Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Gestation pour autrui, l’ultime tabou ?

Gestation pour autrui, l’ultime tabou ?

 Lundi 26 mai sur la chaîne Public-Sénat, l’émission "Enjeux d’avenir" présente une partie de la commission sénatoriale sur la gestation pour autrui. Elizabeth Badinter, philosophe et féministe historique, donne son avis sur tous les aspects de cette GPA. Les mères intentionnelles (comprenez par-là les femmes ne pouvant procréer et ayant recours aux mères porteuses) trouvent ainsi, dans certains pays, la solution à leur infertilité.

En théorie, le don de sperme ou d’ovocyte est gratuit et anonyme en France. Mais d’autres pratiques se développent, parfois illégales, comme le recours à des mères porteuses, qui correspond à près de 400 naissances par an. La révision de la loi de la bioéthique prévue en 2009 devra se pencher sur ces questions.

Invité fil rouge : Elisabeth Badinter, philosophe et écrivain, auteur de L’Infant de parme (Fayard).

Reportage : Dons de gamètes : faut-il lever l’anonymat et revenir sur la gratuité du don ?
- Dominique LE LANNOU, chef de service CECOS de Rennes.
- René FRYDMAN, chef du service gynécologie-obstétrique, hôpital Antoine Béclère de Clamart.
- Nelly FRYDMAN, responsable du laboratoire de fécondation in vitro, hôpital Antoine Béclère.
- Arthur KERMALVEZEN, auteur de Né de spermatozoïde inconnu (Presses de la Renaissance).
- Carine CAMBY, directrice de l’agence de Biomédecine.

Reportage : La Gestation pour autrui en France

Reportage : L’Exemple anglais. Le groupe de travail sénatorial « Maternité pour autrui », présidé par la sénatrice du Puy-de-Dôme Michèle André, s’est rendu en mai à Londres, où le recours à une mère porteuse est légal depuis 1985. Reportage de Delphine Girard et Flora Sauvage.

NDLR de LPLM : (suite)Une femme sans utérus a-t-elle le droit d’avoir un enfant ? Cette question volontairement provocatrice permet de rentrer dans le vif du sujet. En effet, les femmes dont l’utérus ne permet de porter une grossesse jusqu’à terme doivent-elles être "punies" de maternité ? On peut lui opposer qu’il existe toujours l’adoption, mais le recours à la mère porteuse pour un couple permet de voir naître un enfant avec une partie du patrimoine génétique du couple, voire l’intégralité si les deux gamètes des parents ont pu être prélevés. Tout ceci implique de faire une séparation entre mère biologique et mère intentionnelle, tout comme a été fait depuis longtemps la différenciation père géniteur et père de facto. On peut se mettre aussi du côté de la mère porteuse, n’est-ce pas une objetisation de la femme ou du ventre de la femme, les risques de voir une femme vendre son corps pour survivre impose des limites très strictes. Selon des témoignages de mères porteuses en Angleterre (pays où la gestation pour autrui est légale) et l’expérience de médecins, 15 % des mères souffrent de dépression post-partum. Pour les mères porteuses, ce taux est réduit, peut-être parce que les mères porteuses ne sont autorisées à porter un enfant pour un couple qu’après avoir satisfait à des critères tant physiques, psychiques que financiers.


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • gecko gecko 5 juin 2008 11:44

    mouais j’aurais aimé un article plus poussé sur le sujet plutôt qu une pub pour un reportage télé...


    • Les Papas = Les Mamans Les Papas = Les Mamans 5 juin 2008 12:04

      Merci Gecko pour ce commentaire, si l’article est aussi "neutre" c’est justement parce qu’il a pour vocation d’apporter des des informations sur le sujet pour ouvrir le débat avec des participants éclairés sur le sujet, ce n’est pas tant une pub pour un documentaire mais le documentaire lui même qui amène les les premières pierres à la réflexion, peut être les vidéos ne vous apparaissent pas vous pouvez toujours les retrouver sur dailymotion.

      Je n’ai pas la prétention d’apporter une solution toute faite parce que justement le débat est en cours et que nous devons y participer avant que la loi ne soit votée, le rapport de la commission doit être remis avant l’été...

      Cordialement

       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès