Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Guerre et paix

Guerre et paix

« Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains, aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques ! » [Jean Jaurès]

Aujourd'hui, un siècle après les tueries innommables de 1914-1918, rien a changé.

Au gré des événements complexes et délicats, c'est à dire au pied du mur de l’œuvre politique, les masques tombent et nous révèlent les incompétences. Oublier la lutte des classes, laisser proliférer la domination des détenteurs du capital et du monde de la finance sur la société laborieuse, admettre l’ordre social dans sa forme et ses fondements, c'est renoncer à un idéal humaniste. Idéal qui, il est vrai ne s'inscrit qu'imparfaitement dans tous les partis, mais se trouve formulé à l'occasion des élections par les plus rêveurs, les plus habiles ou peut être les plus fourbes. Et pourtant il est de bon ton de se réclamer de Jean Jaurès en pareille occasion, même en transcendant le mythe, le modèle, qui ne fut pas parfait.

Dans une époque pas si lointaine, Jean Jaurès s'opposait à la guerre encourageait l'union des forces ouvrières, malgré ses efforts, l'histoire dans sa marche folle égrainait ses événements funestes. Le 24 Juillet 1914, l'Autriche adressa un ultimatum à la Serbie.

le 31 juillet 1914, syndicalistes et socialistes français furent réunis dans la même conception de la lutte ouvrière pour la paix. Ce fut le triomphe de Jaurès. Mais celui-ci fut de courte durée, car le même jour, il fut assassiné.

Le 1er août, l’Allemagne et la France décrétèrent la mobilisation générale. L’assassinat de Jaurès, la veille, avait désemparé le mouvement ouvrier. Les dirigeants, qui avaient soutenu l’effort de paix du gouvernement, ne purent plus désavouer celui-ci, et renoncèrent à la lutte contre la guerre. La défense nationale devint la priorité. Il fallait défendre le pays désormais menacé,. Il ne semblait plus y avoir d’espoir de sauver la paix. Le Parti socialiste se résigna, devant son « devoir envers la patrie » (en effet, Jaurès ne rejetait pas le patriotisme, qui selon lui allait de pair avec l’internationalisme. Quant aux socialistes hostiles à la guerre, ils étaient minoritaires et créaient plus tard en 1916 le journal Le Populaire, dirigé par Jean Longuet.

Mais au fond tout ça n'est que vaine politique, je préfère mettre l'accent sur ce qui se trouve au cœur de l'homme simple, cet homme qui obéit sans trop se plaindre mais qui confronté à une belle occasion, une trêve, choisit la paix dans sa sagesse viscérale.

L'histoire qui suit n'est pas unique dans l'élan d’allégresse qu'elle soulève, mais elle apparaît en miroir de la genèse politique et guerrière qui lui donna vie.

L'été 1914 connut en chaîne la mise en route d'un monstre planétaire constitué de tous les belligérants internationaux. Le temps passant, après les premières ruées funestes, la guerre s'enlisa. La neige s'installa. Noël arriva avec son cortège de cadeaux venant des familles et des états-majors. Mais la surprise ne vint pas des nombreux et généreux colis arrivant dans les tranchées françaises, allemandes ou écossaises. Car c’est l’impensable humanité qui se produisit . Pour quelques instants, on posa le fusil pour aller, une bougie à la main, voir celui d’en face, pourtant décrit depuis des siècles, à l’école aussi bien qu'à la caserne, comme un monstre sanguinaire, et, la musique coutumière des chants de Noël aidant, se produisit un miracle. Chacun sentit à sa mesure que celui d'en face lui ressemblait. Il découvrit en lui un humain, il put lui serrer la main, échanger avec lui cigarettes et chocolat, et lui souhaiter un « Joyeux Noël », « Frohe Weihnachten », « Merry Christmas ». C’est alors que l’on assista à une trêve passagère, maintenant mémorable « au grand dam de leurs états-majors », entre les trois camps, qui fêtèrent Noël ensemble. Puis, pris d'attachement, les chefs de ces trois camps sauvèrent mutuellement leurs ennemis. Une histoire réelle oubliée de l'Histoire elle-même qui se serait passée à Frelinghien, dans le Nord, près de Lille, actuellement un parc et un centre équestre.

Malgré la destruction des photos prises lors de cet événement, certaines arrivèrent à Londres et firent la une de nombreux journaux, dont celle du Daily Mirror, portant le titre An historic group : British and German soldiers photographed together le 8 janvier 1915. Aucun média allemand ou français ne relate cette trêve.

L'État-major fit donner l'artillerie pour disperser les groupes fraternisant les jours suivants et fit déplacer les Unités « contaminées » sur les zones de combat les plus dures. Sur le front de l'Est, les conséquences furent plus graves : la répression des fraternisations du côté russe entraîna des mutineries et concourut à la décomposition du front russe. Lors de l'insurrection de Petrograd en 1917, les soldats fraternisèrent avec les ouvriers, ce qui alla dans le sens de la bolchevisation de l'armée. Et voilà à quoi aboutirent les mesures iniques, connues et expérimentées depuis le début des temps.

Aujourd'hui il faut débattre fermement avec ceux qui instaurent du haut de leur savoir stratégique amoral, voire même immoral, sur le sens de la guerre et sur ses conséquences. Dénoncer ceux aussi qui par fanatisme, ignorance ou perversion répondent à leurs attentes.

« Sous une pluie de fer, de feu d'acier de sang, pluie de deuil terrible et désolée », J. Prévert. Entre propagande, censure et bourrage de crâne, les conséquences ce cette guerre et de toutes les autres passées ou à venir, demeurent illimitées.

 

Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps...

Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens

C'est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
Je m'en vais déserter...

Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants

Refusez d'obéir
Refusez de la faire
N'allez pas à la guerre
Refusez de partir

S'il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président

Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer

Boris Vian

 

Voir Joyeux Noël, un film français réalisé par Christian Carion, sorti en 2005. Ce film a pour sujet la Trêve de Noël de 1914 lors de la Première Guerre mondiale.

Tout ce qui vit dans le cœur de l'homme, quant, au hasard d'une trêve, dans sa liberté retrouvée, il honore naturellement sa personnalité en découvrant l'autre.

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 3 septembre 2013 09:55

    oui
    il faut déserter
    déserter des guerres
    faites aux noms des intérêts d’une minorité de malades assoiffés d’argent et de pouvoir
    déserter du consumérisme
    dont la seule finalité est de transformer toujours plus de choses en merde
    déserter de la politique qui marche au pas ( gauche - droite - gauche- droite )
    et de ses manipulations hypocrites

    pour enfin mener le seul combat valable : celui du progrès de l’humain


    • jack mandon jack mandon 3 septembre 2013 20:07

      J’ai du mal à te suivre Porthos,

      Il faut que j’en parle à Alexandre D, il dope ton personnage exagérément.

      Pour la fougue, tu me rappelles le personnage de Rostand, Cyrano.
      En attendant, un soutien de noblesse et d’allure, un fidèle compagnon.

      Merci


    • jack mandon jack mandon 4 septembre 2013 06:22

      Bonjour Gaijin,

      La guerre s’inscrit dans la nature, elle se confirme par la culture.
      Notre animalité est conflictuelle spontanément, et nous calquons
      nos lois civiles et religieuses sur ce support ambivalent et incertain.
      Comment ne pas découvrir que nous ne cessons pas de tourner en rond
      depuis le début des temps. Travailler sur une harmonisation entre
      nature et culture...c’est sans doute ce que nous faisons avec plus ou moins de bonheur.

      Merci de ta visite


    • gaijin gaijin 4 septembre 2013 08:23

      salut jack
      oui l’agressivité et la violence font partie de notre potentiel, ce sont des manifestations de notre vitalité animale.
      ce n’est pas le pratiquant et enseignant d’arts martiaux que je suis qui va dire le contraire.
      sait tu qu’il a existé des civilisations sans guerre ? caral, la civilisation de la vallée de l’indus, les jomons, des milliers d’années de paix
      les archéologues ne trouvent pas trace d’armes, de représentations de conflits ....

      cette vitalité ne peut se manifester que de deux manières : destructrice ou créatrice
      en tant que société que créons nous actuellement ?
      quelles sont les portes de sortie pour l’individu dans ce monde mécaniste et normalisateur ?
      entre explosion de violence et vaine dissipation de notre potentiel n’y a t’ il pas une autre voie, ne peut t’ on être créateurs ?
      bien sur c’est très dérangeant d’être créateur, ça bouscule les idées en place, ça insécurise,
      c’est la porte ouverte a n’importe quoi d’inconnu.
      sauf que pas moyen d’y échapper si on n’est pas créateurs on est destructeurs ou autodestructeurs.
      alors que se passe t’ il  ? des guerres fleurissent ici ou la, la violence explose dans nos villes
      et nous mourrons détruits de l’intérieur par l’explosion d’un cancer ou d’une maladie cardiaque.

      il nous faut de nouveaux défis et de nouveaux espaces a conquérir seulement la conquête extérieure est terminée et il n’y a plus de blanc sur la carte du monde. Alors pour cette jeune civilisation occidentale il n’ y a que deux alternatives : d’un coté la décadence le pourrissement et la mort, d’un autre coté se tourner vers la dernière frontière qui reste : nous même !

      c’est un peu en vrac mais c’est comme ça ce matin la pensée refuse de se laisser enfermer dans une forme ...........


    • jack mandon jack mandon 4 septembre 2013 08:54

      Bonjour Gaijin,

      Je vis depuis 13 ans dans un pays qui ne connait pas la guerre
      depuis Marignan, 1515. Cinq siècles de paix au coeur de l’Europe.
      C’est un choix politique, donc pas toujours exempt de moralité,
      mais le peuple n’a pas eu à subir les choix catégoriques des voisins.
      Voilà, c’est un témoignage. Je reconnais qu’ici, on ne s’égare pas
      dans l’émotion, les règles du surmoi sont fortes mais acceptées.
      Rien est parfait, la jeunesse connait aussi ses crises de croissance.
      Mais, soyons clair, dans un univers paisible, il est plus aisé d’exister.
      Dans la mesure où l’on se sent libre d’être à son rythme, cela me
      parait un sérieux avantage. La démocratie bénéficie également
      de sérieux aménagement que la France pourrait envier.
      Raisonnablement on peut toujours faire mieux sans partir
      dans les considérations utopiques. Le bon sens, deux maitres mots.

      Merci pour ta participation.
      J’observe que tu es très actif sur tous les sites.


    • gaijin gaijin 4 septembre 2013 09:24

      « J’observe que tu es très actif sur tous les sites. »
      tu parle des fils d’avox ?
      ou de mes autres activités ?


    • Gollum Gollum 4 septembre 2013 09:32

      sait tu qu’il a existé des civilisations sans guerre ? caral, la civilisation de la vallée de l’indus, les jomons, des milliers d’années de paix 
      les archéologues ne trouvent pas trace d’armes, de représentations de conflits ....


      J’ai envie de rebondir là-dessus. Je me souviens d’un livre d’esprit tantrique qui affirmait que l’espèce humaine était divisée en deux, ceux d’esprit « chimpanzé » partisans de la guerre et ceux d’esprit « bonobo » partisans de l’érotisme, considérant les femmes comme des déesses, et plus proches du matriarcat que du patriarcat.. Je ne sais si cette division est réelle, toujours est-il qu’on a la sensation que les « bonobos » sont minoritaires.. 

      En tous les cas on constate souvent chez les hommes de pouvoir une profonde incompréhension de l’amour, de l’éros et de la femme..

      Bref, le fameux slogan Faites l’amour, pas la guerre n’est pas si idiot que ça.

    • jack mandon jack mandon 4 septembre 2013 09:58

      Gaijin,

      J’observe en général...dans tous les duels.
      Une belle vision globale du monde,
      le meilleur moyen d’être plus juste.


    • jack mandon jack mandon 4 septembre 2013 10:01

      Gollum,

      BONOBO moi y en a, et toi y en a d’où ?


    • gaijin gaijin 4 septembre 2013 10:21

      oui
      je suis aussi en faveur du point de vue bonobo
      mais pas au point de me laisser massacrer par des chimpanzés


    • gaijin gaijin 4 septembre 2013 10:33

      jack
      j’essaie de semer les graines d’ autres points de vue possibles ........
      qui sait ?


    • jack mandon jack mandon 4 septembre 2013 11:00

      Gollum,

      Je me souviens d’un livre d’esprit tantrique qui affirmait que l’espèce humaine était divisée en deux, ceux d’esprit « chimpanzé » partisans de la guerre et ceux d’esprit « bonobo » partisans de l’érotisme, considérant les femmes comme des déesses, et plus proches du matriarcat que du patriarcat.. Je ne sais si cette division est réelle, toujours est-il qu’on a la sensation que les « bonobos » sont minoritaires..

      La vecteur sexuel chez les humains est constitué des pulsions h, hermaphrodite
      et S, sadique,
      le dosage de ces deux facteurs permet d’envisager toutes les possibilités
      évoluant entre la composante féminine et la composante masculine.
      Dans la guerre, pour faire court, le sexe est remplacé par une arme blanche,
      jusqu’à l’arme la plus sophistiquée. Au fond dans cette analyse, on peut
      se questionner sur l’équilibre du soldat et le sens profond de la guerre.
      Le pathos est toujours en toile de fond.
      Quant à ceux qui ont recours à cette extrémité, pour la même raison,
      on reste dubitatif.
      En final, en toute bonne logique ce que les résultats d’un conflit armé nous révèle
      nous parle de la santé mentale des protagonistes engagés dans le combat.

      En conclusion, la santé mentale des décideurs est à mettre en cause.
      Raison suffisante pour qu’une mesure de cette nature ne soit pas prise
      légèrement, mais avec toutes les instances démocratiques, tous les pouvoirs.


    • alinea Alinea 3 septembre 2013 10:43

      Ton ami Georges l’aimait beaucoup ! Il n’avait pas tort !!
      Beaucoup d’émissions et de choses à apprendre sur celle-ci, pour son anniversaire..
      Sais-tu que la trêve de Noël est une légende ?
      Les anglais, les petits Gallois, les Écossais, bref, ils sont tous tombés comme des mouches dans la bataille de la Somme ... il est vrai qu’il arrivait qu’un anglais ou un allemand atterrisse dans la tranchée ennemie, là, ils échangeaient une cigarette, un morceau de gâteau ( les anglais étaient bien nourris , les allemands crevaient de faim !), mais la partie de football, et le reste, c’est un rêve, un rêve que devaient nourrir bon nombre de combattants !
      J’ai lu un roman magnifique : La Chute de Géants, de Ken Follett.. et te conseille ( à tous) d’écouter les quatre émissions de Philippe Meyer, le dimanche à 11 heures, cet été et dont le thème était " La Guerre de 14/18
      Merci pour ton texte qui fait du bien dans cette fournaise


      • jack mandon jack mandon 3 septembre 2013 17:24

        Merci petite soeur pour tes renseignements littéraires

        Qu’aucune idée sur terre est digne d’un trépas
        Qu’il faut laisser ce rôle à ceux qui n’en ont pas
        Que prendre, sur-le-champ, l’ennemi comme il vient
        C’est de la bouillie pour les chats et pour les chiens

        Qu’au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi
        Mieux vaut attendre un peu qu’on le change en ami
        Mieux vaut tourner sept fois sa crosse dans la main
        Mieux vaut toujours remettre une salve à demain

        Que les seuls généraux qu’on doit suivre aux talons
        Ce sont les généraux des p’tits soldats de plomb
        Ainsi, chanteriez-vous tous les deux en suivant
        Malbrough qui va-t-en guerre au pays des enfants

        O vous, qui prenez aujourd’hui la clé des cieux
        Vous, les heureux coquins qui, ce soir, verrez Dieu
        Quand vous rencontrerez mes deux oncles, là-bas
        Offrez-leur de ma part ces « Ne m’oubliez pas »

        Et la musique dans notre tête voyage gaiment.


      • Gabriel Gabriel 3 septembre 2013 10:50

        Bonjour Jack,

        La colombe est bien isolée et elle a du plomb dans l’aile. Les chasseurs de plus en plus puissants la mitraille et le peuple de paix ne peut que la regarder chuter. Ce n’est pas guerre et paix qu’ils nous jouent ici mais glaires épais issus de leurs mensonges comme un vomi sur la vérité. Ces assassins marchandisent la vie d’autrui afin d’enjoliver la leur, ils ont beau nous conter des fables mais nous ne sommes pas dupes, derrière leurs sourires carnassiers il y a le business, la mort et la trahison.


        • jack mandon jack mandon 4 septembre 2013 06:34

          Bonjour Gabriel,

          Bien sombre tout ça, et de toute éternité.
          La courbe de la vie, avec ses hauts et ses bas (l’électroencéphalogramme)
          Ce que vous soulignez et nous le constatons, c’est l’injustice
          et l’inégalité, d’où la lutte des classes.
          Puisque nous ne pouvons pas changer le monde, changeons de monde.
          Chacun a le droit de vivre sa différence en essayant de ne pas nuire.
          C’est une mesure à minima.

          Merci de votre visite.


        • Fergus Fergus 3 septembre 2013 11:33

          Bonjour, Jack.

          Merci de rappeler ces faits longtemps occultés et encore tabous dans certains milieux réactionnaires. Mon propre grand-père, combattant au fort de Vaux près de Verdun, me tenait, quand j’étais gamin, des propos qui allaient dans le sens de ce type de trêve. Comme d’autres paysans envoyés sur le pire champ de bataille de l’histoire, il ressentait au plus profond de lui-même que les gars d’en-face étaient de pauvres bougres dans leur genre, qu’ils soient eux-mêmes des paysans arrachés à leur terre, ou bien des ouvriers, tous jetés dans les tranchées pour servir des intérêts lointains et incompréhensibles.

          « Quelle connerie, la guerre ! »

          Cordialement. 


          • jack mandon jack mandon 3 septembre 2013 17:07

            Les hommes politiques et les médias d’une époque, et cela hélas,
            dans tous les pays faisait du nombrilisme en désignant du doigt
            le voisin. D’ailleurs, il y a quelques décennies certains villages
            de France en étaient encore à la guerre des boutons façon adultes,
            c’est à dire raz du bonnet.

            L’antigermanisme (anti-germanisme, germanophobie, anti-allemand) est l’attitude d’hostilité envers l’Allemagne et les Allemands qui s’est développée particulièrement en France au XIXe siècle.

            Ce sentiment connaît un essor particulier sous la Troisième République et est accentué par l’occupation du territoire français par les troupes allemandes.

            Ici un regard sur l’Europe trouve toute sa saveur de paix.


          • escartefigue 3 septembre 2013 11:44

            Ce qui échappe souvent à tous les vat-en-guerre  c ’est  que la vie est unique 

            et qu’ on en a qu’ une .

            Tuer des humains alentour est un acte abominable . 

            Si de surcroit c ’est pour enrichir ceux qui ont des projets tirant bénéfice des 
            massacres ....

            Vivons , la mort nous attend un peu plus tard mais vivons . 

            • Lemaïsjekiff Nestor 3 septembre 2013 13:30

              Salut capitaine ...

              « Si de surcroit c ’est pour enrichir ceux qui ont des projets tirant bénéfice des 
              massacres .... »

              Malheureusement à l’heure actuelle peut-on vraiment penser le contraire ? Surtout lorsque que l’on sait où se trouve les plus grosses resserves de gaz et de pétrole de la planète et que celle-ci en plus d’être « vitales » vont se raréfier et devenir de plus en plus couteuses ...

              pour paraphraser le chevelu frisé qui tire la langue, ce n’est pas le mal en lui même qui est le plus morbide c’est de le laisser faire ... 



            • jack mandon jack mandon 3 septembre 2013 16:53

              Tout à fait capitaine, d’ailleurs,

              Notre voisin l’ancêtre était un fier galant
              Qui n’emmerdait personne avec sa barbe blanche,
              On avait apporté les guitar’s avec nous
              Car, devant la musique, il tombait à genoux,
              Excepté toutefois les marches militaires
              Qu’il écoutait en se tapant le cul par terre.

              Si ça pouvait dérider le cervelet des boutefeux.


            • Lemaïsjekiff Nestor 3 septembre 2013 12:13

              Mais t’inquiètes pas tu vas l’avoir ta fête mon vieux ...

              Ta fête tant entendu il te tarde qu’elle commence hein, que les journaux tv t’asmatent d’images en n’en plus finir ou tu verras dans des amas de bétons des cadavres mutilés à chaque coins de rue au milieu de villes en feux. Des gens qui partent en exil pleurant la mort de leurs mômes le ventre vide sans vraiment savoir où ils vont ... Des tanks qui roulent sur les cadavres et qui dans le même temps explosent tout autour d’eux puis qui par la suite explose aussi. des roquettes de tout les cotés à n’en plus finir, des missiles de croisières partie en croisade dans tout les sens ... Oui les bons vieux feux d’artifices comme apparemment tu les aimes et dont tu sembles nostalgique ... Rappelle toi de l’opération tempête du dessert, le ciel scintillait ... Sans compter la Méditerranée dans une splendeur magnifique, ou des bateaux et des avions sont en feux et d’autres explosent, des amas de ferraille dans tout les sens le tout colorié de full, de pétrole et de produits toxiques avec comme musique de font du Tino Rossi chantant Méditerranée dans tout tes coins on se croirait au paradis. T’inquiètes les journaux vont t’en mettre plein les yeux tu serras abasourdie ... En plus il y aura des manifestations aux quatre coins de monde , des manifestants qui déraperont sûrement, il y aura de la casse peut-être des blessés voir même des morts. Tu vois les journaux ne seront plus où donner de la tête pour te retransmettre tout ce folklore que tu sembles tant désirer. Tu pourras même te mettre au pastis ou au ricard avec quelques amuse gueules histoire de te réhydrater, se serra en boucle sur plein plein de chaines que tes yeux assisteront à cette grande explosion. Sans compter tout ses intervenants à interviewer, tu sais ceux qui savent mieux que tout le monde, eux savent et pas toi ... Non toi tu ne sais pas !  

              Faut bien monter à nos mômes et leur expliquer qui nous sommes, montrer au petits gars des cités qu’ils sont des pantins ridicules à coté de nous, que nous on fait pas dans la dentelle. Mais c’est pas sûr qu’ils aiment tous surtout si leurs téléphones portables ne passent plus, qu’internet soit coupé et que leur émissions favorites style secret story ne soient plus diffusées parce on transmet les images de ta fête à la place. Et bien évidement tout ça en se gelant le bas du ventre parce que Vladir a coupé le gaz et que le full et le pétrole sont à plus 25 euros le litres et que papa maman ne peuvent plus ... Non ils ne peuvent plus !

              C’est bien dommage que Barack ait fini par vouloir demander l’autorisation de sortie à ses frangins, parce si ça se trouve t’y serrais déjà et que t’aurais pu déjà assister même si tu ne le désires pas à la mort de Bashar l’ami d’autrefois convié parfois à des repas à la maison comme d’autres avant lui. Surement pour lui aussi une grande fin, filmé et ensuite fusillé comme le couple Ceaușescu dans sont temps, ou dans une cage avant de finir suspendu à une corde comme saddam où peut être comme un Kadafi qui se prend des baignes dans la face de tout les cotés, mais va pas croire par là que j’ai des affinités avec eux, j’aime pas les dictateurs, c’est pour ça que contrairement à d’autres je ne les ai jamais convié à ma table ... 

               La méditerrané complétement polluée. La Palestine et Israël à feu et à sang, Le Liban, la Syrie, l’Iran et qui sais-je joncés de décombres et de morts... Puis les Russes et les Chinois, le quiz rentreront-ils dans la partie comme d’autres pays d’Amérique du sud où comme d’autres ailleurs pourraient le faire ?, mais le principal c’est que t’aies malgré tout ça l’intension de punir Bashar sans bien-sûr vouloir qu’il parte, faudrait voir à pas vexer Vladimir on ne sait jamais ...

              Ce qui a de bien c’est que tout le monde aura droit à profiter de ta fête, il y aura juste à allumer la télé ... Et qu’au début ce sera gratuit pour tout le monde mais vers la fin ça risquerait de couter très très cher ...

              Alors François on y vas ... Aller quoi on y vas fait toi plaisir ?


              • jack mandon jack mandon 3 septembre 2013 12:55

                Bonjour Nestor,

                Je prend du recul, mais dans un premier temps,
                je privilégie l’humour...et voilà ce qui me vient à l’esprit.

                " C´est pas la femme d´Honoré
                Ni celle de Désiré
                Ni celle de Théophile
                Encore moins la femme de Nestor."

                J’épouse complètement la poésie et l’humour
                de Brassens, au point de me méfier de tous ceux
                qui n’ont pas de sympathie pour lui.

                Dans un deuxième temps, je comprend qu’il existait
                des vieux de la vieille qui étaient de grands pourvoyeurs
                de guerre. Chez les arabes, en général, c’est encore ça.
                Enfin, les évènements aidant, je souhaite qu’ils comprennent
                l’étendue de leur ignorance et l’ampleur de leur stupidité.
                Ces paroles tranchantes je les destine aux théoriciens creux

                Je vous répondrai par une boutade

                Soyez prévenus vieillards
                soyez prévenus chefs de famille
                le temps où vous donniez vos fils à la patrie
                comme on donne du pain aux pigeons
                ce temps-là ne reviendra plus
                prenez-en votre parti
                c’est fini.

                Pour le reste, je parle de ce que je connais.
                J’ai déserté la France devenue, mais je garde
                profondément en moi la fidélité à sa culture

                La guerre, c’est pour les manipulateurs inhumains
                qui trouvent sur leur chemin des frustrés du traversin.
                C’est une abomination que je déserte
                et cela malgré la censure.

                Voilà que l’on fractionne une poésie qui a plus
                d’un demi siècle d’existence,,,et que l’on écoute encore
                les hommes politiques. C’est la fin d’un monde.


                • Lemaïsjekiff Nestor 3 septembre 2013 13:03

                  Salut Jack ...

                  Cette lettre est bien évidemment adressée à François et non pas à Jack ...

                  « Monsieur le Président Je vous fais une lettre Que vous lirez peut-être Si vous avez le temps... »

                  « Alors François on y va ... Aller quoi on y va fait toi plaisir ? »
                  _________________________________________________________________

                  « les hommes politiques. C’est la fin d’un monde. »

                  Ça me convient parfaitement par ces quelques mots tout est dit ! smiley .


                  • jack mandon jack mandon 3 septembre 2013 17:11

                    C’est à dire que l’icône, Nestor, n’a pas la bonhommie
                    de votre prénom d’emprunt.
                    C’est un remède loup garou anti burqa ?

                    Merci de votre passage


                  • Lemaïsjekiff Nestor 3 septembre 2013 21:36

                    « C’est à dire que l’icône, Nestor, n’a pas la bonhommie
                    de votre prénom d’emprunt.
                    C’est un remède loup garou anti burqa ? »

                    OK ... non Nestor c’est juste le non d’un Ukrainien enterré au père Lachaise en 1934 , apparemment tu ne le connait pas pourtant c’était une référence pour George que tu aimes tant mais qu’en fait tu ne connaissais pas tant que ça ...

                    C’est en prenant les autres pour des ignares que l’on s’aperçoit de sa propre ignardise ...

                    Pas un remède anti burka juste un masque anti système !

                    Sinon il me semble que le mot bonhommie ne prend qu’un m « bonhomie » ...

                    « Merci de votre passage »

                    Jack rassure toi je ne viendrais plus commenté tes articles ...

                     


                  • jack mandon jack mandon 4 septembre 2013 05:14

                    Nestor,

                    Je m’amusais sans malice en oubliant que nous avons tous
                    nos susceptibilités. Pardon si je t’ai contrarié.


                  • Gollum Gollum 3 septembre 2013 14:51

                    Bonjour Jack. Je ne connaissais pas cette histoire de trêve.. 


                    Tu en parles comme de quelque chose de quasi miraculeux et ça l’est en effet.. 

                    Mais cela est advenu ce qui montre bien qu’il faut toujours compter sur les miracles, aujourd’hui comme hier, et peut-être encore plus aujourd’hui..

                    Comme le disait Saint Paul : Là où le péché abonde, la grâce surabonde.

                    De ce fait je me sens un indécrottable optimiste, mais pas l’optimiste aveugle qui l’est parce qu’il ne veut pas voir le diable en face, mais l’optimiste qui sait qu’au delà du jeu des contraires se trouve une Source Vivante et fraîche.

                    • Fergus Fergus 3 septembre 2013 15:44

                      Bonjour, Gollum.

                      Cette trêve n’a pas été un miracle. Le miracle eût été qu’il n’y ait pas de répression sanglante à la suite de cette manifestation de comportement humain et civilisé.


                    • Furax Furax 3 septembre 2013 16:20

                      Bonjour Gallum,
                      Merci Jack pour votre article.
                      Avec celui le monsieur Fortin sur la prise de parole du Pape François, il porte à penser que tour n’est pas perdu, mais non . smiley
                      Mais je suis de plus en plus inquiet pour la sécurité de ce Pape !


                    • jack mandon jack mandon 3 septembre 2013 16:42

                      Gollum,

                      C’est à dire que tes vacances furent si longues qu’il se passa
                      de nombreux événements dont tu ne fus pas avisé.
                      Il faut congédier ton attaché de presse.

                      En fait mon ami, on a entendu tout et n’importe quoi
                      entre politiques foireux et journalistes à sensation.
                      Là, je vrille dans le réel du mensonge et du bobard.
                      Enfin pour Assad, sa dictature militaire doit laisser
                      à la dictature religieuse le droit de tyranniser à son tour.
                      Et pour ça, même Eva est tout à fait convaincue,
                      elle confond la Syrie et Monsanto...le gentil tueur patenté.
                      De nouveau Oblabla se trompe de cible, heureusement,
                      il n’a rien à secouer de la Syrie, la coupe des emmerdes est pleine.
                      Alors il fait trainer et l’autre amuseur regrette son pédalo.
                      Enfin bien venu dans l’arène des farces et attrapes.

                      Mon but n’est pas de chercher noise
                      Au guérillas, non, fichtre, non
                      Guerres saintes, guerres sournoises
                      Qui n’osent pas dire leur nom,
                      Chacune a quelque chos’ pour plaire
                      Chacune a son petit mérite
                      Mais, mon colon, celle que j’préfère
                      C’est la guerr’ de quatorz’-dix-huit


                    • Gollum Gollum 3 septembre 2013 18:28

                      Bonjour Fergus. Bien d’accord avec vous sur ce point. M’enfin en même temps, l’affaire évoquée par Jack a quelque chose de profondément rassurant.


                    • Gollum Gollum 3 septembre 2013 18:32

                      Bonjour Furax. J’avoue qu’en ce qui concerne le Pape j’attends encore un peu pour voir. Mais même si les choses bougent de ce côté cela n’empêchera pas la nuit de tomber, momentanément.. 


                      Pour moi les carottes sont cuites et bien cuites... Mais je crois profondément à la parabole évangélique, Si le grain ne meurt, etc... Mais vous le savez. smiley

                    • Gollum Gollum 3 septembre 2013 18:39

                      A Jack : oui les vacances furent longues, et je les ai fait durer à dessein, profondément lassé de tout ce qui m’entoure. Un besoin irrépressible de solitude et de silence. La bêtise du cirque médiatique est en effet consternante et je préfère regarder tout cela d’un œil indifférent, l’œil du stoïcien que j’ai toujours plus ou moins été.


                    • jack mandon jack mandon 3 septembre 2013 19:38

                      Furax bonjour,

                      Les voies du seigneur sont impénétrables
                      et la papamobile est à l’épreuve des orgues de Staline,
                      De toute façon les orgues et le petit père des peuples ont peu
                      de choses en commun.
                      De plus, François l’évite, voire même lévite.
                      Le surnaturel sera toujours à l’épreuve des balles.

                      Merci de votre passage.


                    • jack mandon jack mandon 3 septembre 2013 19:58

                      Gollum,

                      « M’enfin en même temps, l’affaire évoquée par Jack
                      a quelque chose de profondément rassurant. »

                      Seulement voilà, je ne suis pas voyant, malgré les affabulations
                      de Sylvie, je ne suis que voyeur...de plus je repère toujours le soleil
                      dans un coin du tableau...on n’est pas là pour s’emmerder.

                      La Syrie est verrouillée par la Russie et notre gouvernement foireux
                      est encore à l’âge du bac à sable, pitié pour eux.


                      • Lemaïsjekiff Nestor 3 septembre 2013 22:49

                         « notre gouvernement foireux est encore à l’âge du bac à sable, pitié pour eux. »

                        C’est là où on voit qu’en fait tu piges pas vraiment ... Notre gouvernement n’est pas à l’âge du bac à sable bien au contraire. Il a un programme qui lui a été donné et le temps presse pour lui. La preuve, ils ont avancé dans leur sens pendant plus de cinquante ans et toi t’as stagné, (les mecs avec leurs fleurs à la mains ont détruit l’idée principale qui est : Quand l’heure est grave les anarchistes ne jouent plus avec des fleurs ni avec des mélodies où de belles paroles). La seule chose qui puise gentiment faire changer d’avis ces gens là (les gouvernements) s’ils leur restent encore un peu de cœur c’est de leur faire comprendre par la dérision (Boris Vian la lettre au président) le caca qu’ils vont faire ... Sinon on arrête la dérision et on passe à d’autres choses plus concrètes plus néfastes pour eux ...

                        Alors oui pitié pour ceux qui n’ouvrent jamais les yeux car eux ne peuvent pas passer des fleurs au armes.

                        l’homme au costard qui vouvoie ses intervenants n’a pour moi pas vraiment compris le message et d’écouter du Georges depuis tout ce temps n’y changera malheureusement maintenant plus rien ...

                        De toute façon sans prendre les armes ceux qui gouverneront demain à un certain stade t’interdiront à toi et à d’autres d’écouter du Georges ...

                        Alors qui est dans le bac à sable ?

                        Ce n’est pas ceux qui font le mal qui sont les plus absurdes, c’est ceux qui conçoivent justement ce mal et qui les laissent faire ...

                        Appeler à la non violence des gens qui ne pensent que par la violence c’est comme pisser en l’air pour prendre sa douche ...
                         


                        • Laurenzola Laurenzola 3 septembre 2013 23:08

                          Nestor,

                          ta tenue de combat et tes idées vont de paire, pourquoi ne vas tu pas mettre un peu d’ordre en Syrie, tester ton armure à l’épreuve des balles, des bombes et du gaz « moutarde me monte au nez » ?


                        • Lemaïsjekiff Nestor 3 septembre 2013 23:33

                          Laurenzola ...

                          "ta tenue de combat et tes idées vont de paire, pourquoi ne vas tu pas mettre un peu d’ordre en Syrie, tester ton armure à l’épreuve des balles, des bombes et du gaz « moutarde me monte au nez » ?"

                          Oui comme superman ...
                          Non je dis juste que si certains à une époque au lieu de se revêtir de fleurs avaient fait autre choses le monde n’en serait peut-être pas là ... Ils ont depuis posé leur fleurs et sont rentrés dans le rangs ... Des Daniel quoi !


                        • jack mandon jack mandon 4 septembre 2013 05:46

                          Laurenzola,

                          Merci de ton intervention, tiens pourquoi je te tutoies ?
                          on pourrait épiloguer là-dessus...ça ne se commande pas.
                          On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde.
                          Les limites imposées par l’écriture, nécessiteraient
                          des précautions de langage que je n’ai pas toujours.
                          Le conflit est toujours latent et nous en sommes tous dépositaire.
                          La guerre est peut être culturelle, mais elle est avant tout naturelle
                          dixit, l’observation des rituels et conflits animaliers.
                          En clair, une tenue peut paraitre inquiétante et susciter un émoi,
                          Un costume constitue une parure sujette à critique.
                          Tout peut s’expliquer pour arriver à la paix.
                          Donc paix à toi Laurenzola et à toi Nestor.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès