Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Hypersexualisation... une problématique sociale

Hypersexualisation... une problématique sociale

L’hypersexualisation est un phénomène préoccupant dans notre société. Il est caractérisé par le fait que les jeunes adolescents adoptent des comportements sexuels précoces. En effet, plusieurs médias envoient comme message que le corps de la femme peut-être exploité et utilisé sexuellement. On ne peut cacher que le sexe fait vendre et que les industries publicitaires l’utilisent comme une source de profit. L’hypersexualisation est la source de nombreux problèmes chez les jeunes filles et contribue à l’inégalité entre les deux sexes.

Les impacts sur la société

Tout d’abord, l’image véhiculée par les médias fait une pression énorme sur les jeunes filles. Elle réduit une personne dans son entier à son attrait sexuel. On perçoit cette influence surtout dans la mode qui est de plus en plus sexy. Malheureusement, aucune génération n’est épargnée de cette influence et le concours de mini-miss en est la preuve. Ces petites filles sont avant tout des enfants qui ont besoin de vivre cette période normalement sans maquillage et compétition.[1] De plus, les filles vivent une grande pression puisque la société encourage un idéal physique de perfection à atteindre. Plusieurs d’entre-elles sont touchées par cette influence et accordent une grande important sur le paraître. Cela a pour impact que leur confiance en soi est bâtie sur la perception qu’ont les gens d’elles-mêmes et deviennent donc dépendantes de leur jugement. L’hypersexualisation entraîne de nombreuses conséquences psychologiques, mais aussi physiques. En effet, les standards de beauté sont inaccessibles et entraînent de nombreux troubles alimentaires chez les jeunes filles tels que des régimes amaigrissants dès un jeune âge, la boulimie et l’anorexie. C’est triste de voir cette nouvelle génération bientôt devenue femme avoir une si piètre estime d’elles-mêmes.

Des actions pour contrer ce phénomène

La sensibilisation est une méthode très efficace pour montrer aux jeunes filles que l’image véhiculée par les médias n’est pas un exemple réaliste de beauté. D’ailleurs, plusieurs vidéos de sensibilisation sont créés et partagés au sein des médias sociaux tels que Facebook et tweeter. De plus, il faut conscientiser les adolescentes en parlant de cette influence et les encourager et développer un esprit critique face aux messages véhiculés par les médias. Ainsi, elles seront moins ignorantes et vulnérables et pourront résister à cette pression de plus en plus grandissante. [2]

En conclusion, l’hypersexualisation est un enjeu important dans notre société. Les conséquences de cette influence sont particulièrement néfastes pour le développement naturel des filles. Il est nécessaire de sensibiliser et de conscientiser la population pour contrer ces inégalités entre les hommes et les femmes. Il reste encore du travail au sujet de l’égalité entre les sexes, mais il ne faut pas régresser sur des combats qui ont déjà été gagnés. Pourtant, les publicités et les concours de beauté donnent une impression de retour en arrière…



[1] Le Huffington Post Québec, Le concours de mini-miss prévu à Laval est « reporté », http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/10/29/concours-mini-miss-annule-a-laval_n_4174011.html, (Page consultée le 18 novembre 2013)

[2] Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine, Hypersexualisation des jeunes filles : un phénomène social toujours préoccupant ?, http://cdeacf.ca/dossier/dossier-special-lhypersexualisation-jeunes-filles-phenomene (Page consultée le 18 novembre 2013)

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 19 novembre 2013 11:32

    Les concours de mini-miss ne sont pas organisés par les enfants, mais par les parents.


    Sensibiliser les enfants ne sert strictement à rien, faire de leur corps un objet est quelque chose enseigné par leurs parents. Et les enfants écoutent normalement d’abord leur parents, et ensuite les campagnes diverses et variées.

    « L’image véhiculée par les médias fait une pression énorme sur les jeunes filles » -> Vous trouvez normal qu’une « jeune fille » de 4 ans qui fait un concours de mini-miss, soit si influencée par les médias ? Ce serait pas plutôt ça le problème ? Les parents qui substituent la télé à la nounou ?


    • le moine du côté obscur 19 novembre 2013 21:01

      Oui je suis d’accord que le problème ce sont les parents et je pense même que tout le monde n’est pas fait pour être parent. Quand je vois certaines mère projeter leurs fantasmes sur leurs filles ça me donne la nausée. Mais les parents eux-mêmes sont à l’image de cette société de plus en plus dégénérée. Mais en tant qu’adultes qui ont pris la lourde responsabilité de mettre au monde des enfants et qui ont le devoir de les éduquer ; ils sont grandement coupables de cette dérive odieuse. Mais après quand je réfléchis, je me dis que les forces du grand capital se sont attaqués au marché que constituent les femmes et maintenant s’attaquent au marché que constituent les enfants. Une fois les parents dans « la poche » avoir les enfants est un « jeu d’enfant ». Je suis assez effrayé quand je vois les connaissances sexuelles des gamines ! A vrai dire ce monde dégénéré ne me donne pas envie d’avoir des enfants !


    • robin 19 novembre 2013 11:40

      On a accepté voire voulu pour certains d’entre nous une société complètement marchande, il faut maintenant en assumer les nombreuses conséquences délétères.


      • La mouche du coche La mouche du coche 19 novembre 2013 21:06

        Je pressends que cette hypersexualisation est un truc d’universitaire. Tous les jeunes autour de moi sont au contraire dans un déficit sexuel affligeant. On a l’impression que cela ne les interesse plus.


      • Surya Surya 19 novembre 2013 15:40

        Il est vrai que cette hypersexualisation se retrouve jusque dans le vocabulaire employé pour désigner les filles. Comme le fait remarquer le commentaire de bibou1324, on emploie désormais l’expression « jeune fille » pour désigner des gamines de plus en plus jeunes. Tout est fait pour que les fillettes se sentent femmes de plus en plus tôt. On a vraiment l’impression que la société est pressée de les voir « mûrir »... Il faudrait donc commencer par rétablir l’appellation « petite fille » ou « fillette ». Ce sont des enfants, pas des « jeunes filles ».

        Quant à la mode qui est de plus en plus sexy, là aussi je suis d’accord. Excusez moi, mais je ne comprends pas ces adolescentes et jeunes femmes qui, tout en revendiquant haut et fort le droit de ne pas être considérées comme des objets sexuels, font tout pour que leur apparence les réduise justement à des objets sexuels.

        Je ne suis pourtant pas du genre « oh ! chocking ! » mais quand je vois comment certaines ados, voire très jeunes ados, s’habillent en Angleterre, j’ai quand même parfois un choc.

        La mini jupe était à la mode dans les années 60, me dira-t-on, mais il me semble qu’à l’époque, cette mini jupe était plus le symbole de la libération de la femme, on la portait pour montrer qu’on était libre, alors qu’aujourd’hui la (très très) mini jupe est ouvertement portée dans un but de séduction. Pour aquicher.

        La jeune fille et jeune femme est donc, de nouveau, comme au bon vieux temps, réduite à un rôle d’objet sexuel... C’est reparti pour un tour...


        • volpa volpa 19 novembre 2013 18:30

          Puis on emploie « djeunes » pour les crevures à l’adolescence bien dépassée.


        • Constant danslayreur 19 novembre 2013 18:36

          « pour les crevures à l’adolescence bien dépassée »

          Et encore ce n’est rien, j’en connais ils ont carrément l’obsolescence qui est dépassée, alors qu’ils continuent imperturbables à poster des prouts de pré-ado un peu méchant mais très très con.


        • le moine du côté obscur 19 novembre 2013 21:06

          Je pense que la « société » est pressée d’en faire des consommatrices. Parce qu’il y avoir tout un business avec les robes et autres accessoires pour « les jeunes filles » ! A vomir ! Si la barrière que devrait constituer des parents mûrs et responsables n’existe plus, bonjour les dégâts. Et je n’ose pas imaginer ce que ces « jeunes filles » une fois grandes feront avec leurs filles plus tard. Ces femmes ne sont-elles pas conscientes de faire de leurs filles des objets de désir ? Et après elles s’appelleront des « féministes », n’importe quoi ! Moi j’ai infiniment plus de respect pour les mères qui protègent leurs enfants et refusent de les exposer à la folie de cette société. Mais ça devient vraiment dur à moins de vivre en autarcie.


        • volt volt 19 novembre 2013 16:52

          puisque vous faites allusion à facebook, les films, etc., il me semble que vous évoquez bien plus l’hyper-narcissisation que l’hypersexualisation, car c’est plutôt le contraire : l’imagerie prépubère, et les restes de la vague unisex plaident en faveur d’une réduction des différences profondes pour une exaltation en surface.

          et encore, la coiffeuse facebook de formatage n’est rien, la France est protégée, sous des législations moins pointilleuses, le marché des salons de beauté pour gamines connaît un boom sans précédent.
          ce qui est en danger ? d’abord le féminisme comme pensée de la femme-sujet ; ensuite le coeur même de toute culture humaine qu’est cette différence bien comprise et égalisée.
          comment se joue cette acrobatie ? pas compliqué : le sexuel n’est pas que le génital différencié, ce dernier n’en étant que l’aboutissement accompli, une fois justement que le prépubère et le narcissique sont dépassés.
          ce que vous appelez « hypersexualisation » est le programme consistant désormais à entraver cet accès au sexuel à proprement parler, car le sexuel sans le parler (c’est-à-dire ce vaste programme vide de parole vide du narcissique), c’est de la branlette vu côté gosses, et de la pédophilie soft sur le versant « adultes ».

          • Ruut Ruut 19 novembre 2013 17:30

            Il faut avouer que la TV n’aide pas a trouver des comportements vestimentaires décents.
            Quand a la mode, les mannequins actuels, ne ressemblent a rien, aucunes formes, aucune émotions.
            Les mannequins actuels, a part la touche photoshop sont très loin de l’idéal masculin.


            •  C BARRATIER C BARRATIER 19 novembre 2013 19:05

              Nous sommes dans une société de « paraître », les enfants voient moins leurs parents que leur nounou, ou que la télé. Nous avons la jeunesse que nous fabriquons. Ceci dit, les jeunes filles ne sont guère différentes qu’hier, ellles ne font pas un mauvais uage de leur liberté.
              Hypersexualité par rapport à quelle norme ? Donnée par qui ?
              Si cela contribue à la marche des femmes vers plus d’égalité ce sera très bien. J’observe que les reproches en filigranne dans l’article portent une fois de plus sur la tenu des filles. C’est à elles de s’en occuper. Et les garçons dans tout ça ? Bon comprtement ? Par rapport à quelle norme ?

              Femmes : Conquêtes, responsabilités nouvelles. Prenez votre part de pouvoir

               http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=228



               


              • fredvd 19 novembre 2013 19:12

                Je suis aussi préoccupé par cette hyper sexualisation de notre société en général.

                PS : quelqu’un a t il comme moi remarqué, à quelques jour d’intervalle, la disparition de 2 sujet abordant la problématique de la prostitution sur gayvox. Certains modo auraient-ils des problèmes avec ce sujet ?


                • eric 20 novembre 2013 12:42

                  Sujet complexe.

                  Les sociétés anglo saxonnes qui donnent le « la » dans tous les domaines sociétaux, ont toujours connu un type de rapport homme femme différent de celui des sociétés latines.
                  En apparence beaucoup plus égalitaire et en pratique parfois aussi plus conflictuel.

                  C’est pour réagir a l’égalitarisme idéologique que la femme américaine invente des modes hypersexualisees. « Ok, on m’oblige a mettre des jean tee shirt grunge comme un vulgaire mec, mais du coup, je vais vous montrer mon nombril.. »
                  .On se souvient de la mode du nombril apparent. Après on a eu le string apparent et même des mecs se mettant a exhiber leur calcon sous leur jean tombant pour ne pas être en reste.
                  Idem pour les variations diverses du système pileux des mecs.
                  Dans les deux cas, il s’agit de proclamer, « ok on est égaux mais homme et femme quand même »
                  Dans les deux cas, il s’agit d’une exhibition des signes sexuels secondaires.

                  Une autre variante est de se venger sur ses gosses..... Moi je m’habille en bobo, par ce qu’il le faut bien, mais ma fille est une véritable poupée barbie...

                  Ces modes parvenues dans des pays ou le rapport homme femme est plus harmonieux, dégénèrent assez facilement.
                  Pour prouver sa féminité, la femme américaine fait appel aux compétence des professionnelles. Les modes a base de lingerie fine, ne sont pas sans nous remémorer que les prostituées savent exactement ce qui peut faire réagir le chaland.

                  En France, ce n’est déjà pas triste, mais imaginez la Russie. Les femmes sont encore de « vraies femmes » , mais se mettent en plus a montrer leur nombril !
                  Tous les jeunes expatries sont persuade d’avoir affaire a des filles faciles et prêtes a tout...
                  Bien des malentendus....

                  C’est l’égalitarisme qui produit la sexualisation et non l’inverse. Du reste, il suffit de penser aux pays musulmans traditionalistes. L’inégalité se traduit par le tchador, pas par des minijupes...


                  • bonnes idées 21 novembre 2013 21:18

                    Entièrement d’accord avec vous l’auteur ! Avez-vous remarqué avec qu’elle entrain le premier commentaire détourne l’intérêt de votre analyse subtile ? Même les parents les plus avisés et les plus soudés ne peuvent faire face à ce flot incessant d’hyper sexualisation. Ma femme et moi en subissons les conséquences tout les jours. Dés lors que nous avons le dos tourné notre fille encore adolescente ne perd une seconde pour allumer le poste pour s’extasier devant les anges de la télé-réalité ou toutes conneries de ce genre.
                    La télévision n’a rien de culturelle bien au contraire ! C’est la destruction de la famille et de la morale. A vos moinssages ! Mon record est de -16 alors ne me décevez pas...


                    • antonio 24 novembre 2013 10:59

                      Voler leur enfance à des fillettes est un crime...


                      • claude-michel claude-michel 24 novembre 2013 13:07
                        Hypersexualisation... ?
                        Allez donc en Afrique...vous verrez le sexe sous un autre angle.. !

                        • Stof Stof 25 novembre 2013 09:06

                          A Nantes, une adolescente vient de se suicider parceque ses camarades de classe la traitaient de moche à longueur de temps.
                          Au delà de la sexualité, c’est leur apparence que l’on met en avant en permanence.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

sandrine2311


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès