Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Etre français, cela veut dire quoi au juste ?

Etre français, cela veut dire quoi au juste ?

La définition du mot « français » pourrait- elle apporter un éclairage à la proposition gouvernementale controversée de loi sur la déchéance de la nationalité française ?
 
Qu’est ce qu’être français ?
 
Peut-on distinguer le vrai français des autres ? Comment devient-on français ? A partir de quand ne peut on plus être considéré français ?
Comble de l’ironie le mot français évoque une origine étrangère.
 
Qu’est ce qu’être français ?
 
Peut-on distinguer le vrai français des autres ? Comment devient-on français ? A partir de quand ne peut on plus être considéré français ?
Comble de l’ironie le mot français évoque une origine étrangère. (histoire du mot « franc » en vidéo) « franc » désignait à l’origine une ethnie étrangère (d’origine d’Europe Centrale) : « les francs ». Ce mot évoquait à l’origine pour les habitants de notre territoire, une immigration, pire une invasion étrangère violente, avec son lot de massacres, de rapines, et de spoliation des biens.
 
Nos ancêtres les gaulois ?
 
Auparavant, quand Jules César (en 52 avant J-C) fait la conquête de ce que nous appelons « Gaule romaine » il y dénombre plus de 85 nations différentes qui n’avaient pas de langue commune et qui étaient réputées belliqueuses entre elles. La langue d’unification politique de ce conglomérat de multitudes de nations pacifiées de force sous domination romaine, sera issue du latin romain. Cette langue qui véhiculera et propagera les deux religions qui seront le ciment spirituel d’unification en l’Empire romain de ce conglomérat territorial de nations :
1) - le judaïsme romain considéré comme religion licite de Rome jusqu’à la chute du temple de Jérusalem en l’an 70 (7% des citoyens de tout le grand empire romain étaient, avant la naissance du christianisme, des romains de religion juive),
2) - le christianisme issu du judaïsme (le christianisme s’imposera progressivement jusqu’à devenir la religion d’Etat de l’Empire romain au début du 4ème siècle)
La religion catholique est le fruit du métissage religieux entre la diversité religieuse de toutes ces nations conquises sur notre territoire, et le christianisme romain, ce que les chrétiens appellent l’inculturation de leur foi, fruit qui persiste jusqu’en nos jours dans l’expression si particulière dans le catholicisme du culte des saints locaux.
 
La Gaule : nation de métissage ?
 
Avant même, l’apparition des francs, la Gaule romaine peut être définie comme une nation de métissage ethnique, culturelle, linguistique, et religieuse unifiée sous domination politique et religieuse romaine. Ce terme « Gaule » évoquait donc à l’origine une domination étrangère sur toutes les nations autochtones concernées et un métissage religieux, culturel, ethnique.
 
Nos ancêtres les francs
 
Mais au troisième siècle de l’ère chrétienne, l’Empire romain s’effondre et ne peut retenir la poussée des peuples germaniques en quête de territoires. Et c’est un peuple d’Europe central parmi tant d’autres, le peuple franc qui envahit la Gaule romaine prend une partie de ses territoires. On parlera des royaumes francs, pour plus tard parler du royaume franc centré sur l’actuelle « île de France ». Au VIème siècle la domination de royaume franc s’étendra sur un territoire qui couvre une bonne partie de la géographie du territoire français actuel.
L’origine politique et ethnique crucial de la France date de cette période historique. On peut donc dire que le berceau originel de la France est un métissage ethnique, culturel, religieux et politique à partir d’une souche immigrée germanique dominatrice non gauloise.
 
La France : toute une histoire mal assumée ?
 
L’histoire de France que les écoliers de la République française jusqu’en les territoires d’outre mer apprennent sur les bancs d’école n’est pas la réalité historique, mais une mystification historique récente élaborée à la gloire de la République française.
Paradoxalement, cet embellissement trompeur des origines de la France a conduit à renier nos propres origines ethniques, à rendre gloire au peuple gaulois qui fut la victime violentée et spoliée de cette conquête guerrière.
 La même réalité historique de l’implantation du peuple franc en Gaule est nommée différemment dans les bancs d’école en Allemagne et en France. Les jeunes allemands apprennent qu’il s’agit de la « grande migration des peuples » pendant que les petits français apprennent qu’il s’agit des « grandes invasions, ou invasions barbares » !
Il est bon de rappeler que le mot « barbare » est d’origine grecque et désignait ceux qui ne parlaient pas le grec, qui s’exprimaient par onomatopées : « bar-bar ». Les romains ont utilisés ce terme pour désigner ceux qui ne parlaient pas leur langue.
Cette désignation a pu traduire à la fois le mépris pour l’autre, l’étranger, ainsi que la crainte qu’il inspire. Aujourd’hui, ce terme désigne un individu ou un groupe social considéré comme cruel, « inhumain », non éduqué, violent, de mœurs rustres, etc
D’après cette définition, la France serait un peuple de « barbares » (dans le sens premier du terme) ayant envahi, massacré, et dilapidé les biens des habitants du territoire aujourd’hui appelé France pour se l’approprier de manière violente et inhumaine ! (donc barbare dans le sens second du terme)
On retrouve au sud de l’Allemagne une partie du peuple franc dans l’actuelle « Franconie » territoire que les envahisseurs francs avaient conquis sur les Alamans, puis sur les thuringiens. La guerre de 14/18 était donc une guerre entre cousins francs !
En réalité, le royaume franc est le fruit d’un métissage. Le premier roi des franc, Clovis adoptera et donc s’inclinera à la religieux des gaulois … le christianisme.
Ce n’est qu’en 1080 dans la chanson de Roland que le mot « français » apparait pour la première fois dans un document littéraire. D’abord « françois », il devient plus tard « français ».
 
La France, un berceau de métissage
 
Ce petit rappelle de notre histoire permet de prendre conscience de la réalité du métissage du peuple français, qui n’est qu’un aspect du métissage universelle des peuples, qui s’apparente finalement au métissage du peuple américain, phénomène de métissage s’accélérant avec la mobilité mondiale actuelle des capitaux, des marchandises, du travail, des informations et des personnes.
 La crise identitaire de la France n’est elle pas liée, ou ne s’exprime t’elle pas dans cette falsification du passé et de la genèse de notre Nation ?
Cette falsification renvoie à une image trompeuse et donc non édifiante d’elle-même !
 
Du métissage subi au métissage choisi !
 
La nation américaine au contraire de la nation française ne renie pas ses origines d’immigrations conquérantes guerrières, la spoliation des biens des nations indiennes, la traite des noirs y sont racontés, commentés, assumés. Ce sont ces faits dont on pèse le poids de souffrance et de honte qu’ils provoquent. Mais ces faits sont le berceau en lequel s’est bâti cette nation et aujourd’hui, l’élection de Barak Obama en témoigne, la nation USA s’honore d’avoir su tirer du pire, le meilleur dans ce métissage progressif des peuples qui fondent son identité et fait d’un métissage subi, un métissage choisi !
 
La musique jazz est le symbole de ce choix identitaire !
 
L’expérience l’Europe construite en tirant les leçons des pages sombres de son histoire au siècle dernier, montre que la gloire identitaire d’un peuple n’est pas à rechercher dans son passé, qu’il est vain et même dangereux de vouloir « blanchir » et mystifier de manière trompeuse.
 
La force d’une nation est dans sa capacité à assumer entièrement son passé, les erreurs de son passé et en tirer le meilleur en particulier d’assumer son métissage, quelque soit les conditions peu souvent glorieuses de ce métissage. La force d’une nation est dans la capacité de ses citoyens à vouloir vivre ensemble en paix, et donc en recherche permanente et sans exclusion, de permettre à l’autre d’exprimer et de partager le meilleur de lui-même.
 
L’identité d’un peuple : sa confiance en lui-même !
 
Le maître mot de l’identité d’un peuple me semble : confiance dans son propre devenir et dans la capacité des citoyens de bonne volonté de vaincre les démons de haine et de violence qui entravent la sérénité d’une nation.
 
Le projet de loi sur la destitution de la nationalité française renforce t’elle ou au contraire amoindri t’elle la confiance en elle-même et dans ses citoyens … de la nation française ?

Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 10 août 2010 10:45

    Un Français c ’est un ancien Polonais marié à une Portugaise qui va en vacances en Moldavie voir leur cousin Canadien , dont les enfants vivent en coloc avec des Guatémattèques et des Béninoises ,  chantant «  tout tout tout , vous saurez tout sur le zizi  » 


    • King Al Batar King Al Batar 10 août 2010 11:18

      Decheance de nationalité..... ?

      Comment cela peut il etre concevable ? C’est carrément de la discrimination de Francais. C’est à dire qu’on estime que les francais, qui le sont depuis peu, voir depuis leur parents (c’est déjà pas mal, ou comme l’autre petit bout de fiente qui nous sert de president d’ailleurs), sont inférieurement francais à ceux qui le sont depuis plusieurs générations, et que cet nationalisation tardive comparativement aux autres allourdirait les sanctions...

      Qu’est ce que cela veut dire ? Si moi, dont la famille est francaise depuis 1870 (Cremieux y pas mieux  ) je veut me marrier à plusieurs femmes en même temps, je serai puni par la loie, tandis que d’autre n’auront pas la même sanction. Si tous les Francais sont égaux, ils le sont aussi devant la loie, et un crime ou un délit doit être sanctionnable de la même manière pour chaque francais ! A la limite le responsable serait celui qui a accordé la nationalité à quelqu’un de mal integré, mais le polygame doit être puni de la même manière qu’elle que soit l’origine de ses parents....

      Il n’y a pas de période probatoire pour la nationalité, ce n’est pas un permis de conduire. Et en parlant de conduite, il serait bien que notre président (petite merde qu’il est) en change, parce qu’à la fin de son mandat, je ferai partit de ceux qui réclameront la déchéance de sa nationalité, si cette loie passe, afin qu’il réalise mieux la merde, et la nuisance à la fraternité (notion au combien importante de notre republique, sur laquelle il chie constamment) qu’il a réalisé durant le 5 piteuse années ou il a fourni un travail execrable !

      Putain ca y est je suis en rogne !


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 10 août 2010 11:32

        Oui mais toi tu veux tout , le lait , la crémieux et le popotin de la crèmière .... smiley


        • King Al Batar King Al Batar 10 août 2010 17:43

          Mais toi je t’adore !


        • samir 10 août 2010 11:42

          donc etre francais c’est cherir/aimer la culture francaise ???

          On peut etre francais et tenir d’autres cultures dans le monde en plus haute estime, on peut etre francais sans aimer la litterature francaise


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 10 août 2010 11:45

          Tu parles de la culture du pavot  ?


        • samir 10 août 2010 13:24

          J’pense maitriser la culture francaise bien mieux mais alors bien mieux que toi mon coco

          et cesse de m’attribuer des idées de charia, d’islam politique, mon cul sur la commode etc...garde tes phrases fourre-tout pour les autres

          on ne pourra jamais discuter si tu procedes de la sorte


        • Coopain des bois Coopain des bois 10 août 2010 14:30

          "Ceux qui sont français savent qu’ils le sont plus que simplement de papiers.
          lls chérissent la culture de ce pays, ses libertés chèrement acquises et ses avancées tant sociales que technologiques, sanitaires et intellectuelles.« 

          C’est une définition très personnelle et étonnamment restrictive ... n’est ce pas une idéalisation très éloignée de la réalité ?

          Je n’ai pas l’impression autour de moi, que les concitoyens qui partagent ses valeurs soient foison, ou bien ?

          Comment se fait il qu’il soit si compliqué, si ce n’est impossible pour certains de trouver leur joie simplement à vivre au milieu et dans la rencontre des autres tels qu’ils sont, qui vivent autrement, qui ont des convictions intimes autres, partagent d’autres intérêts littéraires, musicaux, politiques, et religieux, et parlent pour certains une autre langue que le français ?

          Il semble que certains de nos concitoyens, (heureusement il me semble qu’ils ne sont pas si nombreux) ne peuvent se faire à l’idée de vivre dans une nation au milieu de gens qui ne le ressemblent pas sans avoir envie de sortir une carabine, ou bien de pondre une loi pour les exclure !

           »L’enfer c’est les autres« déclarait Jean-Paul Sartre. C’était dans l’espérance qu’en prenant conscience de cet enfer subjectif ( le leur), chacun, et tous ensemble trouvions le chemin vers » le paradis, c’est les autres«  !

          Pour moi, la richesse et la chance de mon pays, son »bonheur" est dans cette potentialité de métissage d’humanité à tout point de vue qu’offre cette grande richesse de diversité des français !
          Ce métissage peut paraitre éprouvant, et alors ? La vie n’est pas un long fleuve tranquille, l’histoire du peuple français en est un témoignage !


        • King Al Batar King Al Batar 10 août 2010 17:50

          « lls chérissent la culture de ce pays, ses libertés chèrement acquises et ses avancées tant sociales que technologiques, sanitaires et intellectuelles. »

          Heureusement qu’on a eu quelques intellectuels pour la remettre en question la culture et la société que vous cherissez, si ca se trouve avec des gens comme vous, on en serait encore à la monarchie.

          Monsieur, etre francais, ca veut aussi dire être libre de critiquer le système et de manifester son mécontentement. Joey Starr aurait été Tunisien, il aurait pris perpet, et se serait fait refaire sa rondelle en prison (désolé pour le language, je ne lis que des San Antonio, est ce assez francais pour vous ?).

          Donc non etre francais ce n’est pas votre interprétation individuel de votre culture et de votre nation. Selon moi, c’est participer activement à l’élaboration d’un projet social liberal, égalitaire et fraternel, avec s’il y a lieu la possibilité de critiquer le système en place dans le but de l’améliorer et de manifester au besoin.... C’est une conception un peu Roussalienne de la chose, je vous l’accorde. Mais moi j’aime les miens, et j’aime leur défaut, leur indiscipline et tout ce que vous ne supportez pas, qui rend notre pays vivant, comme un enfant turbulant. Si vous voulez quelque chose de strict ou tout le monde se regarde le nombryl en disant « elle est belle ma France » fallait aller vivre en Grande Bretagne, là bas ils sont patriote à votre sauce.


        • Michel Renard 12 août 2010 12:02

          réponse à « Copains des bois »

          - "Comment se fait il qu’il soit si compliqué, si ce n’est impossible pour certains de trouver leur joie simplement à vivre au milieu et dans la rencontre des autres tels qu’ils sont« 

          Un individu n’est pas un être abstrait, sans culture ni psychologie ni traditions ni goûts divers. Chacun est constitué comme être social par une langue, une culture au sens anthropologique, qui fait qu’il affectionne telle ou telle habitude de vie et qu’il ne se sent pas à l’aise avec telle autre. C’est l’histoire de toutes les sociétés. Sinon, il n’y aurait aucune diversité.
          On peut comprendre que d’autres vivent différemment de soi sans éprouver de la »joie« à partager leur mode de vie.
          Je n’éprouverais aucune »joie« à devoir vivre au milieu de gens dont la seule culture est la consommation télévisuelle, par exemple. Dois-je être blâmé ?

          - »Pour moi, la richesse et la chance de mon pays, son « bonheur » est dans cette potentialité de métissage d’humanité à tout point de vue qu’offre cette grande richesse de diversité des français "

          Si toute l’humanité se métisse en France, la France n’existe plus. Pourquoi cette attirance vers l’humanité et ce refus de la France telle qu’elle est ?
          La logique du métissage, c’est la disparition de la diversité des cultures. Est-ce souhaitable ? Que resterait-il alors ? Un gigantesque marché d’individus sans cultures. C’est bien ce que semblent rechercher les opérateurs économiques de la mondialisation libérale.


        • Coopain des bois Coopain des bois 12 août 2010 14:43

          "La logique du métissage, c’est la disparition de la diversité des cultures. Est-ce souhaitable ? Que resterait-il alors ? Un gigantesque marché d’individus sans cultures. C’est bien ce que semblent rechercher les opérateurs économiques de la mondialisation libérale."

          intéressante opinion  ! A partir de cette conclusion, je comprends bien la réticente au métissage, et l’allergie xénophobe que le risque provoque !

          Mais la logique du métissage est-il orientée vers l’homogénéisation ? Cette homogénéisation n’est pas un processus naturel. Il n’y a qu’à observer la foison de variétés de spécimens différents qu’engendre le métissage dans une espèce végétale ou animale pour se rendre compte que naturellement le métissage tend à la diversification des formes et des identités.

          Je pense que le problème du nivellement culturel vient d’un autre facteur, qui est l’aliénation culturelle au système de production en masse ayant comme objectif de tirer le maximum de profit d’une marchandise. La culture devient donc culture marchande. Elle est soumise à la loi du profit, avec ses effets de standardisation culturelle mondiale.

          Paradoxalement, ce nivellement culturel typique de la fin du siècle dernier est aujourd’hui dépassé, et nous assistons à une diversification des formes d’expression culturelle accessible à tout citoyen qui y puise sa propre inspiration créatrice. Les frontières des nations sont aujourd’hui totalement perméables aux potentialités créatives qu’offrent cette foisonnement culturelle moderne qui va puiser ces ressources jusqu’en des cultures anciennes et marginales que l’on croyaient définitivement révolues.

          Cette nouvelle forme de relation entre l’individu et le groupe auquel il est sensé appartenir peut s’avérer difficile à vivre pour certains. Personnellement, je n’en souffre pas, au contraire !
          N’ayant pas une âme cocorico, attaché aux défilés militaires, je ne souffre pas de la crise identitaire de la nation française.


        • Michel Renard 12 août 2010 20:57

          réponse à Copains des bois (2

          )

          1) la préoccupation des conséquences négatives d’un métissage des cultures ne relève pas d’une « allergie xénophobe ». Aimer une culture ne signifie pas mépriser les autres ni les inférioriser.

          2) Réfléchir au métissage des cultures à partir du modèle biologique n’est peut-être pas de bonne méthode. Sans partager toutes ses conclusions, je trouve intéressante la mise en garde de l’anthropologie Jean-Louis Amselle dans « Branchements » (Flammarion, 2001) :

          - « En faisant du processus d’homogénéisation contemporain le produit de la réunion de segments épars, elle signe son appartenance à une problématique biologique qui représente l’équivalent de ce que constitue sur le plan économique la théorie de la globalisation. En cela, l’idée de créolisation correspond à une conception polygéniste du peuplement humain dans laquelle les différentes espèces feraient l’objet d’un travail permanent de croisement et d’hybridation. Ce bouturage culturel du monde représente ainsi l’avatar ultime de la pensée biologico-culturelle telle qu’elle s’est pleinement développée dans l’anthropologie culturelle américaine » (p. 22)

          3) La standardisation culturelle est massivement portée par le système marchand et la loi du profit mais pas seulement, les moyens de communication de masse (télévision, internet) y contribuent également. Et je ne vois pas là-dedans une « diversification des formes d’expression culturelle »...

          4) Ma crainte du métissage se fonde sur des propos comme les vôtres assez indifférents à la singularité et à la richesse de la culture française, moquée par les « cocorico » et les « défilés militaires ». Dans ce cas, le mot d’ordre de métissage est un vecteur de négation de la culture française à laquelle je suis attaché.

          5) Ma référence en matière de crainte du métissage est la réflexion de Lévi-Strauss :

          "C’est la différence des cultures qui rend leur rencontre féconde. Or ce jeu entraîne leur uniformisation progressive (…) Que conclure de tout cela, sinon qu’il est souhaitable que les cultures se maintiennent diverses ou qu’elles se renouvellent dans la diversité ? Seulement, il faut consentir à en payer le prix : à savoir, que les cultures attachées chacune à un style de vie, à un système de valeurs, veillent sur leurs particularismes ; et que cette disposition est saine, nullement – comme on voudrait nous le faire croire – pathologique. Chaque culture se développe grâce à ses échanges avec d’autres cultures. Mais il faut que chacune y mettre une certaine résistance, sinon, très vite, elle n’aurait plus rien qui lui appartienne en propre à échanger" (De près et de loin).




        • Coopain des bois Coopain des bois 12 août 2010 22:42

          @Michel Renard

          J’ai apprécié la teneur de vos arguments. Je redoute comme vous l’effet du nivellement culturel, l’homogénéisation universelle de la culture.
          Le problème de la Nation française me semble dans le fait qu’elle est née du jacobisme dans la négation d’identités culturelles profondément enracinées et liées à leur terroir. Ces identités sont en quelque sorte le fruit du terroir. D’où le fait que le citoyen français aliéné de sa véritable culture quelque soit son origine régionale s’attache à une idée, par exemple d’être héraut des Droits de l’Homme et des Citoyens, plutôt qu’à une culture dans laquelle il ne se reconnait pas. Je ne pense pas que cet aspiration soit suffisante pour y batir une identité, ou bien ?

          C’est une des raisons qui explique, que je n’ai jamais profondément vibré de mon appartenance française, mais bien plus vibré de mon appartenance régionale et de ses spécificités culturelles.

          Une des grandes forces du président Jacques Chirac fut de donner l’image d’un homme du terroir, terroir limousin et donc de contrebalancer la perversion du jacobinisme.

          Je pense qu’avec la naissance de l’Europe, les Régions pourront renaître de leurs cendres, et être le berceau de cette résistance à l’uniformisation culturelle qui guette le monde entier.
          Peut-être une France qui soit une fédération de Régions, interface entre la Région et l’Europe ?

          Qu’en pensez-vous ?
           


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 10 août 2010 11:44

          Ben c ’est qui y en a qui fuient les us et coutumes de leur pays où c ’est la démocratie « ferme ta gueule  » pour venir faire leurs us et coutumes dans un pays où la démocratie c’ est « cause toujours  »

          Certains pays ils coupent les mains des voleurs , le nez des femmes ici on met des prothèses ...


          • cmoy patou 10 août 2010 15:21

             smiley smiley smiley


          • jakback jakback 10 août 2010 12:50

            @samir,
            Non on ne peut être Français, en aimant pas sa littérature. C’est a elle que l’on doit le siècle des lumière, que la France fût, oui fût, un phare dans le monde.
            Chaque médaille ayant son revers, ses valeurs on interdits a nos élites intellectuelles, puis et, financières, de mener la politique de sauvegarde de nos valeurs.

            1

            • samir 10 août 2010 13:27

              « Non on ne peut être Français, en aimant pas sa littérature. »

              SI SI on a meme le DROIT d’etre francais sans aimer sa cuisine, et/ou sa litterature, et/ou sa musique, on peut etre francais et pas aimer PARIS par exemple je ne vois acunement l’incompatibilité, etre francais n’est pas adhérer automatiquement a n’importe quel element culturel de ce pays : etre francais c’est adherer au projet republique francaise avant tout
               etc... c’est du grand n’importe quoi ce que vous racontez

              La philosophie des lumieres est avant tout une reminiscence ideologique de l’antiquité avant tout, un retour aux sources...

              ca sort d’ou toute les conneries que vous sortez ? vous vous mettez a plusieurs ou quoi ??


            • Massaliote 10 août 2010 14:15

              Etre Français c’est le contraire de ceci :
              Mohamed Sabaoui, jeune sociologue de l’université catholique de Lille, d’origine algérienne, naturalisé français a déclaré :
              "Notre invasion pacifique au niveau européen n’est pas encore parvenue à son terme. Nous entendons agir dans tous les pays simultanément.
              Comme vous nous faites de plus en plus de place, il serait stupide de notre part de ne pas en profiter. Nous serons votre Cheval de Troie. Les Droits de l’homme dont vous vous réclamez, vous en êtes devenus les otages. Ainsi, par exemple, si vous deviez vous adresser à moi en Algérie,ou en Arabie Saoudite, comme je vous parle maintenant, vous seriez, dans le meilleur des cas, arrêtés sur-le-champ. Vous autres Français n’êtes pas en mesure d’imposer le respect à nos jeunes.
              Pourquoi respecteraient-ils un pays qui capitule devant eux ? On ne respecte que ce qu’on craint.
              Lorsque nous aurons le pouvoir, vous ne verrez plus un seul de nos jeunes mettre le feu à une voiture ou braquer un magasin... Les Arabes savent que la punition inexorable que mérite, chez nous le voleur, c’est l’amputation d’une main .
              Et, toujours du même Mohamed Sabaoui lors d’une interview récente :
              Les lois de votre République ne sont pas conformes à celles du Coran et ne doivent pas être imposées aux musulmans, qui ne peuvent être gouvernés que par la Charia. Nous allons donc oeuvrer pour prendre ce pouvoir qui nous est dû. Nous allons commencer par Roubaix, qui est actuellement une ville musulmane à plus de 60 %. Lors des futures élections municipales, nous mobiliserons nos effectifs, et le prochain maire sera musulman. Après négociation avec l’État et la Région , nous déclarerons Roubaix enclave musulmane indépendante comme le KOSOVO et nous imposerons la Charia (loi de Dieu) à l’ensemble des habitants. La minorité chrétienne aura le statut de Dhimmis. Ce sera une catégorie à part qui pourra racheter ses libertés et droits par un impôt spécial. En outre, nous ferons ce qu’il faut pour les amener par la persuasion dans notre giron. Des dizaines de milliers de Français ont déjà embrassé l’Islam de plein gré comme Frank RIBERY, GARAUDY et d’autres, pourquoi pas les chrétiens de Roubaix ? Et puis avec l’entrée prochaine de la TURQUIE en Europe, c’est plus 80 millions de Musulmans qui circuleront librement et se chargeront d’Islamiser toute l’Europe. Actuellement à l’université de Lille , nous mettons sur pied des brigades de la foi, chargées de ’convertir’ les Roubaisiens récalcitrants chrétiens, ou ... pour les faire rentrer dans notre religion, car c’est Dieu qui le veut ! Si nous sommes les plus forts, c’est que Dieu l’a voulu.
              Nous n’avons pas les contraintes de l’obligation chrétienne de porter assistance, à l’orphelin, aux faibles et handicapés.Voir votre Soeur EMMANUELLE. Nous pouvons et devons, au contraire, les écraser s’ils constituent un obstacle, surtout si ce sont des infidèles . smiley


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 10 août 2010 14:17

                Massaliote, ce texte que vous citez est un hoax qui traîne sur internet depuis l’été 2008. Il a pourtant été démonté, mais comme tous les hoax il a la vie dure.


              • samir 10 août 2010 14:24

                ben les hoax c’est un peu comme les abrutis (hein Massaliote ?) c’est coriace...

                ah au fait Massaliote petite chimpanzé pas tres malin : verifie tes sources


              • Coopain des bois Coopain des bois 10 août 2010 14:39

                « Etre Français c’est le contraire de ceci : ... »
                C’est quoi ce texte .... un épouvantail littéraire pour un appel à la croisade en Afghanistan ?


              • samir 10 août 2010 14:44

                Ce texte est un HOAX raciste identifié depuis plusieurs années

                Mais comme Massaliote est a la masse il ne le savaiot pas

                meme Cosmic Dancer a l’air gené pour lui


              • Massaliote 10 août 2010 15:39

                Etre traitée d’abruti par un Samir est un honneur. C’est un spécialiste. Quel est donc l’abruti qui a préconisé ceci ? : "( Coran IX, 5) : “Les mois sacrés expirés, tuez les idolâtres partout où vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. “ smiley


              • saba 10 août 2010 16:02

                suite :
                sans être voilée etc.....
                Que cet islamiste prenne ses fantasmes pour la réalité n’empêchera pas ceci : ce n’est pas demain la veille que les Français se laisseront dicter les préceptes de la charia , n’en déplaise à tous les paranoîaques d’extrême-droite.


              • samir 10 août 2010 16:58

                « Etre traitée d’abruti »

                ou as tu vu que je te traite d’abrutie

                Je ne te traite : il s’agit d’une description nulle insulte la dedans juste un constat objectif sur ta personne

                Tu oses donner du crédit a un HOAX, d’ailleurs ils osent tout c’est meme a ca qu’on les reocnnait n’est ce pas ?


              • cmoy patou 10 août 2010 15:29

                Etre Français chacun le définit selon son vécu , moi je ne peux remonter que jusqu’à mon grand- père qui avec mon père sont morts tous les deux pour la France sans l’avoir choisi puisque incorporé ou mobilisé comme la majorité de mes compatriotes....- avant mon grand père nous étions allemands suite à la guerre de 1870.


                Avant tout c’est l’esprit de laïcité auquel je tiens le plus.



                • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2010 15:50

                  A une question correspond une autre.
                  A un pays correspond un autre.
                  Tout est une question de lieu et de temps.
                  Maintenant si on joint les deux, là, cela devient diablement plus intéressant.
                   smiley


                  • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2010 15:52

                    Vous parlez de métissage ?
                    Je crois que vous n’êtes jamais passé par chez moi.


                    • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2010 16:22

                      http://www.youtube.com/watch?v=8-lE0ZOcdoQ
                      Pour empêcher le ciel de tomber. Tout est dans ces mots. smiley


                    • mcjb 10 août 2010 16:04

                      parce que tu ne sais encore ce qu’est etre francais, c’est grave doctgeur

                      etre francais s’est abiter un pays la france avec ses lois, 

                      on est francais d’origine

                      ou francais par naturalisaion


                      • saba 10 août 2010 16:08

                        Ce rappel de l’histoire de notre pays est extrêmement intéressant et vient à point nommé dans la confusion soigneusement entretenue par Sarkozy et consorts.
                        Oui nous sommes depuis l’origine un peuple métissé. Doit-on avoir peur d’un métissage moderne ? Non si nous avons confiance en nous-memes et en nos valeurs républicaines.


                        • Clojea CLOJEA 10 août 2010 16:11

                          Etre français, cela veut dire aimer ce pays, sa culture, sa gastronomie, ses vins, ses régions diverses etc.... Quand on vit dans un pays, on se doit de l’aimer ou alors il faut déménager. Qu’il y ait des choses à améliorer, soit, mais quel est le pays idyllique ? Et puis, améliorer les choses est le devoir de chacun. En effet, chacun peut apporter sa pierre à l’édifice.
                          Déchéance de nationalité ? Pourquoi faire ? Une répression de plus ? L’arsenal juridique est plus que suffisant pour que la loi soit respectée. Alors ?


                          • Triodus Triodus 10 août 2010 16:13

                            Bonjour,

                            Voisins de France, ça m’a pas l’air facile pour vous ces temps.. Vous vous déchirez sur tout et revenez toujours à vos références passées.

                            Je sais bien que quand on ne sait plus où on va, on regarde d’où l’on vient..

                            Votre France de DEMAIN, vos aspirations pour votre nation, c’est quoi ?

                            Cdt,
                            T.


                            • cmoy patou 10 août 2010 16:27

                              Que l’on respecte nos us et coutumes comme le désirent tous les pays du monde pour leur propre pays, que nous vivions en paix avec tous les êtres humains peuplant cette terre et que les mots qui sont inscrits sur tous les frontons de nos bâtiments publics soient une réalité et non une gageure comme actuellement.


                              Liberté.Egalité.Fraternité, je ne sait pas si vous avez remarqué mais il y a des points entre les mots quest-ce a dire ?

                              • Triodus Triodus 10 août 2010 17:12

                                Je suppose, Patou, qu’il s’agit d’une interponction (servant à séparer les mots), ou encore d’un point haut (marquant une pause entre les mots).

                                J’ai déjà vu ça sur des inscriptions latines sur des monuments..

                                Cdt,
                                T.


                              • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2010 17:32

                                C’est comme S.P.Q.R.
                                mais c’est modernisé. smiley


                              • Annie 10 août 2010 16:44

                                Chacun y va de son couplet sur ce que cela veut dire être français. Je connais des Français dans le pays où j’habite dont les enfants sont Français de droit, qui ne parlent pas un mot de français, n’ont jamais été exposés à la culture française, et qui de par leur éducation sont plus proches du pays où ils ont grandi que de la France. Personne ne viendra contester le fait qu’ils soient français. Si l’on s’en tient aux arguments présentés pour justifier le retrait de nationalité (intégration, respect des valeurs laïques, appréciation de la culture française etc.), ils me paraissent pourtant tout à fait qualifiés. Par ailleurs, ils ont fait leurs trois heures de « service militaire » au Lycée Charles de Gaulle de Londres, dispensé par un colonel bilingue qui traduisait pour ceux qui ne comprenaient pas ; une vraie charade.


                                • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2010 17:37

                                  Annie,

                                   Ce qu’il faudrait demander au gens, c’est l’ordre dans lequel, il donne leur réponse.
                                   Bretons-Français ou Français-Bretons.
                                   Basques-Français ou Français-Basques.

                                   Nous sommes, par ici, occupé à faire l’inventaire.
                                   Ce n’est pas triste. Il y a qu’à suivre. Un vrai thriller de l’été, comme l’a été votre « Dallas, ton Univers impitoyable ».
                                   smiley
                                   


                                • Annie 10 août 2010 17:48

                                  Le problème, l’Enfoiré, c’est lorsqu’on commence à dire être Français (ou Belge), c’est ..... parler le français (quel niveau ? quel est le test ?), aimer la culture française (quels auteurs ? et quels siècles ?), la nourriture française (Macdos, ou andouillettes ?), les valeurs françaises (la solidarité, la laïcité ?).
                                  Tout cela, c’est de la fumisterie pur et simple. Comme ceux qui disent qu’être Français, cela se mérite. Ah, bon, je n’ai pas vraiment eu l’impression d’avoir fait grand chose pour mériter cette nationalité, cela n’empêche pas que je suis française et que je tiens à ma nationalité, sinon j’en aurai changé depuis 26 ans que j’habite dans un pays étranger.


                                • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2010 18:29

                                  Annie,
                                   "parler le français (quel niveau ? quel est le test ?), aimer la culture française (quels auteurs ? et quels siècles ?), la nourriture française (Macdos, ou andouillettes ?), les valeurs françaises (la solidarité, la laïcité ?).« 
                                  Si vous aller lire ce que j’ai pointé plus haut, vous comprendrez mon sentiment. Moi, on me nomme du doux nom de »belgicain« .

                                   »...fumisterie pur et simple.« 
                                  Peut-être.

                                   »...je tiens à ma nationalité, sinon j’en aurai changé depuis 26 ans que j’habite dans un pays étranger."
                                  Perso, je ne l’ai jamais fait. Zinneke complet, de la tête au pied.
                                  Vous ne donner pas le pays étranger, donc je ne peux juger si vous avez dû changer de culture, de langue ou non.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès