Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Generali : non à l’assurance Big Brother qui déconstruit la (...)

Generali : non à l’assurance Big Brother qui déconstruit la mutualisation

En 2017, Generali proposera, dans le cadre de ses contrats d’assurances complémentaires, un système de « récompense des bons comportements ». Les modalités sont encore un peu floues et l’entreprise présente cette initiative comme une avancée en matière de prévention. Mais en réalité, il s’agit bien d’une initiative détestable, à plusieurs titres.

 
Orwellisation et individualisme au carré
 
Ce flicage des consommateurs n’est malheureusement pas nouveau, certaines assurances automobiles le pratiquant déjà à travers des mouchards posés dans la voiture. Le reportage de France 2 sur le sujet évoquait la possibilité, demain, d’utiliser les compteurs de pas des téléphones ou montres connectées comme preuves pour les assureurs ! Il faut dire que la véracité des données déclaratives des assurés est questionable, par-delà la lourdeur administrative et le temps imposé aux assurés pour remplir des bases de données de plus en plus gigantesques et intrusives. Demain, pourquoi pas des puces implantées dans notre corps, comme les mouchards placés dans les voitures, qui pourraient mesurer directement le niveau de sucre, de gras ou d’alcool de ce que nous mangeons et buvons ? Les assureurs pourront alors vendre le côté pratique de ce système, par opposition aux formulaires…
 
La communication de Generali fait sourire, quand elle ne fait pas froid dans le dos. Bien sûr, l’entreprise communique sur l’aspect quasiment citoyen de sa démarche, par l’incitation à la prévention que cela représenterait. Passons sur l’aspect volontiers insupportable d’un monde où ce sont les entreprises qui dicteraient plus encore nos comportements. Mais quand Generali veut faire passer son initiative comme une simple récompense aux comportements vertueux, la ficelle est un peu grosse. Il est bien évident que si les clients qui s’enrôlent gagnent des avantages financiers, alors, Generali pourra augmenter petit à petit ses cotisations en arguant du fait que ceux qui suivent le programme paieront moins cher. Difficile de ne pas y voir la porte ouverte à une tarification selon l’état de santé, d’autant plus que, comme le rappelle la Tribune, les assureurs cherchent à récupérer les données médicales.
 
Bien sûr, certains verront dans ces récompenses un juste retour des choses. Après tout, pourquoi ceux qui conduisent de manière prudente devraient-ils payer autant que ceux qui ont une conduite dangereuse ? Les prudents et les vertueux ne paient-ils pas pour ceux qui prennent des risques, qui vivraient un peu au crédit des premiers ? Dans une époque qui valorise un individualisme extrême et où l’égoïsme serait une vertu, cela semble logique. Sauf que, cela suppose une négation de la vie privée, déjà menacée de toute part dans ce monde numérique mal régulé et mal compris. Mais plus encore, cela menace le fondement même de la Sécurité Sociale, où les risques sont mutualisés et où tout le monde cotise de manière relativement indifférenciée, et parfois même en fonction de ses moyens.
 
Ici, c’est l’inverse même qui semble en marche : les bien portants paieront moins cher et les malades plus cher. Malheur aux malades chroniques ! Ce faisant, cette innovation révèle une forme de négation de la société. Les individus pris séparément priment sur ce qui nous rassemble. Une évolution idéale pour les grandes multinationales qui peuvent alors imposer leurs conditions, et viser la rentabilité pour chaque consommateur, fût-il coûteux comme un individu en mauvaise santé. Tant pis, il sera contraint de payer. Derrière cette sinistre innovation, il y a bien une forme de déconstruction de nos sociétés, chaque citoyen devenant un consommateur isolé et bien faible face à ces intérêts que trop souvent nos politiques laissent avancer sans même sembler comprendre les enjeux de ce qu’ils font.
 

Pour des questions de liberté individuelle, constamment menacée par ces intérêts trop heureux de nous fliquer en permanence pour leur plus grand profit marchand, mais aussi pour des questions de protection des mécanismes de solidarité de nos sociétés, où les bien portant aident les malades, et les actifs aident les retraites et les chômeurs, ces mécanismes ne sont pas acceptables.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 12 septembre 10:23

    la cotisation dépend aussi de l’âge. plus tu es vieux et plus tu payes.
    trop vieux et tu n’es plus accepté par certaines.


    • Alren Alren 12 septembre 16:40

      @foufouille

      la cotisation dépend aussi de l’âge. plus tu es vieux et plus tu payes.


      Le propre d’une mutuelle c’est qu’elle ne peut redistribuer plus qu’elle n’a reçu.

      C’est strictement le même principe que pour la retraite par répartition où l’on paie toute la vie active pour être pensionné à la retraite, jusqu’au décès, quelle que soit donc la durée de vie :

      Quand on est jeune et généralement en bonne santé, on cotise beaucoup plus qu’on ne reçoit.

      Quand on est âgé, et que la maladie survient, on reçoit plus qu’on ne cotise ... sauf pour des personnes particulièrement robustes qui à leur décès ont donné plus qu’elles n’ont reçu.

      Pour d’autres évidemment, c’est le contraire. Le propre de la mutuelle, c’est de ne pas faire de compte individuel.


      Generali n’est pas une mutuelle, c’est une « complémentaire santé » qui doit gaver, comme toute société privée, ses actionnaires au maximum.


      Les mutuelles véritables, celles qui redistribuent la totalité des cotisations moins les frais de gestion et les impôts, ne pratiquent pas d’augmentation de cotisation aux membres qui ont cotisé parfois pendant quarante ans sans avoir de coûteux problème de santé.

      Mais il est normal que les nouveaux venus âgés dont les statistiques montrent qu’ils risquent de coûter cher à la collectivité mutualiste, cotisent davantage que d’autres du même âge qui paient sans retour depuis leur jeunesse.


      trop vieux et tu n’es plus accepté par certaines.


      Toujours les statistiques : on ne peut augmenter la cotisation au-delà d’une certaine limite ; si les statistiques montrent que cette limite est insuffisante pour couvrir les futures dépenses de santé prévisibles, ce sont les autres mutualistes, les membres de longue date, qui vont payer la différence, ce n’est pas normal, pas mutualiste.




    • foufouille foufouille 13 septembre 10:10

      @Alren
      une vraie mutuelle a des tarifs libres et toutes celles que tu as sur le net ont des tarifs qui augmentent.
      et pas juste quand tu es vieux.
      j’en ai une low cost, donc pas de superflu ni de cure thermale.
      et donc beaucoup moins cher sans arnaque.


    • Clocel Clocel 12 septembre 10:27

      Dès l’instant où nous avons consenti aux mutuelles privées sans être choqué par l’incongruité sémantique, la messe était dite...


      • foufouille foufouille 12 septembre 10:54

        @Clocel
        tu as quelques vraies mutuelles avec un coût de fonctionnement proche de celui de la CPAM.


      • Clocel Clocel 12 septembre 11:04

        @foufouille

        Proche mais pas inférieur, donc aucun intérêt pour nous à en confier la gestion à des intérêts privés.

        CQFD.


      • foufouille foufouille 12 septembre 11:13

        @Clocel
        un coût inférieur est peu possible.
        cette société est une assurance et assez mal noté.
        le genre MMA.


      • leypanou 12 septembre 12:26

        @Clocel
        Dès l’instant où nous avons consenti aux mutuelles privées sans être choqué par l’incongruité sémantique, la messe était dite... : c’est l’existence même de ces prétendues mutuelles qui sont un scandale.

        En Espagne, paraît-il ,il n’y a pas de complémentaires santé, tout est pris en charge par la Sécurité Sociale.

        Quel parti politique propose la suppression progressive de tous ces complémentaires santé et que tout soit pris en charge par la Sécurité Sociale ?


      • jaja jaja 12 septembre 12:31

        @leypanou

        Le NPA :

        « L’accès à la santé pour tous, c’est la Sécurité sociale pour tous, la Sécurité sociale universelle, qui rembourse à 100 %, sans aucun dépassement d’honoraires, sans forfait ni franchises ! »

        https://npa2009.org/content/la-g%C3%A9n%C3%A9ralisation-des-compl%C3%A9mentaires-sant%C3%A9%E2%80%A6-ou-l%E2%80%99art-de-dissimuler-une-vilenie


      • Sozenz 12 septembre 12:55

        @Clocel
        Vous avez entièrement raison , mais vous aurez des personnes qui vous diront que ceci que cela , et faire valoir les bénéfices de ... mais c est par ce qu ils sont aveugles .
        c est pour tout pareil ...
        Ils n ont pas encore compris comment ça marche ... c est pourtant super simple ...


      • sleeping-zombie 12 septembre 20:01

        @Clocel
        Bonjour Clocel, je comprends le sens de ton propos, mais je me permet de te faire remarquer que les associations de loi 1901, qui n’ont pas le droit de faire de bénéfice (« a but non-lucratif ») relèvent toutes du droit privé. Car l’état n’interfère pas dans leur mode de fonctionnement.

        Ton propos concerne tout simplement les assurances.


      • UnLorrain (---.---.180.49) 12 septembre 20:35

        Un homme doit tre a la mode qu il soit docteur ou malade,un docteur qui ne serait pas a la mode compromettrait ses honoraires dans ce monde et sa reputation dans l autre monde..Aurelien Scholl disa cette mess il y a 130 ans a peu pres,lire un cas de nevrose,ou l ecouter pourquoi pas,ca donne vie,sur litteratureaudio.

        Semblant hors sujet il en existe un lointain cependant.


        • Enabomber Enabomber 13 septembre 10:59

          Avec en plus déclaration obligatoire de son code génétique, on aura la totale.


          • Jeekes Jeekes 13 septembre 11:11

            « Bien sûr, certains verront dans ces récompenses un juste retour des choses. Après tout, pourquoi ceux qui conduisent de manière prudente devraient-ils payer autant que ceux qui ont une conduite dangereuse ? Les prudents et les vertueux ne paient-ils pas pour ceux qui prennent des risques, qui vivraient un peu au crédit des premiers ? »


            Ca existe déjà => bonus/malus

            De là à dire que c’est juste et équitable... 


            • djodge djodge 14 septembre 02:05

              Impossible : une assurance ne pourra jamais être honnête, cela n’existe pas !
               _ Pour vous faire signer un contrat ils sont là !
               _ Pour encaisser les cotisation, rassurez vous ils n’oublierons jamais !
               _ Une fois qu’ils doivent vous indemniser, cela devient une autre affaire :
               Suite à une chute dans des escaliers une assurance n’a pas soldé l’indemnisation plus de 5 ans après l’accident !!!
               Un contrat d’assurance fait avec une banque a permis d’indemniser les 3 semaines d’hospitalisation à la Salepétriaire, puis l’ accident a été radié pour ne pas prendre en charge la continuité du contrat : toujours pour cet accident il y a 5 ans !!!
               S’il existait une assurance honnête : cela se saurait !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès