Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Homosexualité programmée

Homosexualité programmée

Obsolescence programmée de l'enfance équilibrée ?

La loi sur le « mariage pour tous », notamment en son volet « adoption » serait-elle un véritable instrument d’homosexualité programmée ?

Un instrument d'obsolescence programmée de l'enfance équilibrée ?

Dans cette école à majorité d'enfants adoptés par des couples homosexuels, le directeur, assis en bout de table a, depuis une vingtaine de minutes une folle envie de quitter la salle. Cela fait vingt minutes qu’il n’arrive pas véritablement à comprendre ce que ses collègues, profs d’écoles, ont derrière la tête ni même où ils veulent en venir.

« Le petit Vincent en CP2, s’exclame la prof d’arithmétique, m’appelle monsieur et quand je lui dis qu’il doit m’appeler madame ; il fait la moue et me jette un regard comme s’il ne comprenait pas et qui semblait dire « pourquoi ?  ». Chez lui son père c’est sa mère. Alors ?

« Moi, ce qui m’inquiète renchérit aussitôt le prof de français, c’est la petite Josée, elle n’arrive pas à assimiler la conjugaison des verbes et s’emmêle dans les accords en genre. Elle me dit que son papa, qui est aussi sa maman…enfin sa maman qui est son papa sont les mêmes. Donc le masculin est inutile à « conjuguer », puisque les deux sont (conjugalement) identiques.  »

« Je n’arrive pas à faire comprendre à mes élèves ce qu’un foyer veut dire, s’exclama l’éducatrice. La notion de père et de mère est confuse. « Une mère ça a une barbe ?  », me demande le petit François. Désemparée, je lui réponds, oui, si ta « mère » est un homme. Alors il me dit alors j’ai deux mères ... “

« Il faudrait dire que la situation est beaucoup plus critique dans les classes supérieures, fait remarquer le prof de CM2. Dès l’entrée en salle de classe, les enfants se regroupent suivant leur sexe. Les filles avec les filles et les garçons avec les garçons. Leur éducation, à travers leur adoption par des couples gays leur a transmis une forme de discrimination involontaire. La préférence qu’ont les filles pour les filles en classe, n’exclue cependant pas les garçons mais ils se sentent mieux entre eux. »

« Les filles adoptées par des couples masculins ne dissimulent pas un véritable besoin de « maternité », c’est alors qu’elles se replient vers les autres filles à la recherche de « je ne sais quoi » me dit l’une d‘entre-elle. Je crois que ce « je ne sais quoi » ; n’est probablement que la recherche d’une présence maternelle. »

« Mais dans notre école il y a quand même des enfants à parents biologiques ou adoptants hétérosexuels, quel est alors leur comportement ? Demanda le directeur de l’école. »

« En début d’année où les enfants cherchaient à se connaitre, répondit la surveillante générale de l’école, la situation n’avait rien de particulier, jusqu’au moment où les enfants commençaient à se parler. « T’as pas de papa ?  », « T’as pas de maman » ? « C’est toujours ton père qui vient te chercher, t’as pas de maman ? ». Les enfants adoptés par des couples hétéros ne cachaient pas leur gène et souvent s’isolaient des autres pour éviter ces questions. A la fête des mères et celle des pères, ou des anniversaires les invitations ne pleuvaient pas. Les enfants de couples hétéros sont très peu portés à aller rendre visite aux enfants adoptés par des couples homos, non pas parfois qu’ils ne le veulent pas mais parce que leurs parents y mettent un bémol. »

Des parents interrogés affirment que c’est « indécent »de laisser son enfant chez un couple gay. Il risque d’être « choqué »ou au pire en revenir avec un comportement « bizarre ». Il risque de prendre de la « graine homo ».

« Vous n’avez pas dans vos classes des copains fille-garçon, demanda le Directeur de l’Ecole ? »

« Si, répond l’Educatrice, mais ils se sentent marginalisés et finissent par se cacher pour se voir ; c’est en tout cas ce qui ressort de mes observations répond l’éducatrice. »

                                   ******

Ceux qui lisent cet article ont bien entendu compris qu’il s’agit d’un conseil de classe fictif. Cependant, il se pourrait bien que dans le futur proche de telles interrogations se poseront suite à l’application de la loi sur le « mariage pour tous » et notamment son volet relatif à l’adoption.

En laissant de côté les conjectures, il y a un constat qui va modeler l’avenir et la personnalité d’enfants adoptés : leur adoption par un couple homosexuel (masculin ou féminin).

Cette adoption ne va-t-elle pas avoir des conséquences imprévisibles sur le comportement de l’enfant  ?

L’enfant (fille) adopté par un couple homosexuel male ne va-t-il pas rechercher ce qui est naturel chez elle le besoin d’une mère (présence et tendresse maternelle) ? Elle aura donc à orienter son affectif vers les filles. D’où une homosexualité femelle possible.

De l’autre côté, le garçon adopté par un couple homosexuel femelle ne va-t-il pas rechercher ce qui est naturel chez lui : le besoin paternel (présence et exemple paternel) ? Il aura donc à orienter son affectif vers les garçons pour combler ce manque. D’où homosexualité male possible.

Ainsi tant pour la fille que pour les garçons adoptés, le manque affectif sera réel et déclenchera probablement une homosexualité programmée.

En fait la loi sur le « mariage pour tous » risque de produire les effets contraires de ce qui attendu. Elle n’aura pas eu pour objectif de réduire les inégalités et les discriminations envers les homosexuels mais aura contribué à déstabiliser les structures familiales d’une société et , tout en constituant une atteinte flagrante au droit de l’enfant, d’avoir un foyer naturel de père et de mère, l’aura condamné pour le futur à devenir homosexuel sinon à vivre dans un environnement homosexuel qui ne sera pas sans conséquences sur lui.

De ce point de vue, la loi sur le « mariage pour tous », notamment sur son volet « adoption » serait-elle un véritable instrument d’homosexualité programmée pour les générations futures ? Et si le Conseil Constitutionnel a lié cette adoption au « seul intérêt de l’enfant », il est des intérêts naturels issus de la nature même de l’homme, avoir un vrai père et une vraie mère que ni le législateur, ni le politique n’a à en juger. Cela ressort de la nature humaine et des fondements humains de la société et tout acte contre-nature, législatif fût-il, est une atteinte flagrante à une éthique universelle qui transcende les nations : l’humain, être issu et se développant dans un foyer homme et femme.

Certes, l’homosexualité existe dans la nature. Reconnaître légalement aux homosexuels leurs droits à une vie de couple permettant l’entraide et le soutien ainsi que les droits attachés à la vie en commun, n’est pas en soi une « hérésie » pour tout esprit laïc. Le droit modelant l’évènement, le consacre aussi quand, socialement, il s’impose.

Cependant lorsque le droit devient un instrument d’aliénation de droits de groupes (notamment faibles et vulnérables, ici les enfants) au nom de droits d’autres groupes, il en résulte pour la société des conséquences incalculables. Ainsi reconnaitre aux couples homosexuels le droit d’adoption est une atteinte flagrante aux droits de l’enfant. Car le droit d’adoption concerne davantage le devenir de l’enfant lui-même que le manque de « paternité ou maternité » du couple adoptant.

Hélas ! L’enfant n’est pas consulté dans cette loi sur le mariage pour tous (le pourrait-il si ce n’est à travers un référendum national ?). Les enfants (notamment mineurs) sont alors sacrifiés aux intérêts politiques « majeurs » du moment.

Comme le disent si bien les détracteurs de la loi sur le mariage pour tous, un enfant a besoin d’un foyer naturel, d’un père et d’une mère. Le confier à un couple d’homosexuels (homme-homme/femme-femme), détruira dès son plus jeune âge la notion même de famille (qui se définit par les qualités naturelles d’une mère et celles d’un père) qui lui transmet son être et sa sensibilité (garçon ou fille) ; et au-delà détruira la conception même de société et de son propre équilibre humain.

Comme pour l’enfant biologique d’un couple, l’enfant adopté a droit à un père et une mère adoptants. La loi sur le mariage pour tous dans son volet adoption est un instrument de développement d’une homosexualité programmée.

Si le législateur français a adopté la loi sur « le mariage pour tous », il n’a pas échappé à sa composition politicienne d’une législature qui l’ y a poussé contre toute logique sociétale et si les sages de la République, s’en sont tenus au formalisme des droits de l’homme et au respect de la constitution, ils ont depuis longtemps oublié qu’il y a un droit naturel qui aurait pu les empêcher de valider une disposition sur l’adoption en se dissimulant sous l’hypothétique argument de « l’intérêt de l’enfant ». Sans père et mère adoptifs, quelle que soit la décision du service social de l’enfance, qui va placer l’enfant, son premier droit est d’être adopté par un couple hétérosexuel, cette loi a, hélas, porté atteinte à ce droit et remis en cause les fondements même de la société.

L’homosexualité naturelle, doit donner des droits de protection au couple homosexuel dans ses membres et ses biens. Cependant elle n’ouvre aucun droit à une adoption qui par définition doit se faire dans un milieu familial naturel, père (au masculin), mère (au féminin). Dans l’adoption d’un enfant pas des homos on sacrifie l’affectif de l’enfant et la construction de sa personnalité (par le père et la mère de concert) au besoin d’une « paternité » ou d’une « maternité » homosexuelle contre-nature.

Et il n’est nulle part démontré que l’homosexualité n’est pas favorisée par l’éducation et l’environnement familial de croissance et de développement de l’enfant. Alors la loi véhicule une homosexualité programmée. Et si l’homosexualité est une acquisition génétique, alors la loi a fondamentalement porté tort à l’enfant adopté puisqu’elle lui a enlevé le droit d’avoir un foyer pour son développement naturel.

Homosexualité programmée, obsolescence programmée de l’enfance équilibrée.

Pr ELY Mustapha


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 21 mai 2013 11:38

    Mais quel galimatias que cet article !

    Maintenant, je vais faire une remarque au niveau de cet article. C’est une très bonne chose si il y a de plus en plus d’homos.

    En effet, par définition, ceux-ci ne se reproduisent pas et la baisse de la population mondiale ne peut avoir que des effets bénéfiques sur l’environnement.

    Au contraire des monothéisme (entre autres, christianisme, islamisme, judaïsme) anti-homo, mais qui par leur injonction du « croissez et multipliez » sont en train de foutre en l’air la planète.

    Une dernière remarque, je suis hétéro, ni fier ni honteux de l’être, c’est comme ça. J’imagine que c’est la même chose pour les homos.


    • appoline appoline 21 mai 2013 18:09

      Ils ne se reproduisent pas ? Pire, ils vont pouvoir adopter ; enfin pas dans tous les pays et je pense aussi, que chez nous, certains établissements vont freiner des quatre fers (pour le prouver, tintin).


      De par leurs moeurs légères, jamais il ne faudrait confier un enfant aux couples homos hommes ; nous savons que seuls 20 % des couples homos hommes ont une vie de couple sereine, les autres, ma foi, préfèrent les salles de cinés et les aires d’autoroute pour se faire du bien.
      Pour un enfant, il est déjà difficile d’imaginer ses parents faire l’amour, alors allez expliquer à un enfant que son père qui est aussi sa mère a du mal à s’asseoir parce que son arrière-train a été trop sollicité la nuit par la mère qui est aussi son père. On s’y perd je vous l’accorde.
      Quant aux lesbiennes, nous avons aussi de beaux spécimens, là c’est plus compliqué pour l’enfant de repérer la mère, vu que les deux, si elles ne sont pas bâties comme des déménageurs, cherchent à leur ressembler, point trop de féminité

    • Macaque 21 mai 2013 19:43

      Déjà que dans le genre préjugé et stéréotype affligeant l’article fait pas mal, mais avec votre commentaire Appoline on atteint apogée !!
      Mais je vais en revenir à l’article, j’espère que la majorité des gens seront interpréter votre commentaire d’eux mêmes.
      Sur le premier point, avoir deux parents du même sexe n’empêchera pas les enfants de savoir ceux qu’est un homme et une femme. Je pense même qu’au contraire ils seront probablement en moyenne plus informés sur l’identité sexuel que les autres.

      Avant tout les enfants seront qu’un foyer et une famille c’est des gens qui s’aiment et se protège.
      Les points que vous abordez ensuite relève du problème de l’homophobie et non de homoparentalité, et luté contre l’homophobie passe aussi par la reconnaissance de leur statut de couple.
      Par ailleurs vous oubliez que les enfants de couples homosexuels existent déjà,

      Chaque parent est différent, certaines femmes travaillent et on peu de temps pour leur enfant alors que leur mari s’occupent de ceux-ci. Votre discours n’est pas loin de celui-ci imposant aux femmes de rester au foyer. Vous enfermez les gens dans des stéréotypes.
      Toutes les mères et tous les pères sont différents et il y a dix milles raisons pour lesquelles un couples hétéro ou homo peut devenir de mauvais parents ou de bon parents.
      Certains enfants ne se « développe » pas bien parce que leurs parents sont trop protecteurs, d’autres à l’inverse parce qu’ils ne s’occupent pas assez d’eux. Certains parents enferment leurs enfants dans des pratiques religieuses très contraignantes, d’autres les élèvent avec des idées racistes.
      Certains parents sont moins instruits que d’autres, d’autres gagnent moins d’argent, d’autres ne voyagent jamais.
      En bref chaque couple de parent est différent et chaque enfant est différent, et vous souhaitez réserver l’adoption à certains couples sur ce qui vous semble un de ces critères.
      Maintenant si vous voulez être juste soit vous faites des études pour voir l’impact de chacun et vous ne prenez en compte que ceux qui compte le plus (en en faisant une moyenne). Soit vous en prenez un qui vous dérange et l’ériger en critère indispensable.

      Vous dîtes :
      "Hélas ! L’enfant n’est pas consulté dans cette loi sur le mariage pour tous (le pourrait-il si ce n’est à travers un référendum national ?). Les enfants (notamment mineurs) sont alors sacrifiés aux intérêts politiques « majeurs » du moment."
      Pour l’intérêt de l’enfant, il me semble que les études scientifiques les montreront bien mieux que vos préjugés.
      Mais en il me semble qu’en parlant d’intérêt politique vous butez sur un obstacle majeur. Car si cette mesure a été faite pour séduire l’électorat, alors le gouvernement n’est vraiment pas doué. Mais peut être que cette loi est-elle mise en place justement parce que l’on a pu juger qu’elle était bonne pour la société et que c’est le rôle d’un gouvernement d’agir ainsi ?

      PS : bien que ça n’est aucune valeur, je n’ai moi non plus aucun intérêt personnel à défendre le mariage pour tous, si ce n’est celui de défendre ce qui me semble juste.


    • Macaque 21 mai 2013 20:33

      Désolé pour mes nombreuses fautes d’orthographes, la forme n’y était pas mais lire votre article m’a tellement désespéré que j’ai réagit un peu trop rapidement.

      Si vous voulez comprendre mon désespoir, remplacer couple homoparental par couple de personnes de couleurs dans la partie "Des parents interrogés affirment que c’est « indécent »de laisser son enfant chez un couple gay. Il risque d’être « choqué »ou au pire en revenir avec un comportement « bizarre ». Il risque de prendre de la « graine homo ».« .
      C’est clairement l’argument »il y a des gens racistes donc interdisons aux personnes noires d’adopter parce que leurs enfants pourraient en souffrir".

      Mais si cela vous parle plus, vous pouvez aussi remplacer cela par personne au physique considéré comme ingrat par la société actuelle, ou par personne exerçant une profession mal perçue.
      C’est vrai quoi, si un parent est moche les autres enfants vont se moquer et si les parents des autres ne veulent pas des fils d’un flic chez eux il sera rejeter.

      Je vous propose une solution contre ça, stérilisons les personnes homophobes ou plus généralement intolérantes et interdisons leur l’adoption au cas où.


    • appoline appoline 22 mai 2013 12:48

      Macaque, 


      Vous supputez, vous supputez, il n’y a pas d’étude sérieuse sur le sujet mais compte tenu des difficultés de plus en plus grandissantes des enfants des couples hétéros à supporter et l’autorité et les valeurs, vous n’imaginez même pas des dégâts que cela peut engendrer.

      Les enfants, ces chères têtes blondes sont impitoyables, vous n’avez jamais entendu à la sortie d’école : regarde la grosse vache, t’as vu sa mère c’est une alien, oh la grosse dég.....etc. Si les gays et lesbiens étaient de bonne foi, ils en parleraient. Les enfants épongent les penchants des parents, c’est ainsi

    • Macaque 22 mai 2013 19:24

      Mais c’est justement vous qui supputez. Vous voulez interdire l’adoption aux homosexuels simplement à partir de vos idées préconçues.
      Si on suit les exemples que vous donnez (et c’est exactement ce que je disais), on devrait interdire l’adoption au gens moches (critère laisser à l’appréciation des personnes responsables de décider de l’adoption ^^).

      Est-ce que l’article demande à ce que l’orientation sexuel soit un des critères parmi d’autres permettant de juger de la qualité d’accueil potentiel d’un couple ? Non il demande juste l’interdiction totale de l’adoption aux couples homosexuels.
      Est-ce que l’article demande à ce qu’on fasse des études plus approfondies parce que les études existantes ne lui semblent pas l’être assez (et justifie au passage un minimum pourquoi elles ne le sont pas) ? Non, il dit simplement que selon lui c’est le critère absolu de l’intérêt de l’enfant donc qu’il faut interdire l’adoption à ces personnes.

      Vous voyez pourquoi vos arguments ne peuvent pas être crédibles : ils reposent uniquement sur vos préjugés et ne sont prêt à considérer aucune nuance.

      Oui les enfants se moquent les uns des autres et pour des tas de raisons différentes. Vous ne changerez pas ça en essayant de supprimer toutes les raisons pour lesquelles ils pourraient se moquer. On n’apprend pas la tolérance aux enfants en les mettant dans un cadre où il ne voit que des gens identiques.
      Essayez de mettre tous les enfants aux cheveux roux dans une école et tous ceux avec une autre couleur de cheveux dans une autre. Vous pouvez être sûr que vous créerez une nouvelle forme d’exclusions et que l’on se moquera toujours des enfants roux quand on les croisera en dehors de l’école.

      Pour ma part je ne dis pas que tous les couples homosexuels feront de meilleurs parents que les couples hétéro, je dis simplement que je suis persuadé que certains couples homosexuels feront des meilleurs parents que certains couples hétérosexuels et donc qu’il serait injuste d’interdire l’adoption à tous le premiers groupes alors qu’on l’autorise à ceux du second.

      Est-ce qu’en moyenne un couple homo sera un peu meilleur ou peu moins bon, je n’ai pas la capacité de l’évaluer moi même. Mais il me semble que les études disent qu’il n’y a pas de différence sensible et je ne pense pas que le bien être d’un enfant soit une chose que l’on puisse mesurer avec précision et exactitude. C’est cela qui justifie que soit contre interdire l’adoption aux couple homoparental.

      Et tous les couples homosexuels ne voudront pas adopter. Ceux qui seront prêt à affronter tous le parcourt nécessaire à l’adoption seront ceux qui veulent élever un enfant du mieux qu’ils peuvent et seront prêt à lui donner tout leur amour.
      Peut être qu’une des causes « des difficultés de plus en plus grandissantes des enfants des couples hétéros à supporter et l’autorité et les valeurs » vient de parents hétéros qui se retrouvent avec un enfant qu’ils n’ont jamais voulu et ne sont pas vraiment prêt à s’occuper. Au moins l’adoption évite cette situation.


    • foufouille foufouille 21 mai 2013 12:13

      « C’est une très bonne chose si il y a de plus en plus d’homos. »
      peu possible, c’est pas contagieux


      • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 21 mai 2013 12:21

        @ amiaplacidus


        « Galimatias » pour vous, mais réflexion d’un auteur qui veut simplement dire : « je ne suis ni pour ni contre les homosexuels auxquels il faut garantir des droits civils, mais je suis contre qu’on confie un enfant en adoption à un couple homosexuel. Il n’y va ni de son intérêt ni de celui de la société.Et qu’il ne faut pas sacrifier l’intérêt supérieur de la société aux intérêts politiques du moment. » 
        C’est clair c’est limpide, c’est expliqué. A chacun de commenter comme il l’entend. 



        • Mmarvinbear Mmarvinbear 21 mai 2013 14:56

          Une famille, c’est un papa qui égorge, et une maman qui noie, et pas autrement !


        • hunter hunter 21 mai 2013 15:17

          Pas forcément ! maman peut aussi congeler plutôt que noyer !

           smiley

          H /


        • antyreac 21 mai 2013 16:38

          Il ne faut pas oublier les famille politique célèbre telle que Ernest Rehm et Adolf hitler 

          Rehm homo de son état aengendré avec son complice Adolf le nazisme qui lui a fauché des nombreuses familles hétéros...

        • appoline appoline 21 mai 2013 18:12

          Antyréac,


          Vous avoir été bercé trop près du mur. N’ayez pas peur d’Adolf, son clône ne risque pas de vous sauter au nez,

        • Cocasse Cocasse 21 mai 2013 13:03

          Trois questions dont la réponse est juste affaire de bon sens, depuis que le monde est monde, la terre tourne, et l’être humain la foule.

          Trois fois OUI.
          Quant les idéologies mènent au déni de réalité, le pire peut advenir.

          • volpa volpa 21 mai 2013 15:35

            Conclusion : Retournons à l’âge de pierre.


          • gordon71 gordon71 21 mai 2013 15:42

            à lâge de pierre ?


            pas de souci, encore quelques initiatives du même tonneau que le mariage gay, 

            quelques institutions à dégommer, après l’autorité, l’armée, la famille

            l’âge de pierre on y va tout droit....

          • nemotyrannus nemotyrannus 21 mai 2013 18:09

            Faut pas prendre nos ancêtres pour des con non plus.

            On sait pas QUI féconde mais QUOI , ça oui.

            En voyant le machin sortir du truc pour aller dans la dame , il y a bien un moment où l’on s’est dit que , tiens donc , c’est peut-être moi...


          • appoline appoline 21 mai 2013 18:15

            Voyez dans certains clubs ce qu’il s’y passe, ces messieurs essaient encore et encore, mais jusqu’à présent, aucune grossesse n’a été répertoriée. Courage messieurs, persévérez, ça ne devrait pas tarder à arriver


          • gordon71 gordon71 21 mai 2013 18:57

            trop bon ....

             smiley

          • COLRE COLRE 21 mai 2013 13:20

            Vous êtes donc pour retirer la garde d’un enfant à son parent s’il vit en couple avec une personne de même sexe ?


            • Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 21 mai 2013 13:37

              Non...mais pourquoi reconnaitre le statut de « parent » au partenaire de la mère/du père biologique de l’enfant..... ? Dans un couple hétérosexuel, ce conjoint a le statut de beau-parent, terme qui marque tout autant la non filiation que la reconnaissance de l’autorité, de la responsabilité, de l’éducation. Quel besoin d’aller créer de toutes pièces un statut artificiel de « parent » allant à l’encontre du bon sens biologique le plus primaire.... ?


            • COLRE COLRE 21 mai 2013 14:53

              « non », dites-vous, ben si… 

              L’auteur dit qu’un enfant doit vivre dans un « milieu familial naturel, père (au masculin), mère (au féminin) » sous peine d’être sacrifié. Or, dans un couple homosexuel, l’enfant ne sera donc pas éduqué selon vos principes moraux.

              Que proposez-vous pour empêcher cela, situation que vous jugez donc gravissime pour l’intérêt de l’enfant ?


            • Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 21 mai 2013 15:36

              L’enfant « doit » vivre avec, comme repères, un père et une mère.
              Dans le cas, comme je le disais, d’un couple hétéro dont l’un des individus n’est pas le parent biologique de l’enfant, ce même individu devient « le beau-parent », les cas d’adoption restant rares et anecdotiques, et l’enfant garde de ce fait un lien social et/ou intellectuel et/ou affectif avec ses deux parents séparés.
              Dans le cas d’un couple homo, le conjoint de l’individu parent devient lui même parent de plein droit, coupant de ce fait toute relation, même subconsciente, de l’enfant avec ses père et mère, faisant de lui un enfant spécifiquement conçu pour être adopté et le plaçant ab initio dans une situation familiale aménagée de façon tout à fait artificielle...
              Si cela ne vous choque pas, ou ne vous engage pas, pour le moins, à vous poser des questions qui dépasseraient, le temps de quelques minutes de réflexion, le cadre visiblement circonscrit et bien établi de vos certitudes, alors la conversation est inutile...


            • COLRE COLRE 21 mai 2013 16:24

              Le problème, comme toujours ici, c’est que vous ne répondez pas à la question, ou alors à côté, ou alors par ignorance, fantasme, angoisse…

              1. Si « l’enfant ’doit’ vivre  avec, comme repères, un père et une mère », je répète : vous êtes bien gentille mais que faites-vous si cela ne peut être le cas ? divorcé(e)s, veuf(ve)s, pères inconnus… Que proposez-vous pour l’enfant dont le parent seul vit désormais en couple avec une personne de même sexe ? Si on ne lui retire pas la garde de son enfant, on fait quoi ?

              2. Il n’existe pas de statut de « beau-parent », inutile d’en faire une solution fallacieuse.

              3. « Dans le cas d’un couple homo, le conjoint de l’individu parent devient lui même parent de plein droit »… c’est FAUX. La situation sera EXACTEMENT la même qu’actuellement. Où avez-vous vu que le nouvel époux d’une mère devient de facto le père adoptif de ses enfants ??

              Bref. Difficile de discuter normalement dans ces conditions.


            • xbrossard 22 mai 2013 15:44

              @colre

              il est évident qu’il ne faut pas retirer la garde au parent de même sexe...mais ce qui doit être une exception ne doit pas devenir le cas standard.

              D’ailleurs la loi ne résout toujours pas plusieurs cas, comme par exemple le cas où le conjoint n’est pas marié. Il aurait mieux valu créer un statut de tuteur pour les enfants, tuteur désigné par le ou les parents et indifféremment du sexe

              de plus, ce que vous décrivez n’a rien à voir avec l’adoption, puisque l’enfant est adopté par 2 adultes qui lui sont étrangers...


            • Claire29 Claire29 21 mai 2013 14:12

              Une question que personne ne pose mais qui finira bien par être posée :


              Le gouvernement prévoit-il des cours d’éducation sexuelle pour les ados qui se posent des questions et ne savent pas s’ils sont hétéros ou homos,comment s’y prendre etc ?

              On n’en a pas fini avec les aberrations de cette loi et ses conséquences chez les jeunes :théorie du genre,PMA,GPA etc.


              • hunter hunter 21 mai 2013 15:21

                Claire,

                C’est déjà prévu : théorie du « gender » pour tous  !

                Simple le NWO non ?

                Be seeing you

                H /


              • appoline appoline 21 mai 2013 18:20

                Ca va être un beau bordel oui, car tous ces cons, n’ont absolument pas mesuré les effets pervers de cette loi. Je dis pervers sans jeu de mots, à comprendre « effets secondaires ». Ils n’ont fait aucune étude sérieuse, ce sont lancés avec leur pseudo superbe sans imaginer une seule seconde qu’ils faisaient encore une connerie.


                Dans quelques années, ils diront, comme pour l’histoire du sang contaminé et son empoisonneur L. Fabius ; ben nous, on savait pas

              • louphi 21 mai 2013 14:37

                Pr ELY Mustapha


                Vos arguments concernant l’homosexualité sont très justes.






                • epicure 21 mai 2013 23:43

                  Sauf que :
                  la sexualité des aprents ne détermine pas celle des enfants, la meilleure preuve c’est que els homos naissent de parents hétéros, , chose que les opposants à la loi aiment bien répéter. De même que le fait d’avoir des parents homos ne fait aps forcément des enfants homos.

                  Donc sur quoi tient l’article ? a part des préjugés exagérés , pas grand chose. ( pourtant la liste des compétences dans la description est imperssionnante )

                  Pour aller plus loin :
                  le pourcentage d’homos ne varie pas beaucoup selon les générations et les populations.
                  Ce n’est pas plus un choix que pour les hétéros.
                  Au lieu de sentir une attirance pour les personnes du sexe opposé, comme la trés grande majorité des ados, ils se sentent attirés par les personnes du même sexe, et pour certains l’aversion de liaison avec des personnes de ’lautre sexe peut être aussi importante que pour les hétéros vis à vis du même sexe.

                  Donc l’homosexualité n’a pas une ’origine culturelle.



                • xbrossard 22 mai 2013 15:48

                  @epicure

                  relisez le dernier paragraphe :

                  "Et il n’est nulle part démontré que l’homosexualité n’est pas favorisée par l’éducation et l’environnement familial de croissance et de développement de l’enfant. Alors la loi véhicule une homosexualité programmée. Et si l’homosexualité est une acquisition génétique, alors la loi a fondamentalement porté tort à l’enfant adopté puisqu’elle lui a enlevé le droit d’avoir un foyer pour son développement naturel."

                  soit c’est culturel, et dans ce cas il y a une influence, soit c’est génétique et dans ce cas on devrait tenir compte de l’orientation de l’enfant et pas celle des parents

                  les études HONNETES (c’est à dire pas celles effectués par le lobby homo) semblent indiquer que l’orientation sexuel des parents joue...


                • Corinne Colas Corinne Colas 21 mai 2013 14:52

                  ... Certains profs sont « précurseurs » ! 


                  L’année dernière dans mon coin, il y en a un qui a expliqué à sa classe d’ados que la sexualité homo faisait découvrir des plaisirs insoupçonnés, qu’il fallait essayer (sic)... et en avant pour l’explication de texte : massage du scrotum etc. Lorsqu’un gamin a dit que cela le dégoûtait, le prof l’a désigné à la vindicte des petits moutons de la classe en le désignant comme homophobe, bonjour les « ouh, ouh » ! Il s’est énervé là-dessus en ne changeant pas d’avis : exclusion de classe, convocation des parents.

                  Cette histoire a fait le tour des défenseurs du gamin et les parents étaient très remontés contre le lycée. Ce qui m’a étonné, c’est qu’il n’y ait pas eu sanction contre ce qui s’appelle du prosélytisme mais l’école est la gardienne de la pensée conforme...

                  J’ai donc du mal à imaginer que la scène de classe du futur en introduction de l’article, puisse être possible. Les enseignants étant les premiers à se jeter dans des combats faussement d’avant-garde, ils trouveront très bien ce nouveau concept de la famille sociologique. 

                  • Claire29 Claire29 21 mai 2013 18:28
                    Heureusement que « les parents étaient très remontés contre le lycée »et qu’ils ont défendu le gamin.
                    C’est bien à eux de prendre la parole pour dénoncer ces dérives que les donneurs de leçon de la gauche bien-pensante se gardent bien de dénoncer !

                    Najat B.ne se gêne pas pour déclarer son indignation et signaler à la Miviludes les mouvements évangélistes qui proposent des thérapies aux homosexuels et bien sûr elle est suivie par tous les médias de cette gauche donneuse de leçon ! 


                  • appoline appoline 21 mai 2013 18:29

                    On a vu ce que ça donnait avec Cohn-Bendit qui paluchait les gamins à peu près sous le même prétexte.


                    Ce professeur a eu beaucoup de chance, car je peux assurer que je l’aurais sorti de sa classe par la tignasse. C’est grave et terrifiant, un professeur ne peut se permettre ce genre d’écart, nous pouvons comprendre pourquoi l’éducation nationale se porte si mal en n’admettant jamais ses erreurs

                  • charles-edouard charles-edouard 21 mai 2013 18:43

                    un tel indidu na pas sa place dans une ecole ’, son comportement s’apparente à du racolage homosexuel
                     se monsieur peut aller se faire mettre si cela lui plaît , mais qu’il laisse les enfants en dehors deçà                       

                    oui avec de tel comportement nous allons vers une homosexualité programmée but recherché part notre gouvernement pro sodomite


                  • Corinne Colas Corinne Colas 21 mai 2013 19:09

                    Petit message aux « moinsseurs »


                    Mea culpa, on vient de porter à ma connaissance une exception (celle qui confirme la règle) la tribune de Gauvin Buriss, professeur de lettres en collège et lycée publics  :

                    Quelques extraits car les bras m’en tombent, je comprends mieux maintenant pourquoi l’extrémisme zélé violente l’esprit des gamins en toute impunité :

                    "Si votre enfant vous demande si vous pratiquez le BDSM (Bondage Domination/Soumission Discipline et Sado-Masochism), ou s’il affirme que « la masturbation est une source de découverte de soi », ne vous affolez pas : c’est qu’il a bien travaillé à l’école ! Après tout, n’est-ce pas ce que l’on demande tous à nos enfants, d’être de bons écoliers appliqués et attentifs ? Vincent Peillon l’a bien compris : « Le gouvernement s’est engagé à s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités ».

                    (..)

                    Que cela plaise ou non à leurs parents, nos collégiens seront, grâce aux interventions des équipes de la « ligne azur » chaudement recommandée par le ministère, incollables sur les « stimulateurs clitoridiens » (p.21), les « sex toys de toutes les formes et de toutes les tailles » et « les godes ceintures » ( p.20). Car « l’inventivité est le maître mot » (p.20) !

                    Et comme tout cela s’adresse à des enfants, on les laisse jouer : « l’entracte » leur permettra d’exercer leur sagacité sur la grille de mots croisés de Clitorina Vaginovskaïa, dans laquelle ils devront placer « baillon, boules, cagoule, cravache, fouet, gode, laisse, martinet, menottes, toy et vibro »… Et si certains, parmi vous, ne connaissent pas le sens de tous ces mots, rassurez-vous, vos enfants vous les expliqueront au retour de l’école 

                    (..)

                    Peu d’écoles – parmi celles financées par l’Etat – échapperont à cette propagande impudique et subversive, car Vincent Peillon a appelé les recteurs à être vigilants quant à l’application de tout cela, et à dénoncer les établissements ou les personnels qui ne mettraient pas en œuvre avec enthousiasme « l’éducation à la sexualité dans tous les milieux scolaires et ce, dès le plus jeune âge ».

                  • Macaque 21 mai 2013 22:03

                    Pouvez vous nous dire où vous avez trouver cela sur le site :
                    http://www.ligneazur.org/
                    Vous essayez de défendre le bien être des enfants ?
                    Il me semble que ce site est là pour les aider à définir qui ils sont, pour les idées à se comprendre, à être mieux dans leur peau, à éviter les risques.
                    Vous préférez sans doute qu’on ne leur parle de rien, qu’on ne leur parle pas du sida, qu’on les laisse découvrir la sexualité seul à travers des films pornos qu’ils finiront toujours par voir que vous le vouliez ou non.
                    Et puis pour les ceux qui ne se reconnaisse pas dans la seule orientation sexuelle qu’on leur présente laissons les souffrir et parfois en venir au suicide, c’est pour leur bien...


                  • Corinne Colas Corinne Colas 21 mai 2013 23:38

                    ici Macaque : http://www.ligneazur.org/Tomber-la-culotte%21


                    cela a fait tellement scandale que la page a été vidée mais si vous voulez voir « tomber la culotte », n’hésitez pas à cliquer sur le lien proposé par ce professeur trop indigné à votre goût sur son article lui-même ou alors allez directement sur http://www.planning-familial.org/sites/internet/files/fsf_brochure_210911_bassedef.pdf

                    « Dans nos sociétés, les caresses et le cunnilingus sont souvent considérés comme des préliminaires à une pénétration vaginale par un sexe d’homme. Cependant, dans la sexualité entre femmes (mais aussi pour certains hétérosexuel-le-s !) les caresses et le cunnilingus peuvent également constituer un rapport sexuel en soi bien qu’il ne soit pas l’unique façon de faire du sexe. Dans la réalité, on rencontrera des femmes qui aimeront et auront des pratiques très différentes et variées.

                    Caresses du corps, du sexe, tribadisme*, cunnilingus, anulingus, pénétration vaginale et aussi anale avec un ou plusieurs doigts, la main ou le poing (fist), avec des sextoys de toutes les formes et de toutes les tailles, avec des godes ceintures… le répertoire des pratiques est vaste, l’inventivité est le maitre mot !

                    Les rapports BDSM* peuvent aussi faire partie de ce répertoire. 

                    Il serait faux de penser que les pratiques BDSM se limitent à se “taper” dessus. Les jeux BDSM donnent la part belle à la mise en scène, aux jeux de rôle (qui n’a jamais rêvé, même secrètement de jouer à l’infirmière, la secrétaire, ou la militaire ?). Il y a autant de pratiques que de pratiquant-e-s, ce qui est BDSM pour nous ne l’est peut être pas pour vous et inversement.
                    Attention, pour être réussi le BDSM doit être cadré, défini et négocié par les partenaires en amont. Il peut être interrompu, quand nécessaire, par l’une ou l’autre des partenaires quel que soit son rôle. 
                    Tout est question de respect et de rapports consensuels. Quelqu’un-e qui est soumis-e à une personne n’aura peut-être pas envie d’être soumis-e par vous, donc avant toute pratique, discutez-en. »

                    Non, on ne les laisse pas découvrir seuls leur sexualité. Grâce à cette ligne Azur très spéciale et en roue libre, ils sauront qu’ils sont homosexuels, voie unique à leur mal être d’ado avec des intervenants absolument tous convaincus et convaincants. Quant à la pornographie, là non plus ils ne la découvrent pas seuls... Suffit de regarder les photos qui vont avec le bourrage de crâne issu du petit extrait ci-dessus !

                    Ne vous inquiétez pas pour les tentatives de suicide, une séance de bondage et le jeune a les batteries remises à niveau !

                    Toute la propagande laisse l’amour de côté. On ne parle pas de regarder les étoiles en se prenant la main mais du plaisir de l’instant physique... par des moyens techniques. L’autre n’existe pas, ce n’est qu’un partenaire de jeux et à ce rythme, les gens ne sauront plus dans dix ans qu’il est même possible d’avoir un orgasme sans accessoires divers. Quant à se faire mal (ou faire semblant), érigé en pratique ordinaire, je reste sans voix ! 
                    Comme tout ceci ne semble pas trop possible à l’état ordinaire, l’usage de quelques drogues devrait permettre aux jeunes de se lâcher...

                    Vous avez le droit d’apprécier tout ça, vous n’avez pas le droit d’en faire un principe d’éducation sous couvert d’une fausse lutte contre l’homophobie (qui devient fatigante à force d’excès).




                  • Claire29 Claire29 22 mai 2013 13:25

                    @Macaque,

                     Macaque se donne bonne conscience quand il affirme que« ce site est là pour les (les étant des enfants) aider à définir qui ils sont, pour les idées à se comprendre, à être mieux dans leur peau, à éviter les risques » alors que le site dont il est question est une incitation à la débauche et à la perversion sexuelle !
                    La débauche et la perversion sexuelle n’évitent pas le suicide,les exemples ne manquent pas qui prouvent le contraire !

                  • Macaque 22 mai 2013 20:45

                    Désolé Claire, mais quand j’ai visité le site et posté mon message je n’y ai rien trouvé de ce que dit Corinne Colas. Et ma conscience va très bien, elle te remercie.

                    Je n’avais au départ aucune intention de défendre la ligne azur (dont j’ignorais l’existence jusqu’à hier), mais puisque la vivacité de l’attaque contre eux ne me semble un peu excessive, je vais tout de même m’y risquer en vous donnant mon avis.

                    Le document que pointe Corinne n’est pas signé de la ligne d’azur, je ne l’ai pas trouvé hébergé par la ligne d’azur (bien que hier le site n’affichait pas que des erreurs 404 à chaque page comme aujourd’hui).
                    Pour info le document pdf est signé de « Le Kiosque Infos Sida et Sida Info Service ».
                    Parmi les logos on retrouve en plus : Association des médecins gays, CIGales, Glup, mag, Collectif Lebien Lyonnais, le planning famillial, solidarité Sida et SOS homophobie.

                    Que le document ait été hébergé sur ligne d’azur, je veux bien vous croire A mon avis s’il a été accessible facilement depuis l’interface publique du site, j’aurais tendance à croire à une erreur de leur part mais je peux me tromper.

                    Concernant mon avis sur le document :
                    - Est-ce que je pense que le document est destiné à tout public ? Non.
                    - Est-ce que je pense que le document a été réalisé dans le but d’inciter à la « débauche » ? Non.
                    - Est que je pense que le document a été réalisé pour aider des personnes qui seront loin d’être choquée par son contenu et qui n’auraient probablement pas pris la peine de lire un document dans un format plus conventionnel ? Oui.
                    - Est-ce que je pense que le document contient des infos utiles pour ces personnes et leur santé ? Oui.
                    - Est-ce que document présente vraiment un risque même s’il tombe en de mauvaise main ? Je pense que certaines parties peuvent choquer par le fait que l’on ne s’attend pas à les trouver là. Et mon côté romantique aurait aussi aimer y trouver des choses sur le thème « avoir une relation ce n’est pas qu’une affaire de sexe ». Après sur les termes, de toutes façons la plus part des ados finissent par tomber sur des sites de vidéos pornographiques en streaming dans lesquelles ils voient des vidéos de toutes les choses évoquées la dedans, et les mots utilisés sont à la limite de faire partie du langage courant entre eux.


                  • Claire29 Claire29 22 mai 2013 21:37

                    @Macaque,

                    je me permets de faire un copié collé du commentaire envoyé par un internaute sur le blog de Gauvin Buriss, professeur de lettres en collège et lycée publics  :

                    « libsco dit :
                    22 février 2013 à 13 h 52 min
                    L’article ne mélange pas des choses distinctes, mais rétablit le lien entre des documents qui sont explicitement liés. La plaquette « Tomber la Culotte » est un support de communication de la Ligne Azur, organe cité dans la lettre aux recteurs de Vincent Peillon, qui n’est pas un document confidentiel et qui a été citée par tous les grands media et donnée dans son intégralité par le Figaro, où nous l’avons reprise. Cette plaquette, si elle a été retirée du site internet de la Ligne Azur, est téléchargeable ou référencée sur les sites d’associations tout aussi recommandées par le ministère et autorisées à intervenir en milieu scolaire (information vérifiable sur leurs sites et sur celui du ministère), comme SOS homophobie, Mag-Paris, Arc en Ciel, Sida-Info-Service, Les Ouvreurs, etc. On la trouve aussi sur Le Fil Santé Jeune, le site de l’Ecole des Parents et des Educateurs d’Île de France, financé encore par l’INPES et le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, qui affiche son logo. »

                    Conclusion :M.Peillon,Ministre de l’Education nationale recommande aux recteurs des sites qui incitent les jeunes à la perversion sexuelle !
                    Ces sites vont-ils être utilisés par les professeurs pendant les cours de morale que M.Peillon veut mettre en place dans les écoles ?
                    Qu’en pensent les parents ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès