Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Fin de party à Marseille

Fin de party à Marseille

Il arrivera une nuit où les amateurs de décibels en plein air danseront les oreilles chaussées d’écouteurs. Á Marseille, c’est déjà quasiment le cas puisqu’un arrêté préfectoral interdit les musiques amplifiées dans l’espace public. Une dérogation municipale permet tout de même la tenue de quelques concerts durant l’année.

Nous sommes tous heureux d’habiter en bord de mer et nous aimons tous profiter de ces lieux magnifiques. Il est vrai que certains ne respectent pas notre belle mer et polluent comme ils polluent leurs esprits égarés.

De ce fait, des organisations comme LLamada Del Mar, la Buvette Disco ou encore la Cabane du Roucas Blanc se sont efforcées tout l’été d’organiser des soirées en plein air, mais dans le respect du littoral. À présent l’arrêté préfectoral de la ville de Marseille interdit la nuisance sonore comme l’organisation de soirées en bord de mer et cela suite à de nombreuses plaintes de mouettes et de crabes pour tapage nocturne.

Désormais, les fidèles des musiques actuelles devront aller voir ailleurs… Où ? C’est bien le problème ! Depuis plusieurs mois, c’est une véritable hécatombe qui s’abat sur les soirées marseillaises. Une économie victime de la pression des riverains, du manque d’écoute des institutions, d’un audible lobby du silence et d’une application stricte d’un arrêté préfectoral daté de 2000 qui prohibe la musique dite « amplifiée » dans l’espace public.

Nous nous interrogeons donc sur la capacité de Marseille d’accueillir et de se présenter devant toute l’Europe comme la Capitale Culturelle Européenne en 2013. Marseille future capitale culturelle met des bâtons dans les roues à toutes les organisations souhaitant créer un lien social entre les individus autour de la culture en plein air.

Marseille oublie trop souvent la capacité de ces organisations à maintenir le lien social et à éloigner l’anomie déjà trop présente dans notre société. Elle oublie aussi que c’est par et grâce à ses individus qu’elle vit et non l’inverse, elle oublie également que ces organisations ne font que puiser leurs idées dans son berceau culturel hétéroclite. Marseille fait fuir, énerve et lasse ces potentiels culturels.

Ainsi certaines associations organisent leurs soirées dans des lieux privés, ce qui augmente largement le prix de l’entrée. On passe de 5 € à 35 € pour une soirée. Malheureusement très peu de personnes peuvent s’offrir des soirées à ce prix-là tous les soirs afin de jouir de leurs vacances et du grand air.

Il ne faut pas oublier que la musique adoucit les mœurs (à condition d’avoir un taux d’alcoolémie raisonnable, on nous le dit assez, boire c’est maaaal ! ) mais on aura toujours le problème des voitures, bagarres et cris à l’extérieur… dixit Sylvain Souvestre, adjoint UMP du 10e et 11e arrondissements et Sébastien Jibrayel, conseiller régional PS.

Pour voir l'interview de Grégory Levakis

Juliane Damon Scowcroft - News of marseille


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Jeff Parrot Jeff Parrot 30 septembre 2011 13:55

    Le modèle de société à la Française, ce n’est pas Marseille et ses soirées amplifiées en bord de Litoral, mais non c’est tout le reste de la provence, un musée à ciel ouvert genre les baux de provence, ses vieilles pierres, ses boutiques sur l’olivier, le vin et les santons, ses touristes étrangers qui s’extasient devant tant de patrimoine...tout bien rangé, propre et payant.

    En 94, on faisait la teuf dans les arênes de nimes et c’etait bien amplifié...
    borealis


    • dawei dawei 30 septembre 2011 16:36

      en 74, on faisait des concerts psychedeliques dans la cathedrale de reims :
      http://www.lunion.presse.fr/article/culture-et-loisirs/un-docu-sur-le-concert-de-tangerine-dream-et-nico-en-1974-dans-la-cathedr
      Rassurez vous, le Pape est repasser derriere resanctifier le site !! C’est veridique !


      • Massaliote 1er octobre 2011 08:46

        Marseille a d’autres problèmes. N’en déplaise aux bobos branchouillards, c’est une ville où les pauvres sont majoritaires. Ces salauds de pauvres veulent pouvoir dormir la nuit. La « teuff » n’est pas leur priorité. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès