Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > France : Armée en voie de disparition

France : Armée en voie de disparition

Alors que dans un éniéme livre blanc, le gouvernement a donné ses lignes directrices en matière de défense nationale, il apparait de plus en plus clairement que notre armée va encore connaitre une forte cure d'amaigrissement avec la nouvelle suppression de 20 000 postes dont la moitié pour l'armée de terre !

Jusqu'où peut-on aller sans danger ?

Notre armée avec la professionnalisation a connu de fortes restrictions d'effectif, Et les différents gouvernements qui se sont succédé depuis ont continué dans cette voie.

De facto, l'armée française est moribonde, en particulier l'armée de terre et l'aviation, la marine ayant été relativement épargnée.

En effet, l'armée de terre avant 1995 et le passage à une armée de métier comptait 260 000 hommes, elle tomberait à 120 000, le nombre de char est passé de 1350 à 420, dont en réalité seuls 250 environ sont opérationnels !

L'armée de l'air m'est pas mieux loti passant de 90 000 hommes et 500 avions de chasse a un format de 55 000 hommes et 225 appareils (dont combien seront opérationnels ?)

Il faut être clairs, nous ne sommes plus en mesure de défendre le territoire national. Certes nous pouvons mener des opérations extérieures comme le prouve le Mali, mais nous ne sommes plus capables de défendre notre territoire lui-même !

Or qui peut dire qui succédera à Vladimir Poutine ? Qui peut dire quels dangers apparaitront demain ?

Et désormais, une armée se construit sur de nombreuses années, car les matériels coutent chers et doivent faire l'objet de programmes de long terme, alors doit-on continuer dans cette voie ? Sûrement pas, nous allons devoir réinvestir, réorganiser et recréer !

Le modèle américain d'une armée d'interventions extérieures n’est pas pour nous ! Nous devons être capables de défendre notre territoire contre une véritable agression. La France n'est pas encerclée par des océans comme les pays anglo-saxons !

Pour cela nous devons recréer des grandes unités de manoeuvre : brigades ou divisions de quelques 7000-8000 hommes avec une dizaine d’unités d'actives et autant de réserves en créant une garde nationale composée de réservistes.

Il nous faut aussi nous doter des matériels nécessaires, notamment transport blindés pour les troupes et véhicules blindés de combat en accompagnement des chars. Pour ces derniers, les Leclerc fabriqués doivent être maintenus coûte que coûte car la relance de la chaîne de production serait très onéreuse.

Pour l’armée de l’air, il est indispensable de maintenir les mirages 2000 en portant au format 2000-5 ceux qui sont en bon état et nous devons terminer le programme Rafale avec 250 appareils pour l’armée de l’air.

Il est indispensable de rester au total au-dessus des 350 appareils afin de pouvoir maintenir une puissance aérienne suffisante !

Quant à la marine, il est nécessaire de construire un second porte-avion comme prévu initialement et de continuer la modernisation de nos frégates. (voir l’article : puissance navale, où en sommes-nous : http://www.christophebugeau.fr/index.php?year=2012&month=11)

Mais encore une fois, notre marine n’est pas la plus à plaindre de nos trois armes.

En conclusion, Le désarmement important qu’a connu notre pays sous trois présidents risque de nous couter cher un jour : celui où nous auront réellement besoin de nous défendre.

Car encore une fois, les matériels sont désormais fort couteux et ne peuvent donc s’acquérir en quantité suffisante que sur du long terme. Une armée met 15 ans pour se créer et en cas de menace, il y a fort à craindre que nos gouvernants n’aient ni le temps, ni l’opportunité de réagir suffisamment vite !


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 16 mai 2013 10:57

    Ne pas confondre le nombre de militaires professionnels et les cohortes d’appelés qui allaient perdre une année au service.


    La différence de budget permet aussi de moderniser le matériel.

    Philippe 

    • La mouche du coche La mouche du coche 16 mai 2013 13:34

      La fin de l’armée s’accorde avec le projet mondialiste de destruction de la France. Ils sont cohérents.


      • Et si on évoquait ENFIN une armée EUROPÉENNE  ?

    • jef88 jef88 16 mai 2013 12:24

      Le problème : faire des économies !
      les militaires étant tenus à la discipline et au silence, il est plus facile de dégraisser l’armée que le mamouth ou le fisc .......


      • le crocodile 17 mai 2013 10:00

        + 1000 


      • hunter hunter 16 mai 2013 14:36

        Et surtout, en affaiblissant l’armée, les politiques limitent les risques de se voir reverser par la dite instance, qui peut-être un jour, en aura marre de voir le pays se coucher devant Barroso (cf l’attitude de gamin de Pépère hier, parti chercher ses ordres chez le portugais satanique, et le regard paternaliste de l’autre maniaque, surveillant ce petit garçon trop gros, s’exprimant par saccades verbales) : à mourir de rire ou à pleurer de honte !

        be seeing u

        H /


        • BlackListed BlackListed 16 mai 2013 15:17

          France en voie de disparition


          • hunter hunter 16 mai 2013 15:33

            Je dirais même plus :France déjà disparue.......

            Be seeing u

            H/


          • Laurent C. 16 mai 2013 15:29

            Au secours !!!!

            L’ombre du rouleau compresseur soviétique, la déferlante de chars russes......

            « ...recréer des grandes unités de manoeuvre : brigades ou divisions... »
            En retard d’une guerre comme toujours en France. smiley

            •  C BARRATIER C BARRATIER 16 mai 2013 16:02

              Dans la guerre économique, l’armée ne sert à rien. Notre armée a bien combattu en 1914-1918, depuis elle n’a servi qu’à manger notre argent ( 1940, Indochine, algérie, afganistan, Mali). Comparons notre armée à celle de nos concurrents économiques : Allemands, Polonais, Espagnols, tchèques, suisses....Nous n’avons pas besoin d’avoir plus qu’eux. Le petit coq français est rigolo quand il se mêle de se frotter aux USA, à la Russie, à la Chine....Il s’en mêle en paroles.
              L’armée n’est pas aux ordres du peuple mais du capital international. Allors, armée française, dégage dans l’honneur et à petits pas...c’est correct.


              • viva 16 mai 2013 17:48

                Disposer d’une armée est la garantie de ne pas avoir de conflit. 


                Je ne suis pas d’accord avec ce que dit l’auteur au sujet de la marine, qui au contraire est tout aussi touché par la dépeçage.

                Je suis d’accord l’armée française est en incapacité de défendre le territoire métropolitain et encore moins outre mer. 

                On peut être contre la guerre est vouloir une armée suffisante, 
                Il y a eut des guerres, il y en aura encore. A croire que la leçon de 1940 n’a servit à rien.

                 Ça sent très mauvais en ce moment et nos politiques comme d’habitudes ne prennent pas la mesure des dangers qui se profilent à l’horizon.

              • Rincevent Rincevent 16 mai 2013 19:29

                Que voilà un article vite bâclé ! D’abord comparer les effectifs d’une armée de conscription avec ceux d’une armée de métier ne veut rien dire. Je ne sais pas si l’auteur a l’âge d’y être passé, moi oui. Je peux témoigner (et ça ne date pas d’hier) de la « qualité » opérationnelle des troupes d’appelés de jadis (ainsi que du matériel). En cas de poussée de l’Est on n’aurait pas tenu longtemps… C’est du passé, parlons donc d’aujourd’hui

                - Les chars : sauf dans certaines zones spécifiques et en état de guerre plus ou moins permanente (Moyen-Orient par ex.) c’est devenu progressivement un matériel inadapté aux risques de conflits actuels, vulnérable y compris à des armes portées par des fantassins. Je ne parle même pas d’engagement en milieu urbain, là c’est du suicide. Les grandes et moyennes puissances ne s’y trompent pas, qui développent des alternatives plus efficaces (hélicoptères de combat entre autre).

                - Pourquoi spécialement Poutine ? Il paraît que le Mur est tombé il y a un moment déjà et les russes ont bien d’autres chats à fouetter que de continuer tel quel les objectifs de l’ex URSS. Les vrais conflits aujourd’hui sont économiques et font des dégâts tous les jours. L’auteur retarde au moins d’une guerre. On pourrait objecter que la Chine, par exemple, fait actuellement de gros efforts pour son armée mais il faut voir d’où elle est partie : un géant par sa surface/population mais un nain par le niveau qualitatif de cette armée, l’obligeant jusqu’ici à laisser les USA être les arbitres suprêmes dans le Pacifique. Ça va changer…

                « Qui peut dire quels dangers apparaitront demain ? » Sans être devin il est assez clair que les enjeux premiers tourneront autour du contrôle des ressources (depuis l’énergie jusqu’à… l’eau en passant par les métaux rares et les produits agricoles). Ça pourra se faire au mieux par le business ou par pression militaro-diplomatique et là, ce ne seront pas plus ou moins de chars qui feront la différence. Ce n’est pas un hasard si la Marine est un peu épargnée…

                « Le modèle américain d’une armée d’interventions extérieures n’est pas pour nous » OK, mais alors on ne signe plus aucun accord de défense ou de coopération avec aucun pays et pour ceux en cours on fait une croix dessus, tout en regardant tranquillement arriver nos remplaçants, avec les conséquences.

                Pour moi, le problème de fond est d’abord de savoir à quoi va servir notre armée  : adversaire extérieur ou… intérieur ? La nature des futurs équipements nous le dira. Ensuite, externalisation de certaines missions comme les USA, par recours aux compagnies de mercenaires privés ? Pour eux, ça avait commencé par la logistique puis la protection de cette logistique, pour finir par le massacre de civils en Irak. Voilà des questions à se poser.

                Accessoirement, les coupes budgétaires saignent bien plus gravement depuis longtemps un secteur essentiel à tous, la santé. Là il ne s’agit pas de risques hypothétiques...


                • Laurent C. 16 mai 2013 20:04

                  Rincevent,
                  « ... on n’aurait pas tenu longtemps... »

                  Une blague circulait pendant service, on rajoutait :
                  « ...mais suffisamment pour permettre aux généraux de se carapater jusqu’à Bordeaux »

                  Vous avez raison en posant la question « à quoi va servir notre armée ».
                  On n’utilisera pas de char Leclerc pour arrêter un terroriste ou un cyber-activiste « intérieur » et pour surveiller le 2° espace maritime au monde il faudra autre chose qu’une division d’infanterie.

                  Justement la marine s’en sort probablement le plus mal dans cette histoire !


                • viva 16 mai 2013 21:35

                  Il ne s’agit pas de risques hypothétiques, toutes les crises économiques majeures ont fini par une guerre.


                  L’armée de métier à augmenter les dépenses militaires de plus elle permet d’utiliser l’armée comme les politiques le décident, le plus souvent pour des intérêts privé, ce qui ne serait pas possible avec une armée de conscription.

                  Il faut donc revenir à une armée de conscrit pour pouvoir financer des équipements qui nous permettront d’avoir une armée performante. Actuellement l’armée française n’est plus capable de défendre le territoire.
                   Nous n’avons pas les moyens matériels d’engager une guerre de moyenne
                   Intensité au dela de 3 mois. Ce qui nous rend vulnérable. 
                  L’Otan peut nous permettre de faire des économies, mais aussi nous contraindre à des interventions couteuses et qui peuvent même être contre nos propres intérêts. Il convient donc de reprendre la main et de retrouver notre indépendance et notre liberté d’action

                  La prochaine étape est la dissolution de la dissuasion nucléaire, prélude à des conflits conventionnels en Europe.

                • Rincevent Rincevent 16 mai 2013 22:22

                  @ viva

                  Quand je parlais de risques hypothétiques c’était par rapport à une dégradation de notre système de santé qui est dans le ici et maintenant, pas demain et ailleurs.

                  Je suis assez d’accord avec vous sur le fond, mais il faut être lucide : on est rendu à un tel niveau de technologie qu’il semblerait difficile de rendre assez rapidement opérationnel un appelé (et sur combien de temps d’appel ?). D’autre part, s’il était malgré tout possible de faire servir ces armes par des appelés (peu payés par définition) le gain économique serait probablement dérisoire en regard du prix du moindre matériel actuel.

                  Après, ce sont des choix politiques : l’OTAN ( organisation des traités de l’Atlantique-Nord faut-il le rappeler) outrepasse complètement sa mission d’origine (c’est vrai qu’il n’y a plus d’URSS, à part pour Bugeau) en intervenant partout dans le monde, sous pilotage US. C’est aussi une résultante de la quasi impuissance de l’ONU surtout en tant que force militaire crédible.


                  • Mugiwara 17 mai 2013 00:30

                    poutine met des futurs opposants en prison, et poutine crée malgré lui une démocratie dont il veut absolument pas qu’elle voie le jour en Russie, ses conneries à 2 balles font le programme de la gauche Russe, il est vraiment nuuuul ... il rouspète après la justice Européenne concernant les dépôts chypriotes confisqués , mais cette dernière est disposée à rendre le fric quand elle aura décidé, c’est à dire, après enquête des plus approfondies et si ça emmerde Poutine, il peut toujours faire appel comme toute personne civilisée. 


                    effectivement, ce serait un scandale si notre armée ne pouvait même pas avoir, ne serait ce qu’un mouchoir, que dis je, un kleenex pour entretenir nos capacités. trop c’est trop. alors que le monde part dans tous les sens, c’est pas le moment de baisser pavillon, sacrebleu, saperlipopette, espèces de zouaves, bachi bouzouks, que le grand cric me croque ... 

                    • le crocodile 17 mai 2013 10:16

                       le_pnume (

                      J´ai aussi réagi à cet article dés que je l´ai découvert , mais cette nouvelle , en soi atroce pour les français qui vont devoir encore payer pour des allogènes indésirables et indésirés , est passée à l´as dans beaucoup de merdias . C´est une nouvelle pièce du grand puzzle de la démolition préméditée et calculée de la France par nos soit disant dirigents vendus et traîtres à la patrie . Ils en rajoutent un peu chaque fois que leurs esprits dérangés de psychopathes trouvent une nouvelle combine pour nous la mettre belle et profonde . Le pire de tout est que la plupart des bulots ne comprennent toujours pas dans quelle dictature nous sommes en train de plonger .Une dictature avec des moyens techniques de controle et de répression qui auraient fait bander Adolf ou Staline .

                    • fredleborgne fredleborgne 17 mai 2013 09:57

                      Autant je plussoie un certain modèle d’Armée de Terre que vous préconisez, autant je ne suis pas d’accord sur les portes-avions, bien trop fragiles pour être opérationnels envers un pays un peu développé, comme l’Iran par exemple, et a fortiori la Russie.

                      Le retour a de grosses divisions ne serait qu’administratif. En effeyt, les réservistes sont des forces suffisantes pour la dissuasion. Ce sont aussi un ciment social, au même titre que les pompiers volontaire et pourquoi pas carrément aussi des réservistes/bénévoles dans la sécurité civile pour donner à moindre prix un coup de main aux professionnels : il n’y a pas que les gendarmes qui ont besoin d’auxiliaires.

                      Par contre, la répartition des unités et leur champs de compétence devrait être local. On combat mieux dans une région que l’on connait, les réservistes permettent l’élaboration de stratégie de type micro en locale apte à rendre impossible car trop couteuse une occupation. Les talibans auraient dû au moins nous apprendre ça.

                      Nous perdrons toutes les guerres futures si les français sont exclus de leurs choix de défense, comme de son application, comme on peut le constater depuis la « professionnalisation ». Un simple service militaire de deux mois, puis un contrat de six mois pour les plus motivés, et la réserve pour tous les volontaires est selon mois une défense salutaire au niveau cohésion sociale dont nous toucherions les bénéfices même en temps de paix.

                      Le matériel, on s’en fout. Chars sophistiqués et avions sont trop vulnérables aux missiles. Mais combattants bien renseignés, mobiles, et armés de missiles anti-chars et anti-hélicos sont bien plus redoutables et moins couteux à mettre en oeuvre. Leur dissuasion serait aussi efficace, car il est bien prouvé que les bombardements chirurgicaux ne suffisent pas à mettre une population à genoux dans le cadre d’un grand pays.

                      Tout le reste ne sert qu’a asservir de petits pays dans le cadre d’une grande force. Ce n’est pas de l’intérêt de la France de faire partie des oppresseurs occidentaux, dans des guerres que nous payons (le peuple) pour que seuls des intérêts privés internationaux en profitent. La stratégie de la projection ne doit plus être le seul paramètre pris en compte pour justifier que par ailleurs le tissu défensif national soit déchiré, échancré, réduit... cela fait belle lurette qu’il a même le nombril à l’air...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès