Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Galliano nazi ? Décryptage de deux autres vidéos

Galliano nazi ? Décryptage de deux autres vidéos

Juin 2010. Défilé de la collection hommes du printemps 2011. John Galliano choisit comme référence initiale le personnage de Charlot dans Le Dictateur, film où Charlot parodie Hitler. La collection est mise en scène et en musique, une musique plutôt pop sur un fond de rythme plutôt martial. Quelques vidéos sont faites. Je lis à plusieurs endroit des commentaires sur ce défilé : il montrerait la nostalgie de Galliano pour Hitler et le nazisme.

Aller dans cette direction c’est ouvrir une porte à toutes les exagérations, avec des conséquences dont on ne calcule pas encore la gravité. Je propose un décryptage de deux vidéos que je pose en fin de billet. La vidéo 1 laisserait entendre une possible nostalgie de Galliano pour l’époque nazie. Je tente ici de démontrer que cette analyse n’est pas adéquate, qu’elle est orientée, et que la présentation du défilé a été retraitée par l'auteur de cette vidéo 1, avec forcément une intention. Il est important de démonter cette affaire Galliano car derrière il y a d’autres choses en jeu, de l’ordre des libertés publiques.


Décryptage :

1. La vidéo 1 traite l’image en noir/blanc et accentue l'effet actualités d'époque. Elle plonge le spectateur volontairement dans l'époque du nazisme. Ce parti-pris délibéré n'est pas anodin et appartient en premier lieu à l'auteur, dont on peut se demander si c'est lui qui tente de véhiculer un message subliminal ou la nostalgie d'une idéologie.

2. Le son semble avoir été traité en ajoutant un peu de réverbération, ce qui prolonge les basses du rythme et le rend plus présent, comme pour insister sur le martèlement de type militaire.

3. La musique utilisée n'a rien d'une marche militaire. Elle mélange une variété moderne à une séquence rythmique de type plus tambours Tambours du Bronx que légion étrangère, et que l'on ne saurait qualifier de musique militaire nazie.

4. La musique de fin a deux variantes selon la vidéo choisie. Sur la vidéo 1 c'est la même musique jusqu'à la fin, y compris dans les stroboscopes. En observant bien, on se rend compte pourtant que le rythme des pas se décale légèrement par rapport à la musique. En réalité la musique a changé, deux fois, comme le montre la vidéo 2, et même si la base rythmique reste la même les mélodies et instruments induisent une réduction du contre-temps initial, ce qui modifie le calage des pas sur la musique. De plus la musique de toute fin est celle du générique de Laurel et Hardy traitée en mode bande dessinée ou cirque, en partie décomposée, ce qui a aussi son importance dans la construction thématique du défilé. J'y reviens après.
charlot3.jpg
L'auteur de la vidéo 1 a donc laissé la même musique jusqu'au bout et n'a pas rendu compte de cette évolution musicale et thématique. C'est un choix délibéré. En écartant les deux autres musiques, dont celle de la fin, il écarte délibérément un aspect évolutif et parodique important pour ne rester que sur l’ambiance du Dictateur.

5. Examinons maintenant le passage des mannequins habillés en Chaplin, un Chaplin supposé rappeler son film Le Dictateur, parodie de Hitler. Sur la vidéo 1 leur présence à l'image dure plus de 30 secondes sur 1’33, soit un tiers de la vidéo. Sur la vidéo 2, cette présence dure moins de 30 secondes sur 2’22, soit seulement 1/6 de la durée totale de la vidéo. Cela veut dire que sur la vidéo 1 on voir surtout la référence à Charlot Dictateur, sur l'autre on voit davantage la collection de mode. C'est à chaque fois un parti-pris : la première veut montrer le lien à Hitler à travers le personnage de Charlot, la seconde montre la collection et la thématique.

6. Les habits de la collection ont très peu de références militaires. Et l'on sait que la mode utilise tout. On voit bien des tops féminins pour tous public dans des tissus de vêtements de camouflage. La mode des pantalons treillis et chemises militaires portée par des hommes et des femmes n'inspire pas une nostalgie nazie, que je sache.

7. La thématique du défilé : le déroulement du temps. Il y a une grande horloge par où les mannequins entrent et sortent. On commence avec le Dictateur, et l'on finit de manière plus moderne, paradoxalement accompagnée par cette musique de Laurel et Hardy déconstruite puis reconstruite : rien à voir avec une musique militaire. Au final le défilé n'a plus rien de l'image du Dictateur de Chaplin. Le message, s'il y en a un : on a quitté cette époque. On n’est plus dans l'idéologie nazie. Il a donc bien pensé à cette époque lors de ce défilé. Mais pas dans le sens où on veut le dire aujourd’hui.

On sait aussi que Galliano aime les défilés rythmés, toniques. Donc rien de particulier ici.

chaplin4-john galliano s2011.jpg8. La couleur de la vidéo 2 change la donne par rapport au noir et blanc de la vidéo 1. Elle adoucit l’aspect martial de la démarche. Les effets de lumière, mieux reproduits sur la vidéo 2, associés au décor, donnent une impression de sous-marin ou de chambrée. Ce qui permet d’accentuer le côté clair/foncé de la collection (pour hommes, ne l’oublions pas) et en même temps de créer un décor onirique comme Galliano les aime.

Quand il organise un défilé en disposant 6’000 roses comme en 2010, est-ce parce qu’il veut répandre l’idéologie hippie ? Non. Veut-on vraiment faire croire que dans ce défilé de la vidéo 1 il envoie le message du bon vieux temps nazi ? Mais alors que penser, entre beaucoup d’autres, du film de Visconti les Damnés, à l’esthétique époustouflante : est-il un plaidoyer nazi ? Pas vraiment ! Et quand en 2004 Galliano présente sa collection sur le thème de l’Egypte ancienne, fait-il l’apologie du temps des pharaons ? Certainement pas. Comme le personnage de Charlot dans le film Le Dictateur, le couturier fait dans la parodie.

Il y a d’ailleurs quelques mannequins qui font référence aux Damnés dans leur look et visage blanc. Ce qui n’est pas spécifiquement nazi, mais bien plus un hommage au réalisateur italien.

9. Galliano fait des défilés comme d’autres font des spectacles. Il ne se contente pas de faire marcher du tissus sur le podium. Il met en place une thématique, il réalise une mise en scène, et fait appel à tout comme n’importe quel créateur. Ne pas voir cela, ne pas voir le deuxième degré dans ce défilé comme dans les autres, c’est prendre le risque d’une analyse inadéquate. Il y a un regard de dérision porté sur cette époque, visible jusque dans certains vêtements présentés. Comment peut-on parler de nostalgie du nazisme ? Cela n’a aucun sens !

Il a fait de la mode une vraie création conceptuelle.


De tout cela je conclus que l’auteur de la vidéo 1 a délibérément donné à voir ce qu’il voulait donner à voir. Il y a mis ce qu’il a dans sa tête, pas forcément ce que Galliano a voulu montrer.
galliano-lors-defile-pour.jpg
Le vieux dicton est toujours valable : « Si tu veux abattre ton chien tu dis qu’il a la rage ». Et sans partager ni soutenir les propos malheureux d’un Galliano ivre, mal et peut-être provoqué (c’est ce que lui affirme) je constate que la technique du bouc émissaire fait toujours recette. Que sert-elle à cacher cette fois ? Mystère...

Galliano a donné le bâton pour se faire battre, certes. Mais en plus il est riche, travaille dans un monde de riches et dans le superflu (la mode). La cible idéale pour cristalliser les rancoeurs et une part de l’inconscient collectif. On oublie que ce superflu rapporte des milliards à la France et crée du travail.

Au final, ce cyber-pogrom, ce lynchage public, cette démesure, ne me paraissent pas bon pour la liberté. Galliano sera condamné si ses propos sont condamnables (et s’ils sont prouvés en ce qui concerne la plainte pour l’affaire qui a tout déclenché). Mais redescendons sur Terre.

Et puis, un conseil : souriez, vous êtes filmé-e. Oui, cela peut, CELA VA vous arriver un jour, et vous ne l’aurez pas vu venir. Retenez-vous désormais de dire quoi que ce soit, une injure, un coup de colère, une critique sur les italiens d’à côté un soir de match de l’Euro, sur les arabes du dessous et leur mechoui sur le balcon, sur la pétasse du haut qui marche lourdement jusqu’à point d’heure, sur le connard d’à côté et sa musique décadente, sur le pédé d’en face, sur l’argent de Rockfeller et Monsanto, sur l’islam, etc, etc... On va vous filmer, ne garder qu’une phrase et vous flinguer. Cela va devenir un sport, et un sport rentable si vous êtes un peu célèbre.

L’affaire Galliano dit bien ceci : c’en est fini de la liberté et de l’insouciance. C'est aussi pour cela que ce billet est le quatrième que je consacre à cette affaire.

 

Et n'oubliez pas : souriez, vous êtes filmé-e. Bienvenue chez Big Brother !

 

Vidéo 1 :

 

Vidéo 2 :


Moyenne des avis sur cet article :  3.06/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • akrat 7 mars 2011 10:48

    C’est justement pour défendre la liberté. Vous comparez deux choses distinctes.
    C’est une chose de se plaindre de quelqu’un chez soi, ou de quelqu’un qui vous agresse, en utilisant des insultes racistes. Mais là c’est John qui agresse et dans la rue.
    Vous et votre copine, petit gueux de la république vous asseyez pour boire une biere chère et méritée apres une journée de smicard. Un type bourré arrive et commence à traiter votre copine de sale P..., qu’elle est moche, lui balance tout ses complexes (Car le gars habille les + belles femmes du monde) Il dit qu il est galliano donc intouchable. Si vous lui pétez la gueule les garde du corps, les vigiles, le police, la nuit au comico et l’ammende voir la prison vous attend. C’est un Lord hispano-anglais qui gagne contre des titi du nord de Paris.
    Vous restez en place et là c’est insulte racistes qui suivent, puis violences car il a tiré les cheveux de cette dame.
    Degagez les gueux. Non Mr Galliano, on est né dans la ville de la révolution et des droits de l’homme. C’est lui qui a d’ailleurs dégagez aux states.
    Quelle honte d’etre le roi de paris et insulter, choquer, violenter et traumatiser les autres.


    • Sauvage Sauvage 7 mars 2011 13:23

      @ Akrt : « C’est une chose de se plaindre de quelqu’un chez soi, ou de quelqu’un qui vous agresse, en utilisant des insultes racistes. »

      Et depuis quand tenir des propos racistes pour stigmatiser un étranger ou l’immigration soi-disant envahissante est moins grave que les propos d’un raciste offensif ?

      Il n’ y a pas 2 poids 2 mesures en terme d’injures raciales !

      Je remarque avec délice que ceux qui défendent des démagos zélés tels Zemmours et maintenant Galliano, se cachent derrière la liberté d’expression pour défendre en réalité leur chauvinisme et nationalisme purulent !

      Etre patriote ou nationaliste ne signifie haîr l’autre dans sa différence, en triant les ’bons juifs des mauvais’ (cf galliano) ou ’les bons étrangers de la racaille’ (cf Zemmour). 

      Il faut arrêter d’agiter de spectre du chauvinisme honteux avant chaque présidentielle pour éloigner le débat public des vraies thématiques : la crise économique, le chômage et fracture sociale, la détérioration de l’environnement !

      @ l’auteur : Vos manipulations sophistes du langage et du détail ne sauraient faire du noir le blanc ! Un chat n’est pas un chien mais bien un chat ! A vous lire, on prendrait presqu’en pitié Galliano !

      Galliano a proféré des injures antisémites et racistes. Des gens ce sont battus pour que ce soit légalement condamnables. D’autres sont morts parce que des raclures du type Hitler ont pensé à une solution finale et commencé l’extérmination de millions de juifs et non-aryens.

      Donc cessez de vous cacher derrière la liberté d’expression qui a bon dos. Vous ne défendez en aucun cas les principes républicains qui sont la liberté, l’égalité et la fraternité.

      C’est honteux !




      • Sauvage Sauvage 7 mars 2011 18:07

        @ barre de rire : est-ce que je me fous de votre gueule ? Je ne vous connais pas.

        Mais je peux commencer. Vous comprenez ce que vous écrivez ?

        Vous profitez ici de la propagande fallacieuse de l’auteur qui consiste à dédouaner tous les racistes chauvins français  ‘blancs –bourgeois-fiers de l’être’  pour fourrer dans le fil votre haine des arabo-musulmans et un débat sur la construction d’une mosquée qui n’a rien à voir avec la thématique initiale de l’article.

        Vous avez lu où le mot ‘musulman’ dans mon commentaire ?

        Quelle minorité les musulmans s’apprêtent-ils à exterminer ? Dites, pour voir… Des fois qu’on ne serait pas au courant ?

        Quel état s’apprête-t-on à créer pour une minorité qu’on voulait exterminer ?

        Et quand bien même les musulmans construiraient une mosquée quelque part, vous on-t-ils menacé, personnellement, dans votre petite vie de franchouillard raciste constipé et primaire ?

        @ l’auteur : voyez donc les résultats de votre rhétorique. Vous êtes ici en bonne compagnie de fieffés racistes.

        Excellente soirée !


      • Sauvage Sauvage 8 mars 2011 12:24

        « Et cela va se savoir » ? Barres de rires smiley

        Pas besoin, vos propos sont déjà suffisamment racistes et anti-musulmans (voire antisémites) comme ça !

        Sur quelle planète je suis perché ? Une planète que vous ne connaissez pas —> l’humanisme.

        Ouais, toutes les nations sont patriotes. Il est où votre scoop ?

        Mais vous voyez, contrairement à vous autres, racistes franchouillards décomplexés et frustrés dans la vie, la vraie, les maghrébins ne créent pas des charters pour renvoyer par paquets les français qui profitent de la life au soleil pour ne pas finir en maison de retraite en métropole ;

        Contrairement à vous autres FNistes hypocrites qui parlent des droits de l’homme sans jamais avoir compris l’idée, les africains, patriotes, ne contrôlent pas les expats à tous les carrefours en Afrique et ne créent pas des quotas pour l’immigration européenne ;

        Contrairement à vous autres, les politiques de pays en voie de développement ne crachent pas dans la presse leurs venin raciste (Hortefeux, Chirac, Sarko et maintenant personnalité de ’l’Art’). Mise à part les fondamentalistes musulmans.
        Mais il est prouvé depuis longtemps qu’il y a un fossé entre fondamentalisme et musulmans ordinaires.

        Donc, votre patriotisme nauséabond, vous pouvez vous le garder.

        Nous sommes tous les deux français. Nous n’avons pas les mêmes valeurs.

        Et ça va aussi se faire savoir !

        A bon entendeur !


      • slipenfer 7 mars 2011 13:26

        c’est pour ça qu’ils prennent des mannequins DachauSachsenhausenAuschwitz.
        On les vois svastyké l’manche en regardant les sac d’os
        c’était l’bon temps....


        • easy easy 7 mars 2011 14:28

          La diabolisation ou l’anglélisation de quelqu’un ou de quelque chose, nous revient tôt ou tard dans la tronche.

          Le manichéisme d’où surgissent les seuils extrêmes, les Charybde et Scylla de notre pensée, de notre éthique et de notre morale nous fait payer tôt ou tard sa démesure.

          Découvrant la Shoah, par réflexe irrépressible semble-t-il, trop d’intellectuels y sont allés d’assertions ultra condamnantes et définitives en « Plus jamais ça » (L’expression existait en fait à la sortie de 1918). Aujourd’hui nous payons le prix de ces postures non mesurées, le prix de la diabolisation de Hitler. 

          Quand on voit le nombre incalculable de fois où, depuis 45, des gens ont été comparés à Hitler, faisant la réputation du sieur Godwin, on doit déduire que celui qui était érigé alors en diable absolu est en fait d’un genre très répandu.

          Alors existe-t-il vraiment une antre du diable et une seule ou est-il finalement dans toute narine en peine ? 


          A mon sens, le diable est chez chacun de nous. Sous l’effet de frustrations, de jalousies, de colère et de sentiment d’injustice envers soi, chacun a son diable qui lui sort des narines et peut faire mal.

          Mais tout le mal que peut faire un individu ivre de cruauté, ce n’est pas énorme. Tant qu’il est seul. 

          Le vrai diable, le Diable catastrophique apparaît dès que commence la coagulation entre des individus furieux ou haineux. 
          Ainsi, pendant qu’on aura régulièrement considéré que Hitler à lui seul aura engendré le Diable, on aura dénié le fait que c’est de la coagulation des fous furieux que naît le Diable.
           
          Pourquoi ce déni de la très grande dangerosité de la coagulation des esprits ?
          Parce que chacun tient à la pratiquer, à son heure.


          Qu’a toujours fait Khadafi ? Il a cherché à coaguler autour de sa vision. Et aujourd’hui, pas un instant il ne veut être perçu comme un individu isolé ou isolable. Il insiste au contraire pour être vu comme le centre ou le représentant d’un coagulat « Il y a plein de gens qui m’adorent »

          La coagulation s’oppose à la fluidité, à la bonne circulation. Elle ne doit servir qu’exceptionnellement, quand le sang se retrouve à l’air. Sinon, en tant normal, elle ne doit pas avoir lieu.
          Coaguler constamment les esprits, que ce soit autour d’une notion de patrie, de nation, que ce soit autour de devise, que ce soit autour d’un hamburger ou que ce soit autour d’un Chef c’est placer constamment le Corps en état d’hémorragie, en état de choc, en état de crise.


          • hommelibre hommelibre 7 mars 2011 15:47

            J’ai reçu ces préciions de la part de l’auteure de la vidéo 1. Je la mets ici et ajouterai le court échange que nous avons eu sur un autre forum.

            "Bonsoir, je suis l’étudiante en direction artistique et auteure de la vidéo.

            Concernant cette vidéo, je trouve votre description intéressante mais ce que vous avez décrit ou voulu me faire dire n’a rien avoir avec ce que j’ai voulu concevoir.

            En premier lieu, j’ai fait ce montage dans le cadre de mon stage de 4 mois en entreprise, lors de mon escapade sur Paris de avril à fin juin 2010.

            Le défilé de Galliano a eu lieu, nous avons participé à sa mise en place et j’ai donc filmé la scène pour compléter mon montage pour la vidéo sur le stage que mes professeurs ont demandé.

            Pour répondre a votre description qui ne correspond pas du tout a ce que je voulais montrer, j’ai choisi le noir et blanc pour suivre la thématique de Charlie chaplin, surtout pour donner un genre qui rappelait ses courts-métrages.

            Un style que j’utilise beaucoup lors des traitements d’image. Je trouve que personnellement le noir et blanc donne un charme particulier à l’image. Le son, c’est bien Galliano qui la choisi. J’ai donc tout simplement repris cette musique, que j’ai par la suite mixé à ma manière pour que ceci colle aux images de manière correcte. En réalité, pour qu’il y ait un début et une fin, bref une certaine logique et une cohérence lors du montage.
            L’analyse est intéressante, pourtant aucun point de ce que vous avez souligné ne correspond à ce que j’ai voulu faire."


            • hommelibre hommelibre 7 mars 2011 15:53

              "Salliance,

              Bonsoir. Djemâa m’avait fait part de cela, merci de le développer et d’apporter ces précisions.

              Il est difficile de savoir comment une chose arrive là où elle est perçue dans la création artistique. D’ailleurs pour moi c’est une façon de dire aussi la problématique du débat : comment Galliano arrive là où il est perçu ?

              Une part de l’information passe par notre hémisphère droit (je préfère cette idée à celle de l’inconscient) et les liens logiques qui mènent à la manifestation sont loins d’être tous explicites.

              Cela qui m’étonne de lui par contre qu’il ait accepté la musique - la même - jusqu’au bout, alors qu’elle change comme le montre l’autre vidéo. Peut-être la longueur et le montage de votre travail imposaient cela.

              A vous lire je comprends ceci : cette vidéo s’insère dans un travail plus complet sur votre stage ("j’ai donc filmé la scène pour compléter mon montage pour la vidéo sur le stage"). Pour moi cela éclaire différemment votre travail, qui n’est pas destiné à représenter le défilé en tant que tel mais à montrer un aspect de l’aboutissement de votre stage.

              De plus vous avez choisi de prendre comme modèle la thématique Charlie Chaplin, thématique qui évolue en fait au cours du défilé, comme le montre la vidéo 2. Cela veut dire pour moi que vous avez créé votre vision mais pas voulu présenter le défilé. Cela change la perspective.

              Votre vidéo en fait ne représente pas le défilé. Elle représente votre vision d’une fraction de la thématique, ou d’une fraction de la manifestation globale qu’est le défilé. Puis-je le dire ainsi ?

              J’entends bien que votre intention n’était nullement telle que je l’écris. Mais le résultat, malgré vous, va dans ce sens, sous l’effet combiné d’une affaire publique qui polarise les positions et du fait que d’autres personnes interprètent votre travail.

              Par exemple, ce qui en ressort est ce commentaire d’une internaute trouvé sous le billet de Djemâa :

              "ce qui me surprenait c’était le lien entre Charlie Chaplin, le Fürher et la marche martiale, avec dans la cadence du pas plus d’Adolf que de Charlie, un défilé sur un rythme très soutenu, à pas militaires sur le ton harangue hitlérienne."


              Votre intervention est utile et je vous en remercie infiniment. Je pense que les visiteurs et visiteuses comprendront, entre ma mise en garde et votre intervention. Au fond mon billet est d’autant plus justifié par le fait que (malgré vous) la lecture de votre vidéo peut amplifier une accusation et un lynchage dans une situation où à, part deux phrases de Galliano, beaucoup nous échappe.

              Votre mise au point est réellement utile."


            • Sauvage Sauvage 7 mars 2011 17:51

              @ l’auteur : So... what ?

              Prouver que des stagiaires s’amusent à orienter la thématique d’un défilé ôte-t-il de la bouche de Galliano ses insultes raciales, antisémites ou tout simplement haineuses ?


            • Sauvage Sauvage 7 mars 2011 18:09

              Votre sophisme est révoltant.

              Manier la rhétorique pour approcher un niveau de débat intéressant est une chose ; manipuler les hypothèses ou arguments pour les déformer est du sophisme le plus pur.

              Votre relativisme en matière de racisme et antisémitisme est affligeant, spécieux et dangereux.

              De toute évidence, les acrobaties de l’esprit et la distorsion des mots vous amuse.  Comment va votre égo ?

              Vous transformez des faits les plus accablants en simple hypothèse de complot, égarements ou autre contorsions intellectuelles.

              Le grotesque et condamnable deviennent chez vous un égarement de beuverie anodin grâce à votre relativisme suspect.

              L’expression de pensées antisémites ou racistes n’est aucunement défendable. L’intéressé à clairement exprimé ses idées.

              Des idées à cause desquelles des millions de personnes, depuis des siècles, sont morts.

              Aucune circonstance ne pourrait atténuer cette ignominie morale ou verbale.

              Quant à vos logorrhées, faites attention : trop de considérations tue l’action et éloigne de la morale pour approcher de la diarrhée intellectuelle inutile.

              Il y a de ces mots ou concept avec lesquels ont ne peut transiger. Il y a un moment où des concepts comme le racisme, l’antisémitisme, la misanthropie ou encore la dignité, l’humanité, civilisation et progrès prennent tout leurs sens.

              On n’est pas entré au 21ème siècle pour régresser en matière de moralité.

              Et cessez donc de d’habiller la liberté d’expression de verbiages de personnages amoraux. La liberté d’expression est plus que l’expression de conneries vachardes !


            • Sauvage Sauvage 8 mars 2011 13:00

              Eh bien, allez voir ma réponse, pleurnichard !

              Et cessez de venir deverser votre haine du musulman ou de l’étranger à toute les sauces et n’importe comment.

              Ca va se savoir, ca va se savoir... L’impérialisme de la France se sait déjà :

              Exemple : il n’y a aucun contingent africain ou maghrébin en Île de France. Ils sont en revanche des milliers de soldats français en Côte d’Ivoire, Tchad, Gabon ou encore Djibouti.

              Donc avant de venir cacher votre racisme primaire derrière le patriotisme, apprenez d’abord l’histoire et actualité de votre propre pays.


            • akrat 7 mars 2011 17:19

              @ Akrt : « C’est une chose de se plaindre de quelqu’un chez soi, ou de quelqu’un qui vous agresse, en utilisant des insultes racistes. »

              Et depuis quand tenir des propos racistes pour stigmatiser un étranger ou l’immigration soi-disant envahissante est moins grave que les propos d’un raciste offensif ?

              @Sauvage :
              Je suis étranger et natif de Paris. Je n’ai jamais dis que ce n’était pas grave. Mais oui, cela l’est moins. La preuve j’ai souvent entendu presque tous les français dire sale boche en s’esclaffant. Explique moi ça. Mais tu fais bien de me reprendre, l’auteur m’a embarqué dans cet exemple.


              • Marie Marie 7 mars 2011 18:38

                Bonjour à tous et à l’auteur.

                J’ai du mal à comprendre cette énième version du sketch concernant l’éviction de John Galliano.
                Je parviens difficilement à comprendre cette fascination, surtout que le buzz est passé. John Galliano est parti se soigner en cure anti-drogue et anti-dépressive suite à un chagrin amoureux datant de 2007. 
                Si ce nouvel article nous interroge encore et encore sur le fait d’accepter le racisme en France (en laissant enfin cette lopette en paix et lui souhaitant l’ataraxie nécessaire), il semble que la réponse a été unanime : « non on n’accepte pas le racisme en France. » On ne le dira jamais assez.
                Cordialement.

                • Loatse Loatse 7 mars 2011 21:50

                  Vos propos sont choquants, marie ! vous n’acceptez pas le racisme mais traiter galiano de lopette, ce n’est pas stigmatiser toute une communauté ?

                  a vomir !

                  Pour ma part je ne comprend pas cet acharnement médiatique sur un homme qui, s’il doit s’expliquer en justice pour des propos condamnables, subit encore la vindicte des imbéciles de tout poil qui sont prompts à juger un homme qui se trouvait effectivement dans un état dépressif, sous dépendance médicamenteuse et fortement alcoolisé au moment des faits..

                  @L’auteur,

                  Dans les vidéos du défilé, on voit la main d’un créateur de talent qui a osé et réussi l’équilibre fragile entre le rappel sous forme de parodie (chaplin) d’une période de notre histoire pendant laquelle la mode continuait à s’exprimer comme une forme d’exorcisme des horreurs perpétrées au nom d’un idéal macabre..

                  Des génies de la dimension de galiano perdent parfois le sens des réalités surtout lorsqu’ils sont fragilisés dans leur vie personnelle. Ce défilé ressemble plutot à une sorte d’exorcisme de son mal-être qu’à un hommage à un fou sanguinaire...



                • Marie Marie 7 mars 2011 18:58

                  Je maintiens le terme lopette : quand une personnalité célèbre représentant une marque, un courant, ou une expression de l’homosexualité, cette même personne devrait être exemplaire et non cracher son venin face à la première caméra venue. Déplorant le Spectacle, je déplore celui-ci, dans une complaisance à l’égard de l’antisémitisme. Tolérance 0. Notamment dans la façon de représenter le protagoniste Galliano comme une victime qu’il n’est pas. Même dépressif, cette triste personne n’était pas obligée de se montrer antisémite. 


                  • Loatse Loatse 7 mars 2011 22:31

                    Pas vu d’antisémitisme dans le défilé-spectacle.. sans doute l’ai je regardé l’esprit non orienté..

                    Quand à shooter dans un homme « à terre » pas le genre de la maison...


                  • Marie Marie 7 mars 2011 19:05

                    Quant à l’emploi du mot Lopette, si vous relisez Sartre et sa vision du libre-arbitre, vous verrez les distinctions entre l’homme de mauvaise foi, le salaud ou la putain. En terme post-moderne on pourra ajouter à ces catégories la pouf, la pétasse ou la rombière alcoolisée, laquelle n’est crédible qu’en terme mondain et modal. Le reste est péroraison dans un salon de thé.

                    Comment peut-on être persan ?
                    Sans lait avec une rondelle de citron, merci.
                    Slts.

                    • Loatse Loatse 7 mars 2011 22:37

                      Il a bon dos Sartre !


                    • Marie Marie 7 mars 2011 19:06

                       je vous signale de beaucoup de juifs vont voter Marine Lepen, cela ne vous étonne pas ?
                      Moi non plus.

                      Si vous voulez savoir, ça me dégoute de part et d’autre.
                      Cdt.

                      • posteriori 7 mars 2011 22:31

                        « Ah oui ! Je vous précise une chose : Je n’ai jamais voté de ma vie et ne le ferai pas »

                        On me dit dans l’oreillette que tu aurais voté pour jerem de la star’ac, voila la preuve que tu n’es qu’un menteur, tout comme la marine poissonnière nationale quand elle prend le thon rouge.


                      • Sauvage Sauvage 8 mars 2011 13:06

                        Les indigènes de la République ont aussi le droit de vote, ne vous en déplaisent, à vous autres, ’sales blancs’ smiley smiley smiley


                      • slipenfer 7 mars 2011 20:10

                        Toutes les sœurs de mon père on été affectées aux jox divison (Freudenabteilung) on les à passés aux rayons pour les stériliser. Elles sont encore en vie (sale état mais bon) 2 sont devenus des putes (à la retraite évidement) Une est alcoolique sans enfants mais marié. et la dernière célibataire depuis la fin de la guerre.

                        Alors le ZOZO artiste ils peut faire des conneries avec ces potes, mais faudrait pas qu’il monte un parti.

                        je comprend bien qu’ils y en ai qui se sont amusés a cette belle époque.

                        mais TOTO il mérite une poignée de gravier...


                        • slipenfer 7 mars 2011 21:55

                          « Mon avis personnel est qu’il subit le poids du passé de la maison Dior. »

                          possible, on l’a peut-être poussé un peu aussi ou encouragé ?


                          • pigripi pigripi 7 mars 2011 22:14

                            M’est avis que la maison Dior voulait se débarrasser de Galliano qui entre deux lignes et trois bocks n’est pas forcément au top de sa créativité.


                            Que Galliano soit sexiste, raciste et antisémite n’est pas un scoop et on a déjà vu que souvent les créateurs feraient mieux de créer en la bouclant.
                            C’est comme les sportifs qui devraient se contenter de taper dans le ballon. Quand ils ouvrent la bouche,c’est la cata.

                            En tant qu’esthète, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’un créateur soit fasciné (fascisté) par le magnifique design nazi qui est l’émanation extrême de l’Art déco et de la Secession de Vienne où Adolf avait fait ses études d’archi.

                            C’est comme les gens qui admirent l’art littéraire de Céline et haïssent ses idées.

                            Je pense que Galliano st un pauvre type, qu’il mérite d’être jugé pour son antisémitisme comme devraient être jugés tous les racistes anti blancs comme Bouteldja et les rappeurs. On attend toujours la condamnation de ces derniers.

                            • pigripi pigripi 7 mars 2011 22:19

                              Je pense aussi qu’intrinsèquement, les « grands » couturiers sont des fachos qui prennent les femmes pour des porte-manteaux, qui les ridiculisent en les déguisant comme ils souhaiteraient que leur petit copain soumis soit travesti.


                              S’ils prennent des modèles androgynes, sans seins, ni hanches, ni fesses, c’est parce que leur corps ressemble à celui d’un homme et qu’ils peuvent fantasmer à leur guise en se cachant derrière des spectres de femmes.

                              • morice morice 8 mars 2011 08:01

                                « John Galliano choisit comme référence initiale le personnage de Charlot dans Le Dictateur, film où Charlot parodie Hitler. La collection est mise en scène et en musique, une musique plutôt pop sur un fond de rythme plutôt martial. Quelques vidéos sont faites. Je lis à plusieurs endroit des commentaires sur ce défilé : il montrerait la nostalgie de Galliano pour Hitler et le nazisme. »


                                VOUS, vous lisez cela. Cela ne fait pas une référence, étant donné le PARTI dans lequel vous êtes INSCRIT en SUISSE, catégorisé comme d’extrême droite..
                                Vôtre prétendue défense de la liberté d’expression consiste à répandre ces idées avant tout et rien d’autre.

                                Vous ne leurrez que ceux qui ne savent pas, mon vieux... facho vous êtes, facho vous défendez...

                                • hommelibre hommelibre 8 mars 2011 09:15

                                  Encore vous Morice ? Ca vous reprend ? Vous avez oublié vos médicaments ?

                                  Ce sont des méthodes fascistes de salir quelqu’un à répétition par des mensonges. Pas étonnant de votre part puisque je crois comprendre que vous soutenez la divulgation de la vidéo sur Galliano - méthode là aussi fasciste digne du KGB ou d’autres polices. L’Etat policier est relayé par les citoyens-policiers, cela vous fait plaisir.

                                  Pour vos mensonges (je réponds pour d’autres de bonne foi ici, pas pour vous) je ne suis inscrit à aucun parti, je n’ai jamais adhéré à un parti d’extrême droite, j’ai été candidat à une assemblée constituante hors parti mais soutenu par un parti qui a l’époque était teinté de social et de libéral, ce qui me convenait. La liste pour l’assemblée constituante était composée de personnalités de tous bords politiques.

                                  Quant au parti qui a soutenu cette liste, il a pris des virages que je désapprouve totalement, et je l’ai taclé durement à deux reprises, comme vous le savez déjà : quand son président a parlé de parquer les sdf dans une caserne, et quand il a attaqué violemment les frontaliers.

                                  Tout cela est vérifiable, contrairement à vos mensonges et calomnies de facho que vous êtes, Morice.

                                  Vos provocations sont dignes d’un régime auquel vous auriez fait honneur en son temps.

                                  Je vous laisse lire ceci ensuite je replie votre message, car vous polluez mon air.


                                  • Sauvage Sauvage 8 mars 2011 13:19

                                    Ouh là, comme vous y aller...

                                    Les méthodes fascistes sont la torture, l’extérmination, l’eugénisme et toute autre barbaries...

                                    Et vous, quel est VOTRE intérêt de défendre l’indicible et répandre des billets victimisants et analyses partiales sur Galliano ?

                                    Si la divulgation de la vidéo sur Galliano est un acte fasciste, votre parti-pris est certainement de la propagande de bas étage pour servir une cause indéfendable : Galliano n’est ni une vierge effarouchée, ni un enfant de coeur. Mais bien un bourgeois prétentieux et misanthrope qui se place au dessus du commun des mortels, se croyant le droit de faire (et dire) ce que bon lui semble.

                                    Mais vous, et ’vôtre’ Galliano, vous feriez mieux de redescendre sur terre pour l’affronter, la réalité.
                                     
                                    Le monde n’est pas que luxe, déblaterations sans fin de pseudo intello et pouvoir. C’est aussi la laideur, la misère et l’injustice. Injustice que des millions de personnes subissent tous les jours en affrontant la faim, la crise et la misère.

                                    Donc, que Galliano ait subit une injustice, en faisant l’objet d’un complot parce qu’on ’aurait’ posté la vidéo de ses insultes racistes, c’est bien le cadet de nos problèmes.

                                    A bon entendeur.


                                  • akrat 8 mars 2011 10:40

                                    Punaise l’auteur tu comprends rien à rien.
                                    Heureusement qu’elle est venue la video, LA VERITE. Ils allaient retiré leur plainte « oui ça peut arriver a tout le monde » , la video est venue prouver que depuis des mois ce Mr gare son 4x4 sur des places interdites (merci la police) et insulte et agresse tout le monde et que fait la police ? Que font les passants du Marais ? selon galliano avant la video ils discutaient de mode et mes amis l’ont agressé ! (il ne l avait pas reconnu, pour ça qu il s’est enervé surement le pauvre).
                                    L’auteur tu es tellement fan de Galliano que s’il insultait ta copine, lui tirait les cheveux, insultait ta ou une autre race ethnie religion ou que sais je : Tu lui embrasserai encore les pieds.
                                    J’adore « Le voyage » mais j’aurais pété la gueule à Céline si je l’avais rencontré (sauf ci garde du corps, vigiles, flics etc voir mon 1er post lol)


                                    • akrat 8 mars 2011 15:18

                                      Barre de rire toi, tu fais semblant de ne rien comprendre et tu ne comprendra jamais rien. Je ne repondrai pas à ta question à la con. C’est mon dernier post, cela fait longtemps que j’ai arrété d’essayer de convaincre les fachos.
                                      SAUVAGE Chuis avec toi, mets en leur plein la Tronche.
                                      NO PASARAN
                                      y eso le digo al Galliano ese mono de gibraltar

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès