Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Femmes détestables sans circonstances atténuantes

Femmes détestables sans circonstances atténuantes

Quelles sont ces femmes que l’on peut détester au premier regard, sans même qu’elles aient dit le moindre mot ?En lisant le titre de cet article, vous pensez probablement aux mères indignes, incapables d’élever correctement leurs enfants, celles qui laissent un gamin en bas âge fermentant dans ses matières fécales seul à la maison, pour aller boire ou danser toute la nuit. Pire, vous envisagez l’infanticide avec effroi, le congélateur ou le sac poubelle, ou bien encore la mère toxicomane qui laisse crever son bébé dans l’indifférence apathique des accros à l’héroïne. Vous en êtes loin, ces femmes pour monstrueuses qu’elles puissent paraitre ont encore une dimension humaine, même s’il faut y regarder de près avant de la trouver.

D’autre part, si vous avez déjà été trompé, bafoué, vous pensez aux femmes adultères ; mais là encore, pour être cocu, il faut être au moins trois dans l’affaire et à moins d’être tombé sur une nymphomane insatiable, demandez-vous quel est votre part de responsabilité dans l’échec de votre couple, avant de conspuer votre épouse ou votre compagne. Alors, que reste t-il de si détestable, haïssable parmi la gens féminine pire que les dépensières invétérées qui courent au surendettement à pas de géantes ou celles qui vous imposent leur mère à table, à domicile, pendant les vacances et mêmes au téléphone. Et bien, cette catégorie de femmes que l’on identifie au premier coup d’œil sans avoir besoin de leur parler ou de les écouter, c’est celle qui se promène sans vergogne avec une bouteille d’eau minérale dans le sac à main.

La France est un pays tempéré et même en été, donc toute personne entre 15 et 65 ans, non atteinte de diabète insipide, peut facilement rester 12 heures sans boire une goutte d’eau. Toutes les femmes qui s’équipent de la petite bouteille salvatrice ne s’entrainent pas pour le Marathon de Paris, loin de là et ce n’est que les nourrissons, les petits enfants et les grands vieillards qu’il faut abreuver régulièrement, on a tous en mémoire la canicule de 2003. Et puis la traversée de Paris, de Toulouse ou de Limoges à pied n’est pas celle du Ténéré ou de la Vallée de la Mort, on n’y risque pas sa peau sous un soleil de plomb. On fait rarement du trekking entre la plaine Monceau et la Butte Montmartre et l’insolation est rare dans la banlieue de Lille. Et puis, en cas de soif intense, on peut toujours trouver un bistro, dorénavant, ils sont devenus non-fumeurs. La mode de l’eau minérale consommée dans la rue est apparue insidieusement vers le milieu des années 80 et touche un public quasi exclusivement féminin et relativement jeune. Remarquez qu’une fois ménopausée, malgré les bouffées de chaleur, la femme ne transporte plus d’eau minérale dans son sac. Comptez les petites vieilles qui se trimballent un litre d’Evian dans leur cabas ou dans la poche de leur imperméable couleur mastic  ! Question d’éducation et de génération, de plus une vieille ne boit pas au goulot.

Donc, même s’il existe, ce fameux réchauffement climatique, la France n’est pourtant pas devenue le Niger entre De Gaulle et Mitterrand. Alors, que c’est-il passé pour en être arrivé là ? D’abord apanage de la Parisienne active des années Mitterrand, la mode s’est désormais étendue à la province et aux banlieues. Dans le monde rural par contre, la bouteille se retrouve plus volontiers sur le siège arrière du véhicule. Tant qu’elle est dans la rue ou dans les transports en commun, une femme ne peut boire autre chose que de l’eau. Le vin rouge c’est pour les clochardes et la bière pour les punks. Au mieux tolère-t-on le Coca light ou zéro.

En ville, elles sont de plus en plus nombreuses dans le métro, dans le bus ou dans la rue à laisser apparaitre de leur sac à main une petite bouteille d’eau d’un demi-litre quand elles ne la tiennent pas carrément à la main. Mais qui leur a fait croire qu’elles iraient mieux, seraient en bonne santé et en meilleure forme si elles buvaient de l’eau minérale ? D’abord la presse féminine avec ses pages de publicité, mais aussi ses publireportages plus ou moins déguisés en rubrique santé et puis bien-sûr, les spots à la télévision. L’eau élimine les toxines, lesquelles, mystère ! En tout cas pas celles du botulisme, car si l’on soignait cette intoxication alimentaire avec uniquement de l’eau, la totalité des patients serait au cimetière. La dimension femme active, bien dans sa peau, à l’aise dans la société est véhiculée en permanence par la publicité. Une femme respectable est svelte, utilise un déodorant, des protège-slips invisibles et… boit de l’eau. Il faut dire que les entreprises s’y sont mises elles aussi au grand bénéfice des sociétés qui commercialisent les fontaines de bureau avec leurs grosses bouteilles distributrices dans les salles d’attente ou près de la machine à café. Et là, même les hommes peuvent s’adonner à ce vice puisque c’est gratis et financé par le patronat.

Et puis, si l’on compare le nombre de femmes circulant avec une bouteille et celles que l’on voit effectivement boire au goulot, on peut se demander si la bouteille n’est pas là pour désaltérer mais pour plutôt rassurer au cas où. Un peu comme les Tampax ou les serviettes hygiéniques qui trainent dans les sacs en cas de nécessité et seront utilisés au moment opportun. La majorité des buveuses d’eau se contentent du demi-litre, facile à enfourner dans un petit sac. Celles qui déambulent avec la maxi Vittel ou Contrex d’un litre et demi sont plus rares. Il faut pour cela un sac-cabas et souvent des allures de femme de gauche en sandales ou d’enseignante syndiquée au cheveu filasse et au mollet non épilé. La jeune en short au fessier rebondi se satisfait par contre bien souvent du petit format. La bourgeoise un peu snob du VIIème arrondissement, elle aussi aura sa petite bouteille, mais elle dépassera d’un sac en cuir de marque, pas de quoi pour autant pour la rendre plus sympathique. Il ne faut pas confondre toutes ces buveuses invétérées et ostentatoires avec les mères de familles avec marmaille et poussettes qui ne se la jouent pas, préoccupées par des bambins braillards et hyperactifs. Pour elles, la bouteille n’est pas un accessoire de mode, mais fait partie d’une panoplie incluant les couches jetables, les goûters et autres jouets et sucreries pour les gosses quand elles vont au square.

Il se dégage une arrogance mesquine de ces femmes qui se déplacent avec de l’eau minérale. Un côté sain et écologique comme si toutes ces bouteilles en plastique non dégradable n’augmentaient pas la pollution, la masse des ordures ménagères et la consommation d’énergie non renouvelable pour les fabriquer. Quel est le coût carbone d’un jogging ? Personne n’a encore osé le calculer. Mais pas question pour ces égéries de la vie saine d’en revenir à la gourde en aluminium des écoliers de jadis, remplie d’eau du robinet teinte de sirop, oh horreur, riche en saccharose et colorants autorisés. Le côté suffisant de la femme avec sa bouteille d’eau la rend encore plus insupportable que celle qui téléphone pour dire des banalités. Il faut dire qu’à ce niveau, beaucoup d’hommes ne valent guère mieux et se comportent aussi comme d’insupportables pies. La seule différence est la manière de toucher, de regarder, de caresser le téléphone, même quand on ne l’utilise pas. Pour la femme jeune, ce petit objet prend souvent l’aspect intermédiaire entre l’ours en peluche et le godemiché.

En dehors de quelques métrosexuels épilés, quasiment aucun homme ne se promène avec une bouteille d’eau. Peut-être du fait de l’absence de sac à main et par désir d’avoir les mains libres, mais aussi parce que l’homme n’a pas les mêmes schémas comportementaux et que la publicité s’adresse à lui sue d’autres créneaux. L’homme qui a soif se réfrène ou va tout simplement au bistro. Paradoxalement, ce ne sont que quelques ados qui osent la bouteille dans la rue, mais il s’agit plus souvent de sodas sucrés que d’eau minérale.

Une bonne éducation nous interdit de battre une femme. Cependant, il faut énormément de maitrise de soi pour ne pas en gifler une ou lui enfoncer le flacon dans la glotte ou même et surtout ailleurs quand elle s’exhibe avec arrogance arrimée à sa bouteille dans les rues de la ville. L’homme est lâche hélas. Au premier rendez-vous avec une femme qui arrive avec sa bouteille d’eau, il devrait tourner les talons et s’en aller sans un mot. Mais comme il est souvent naïf et optimiste, il peut aussi laisser sa chance à sa future compagne en lui faisant remarquer que la prochaine fois, il vaudrait mieux qu’elle vienne sans bouteille d’eau. Illusion, car elle ne va pas s’amender, le plus souvent elle n’en fera rien, au contraire elle insistera pour avancer ses pièces dans le jeu de la séduction et de la domination. Un dernier conseil, pour éviter bien des déboires, Messieurs, fuyez les buveuses d’eau pendant qu’il en est encore temps ! Vous n’imaginez pas encore le coût d’un divorce !


Moyenne des avis sur cet article :  3.06/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • Sandrine Lagorce Sandrine Lagorce 26 mai 2011 11:57

    Génial. Vraiment.


    • Ariane Walter Ariane Walter 26 mai 2011 15:56

      Ah ! sandrine ! Je suis d’accord avec toi ! Comme toute femme brillante tu maries l’ironie à la perfection !


    • slipenL’air 26 mai 2011 12:11

      Merci pour le conseil de prudence
      si en plus la femme est du signe du verseau c’est foutu  smiley 


      • JL JL 26 mai 2011 12:24

        J’ai lu jusqu’u bout à cause du premier commentaire !  smiley

        Peut-être le prochain article sera-t-il consacré à « ces femmes qui ne boivent que de l’eau », et qui en plus, sont écologistes ?!


        • Georges Yang 26 mai 2011 13:56

          JL
          La constipation se soigne mais pas en buvant de l’eau


        • JL JL 26 mai 2011 15:23

          Voyez-vous, Yang, souivent j’essaie de lire ce que vous écrivez, mais une fois sur deux, ça m’emmerde, et je me rends compte avant la fin que j’ai mieux à faire. Cette fois je me suis forcé, et sérieusement, ça m’a fait chier ! Notez le rapport avec la constipation.

          On a le droit de ne pas partager votre sens de l’humour sans être insulté ?

          Oui, bien sûr, je connais votre haine pour les écolos, ça explique ! 


        • Georges Yang 26 mai 2011 15:27

          JL
          Je vous ai toujours percu comme pontifiant et sinistre, ca correspond exactement au profil ecolo


        • JL JL 26 mai 2011 15:36

          Yang,

          n’essayez pas de faire dans la psychologie : vous avez trop de certitudes pour ça !


        • Loatse Loatse 26 mai 2011 12:55

          Jamais sans ma p’tite bouteille d’eau (pas minérale) ! , dans le sud dés le mois de mai quand vous marchez, vous avez le soleil qui vous transforme en éponge... la gorge qui se dessèche et le crane bon à faire cuire des oeufs au plat dessus...

          en plus, l’auteur voudrait que l’on se déshydratre ????

          La femme porteuse d’eau est pleine de bon sens, qu’on se le dise !! :)


          • Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 26 mai 2011 13:43

            Diarrhée verbale aussi indigente qu’inutile.
            Je me demande vraiment, avec la tonnasse bien tassée de trucs autrement plus importants à analyser dans le monde, quel est le but de cette diatribe sans fond et sans forme, à part abuser d’un espace d’expression public pour ne rien y dire d’interessant....cet « article » est un grand pet à la face des lecteurs.


            • Georges Yang 26 mai 2011 13:54

              Bonjour
              Tout comme Rabelais j’aime les flatulences et je me moque des femmes folles de la messe


            • Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 26 mai 2011 14:07

              Bonjour aussi,

              Ouais.....mais vous n’êtes pas Rabelais, et un procès suintant l’aigreur n’a jamais été une critique sociale....votre seul talent serait maintenant d’arrêter d’essayer de commettre des analyses sociologiques en vous octroyant le droit de frôler la vulgarité au motif que d’autres avant vous en avaient fait une arme littéraire de choix....


              • Georges Yang 26 mai 2011 14:15

                Le slogan initial etait ; Buvez et pissez, je crois qu’il etait de Richard Gottainer quand il travaillait dans la pub
                Les moralistes l’ont fait modifier vite fait


              • Georges Yang 26 mai 2011 14:21

                Lisbeth
                Petite question, vous etes petite bouteille ou maxi Vittel ?


                • Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 26 mai 2011 14:26

                  Ni l’une ni l’autre....je suis juste la preuve vivante que ce que vous vous entetez à prendre pour une analyse, n’est en réalité que le vide intersidéral.....


                • gaijin gaijin 26 mai 2011 15:35

                  lisbeth
                  quoi que je respecte votre droit a ne pas aimer l’article je vous invite a revisionner la vidéo que j’ai mise en lien plus haut
                  prendre un fait banal de la vie ordinaire et le mettre en perspective est plutôt intéressant
                  franchement vous ne trouvez rien d’insupportable dans l’image qui est proposée ?


                • Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 26 mai 2011 16:18

                  franchement vous ne trouvez rien d’insupportable dans l’image qui est proposée ?

                  Non...non, je n’y trouve rien d’insupportable, et ce, malgré le fait que l’auteur ait tenté de démontrer que ma mauvaise humeur me collait d’office et a contrario dans le groupe de nanas sus-décrit.

                  Je n’y trouve rien d’insupportable pour plusieurs raisons.

                  D’abord, parce qu’au delà d’une diatribe qui se voudrait une critique osée de la société de consommation, perce une aigreur sourde qui fait perdre tout intéret sociologique au texte....

                  Ensuite parce que dans sa forme, et partant d’un postulat de départ qui aurait pu aboutir à un constat interessant, ce même texte n’atterrit nulle part....l’auteur se contente d’aligner agressivement quelques poncifs consentis à l’égard de la femme urbaine, et s’arrete là, à mi-chemin entre le procès d’intention et l’envie de nous dire quelque chose....comme il l’a été dit avant, c’est juste chiant, il ne se passe rien.

                  Enfin, parce qu’il est finalement d’une naïveté sans fond...une femme ne boira jamais d’eau dans un endroit où elle est certaine de ne pas trouver de toilettes....


                • Georges Yang 26 mai 2011 17:03

                  Que j’aimerais vous rencontrer et vous laisser en plan après un petit quart d’heure avec ou sans bouteille. Rien qu’à vous lire je vous mets dans la catégorie que j’évite. Tout comme JL qui n’est pas une femme.


                • Triodus Triodus 26 mai 2011 14:23

                  Une nympho pour ses petites ondes, le matin dans l’arrosée.. 


                  • antonio 26 mai 2011 15:44

                    Oh ! l’effrayant pouvoir de la pub ! Réussir à faire croire aux femmes qu’elles DOIVENT absolument boire de l’eau dans la journée ;
                    Comment ai-je pu survivre plus de 60 ans sans jamais me trimbaler avec cet appendice
                    en plastique ?
                    Le même dogme impitoyable sévit maintenant avec l’épilation ( il me semble que vous en avez parlé dans un article). Dernièrement, une maman de ma connaissance a emmené sa fillette de 11 ans
                    pour la première fois chez l’esthéticienne afin qu’elle ait une épilation des aisselles ; la blonde petite ne supportait absolument pas les quelques poils follets qui commençaient à apparaître !

                    J’en suis restée pantoise ! Et me demande si je vieillis trop vite ou si c’est le monde qui « déconne » de plus en plus !


                    • Triodus Triodus 26 mai 2011 16:34

                      @antonio,

                      Il n’y a pas que la pub : pourquoi les mères (pourtant bien placées pour être des femmes) laissent (voir encouragent) des gamines d’a peine dix ans être des « bimbos » ? 

                      En tout cas si c’était les pères qui poussaient leurs filles à être des fausses femmes avant l’heure, ils seraient coffrés illico pour incitation à la débauche de mineurs !


                    • Zobi Aldo Rifort 26 mai 2011 16:03

                      A l’auteur : Si un jour vous mourrez de soif, ne seriez-vous pas ravi de croiser une femme avec une petite bouteille dans son sac ? :D
                      Allez, avouez ! Si ce n’est pour en mettre un peu dans votre ricard :p


                      • SATURNE SATURNE 26 mai 2011 17:01

                        M’sieur Aldo
                        Georges ne s’appelle pas Ricardo.
                        (Bon, celle-là risque de n’étre pas plus « comptrite » que la contrepétrie de Yang plus haut, répondant à une dame).

                        Bon, ce que je trouve un brin triste, c’est qu’on ne puisse plus deviser sur Avox de l’air du temps, des gouts et dégouts, de l’air du temps qui passe, plus ou moins bien.
                        Non, M’sieur, ici faut du lourd.
                        Du débat politique ( ou prétendu tel), des complots, de la guerre de religion, méme si c’est écrit en braille ou en mode « génération SMS ».
                        (« Kess Ki dit, l’ot boufon ? »)
                        Vous même, cher Aldo, vous ne faites que sous entendre que ce cher auteur serait alcoolique.
                        C’est une idée, ça ?
                        Un peu court, mon garçon (vous permettez que vous appelle mon garçon ?)
                        Ou bien vous voulez associer Ricard et beaufitude, en sous entendant que Yang serait beauf.
                        Mais quelles KOLOSSAL finesses sur ce site, ventrebleu....


                        • Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 26 mai 2011 17:06

                          Bon, celle-là risque de n’étre pas plus « comptrite » que la contrepétrie de Yang plus haut, répondant à une dame).

                          ...hum...il eut donc fallu que je rebondisse en m’esclaffant pour éviter de m’entendre dire plus tard que je ne l’avais pas comprise.... smiley


                        • Georges Yang 26 mai 2011 17:07

                          Ca tombe mal pour le Ricard, je bois quelquefois trop mais jamais assez, mais pas de pastis
                          J’avais écris un article sur le sujet : le rap c’est un peu comme le pastis
                          ou je disais mon mépris pour les joueurs de boules en marcel et en tong et pour le QI d’huitre des rappeurs


                        • Zobi Aldo Rifort 26 mai 2011 19:15

                          Faux M’sieu Saturne. 
                          Jamais, Ô grand jamais, je n’ai traité M. Yang d’alcoolique, ni de beauf.
                          Je ne le connais pas assez ;p
                          C’est vous avez associé le mot ricard à beauf et alcoolique.
                          Moi je vois le soleil, le midi, les cigales les vacances... Chacun sa vision ;)
                          Et puis c’était avant tout un petit message humoristique.
                          Comme l’article de l’auteur, que le prends comme un billet d’humeur / d’humour.


                        • spartacus le vrai pas l'autres !!! spartacus 27 mai 2011 10:16

                          vérité marseillaise : « l’eau est tellement corosive, qu’une seule goute suffit à troubler un vers de pastis » !!


                        • bouba 26 mai 2011 17:06

                          Jamais sans ma petite bouteille, mais j’ai une scoop pour vous :
                          Rien à faire de la pub ou de la mode, 
                          Je bois de l’eau toute la journée parce que j’ai toujours soif ! 
                          CQFD et oui, il fallait y penser...


                          • Fergus Fergus 26 mai 2011 17:06

                            Re-bonjour, Georges.

                            Je me suis beaucoup amusé à la lecture de ce texte. Un grand merci pour ce bon moment de détente !


                            • Georges Yang 26 mai 2011 17:11

                              Il en est de même que pour l’article sur Les roses blanches
                              Certains n’ont pas compris que c’était de l’humour, mais l’humour aide aussi à réfléchir.


                            • michelmo 26 mai 2011 17:25

                              Cet article m’a bien fait rire. Je ne suis pas partisante non plus de la bouteille d’eau et je suis plutôt d’accord avec le fait que cela donne un coté sain et écologique. Pour ma part, je ne prends pas de bouteille d’eau avec moi, ni dans mon sac car je trouve cela trop lourd et en plus je bois du coca


                              • cevennevive cevennevive 26 mai 2011 17:30

                                Bonjour Docteur,

                                Personnellement, lorsque j’ai lu votre titre, j’ai cru que vous alliez parler de Christine Lagarde ou de Roselyne Bachelot, ou même de l’épouse de BHL... Parce que, moi, je les trouve détestables... Comme il y en a tant !

                                Passé le premier étonnement, j’ai bien savouré l’humour, tout en pensant par devers moi : cet homme-là fait une fixation sur quelque chose qui l’a profondément blessé dans la vie (un peu comme Hommelibre). Mais ne craignez rien, c’est normal. Il vaut mieux tourner en dérision ce qui vous fait mal.

                                Tout de même, vous les hommes, préférez-vous une femme qui boit de l’eau dans sa petite bouteille toute la journée, ou une nana qui vous ruine en produits de beauté de toutes sortes, en massages, en bronzages en instituts, en soins ruineux, voire en opérations esthétiques, et qui vous crie dessus parce que vous la décoiffez ou la démaquillez si vous voulez l’embrasser ?

                                Savez-vous ce que vous voulez au moins ?

                                Ah, je sais bien, la femme idéale n’existe pas. Mais à votre âge, vous devriez le savoir !

                                Cordialement,


                                • Georges Yang 26 mai 2011 17:35

                                  Bonjour, un vrai misogyne est quelqu’un qui aime trop les femmes (Jean Dutourd) comme un suicidaire est quelqu’un qui aime trop la vie ( Kierkegaard)
                                  Cela dit, je vis en Afrique où les femmes préfèrent plutôt la bière, assises ou au comptoir


                                • Annie 26 mai 2011 17:50

                                  Cela s’exporte pas mal !!


                                • mick_038 mick_038 27 mai 2011 09:02

                                  l’afrique colonisée par veolia, ou celle qui est encore libre ?


                                • Vipère Vipère 26 mai 2011 18:43

                                  Bonjour Georges Yang

                                  Vous avez raison Goerges Yang de pester contre toutes ces abonnées à la Lyonnaise des Eaux ou pire, au biberon d’eau minéralisé, coincé entre le parapluie et la laisse du chien. L’air de rien, le goulot qui dépasse du cabas, et c’est la messe est dite. 

                                  Ces soiffardes pathologiques qui boivent sans soif et à pas d’heures, des pochtronnes, qui ne se planquent même pas pour boire leur litron de blanc. « Un chateau la pompe » même pas millésimé.
                                   
                                  Plus qu’une sale manie, un vice auquel s’adonnent publiquement, sans retenue les puisatières, au risque de donner un très mauvais exemple aux filles, des pisseuses déjà dans leurs langes, mais qui voudraient arrêter « la gazeuze » qui balonne pour goûter au jus de treille. L’eau ferreugineuse, NON. L’alcool, OUI ! Parole de chameau : rien ne se perd, tout se transforme, même l’eau bénite. 

                                  Par un hasard génétique, la nature fait parfois des miracles et, vous n’êtes pas obligés de me croire ! j’ai échapé à la malédiction aquatique, sans avoir fait un détour par Lourdes.

                                  Déjà à la source, l’ eau divine, c’est pas franchement ma tasse de thé, je lui préfère et de loin, l’eau de vie. Quand, il y a de l’eau de vie, il ya de l’espoir.
                                   
                                  Encore que : « ’il ne faut jamais dire fontaine je ne boirais jamais de ton eau », mais moi, j’y tremperai même pas mon fondement, il paraît qu’on peut attraper un rhume au cerveau. 

                                  Le rhum, je suis pas contre, à condition de l’envoyer dans le gosier, à lui de faire le transport au cerveau. 





                                   


                                  • OMAR 26 mai 2011 19:02

                                    Omar 33

                                    Salut Georges : La femme que l’on veut faire detester sans circonstaces atténuantes , actuellement s’appelle : Nafissatou Diallo...

                                    Demandez à BHL, Finkielkraut, le PS, etc.. ils vous confirmeront...


                                    • Serpico Serpico 26 mai 2011 19:21

                                      L’auteur (qui a besoin de réhydrater ses neurones) : « Il se dégage une arrogance mesquine de ces femmes qui se déplacent avec de l’eau minérale »

                                      *******************

                                      Hyper mort-de-riré ! ! !

                                       smiley  smiley  smiley


                                      • cathy30 cathy30 26 mai 2011 19:43

                                        Elles ne boivent pas seulement de l’eau en bouteille, elles mangent aussi des légumes crus

                                        http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/05/26/alerte-aux-legumes-tueurs-dans-le-nord-de-l-allemagne_1527586_3244.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès