Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Fête de l’ennui, défaite de la nuit et de la musique

Fête de l’ennui, défaite de la nuit et de la musique

Il est 23 heures passées et je viens de rentrer de la soirée qui tous les 21 juin est censée être dédiée à la musique. Comme la plupart les Français citadins, je les ai presque toutes faites mais cette fois, quel ennui et je n’ai pas d’explication à part le temps maussade. Mais bon, je n’ose pas imaginer que qu’une fraîcheur du soir puisse expliquer cette morosité festive. A laquelle ont contribué les administrateurs locaux au nom du principe de je ne sais quelle précaution et qui ont annulé plusieurs scènes sur Bordeaux pour des raisons climatiques. Je ne sais pas où ces gens s’informent mais moi-même, ayant scruté les relevés radar et satellite de météo France, j’ai bien vu qu’il n’y aurait pas de pluie. D’ailleurs, le soleil est arrivé sur le coup de 21 heures alors que je prenais mon vélo pour rejoindre le centre-ville. L’avantage de ce moyen de déplacement, c’est qu’on peut parcourir en peu de temps les différents lieux où la musique se joue. J’ai pu ainsi comparer avec les autres années et surtout l’année précédente avec des groupes à tous les coins de rue, branchés sur les fils d’EDF et qui poussent le jam jusqu’au bout de la nuit. Avec tous les styles.

Cette année, ambiance morose, moins de monde mais toujours un effet foule, je n’ose pas dire foule sentimentale mais plutôt foule sans âme. Peut-être que c’était comme ça les autres années. Je n’y avais pas porté attention mais quand la musique est pas bonne alors on observe la foule. Donc, pour résumer, malgré un public assez dense, une impression de vide. J’ai connu des années où l’on était bloqué dans les rues piétonnes alors qu’un vacarme assourdissant offrait une impression de techno parade ou de happening seventies avec substances hallucinogènes. Un joyeux bordel. Des jeunes et moins jeunes festoyant, rigolant, dansant, avec sans doute les boissons euphorisantes mais bon, il est convenu que sans alcool, la fête est triste et la musique pas terrible devient ennuyeuse. D’autres fument la moquette. Les années précédentes, la fête tournait parfois à la beuverie, avec quelques bagarres mais rien de bien grave. Les vendeurs de canettes squattaient les ruelles. Depuis quelques années, le centre ville est sous surveillance. Interdiction de vente et aussi de consommation de liquides contenus dans des canettes métalliques et des bouteilles en verre. Bah, si vous voulez vous torcher, vous n’avez qu’à transvaser la vodka dans une bouteille d’eau minérale en plastique.

Mais, me direz-vous, je m’égare. La fête de la musique est consacrée à la musique. Oui, c’est vrai, c’est arrivé, quelques fois, quelques moments musicaux, quelques rencontres au bout de la nuit et de la rue et puis il y a la fête, les gens déambulant, la foule, l’ambiance, le sentiment d’être en communion avec les autres et de sentir cet irrésistible élan du peuple, même si c’est factice et pas vrai du tout car dans la foule, on est seul, sauf avec les amis qui nous accompagnent et avec les musiciens qui accompagnent notre désir de swinguer et d’échapper à la normalité de la vie contemporaine avec ses zones marchandes sinistres. La fête festive comme un ersatz de carnaval pour se fondre dans une irréalité sociale rêvée un soir de fête quand les gens se réunissent en laissant leurs masques de la vie conforme mais c’est raté, car les gens de la fête sont aussi coincés que les gens du boulot. Sauf que la fête est là pour nous faire oublier les réalités quotidiennes. Et cela a toujours été le cas pour moi sauf cette fois. Alors je ne saurais pas dire pourquoi ni élaborer de savantes analyses. C’est juste un ressenti, la fête à l’image de la crise sociale qui se joue actuellement. Mais ça va se passer et se guérir toute cette affaire.

Alors, cette fête c’était quoi ? D’abord quelques jeunes à Talence que j’ai entendu sur la fin dès 21 heures. Des jeunes de bonne famille auxquels sans doute les parents ont payé les cours à la rock school. Passons. Ensuite, à Bordeaux, vu les scènes annulées, je me suis rattrapé sur les Quinconces avec des trucs intéressant, sorte de groove électro techno orientalisante qui n’a rien à envier au krautrock mais c’était surjoué avec deux musicos et des bandes sonores. Les gens se déhanchaient. Bonnes vibrations. Un jeune dansant comme s’il volait dans une chorégraphie de Qi-gong. Le reste pas vraiment passionnant. Cours de l’intendance, un trio poussif poussant le blues rock avec un batteur assez fatigué et quelques clients sur la terrasse du bar. En face, un groupe de rock visiblement peu inspiré, pâle copie de Noir désir et d’autres clients sur la terrasse. Pour sauver la mise, un peu plus bas dans la rue, un quatuor assez déchaîné et ma foi, agréable à entendre sauf qu’il ne jouait que des reprises, Beatles, Cure, Eu-rythmiques et mimiques du chanteur assez doué comme les autres musiciens. Il me semble qu’ils étaient là l’année dernière. Le reste, des DJ, des sonos et du karaoké dans les bars pour sauver la mise et célébrer cette défaite de la nuit. Je n’avais qu’une seule envie, fuir ce lieu pas vraiment accueillant et très factice pour rejoindre mon chez moi et mettre quelques CD sur la platine. En revenant sur mon vélo, un peu de musique provenant de la place Alcales de Talence. Epouvantable. Des quinquagénaires jouant la rock attitude avec un chanteur qui chante faux et un guitariste incapable de pousser un solo. Mais bon, la fête de la musique n’a jamais été une vitrine pour la musique. Parfois, d’heureuses surprises mais quand les mairies s’en occupent, c’est souvent foireux pour ne pas dire calamiteux

Ma conclusion. France, pays de merde !


Moyenne des avis sur cet article :  3.53/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • MYOSOTIS 22 juin 2013 08:43

    Monsieur Dugué, pour vous consoler, écoutez-moi ça si vous ne connaissez : ROVER
    http://www.youtube.com/watch?v=piFM7m3egV4


    • L'enfoiré L’enfoiré 22 juin 2013 09:42

      La veille dans le théâtre d’Orange, bien mieux.

      Avez-vous vu ?

      • MYOSOTIS 22 juin 2013 10:53

        Non, je ne viens de découvrir ROVER que d’hier mais je vais chercher cette version à Orange sur youtube ! c’est tout frais donc et perso je boycotte toujours la fête de la musique !
        Et dire qu’il y en a qui sont heureux avec de la daube ! remarquez quand on met sur le trône ce qui nous sert de capitaine de pédalo en ce moment, c’est qu’en majorité, les citoyens ne sont pas très exigeants (bon certes le choix était restreint) et donc en matière de musique, ils ne peuvent l’être guère plus  ! la médiocrité appelant la médiocrité ! smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 22 juin 2013 13:55

        C’est ici, mais comme étranger, je n’ai pas accès.


      • Anaxandre Anaxandre 23 juin 2013 13:40

         Un peu de musique française aussi.


      • joelim joelim 22 juin 2013 10:35

        Depuis longtemps je n’y vais plus. C’est la fête de la sono (crade).


        • Anaxandre Anaxandre 23 juin 2013 13:39

           C’est même devenu la défaite des oreilles (martyrisées) et des musiciens (absents), au profit des boum-boum-boum électroniques hyper-amplifiés et du mauvais alcool mal planqué dans un sac en plastique : pathétique...


        • ZEN ZEN 22 juin 2013 11:00

          C’est la fête le vivre ensemble qui est en crise, partout..., pas la musique ! 
          Surtout quand elle rassemble.
          Même si elle pose des questions à certains bonimenteurs...
          A quoi sert la musique ? 
          ___A rien...même si c’est bon pour la dopamine.
          ________Mais ce n’est pas rien...
          Gare quand même à certaines pollutions auditives !


          • Karol Karol 22 juin 2013 12:01

            Je suis bien d’accord avec vous. A Paris cette fête de rue a été détournée par les cafés et bars en tout genre qui, non contents de squatter les trottoirs du domaine public, se paient les services d’un petit orchestre minable, pour vous vendre une bière à plus de 5€. On privatise tout la fête comme la rue.
            Oui, je sais il y a toujours des merveilles à partager dans des coins discrets....pour les initiés....


            • Anaxandre Anaxandre 23 juin 2013 13:56

               Vers chez moi à Paris, plus un seul « petit orchestre » au troquet du coin, ou d’amateurs au coin des rues : la tendance est ancienne et est arrivée à sa conclusion logique l’année dernière - encore confirmée cette année - que la fête de la musique ce n’est plus que de la grosse sono assourdissante qui vomi sa « musique » électronique.

               Je me rappelle un temps pas si lointain - moins de dix ans - ou les amateurs de tous styles commençaient à jouer dans les rues dès l’après-midi et où les bars payaient d’assez bonnes formations, faisant de chaque coin de rue un bal populaire à ciel ouvert...

               Encore une fois, la médiocrité et la laideur l’ont emporté...


            • alinea Alinea 22 juin 2013 12:10

              Avant que Lang n’invente cette couillonnade, le soir de la St. Jean, les villages festoyaient aussi ! C’est la fête du spectacle musical gratuit ! enfin, payé par les impôts. Un grand supermarché, ou une broque où parfois, si on a de la chance, on découvre quelque chose ; mais pas de participation du « peuple » ; ça fait longtemps qu’on lui a piqué sa culture !! Rien à rajouter...


              • T.REX T.REX 22 juin 2013 12:51

                La conclusion gâche complétement ce billet de mauvaise humeur : « Ma conclusion. France, pays de merde ! » Quel rapport avec la Fête de la Musique ??

                Elle prouve surtout que les français sont des râleurs, jamais satisfaits et que malgré son nom Monsieur Dugué ne l’est pas ....gai !! Alors qu’il cesse de ramer il attaque la falaise, pas besoin de bateau on passe à gué sans malaise, Qu’il cesse de bramer pour atteindre la sagesse ! Aimez vous Brahms ?


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 juin 2013 17:21

                  J’aime le son de Brahms au fond des bois !


                • Denzo75018 22 juin 2013 16:23

                  La fête de la musique fait fausse route, elle confond « décibels » avec convivialité !
                  A Paris, cela n’a été qu’une surenchère entre tous les Bistrots ...
                  Chacun à hurler à son voisin pour communiquer !
                  Pourquoi vouloir copier les boites de nuit, alors même qu’il ne devrait y avoir que des orchestres non sonorisé ou peu .......


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 juin 2013 17:26

                    J’ai vu des enfants heureux de cette sortie et de leur peut etre premier concert ,et pis un bout d’chou fasciné par la batterie et le batteur...C’est pas mal déjà ...


                    • Fergus Fergus 22 juin 2013 17:40

                      Bonjour à tous.

                      Je ne comprends ni l’article ni les commentaires qui l’approuvent. Depuis qu’elle existe, la Fête de la Musique nous offre très souvent du médiocre, mais aussi, ici et là, de purs moments de bonheur musical, et cela dans tous les genres.

                      Personnellement, je suis très difficile en matière de musique, et surtout amateur de classique, au point d’aller écouter le Philharmonique de Berlin dans la capitale allemande ou le London Symphony Ochestra à Londre. Sans oublier quelques bons concerts de reggae ou de ska ou, tous les deux ans, le festival du Chant de Marin de Paimpol dont je suis un inconditionnel. Pour autant, je prends plaisir à déambuler dans les rues dulieu où je me trouve chaque 21 juin, précisément à la recherche de ces moments de bonne musique. Et tant pis s’il y a également beaucoup de « daube » !


                      • Serpico Serpico 22 juin 2013 19:21

                        A Nancy, c’est plutôt la fête de l’alcool : des jeunes qui chient, pissent et vomissent en pleine rue.

                        Une horreur.


                        • Shade 22 juin 2013 19:33

                          Du temps où j’y étais moi, c’était plutôt la fête de l’acide, en forêt ou en chalet. Etats transcendantaux garantis et grande dignité dans la tenue.


                          Comme quoi...

                        • Shade 22 juin 2013 19:46

                          Et l’humain dans tout ça ? http://goo.gl/DjFLX


                          • chmoll chmoll 22 juin 2013 20:05

                            j’te l’dit tout se perd


                            • de Mande de Mande 22 juin 2013 20:41

                              Il paraît que c’était la fête de la misique.
                              Effectivement le voisin qui tous les soirs joue de la guitare électrique toutes fenêtres ouvertes nous a pour une fois laissés tranquilles.


                              • Darquandier Darquandier 22 juin 2013 20:42

                                Un article amusant. Il me fait penser à une ancienne intervention de Murat sur « ce pays de merde » et « Philippe Muray » !


                                • iris 22 juin 2013 21:21

                                  ou sont nos petits bals d’antan ??
                                  nostalgie ??


                                  • Yohan Yohan 22 juin 2013 21:27

                                    La fête de la musique, c’est le fête des amateurs. Heureusement qu’il y en a encore qui jouent pour le plaisir. Je n’y vais plus mais je ne me permettrais pas de gâcher le plaisir des autres


                                    • Michel DROUET Michel DROUET 23 juin 2013 11:06

                                      Et que dire de la « fête de la musique » à la télé publique ?

                                      Une fête de l’autopromotion et de l’autocélébration affligeante.


                                      • Esclarmonde Esclarmonde 23 juin 2013 22:14

                                        Je n’y vais plus non plus du moins en ville, dans les petits villages, la qualité n’est pas forcément au rendez vous non plus mais c’est généralement bon enfant.


                                        sinon, je me souviens d"y être allé en 95 à Aix-en-Provence (je vivais pas loin), ce que j’y ai ressenti correspond grosso modo à votre article... Je sortais quelques mois auparavant d’un séjour au Pays de Galles et là-bas, l’ambiance était bien plus conviviale... que dans cette ville arrogante ! De plus (détail trivial mais qui a son importance), il n y avait aucun moyen d’aller faire un petit pipi sauf dans les bars moyennant finance !!!

                                        Et l’année dernière, dans ma petite ville de Digne, d’ordinaire tranquille, la fête de la musique à été l’occasion de défoulement pour certains 


                                        Alors je reste chez moi avec mes CD...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès