Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Exclure la Mort !

Exclure la Mort !

Le débat sur l’euthanasie « active », souvent passionnel, met bien en lumière l’approche de plus en plus difficile de nos sociétés « riches » et dites développées vis à vis de la mort. Elle est exclue du paysage de tous les jours, cachée. Nos sociétés sont en situation de déni par rapport à ce phénomène naturel. C’est l’occasion ici de revenir quelques années en arrière, en ruralité, pour observer les rituels dont on voudrait s’abstraire.

Les obsèques en milieu rural, on dit « enterrement », ont un double visage.

Il y a celui de la douleur des proches avec les larmes et le désarroi ; il y a aussi le visage social. La page du journal local consacrée aux avis mortuaires est, de loin, la plus parcourue, faisant office de faire part.

Au-delà du chagrin partagé et des marques de sympathie, la présence aux obsèques est socialement obligatoire. Un bon député ne s’y trompe pas ; il essaye de “les faire” tous.

Au terme de l’office, après la longue procession de “l’eau bénite”, l’attente du “corps” se prolonge sur le parvis : les premiers sortis accueillent les suivants. Les discussions s’engagent, se réorientent en fonction des nouveaux arrivants.

La file s’ébranle ensuite vers le cimetière. Silencieuse aux abords immédiats du corbillard, elle devient de plus en plus bruyante et distendue se terminant souvent dans le franc bavardage détendu des derniers rangs.

Une nouvelle “aspersion” moins solennelle, plus aérée, ou une geste d'adieu, une rose, une pétale, quelques mots aux proches ou simplement une pression un peu forte de la poignée de main et c’est la dispersion. Le moment est venu d’aller saluer “son” mort -ses morts- a travers tout le petut cimetière. On ne partirait pas sans faire la visite à la tombe de famille : Une herbe folle arrachée ici, une fleur plastique redressée là.

Enfin les groupes remontent vers le village . Un temps clément permet de deviser encore un peu, sur la place ou dans la gran’rue, aux abords du café épicerie. Les hommes iront y boire quelques chopines à la santé céleste du mort. La tristesse s'estompe, les gestes sont un peu empruntés pour cause d’habits réservés aux fêtes. Au sortir de ces cérémonies rituelles, l’homme se sent plus vivant qu’avant. Le rôle social du mort “campagnard” est encore préservé. Au village, on sait qu’un tel va mal, on suit la progression du mal, sans exclure, sans pudeur non plus.

La ville et son urbanisme étroit ont évacué ces enseignements. Les temps de la naissance et de la mort “chez soi” y sont révolus. Il y a un demi-siècle, le décès ne survenait à l’hôpital que rarement. Les familles étaient prêtes à toutes les “compromissions” pour ramener le mort putatif “chez lui” : situation inversée actuellement.

Des raisons objectives expliquent ces changements : un habitat étroit et collectif, la dispersion familiale, la séparation des générations. Elles n’expliquent pas tout.

Nos sociétés s’emploient à cacher la mort.

Je conserve de l’enfance, des souvenirs très précis de nos visites aux morts. Il n’y avait rien de morbide ou d'effrayant dans ces démarches, aucune curiosité anormale, seulement l’accomplissement d’un geste naturel, social, un peu rituel.

Aujourd’hui, aucune préparation à ce passage, la société s'emploie au contraire à exclure la mort de l'environnement. La mort n'est pas "people" sauf à la une de Paris-Match. Pourtant, dans le même temps on ne cesse d’entendre l’expression “faire le deuil” et les cellules psychologiques se multiplient à toute occasion. C'est la preuve d’une nécessité perdue et confiée aux psychiatres et autres “curés” modernes.

Avec mes parents et grands parents nous nous rendions en visite chez les familles voisines touchées par le deuil. Ne pas effectuer une telle démarche eut été un affront, une indélicatesse majeure. Après quelques mots aux proches, quelques embrassades humides, l’épouse, la mère ou le mari, prononçait les mots attendus : “voulez-vous le voir ?, la voir ?” Sans attendre une réponse connue par avance, il ou elle nous guidait vers la chambre aux volets clos.

Le souvenir demeure précis de ces moments forts, sans frayeur : il règne un calme absolu, sombre, percé de quelques craquements de parquet chez les “bourgeois” citadins, d'un chant de coq étouffé et lointain à la campagne. Au centre de ce silence artificiel, éclate le bruit assourdissant de l’eau bénite sur les draps amidonnés. Le mort est là, mains jointes, dormant sans bruit dans ses habits neufs sous un drap immaculé et raide. La vision est sereine. On s’approche à pas feutrés pour ne pas le réveiller. Avec le buis du dimanche des rameaux, l'aspersion des quelques gouttes tambourine sur les draps, les habits et le corps raides : assourdissant ! Un arrêt méditatif de quelques instants, un craquement supplémentaire et c’est le retour vers la lumière et les bruits conformes.

De nos jours, ce dernier contact, ce vrai deuil, n’a plus lieu ou dénaturé dans les antichambres des morgues et des crématoriums. Les enfants en sont exclus, parfois même certains adultes réputés fragiles

Pourtant, tous ces "protégés" n’ont jamais vu autant de morts !

A longueur de journaux télévisés, c’est la procession des morts à distance : charnier ici, corps décharnés là, hémoglobine plein les écrans, mais toujours à distance. La mort cathodique -pas chez le voisin ni chez nous- ailleurs, loin, à distance ; le contact physique est perdu.

Même l’animal domestique échappe aussi au cérémonial du deuil : pas d’agonie à domicile, une ballade chez le vétérinaire, une piqûre, incinération, “les enfants n’ont rien vus”.

Cette connaissance est dure, parfois bouleversante, mais elle est culturelle, naturelle et nécessaire. Elle doit provoquer “retour”, réflexion, émotion. L’éducation aseptisée et cathodique ne prépare pas. La mort cathodique ce n’est pas la vôtre ; elle vous amènera tout au plus au supermarché afin d’y acheter quelques paquets de riz pour “ailleurs”.

La mort du voisin, c’est la nôtre ; elle nous insère ; elle est miroir.

Le blog

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • JL JL 29 janvier 2011 11:03

    Très bel article.

    Au sujet de l’euthanasie, puisque vous en parlez, je voudrais dire qu’elle est la suite logique, hélas, de cette dérive que vous dénoncez si bien.

    Ceci dit, en vertu du principe qui veut que passé les bornes il n’y a plus de limites, il faut maintenir la frontière que constitue l’interdiction absolue de donner la mort pour quelque raison que ce soit : mais en parallèle, il faut encadrer l’acharnement thérapeutique le plus rigoureusement possible et condamner avec la plus grande sévérité ceux qui font plus pour leur réputation de thérapeutes que pour la qualité de vie de leurs patients - y compris sa mort.


    Pour illustrer votre article, cette chansons de Brassens : « Les funérailles d’antan »


    • ZEN ZEN 29 janvier 2011 12:20

      Bravo pour cet article
      Le refoulement de la mort, incompatible avec les valeurs marchandes du « pousse-au-jouir » rend malades beaucoup de nos contemporains. En en gommant l’aspect naturel, on la rend insupportable et on l’esthétise pour la rendre acceptable, en l’absence de croyances en un au-delà.
      Montaigne a dit là-dessus l’essentiel.
      Faute de soins appropriés, de médecins disponibles ou arrivant trop tard surtout dans les fermes reculées, j’ai vu trop de « jeunes » vieux mourir, qu’on sauverait facilement maintenant.
      La prolongation de la vie « au-delà du raisonnable » en milieu hospitalier n’est pas non plus souhaitable. C’est pour cela qu’il faut des règles pour éviter abus et dérapages et tenter de définir ce qu’on appelle « raisonnable »...Je suis pour une loi-garde-fou minimale
      Mais qu’on se donne du temps et qu’on ne se fie pas seulement aux « experts »


      • joseph-alois joseph-alois 29 janvier 2011 13:55

        Maintenant on ne meurt plus, on part...Bel euphémisme pour éviter de parler naturellement de ce qui est naturel. Voile de langage pour un exutoire improbable. Article intelligemment écrit qui pose concrètement la place de la mort dans nos sociétés.


        • slipenfer 29 janvier 2011 14:15

          iL n’y a pas longtemps j’ai bu quelques bières a Routo avec les charitons
          du coin.Bonjours les histoires d’enterrement et le cricri trop bourré
          qui est tombé dans le trou devant tout le monde.Et les vannes de cul
          qui tombe du ciel,quand la femelle,vient chercher ses clopes ,
          Il est vrai qu’Eros et Thanatos font bon ménage.
          A bas bien les gars !!!!!! pas triste
           smiley


          • Giordano Bruno 6 février 2011 11:26

            J’ai beaucoup apprécié la qualité de l’écriture. Et le sujet est très pertinent.

            Bravo !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès