Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Fin de la méthode globale !

Fin de la méthode globale !

Énorme surprise. Alors que plus personne n’essayait sérieusement de revenir sur la fameuse méthode globale d’apprentissage de la lecture, le ministre de l’Éducation nationale, Gilles de Robien, vient de décider de la supprimer.

Est-ce que ce sont les très mauvais résultats en lecture des enfants entrant en 6e ( 25 pct d’enfants en dessous du niveau requis, dont 4 pct en très grande difficulté), qui ont décidé le ministre ? Est-ce que c’est l’avis des scientifiques qui montrent que la méthode syllabique (b.a ba) permet un apprentissage plus rapide que la méthode globale ? Est-ce la mauvaise réputation faite à cette méthode (peut-être à tort d’ailleurs) concernant la propension à la dyslexie ? Ou bien encore la sagesse populaire qui, depuis plus de cinquante ans, accable la méthode globale comme responsable de la mauvaise maîtrise de l’orthographe de nos enfants ?

Je ne sais pas. Mais Gilles de Robien a été le premier ministre de l’Éducation en une cinquantaine d’années à oser. Oser contre les éditeurs, que cela ennuie de devoir renouveler leurs manuels. Oser contre la Direction de la pédagogie de son ministère, qui a été à l’origine de l’adoption de la méthode globale, et surtout de son maintien malgré les critiques. Oser contre certaines organisations de parents d’élèves (même si plus de 50 pct des parents d’élèves sont favorables au b.a ba).

Quelques-uns des mots très durs contre la méthode globale qu’a eus le Ministre : « Persévérer dans cette méthode, alors qu’on en connaît la nocivité, serait criminel. [...] Immerger l’enfant dans le langage pour lui faire reconnaître les mots grâce à ses capacités de mémorisation conduit à la noyade. Les conséquences sont désatreuses, les experts scientifiques sont formels. »

Il est bien entendu difficile à tout un chacun de se prononcer sur le sujet. Quant à moi, j’ai toujours entendu mes parents, qui avaient connu la méthode syllabique, s’en plaindre. J’ai eu un enfant dyslexique à cause de cette méthode (dixit l’orthophoniste). J’ai vu le niveau d’orthographe des diplômés des plus grandes écoles scientifiques se dégrader considérablement en une trentaine d’années.

Par contre, je n’ai jamais pu en voir les avantages. Alors, faisons le pari de Pascal. Essayons la méthode syllabique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Emile Red (---.---.86.253) 12 décembre 2005 11:27

    C’est un pétard mouillé comme savent si bien le faire nos ministres décadents.

    Il y a déjà près de 25 ans que la méthode globale pure n’est plus appliquée que par quelques dinosaures semi-retraités.

    En revanche la méthode mixte permet aux professeurs des écoles d’adapter en circonstance leur enseignement.

    Reste à savoir si on doit aussi abandonner cette méthode et faire un pas de cent ans en arrière...

    Il est possible que le manque de bras dans la construction et dans la restauration soient l’élément déterminant de ce gouvernement qui a trop de bacheliers au chomage.


    • Jid (---.---.243.173) 12 décembre 2005 13:37

      Comme le signale le commentaire précédent, il est vrai qu’une écrasante majorité des enseignants utilisent une méthode dîte mixte :

      .Un apprentissage syllabique pour comprendre comment fonctionne l’écriture (le codage),

      .Qui vient se doubler d’un apprentissage par reconnaissance visuelle pour les « petits mots » que l’on rencontre très fréquemment (et, ou, comment,...)pour augmenter la vitesse de lecture et le niveau de compréhension.


      • (---.---.196.74) 12 décembre 2005 14:01

        Heu .... ,

        Désolé un simple néophyte qui vous suggère la méthode du bon sens ...

         :)


        • Frederic (---.---.187.49) 12 décembre 2005 17:05

          Bravo pour cet article. Voici quelques éléments complémentaires dans le lien ci-dessous.


          • (---.---.162.15) 12 décembre 2005 18:13

            Quelqu’un connaît-il le nom du ou des ministres de l’Education qui ont introduit la méthode globale ou l’ont beaucoup défendu ?

            Am.


            • Gaëlle (---.---.30.195) 13 décembre 2005 08:57

              Am, bonjour, J’ai cherché aussi un responsable à ce gâchis,il n’y en a aucun de vraiment nommé ( du moins en tant que ministre de l’éducation nationale). Je vous invite à lire le petit texte que cet effet d’annonce faite par de Robien m’a inspiré. http://afleursdemots.laecite.org/index.php/gaelle/suite/methodes_de_lecture /


            • Bay Bay 16 décembre 2005 16:53

              Il n’y a pas de « méthode globale » et de « méthode syllabique ».

              Il y a une méthode b-a ba, qui, depuis les Phéniciens, il y a 3000 ans, donne d’excellents résultats, et une invention pondue par les cranes d’œuf dans les années 70 du siècle dernier dont tout le monde peut juger de l’inefficacité.

              Toutes classes sociales confondues, il est évident, et depuis très longtemps, que la méthode globale est une absurdité. Qu’il ait fallu 30 ans pour lui avoir donné la place qu’elle mérite (au fond de la poubelle roulée en boule) est proprement sidérant !

              Il y a quelques temps, une exposition et une émission télévisée présentaient les « lettres des poilus », écrites au front pendant la première guerre. Quand on compare la qualité littéraire de ces missives, écrites par des gosses de vingt ans, ouvriers, paysans, possédant un simple certificat d’études, avec celle des textes rédigés par des bacheliers ou licenciés 7 ou 8 décennies plus tard, on est confondu !

              La méthode globale n’aura eu qu’un avantage : nous donner l’espoir que le niveau des élèves en français enfin s’améliore, pour la première fois depuis des décennies !


              • bruno (---.---.43.148) 22 décembre 2005 20:42

                Pour moi Gilles de Robien est un Saint homme !

                Merci à vous Mr de Robien pour cet eclair de lucidité et d’avoir assumé ce choix

                merci.

                D. Bruno


                • Marie (---.---.241.159) 23 février 2006 00:08

                  Ce qui m’effraie dans cette histoire, c’est que de nombreux inspecteurs, conseillers pédagogiques aient défendu cette méthode pseudo-globale, alors qu’il suffisait de réflechir un peu pour comprendre que l’on voulait appliquer à des apprentis-lecteurs des mécanismes de lecteurs chevronnés (exemple : la reconnaissance instantanée de certains mots). Mais aujourd’hui, nous assistons à une autre catastrophe : les programmes nous demandent de faire 1h30 de grammaire-conjugaison-orthographe-vocabulaire par semaine. N’importe quoi ! Que fait-on de l’automatisation des processus : les enfants ont un mal fou à mettre un s au pluriel, un e au féminin, à reconnaître un verbe et un sujet, pourquoi ? Parce-qu’ils ne s’exercent pas, pour intégrer une compétence, il faut la répéter : c’est en forgeant que l’on devient forgeron... De plus, l’orthographe et la grammaire permettent de structurer notre pensée !!! Je ne comprends pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès