Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Français, Edvigez la sécurité et Tasez-vous !

Français, Edvigez la sécurité et Tasez-vous !

Le tout sécuritaire, est-ce une réalité qui se décrète ?

Cet été 2008, le gouvernement aura décidé deux mesures visant à assurer une meilleure sécurité (enfin, d’après ce qui est affirmé) par simple décret.

Le décret 2008-632 du 27 juin 2008 pour officialiser un fichier (Edvige) déjà largement utilisé de façon opaque, mais qui n’est pas de nature à rassurer les défenseurs des libertés et du droit à la vie privée (la Cnil a fait un certain nombre de réserves qui n’ont pas été entendues par le gouvernement).

Et un décret signé aussi en juin 2008, mais dont la publication au Journal officiel tarde encore (elle est prévue à partir de ce mercredi 10 septembre 2008) et qui autoriserait l’utilisation du pistolet Taser aux 17 000 policiers municipaux.

Depuis le décret 200-276 du 24 mars 2000 (sous le gouvernement socialo-communiste de Lionel Jospin, c’est toujours utile de le rappeler !), les policiers municipaux sont déjà autorisés à porter des pistolets et des revolvers dirons-nous classiques.

Notons que la police nationale et la gendarmerie nationale ont l’autorisation de s’en servir depuis septembre 2006. 3 700 gendarmes et policiers en sont déjà équipés.


Taser, arme supposée "non létale" (plus clairement, non mortelle)

Le Taser n’est pas une arme nouvelle. J’en avais déjà parlé l’été dernier alors qu’elle faisait l’objet de plus en plus de controverses en Amérique du Nord et qu’elle commençait depuis quelques années à intéresser sérieusement le gouvernement français.

Son principe est assez simple à rappeler.

C’est une arme à impulsion électrique. Le modèle prévu, le Taser X26, envoie à dix mètres deux dards sur l’individu cible qui lui transpercent la peau, ce qui lui occasionne une décharge électrique de 50 000 volts avec une très faible intensité, de deux milliampères. Les conséquences : la décharge agit sur le système nerveux et tétanise l’individu plus de cinq secondes (coupant temporairement les liaisons entre le cerveau et les muscles), le rendant hors d’état de nuire et facile à neutraliser.

Sur le papier, donc, cette arme est plus favorable à la vie qu’une arme à feu classique, capable de tuer. Pour maîtriser un individu, il vaut mieux le "taser" que le tuer.


La haute tension, jamais anodine

Certes… mais une décharge à haute tension n’est pas si innocente que cela. Certes, le département Électrostatique du Palais de la Découverte fait régulièrement des manipulations en ce sens pour voir les cheveux se décoller spectaculairement de la tête avec 300 000 volts et montrer que le danger provient principalement du courant électrique et pas de la tension. Mais les cobayes sont généralement en bonne santé.

Aucun responsable de l’ordre n’est capable, a priori, de savoir si la personne qu’il viserait avec ses dards électriques souffre d’insuffisance cardiaque ou pire, porte un pacemaker qui nécessite un contrôle total de l’environnement électromagnétique (les porteurs de pacemakers sont dispensés du portique de contrôle des aéroports pour cette raison).

Plusieurs dizaines de cas de morts suspectes après l’utilisation d’une arme de même type ont été recensés au Canada et aux États-Unis (78 entre 2000 et 2004, 167 entre 1999 et 2005, 290 entre 2001 et 2006, selon les sources), avec une incertitude quant à la cause réelle du décès (généralement, le "tasé" était aussi en overdose). Des médecins assurent cependant qu’aucune séquelle n’est à craindre après la décharge électrique que fait subir l’arme.


Ne pas tuer, l’idéal…

Le problème, c’est que le Taser serait une arme idéale si ses utilisateurs ne l’employaient que dans les mêmes cas (extrêmes) que pour leur arme à feu classique.

Or, ce n’est visiblement pas le cas. Le Taser est utilisé pour des cas beaucoup plus mineurs, comme celui de maîtriser des manifestants. Or, la multiplication de l’emploi du Taser (considéré de façon inopportune comme ‘non létal’) accentue la policiarisation de la vie des citoyens. Un contestataire pourra se faire électriquement déchargé et il lui sera très difficile de porter plainte par la suite en précisant les circonstances.

L’utilisation d’une caméra embarquée (il me semble qu’elle est obligatoire, à vérifier) réduira évidemment les abus, mais la psychologie de l’utilisateur du Taser est un facteur important. Déjà pour les armes à feu, le manque de sang-froid a engendré de nombreuses ‘bavures’. Maintenant, sachant que le Taser n’est pas mortel, son utilisateur pourra être tenté de s’en servir plus fréquemment.


Un rapport accablant pour la France

Dans un rapport remis le 8 février 2008 au Haut Commissariat aux Droits de l’homme et au groupe de travail du Conseil des Droits de l’homme des Nations unies (voir en fin d’article) par le Réseau d’alerte et d’intervention pour les Droits de l’homme (RAIDH), il a été constaté l’usage disproportionné du Taser par la gendarmerie nationale : 83 % des usages du Taser X26 n’ont pas respecté le cadre envisagé par les procédures internes, à savoir la légitime défense et l’état de nécessité.

Dans le même rapport, il a été présenté le cas d’un malade mental qui a reçu le 12 mai 2006 six fois une décharge de Taser utilisé par un membre de la police nationale et qui a fait un arrêt cardiovasculaire.

Par ailleurs, le Taser est considéré par le Comité contre la torture de l’ONU depuis le 22 novembre 2007 comme une arme de torture pouvant tuer : « L’usage de ces armes provoque une douleur aiguë, constituant une forme de torture et, (…) dans certains cas, il peut même causer la mort, ainsi que l’ont révélé des études fiables et des faits récents survenus dans la pratique. ».


Choix de société

Taser… Edvige… Avant de signer des décrets à tout va, il serait temps que des réflexions plus approfondies soient entreprises afin de placer en conscience l’enjeu crucial qui se présente aux citoyens : quelle société voulons-nous ? Sommes-nous prêts à réduire nos libertés pour assurer notre sécurité et celle des nôtres ? Ou, au contraire, préférons-nous préserver nos valeurs fondamentales ?

Tant que ce débat n’aura pas lieu clairement et publiquement, toutes ces mesures resteront contestables.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (10 septembre 2008)


NB : le 9 septembre 2008 en soirée, le président Nicolas Sarkozy a reculé sur Edvige en décidant d’ouvrir la concertation et en soumettant le fichier au Parlement. La ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a déclaré : « J’entends des inquiétudes, je veux lever ces inquiétudes et toutes les ambiguïtés. ». C’est une sage décision qui montre (comme vient de le dire François Bayrou) que cela vaut la peine de se battre.


Pour aller plus loin :

Une arme peut-elle être inoffensive ? (22 août 2007).

Rapport sur l’usage du Taser en France (8 février 2008).

Flou et retard pour le pistolet Taser (Libération, 28 août 2008).



Documents joints à cet article

Français, Edvigez la sécurité et Tasez-vous ! Français, Edvigez la sécurité et Tasez-vous ! Français, Edvigez la sécurité et Tasez-vous ! Français, Edvigez la sécurité et Tasez-vous ! Français, Edvigez la sécurité et Tasez-vous ! Français, Edvigez la sécurité et Tasez-vous ! Français, Edvigez la sécurité et Tasez-vous !

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 11 septembre 2008 11:18

    "83 % des usages du Taser X26 n’ont pas respecté le cadre envisagé par les procédures internes, à savoir la légitime défense et l’état de nécessité" : c’est vraiment beaucoup trop ! Il ne faut pas laisser l’usage de cette arme se banaliser.

    P.S : Je suis jaloux de votre trouvaille pour le titre. J’aurais pas trouvé mieux. smiley


    • foufouille foufouille 11 septembre 2008 11:42

      il s’agit du meme effet que le flash ball. une arme non lethale est plus tentante a utiliser. le flash ball laissait au moins des gros bleue et pouvait causer une hemorragie en dessous de la distance de securite


    • fredleborgne fredleborgne 11 septembre 2008 13:35

      Le taser ne se substitue pas non plus à une arme à feu. Un policier armé d’un taser peut se faire tirer comme un lapin par deux malfrats armés.

      Déresponsabilisation d’une part, mise en danger du fonctionnaire de police de l’autre. Et un prix "d’ami"

      source
      http://www.raidh.org/QU-EST-CE-QUE-LE-TASER.html

      Le prix public d’un Taser X26 est annoncé à mille euros(3) l’unité, la batterie électrique supplémentaire à quarante euro, le lot de 2 cartouches à soixante euro (filin à usage unique).

      En partant de l’hypothèse que chaque Taser acheté disposera d’une batterie supplémentaire et de 50 cartouches, équiper 3000 policiers, comme l’envisage le Ministère de l’Intérieur, reviendrait donc à une dépense de 7,62 millions d’euros (4). A terme, chaque véhicule d’intervention devrait être équipé d’un Taser ce qui porte à 14 millions d’euro(5) la dépense envisagée pour équiper la police de Taser.


      • taz 11 septembre 2008 13:47

        Est ce que les particuliers pourront un jour se procurer se magnifique joujou ?
        Est il envisagé d’en distribuer aux professeurs dans les écoles ?

        Il faut vivre avec son temps, cet outil serait bien utile pour remplacer le martinet qui ne fait plus peur aux mioches...

        Y’a pas à dire vive le progrès,
        *
        Société de merde


        • foufouille foufouille 11 septembre 2008 14:13

          il y a une version civile a 10000v pour 500 euros a peu pres


        • Adolph Morice 11 septembre 2008 14:18

          @ l’auteur

          Ok , le taser c’est pas bien...

          Mais que proposez vous à la place ??? smiley

          La matraque, dangereux...
          Le gaz lacrymo ... allergies
          L’arme à feu ... mortel


          Comment voulez vous que la police se defende ??

          J’aimerai une reponse claire et precise.


          • LaEr LaEr 11 septembre 2008 15:22

            Comme l’a dit l’auteur "Le problème, c’est que le Taser serait une arme idéale si ses utilisateurs ne l’employaient que dans les mêmes cas (extrêmes) que pour leur arme à feu classique."

            Cela veut dire que chaque utilisation du tazer devrait déboucher sur une enquête administrative, comme quand un flic se sert de son arme (il me semble). Je n’ai rien vu de ce genre dans les propos du gouvernement.

            C’est vrai que moi aussi je préfère me faire tirer dessus au tazer qu’au 9mm balle creuse. En revanche, quand je vois l’utilisation qu’en font les flics américains (Tazzing dès qu’un interpellé hausse le ton), cela me fait mal à la démocratie. Une matraque, ça laisse des marques bien visible, le gaz aussi, le tazzer, pratiquement rien. Allez prouver qu’un flic vous a envoyé 6 décharges successives... 

            Il est dis que chaque tazzer sera équipé d’une caméra, mais si personne n’exploite les images, cela ne sert à rien



          • taz 11 septembre 2008 16:00

            A la place ???
            rien, ils ont largement de quoi faire

            Ca rhyme à quoi de toujours vouloir surencherir dans la force, la violence ???

            Il ferai mieux d’apprendre à se faire respecter ; plutot que de s’armer...

            Mais non en France on veut des Cow Boys des vrai...
            ... et bientot on aura des ganstas des vrais...


          • foufouille foufouille 11 septembre 2008 16:31

            baton, saï et arbalete
            plus des arts martiaux


          • Traroth Traroth 11 septembre 2008 16:49

            @Adolph Morice : ce n’est pas bien d’essayer d’usurper l’identité d’autres commentateurs.

            La police a déjà largement de quoi se faire respecter. Et justement, le problème, c’est que la défense est loin d’être l’usage principal du Taser.


          • clostra 11 septembre 2008 17:55

            Le taser c’est tout simplement une escalade dans la violence. Un succédané.

            Vous avez déjà vu quiconque être électrocuté ou tué par des injures ?

            Arriver avec sa cappe bleue marine, son képi, son sifflet et son petit bâton lumineux, c’est affirmer qu’on va pouvoir s’expliquer avec des paroles, comme des êtres humains.

            On les a respectés pendant des décennies. Même si parfois, des camions mal ficelés emportaient la cocotte minute placée au milieu du carrefour et la trainaient sur quelques mètres.

            On les aimait nos hirondelles !


            • raki 11 septembre 2008 19:09

              quoi il y en a qui vont recevoir de l’electricité gratuitement et ils vont encore venir se plaindre et foutre le bordel ppffff..
              Sinon on pourrait aussi leurs donner de l’amour...non,je plaisante.


              • vagamo 11 septembre 2008 20:56

                Comme disait le regretté Coluche :"maintenant, lors d un braquage,les malfrats disent:n ayez pas peur,msieur,dames,on n est pas de la police !"Blague édifiante,toujours d actualité,et prémonitoire...Aussi :"si vous voyez la police quelque part,allez-y sans crainte,c est qu il n ya aucun danger !"


                • ludotym 11 septembre 2008 22:31

                  Je crois n’avoir pas encore vu ce commentaire, à savoir que la première "trace" visible du Taser aux US vient du film "L’aventure intérieure" (Innerspace) de Joe Dante en 1987. On peut effectivement dire que le Taser ne date pas d’aujourd’hui. Mazette, déjà 20 ans !!!

                  Cest seulement maintenant que ce machin fait notre actualité en France. Dans tous les domaines, les meilleurs comme les pires, on a toujours au moins 20 ans de retard sur les US A. Mais dans le cas d’utilisation de cette arme ’non létale’, j’aurais encore préféré qu’on prenne encore plus notre temps.

                  Quand certains politiques disent, pour justifier son usage, qu’ils l’ont testé sur eux, je suis sceptique. En effet comme le rappelle l’ONU, l’usage de cette arme s’apparente à de la torture pour les souffrances qu’elle cause, m’étonnerait qu’un politicard ait encaissé 50000V sans broncher, pour par la suite généraliser son usage. Pas intérêt à me faire remarquer dans une manif, j’ai le coeur plutôt fragile, mais je tiens à vivre encore longtemps...


                  • JONAS JONAS 19 septembre 2008 00:18

                    Le Taser est une arme très dangereuse d’après mes collègues, il peut provoquer ce que l’on nomme des fibrillations cardiaques mortelles.

                    Les défibrillateurs fonctionnent sur le même principe, mais ils ne fonctionnent qu’en cas d’arrêt cardiaque ! En faire usage sur une personne qui n’est dans cette situation est formellement proscrit.

                    On peut donc considérer que son utilisation peut-être mortelle sur n’importe quelle personne.

                    Son usage ouvre la porte à tous les abus, il dépénalise devant les tribunaux celui qui l’utilise, puisqu’automatiquement : " L’intention de donner la mort est exclue des charges pouvant être retenues contre lui ".

                    C’est effectivement un passeport pour des violences qui ne sont plus éventuellement proportionnelles à celles encourues.

                    Je suis foncièrement contre.

                    Bonne soirée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès