor 4 août 10:31

    J’ai connu la même histoire avec un fonctionnaire de l’EN ..... non, je déconne !!


    • C'est Nabum C’est Nabum 4 août 11:38

      @marmor

      Par respect pour cet homme, oublions les querelles stériles


    • bob14 bob14 4 août 10:36

      Un saint Étienne sur les bords de la route..Allez à Paul Emploi, vous trouverez plus de 11 millions d’Etienne...


      • C'est Nabum C’est Nabum 4 août 11:39

        @bob14

        Qu’est à dire ?


      • Aristide Aristide 4 août 10:49

        Son dossier va traîner sept longues années, sept ans sans aucun revenu, sans aides sociales puisque son contrat court toujours, sept années sans assurance maladie.


        Vous prenez les gens pour des imbéciles. Allons, si le contrat de travail est encore en cours, il doit satisfaire aux conditions de son maintien, c’est à dire les trois conditions : un vrai travail, un lien de subordination et une rémunération en échange. L’absence d’une seule de ces conditions requalifie automatiquement le contrat ou le déclare nul. Donc indemnités de chomage, etc ....Et puis même si le contrat de travail court, c’est que le salaire est versé !!! Donc ... 

        Enfin une histoire sans queue , ni tête sorti de l’imagination soit de ce malheureux en déshérence et je vous plains d’avoir gobé cette histoire , soit de celui qui essaie de nous vendre un conte à dormir debout pour une parcelle de réalité.

        Affligeant ...

        • Robert Lavigue Robert Lavigue 4 août 11:16

          @Aristide

          Business as usual ! M. Orléans n’est pas dupe.
          L’exploitation (littéraire ?) de la misère est un sous-produit comme un autre pour des individus sans scrupules.


        • C'est Nabum C’est Nabum 4 août 11:39

          @Aristide

          Ayez au moins un peu de respect pour sa souffrance réelle ou supposée


        • C'est Nabum C’est Nabum 4 août 11:40

          @Robert Lavigue

          Pour profond que le fond


        • Aristide Aristide 4 août 12:42

          @C’est Nabum


          Attendez, respecter un individu mythomane qui se fait passer pour une victime. Il y a suffisamment de vraies misères, d’histoires à pleurer, de malheurs intimes, pour ne pas plaindre cet individu sur un sort inventé.

          Vous vous ridiculisez à donner ici écho à ces délires.


        • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 07:03

          @Aristide

          Le récit d’un homme en pleine détresse mérite d’être écouté

          Puis vous avez le droit de vous interroger tout en le respectant


        • Bernie 2 Bernie 2 4 août 11:39

          Il m’a promis d’acheter mon roman et de venir me voir en spectacle quand il aura de l’argent.

          C’est bon ça le placement produit en fin d’article. Bien joué c’est nada, ne pas oublier le gagne pain.


          • C'est Nabum C’est Nabum 4 août 11:40

            @Bernie 2

            Je suis détestable et malgré tout je ne parviens pas à égaler certains


          • Aristide Aristide 4 août 12:43

            @C’est Nabum


            Il faut avouer que placer un bouquin à un mec qui meurt de faim, bravo.

          • C'est Nabum C’est Nabum 4 août 13:02

            @Aristide

            Je ne lui ai pas proposé le livre, c’est lui qui m’en a parlé

            Je lui ai donné de l’argent mais ceci ne vous regarde pas


          • zygzornifle zygzornifle 4 août 12:00

            son refus de signer le compromis de licenciement proposé par les assaillants.....


            Avec la loi travail XXL de Macron plus de compromis de licenciement ça sera la porte direct avec pertes et fracas ......

            • C'est Nabum C’est Nabum 4 août 13:03

              @zygzornifle

              Vive le Macron l’inventeur de la dictature lisse, souriante et impitoyable pour les pauvres


            • zygzornifle zygzornifle 4 août 15:42

              @C’est Nabum


               l’impitoyable pitoyable Jupi t’est rien ....

            • C'est Nabum C’est Nabum 4 août 16:46

              @zygzornifle

              Pauvres de nous


            • UnLorrain 4 août 21:35

              @ l hauteur smiley Assez semblable a votre narration. Dès la première fois que je pris en stop ce préretraite qui présente impeccable ( on se fie a éventuelle odeur n’est ce pas..) je lui dirait « salut Jean-Luc » la deuxième fois que je l’emmène a PontaMousson,je me remémore rapidement sa première fois ou il était on ne peut plus convenable je lui avait aussi glissé un papier filigrane dans ses sacs aldi lidl de ses vêtements en le regardant pour m’assurer qu’il voit et qu’il ne soit pas innatentif lorsqu’il déballera son sac de vêtements avec ce biffeton,chez des amis me disait il. Il me semblait chassé de son chez lui,a Verdun...des pseudos réfugiés a loger a sa place me disais je.. Jean-Luc était tourneur dans une boutique que je livrais quand je faisais de la messagerie. J’appris le boulot de tourneur avant de me faire virer du LEP par la grâce d’un monumental connard de prof...point commun professionnel avec mon ami autostoppeur. Sa boutique ayant fermée,récession sans doute,Jean-Luc erre.

              Respectueusement lui.


              • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 07:04

                @UnLorrain

                Merci pour ce témoignage


              • juan 7 août 09:34

                Bien sûr, cet homme affabule, c’est tellement plus confortable que de croire que de telles chose puissent arriver.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès