Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > France terre d’émigration

France terre d’émigration

C'est une première depuis la révolution industrielle du XIXème siècle, la France devient une terre d'où on s'exile. Notre pays a échappé à l'hémorragie il y a plus d'un siècle grâce à son développement industriel galvanisé par son vaste empire colonial, il a ainsi échappé au sort des italiens et des irlandais par exemple que la misère poussait vers le nouveau monde.

Mais aujourd'hui plus de la moitié des jeunes français aimeraient partir sous d'autres cieux. Ceux du plein emploi, d'une vie moins compliquée, ceux de la reconnaissance de leurs diplômes ou tout simplement de leur énergie et de leur talent. La France ne leur offre plus de perspective d'avenir il est vrai et ce n'est pas sombrer dans la sinistrose que de dire cela. Quelle entreprise héxagonale recrute-t-elle encore en masse ? A part les fast foods et les contrats courts dans l'armée... de plus à quoi bon travailler dans un pays où il devient ardu de se loger. Les prix de l'immobilier ont explosé depuis quinze ans, au détriment comme toujours des plus jeunes ménages mais au profit comme toujours encore des vieux rentiers.

Car c'est un des clous du problème. La France est une gérontocratie. La génération du baby-boom, des trente glorieuses, a pris le pouvoir économique. Exemple : quand les jeunes travailleurs s'entassent dans des colocations (impensable il y a trente ans) en ville les propriètaires d'immeubles entiers ont rarement moins de soixante ans. Oh je sais qu'il est facile de montrer du doigt les harpagons qui tiennent cette économie de rentiers où l'argent placé dans la pierre ne circule plus dans l'économie active. Il y a aussi le problème de la sous-qualification des jeunes, de l'inexpérience, des difficultés à intégrer une génération abrutie par des contre-valeurs morales... mais tout de même.

Qui ne connait pas autour de lui un jeune parti travailler au Canada, en Australie ou plus simplement en Allemagne ? Ces exils sont souvent sans retour. Emplois mieux payés, moins d'impôts, conditions de vie moins rude (moins de délinquance et d'incivilités...) on ne peut que comprendre nos jeunes exilés. Le plus ennuyeux c'est qu'il s'agit en majorité de jeunes diplômés d'un bon niveau culturel... qui manqueront pour le renouvellement des cadres dans quelques années. Mais la France aime-t-elle ses jeunes ? Connaissez-vous une entreprise qui recrute des cadres de moins de 25 ans ? Des politiciens de premier plan du même âge (à part Marion Le Pen) ? Certaines questions dérangent...

Cette hémoragie de jeunes talents ne peut qu'enfoncer la France vers une tiermondisation larvée... il ne faudra pas s'étonner après cela de la paupération culturelle des cités quand les meilleurs s'en vont. Les réponses au problème sont diverses... mais cela ne semble pas affoler nos élites politico-médiatiques davantage préoccupées par le mariage gay ou l'interdiction des feux de cheminées d'ici 2015... il est vrai que quand on a plus rien à dire au peuple on gouverne par des écrans de fumée, et cette fuite des cerveaux fait les affaires de big brother.

L'émigration doit donc devenir un thème central du débat citoyen... on se peut se résigner à ce phénomène qui semble déranger tous les partis... à commencer par ceux qui fustigent l'immigration, phénomène lui-aussi problématique il est vrai. 

En conclusion, place aux jeunes ! A quand une "manif pour tous" d'un million de citoyens pour le droit au travail et au logement de notre jeunesse ? Avant de penser à marier les gens commençons pour les intégrer...


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • popov 5 juillet 2013 13:18
    Il n’y a presque plus de travail pour les jeunes diplômés.

    Ceux qui en trouvent se font sucer le sang par l’état qui a besoin de fric pour payer les prestations sociales d’un nombre croissant d’assistés issus de l’immigration et dont nous pourrions très bien nous passer.

    Alors oui, les meilleurs s’en vont, les pires s’engouffrent grâce à une politique d’immigration suicidaire.

    Je plains ceux qui restent. A ce rythme, dans cinquante ans, la France sera de retour au moyen âge, juste après la chute de l’empire romain.

    • jako jako 5 juillet 2013 14:05

      Popov : « les meilleurs s’en vont », ce ne sont pas les meilleurs, les meilleurs sont ceux qui se soucient du pays qui a payé leurs études et veulent l’aider, partir c’est faire preuve du pire plutôt.
      dans l’article : « Ceux du plein emploi, d’une vie moins compliquée » cela n’existe pas donc bonne chance à eux et qu’ils ne reviennent pas profiter de la sécu et du chomage ( tant qu’il en reste un peu...)


      • France Europe République FabienBonaparte 6 juillet 2013 20:53

        Etre patriote est une chose être un nigaud en est une autre... pourquoi rester quand on vous propose beaucoup mieux ailleurs ? D’ailleurs la France n’existe plus en tant qu’état. De plus on voit bien que vous n’avez jamais voyagé vu les arguments de votre deuxième phrase...


      • jako jako 8 juillet 2013 14:55

        mr bonaparte, j’ai énormément voyagé justement et j’ai travaillé plusieurs années en Allemagne Munic, Hollande (divers) et Belgique


      • Richard Schneider Richard Schneider 5 juillet 2013 16:31

        Au fond, votre article, FabienBonaparte, est frappé du coin du bon sens. Comme vous l’écrivez très judicieusement « à quand une manif pour tous de 1 million de personnes pour le droit au travail et au logement des jeunes ».

        Vous avez raison de traiter « les vieux » français d’égoïstes et de pleutres. Mais c’est pire en Allemagne, ce nouveau pays de cocagne pour notre establishment (les politiques, les économistes, les journalistes ...). Chez nos voisins, comme il n’y a presque plus de« jeunes », les « vieux » ne veulent surtout pas que l’on touche à leur rente - rente qui paie leurs retraites. 
        Mais c’est la même situation dans toute l’Europe, cette chère Europe dont on nous avait promis que sa construction nous apporterait « la paix et le bonheur » ... La paix, certes - il n’y avait pas de besoin de traités. Le bonheur ? Rien qu’à voir les chiffres du chômage de "la première économie du monde (dixit les européïstes), il n’est pas nécessaire de longuement disserter sur ce sujet.

        • Gandhi 5 juillet 2013 16:56

          c’est drôle il n’y en a que pour les jeunes diplômés ,pauvres chéris......jeunes talents = futurs vieux.....ils n’ont qu’a prendre de vrais travail........

          ils sont adeptes de la compétition, comme des milliards de gens depuis des siècles... ils perdent ,et alors je ne vois pas ou est le probleme.. ?
          car la compétition génère plein de perdants et c’est normal et juste si on accepte ce jeu la ,donc il convient de la fermer....ou de remettre la compétition en question....

          et si la france et l’Europe s’écroule , ce qui est en route pour tout le monde occidental il faut aussi la fermer....c’est le jeu auquel on joue et c’est normal ,notre façon de ne pas vivre ensemble mais de constamment se battre les uns et les autres ne peut que produire cela, ou alors remettre en cause la compétition,ce qui ne sera pas fait car le seul sens de vivre qui reste c’est de niquer les autres....

          je ne vois pas l’intérêt d’être diplômé et de ne pas comprendre cela....c’est totalement évident comme la guerre nécessaire qui vient le sera....évidente et nécessaire pour ce système..bourgeois féodal....

          quand le pire sera la ,car ça va encore bien sur venir , ce sera encore les mêmes pleureurs abrutis qui viendront dire : on savait pas !!! comme depuis des siècles....


          • Gandhi 5 juillet 2013 17:04

            Cela étant dit , je ne suis plus en france depuis longtemps ,mais comme je n’ai pas de notion ni de patrie , ni de nation ,ni de religion , ni autre conneries de ce genre..je suis un humain comme vous tous ,point barre, peu importe ou je suis en fait ,si je suis entouré de personnes sympa....

            ayant rencontre plein de gens des pays de l’est venu ou je suis GB, pour faire du pognon , la tendance lourde est au retours dans l’est chez eux...et oui il y a des humains pour qui le pognon n’est pas tout....bon c’est sur que bientôt ils vont être chassé c’est sur....

            car on en arrive là ,vous ne le sentez pas le parfum du pire qui rode... genre une sorte de St Barthelemy....


            • Jeff Parrot Jeff Parrot 5 juillet 2013 17:19

              - nivellement par le bas dans l’education
              - importation de la misère
              - desinvestissements dans la high-tech
              - bulle-immobilère soutenue par les politques
              - impots pour les travailleurs
              - impots indirects : repression routière , cigarette
              - repression de toute initiative individuelle ou de petit collectifs en dehors de la machine
              - medias aux ordres (quel rang pour la liberté de la presse déjà ?)
              ....

              Si au moins ce marasme economique était accompagné de grosses teufs collectives, orgiaques, ou d’une révolution psychédelique, mais non, les nuits parisiennes sont les plus calmes et les plus chiantes d’Europe, merci la repression....encore et toujours


              • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 5 juillet 2013 18:33

                @ L’auteur


                Vous dites : « 
                L’émigration doit donc devenir un thème central du débat citoyen... on se peut se résigner à ce phénomène qui semble déranger tous les partis... à commencer par ceux qui fustigent l’immigration, phénomène lui-aussi problématique il est vrai. »

                L’émigration en soi est plûtot un phénoméne positif : que les jeunes aillent voir ailleurs, expérimentent, ne peut qu’être bénefiques pour eux et leur pays, dés lors qu’ils y reviennent...
                Aujourd’hui nous sommes plutot dans la fuite : des jeunes qui ne se voient plus d’avenir ici. Dans ce phénoméne l’immigration que nous connaissons est moteur. Ce ne sont pas que des cadres qui partent, mais aussi des boulangers, des ébenistes, etc...toute une main d’oeuvre spécialisée ...Et parmi les motivations des partants figurent souvent l’insécurité sociale et identitaire. Sans parler de la dégradations des emplois et des pressions constantes sur les rémunérations exercées par l’immigration (par exemple 300000 européens travailleurs low cost en France par le biais de la directive Bolkenstein réactualisée, sans même parler des sans-papiers travaillant « au noir »).
                Nous avons 5 millions de chômeurs ...Tous les jours des milliers d’emplois sont détruits...Et autant de nouveaux immigrés entrant sur notre sol ...Cherchez l’erreur...
                Le chômage frappe tout le monde : pas uniquement les jeunes.





                • Pie 3,14 5 juillet 2013 18:35

                  A l’auteur,

                  Vous allez un peu vite en besogne...

                  Quels sont les faits. A ma connaissance il y en a trois :

                  Un sondage de Viavoia qui affirme que 50% des jeunes aimeraient vivre dans un autre pays.

                  Un autre du cabinet Deloitte qui dit que 27% des jeunes interrogés estiment que leur avenir est hors de France contre 13% il y a un an.

                  Une affirmation non argumentée du polémiste sarkozyste Eric Brunet dans son pamphlet « Sauve qui peut » qui écrit « la grande migration a lieu aujourd’hui ».

                  En attendant, il y a 1,6 millions de français inscrits sur les registres consulaires dont 155 000 entre 18 et 25 ans et 270 000 entre 25 et 35 ans. Il n’y a aucunes données statistiques qui indiquent une explosion de l’émigration des jeunes français.

                  On peut régler le cas de brunet rapidement qui n’a toujours pas digéré la défaite de son candidat et passe son temps à prédire des lendemains catastrophiques.

                  Les sondages sont à prendre avec des pincettes comme tous les sondages. Ils peuvent aussi signifier des choses contradictoires, l’effet de la crise ou celui de la mondialisation.

                  Le chômage est certes élevé, mais ce n’est pas la première fois que nous tournons autour de 11% ( 20 à 25% pour les 18/25 ans) et ces chiffres n’ont rien à voir avec ceux de la Grèce ou de l’Espagne. De plus, les non diplômés sont les premières victimes du chômage, ils sont aussi ceux qui migrent le moins.

                  Les jeunes d’aujourd’hui se sentent plus qu’auparavant « citoyens du monde », c’est l’effet de la mondialisation et de l’intégration européenne ( l’essentiel des flux d’émigration en France est dirigé vers l’Europe puis les USA). Si on m’avait demandé mon avis à cet âge, j’aurais aussi déclaré aimer l’idée de vivre dans un autre pays. Entre le dire et le faire il y a une marge.

                  Il est donc urgent de se calmer et d’attendre des données fiables avant de commencer à se lamenter.

                  Enfin, une précision. Si la France n’est pas une terre d’émigration au XIXème, ce n’est pas en raison de son industrie florissante. La révolution industrielle concerne aussi l’Allemagne et la Grande-Bretagne qui sont pourtant de grands pays d’émigration. La raison est démographique. La France connait sa transition démographique avant tous les autres pays d’Europe, sa population cesse de croître dès le début du XIXème là où elle explose partout ailleurs. C’est pourquoi elle participe très peu au flux de 55 millions d’européens qui sont allés tenter leur chance aux USA de la fin du XVIIIème au début du XXème.

                   

                   


                  • France Europe République FabienBonaparte 6 juillet 2013 20:50

                    Pour comprendre il faut d’abord observer ce qui se passe dans la rue et autour de soi... c’est ce que je me contente de faire... Oui, les meilleurs jeunes s’en vont, et j’en sais quelque chose part ma profession. Tant qu’une gérontocratie de rentiers tiendra la France cette situation perdurera...


                  • Jonas 5 juillet 2013 18:53

                    @ A l’auteur de cet article.


                    Juste une simple question.
                     Avez-vous dirigé une entreprise en France et dans quel domaine ?

                    Soyez aimable de me répondre et laisser tomber le leitmotiv des « Trente Glorieuses » nous sommes en 2013.

                    Etes-vous au courant des réformes effectuées par le Canada il y 10 ou 15 ans , comme l’Allemagne et l’Australie ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès