Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Grigny : Des cours d’arabe et de culture algérienne à l’école (...)

Grigny : Des cours d’arabe et de culture algérienne à l’école primaire

C’est une innovation de cette rentrée 2010 à l’école primaire Gérard Philippe de Grigny, dans l’Essonne (91). Les petits écoliers (à partir de 6 ans) pourront recevoir des cours de langue arabe et de culture algérienne. Des cours prodigués par des enseignants algériens. Une manière de ne pas les couper de leur culture d’origine.
 
Le document de présentation envoyé aux parents est écrit à la fois en français et en arabe, car de nombreuses familles ne parlent pas le français.
 
 
La mairie de Grigny tourne clairement ici le dos à la politique d’assimilation, qui consiste à demander à l’immigrant de se fondre dans sa culture d’adoption, en renonçant (pour une large part) à sa culture d’origine, et dont Eric Zemmour s’est fait le chantre.
 
 
 
On privilégie ici la double culture, et la valorisation de ses origines, avec lesquelles on est invité à ne pas rompre.
 
Le maire communiste de Grigny, Claude Vazquez, met ici en application une idée qui avait été lancée par le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé - même si Copé ne semblait prôner l’enseignement de l’arabe qu’au collège et au lycée, pas à l’école élémentaire.
 
 
On est en droit de se demander si l’initiative prise par le maire de Grigny est pertinente, lorsqu’on se souvient du constat d’échec fait, le 22 juillet dernier, par le maire socialiste de Clichy-sous-Bois (93) Claude Dilain, lorsqu’il constatait que 70% des élèves de ses écoles primaires (et leurs parents) ne parlaient pas français, ne connaissaient pas les codes de la société française, et n’avaient ainsi aucune chance de s’intégrer. Va-t-on les intégrer en leur faisant apprendre la culture algérienne ?
 
 
Il faut savoir qu’à Grigny, en 1999 (selon Wikipédia), 23,5 % de la population était étrangère, avec une répartition de 3,2 % de Turcs, 3,0 % d’Algériens, de Marocains et de Portugais, 1,1 % de Tunisiens, et 0,3 % d’Espagnols et d’Italiens de la population totale. On peut se demander si des cours de culture turque ne seraient pas les bienvenus, si l’on veut être équitable, voire des cours de toutes les cultures étrangères présentes à Grigny.
 
D’ailleurs, selon la démographe Michèle Tribalat, auteur de l’ouvrage Les Yeux grands fermés, ce sont les populations d’origine subsaharienne qui seraient à présent les plus nombreuses : "À Grigny, dans l’Essonne, 31% des jeunes sont d’origine subsaharienne, soit trois fois plus qu’en 1990. C’est le pourcentage le plus élevé de France, devant Les Mureaux, Évry, Stains, Sarcelles, Saint-Ouen, Pierrefitte-sur-Seine, Bondy et Épinay-sur-Seine où il avoisine ou dépasse 20 %. Ils sont désormais plus nombreux que les jeunes d’origine maghrébine à Grigny et à Évry". Une population dont le sociologue Hugues Lagrange a montré qu’elle était surreprésentée dans les actes de délinquance... dont Grigny est très régulièrement le théâtre.
 
Un article du Figaro du 9 octobre 2009 nous fait encore un peu mieux comprendre la situation singulière de Grigny, où la population de clandestins est en très forte augmentation, bouleverse la composition des écoles primaires, et pèse sur le budget de la ville, au point que celle-ci a été mise sous tutelle de l’Etat :
 
"À Grigny, dans l’Essonne, ces « hébergés » pourraient représenter jusqu’à 20 % d’habitants supplémentaires, si l’on en juge par l’explosion du nombre d’écoliers. Alors que la commune compte 26 000 habitants, elle affiche 1 400 élèves de primaire de plus que sa voisine Viry-Châtillon pourtant plus peuplée (31 000 habitants) ! Cela représente presque 45 classes que le recensement n’annonçait pas. Quatre groupes scolaires à bâtir, entretenir, chauffer, rénover et autant d’enfants à nourrir le midi. Or, « un groupe scolaire coûte en moyenne 500 000 euros par an à la commune », résume Philippe Hivert, le directeur de cabinet du maire. « La Ville fait face à un surcoût scolaire d’au moins 2 millions qui vient creuser notre déficit qui avoisine déjà les 14 millions… C’est insoutenable. »
 
Depuis des années, la ville, une des plus pauvres et des plus jeunes du pays, est incapable de redresser ses finances et vit sous tutelle de l’État. Certains accusent l’élu PCF d’avoir laissé les familles démunies se concentrer sur son territoire pour consolider sa base électorale et gérer comme une manne l’attribution de postes de fonctionnaires. Mais l’afflux de sans-papiers, qui rejoignent souvent des proches ou s’installent dans une copropriété dégradée de Grigny, a fini par grever plus encore les budgets avec une facture scolaire et sociale alourdie."
 
Bref, au vu de ces informations, on se dit que l’initiative de l’école élémentaire Gérard Philippe de Grigny ressemble à un véritable renoncement venant d’un maire totalement dépassé par la situation, et à une course en avant un peu folle dans le communautarisme.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (95 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • Arunah Arunah 21 septembre 2010 01:10

    Ah, vous commencez votre phrase par un point, vous ? Frimeur ! 


  • Yohan Yohan 20 septembre 2010 17:45

    C’est les chinois qui vont pas être contents :->


    • ernestop 20 septembre 2010 17:56

      on nage vraiment en plein délire.


      • Ronald Thatcher rienafoutiste 20 septembre 2010 18:41

        c’’est un peu comme avec les écoles françaises d’expatriés mais avec français en deuxième langue... c’est fou les idées à la con qui germent dans le cerveau des communistes !


        • foufouille foufouille 20 septembre 2010 18:49

          le formulaire est pas en arabe
          donc rate


          • elec 42 elec 42 20 septembre 2010 18:51

            il aurait proposé russe,j’aurai mieux compris.


            • armand armand 20 septembre 2010 19:06

              Perséus,

              Car la Provence est un pays étranger, avec lequel il y a eu de récents conflits violents ?
              Autant je trouve que l’enseignement de l’arabe au lycée devrait être encouragé, autant à l’âge de six ans il s’agit d’une atteinte très grave à l’unité de la nation.
              La seule comparaison que je vois ce sont certains excès du bilinguisme anglais-espagnol aux USA, mais on oublie que la France, à la différence d’est States, n’est ni une fédération, ni un pays d’immigration.


              • jean 21 septembre 2010 18:57

                armand, armand !!! quel intérêt a un tout petit pays de gaulois pour tel aviv ? je n’arrive pas à comprendre votre surveillance permanante pour ce minuscule pays....j’ai beaucoup voyagé
                à chacque escale on me demandait c’est ou la france ? alors lachez nous on est entre mecs


              • Annie 20 septembre 2010 19:14

                Quid du Lycée Charles de Gaulle à Londres ? Ah non, j’oubliais, ces immigrés-là, ils sont riches, puisque la scolarité coûte entre 15.000 et 30.000 anciens francs par trimestre, et ils représentent une chance pour la GB, mais il coûte une petite fortune à l’état français qui subventionne plus que généreusement les frais de scolarité pour que nos chères têtes blondes (aux yeux bleus et aux parents fortunés) reçoivent un enseignement bilingue. Mais comme on dit, on ne prête qu’aux riches et le rayonnement de la culture française est tellement important.
                Je me demande si je vais battre aujourd’hui mon record de scores négatifs...................

                 


                • birdy 20 septembre 2010 19:39

                  « la scolarité coûte entre 15.000 et 30.000 anciens francs par trimestre »


                  Est-ce honnête de comparer une école publique et gratuite avec une école privée et payante ?

                • Annie 20 septembre 2010 20:19

                  Comment cela ? Le fait qu’elle soit payante n’empêche pas qu’elle soit financée à 40% par l’état français, et qu’elle soit gérée par l’AEFE qui est sous la tutelle du ministère français de l’éducation.


                • birdy 20 septembre 2010 20:47

                  Il semble que vous ayez raison pour l’AEFE.


                  Je ne suis pas trop d’accord auquel cas pour ce Lycée soit subventionné par l’AEFE encore qu’on pourrait alléguer que des subventions pour promouvoir la langue française soient plus normale de la part de l’état français que des subventions pour promouvoir la langue arabe et la culture algérienne.


                • FrenchGreg 20 septembre 2010 19:27

                  Simplement contraire à l’esprit de la République. 

                  Je crois qu’il faut arreter de rever, l’idéal Francais c’est fini.
                  Quant a ceux qui me repondraient « c’est le gouvernement qui a commencé », je repondrais « c’est cui qui dit qui est ».

                  • juluch 20 septembre 2010 19:39

                    Oh Putain !!! Manqué plus que ça !! Pas assez de communautarisme en France ??


                    Je rêve, je délire ma parole !!

                    Qu’ils aillent l’apprendre chez eux !!!

                    • Gabriel Gabriel 20 septembre 2010 19:41

                      Et si, mais ce n’est qu’une modeste proposition, on apprenait  déjà aux enfants à parler le français correctement …


                      • tvargentine.com lerma 20 septembre 2010 20:33

                        Une véritable régression et une honte pour ces collabos qui durant l’occupation auraient proposés de donner des cours de langue allemande

                        Nous voyons bien ici le type de discrimination que la gauche caviar entend imposer dans notre école de la République

                        Décidément le PCF restera un mystère dans sa conception d’intégration de population en laissant s’installer le communautarisme qui impose ses lois au détriment de la République

                        http://www.tvargentine.com


                        • Agoravix 20 septembre 2010 21:24

                          En résumé, il n y a pas besoin de disserter des lustres sur le problemes de ces immigrés et les problemes qu’ils nous posent :

                          Ils veulent le beur et l’argent du beurre. Leurs fantasmes et que le français de souche disparaisse mais tous laissant son pognon, ses filles,ses terres, ses maisons dont ils pourront profiter sans avoir àretourner au bled mais tout en ayant un lien tres fort avec ce bled.

                          Vous me suivez ?


                          • Agoravix 20 septembre 2010 21:31

                            Merci à Zemmour de preciser que l’immigration a été soutenu sous mitterand par bon nombre de gens « philosophes » de sa communauté, qui aujourd’hui retournent leur veste suite au tabassage de petits juifs par les afro maghrebins. Il y a un mea culpa à faire.


                            • birdy 20 septembre 2010 21:46

                              C’est justement là qu’on voit toute la loyauté de Zemmour, qui n’hésite pas à dénoncer les abus de sa propre communauté.


                            • avrel75012@gmail.com 20 septembre 2010 21:39

                              De pire en pire la république française (si on peut encore l’appeler comme ça) ... Et ils (les laics, démocrates ... etc) essayent de parler de "république une et indivisible ... A la sécu ou aux assedic ce concept fonctionne ... et nulle par ailleurs ... 


                              • romaeterna romaeterna 20 septembre 2010 22:15

                                ça recule, ça recule !
                                Bon allez ! Encore un p’tit coup de jaja pour fêter ça !

                                C’est prévu pour quand ; "Nos aancêtres les algériens ?


                                • Gavroche Gavroche 20 septembre 2010 23:27

                                  Le maire de Grigny, comme beaucoup de maires communistes de banlieue est prêt à faire n’importe quoi pour faire plaisir à son electorat communautaire.


                                  • Gavroche Gavroche 21 septembre 2010 12:24

                                    Heureusement qu’il y a des maires (sakosystes ou pas) qui protègent, valorisent leurs villes en évitant d’avoir 80% de leurs populations d’origine africaine ou maghrébine respectant ainsi le désir de leurs électeurs qui sont loin d’être tous sarkosistes !


                                  • oncle archibald 21 septembre 2010 09:08

                                    En France au début du XXeme siècle, on a interdit tout net l’usage des langues régionales, langue d’oc, corse, breton, basque, etc .. dans les écoles. Il ne s’agisait même pas de cours, c’était l’usage de la langue régionale non seulement dans les classes mais dans les cours de récréation, refectoire, couloirs, etc ... Dans le but d’éviter le communautarisme au profit du sentiment national.

                                    A l’heure de la mondialisation ou l’on oblige les cadres à ne parler que l’anglais meme au sein des entreprises françaises, je pense que ça n’était pas contre productif. Avez vous entendu Georges Freche parler des catalans ? Ces cons qui ne comprennent plus personne dès qu’ils sont à 100 metres de leur village ...

                                    • birdy 21 septembre 2010 09:26

                                      Je vois que pas un des chevaliers anti-racistes n’est scandalisé du fait que l’état français réserve des postes à des algériens.

                                      • jacob 27 septembre 2010 00:10

                                        et pourquoi pas ,moi je sais qu’au Maroc ,plusieurs établissements scolaires enseignent non seulement le Français ,mais également la culture Française et cela sans aucun complexe ;


                                      • galien 21 septembre 2010 10:51

                                        Déjà qu’ils savent pas parler français...
                                        Maintenant on en est certain, le pouvoir a décidé de la guerre civile entre deux catégories de citoyens, les français de culture françaises et les autres, citoyens de seconde zone.

                                        Allez y donc faire vos cours d’arabe, on verra ce que vaudra le cursus arabe sur le marché du travail, à part pour faire sacrificateur, bande d’imbéciles.

                                        Tous ces collabos hypocrites font tout depuis 50 ans pour vous refuser l’accession à la culture française.

                                        Les vrais racistes ne sont pas où le croit.


                                        • Annie 21 septembre 2010 10:58

                                          C’est un faux débat. Il y a en France des lycées bilingues, enseignant le breton, l’allemand (comme en Alsace ou en Moselle), ou encore d’autres langues comme dans les lycées internationaux où les enseignants ont reçu leur formation dans le pays de la langue enseignée. Cela n’a jamais choqué personne. Est-ce le mot « arabe » qui coince ?


                                          • galien 21 septembre 2010 11:09

                                            Ouais ça me dérange qu’on continu encore hypocritement, sous couvert d’ouverture, à créer des citoyens de seconde zone qui finiront par se taper sur la gueule avec les autres comme ce fut le cas dans l’Algérie française.
                                            Quand aux bretonnants débiles et aux alsaciens ni Français ni Allemands cela n’a rien à voir.


                                          • Annie 21 septembre 2010 11:13

                                            J’ai parlé de l’enseignement du breton et de l’allemand, mais j’aurai pu dire de l’anglais, du hollandais, de l’italien, de l’espagnol, du japonais, du norvégien, du polonais, du portugais, du suédois, du danois etc... toutes des langues enseignées en France dans le cadre d’un enseignement bilingue.


                                          • Annie 21 septembre 2010 12:10

                                            Le véritable scandale, hormis quelques exceptions, est que ces lycées bilingues, subventionnés par l’état français sont réservés à l’élite. Le lycée de Londres est en soi une exception parce qu’il est exceptionnellement sélectif. Mais ce qui est ironique, mon fils ayant fréquenté ce lycée pendant trois heures pour son « service militaire » (appelée aujourd’hui journée d’appel de préparation à la défense), est qu’environ 60% de ces jeunes Français vivant à l’étranger ne parlent pas un mot de français. Cette journée d’appel de préparation à la défense était bilingue.


                                          • galien 21 septembre 2010 12:36

                                            Ce qui pose problème aujourd’hui c’est qu’encore une fois les biens pensants comme vous, cyniques ou naïfs selon, préfèrent la facilité à la responsabilité d’éduquer le citoyen français, laisser s’enfermer les gens dans une culture qui n’est plus la leur, à moins de considérer qu’ils ne peuvent être français ces pauvres petits malheureux.
                                            On ne peut pas comprendre la culture Française sans maitrise de la langue.

                                            Mais peut être que le mieux serait de ne plus du tout transmettre la culture française, c’est plus facile hein ?
                                            Quand à l’enseignement de l’anglais aux enfants en bas âge, c’est encore une façon de se vautrer dans la domination de la culture mondialisée bouillis de chat, et pour plaire aux patrons pardi.


                                          • Annie 21 septembre 2010 15:41

                                            Le japonais n’est pas non plus une langue européenne.
                                            Sinon, pourquoi ne pas essayer de rester poli ?


                                          • galien 21 septembre 2010 17:08

                                            Que chacun parle sa propre langue, c’est évident que l’on se comprendra mieux


                                          • thaumaetopea 27 septembre 2010 07:17

                                            Sur le plan de la musicalité... l’arabe c’est vraiment de la merde... !


                                          • Krokodilo Krokodilo 21 septembre 2010 11:04

                                            L’enseignement des langues étrangères a surtout besoin d’être libéré ! Un changement radical de conception qui laisserait à tout enfant et à sa famille le choix de deux langues étrangères à valider, à deux niveaux différents et raisonnables (B1 au bac pour la LV1 et A2 pour la LV2), y compris un module culturel. Cet enseignement pourrait se faire dans et par l’école si les langues choisies y sont disponibles (l’offre de langues y diminue à une vitesse accélérée) ou hors de l’école dans les autres cas : famille, associations parentales, cours par correspondance, boites privées, Instituts gérés par les pays étrangers. La validation du niveau et du volet culturel demeurerait l’apanage de l’Education nationale, et pour les langues rares pourrait se faire par Académies, voire par téléconférence pour les langues hyper-rares avec un examinateur national ou européen.
                                            Dans ce cadre-là, l’arabe aurait toute sa place, mais aussi l’espéranto ou les Humanités latin-grec qui en ce moment déclinent fortement, et ce serait une véritable reconnaissance, au brevet et au bac, du patrimoine familial, des langues d’immigration, pas du bricolage et du baratin.


                                            • Krokodilo Krokodilo 21 septembre 2010 11:07

                                              Par ailleurs, cette « innovation » entre probablement dans le programme ELCO, qui est discret mais existe depuis très longtemps, j’en avais fait un article sur AVox.


                                              • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 septembre 2010 11:55

                                                @ l’auteur


                                                Pas d’accord avec les derniers mots de votre article. « La course en avant dans le communautarisme » à Grigny ET AILLEURS EN FRANCE n’est pas « un peu folle ».

                                                Elles est COMPLETEMENT FOLLE.

                                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 septembre 2010 11:57

                                                  heu... un s lui-même un peu fou est allé se coller à Elle... C’est complètement fou je vous dis


                                                  • Martin D 21 septembre 2010 11:58

                                                    il n’y a rien de mal à ce que la langue arabe soit enseigné en option comme cela se fait pour l’espagnol, le chinois ou l’allemand...mais enseigné une culture algérienne, ça me gêne...pourquoi ne pas enseigné la langue arabe seule comme dans bon nombre de lycée et universités ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Douglas Barr


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès