Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Farida Belghoul dénonce les parrains, sous le parrainage de Alain (...)

Farida Belghoul dénonce les parrains, sous le parrainage de Alain Soral

 

Donc, qu'aurait eu la visibilité de Belghoul ou d'un Ali Albert s'ils n'étaient pas parrainés par Soral ? En me posant cette question, je ne remets nullement en question leur talent et leur capacité de réfléchir, leur autonomie intellectuelle.

 

Elle revisite l'histoire et s'arrange avec les concepts pour expliquer certaines choses.

Ainsi, dit-elle que les beurs n'ont pas pu être eux-même de fait qu'ils ont été « pris en charge justement par des parrains qui avançaient à visage masqué qui avançaient le sourire aux lèvres et qui étaient finalement des parrains qu'on connaissait depuis très longtemps... j'ai envie de dire que depuis ma naissance en France, ces parrains là, je les ai toujours vus ...que ce soit à l'école publique ou dans les associations diverses et variées auxquelles j'ai pu participer, au parti communiste d'ailleurs parce que j'y ai passé trois ou quatre ans de ma jeunesse, c'est parrains là on les a toujours eus, c'est à dire qu'il y a toujours eu dans dans notre environnement de la seconde génération des gens pour nous entrainer vers des directions qui n'étaient pas celle qui naturellement aurait pu être la nôtre. Pourquoi ? Nous étions donc des enfants d'immigrés. Ces enfants d'immigrés étaient des enfants de colonisés, moi j'ai 55 ans...je suis née en 58, et en 58 l'Algérie n'était pas indépendante. J'ai donc été colonisée moi-même d'un point de vue de statut juridique pendant 4 ans. Les enfants de la deuxième génération ont, peu ou pro, mon âge entre 50 et 60 ans et ils ont été ces enfants qui sont sortis de la colonisation avec les indépendances des pays colonisés et qui ont atteint l'âge de 20 ans dans les années 80 lorsque la gauche avec le gouvernement Mitterrand l'a emporté dans la gestion des affaires du pays. A l'époque que l'on reconnaisse ou pas, forcément, je dirai nous avions tous un problème d'identité qu'on ne savait pas définir et qu'on n'aurait pas été capable d'exprimer en des termes rigoureux. Je pense qu'aujourd'hui 30 ans plus tard on peut savoir ….qu'il s'agit finalement de quoi ? Dans ce problème d'identité. Il s'agit que nous étions des enfants issus d'hommes traditionnels malgré tout. Parce que la colonisation n'avait pas cassé entièrement cette identité traditionnelle de nos parents. Donc nous étions des enfants quand même d'immigrés, mais des enfants de la tradition qui s'éloignaient de nous au fur et à mesure que le temps passait. Mais nous avions quand même une prise avec cette tradition et nous avions été très rapidement dans notre enfance, par l'intermédiaire de l'école notamment plongés dans la laïcité, c'est à dire la modernité. Qu'est-ce qui fait la différence entre la tradition et la modernité ? Parce que le mot tradition a une connotation péjorative aujourd'hui, et le mot modernité a une connotation contraire extrêmement positive. Et c'est ce qui nous a trompés nous aussi les enfants d'immigrés dans les années 80. c'est que nous avions honte finalement des hommes traditionnels qui étaient nos parents. Nous en avions honte parce qu'ils étaient dominés et nous en avions honte parce que nos étions ignorants. C'est à dire que nous savions pas qu'ils détenaient en eux la seule richesse qu'un homme aujourd'hui possède réellement c'est son rapport avec la tradition. C'est à dire son rapport avec les ancêtres qui le remontra jusqu'au point le plus haut où il pourra retrouver, en fait, entièrement son intégrité et se positionner dans le monde moderne, je dirai plutôt le monde contemporain, se positionner avec de véritable racine, et d'être enraciné malgré l'histoire coloniale et l'immigration qui a produit un déracinement d'une violence extrême. Cette immigration, je voudrai le dire à ceux qui même ici pourraient imaginer que c'était une chance, pour nous, a été un grand malheur pour nous. Les enfants de la deuxième génération souffraient de l'immigration. J'ai moi-même produit …à vingt déjà, je ne souhaitais pas que cette immigration finisse par m'emporter définitivement, mes enfants et moi, dans ce pays qui était la France ; puisque j'imaginais à l'époque, je ressentais à l'époque ce pays comme celui qui m'avait abattue, moi et mes ancêtres. Donc, je n'ai pas voulu pendant de nombreuses années puisque j'étais née, finalement, Française sujet de la colonisation pour finir par être Algérienne lorsque en 62 mon père a choisi la nationalité algérienne à l'indépendance, je n'ai pas voulu pendant des années prendre la nationalité française. Ce qui a totalement perturbé mon existence. Par exemple, je n'ai pas pu passer un concours d'enseignante … que tardivement. Parce que j'avais enfin franchi le pas collectivement pour effectivement accepter d'être juridiquement Française. Mais être juridiquement Française dans les années 80, nous l'étions mais nous l'étions pas de coeur français. Parce que l'imposture sur l'identité française, l'histoire de la France telle que on nous l'avait racontée à l'école, était celle finalement de notre domination. Et comment accepter cette défaite que de vouloir finalement adopter une identité qui avait été celle de nos maîtres, qui avait été celle de ceux qui nous avaient humiliés et abattus. Il a fallu beaucoup de temps, il a fallu les années beurs où j'ai considérablement appris parce que j'ai découvert ….qu'il existait deux France, ou plutôt... qu'il existait la France et la République laïque, et que ce n'était pas la même chose. Que l'histoire finalement m'avait conduite pieds et poings liés dans la République mais que celle-ci avait finalement usurpé l'identité de la France, pour me tromper. Pas seulement moi, tous les miens mais aussi tous les Français. Donc, qui a fait ce travail d'usurpation ? Qui a usurpé l'identité de la France ? Qui m'a fait croire à moi et mes contemporains des années 80 que la France était cette France coloniale, cette France discriminante et cette France qui voulait nous abattre ? C'est les parrains... »

 

De son discours, j'en retiens l'impression que Belghoul est toujours en difficulté d'identité, que l'amour filial, « empreint de honte », la force à ses dépens d'endosser l'histoire de son père, je crois pour partie imaginaire. Elle donne l'impression de l'effet moutonnier, l'effet de groupe, l'effet de la foule. Il n'y a pas de destin individuel, pas de volonté personnelle.

Il faut se poser la question sur l'héritage légué par les parents, par la société d'origine (ce qu'elle ne fera jamais, au contraire, son témoignage montre qu'elle était mue (comme Houria Bouteldja, il y a étrangement beaucoup de similitude entre le discours des deux femmes, elles pouvaient bien s'entendre) par la haine de la France, elle dit qu'elle a refusé de faire la démarche de prendre la nationalité française, elle avait des griefs contre la France mais ne sait pas réellement lesquels et s'approprie ceux de ses parents. Lui est-il arrivé de se poser la question, pourquoi après l'indépendance ses parents ont quitté ou ne sont pas rentrés en Algérie ? En principe, après le départ des colons, l'Algérie aurait été l'Eldorado des Algériens qui retrouvent leur liberté, il ne leur manquait que de retrousser les manches et de construire leur pays. Au contraire, son père opte pour la nationalité algérienne et reste en France. En soit c'est une énorme contradiction.

On entend souvent que les Maghrébins et les Noirs en général ont été amenés ici en France pour construire la France au lendemain de la seconde guerre, souvent cela sous entend que les immigrés n'avaient pas de liberté, qu'ils auraient été littéralement déportés, déplacés, ou forcés à immigrer, ce qui est faux. Les immigrés avaient leur libre arbitre (ce qui est flagrant pour Houria Bouteldja, née en Algérie, qui s'installe en France dans l'objectif de venger les crimes coloniaux et démanteler le pouvoir blanc, raciste et faire accéder les colorés à la dignité en les y substituant), ils ont pris une décision, celle de quitter leur pays et d'aller s'installer dans un autre pays, même dans un pays envers lequel ils ont de ressentiment et c'est en cela que l'ont peut faire la différence entre l'immigration asiatique (et notamment vietnamienne).

Il faut que Farida Belghoul soit honnête intellectuellement et faire son autocritique sur le plan de l'héritage culturel et émotionnel avant de prétendre poser un regard neutre et objectif, surtout un regard utile aux autres sans a priori.

Son gros défaut, c'est qu'elle fait un retour vers la tradition, mais ne précise pas laquelle tradition. Et surtout elle oppose la modernité (sans jamais la définir, mais elle lui donne le synonyme de laïcité) à la tradition, sans jamais en donner un contenu ou la préciser, parce que la tradition dans les pays du Maghreb n'est pas celle de l'Occident. La tradition germanique n'est pas la tradition latine. Même au Maghreb, la tradition des Hauts Atlas au Maroc n'est pas la même que celle du Rif, ou du Sahara ou chez les Berbères. La tradition de l'Afrique occidentale n'est pas n'ont plus la même que l'Afrique orientale, sans oublier la tradition des pays asiatique et ainsi de suite. À moins de considérer le patriarcat et la domination masculine englobant toute les traditions, soit le référent ou le signe indépassable de la tradition.

Farida Belghoul n'arrive toujours pas à gommer les marqueurs de sa jeunesse et notamment la référence au colonialisme et à la colonisation. Belghoul dit clairement que la colonisation a eu pour but de casser l'identité traditionnelle des parents (ce qui est totalement faux), elle reprend le discours marxiste et gauchiste qui impute les problèmes des sociétés post coloniales aux stigmates et à l'héritage du colonialisme. Une façons de ne jamais questionner la responsabilité des sociétés colonisées sur leur part de responsabilité dans leurs problèmes et surtout les problème d'identité.

 

Il est quand même curieux cette manie chez elle de parler tout le temps de «  enfants  » comme si l'enfance se prolonge au-delà de l'adolescence. Une façon inconsciente de se dédouaner et de ne pas assumer ses propres erreurs. C'est vrai que l'on est l'enfant de quelqu'un, mais on est aussi soi-même, on se construit et on décide son avenir.

 

Le problème d'identité dont parle Belghoul, elle le dit justement que « les enfants de la deuxième génération ne savaient pas exprimer en des termes rigoureux », ce problème existe toujours, et la 3ème voire la 4ème génération ne savent toujours pas le poser, l'analyser ou l'exprimer en termes rigoureux. Ce sont d'autres parrains comme Tariq Ramadan ou les salafistes qui se substituent à la gauche pour leur donner les outils des prêts à penser pour exprimer la problématique identitaire, si ce n'est la délinquance et la marginalisation qui en devient le langage pour exprimer la difficulté identitaire.

Sans remettre en cause ou nier la souffrance liée au déracinement des hommes et des femmes de la deuxième génération, il est utile de vouloir comprendre par quel mécanisme est-il possible de surmonter cette souffrance et de la cristalliser en quelque chose de positif, harmonieux avec le pays d'accueil. Pourquoi cette incapacité ? Pourquoi toujours vouloir chercher des causes externes ? Il y en a forcément, mais n'y a-t-il pas également des causes internes aux familles, aux habitudes, aux rapports entre les membres de la famille, le rapport à l'Etat, à la chose publique etc... mais cela suppose aussi de questionner la tradition avec son système moral et son corpus de pensée, que Belghoul leur attribue des pouvoirs magiques.

Si l'on peut admettre que la colonisation ne soit pas le fait voulu par les colonisés, l'immigration est un choix individuel, une décision qui n'a pas été imposée par la France à qui que ce soit. Et les parents étaient donc responsables de la souffrance de leurs enfants, et qu'il fallait y être attentif.

 

Last but not least, faire une différence entre la République et la France (la République laïque est contre la tradition Française) est d'un anachronisme grossier et sans aucun fondement. Sur quoi elle se base pour annoncer péremptoirement une telle idée ?

 

la suite de la conférence :

http://www.youtube.com/watch?v=NdXynnipjIo

https://www.youtube.com/watch?v=Js304r70VCM

http://indigenes-republique.fr/sos-racisme-des-potes-qui-nous-voulaient-du-bien-sadri-khiari/

http://indigenes-republique.fr/nous-ne-voulons-plus-etre-les-tirailleurs-senegalais-daucune-cause/

https://www.youtube.com/watch?v=ztqv97_5Rw0

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.63/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Rounga Roungalashinga 2 décembre 2013 15:28

    J’ai l’impression que les propos que vous prêtez à Farida Belghoul dépassent ceux qu’elle a réellement prononcés.


    Belghoul dit clairement que la colonisation a eu pour but de casser l’identité traditionnelle des parents (ce qui est totalement faux)

    Les buts de la colonisations, clairement annoncés par Jules Ferry, étaient bien de convertir les « races inférieures » à la démocratie et aux droits de l’Homme.


    Il est quand même curieux cette manie chez elle de parler tout le temps de « enfants  » comme si l’enfance se prolonge au-delà de l’adolescence


    En réalité, c’est la conception actuelle, où l’adolescence se situe entre 12 et 18 ans environ, qui est fausse. On est un enfant jusqu’à 18 ans, et adolescent jusqu’à 25 ans environ. On confond entrée dans la puberté et entrée dans l’adolescence.

    Last but not least, faire une différence entre la République et la France (la République laïque est contre la tradition Française) est d’un anachronisme grossier et sans aucun fondement.

    Pourtant il est bien nécessaire de faire cette différence. La France était la France avant la République. La République est le régime de la France, mais elle n’est pas la France.


    • FRIDA FRIDA 2 décembre 2013 15:41

      @Roungalashinga

      "Les buts de la colonisations, clairement annoncés par Jules Ferry, étaient bien de convertir les « races inférieures » à la démocratie et aux droits de l’Homme.« Oui un peu comme BHL qui a voulu libérer les Libyens d’un dictateur. Vous réduisez la colonisation à un seul homme et un seul discours... prenez un peu de hauteur. Que diront les gens dans 100 ans à propos du discours de BHL ? Certains discours ne représentent pas un programme ni une politique, mais tout simplement de l’art oratoire... à l’époque de Ferry, la France est elle même très traditionnelle et rurale.

       »En réalité, c’est la conception actuelle, où l’adolescence se situe entre 12 et 18 ans environ, qui est fausse. On est un enfant jusqu’à 18 ans, et adolescent jusqu’à 25 ans environ. On confond entrée dans la puberté et entrée dans l’adolescence." Et alors ? enfant à 18 ans ou adolescent à 25 ans, cela ne change rien à la capacité de s’individualiser, de penser pas soi-même, de la capacité d’être critique.

      "Pourtant il est bien nécessaire de faire cette différence. La France était la France avant la République. La République est le régime de la France, mais elle n’est pas la France." Foutaise. ceci est l’argument des monarchistes qui refusent de voir dans la République un régime qui représente la France. Pourtant, la monarchie, c’est aussi un régime, que l’on peut différencier de la France, n’est-ce pas ? mais alors, si la République n’est pas la France, c’est quoi enfin de compte la France ?


    • Rounga Roungalashinga 2 décembre 2013 16:13

      mais alors, si la République n’est pas la France, c’est quoi enfin de compte la France ?

      Eh bien, la France, c’est un peu comme le temps pour Saint Augustin : si vous ne me demandez pas ce que c’est, je le sais, et si vous me le demandez, je ne le sais plus. Comme toutes les nations, la France se définit par des habitudes, un mode de vie, une mentalité qui se déclinent en mille nuances et dont on a bien mal à cerner l’unité, mais qui ne se trouvent tout de même pas ailleurs, et qui font qu’à l’étranger les gens nous disent « ça c’est bien français ». Il y a aussi des références communes, une histoire mythifiée, une culture, qui sont communes à tous les français. Tout cela ne se confond pas avec la République, et je ne vois pas pourquoi remarquer cette évidence ferait de moi un monarchiste. Si les monarchistes utilisent le même argument que moi, ils ont raison car c’est un bon argument, mais cela ne veut pas dire que l’utilisation de cet argument fait de vous un monarchiste.


    • Rounga Roungalashinga 2 décembre 2013 16:16

       enfant à 18 ans ou adolescent à 25 ans, cela ne change rien à la capacité de s’individualiser, de penser pas soi-même, de la capacité d’être critique.


      Votre question n’a rien à voir avec le discours de Farida Belghoul. Elle utilise le terme « enfant » pour indiquer l’origine, et non pas un stade de développement.


    • morice morice 2 décembre 2013 16:06

      Nous étions donc des enfants d’immigrés. Ces enfants d’immigrés étaient des enfants de colonisés, moi j’ai 55 ans...je suis née en 58, et en 58 l’Algérie n’était pas indépendante. 


      ah tiens je me disais aussi que les pieds noirs et l’extrême droite faisaient bon ménage : on aurait pu penser à lire ça que vous en êtes à nouveau la preuve ici !!! pieds noirs ou tout comme en fait :

      Donc, je n’ai pas voulu pendant de nombreuses années puisque j’étais née, finalement, Française sujet de la colonisation pour finir par être Algérienne lorsque en 62 mon père a choisi la nationalité algérienne à l’indépendance, je n’ai pas voulu pendant des années prendre la nationalité française. Ce qui a totalement perturbé mon existence. 

      pour être perturbée vous l’êtes, au point de tenir ici des propos fascisants réguliers...

      quant à avoir Soral comme parrain, autant ne pas être baptisé... on meurt de la peste, mais on meurt aussi des empesteurs... 

      le must étant aujourd’hui le « elle reprend le discours marxiste et gauchiste qui impute les problèmes des sociétés post coloniales aux stigmates et à l’héritage du colonialisme »

      ben euh, gauchiste ou pas, vous voulez imputer ça à quoi . ? Le mektoub ? croyez pas que si on ne les avait pas pillé ils auraient pu avoir plus de sous ?

      vous faites dans le Vanneste maintenant ????


      fascisant, n’est ce pas, fascisant !!!


      hein hein hein....

      • FRIDA FRIDA 2 décembre 2013 16:17

        @morice

        qu’est-ce que vous avez contre moi ? Rien sinon votre hystérie ...
        En plus vous ne savez même pas lire. Vous mélangez les propos de Farida Belghoul et vous me les attribuez.
        Je ne suis pas elle, lisez bien. la partie de l’article en italique reprend une séquence de l’intervention de Farida. 
        Ecoutez la conférence avant de vous exciter, pov’type.

        sinon, vous nous faite un article sur les bienfaits de déloger Kadhafi, les Libyens sont aujourd’hui heureux sans le dictateur...


      • Arnaud69 Arnaud69 2 décembre 2013 16:57

        @ FRIDA

        Tous les peuples et toutes les nations se sont colonisés l’un l’autre au fil des siècles, c’est pour ça que les excuses sont d’un ridicule pathétique d’autant qu’elle ne se font que dans un seul sens.
        Étudiez l’histoire des différents empires et invasions, vous allez vous marrer, on pourrait non seulement demander des excuses nous aussi. (vous avez entendu des excuses pour Poitiers ? Pour l’empire Ottoman etc...Moi pas..)

        Pour ce qui est de Morice, comme de nombreux Sayanims ici, ils sont simplement en mission d’orientation des opinions.(identifiés plus ou moins finauds, souvent moins que plus quand on connait leur projet)

        Jamais Morice ne dira que les pieds noirs n’ont jamais digéré de se faire virer d’Algérie où ils régnaient en maîtres colons. Ce qui est ennuyeux avec le passé c’est qu’il laisse des traces, beaucoup de traces, peu importe qui ré-écrit l’histoire à sa convenance.

        Ils ont toujours l’impression d’être les seules victimes et les seules témoins de toute chose, pour eux les autres n’existent pas. (la preuve les seules victimes reconnues pendant la guerre sont celles du peuple élu, les autres victimes on n’en parle pas, même si elles sont 10 fois plus nombreuses...)

         (je ne vais pas parler de l’esclavage, ni des USA, il trouverai cela très désagréable car les archives avec les noms, les bateaux existent et sont accablants...)

        Le papa de Hollande amoureux de l’OAS n’est absolument pas une coïncidence, c’est de l’adaptation aux désirs personnels et au plan politique sioniste qui traine depuis tout ce temps.
        Que voulez-vous, les « élus » se font virer de partout depuis la nuit des temps et se demandent encore pourquoi, puisqu’ils ne tirent aucune leçon du passé.

        Sentir le vent tourner ça les a toujours rendus dingues de chez dingue, d’autant que la démocratie et les droits de l’homme ont été démystifiés car on sait qui a financé quoi. Une oligarchie visible a juste été replacé par une oligarchie invisible, point barre !


      • claude-michel claude-michel 2 décembre 2013 16:32
        Farida Belghoul.. ?...c’est le racisme anti blanc a l’état pur.. !...des comme elle y en a beaucoup en France...faudrait pas l’oublier.. ?

        • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 2 décembre 2013 19:38

          Bonjour,


          F. Belghoul dit des choses trés interressantes, les mêmes en fait que le PIR, ou le MIB, entre autres.
          Le ressentiment et la haine qu’elle exprime envers la France ne démontrent pas une quelconque schizophénie, mais l’attachement viscéral à son identité « réelle » (personnifiée par son pére et les « traditions »). Il n’y rien d’illégitime ou de méprisable là-dedans.
          Par contre c’est la démonstration de l’impossibilité pour la France d’assimiler en quoi que ce soit des populations anciennement colonisées pour lesquelles nous serons « forcément » coupables et encore plus forcément ennemies.
          Inquiétant quand on compte, par exemple, plus de 4 millions d’Algériens-Francais dont beaucoup vivent sans doute avec ses mêmes à-priori....
          On peut noter dans ce cadre que la « marche des Beurs » n’a pas été une marche « pour » l’intégration ou l’égalité mais d’abord et avant tout une marche « contre » la France et l’ensemble des Francais perçus comme une masse coupable et criminelle....Ca a été plutot une « marche sur Rome » -un coup de force- qu’autre chose.



          • FRIDA FRIDA 2 décembre 2013 19:53

            @Victor Lazlo

            "Le ressentiment et la haine qu’elle exprime envers la France ne démontrent pas une quelconque schizophénie, mais l’attachement viscéral à son identité « réelle » (personnifiée par son pére et les « traditions »). Il n’y rien d’illégitime ou de méprisable là-dedans.« 

            je n’ai jamais dit que l’attachement au père ou aux traditions est illégitime ou que cela représente une schizophrénie.
            Le problème est dans le ressentiment profond et tenace, le besoin et la recherche de prendre sa revanche voir sa vengeance. C’est flagrant chez Houria Bouteldja. Quant à Farida Belghoul, c’est par une pirouette qu’elle tombe sur ses pieds, mais toujours avec le même héritage émotionnel mais cette fois-ci orienté contre la »République, la laïcité " (qu’elle distingue de la France) comme les coupables des malheurs, non seulement des colonisés, la grande découverte de Belghoul c’est la France victime aussi de la République et de la laïcité. C’est avec un élan con-fraternel qu’elle ouvre les bras pour combattre l’ennemi commun...


          • Jonas 2 décembre 2013 20:39

             Non, Frida , vous devez être beaucoup mieux que la description que vous faites de vous par coquetterie. 


            En tous les cas dans votre article il y a de l’intelligence et du bon sens. Personne n’est responsable de ses parents comme ces derniers ne peuvent être coupables pour les faits et les agissements de leurs enfants.

            Les parents pour des raisons multiples ont opté pour l’immigration, les enfants ne sont pas obligés de rester y vivre comme immigrés. dans le pays choisi par les parents. 

            D’autant que les parents n’ont pas eu la chance de suivre une scolarité et apprendre l’histoire de la colonisation. 

            Je pense que tous ces immigrés volontaires qui vivent en France et qui la critiquent n’ont aucune fierté ni reconnaissance. Même celle du ventre.

            Des hommes et des femmes se sont sacrifiés pour recouvrer l’indépendance de leur pays . certains n’ont pas vu celle-ci , mais tous pensaient que leurs enfants et petits-enfants la verront et y vivront en hommes libres en passant de l’indigène au citoyen.

            Pourquoi les enfants et les petits-enfants viennent-ils couler des jours meilleurs chez l’ancien colonisateur en profitant de ses avantages au lieu de partager le quotidien de ses soeurs et frères dans le pays indépendant ? 

            Interrogent-ils en leur conscience ce penseraient ,ceux qui ont donné leur vie ,,pour que des moins que rien viennent plastronner dans les médias sur les faits et méfaits de la colonisation tout en élisant domicile dans le pays combattu ? 

            Le vrai courage et le vrai honneur c’est de construire son pays en souvenir des jeunes qui sont morts pour l’indépendance du pays.

            Mais pas de se planquer en France et à disserter sur la colonisation pour se donner bonne conscience.

            Il est vrai , qu’ils sont encouragés par les parrains qui leur servent de béquilles. Des intellectuels de tout et de rien, des artistes ,des amuseurs publiques ,, des journalistes qui ont navigué entre tous les utopies, des hommes politiques d’extrême gauche ( comme Besancenot et la femme voilée, le petit facteur allumé pensait faire un éclat et s’est retrouvé avec un bide ndlr) ) comme des socialistes qui n’ont pas digéré les comportements de Mitterrand en tant que ministre de la Justice et les pouvoirs spéciaux de Guy Mollet.

            Tous se sentent coupables et rappellent aux jeunes enfants que leur parents ont été des immigrés et, eux aussi c’est la raison de leur aide et de leur compassion. 

            Au lieu de dépasser ce passé affreux et de les rendre responsables de leur destin. . On leur rappelant devant chaque problème et chaque obstacle que tout vient de la colonisation , et du comportement de tous les Français. 

            La France n’ est pas une prison d’où personne ne peut sortir et aller vivre dans le pays de son choix.

            Un immigré vivant dans n’importe quel pays du monde doit s’adapter , sans renoncer à ce qu’il est, sa religion ni ses origines. Tout cela est privé.

            Mais pas les exhiber en public et nous casser les pieds avec . le passé colonial. Dont les Français en majorité se fichent éperdument. 



            • fonzibrain fonzibrain 3 décembre 2013 02:15

              Je pense que pour éviter des émeutes sanglante ethnique genre guerre de yougoslavie dans 30 ans, il faut expulser 3 ou 4 millions d’immigrés africains et nord africain.

              Si on ne le fait pas, dans 30 ou 40 ans on va se retrouver avec une france qui ressemblera au brésil ethniquement et qui ne sera jamais accepter par les autochtones .

              Les descendant d’immigrés vont avoir à choisir entre le modèle français laïque en perte de vitesse (destruction de l’idée de nation, d’amour de cette nation) et la grande, belle et vivace culture arabe musulmane dans un sens large et logiquement bcp vont préférer la culture de leur aïeux. Grace au net, au satellite, il n’y a plus de coupure culturel ( comme avant ) et l’islam, cette belle religion ( je ne suis pas ironique) , cette appartenance à une grande communauté sera extrêmement attractive.

              l’europe est blanche depuis tjs, c’est pour cela que cette immigration n’arrivera jamais a être totalement assimilé, et cela à cause des autochtones qui n’en voudront pas et à cause de l’attrait de leur culture d’origine. Quand on voit que 40% des lecteurs tunisiens vivant en france ont voté pour ennahda, cela pousse à réfléchir !! 30 ou 40 ans qu’ils vivent en france et pourtant ils votent pour un parti islamiste !! incroyable.


              bref, la france ne c’est pas construit sur une immigration réellement diverse, l’immigration en france a toujours été le fait de population blanche avec une culture et une religion sensiblement proche des autochtones , et cette fois, depuis les années 60, les immigres ont des standards de vie à des années lumières des autochtones .

              les autochtones ont un taux de natalité plus faibles que les immigres, cela plus l’immigration qui continue, on va se retrouver en 2060 avec quelque chose comme 30 % de population non blanche, situation qui n’est jamais arrivé , si ce n’est et encore avec des chiffre bien plus bas en espagne vers les années 1500/1600 et l’explosion des morisques http://fr.wikipedia.org/wiki/Expulsion_des_Morisques_d’Espagne 

              on va droit dans le mur, cette modification en profondeur de la structure ethnique et religieuse va affaiblir la nation et créer les germes d’un rejet massif de ces populations, pour éviter cela, il faut expulser bcp de gens venu avec l’idée criminelle du regroupement familiale . j’en suis triste, je sais que bcp de gens vont souffrir , mais il vaut mieux un peu de souffrance maintenant q’une guère civile à la yougoslave en 2060.

              je ne suis pas raciste, je ne me crois pas supérieur aux noirs ou aux arabes, je respecte profondément l’islam, je suis anti impérialiste, je suis heureux que les pieds noirs aient été rapatrié, l’algerie, meme si bcp y étaient nés n’était pas leur pays. je veux juste éviter une guerre civile ethnique dans 50 ans. pour que ce soit érable, je pense que le seuil à ne pas dé^passer est de l’ordre de 10% de population ethniquement et religieusement différente, sinon le comportement atavique de rejet de l’étranger sera le plus fort et ce sera la guerre civile.

              j spere que vous comprenez ce que je veux dire, je n’ai aucune haine, je ne dedeste personne, je ne suis pas un supremaciste blanc, je veux juste éviter une guerre civile, la france, ce n’est pas le bresil ni le liban, la france a toujours été un état ethniquement homogène et doit le rester, d’ailleurs , a t on demander aux français si ils voulaient que leur pays deviennent une nation multiculturel ? non , jamais, c’est aussi pour cela qu’il est légitime d ’expluser 3 ou 4 millions de personne, pour que la france reste le pays ethniquement homogène qu’il a tjrs été .

              • simplesanstete 4 décembre 2013 20:17

                Eh fronzi t’es de retour, après cette longue absence, c’est georges passe moi un coup de fil.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 2013 07:14

                Il y a quelque chose qui m’échappe...
                Parler de la trahison de la France ferait sourire, si le déni n ’était pas aussi épais.

                Les Algériens n’ont pas été trahis par le FLN et l’armée ?

                Où passe l’argent du pétrole ? Où est la démocratie en Algérie ?

                Qui avait promis que l’indépendance serait pavée de roses ?

                Que disent aujourd’hui tous ces gens de Gauche qui ont soutenu le FLN ?

                Pourquoi les Algériens fuient l’Algérie comme la peste ?

                Silence radio.

                L’intégration n’est jamais chose simple et rapide. Les Italiens en savent quelque chose.

                Mais pourquoi cette pintade qui a bénéficié de l’école laïque de la République n’explique pas pourquoi elle est en France et pas en Algérie ?

                Sur ce régime post soviétique, où la dictature de l’armée, des services spéciaux et des apparatchiks ont remplacé la colonisation, on ne tire pas plus le bilan que sur l’ URSS.

                Silence radio.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 2013 07:21

                  « Le triste bilan de l’économie algérienne sans espoir » 
                  Le FLN ou la chronique d’un désastre.

                  Il faut rappeler qu’il y avait des mouvements moins soviétiques que le FLN en Algérie.
                  Le FLN les a liquidé avant de déclencher l’insurrection.
                  Silence radio.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 décembre 2013 07:29

                    Messali Hadj, père du nationalisme algérien et la liquidation de son mouvement par le FLN et ses apparatichks

                    « Messali Hadj, père oublié du nationalisme algérien »


                    • cathy30 cathy30 3 décembre 2013 08:52

                      Il faudra que les arabes acceptent leur africanité. Mais cette démarche reste personnelle. Ils ne veulent pas savoir d’où ils viennent, ils en deviennent schizophrénes.

                      Khadafi, voulait une Afrique unie et forte, que les arabes acceptent leur africanité tant haï par eux, cela lui a coûte la vie et la Lybie, il a été livré aux arabes et abandonné par l’occident (les affaires restent les affaires).

                       


                      • macha macha 3 décembre 2013 19:03

                        a MUSIMA


                        Ha vous semblez ne pas bien connaitre les français. En France, les gens restent courtois. 
                        En Afrique « avoir des tripes » c’est être courageux , mais ici c’est plutôt être hystérique, sanguin et casse-pieds.  Vous voyez, on n’est pas sur la même longueur d’onde....


                      • Arnaud69 Arnaud69 3 décembre 2013 21:03

                        Vous avez 100% raison Madame Belghoul est une personne admirable, honnête, courageuse et elle mérite le respect de tous pour cela.

                        En revanche avant de dire « vous n’en avez pas fait 1/10 éme », posez vous la question pourquoi ce n’est pas possible :En France le Français blanc Chrétien n’a que le droit de se taire et rien d’autre s’il ne veut pas systématiquement se faire accuser de racisme.

                        Inimaginable de ne pas se faire médiatiquement et publiquement lyncher pour des blancs Goys disant un millième de ce que peut dire Mme Belghoul, ou bien d’autres personnes issues de l’immigration qui portent leurs voix. (des gens très courageux et foncièrement honnêtes) 

                        Tout le monde le sait dans la vraie vie, au boulot, dans les administrations, ça parle de partout, on sait que le blanc Goy n’a que le doit de se taire en France, s’il ne veut pas être accusé de tous les maux de la planète . Arme suprême tout ce qu’un blanc dira sera immédiatement taxé de racisme, ce qui lui passera l’envie de s’exprimer.

                        Quelque part c’est très bien l’histoire se répète, c’est par ce genre d’abus que les Algériens se sont libérés des colons Français. (majoritairement Pieds Noirs).
                        Les mêmes Pieds Noirs qui traitent le Français de raciste et de colonialiste parce qu’ils n’ont jamais digéré de se faire virer d’Algérie. (pour eux l’Algérie aux Algériens a été une trahison de la France envers eux ! Ils auraient préféré l’Algérie Française rien que pour eux.)

                        Le Français veut bien se la fermer et jouer aux incultes pour faire plaisir à tout le monde mais que personne ne se fasse d’illusion, on peut toujours censurer, faire monter les frustrations, ça n’empêchera jamais personne de penser.

                        C’est quasiment toute l’Europe et l’Amérique du Nord qui se réveille, si ce n’était que les Français ce serai quasiment anecdotique...Même en Afrique et en Russie tout le monde sait quelle est l’origine du délire.
                        Ça finit par en faire du monde « initié » ... Y’en a qui vont se faire virer de partout bien avant n’importe quel immigré...


                      • Hijack Hijack 4 décembre 2013 01:27

                        Frida,

                        .
                        Il me semble que tu fais une erreur de comparer Belghoul à Bouteldja ... 
                        Je connais peu Boutelja (à mon sens inintéressante, travaillant pour le Qatar tout en le critiquant), et Farida, je l’ai découvert sur E&R et suivi ses prestations et un peu lu son parcours ... contrairement à Bouteldja, Farida a payé cher. Bref, j’ai bcp de respect pour Farida Belghoul, pour son courage, son honnêteté et intelligence ... surtout sa liberté.
                        .
                        Le fait qu’elle soit encore marquée par la colonisation, n’est pas un problème ... Le fait qu’elle aime la France et se sent française est le principal, même si ses origines prennent parfois le dessus.


                        • FRIDA FRIDA 4 décembre 2013 07:16

                          @Hijack

                          c’est possible que je me trompe ...
                          non seulement c’est l’intuition féminine, mais surtout j’ai pris le temps de lire et d’écouter ce qu’elle dit, mon opinion n’est pas faite à la légère

                          en tout cas, l’avenir nous le dira, et j’aurai ainsi à présenter mes plates excuses s’il s’avère que je me suis tromper lourdement à son sujet.

                          Cordialement


                        • Hijack Hijack 4 décembre 2013 12:17

                          Pas de problème Frida,
                          .
                          Tout le monde peut se tromper (je me trompe plus souvent que toi), l’essentiel est d’être honnête.
                          .
                          Boutelja, bien qu’elle soit plus agréable à l’œil pour un homme ... pour faire court, je la place au même niveau que Autin, pas mauvaise foi, mais mauvaise route.
                          .
                          Belgoul elle, a bcp galéré et souffert d’avoir été trompée ... par qui tu sais. A le courage d’aller au bout de son combat. Fait tout pour informer et dénoncer contrairement à Bouteldja qui ne fait que tout confirmer.
                          .
                          Ton intuition féminine ... tu verras, te mettra sur la bonne voie. Comme tu le dis, nous verrons par la suite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

FRIDA

FRIDA
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès