Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Hôtels et restaurants « 3 étoiles », comment tout va changer pour (...)

Hôtels et restaurants « 3 étoiles », comment tout va changer pour eux

Titillés par un site « web 2.0 » anglophone, les restaurateurs français sont contraints d’innover pour reclasser leurs affiliés... pour le plus grand bien des consommateurs !

3etoiles consommaction restauration hôtellerie UMIH Etrave Trip Advisor.jpgLa France, terre de tourismes… et de remise en cause ! Un de mes cousins hôteliers dans le Vercors m’en parlait la semaine passée, le sacro-saint classement des hôtels, campings et restaurants par le système des « étoiles » va être remis considérablement à plat. Au-delà de l’intérêt que porte instinctivement le consomm’acteur que je suis à ce type de refonte, il y a, quand même une drôle d’histoire à la base, que voici.

Petit rappel d’abord, la France est le pays le plus touristique du monde, avec pour 2006 près de 79 millions de visiteurs venus profiter de nos contrées variées et riches en patrimoine. Une activité qui rapporte près de 100 milliards d’euros à la France, dont un tiers grâce aux visiteurs venus de pays étrangers (on pense aux Japonais, c’est un peu facile, les Européens sont également de "bons clients"). Pour le reste des chiffres, Wikipédia vous renseignera.

Les touristes peuvent choisir sans trop de problèmes leur accommodation grâce au système des étoiles, si connu que l’on emploi souvent l’expression « 3 étoiles » pour désigner un service ou un objet de qualité, quel qu’il soit. Eh bien, selon mon cousin toujours, ça n’est plus aussi simple, notamment à cause d’Internet. Les fédérations hôtelières se rendent compte que des sites comme Trip Advisor, un moteur de recherche de séjours et d’établissements de tourisme, qui recueille les commentaires des internautes, leur causent de plus en plus de tort. Le site a même publié récemment une liste des hôtels les plus sales en se basant sur ces témoignages anonymes.

trip_advisor umih etrave consommation restauration hôtellerie.jpg


Problème : comment croire à un classement de ce type, quand on sait d’une part qu’il n’est pas possible de savoir qui met en ligne ces commentaires, et d’autre part que ce type de site n’est pas un simple « guide » pour le touriste en quête d’info. Des gens y travaillent, des pages sont mises à jour, et ce n’est pas le bénévolat qui motive ces initiatives. Pour preuve, à côté de la liste des « pires hôtels », on trouve, ô surprise, une liste des « meilleurs hôtels » ! Difficile de ne pas penser à la manière dont le Guide du Routard s’était fait prendre les mains dans le pot de confiture à conseiller des établissements dont le propriétaire était le patron du guide (article de l’Express). Ou la manière dont ce même guide « vend » les plaquettes et autocollants « recommandé par le Routard » aux adresses, bonnes ou mauvaises, qui consentent à payer pour cette étiquette (voir l’article de Rue89).

L’hôtellerie française est donc en train se poser pas mal de (bonnes) questions pour paraître plus crédible, contrer l’opacité de Trip Advisor et mettre à jour les pratiques du secteur en France. Vrai que les étoiles avaient un pris un petit coup de vieux ! L’attaque peut paraître donc presque salvatrice, si un nouveau classement se fait sur une base pertinente.

umih etrave restauration consommaction.jpg


Les hôteliers européens tentent donc d’élaborer une réglementation européenne qui obligerait des sites comme Trip Advisor à certifier que les commentaires ont bien été déposés par des personnes ayant réellement utilisé les services qu’ils consomment (on peut penser à un code à usage unique que donnerait le tenancier à son client ?). Ensuite, en ce qui concerne la France, l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) a décidé de refondre le classement existant. D’abord en redéfinissant les critères de satisfaction-client (confort, hygiène, tarifs, services, développement durable), ensuite en mettant en ligne un outil d’auto-évaluation créé par la société Malamok, qui permettra aux hôteliers d’anticiper sur leur classement, en connaissant les items sur lesquels ils sont à jour, et ceux sur lesquels il faudra continue à travailler pour obtenir, le cas échéant, une ou plusieurs étoiles.

C’est donc une initiative intéressante de l’UMIH pour d’une part protéger une industrie importante pour la France… et puis ne pas se laisser dicter sa bonne santé par des commentateurs dont on ne sait toujours pas s’ils sont sincères ou non, concurrents ou non, payés ou non dans certains cas.

Luc, Consommaction.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • ARMINIUS ARMINIUS 17 mars 2010 17:15

    Les guides ne sont pas une garantie, mais simplement une piste et leur défaut tient à plusieurs facteurs:manque de contrôle, manque de mise à jour, copinage et...subjectivité.
    Le routard reste un des moins mauvais, le Michelin peut servir de référence avec ses bib gourmand, les étoiles étant souvent inabordables et surfaites. Reste le bouche à oreille et l’avis des gens du coin...en recoupant le tout on peut se faire une idée.


    • Lapa Lapa 17 mars 2010 17:32

      Oui la classification en France est obsolète et fondée sur des critères peu pertinents (surface notamment...) et surtout, non harmonisée avec les classifications dans le reste du monde (ex : les 5 étoiles n’existent pas en France).

      Quant aux sites d’avis d’utilisateurs, il convient effectivement de pondérer leurs propos vu qu’il existent des personnes payées à plein temps pour encenser les produits sur ces types de forums et sites (idem pour les marques).


      • yom07 18 mars 2010 05:44

        Je suis un fervant utilisateur de tripadvisor. Effectivement les commentaires peuvent etre partisants, voire commerciaux, mais ils donnent une representation assez complete. Chaque commentaire donne des details sur des points bien precis du service offert, alors que le classement etoiles est plus une moyenne. Ceci permet de prendre en compte uniquement les criteres qui vous sont importants et de baser votre choix sur ceux-ci.


        • jondegre jondegre 18 mars 2010 08:07

          Même en France, le modeste cityvox a bousculé la hiérarchie dans les restaurants bons marchés entraînant une sur fréquentation des « bons » restos (et par vase communiquant).

          Quand à trip advisor, pour avoir essayé trois hotels différents sur Paris dans le même quartier, et bien les notes/commentaires de tripadvisor reflétaient parfaitement bien mon ressenti de ces lieux.


          • rblanc rblanc 22 novembre 2011 09:43

            Je voulais ajouter mon commentaire à cet article. Je suis un étranger vivant en France depuis 2 ans, et je pense que la classification française des « stars » n’est pas très efficace. Plus d’une fois j’ai fini par aller dans les hôtels qui étaient moins bons que leurs « stars ». smiley
            Quand il s’agit de trouver de bons restaurants à Lyon,
            où je vis, je préfère habituellement à écouter les conseils des amis ou lire les commentaires en ligne. Dans ce dernier cas, je pense que la meilleure façon est d’étudier plus d’une source unique pour obtenir des conseils plus précis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès