Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Génération DSK

Génération DSK

Segpa ... tenable ! 

Peut-on en être fiers ?

Je sais que les jeunes que je fréquente dans le cadre de mon travail ne constituent pas la norme et qu'ils sont, d'une certaine manière, une exception parfois déplorable. Cependant, j'ai le sentiment qu'ils amplifient à l'extrême des évolutions profondes ; qu'ils sont plus que les autres, pour bien des raisons liées à leur parcours, leurs difficultés et leurs niveau scolaire, plus à même de révéler les tendances lourdes d'une société à la dérive.

Ils ne disposent pas de pare-feux assez solides contre ces dérives dont nous sommes collectivement responsables pour les avoir laissées s'installer au nom d'une liberté exacerbée, d'un refus des limites et des principes. L'anarchie des comportements ne peut que bénéficier à ceux qui sont les plus armés ; la liberté absolue est de nature à perdre les plus fragiles.

En l'espace de quelques jours, des informations, des bruits, des faits se sont accumulés autour de quelques-uns de nos élèves (heureusement ils sont moins d'une dizaine mais bien assez pour que les coïncidences ne soient plus anodines). Tout a commencé avec cette jeune fille dont j'avais déjà évoqué l'hypersexualisation des propos. À plusieurs reprises, la jeune fille a fugué, découchant de chez elle pour passer ses nuits de manière bien mystérieuse.

Bien vite, des propos alarmants se sont répandus. Des camarades auraient vu un film la mettant en scène lors de ce qu'on pourrait, semble-t-il, qualifier de « tournante ». Comment accéder à la vérité, que parvenir à savoir d'elle tant elle a banalisé son rapport au sexe ? Elle a grandi avec un langage excrémentiel ; il se peut qu'elle ait vu également ces images scabreuses désormais si facilement accessibles. Je suis certain qu'elle trouve tout à fait normal de se livrer à pareilles pratiques.

Mais elle n'est pas seule. Deux de ses camarades, garçons de cinquième, devront rendre compte devant la justice d'une accusation de fellation forcée. Nous n'en savons pas davantage : le secret est la règle en cette lamentable circonstance. Cela pourrait être normal si nous n'avions subodoré que l'accusatrice, ou bien la victime, n'était une coreligionnaire de ces deux garçons en perdition. Car, voyez vous, non seulement ils n'ont pas honte mais je peux même vous certifier qu'ils sont assez fiers de revendiquer ce crime supposé.

Au niveau suivant, en quatrième, deux garçons ont eu des gestes ou des propos parfaitement déplacés vis-à-vis d'une collègue. Le premier, lors d'un débat de société, a mimé de manière particulièrement explicite un viol en bande. Ses camarades et l'enseignante en furent choqués tant les gestes étaient d'une incroyable férocité. Quelque temps plus tard, un second lascar a dit à cette même enseignante qu'elle allait devoir se mettre son sperme dans son c.... Propos sans nuance ni justification qui lui vaudront une semaine d'exclusion …

Pour pimenter le climat malsain de cette charmante classe, deux jeunes filles ont mis en garde les adultes sur le comportement de l'une de leurs camarades. Elles affirmaient que celle-ci se donnait à un camarade (le mime du viol) dans une cave. Il est vrai que ces deux élèves manquent régulièrement des demi-journées de cours. Elles allèrent jusqu'à répéter leurs craintes au directeur et à l'infirmière.

Quand la jeune fille mise en cause eut vent de la rumeur, elle fit un scandale, jurant ses grands dieux qu'il n'en était rien, que ses camarades voulaient la salir. Elle en appela à la dignité en un discours d'une incroyable intensité dramatique. Cependant, moins d'une semaine après, elle séchait à nouveau une journée de cours et d'après une conversation entre deux garçons, entendue malgré moi dans la rue, la jeune fille en question aurait suivi l'un de leurs copains, lui accordant une petite faveur pour la somme de vingt euros …

Cette fois, nous touchions le fond ! Je ne sais que penser de cette conversation. Elle se place une fois encore dans un contexte où le sexe est le sujet principal des préoccupations de ces jeunes gens qui n'ont pas quinze ans. C'est un sexe accompagné de violence ou d'une dimension mercantile. Pire que tout, il apparaît que ces adolescents trouvent normal ce contexte délétère, graveleux, abject.

Nous ne pouvons rester insensibles à un tel cumul d'alertes. Elles s'inscrivent dans un groupe où les mots les plus salaces sont quotidiennement dans les bouches. La vulgarité est la norme, le respect de la femme une impossible exigence. Tout ceci se déroule aussi dans une société d' adultes qui n'a jamais autant exposé le corps de la femme, qui ne l'a jamais autant marchandisé. Les images choquantes inondent nos écrans de télévision : les séries banalisent à l'excès les préoccupations sexuelles et la pornographie est à portée de ces jeunes regards, donnant aux rapports intimes une dimension bien loin de l'amour entre deux êtres.

Si ces adolescents ont des comportement aussi fracassés, la faute en revient principalement à cette surexposition du corps et du sexe de consommation. Bien sûr, Facebook est un support sans limite pour toutes ces dérives détestables : rien n'étant plus gardé secret !

Que les libertins de tous poils vivent comme ils l'entendent leurs perversions ou leurs fantaisies, mais que l'on cesse enfin d'étaler à longueur de journée, en tous lieux et en toutes occasions ,de tels comportements ou de telles images !Voyez les dégâts chez les plus fragiles et dites-vous bien que vos enfants aussi subissent ce matraquage !

Pudiquement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 9 avril 2014 08:37

    Investissez 80 000€ et sauvez de la débâcle 200€ ......


    • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2014 19:32

      zygzornifle

      J’avoue ne pas comprendre mais les histoires d’argent ne me préoccupent guère !

    • gaijin gaijin 9 avril 2014 10:07

      ils ne sont que la manifestation finale de notre mode de pensée :
      marchandisation de l’individu,
      relations sociales réduites aux rapports de forces,
      négation de toute forme de réflexion au profit de la satisfaction immédiate des besoins .......

      l’ involution est elle un progrès ?
      ça serait un bon sujet pour la prochaine session de philo non ?


      • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2014 19:33

        gaijin


        Comment donné un sujet de la sorte à une jeunesse souvent au prise avec un mal dont elle ignore les dangers ?

      • sleeping-zombie 9 avril 2014 10:51

        Qu’il est choquant de croiser des gens qui ne partagent pas notre religion...


        • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2014 19:34

          sleeping-zombie


          Nulle référence religieuse en la circonstance ...

          Point n’est besoin de faire le moindre amalgame ! 

        • sleeping-zombie 10 avril 2014 08:19

          Si, une référence, non exprimée mais présente entre chacune des lignes : le sexe, c’est sacré.
          Vous êtes juste choqué(e) que vos élèves ne partagent pas cette religion.


        • C'est Nabum C’est Nabum 10 avril 2014 09:32

          sleeping-zombie 


          Si au sacré vous préférez le sordide, je vous plains sincèrement

        • sleeping-zombie 11 avril 2014 10:14

          Le problème n’est pas de ce que je préfère ou non, mais vous qui jugez des personnes qui ne partagent pas votre culture (parce que le « sacré », c’est avant tout culturel), avec comme unique critère votre propre culture.
          La fille qui rate les cours, si c’était pour gagner de l’argent en coupant des cheveux pour 20€ par tête, ça vous aurait moins choqué. Vous auriez peut-être même été ravi(e) que sa situation d’échec scolaire n’ait pas tué son esprit d’initiative.


        • Bubble Bubble 11 avril 2014 10:27

          @sleeping-zombie : Vous avez raison sans doute, mais alors sur quoi basez vous vos choix éducatifs s’ils ne doivent pas être liés à la culture, pour pouvoir laisser toutes les manières de vivre s’exprimer et en même temps essayer de faire grandir des jeunes ?


        • sleeping-zombie 11 avril 2014 21:27

          Aucune idée, mais déjà je fais une différence entre le métier d’instructeur et celui d’éducateur.
          Je ne connais pas le milieu « segpa » si souvent décrit par alinéa, je l’imagine un peu comme une « poubelle de l’éducation nationale », perversité créé par l’instruction obligatoire jusqu’à 16 ans. Et avant qu’on m’accuse de pensées retorses, je précise que je suis pour l’instruction obligatoire.
          Ensuite, que faire face à ces cas très particulier... aucune idée. Pas mon métier d’ailleurs. Mais spontanément, essayer de sacraliser la sexualité ne me parait pas une priorité première. D’abord leur apprendre à gérer leurs émotions. facile à dire évidemment...


        • sleeping-zombie 11 avril 2014 21:29

          (et j’ai confondu alinéa et « c’est nabum », mes excuses à l’auteur(e))


        • Richard Schneider Richard Schneider 9 avril 2014 12:33

          Bonjour Nabum,

          Je croyais avoir connu le summum - j’officiais en milieu carcéral - mais ce à quoi vous devez faire face dépasse l’entendement ...
          Au moins, nous, nous avions à notre disposition des moyens d’intervention relativement rapides et efficaces. Mais vous, que voulez-vous faire ? Il ne reste qu’à mettre en branle tout le système judiciaire et social.
          Quoiqu’il en soit, les enseignants - si décriés - doivent faire face à des situations incroyables !
          Notre société est décidément bien malade.
          Bon courage, 
          RS 

          • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2014 19:36

            Richard Schneider


            J’ai moi aussi travaillé en prison et les choses étaient plus simples à ce niveau

            Oui, c’est l’expression de la déroute de ntre société. Le dire ne sert à rien car les décideurs gagnent à maintenir ce marasme.

          • LE CHAT LE CHAT 9 avril 2014 12:40

            Quand les lobbies LGBT et libertins imposent leurs vues et quand dans le même temps on criminalise le client des prostituées , il y a de quoi en perdre son latin .....


            • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2014 19:37

              LE CHAT

              Il se dit même que certains tournent le dos au Grec ancien

              C’est dire que la situation est grave

            • bourrico6 10 avril 2014 10:24

              Il se dit même que certains tournent le dos au Grec ancien

               smiley


            • bourrico6 10 avril 2014 10:30

               Quand les lobbies LGBT et libertins imposent leurs vues

              En même temps, entre eux et les atrophiés de la religion, je de demande ce qu’il y a de pire.
              Ce ne sont pas les ayatollahs de la foi qui ont pour projet de dicter son comportement à tous les pans de la société ?

              Alors si ils pouvaient foutre le paix à la majorité et aller faire leurs guéguerres d’extrémistes mous du bulbes ailleurs, merci d’avance.
              Et c’est valables pour tous.


            • Bubble Bubble 10 avril 2014 10:37

              @bourrico, étant donné que toutes les guerres des 30 dernières années ont été déclarées au nom de la démocratie, on se demande qui veut dicter leur comportement aux autres et qui sont les extrémistes mou du bulbe va t’en guerre.


            • bakerstreet bakerstreet 9 avril 2014 12:59

              Miroir, dit moi si je suis la plus belle...


              Les contes de fées modernes sont remplis de fellations, un mot que j’ignorais quand j’étais gamin. H ! Mes émois à 15 ans en lisant « l’amant de lady chatterley ! »

              Il y a de quoi rire jaune.
              Tout cela n’est même plus terriblement shocking !...Sinistre, psychopathique, suicidaire. Les enfants nous renvoient au travers de leur comportement la lente dérive des sentiments vides, ou en plastique, semblable à un godemiché . 

              Il y a cent ans les enfants étaient les sacrifiés de l’ère industrielle. 
              Maintenant, s’ils rampent à quatre pattes, ce ne sont plus dans des couloirs de mine, mais tout autant victimes d’une société qui se fout bien que c’est eux l’avenir du monde. 

              Comment qu’ils disent déjà
              « No future ! »
              Au moins avec « fuck », ça nous fait trois mots d’anglais !
              Après ça, on dira qu’ils ne sont pas bons en « langue »

              Trois mots !
              Surement assez pour affronter le monde présent

              • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2014 19:39

                 bakerstreet


                Qu’il n’est pas de future est déja très inquiétant mais je dois vous avouer que je suis persuadé qu’ils n’ont pas de présent et c’est encore plus dramatique ! 

              • Prudence Gayant Prudence Gayant 9 avril 2014 14:21

                Ce qui se passe dans votre établissement est proprement ahurissant.
                Vous étalez leurs faits de B.M.C. en incriminant la société.
                Que faut-il éradiquer pour que cessent ces comportements déviants ?


                • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2014 19:41

                  Prudence Gayant


                  Depuis trente ans, les enseignants ont perdu le pouvoir qui a été pris alors par la télévision
                  Avec Internet, le combat est totalement déloyal
                  Nous sommes réduits à néant

                  Les bons usages de la toile ne sont rien par rapport aux effets désastreux ...

                • Prudence Gayant Prudence Gayant 9 avril 2014 22:10

                  Le net est responsable, les parents sont des irresponsables, la société s’en fiche un peu puisqu’il suffit de vous lire pour s’en convaincre.
                  Que de souvenirs aurez-vous à raconter lorsqu’il sera temps pour vous de raccrocher le carnet de notes. 

                • C'est Nabum C’est Nabum 10 avril 2014 06:07

                  Prudence


                  Qui me croira alors ?
                  Déjà que maintenant, c’est bien compliqué ...

                • C'est Nabum C’est Nabum 9 avril 2014 19:42

                   joyeusetés


                  Effectivement et ces places sont curieusement bien loin des zones de turbulence

                  Il faut tout changer dans cette grande maison et sourtout repenser une société fondée sur l’humain

                • Bubble Bubble 10 avril 2014 17:20

                  Bonjour Monsieur Nabum,
                  La question que je me pose, mais j’ai une petite idée de la réponse, c’est de savoir si outre ce sujet du sexe, les filles et les garçons se parlent dans votre classe ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès