Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Fin d’été déprimé

Fin d’été déprimé

Voilà, c’est fini pour cette année. Les plus optimistes diront que c’est dans l’ordre des choses de travailler pendant 11 mois pour pouvoir prendre un mois de vacances, et les autres que la perspective des bouchons sur la route du retour, des feuilles d’impôts et les factures plein la boîte aux lettres génèrent déjà du stress, d’autant que le mois d’Août, côté météo, a laissé à désirer.

C’est l’heure des bilans chez les commerçants qui faisaient déjà la gueule à la fin des soldes de juillet et qui n’ont aucune raison de pavoiser fin Août parce que du côté porte monnaie les estivants ont été plutôt du genre pingre pour ne pas dire complètement coincés, du genre une crêpe pour deux et la soirée pizza une seule fois au cours du séjour. Ils ne font vraiment pas d’efforts, les pauvres, pour maintenir l’économie à flots.

C’est la faute à la météo, à moins que ce soit à cause de la crise, ou bien encore la situation en Ukraine avec l’embargo sur les produits alimentaires qui, à peine annoncé, avait déjà produit des effets (si, si) que le Président de la FNSEA, très bronzé (les travaux des champs, sans doute…) demandait au gouvernement de compenser sans tarder par des aides financières. Message entendu : des barrages de tracteurs sur les routes du retour auraient été du plus mauvais effet.

A part cela, la télé nous a distillé pendant deux mois ses reportages habituels du style « dormez en paix, braves gens » en nous montrant les contrôles des services de l’Etat effectués dans des gargotes qui nous servent de la nourriture périmée, pas assez réfrigérée ou d’origine douteuse et qui marine dans une gamelle parmi les déjections de souris ou à côté des poubelles. Ils ont bien du courage les - rares - inspecteurs de la direction de la protection des populations qui se prêtent à ce jeu médiatique, d’autant qu’assurés de ne pas être suivis par leur hiérarchie s’ils font preuve de trop de sévérité avec les contrevenants, ils se contentent généralement de leur mettre un petit avertissement, de quoi les effrayer, assurément. Soyons raisonnables, une bonne tourista n’a jamais tué personne et il ne faut surtout pas brider l’initiative individuelle et surtout, l’Etat n’a plus les moyens de ses ambitions.

Côté gouvernement, la communication (à défaut d’action et de résultats) a été impeccable : pas de fausse note (ni de catastrophe majeure) et les ministres qui devaient communiquer, l’ont fait, en interrompant leurs vacances lorsque cela était nécessaire. On a bien senti que nous étions gouvernés, qu’on allait voir ce qu’on allait voir à la rentrée, que le début du frémissement du commencement de la reprise devrait – peut-être – se faire sentir, si nous acceptions de maintenir le cap de la rigueur et des cadeaux aux entreprises qui, juré-craché, provoqueront mécaniquement une embellie économique, à moins que l’argent aille directement dans la poche des actionnaires, étant entendu que les consommateurs n’ont plus les moyens de consommer : la politique de l’offre est une escroquerie organisée et à laquelle les économistes médiatiques participent activement. Il ne restera plus qu’à constater, dans deux ou trois ans, qu’ils se sont trompés, comme d’habitude.

Mais pourtant, côté impôts, des efforts ont été fait par le gouvernement pour les revenus jusqu’à 1,3 le SMIC ! Sauf que pour ces catégories, le gain ( ?) servira tout juste à boucher les trous du budget à la rentrée et qu’il ne faut pas compter sur ce « geste » pour faire repartir l’économie, d’autant que ceux qui sont juste au-dessus se sont fait matraquer par la diminution du quotient familial ou par la réintégration dans les revenus fiscalisés des avantages liés aux familles nombreuses dans les pensions de retraite. On ne peut pas être contre la justice fiscale mais on s’étonne toujours du maintien de niches fiscales que, bizarrement aucun gouvernement n’ose toucher (abattement pour les journalistes ou bien encore l’investissement outre-mer, par exemple). Il est vrai que la capacité de nuisance de certaines professions ou de certains lobbies est plus importante que celle de milliers de contribuables inorganisés, qui n’ont pas leurs entrées au Parlement.

Cela nous promet de beaux débats à la rentrée sur les professions réglementées, genre pharmaciens, avocats, notaires et j’en passe, qui oublieront pas de mettre en avant leur capacité de nuisance sur l’emploi si on touche à leurs privilèges. Les belles envolées lyriques d’un Ministre de l’économie, timidement relayées par l’exécutif se briseront, comme d’habitude, sur les réalités politiques et les échéances électorales.

De gauche ou de droite, les gouvernements européens, pour ne parler que de ceux-là, sont totalement dépassés et ne servent plus à grand-chose : le pouvoir est aux grands groupes et aux multinationales qui font la pluie et le beau temps et qui peuvent mettre à genoux une région ou un pays si le rendement à deux chiffres attendu n’est pas au rendez-vous en délocalisant leur activité. Ils nous préparent (dans le plus grand secret) avec la complicité des gouvernements européens un traité avec les Etats Unis et le Canada qui leur rendra les choses encore plus facile et leur permettra de faire condamner un Etat qui n’obtempèrerait pas à leurs exigences : les souverainetés nationales ou supra nationales se délitent sous nos yeux pour le plus grand profit des actionnaires et des grands patrons qui consentiront, pour se donner bonne conscience, à donner un peu de leur fortune pour nourrir ou soigner quelques défavorisés, en le faisant savoir, bien entendu.

Les gouvernements sont donc à la rue et pour qui cherche un peu de réconfort et de repères, que reste-t-il ? Gagner au loto, attendre un hypothétique héritage, braquer une bijouterie ou remporter la nouvelle star, s’ils sont dans une démarche individuelle ou bien encore trouver refuge dans les religions pour retrouver le sens du collectif ? Dans ce dernier cas, on ne peut qu’être perplexe tant les religions ou autres sectes se sont livrées ou se le livrent actuellement au prosélytisme, à l’activisme ou à des comportements guerriers que l’on croyait d’un autre âge. A peine la mondialisation économique et ses dégâts commence t’elle à avoir les effets néfastes que l’on connait que l’on risque d’assister à un nouveau démantèlement de nos sociétés et notre vivre ensemble par les communautarismes religieux qui se mettent en place et ambitionnent de guider nos vies au détriment de la laïcité qui devrait s’imposer et réguler ces ambitions démesurées.

Tout cela pour dire que l’air du temps du temps n’est pas à la fête et que le moral n’est pas au beau fixe, et ce n’est pas le discours de Benoit Hamon à la fête de la rose à Frangy en Bresse, pour intéressant qu’il soit, qui changera quelque chose à cette fin d’été morose.

Le Pays s’endort, se laisse ballotter par les communicants, les économistes, les politiques et les dévots qui nous disent depuis quinze ans que demain ça ira mieux. Nous ne sommes plus forcés de les croire et d’ailleurs nous ne croyons plus à leurs capacités à œuvrer pour le bien collectif, mais pour autant nous ne voyons pas encore la solution pour en sortir.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 25 août 2014 10:28

    fin d’été déprimé = fin d’été Socialiste ......


    • Michel DROUET Michel DROUET 25 août 2014 11:17

      C’est vrai qu’il n’y a que des socialistes qui ont des fins de mois difficiles et que tous les autres sont joyeux et confiants.......


    • raymond 25 août 2014 11:53

      Désolé mais le PS français est tout sauf socialiste :
      Le socialisme naît d’une philosophie de l’histoire occidentale, reposant elle-même sur l’idée de progrès, c’est-à-dire de la transformation du monde dans un sens positif3 : dans son acception la plus large, il condamne les inégalités sociales et l’exploitation de l’homme par l’homme9 et défend le progrès social

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Socialisme


    • mmbbb 25 août 2014 21:32

      oui ca c’est la theorie mais en pratique comme le disait Coluche le capitaliste c’est l’exploitation de l’homme par l’homme le socialisle c’est l’inverse Les soss et la classe sociale qui votent pour eux sont tous des bourgeois Tout en parole mais l’egoisme qui domine Je connais la chanson 


    • christophe nicolas christophe nicolas 25 août 2014 11:45

      Normal, les gens au pouvoir sont des désespérés de nature voulant communiquer leur idéaux... Au lieu de chercher une voie, ils imaginent de faire un monde parfait avec des données erronées. 


      De vrais petits cathares, il faut les cramer à la vérité.La vérité, c’est que nos dirigeants servent Lucifer, l’orgueil... d’ailleurs, Dieu est une réalité, c’est la Saint Louis, c’est la date de Libération de Paris, c’est l’anniversaire de Louis XX

      Bon, il ne faut pas voir cela comme dans dans le passé sur la forme mais comme un défenseur de la vérité car certaines élites sont corrompus. D’ailleurs je viens de concevoir une machine formidable pour la santé, je pense qu’on pourra guérir des maladies dégénératives, il s’agit d’une exposition générale à un champ similaire à la machine de Searl. 

      Si ça se trouve, on pourra ressusciter les corps incorrompus de certains saints comme la  la Bienheureuse Imelda Lambertini 1322-1333, une jeune fille italienne, morte à 11 ans, lors d’une extase pendant sa première communion et dont le corps est resté incorrompu... Imaginez le spectacle au 20h... Je ne sais pas si les crématoriums vont apprécier...

      • soi même 25 août 2014 13:09

        Oui , aujourd’hui nous avons affaire à une Valse d’opérette !

        Même avec la politique, il y a du crachin ! smiley

         


        • ETTORE ETTORE 25 août 2014 13:23

          Démission !

          quel beau mot
          mais si c’est pour retrouver les mêmes incapables mais à des postes différents ?
          A propos, curieux de voir le prochain poste à la Ségolène !
          m’est d’avis qu’il y a de l’avancement dans l’air.
          BANDES DE TARTUFES.
          personne ne vient plus voir vos spectacles lamentables soit disant démocratiques, vous jouez à guichet fermé, entre attardés mentaux juste pour avoir vos poches remplis de billets de Monopoly

          • ecolittoral ecolittoral 25 août 2014 16:07

            « Fin d’été déprimé ».

            Ben non ! C’est comme ça depuis des années !

            Un peu plus cette année mais moins que l’année prochaine.


            • chantecler chantecler 25 août 2014 18:54

              Que reste t’ il ?.....
              ...Des malins hackers entrent dans vos boites e mail par des faux/vrais messages SFR par exemple et piratent vos codes bancaires .
              Puis vous vous retrouvez avec un débit de 600,00 dans une boite de commerce en ligne espagnole , plus quelques bricoles ....
              Et à découvert , en plus de la pluie !
              Et la banque raconte qu’elle et la police n’ont pas les moyens d’enquêter , de remonter la piste  : bref aussi dépourvues qu’un particulier !
              Fétez gaffe  !  smiley
              Les escrocs ont de beaux jours .


              • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2014 19:23

                Bonjour,

                 Question : « êtes-vous vous-même juilletiste ou aoûtien ? »

                • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2014 19:26

                  « Le Pays s’endort, se laisse ballotter par les communicants, les économistes, les politiques et les dévots qui nous disent depuis quinze ans que demain ça ira mieux. »


                  En fait l’actualité vous répond.
                  Le gouvernement se plante parce que des courants différents fondamentaux s’opposent.
                  L’austérité comme paradigme, c’est clair, cela ne marche pas.

                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès