Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Hollande, le condescendant

Hollande, le condescendant

JPEG - 747.4 ko
Boudu pas sauve des eaux

Pathétique, le président français, dans son petit costume étriqué, qui tente d’éteindre la rage de dents que Madame Trierweiler a déclenchée dans le peuple de France.

Il veut faire une mise au point, que le bon peuple de France et de Navarre le sache, il est près de lui, sa vie c’est lui, son engagement c’est lui, il le respecte, l’aime, d’ailleurs n’est-ce pas par pur amour qu’il lui demande, depuis des mois, de se serrer encore et encore la ceinture, soucieux du diabète, de l’hypertension, du cholestérol qui pourrait frapper ce bon peuple s’il le laissait continuer à se goberger, dans la gabegie et la luxure, dans le stupre et la fornication, toutes ces choses superflues que seul un député ou un sénateur a le droit, le devoir et bien évidemment le courage d’affronter. Car le peuple les voit, bien, il les voit même de plus en plus, ces « gens de la haute » droits, honnêtes et courageux ; il voit telle ancienne ministre qui « recherche désespérément le sponsor de sa fille » parmi la petite douzaine de montures qu’elle avait dans son Haras, tel ancien secrétaire d’état qui a « une phobie des actes administratifs » au point de ne pas déclarer ses impôts et ne pas payer son loyer, tel ancien ministre les menottes aux poignets emmené par une police new-yorkaise sous les feux de centaines de projecteurs, tel ancien ministre qui les yeux dans les yeux jure n’avoir pas de compte à l’étranger, enfin pas vraiment, disons pas un gros, tel ministre de l’intérieur devenu 1er ministre qui transforme la chasse au nègre insolent en priorité nationale et personnelle, tel député adorateur des pieds et suceur de doigts, tel ancien ministre « poissé » à Marrakech pour actes pédophiles, tel ancien président qui trimbale tant de casseroles qu’on peut se demander s’il ne ferait pas mieux de se convertir en quincailler plutôt que de tenter de redevenir président, etc, etc, etc, ….. (Nota : je n’ai mis que 3 « etc », n’ayant pas la liste nominative des députés et sénateurs ni celle des anciens ministres et secrétaires d’état).

La formule « tous pourris » est d’une brûlante actualité, elle reflète le « stade suprême » qu’a atteint la République française, une vulgaire république bananière dirigée par des gens corrompus, pervers et autistes. Corrompus et pervers, les exemples ci-avant suffisent à prouver ces deux qualificatifs, en ce qui concerne le terme autiste, c’est un mal nettement plus grave : au même titre qu’on a pu dire que « le gauchisme est la maladie infantile du communiste », nous pouvons affirmer que « l’autisme est la maladie sénile de la démocratie ». En effet, nous élisons des gens dont la priorité va être de durer, de perdurer, à tout prix, faisant toutes concessions, toutes compromissions, reniant leur parole, leurs engagements, et créant des lois pour qu’ils puissent vivre bien, rester en fonction et agir en toute impunité ! Il suffit de voir comment a évolué la loi définissant la possibilité de se présenter à la fonction de président de la République. Nous parlons d’élection directe par le peuple ? Que nenni ! Le candidat doit être adoubé par un nombre conséquent d’élus de la république, la porte d’entrée est entrouverte, réservée aux « candidats du système » comme on dit dans certain milieu. La loi aurait pu imposer, comme pour entrer dans la fonction publique, que le candidat soit obligé de passer un certain nombre de tests psychotechniques, qu’une enquête de moralité soit menée … Là encore, NIET ! Le candidat président est au-dessus des lois, et c’est normal puisqu’il est choisi par des élus, disons plus clairement qu’il est « de chez eux » (de la maison comme on dit à la CIA). Un tel schéma entraine une forme de distanciation de la réalité, tant chez les sénateurs que les députés, ministres et autres désormais élus et privilégiés à vie puisque lorsque, malencontreusement, un élu se prend les pieds dans le tapis, il est aussitôt recasé soit dans le système soit en lisière. Il faut reconnaitre que les postes de type placard doré ne manquent pas en France, on les crée même à l’envie.

Petit à petit ces gens, disons ces élus, s’éloignent de la « vraie vie » pour vivre dans une bulle d’où ils croient comprendre « les difficultés des français » qu’ils disent connaitre, et s’expriment à force de « moi je dis, moi je pense, moi je, moi je, moi je… ». Un discours limité, des expressions tellement révélatrices de ce symptôme d’autisme collectif, et des actes qui au quotidien viennent contredire leur discours, viennent prouver qu’ils sont déconnectés totalement de la réalité, des paroles qui font que bientôt certains d’entre eux auront de plus en plus de difficulté à se promener dans les rues sans prendre le risque de se ramasser une paire de mandales, une insulte, en provenance de ces gens du peuple qu’on ne peut pas insulter impunément. Et dans l’insulte j’en reviens à cette affaire de « sans-dents », elle aussi révélatrice de cet autisme hautain !

Ainsi le président de la République appelle le peuple « les sans-dents » ; l’expression est osé, elle peut surprendre venant d’une personne qui se déclare socialiste, mais quand on voit de nos jours qui est socialiste, elle n’en est que plus plausible. D’abord celui qui sert actuellement de président est un adepte des petites phrases assassines, de l’humour sadique, du sarcasme, il est donc tout à fait logique qu’il s’essaye aussi, en cercle fermé, à des jeux de mots laids. Inutile de lui demander de venir nous jurer « les yeux dans les yeux » qu’il n’a jamais employé cette expression, la méthode a déjà fait ses preuves avec le ci-devant Cahuzac, et puis quand on voit comment fonctionne le système : le Roi a fait son mot, la cour opine et ricane bêtement, le peuple ne sait pas.

Soudain c’est le drame, une courtisane, bafouée, dévoile les secrets d’alcôve, pas ceux liés aux prestations présidentielles, externalisées rue du Cirque, non, ceux des petits mots et petits gestes quotidiens, de la viande sous cellophane, de la famille Massonneau « qu’est pas jojo », de la bonne bouffe et de la populace ! L’affaire fait grand bruit, une communauté « Facebook » est créée, en 48 heures elle dépasse les 20.000 membres, en 6 jours elle atteint les 45.000 membres, rien ne sera plus comme avant. L’appareil d’Etat est mobilisé, on ressort le vieil ami et ministre, Le Foll, pour déclarer que l’homme n’a pas pu dire cela, on ressort la vieille délaissée redevenue ministre après la mise à l’écart de la favorite qui déclare haut et fort que c’est ridicule, pur bien montrer que les quotas sont respectés on sort la beurette de service qui vient nous citer Desproges pour faire croire qu’elle a lu (et compris) Sartre, et puis l’indispensable immigré naturalisé qui du haut de ses quelques décimètres et sa rhétorique de Caudillo prend des accents mussoliniens et déclare en italien que la peste brune c’est pas lui c’est la blonde, qu’elle pourrait venir et mordre les sans-dents.

Ridicules, et pitoyables, ces socialistes mériteraient de devenir membres d’honneur de l’UMP, « venez chez nous, on a les mêmes !!! ». Cette classe dirigeante est à virer, et comme disaient nos ancêtres sans dents et sans culottes « les aristocrates à la lanterne ».

JPEG - 130.2 ko
Le quincailler

Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • rocla+ rocla+ 10 septembre 2014 12:49

    Le plus incroyable de là ou poste ce commentaire , il faut beau 

    grand soleil .


    Voilà-t-y qu’ on apprend que le dépité ne payait pas son loyer .

    Pendant trois ans il a dormi sur ses deux oreilles , enfin essayez voir 
    de dormir sur les deux oreilles en même temps pendant que son salaud
    de proprio attendait jour et nuit le mandat .

    Mais rien n’ arrête un socialiste , il prétend rester au poste infidèle
    à l’ Assemblée Nationale et prétend du même coup représenter le 
    peuple qui regarde par quoi il est représenté .


    La République est un théâtre de grand guignol montrant tous les 
    jours de nouveaux farceurs beaux parleurs vrais menteurs .

    Bon d’ accord , que l’ homme soit  imparfait  d’ accord .

    Mais autant de vices dans un seul  , faut revoir le théorème des calculs 
    de probabilité .

    Et dire qu’ il existe encore et toujours 13 %  de la population 
    qui est d’ accord avec nos champions de la Tartufferie Mondiale .


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 10 septembre 2014 13:14

      d’où ma « théorie » sur l’autisme, à ce stade c’est surréaliste d’en cumuler autant !


    • Salade75 10 septembre 2014 12:52

      Bonjour,

      Vous faites de nombreuses références à la royauté dans votre post.

      Mais il y a pourtant une différence fondamentale avec la royauté : le bulletin de vote.

      Hier, on ne choisissait ni son roi ni son aristocratie. Mais aujourd’hui, on choisit de réélire Balkany, Jupé, Fillon, Hollande, ... et autres profiteurs sans foi ni loi.

      La France a juste les politiques que méritent ses électeurs qui se préfèrent dans le rôle de serfs bougons, irresponsables et rêvants du prince charmant, plutôt que dans celui de citoyens.


      • Gérard Luçon Gérard Luçon 10 septembre 2014 13:16

        je me souviens que Fernand Braudel, dans L’identité de la France, écrivait que déjà, au moyen-âge, les dés étaient pipés ...


      • rocla+ rocla+ 10 septembre 2014 13:21

        Bonjour Monsieur Gérard , 



        S ’il n’ existait su un dé  seulement deux chiffres , par exemple le 
        1 et le 2 on aurait tours une chance sur deux de gagner .

        Sachant que l’ énumération des nombres n’ a pas de fin il ne 
        faut rien attendre du hasard .

        Il faut plier le destin .

      • Gérard Luçon Gérard Luçon 10 septembre 2014 15:14

        pile ou face ..


      • Salade75 10 septembre 2014 16:02

        Quand les dés sont pipés, on peut refuser de jouer ou demander à les changer !


      • César Castique César Castique 10 septembre 2014 12:56

        « Ainsi le président de la République appelle le peuple « les sans-dents », »



        Au départ, il y a sans doute une « petite blague » bien circonscrite, Trierweiler l’a transformée en qualification permanente de « tous les pauvres ». 


        Maintenant, on passe de « tous les pauvres » au « peuple ». On frémit d’impatience dans l’attente de l’échelon supérieur...




        • Gérard Luçon Gérard Luçon 10 septembre 2014 13:17

          c’est évident, le bon mot que le président blagueur a sorti en vase clos lui a pété à la figure ... Vous pensez qu’il parlait « des 100 dents » ?


        • amiaplacidus amiaplacidus 10 septembre 2014 15:50

          Je ne suis pas psy, mais il me semble que les petites blagues ne sont pas vraiment innocentes. Bien souvent, elles démasquent le fond de la pensée de leur auteur.


        • Gérard Luçon Gérard Luçon 10 septembre 2014 18:07

          CQFD .... !!!


        • César Castique César Castique 10 septembre 2014 23:37

          «  Vous pensez qu’il parlait « des 100 dents » ? »


          Non, je pense qu’il a parlé de quelques pauvres édentés, dans un contexte bien précis. Trierweiler a transformé cela en « tous les pauvres » et, par vos soins, les quelques pauvres initiaux sont devenus le peuple. C’est une sorte d’inflation, si vous voulez dont je me demande quel sera l’expression supérieure ultérieure...

        • Gérard Luçon Gérard Luçon 11 septembre 2014 06:11

          qu’il ait sorti cette saillie en vase clos et que les courtisans en aient bien ri, c’est ce que j’écris, qu’ensuite il l’ait utilisée régulièrement c’est possible, même probable, enfin vous ne pouvez nier que quand on qualifie un groupe d’individus de ce « sobriquet » ce ne peut être que le peuple, non ? Pas la bourgeoisie ni la noblesse, pas les bobos ni la gauche caviar ...


        • Fergus Fergus 11 septembre 2014 09:48

          Bonjour, Amiaplacidus.

          Tentons d’être objectifs : les petites blagues vaseuses, tout le monde en a fait, et en fera, un jour ou l’autre, que ce soit dans son couple ou en compagnie de collègues à la machine à café. Et cela sans même parler du contexte qui peut favoriser ce genre de saillies dont il n’y a pas lieu d’être fier, mais qui ne porte pas à conséquence.

          Nous mêmes, et tous nos parents et amis, avons commis ce genre de blague sur les sujets les plus divers : les pauvres, mais aussi les riches (que n’ai-je entendu sur les riches sans que l’on monte au créneau !), les handicapés, les Arabes, les Juifs, les Noirs, les voisins, les amis, les collègues. Encore une fois, sorties du contexte, ces blagues ne peuvent être tenues pour significatives dès lors qu’elles ne sont pas récurrentes.


        • Fergus Fergus 11 septembre 2014 10:29

          @ Amiaplacidus.

          J’ai oublié de citer les petites blagues sur les obèses, les blondes, les rouquins, les bègues, etc...

          Bonne journée.


        • lloreen 10 septembre 2014 17:04

          Pathétique.Cela résume tout.


          • lloreen 10 septembre 2014 17:08

            D’ après les vidéos que j’ ai vues sur la manifestation des « Sans-dents » cela bouge en France.
            Cela fait bien longtemps que les choses bougent en Allemagne et ailleurs aussi.
            Les paroles de Hollande sont-elles sensées faire enrager une fois pour toutes les français ?

            On sent se répandre une odeur de poudre dans les médias depuis un certain temps.
            Dans la mesure où ces Dents Longues veulent en découdre avec le monde entier, il est permis de se poser la question traditionnelle : cui bono ?


            • toyet 10 septembre 2014 18:08

              Pile poil ! bonne dissertation le style est meilleur que chez l’ex, 18/20 vous passez le bac, malheureusement inutile de nos jours.....


            • Gérard Luçon Gérard Luçon 11 septembre 2014 06:14

              Cui bono ? A personne car c’est l’ensemble de la classe politique qui est discréditée, à peine sorti le livre c’est un secrétaire d’état qui doit démissionner, à peine sa démission enregistrée c’est Fleur Pellerin suspectée d’avoir passé ses vacances chez un client, à peine cela fait c’est un secrétaire d’état aux A.C. suspecté d’avoir accordé des marchés publics à des proches, à peine cela sorti c’est Aquilino Morelle qui déclenche une salve d’artillerie ... en attendant bien entendu le retour de la guerre au sein de l’ump


            • micmousse micmousse 10 septembre 2014 19:01

              Pas compris : descendant de qui , de quoi ? ,le reste je suis d’accord et as surpris , sinon je peux pas en rire j’ai les lèvres gercées et le dentier qui se fout la malle smiley


              • hunter hunter 10 septembre 2014 19:48

                Un con-descendant ? c’est en rapport avec sa côte de popularité, c’est ça ?

                 smiley

                Ok je sors ...

                Adishatz

                H/


                • Irina leroyer Irina leroyer 11 septembre 2014 01:14

                  Il faut distinguer les hommes politiques, qui ont un pouvoir apparent (comme Flamby ou Sarko), des membres de la fonction publique, qui ont le pouvoir effectif comme une sorte de néo Nomenklatura.

                  L’état peut être assimilé à une entreprise qui n’a pas de finalité claire, et dont les « employés » (faute de concurrence et à cause de l’impuissance des « actionnaires »-citoyens) en viennent à servir non pas les individus (service public), mais eux-mêmes. C’est une oligarchie de hauts fonctionnaires qui détient alors le pouvoir réel ou règnent en maîtres le népotisme, la corruption et la cooptation ; de l’extérieur, leur action semblera relever de l’inaptocratie, car leur compétence se limitera à permettre au système de perdurer tel qu’il est, afin de continuer à favoriser leur caste. Tout homme politique qui se risquerait de s’opposer ou d’affronter cette nouvelle « NOMENKLATURA » serait immédiatement balayé !
                  la marge de manœuvre de tout nouvel élu est donc extrêmement réduite....

                  Irina

                • Gérard Luçon Gérard Luçon 11 septembre 2014 06:17

                  entre autres ... il peut aussi être devenu « le con » des sans-dents


                • BA 10 septembre 2014 20:29

                  Mercredi 10 septembre 2014 :

                  Le secrétaire d’État chargé des Anciens combattants et de la Mémoire est soupçonné d’avoir favorisé les sociétés de proches parents, dont son frère, dans l’obtention de contrats en Midi-Pyrénées.

                  Difficile semaine pour le gouvernement. Après la démission de l’éphémère secrétaire d’État au Commerce extérieurThomas Thévenoud pour des problèmes - entre autres - fiscaux, voilà que c’est désormais Kader Arif qui se trouve au coeur de la tourmente.

                  Une enquête préliminaire sur des passations de marchés entre la Région Midi-Pyrénées et des sociétés appartenant à des proches parents du ministre délégué aux Anciens combattants et à la Mémoire a été ouverte ce mercredi à Toulouse. « On a une dénonciation circonstanciée de certains faits. J’ai le devoir de vérifier ce qu’il en est », a précisé le procureur de la République Michel Valet, tout en appelant à la plus grande prudence quant à l’issue de ces investigations, confiées à la police judiciaire de la ville rose.

                  Dès lundi, des élus du groupe d’opposition au sein du Conseil régional socialiste de Midi-Pyrénées « signalaient » des « anomalies dans les relations contractuelles existant entre la Région et certaines sociétés ».

                  De même, Le Canard Enchaîné faisait état, mardi, de « La petite Bygmalion du PS cassoulet », évoquant la « chance insolente dont bénéficie AWF (une société dirigée par des proches de Kader Arif, NDLR) dans les appels d’offre ».

                  Près de 2 millions d’euros de contrats.

                  De son côté, la Région Midi-Pyrénées, présidée par Martin Malvy, a toutefois fermement démenti auprès de l’AFP toute malversation dans ce dossier, et menacé de poursuites « toute insinuation » suggérant « le moindre favoritisme ». « Aucun membre du gouvernement n’est intervenu directement ni indirectement pour favoriser l’attribution d’un marché qui concerne la région et elle seule », précisait-elle ainsi dès mercredi après-midi au Monde .

                  C’est la société AWF, qui s’occupe de l’éclairage et de la sonorisation de cérémonies ou de colloques, et qui est notamment gérée, à en croire Le Canard Enchaîné, par le frère, la belle-soeur, le neveu et le cousin de Kader Arif, qui est ici visée. Au total, il s’agirait de 2 millions d’euros (1.730.000 € selon Le Canard Enchaîné) de contrats que la société AWF aurait engrangé de la Région depuis 2008.

                  http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/09/10/01016-20140910ARTFIG00400-kader-arif-ouverture-d-une-enquete-preliminaire-sur-l-attribution-de-marches-a-des-proches.php


                  • Gérard Luçon Gérard Luçon 11 septembre 2014 06:22

                    entre temps il y a eu Fleur Pellerin et ses vacances en Corse chez quelqu’un qui pourrait être ou avoir été un client

                    et ce matin c’est Aquilino Morelle qui « balance »


                  • bakerstreet bakerstreet 11 septembre 2014 09:33

                    Moi, c’est plus fort que moi, sans doute un travers psychologique, qui explique peut être d’ailleurs pourquoi je travaille dans le soin, j’ai tendance à prendre la défense de ceux à qui on envoie des tomates pourris sur la gueule.



                    Hollande, sa part d’intelligence est sans doute déconnecté par ses choix amoureux, la mienne l’est autant quand il s’agit de maltraitance. 

                    Et pour le coup, ce bouquin nauséeux dont je ne boufferais pas la moindre page m’incommode déjà des ces relents, à cent mètres de la boutique du libraire où l’on vous vend cette daube en se bouchant le nez ;

                    « C’est pour consommer maintenant, ou pour offrir ? »
                    Ce livre va forcément augmenter le PIB du pays, mais le faire glisser au niveau de l’indice du bonheur.

                    J’ai beau ne pas être d’accord avec la vision économique du bonhomme, et ses glissades de libéral sur l’air de la west side story qu’il veut nous imposer, je tache de me garder de pas tout mélanger, et de garder certaines valeurs. 

                  • Gérard Luçon Gérard Luçon 11 septembre 2014 11:31

                    personnellement j’aimerai bien pouvoir virer « zizi rider » par sms !


                    • vachefolle vachefolle 11 septembre 2014 00:10

                      Hollande, le condescendant, au plus bas....


                      • vachefolle vachefolle 11 septembre 2014 00:17

                        Il y aura la révolution en France lorsque le taux de chômage dépassera la popularité de Flamby.
                        Il lui reste encore quelques mois. 13% vs 10%.

                        Je pense que le PS fera tomber valls en mai l’année prochaine, pour jouer la cohabitation.


                        • Irina leroyer Irina leroyer 11 septembre 2014 01:03

                          nous baignons dans l’inaptocratie !


                          nos concitoyens sont malheureusement trop immature pour comprendre ce que c’est !

                          Irina

                          • claude-michel claude-michel 11 septembre 2014 07:44

                            En effet...Hollande est bien le « Con-Descendant »...dans les sondages.. !


                            • bakerstreet bakerstreet 11 septembre 2014 09:18

                              Il semble bien que vous donnez tout crédit à cette dame, si l’on peut appeler ainsi cette harpie. 


                              Cette déclaration « sans dents », me parait bien un bon coup éditorial, afin de recycler des stocks de papier cul, en ouvrage de librairie, ce qui d’ailleurs explique pourquoi les libraires se bouchent le nez. 

                              Bien sûr, les choix amoureux de notre homme ne sont pas à mettre vraiment à son avantage.

                              Il semble bien que notre part d’intelligence est quelque peu déconnecté parfois par nos hormones ; manifestement il n’a pas vu le sens interdit, dans sa robe rouge, que la plupart de nous avaient déjà vu, avant que ce panneau ne commence à envoyer des tweeds à tout vent, et des vents ...Comme le faisait autrefois le dictionnaire Larousse. : 
                              « je sème à tout vent » était une belle formule ; elle consacrait le triomphe de l’intelligence et de l’ouverture. 

                              Ah, l’ouverture....
                              A mon avis, « le sans dents » , représente bien plus une projection méprisante de celle qui nous a sorti la formule, nous représentant ainsi ses inspirations personnelles. 
                              Cette dame nous apprend qu’elle a évolué dans un milieu modeste, où l’on ne mangeait pas du « vrai nutella »
                              Grâce aux profits vertigineux de ce bouquin, qu’on prend du bout des doigts, elle pourra se pourlécher maintenant de « vrai nutella »
                              Voilà une vraie victoire.
                              Bien que le nutella est une couleur fâcheuse, là aussi très signifiante. 
                              Pas besoin de s’allonger sur le divant pour voir ces choses ; je parle de divan, pas de lit bien sûr.

                              DSk aimait aussi les « sans dents », mais pas pour les mêmes raisons.

                              En Hollande il existe des femmes de petites vertus, comme on disait jadis, officiant dans des boutiques. 
                              « De petites vertus », c’est vite dit. Elle vous en donne pour votre argent, et ne vont pas écrire de daube sur ce que vous leur chuchoterez à l’oreille, quand vous perdrez la tête, pour le peu que vous laissiez aller.
                              Bon, moi, je ferme boutique

                              • Fergus Fergus 11 septembre 2014 10:03

                                Bonjour, Bakerstreet.

                                Entièrement d’accord, quoi que l’on puisse penser de la politique mise en œuvre par Hollande (et que je désapprouve). « Harpie » est en, effet le mot qui m’est venu à l’esprit et que j’ai déjà employé à plusieurs reprises pour qualifier l’auteure de ce torchon vengeur qui veut non seulement se venger d’une humiliation (bien réelle) mais aussi torpiller la carrière politique d’un homme élu à la présidence par des millions de français qui n’ont rien à voir avec ce pugilat domestique. Cela relève d’une irresponsabilité et d’une perfidie sans précédents à ce niveau.


                              • Fergus Fergus 11 septembre 2014 10:05

                                Un sondage CSA, rendu public hier soir, montre que 67 % des Français désapprouvent la démarche de Trierweiler. Voilà qui est plutôt rassurant !


                              • alinea alinea 11 septembre 2014 10:11

                                Didier Porte sur Mediapart a fait une belle critique de l’ouvrage ! smiley


                              • Gérard Luçon Gérard Luçon 11 septembre 2014 11:25

                                en général quand il y a un conflit en deux personnes, les deux ont leur part de responsabilité, sauf que l’une est chef d’Etat et nous a asséné du « moi président »

                                quand à la modestie de la famille Massonneau d’Angers, des banquiers qui font faillite ne vont quand même pas à la soupe populaire, mais c’est rare, un banquier qui fait faillite ...

                                l’appellation « harpie » me convient aussi, dommage qu’Esope ne soit plus, il aurait pu nous en tirer une fable !


                              • Gérard Luçon Gérard Luçon 11 septembre 2014 11:30

                                67% de ceux qui ont lu cette œuvre majeure ? Ou juste ceux qui ont écouté la presse et les politiciens indignés ....

                                Moi personnellement j’approuve, l’autre « moi président » n’avait qu’à se tenir au lieu de nous la présenter, aller forniquer rue du Cirque puis la larguer comme une vieille chaussette, un ami parlait de la 5ème république comme étant celle de la dynastie des Roubignolles, vu l’après de Gaulle j’ai tendance à penser que la dynastie s’accroit alors que nous aurions pu espérer que l’effet se recule


                              • bakerstreet bakerstreet 11 septembre 2014 13:16

                                Mieux que Tiperware, 

                                Tierwiller à l’art de mettre les gens en boite, sans s’occuper des arts de la table, tout en fauchant les couverts en argent ( c’est bien sûr une image dans un ouvrage qui doit ne pas en contenir beaucoup)


                              • bakerstreet bakerstreet 11 septembre 2014 13:24

                                « La larguer comme une vieille chaussette »

                                Quelle blessure narcissique remonte ainsi à la surface, pour remonter par l’escalier de service des expressions et des valeurs si éculées ?

                                Cette dame n’est pas Cosette, et monsieur n’est pas Tenardier. 

                                Il y en a qui envoie du vitriol à la la figure du largueur, d’autres qui le descendent.
                                Celle ci a choisi les deux modes, au figuré bien sûr. 

                                Holland aurait du être plus prudent, mais on ne l’est jamais tout à fait dans les affaires amoureuses
                                Regardez les pauvres crapaud : Ils se font écrasés par les bagnoles pour aller forniquer de l’autre coté de la route, dans la mare , à la saison des amours

                                L’amour a différents chants, et autant de déclinaisons, qui vont du pâmoison, au cri d’épouvante de certaines mantes religieuses, se faisant transpercer par la femelle, après l’acte. 
                                Mais peut être y a t’il des morts plus horribles ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès