Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Idéologie, mondialisme, vers la destruction des civilisations

Idéologie, mondialisme, vers la destruction des civilisations

La Révolution française marque le début d'un monde et la fin de l'Ancien Régime. Toute la société française va devoir basculer vers une nouvelle trilogie : liberté, égalité, fraternité. Ce ne fut qu'une habile substitution idéologique par laquelle les révolutionnaires vont détruire les fondements de l’ordre ancien qui s'appuyait sur les vertus théologales : foi, espérance et charité. D’une société basée sur la croyance de Dieu et les fins dernières qui passent pas une vie charitable et exemplaire, l'homme va prendre une place centrale impliquant un individualisme ayant pour conséquence la fameuse maxime « Chacun pour soi et Dieu pour tous ».

L’origine du changement de paradigme trouve sa genèse à la fin du 15è siècle

Le premier philosophe de la Renaissance à avoir exalté l'humanisme et l'universalisme fut Erasme. Il échangea la notion centrale de Dieu par celle de l'homme. C’est sur ces bases que naquit la Réforme. Luther et Calvin, en attaquant le principe des indulgences, voulaient remettre en cause l’enseignement traditionnelle et promouvaient de nouvelles règles censées détruire le clergé romain et rapprocher l’Homme de Dieu sans intermédiaire. Ils inventèrent l’individualisme. L'homme n'ayant plus que lui-même comme seul juge de sa conscience, ils ont détruit les liens sociaux et leurs organisations qui étaient administrés par l’Église. Le vide créé par ces changements obligèrent les Hommes à se tourner vers les idéaux des philosophes des Lumières. L’ordre divin allait petit à petit s’infirmer face à l’ordre naturel définit par le nouveau contrat social proposé au XVIIIe siècle.

Les grands féodaux et la haute bourgeoisie avaient trouvé le stratagème parfait pour s’émanciper de l’Église. En s’appuyant sur des concepts humanistes, ils allaient pouvoir prendre les prébendes du clergé. La Réforme inspirée par l’humanisme allait engendrer le capitalisme, et mettre l'argent au service des financiers qui s’affranchirent immédiatement de l'interdiction de l'usure, l’Église ayant perdu sa juridiction morale. L’Homme moderne tournait alors son esprit vers la raison matérialiste tout en laissant croître une nouvelle aristocratie financière, s’installant définitivement à la fin du XVIIIe siècle comme la nouvelle classe dirigeante.

L’avènement du Dieu raison

Descartes érige l’Homme comme « maître et propriétaire de la nature ». Kant précisait même les limites du Dieu créateur et parlait de l’Homme comme un être capable de jugements suffisamment objectifs pour ne plus se référer au surnaturel. Rousseau entreprit de démontrer que l’Homme est naturellement bon et que par conséquent rien n’est au-dessus de lui. Le long travail de la Réforme avait accompli son œuvre, l'Homme ne connaissait plus la honte, tout comme Rousseau qui abandonnait ses cinq enfants sans vergogne. Les utopistes et les idéologues du XIXe siècle vont s’appuyer sur ce nouveau contrat social pour construire une société financée par les banquiers internationaux.

Écarté du pouvoir, le clergé catholique ne pouvait plus lutter contre toutes les manipulations, contre toutes ces utopies qui laissaient croire au peuple souverain qu’il allait enfin diriger sa destinée vers des lendemains qui chantent. Depuis la Révolution française, force est de constater que le peuple n'a pas été convié au banquet par la nouvelle oligarchie, se contentant des jeux et du pain, car le pouvoir ne se partage pas. En revanche, la Révolution a inventé la division droite/gauche à partir de laquelle les gens vont s'affronter autour d'idéologies qui n’apportent que ruines et guerres.

L’avènement du nihilisme politique

Ces philosophes mis au Panthéon par la Révolution, après avoir mis la religion au ban de la société ainsi que sa doctrine morale, abolirent la distinction entre le bien et le mal. L'homme n'ayant de compte à rendre qu'à lui-même, a transformé sa conscience en une soi-disante objectivité. Entre une évolution spirituelle et un matérialisme laïque, le choix ne sera qu’illusoire. De ces théories politico-philosophiques du XIXe siècle émergea ce rationalisme matérialiste qui imposa la primauté des idéaux sur la vie humaine. L’évidence du modernisme libertaire et égalitariste devait s’affirmer, quitte à envoyer des millions de personnes à une mort certaine et à détruire une civilisation vieille de plus d'un millénaire.

Le socialisme/communisme et le capitalisme/libéralisme vont s’affronter dans une guerre idéologique qui perdure encore de nos jours. La dialectique hégélienne contemporaine repose sur l’affrontement de ces deux faces qui ne sont qu'une seule farce. Si en apparence il existe des différences de projet de société, ces doctrines sont en fait la résurgence du nihilisme politique. Ce dernier n’a pas seulement été déployé en Russie, sous forme d'anarchie, il reste une charge contre le divin et contre tout fondement moral ancien. Dans ce terreau fertile, les grands penseurs, de Marx à Hegel, ont opposé deux types de civilisations (une sorte de querelle entre Anciens et Modernes) mais surtout ont échafaudé un nouveau paradigme sur lequel les Hommes allaient se déchirer.

Les puissants de ce monde profitaient de cette révolution permanente pour dépecer et s’octroyer le pouvoir laissé vacant par l'ancien régime et le clergé. C’est pourquoi le XIXe siècle vit aussi l’avènement des sectes occultes, reflets de ce nihilisme politique qui ne pouvait prospérer que dans le secret, à l'inverse de la religion ancienne. La théosophie de Blavatski ou la Golden Dawn d’Aleyster Crowley éblouissaient la haute société oisive, les intellectuels refoulés pour construire un nouveau tissu social élitiste bâti sur un syncrétisme religieux avec des rituels palladistes. L'élite du monde Anglo-saxon se partageait en deux grands courants de pensées d'où émergèrent en cette fin de XIXe siècle, la Round Table et les Fabians. Ces deux sociétés secrètes avaient un but commun malgré leurs différences (la Round Table représente plutôt les idées anglo-saxonnes du capitalisme et des WASP alors que les Fabians se réclament des idées de Ruskin c’est-à-dire le socialisme d’État) : former les élites dirigeantes sous l’œil bienveillant et avec les capitaux des plus grands financiers du temps.

La réalisation de cet ordre nouveau va se concrétiser lors du XXe siècle : les guerres mondiales vont être le moyen pour éradiquer définitivement les restes de l'ancien ordre et faire place au nouvel ordre mondial (Ordo Ab Chaos). Mondialisme, mondialisation ou nouvel ordre mondial, qu’importe le terme, la fin justifie les moyens des oligarchies modernes : "La politique est l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde", cette phrase de Paul Valéry traverse les âges sans prendre une ride. Afin de mettre définitivement hors d’état de « nuire » les derniers résistants à l'humanisme et au nihilisme, il fallait trouver un stratagème. Le nationalisme était le remède à ce problème : cette doctrine guerrière s'imposait pour amener les peuples à s’entre-tuer : « La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas » (toujours Paul Valéry), pour renforcer la mainmise des financiers sur l’économie mondiale et détruire l’État-nation.

Les conséquences de la première guerre mondiale

A la fin de la première guerre mondiale, une nouvelle étape avait été franchie : les piliers de l’ancienne civilisation, l’Europe des rois et des autocrates avait été éradiquée, curieusement, à l'exception de la plus nocive de toute, les Windsor. Les Etats nations, un gouvernant/un peuple, se sont disloqués : les financiers secrets conduisaient la modélisation de l'Europe en accord avec un humanisme dévoyé au service des idéologies mondialistes. L’ancien monde a été balayé, les hommes ont été envoyés dans une effroyable boucherie. Les peuples européens ruinés et affamés étaient pourtant en plein essor économique, c’était « la belle époque ». Le traité de Versailles portait en germe les causes de la seconde guerre mondiale. Sur ces ruines, les banquiers de Wall Street se sont gavés (les barons rouges), les Anglais et les Américains se sont partagés le pétrole mondial sur les cendres de l’Empire ottoman.

Les idéologies ont eu raison des hommes et les financiers des États

En ce début de XXe siècle, le parti catholique n’est plus : la laïcité a porté le coup de grâce. Cette nouvelle religion consanguine des aspirations jacobines et de son culte de l’être suprême, jette aux oubliettes les dernières illusions de restauration de l'ordre ancien. La nouvelle norme laïcarde « est d’autant moins discutée qu’elle utilise à son profit une rhétorique moralement gratifiante de tolérance qui masque sa très réelle intolérance à l’encontre de ce qui n’est pas elle-même »[1]. Depuis 1905, ce dogme anathémise les trublions du prêt-à-penser médiatique. Malheur aux mal-pensants, vite calomniés et maudits par les théocrates de la laïcité.

La première guerre mondiale, initiée grâce à la résurgence du nationalisme et du nihilisme, permit le bouleversement souhaité par les financiers : intrusion des États-Unis dans les politiques européennes (même si certains croient encore à la doctrine Monroe : sur 239 ans d’existence les États-Unis ont été 222 ans en guerre[2]), brutalisation des comportements, révolution bolchevique, révolution fasciste en Italie, révolution nationale-socialiste en Allemagne. Les affaires concluent avec les dictatures nouvellement créées sont toujours plus lucratives. Les idéologies politiques d’extrême-droite ou de gauche donnaient l’illusion à la piétaille d’un retour à un pouvoir autocratique. Mais ces nouveaux dictateurs, abreuvés d’idéologie mondialiste et de révolution mondiale, servaient une nomenklatura financière anglo-saxonne qui tirait les ficelles (bien que quelques impondérables aient perturbé leurs desseins comme l’arrivée de Staline au pouvoir). L'histoire continuait son cours : la guerre qui s’en suivit allait saigner l'Europe, les déportations et les camps de la mort en prime. La brutalisation avait atteint son paroxysme.

De la guerre sanglante à la guerre froide

Le monde allait tomber dans la plus grande hypocrisie idéologique, dans une parodie de guerre mais jamais les profits ne furent aussi importants.

Les démocrates, contempteur des vertus mondialistes et les marxistes, thuriféraires d’une solidarité internationaliste, se sont affrontés pendant plus de cinquante années de guerre froide. La doctrine Jdanov contre l’endiguement américain, illusion politique qui a rythmé la vie du monde jusqu’à l’effondrement de l’URSS. Chacun avait sa chasse gardée et dominait sa partie du monde, la peur alimentait les débats, les peuples ne restant que des pions sur ce grand échiquier.

L’avènement du mondialisme

La seconde guerre mondiale terminée, un nouvel ordre mondial s’élabore. L’Europe définitivement écartée des décisions substantielles au renouveau, s’en remettait aux deux vainqueurs, aux deux dogmes mondialistes. Ils allaient imposer une vision du mal au monde, chaque camp prétendant représenter le bien, ancien apanage de l’Église qu’ils combattirent tous deux. Les trois protagonistes de Yalta s'attachèrent à démanteler les empires coloniaux européens, selon l’adage utilisé depuis la Révolution française : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. C’est en vertu de cet axiome que l’OTAN bombarde des populations et que nos célèbres humanistes justifient leurs préceptes belliqueux. Alors que nos élites baignent dans un flot de concepts « misanthromanistes », jouant à la guerre froide, la révolution mondiale suit son cours, la civilisation européenne se meurt petit à petit.

Les intellectuels invitent les pays européens à un nouveau fantasme : les États-Unis d’Europe censés nous protéger de l’ogre communiste. Le combat contre le mal, venu de l’est étant assuré, quel est le remède contre le mal venu de l’ouest ? Aucun puisque la dialectique américaine est assez simpliste : vous êtes avec eux ou contre eux, comme le formulait Georges Walker Bush après les attentats des tours jumelles. De plus, les Européens ne pouvaient plus se battre : leurs élites étaient formées dans l’Ivy league ou dans les universités anglaises, c’est-à-dire les séminaires du projet mondialiste. Ces dernières n'avaient plus qu'à trahir leurs concitoyens en bradant l’Europe aux multinationales. La formation des élites au projet mondialiste se poursuit dans les think tank, antichambres de la mondialisation sauvage, qui pullulent depuis l'après-guerre : Bilderberg, forum de Davos, Trilatérale, le Club de Rome, etc. Ces sherpas impulsent les politiques, maintiennent l’ordre financier établi par les banquiers après la première guerre mondiale et ne cesse de s'hypertrophier : libéralisation des échanges, « bankstérisation » de l’économie.

Les arcanes du mondialisme se retrouvent donc en place dès l’après-guerre : plan Marshall contre démocraties populaires, OTAN contre pacte de Varsovie, voice of america contre la pravda, etc. Pourtant dans l'officine du nouvel ordre mondial, le siège de l’ONU, rien n’opposait les deux hyperpuissances, sauf les effets de style tels ceux de Khrouchtchev ou Kennedy. D’ailleurs Harry Dexter White, espion soviétique, démasqué sous Truman fut « condamné » à prendre la tête du FMI en 1946. Chacun œuvrait vers le but ultime en divisant l’humanité pour l'englober dans le village mondial. Les illusions sociales des 30 glorieuses permettaient aux occidentaux de rester aveugles face aux menaces et aux manipulations. Les progrès technologiques entretenaient le mirage d'une condition matérielle confortable. Les financiers en profitaient pour construire arbitrairement le monde que nous connaissons actuellement. Dans l’ombre, les multinationales florissaient, les bourses entretenaient la cupidité des manieurs d’argent alors que les dettes nationales explosaient après les chocs pétroliers. Ces aspects du monde moderne mirent à mal les apparences car il ne peut y avoir d'enrichissement dans l'impécuniosité. Le revers de la médaille devient apparente : chômage de masse, paupérisation de l’Occident, pertes des libertés fondamentales, insécurités, etc. Cependant, l’ONU ou l’Union Européenne, prétendues garants des droits de l'homme, font preuve d 'un mutisme assourdissant devant les pillages des seigneurs mondiaux. L'état de nécessité reconnu depuis 3000 ans dans toutes les constitutions, y compris les leurs, semble leur échapper totalement.

Où sont passées les chantres de la liberté, les grands défenseurs de l'égalité, censées nous prémunir des autocrates et de l’Église ? Dans quelle mesure les sociétés fraternelles nous ont offert ce droit au bonheur pourtant si proclamé dans leurs diverses Constitutions ? A quoi sert l’ouverture des frontières si les peuples ne peuvent bénéficier d’une justice sociale ni de moyens décents pour se déplacer ?

Si ceux qui nous ont inventé ces mirages ne respectent pas les plus petites lignes, depuis Rousseau, où se trouve cette souveraineté populaire ? Comment qualifier ce système politique ? Si l’arbitraire royal a été supprimé au nom d'un arbitraire idéologique et plus sûrement « financiaro-mondialiste », nos élites ne valent pas mieux que celles qu'elles ont détruite jadis. Pire encore, le jeu de dupes instauré depuis la fin des guerres mondiales, entretient la duplicité des gouvernants soi-disant admis comme les protecteurs des valeurs démocratiques, mais plus certainement des familles oligarchiques.

Et maintenant ?

L’effondrement du bloc communiste nous a offert un spectacle remarquable. Alors qu'il ne reste plus qu'aux masses le choix entre le socialisme démocratique ou la démocratie sociale, le capitalisme mondialisé trône sur les décombres d'un combat idéologique faisandé. Malheureusement pour la piétaille, la lutte de l’empire du mal contre celui du bien, sous la houlette du complexe militaro-financier, s’est muté en combat de l’axe du bien contre celui du mal, pour le plus grand bonheur de l’industrie de l'armement. Depuis la fin de la guerre froide, les tensions se sont déplacées vers le Moyen-Orient confirmant ainsi la théorie de Samuel Huntington : le choc des civilisations. Dans un de ses chapitres, il explique les caractéristiques des guerres civilisationnelles[3] où dans ce genre de conflit les adversaires cherchent souvent à « conquérir un territoire et d’en éliminer les autres peuples par l’expulsion, l’assassinat ou les deux à la fois, c’est-à-dire la purification ethnique ». Il ajoute aussi ceci : « les guerres civilisationnelles […] sont des conflits qui s’éternisent. Ils durent en moyenne six fois plus longtemps que les guerres entre états ». Ce choc des civilisations est décrit comme un affrontement entre l’Occident et le monde musulman. Toute la propagande occidentale vise donc à « démontrer que des hordes de terroristes musulmans[4] » pourraient traverser nos frontières afin de déstabiliser l’Europe. Vaste programme puisque depuis les attentats du 11 septembre, ce sont bien les Occidentaux qui financent les islamistes pour créer les conditions favorables aux diverses révolutions. Étonnamment, les peurs autrefois tournées vers le communisme s’orientent cette fois vers l’islam. Le discours officiel de nos élites ou gouvernants tend à nous montrer les risques du développement de l’extrémisme, qu’eux-mêmes alimentent en armes et en logistiques[5]. Si une troisième guerre mondiale devait se déclarer à travers une guerre civilisationnelle, les élites ne pourraient pas s’y prendre autrement. Peut-être s’inspirent-ils de la vision d’Albert Pike qui pensait que trois guerres mondiales auraient lieu et que la dernière amènerait le monde musulman à affronter les sionistes et leurs alliés…

D’autre part, si l’on s’intéresse au cas français, l’idéologie dominante est centrée sur une laïcisation outrancière et sur une liberté d’expression cadenassée.

Les élus cherchent à ostraciser le religieux de la société mais particulièrement celui qui concerne le catholicisme et l’islam. Les Catholiques sont tournés en ridicule par les médias (comme ce fut le cas lors des manifestations sur le mariage homosexuel), les musulmans sont la cible du Front National et de l’UMP. Ces derniers étant déjà pointés par l’oligarchie mondialiste, nos élus suivent le sens du vent. Les lieux de culte peuvent être dégradés[6], des actes racistes à l’encontre de femmes voilées[7] peuvent être pratiqués, le silence des médias interroge. Surtout que les actes contre ces deux religions sont en constante augmentation. En fait, depuis que le CRIF se rapproche des dirigeants du FN[8] et leur mutation politique, on a l’impression que les idées d’Huntington se sont définitivement importées en France.

Chaque fait divers ou attentat devient une justification pour créer des lois toujours plus liberticides et malheur à ceux qui s'opposent à cette dictature de l'esprit.

In fine, l’État français sombre dans un combat idéologique défendant des préceptes iniques (financiarisation de l’économie, guerre civilisationnelle, accumulation de lois liberticides) en totale inadéquation avec les valeurs républicaines et démocratiques. La Révolution française prétendait représenter la modernité contre l’obscurantisme catholique. Depuis trop longtemps, les droits naturels revendiqués par les Lumières sont relégués derrière la lutte contre le terrorisme et la contestation. On peut donc se demander, en s’inspirant d’une citation de Suarez[9] : quand un état ne défend plus les droits naturels, ne serait-il pas en train de tomber un arbitraire politique qui est tout simplement le domaine des états despotiques. La civilisation ancestrale européenne a disparu, les chantres du nouvel ordre mondial ont définitivement corrompu les valeurs humaines et les droits les plus élémentaires.

[1] Venner D., « le siècle de 1914 », p10.

[2] http://reseauinternational.net/les-etats-unis-ont-ete-en-guerre-222-des-239-annees-de-son-existence/

[3] S. Huntington, « le choc des civilisations », p.278.

[4] http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/04/23/31002-20150423ARTFIG00271-ivan-rioufol-l-immigration-une-menace-pour-l-europe.php

[5] Voir LAILn°1

[6] http://www.ladepeche.fr/article/2015/04/16/2088361-le-cimetiere-de-castres-saccage-200-tombes-vandalisees.html

[7] http://www.slate.fr/story/99693/laicite

[8] http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2015/02/leloge-du-crifa-marine-le-pen.html

[9] Disciple de St Thomas d'Aquin

Extrait de la lettre d'analyses et d'informations libre n°3 à télécharger gratuitement sur le site www.agenceinfolibre.fr


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Le chien qui danse 13 mai 2015 10:21

    Merci pour cette mise en perspective.
    La période qui s’annonce semble bien trouble pour l’humanité. Certes bien des « valeurs » sont ou seront chamboulées mais ce n’est que la continuité des choses encore pour l’instant. C’est toujours l’esprit de conquête qui est à l’œuvre. Ce n’est pas (encore) le « nouvel ordre mondial » c’est l’aboutissement des volontés de pouvoir à l’oeuvre depuis plusieurs millénaires qui dans son nihilisme peut nous amener à la catastrophe.Les religions se sont constituées pour conquérir le pouvoir d’une autre manière, la catholique à échoué, l’islam tente sa chance avant d’échouer, l’hébraïque pense rester en finale car essentielle...
    Les oligarchies profitent de l’inculture pour s’imposer de force mais trouveront leurs limites aussi, en ayant bien fait du dégât aussi au passage.
    Un jour il n’y aura plus d’idéologies ni rationnelles ni spirituelles, ne restera qu’un homme face à sa liberté et de l’assumer en association avec les autres hommes, alors peut-être pourrons nous parler d’un nouvel âge. Nous ne le verrons pas de sitôt, la boucle n’est pas encore bouclée, la misère générée n’est pas encore bonne conseillère mais bon, ça commence à venir...


    • morice morice 13 mai 2015 17:16

      Merci pour cette mise en perspective.


      vous vous faites désinformer mon vieux !

    • elpepe elpepe 14 mai 2015 03:23

      @Le chien qui danse
      Bonjour
      Un jour il n’y aura plus d’idéologies ni rationnelles ni spirituelles, ne restera qu’un homme face à sa liberté et de l’assumer en association avec les autres hommes, alors peut-être pourrons nous parler d’un nouvel âge

      Ca fait beaucoup de vide tout ca
      La liberte est refusee en bloque par l humanite qui reclame a coeur et a cris d etre asservie, violee, asservetie, salariee, fonctionarisee, mutualisee, lobotomise, politisee, syndicqlisee, Agoraphyxiee et tutti quanti
      SI vous donnez la liberte a un homme il meurt instantanément de panique, vous etes fou ...

      Bon pour remplir ce vide intersidérale, l homme a invente son eternite auquelle il croit dur comme fer, et maintenant tel un epicier il croit pouvoir l acheter, ma foi ca l occupe.
      Il faut trouver d autres ressorts, la pile wonder ? les conges payes ? la retraite anticipee ? les lois Macrons,  ? hare krishlna ? l etat Islamique ? may be le Christianisme  ? sinon on se fait chier grave sur cette terre


    • soi même 13 mai 2015 13:21

      @ Cpt Anderson, d’après votre point de vue ce que vous dites est juste, mais êtes vous sur qu’il y a que se point de vue ?, qui a justement la particularité de notre époque part rapport aux 12ènes siècles par exemple ?

      Et bien c’est la naissance de conscience individuel, avant le 15ènes siècles , la conscience était collective elle était lié à l’âme d’un peuple, aujourd’hui elle est individuel, propre à chacun, et bien dans ce cas , il est normal à chaque évolution notoire de l’humanité que pour acquérir justement cette nouvelle impulsion, que se manifeste se foyer de destruction mon pas pour qu’il triomphe et bien pour nous affermir dans l’acquisition de nouvelle faculté humaine ...


      • soi même 13 mai 2015 14:13

        @Bainville, en 1916 , il y a eux ses paroles qui raisonne comme une prophète si dans un siècle les hommes ne se tournent pas vers l’Esprit, l’Europe se sillonne par des mendiants pied nue, à prendre au sens réel comme au sens figure, c’est bien ce qui est en train d’arrivé à petit pas aujourd’hui !


      • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 2015 22:44

        @soi même. NON, les propositions infinitives ne sont pas des passés composés. Incorrigible, hein !
        C’est bien ce qui en train de venir ?
        ou « C’est bien ce qui est en train de venu » ?


      • Buzzcocks 13 mai 2015 15:49

        L’histoire de l’antiquité à maintenant résumé en 1 page.... Avec ses raccourcis, ses mensonges par omission.

        Au moyen age, toutes les capitales européennes avaient une rue des Lombards, en Pologne et en Russe, le mot lombard désigne même un prêteur sur gage. Bref, la finance mondialisée existait déjà au moyen age. Alors, certes, Saint Louis qui avait besoin de pognon pour financer ces croisades, inventa bien avant Hitler la persécution des juifs (mais aussi des lombards, florentins, et autres cahorsins) sous prétexte qu’ils pratiquaient l’usure. Mais bon, le motif était avant tout de financer ses délires guerriers (guerre civilisationnelle, dites vous, pour parler de ce qui nous attend... !!!).


        • soi même 13 mai 2015 15:54

          Du n’importe que quoi comme commentaire, les livres d’histoires que vous avez lu était des comptes à dormir debout !

           


        • foufouille foufouille 13 mai 2015 16:01

          @soi même
          non, il a raison


        • Buzzcocks 13 mai 2015 16:41

          @soi même
          Visiblement, j’ai davantage lu des livres d’histoire que vous de grammaire et des dictionnaires.


        • Buzzcocks 13 mai 2015 16:50

          @soi même
          Vous irez me chercher dans un dictionnaire, le mot rouelle, son origine, son utilisation et qui s’en inspira dans les années 1930.
          Un petit exercice qui ne vous ferra pas de mal.

          Et comme je suis un idiot inculte, vous allez aussi me donner votre version de l’origine de l’appellation de la rue des Lombards à Paris, puisque vous semblez dire que son nom ne vient pas de la présence de banquiers lombards présents en plein Paris.


        • soi même 13 mai 2015 18:58

          @Buzzcocks,, c’est votre façon de le raconté qui est profondément dérangeant comme si le moyen age se résumait à cela !


        • Buzzcocks 13 mai 2015 20:49

          @soi même
          L’auteur comme tous les cathos tendance manif pour tous, élaborent la théorie qu’avant, c’était mieux et que depuis la révolution, c’est la chienlit.
          Je ne fais que dire à travers quelques exemples, que la finance mondialisée existait déjà au moyen age. Et que les atrocités (persécuter les juifs) ne sont également pas apparus avec la révolution. Bref, vous n’avez pas lu l’article. je ne vous en veux pas, il n’est pas utile.


        • gabin 14 mai 2015 09:42

          @Buzzcocks
          Premièrement je suis athée désolé pour vos préjugés, si vous aviez vraiment lu l’article, vous vous seriez rendu compte que je parle d’idéologie et non des bienfaits d’une époque par rapport à une autre. D’ailleurs, la suite de votre post démontre que pour vous l’histoire est une science...il suffit de trouver quelques exemples pour faire des vérités...enfin bref comme pour tous ceux qui s’imaginent que les sciences humaines se limitent à une équation à résoudre, le débat n’existe pas et donc se pose en tant que juge en s’imaginant détenir une vérité qui n’existe pas....


        • morice morice 13 mai 2015 17:15

          fatras idéologique et pseudo démonstration digne du mariole Asselineau : c’est du CONFUSIONISME total ce torchon !!!!


          ce sont vos références qui vous PLOMBENT :

          Dominique Venner, chantre des fachos qui s’est fait sauter le caisson dans Notre-Dame (quel symbole de crétinerie !)

          le choc des civiisations bouquin d’un néocon avéré ayant provoqué les événements dont vous parlez pour avoir influencé la cl que de Bush.

          « réseau international », faux site d’infos chargé de désinformer, à la Meyssan appelé « site de INFORMATION » : avant on disait PROPAGANDE.

          le site qui présente la copine de Meyssan qui OSE écrire ça :



          bref, le faux capitaine, vous TROMPEZ les gens, avec votre grande copine la mère Agnes, qui en bonne chrétienne respectueuse de l’âme annonce que des enfants morts ne faisaient que dormir..

          elle n’a même pas été sur place : elle vit au Liban depuis 2012 avec sa grande copine..

          Et vous voudriez qu’on tienne compte de votre texte qui MODIFIE l’histoire de la Syrie ???

          Franchement, c’est se foutre du monde !

          « Les Catholiques sont tournés en ridicule par les médias (comme ce fut le cas lors des manifestations sur le mariage homosexuel),  » en quoi cela est un argument chez vous ? C’est le même que celui du FN sur la pseudo décadence de la civilisation, vieux marronnier des fachos dont vous faites partie !!!

          vous faites partie de la fausse agence info libre ,et vous pratiquez la désinformation et le confusionisme, comme d’autres l’ont remarqué 


          Le problème est que l’AIL rend tout aussi assidûment et complaisamment compte de l’actualité des diverses tendances de l’extrême droite, y compris les plus groupusculaires, dans des proportions inédites pour un média prétendant ne rien avoir à voir avec cette mouvance : cela va de la couverture des procédures judiciaires impliquant Dieudonné et son avocat21, Alain Soral ou Robert Faurisson aux Manifs pour Tous en passant par le Jour de Colère, Unité continentale et La Dissidence, Serge Ayoub, le mouvement néo-fasciste italien Casapound, les royalistes de l’Action française, SOS Tout-Petits ou encore la réalisation d’interviews des auteurs d’extrême droite présents au dernier Salon du Livre.


          votre nom d’agence est un leurre complet pour ceux qui ne citent rien à la politique ou l’histoire... les jeunes que vous TROMPEZ, manifestement avec ce long charabia.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 2015 18:20

            @morice
            Je ne vois aucun rapport avec Asselineau, que vous mettez à toutes les sauces, sans jamais argumenter, ni prouver ce que vous avancez.
            Voici sa conférence sur « l ’Histoire de France ».
            Vous me direz quels sont les points communs avec ce billet ?


          • soi même 13 mai 2015 19:32

            @Fifi Brind_acier, laisse tombé Mono confond Asselineau avec son moulin moulinet pour faire sa purée !


          • JC_Lavau JC_Lavau 13 mai 2015 19:54

            @Fifi Brind_acier.

            Momo n’a pas toute sa tête.

            J’ignore s’il l’a eue par le passé.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 2015 18:52

            à l’auteur,
            Par un siècle de luttes, et grâce au CNR, les Français ont acquis un modèle social qui assurait, jusqu’aux lois Macron et aux directives de la Commission européenne, la redistribution de la richesse nationale : sous forme de salaires par le droit du travail, les services publics, les retraites par répartition, la Sécurité sociale, les aides sociales etc.


            Vous avez bénéficié toute votre vie de cette solidarité, tout à fait à l’opposée de l’individualisme dont vous parlez sans cesse. Mais c’était bien mieux avant, bien sûr...

            Ces « réformes structurelles » vont donc vous enchanter, nous allons revenir 150 ans en arrière !
            «  La dureté de vivre et le châtiment du ciel »

            « Réduire le niveau des protections qui ont éloigné l’individu avec la dureté de vivre, (...) il y a 150 ans, le travail était une nécessité (sic), la santé, un don de Dieu, et la prise en charge des personnes âgées relevait de la piété familiale. etc ».

            De quoi vous plaignez-vous ?
            Tout va dans le sens d’un retour à Zola, quel bonheur, n’est-il pas ?
            ---------------------------------------------------------------------------
            Quant à la laïcité, c’était une loi de paix entre les religions.
            Jusqu’à ce que les néo cons de la Maison Blanche trouve plus judicieux d’en faire une loi pour fomenter des guerres de religions, diviser les peuples et semer le chaos.


            « Le choc des civilisations », ce n’est pas seulement l’ Islam et les Catholiques qui sont désignés comme « ennemis de l’Occident-OTAN », mais aussi, les Chrétiens orthodoxes, et plus surprenant, les Chinois, le Bouddhistes, les Américains du Sud, les Hindous...

            Bref une paranoïa planétaire pour justifier les guerres coloniales destinées à mettre la main sur les réserves naturelles ici ou là...

            • gabin 14 mai 2015 09:51

              @Fifi Brind
              Vous me parlez de CNR et du modèle social qui en découle...OK....quel est le lien avec l’article ?
              Je parle d’une idéologie qui s’installe depuis la révolution française et comme lorsque l’on évoque
              l’Histoire ou les sciences humaines on trouve toujours des exemples ponctuels ou des contre exemples. Seulement vous me parlez d’un programme politique qui a bien évidemment apporté des avancées sociales mais l’article ne parle pas de ça, désolé,....
              D’autre part vous me parlez de laïcité détourné par les néo cons de la maison blanche ??????
              La laïcité aux USA ????je ne vois pas où voulez en venir ???
              L’article montre plutôt d’une idéologie qui s’installe remplaçant des dogmes par d’autres donc aucune avancée....enfin dès que l’on parle de religion ici ou là, les censeurs sont de sortie et s’imaginent que l’on préfère l’ancien régime....Dommage que vous vous soyez focalisé sur une chose qui n’est pas l’essentiel....


            • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 2015 10:06

              @gabin. Apparemment le nouveau nom de Cpt Anderson.


            • gabin 14 mai 2015 11:45

              @JC_Lavau
              Désolé je croyais que vous aviez un esprit d’ouverture....
              Je ne suis ni le captain Anderson je participe à ses travaux.
              En revanche, réfléchissez à ce vous dites, n’êtes vous pas le premier aigri ? Dommage je pensais que vous étiez pour un débat constructif en fait vous ne valez pas mieux que les autres en recherche d’une notoriété sur un réseau social,....formidable !


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mai 2015 19:17

              @gabin
              Vous parlez sans cesse dans votre article de « l’individualisme », je vous démontre au contraire, que la société française vit dans le système le plus solidaire et le plus redistributif du monde.


              Si vous ne pouvez pas vivre sans religion, rassurez-vous, des millions de gens s’en passent fort bien !

            • gabin 14 mai 2015 19:34

              @gabin
              Désolé de vous dire que je suis athée et non baptisé....désolé de vous dire que le système français n’est pas le plus solidaire non plus et je ne parle même pas de la mentalité des gens endoctrinés dans un tittytainment affligeant qui ne s’occupe que de leur nombril...La nostalgie des années d’après guerre où le général De Gaulle avec ses proches avaient encore une vision étatiste est louable mais elle est destruction, l’illusion perdure encore mais à quel prix ? A coût de dette« irremboursable » ?
              Enfin désolé de vous dire que mon article traite d’une idéologie d’une pensée et non de personnes qui se battent pour le bien et encore moins de système politique, alors encore une fois désolé de vous dire que pour affirmer que vous avez démontré quoi que ce soit échangeons sur ce que j’évoque et non sur une partie de l’article qui semble vous avoir touché (religion et individualisme) ; sachez qu’il n’a pas besoin d’être croyant pour dire que des aspects de la religion et la de la société judéo-chrétienne seraient un bienfait pour la société....


            • gabin 14 mai 2015 19:37

              @FIFI
              Désolé pour l’erreur


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mai 2015 19:43

              @gabin
              La morale incluse dans la plupart des religions a été largement et systématiquement violée par les puissants. Elle servait surtout à assurer la paix sociale.
              On peut conserver les grands principes moraux, tout en étant athées.


              Vous abordez bien dans votre titre la fin des civilisations ?
              Je vous ai répondu que la version actuelle, ce n’est pas d’en finir avec les civilisations et les religions, mais au contraire de créer des conflits entre les religions et les civilisations.
              C’est la version des néo cons de la Maison Blanche « du choc des civilisations. »

            • gabin 14 mai 2015 19:58

              @Fifi Brind_acier
              vers la destruction des civilisations signifient que les idéologies ont remplacé un système qui avaient sans doute des failles mais actuellement est-ce mieux d’un point de vue spirituelle ? l’homme n’est-il pas autant asservi ? les idéologies dominantes qu’elles soient libérale et socialiste ont-elles vraiment fait avancer l’humanité ? pour ma part c’est évident que non, les illusions sociales ( à grand coût de dettes) et technologiques nous font croire que nous sommes meilleurs. voilà mon article résumait succinctement mais je pense que c’était important car vous le réduisez trop facilement. En revanche je suis d’accord avec le début de votre post précédent. moins sur la fin car la bande Bush-bzrezinski n’est pas la seule responsable de l’état du monde, quand on laisse les lobbies économiques, sociaux ou politiques avec une nomenklatura non élue en Europe, la démocratie de cette façon est-elle progressiste, est-elle plus juste que les anciennes monarchies...évidemment que non !! des gens font des propositions qui sont intéressantes mais eux aussi sont mis au ban de la société, je respecte chouard voire même certaines idées d’Asselineau...


            • JC_Lavau JC_Lavau 13 mai 2015 19:34

              Très très très mauvais article. L’auteur met en scène son propre désarroi, sous forme de métaphores collectives sans rigueur et sans valeur.


              • gabin 14 mai 2015 11:46

                @JC_Lavau
                Sans valeur...pertinente remarque sans fondement, étalage d’une personne omnisciente...


              • JC_Lavau JC_Lavau 13 mai 2015 20:10

                En ce temps-là où c’était mieux avant, presque personne ne savait lire et écrire. Seuls quelques clercs...

                En ce temps-là où c’était mieux avant, l’église détenait le monopole de l’état civil, et le monopole de l’enseignement. Pour pouvoir accéder à l’enseignement sous ce monopole, il fallait tricher avec la bureaucratie cléricale, laquelle en retour fulminait contre les gauliards.

                En ce temps-là où c’était mieux avant, il était sage de ne point trop s’attacher aux enfants, il en mourait tant avant l’âge de la force adulte.

                En ce temps-là où c’était mieux avant, la peste pouvait éliminer un tiers de la population de la France. La variole aussi et le typhus avaient quelque chose pour plaire.

                ...


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 2015 21:13

                  @Bainville
                  Où voyez vous la misère d’esprit ? Quel rapport avec l’intelligence ?
                  Vous pensez que tous les Français s’appellent Nabila ? Quel mépris !


                • JC_Lavau JC_Lavau 13 mai 2015 21:28

                  @Bainville. Ta « logique » défie toute compréhension. Et toi ? Te comprends tu ?


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mai 2015 07:22

                  @Bainville
                  Vous bottez en touche et ne répondez pas aux questions posées.


                • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 2015 13:16

                  @Fifi Brind_acier.
                  Chez ce thuriféraire (Bainville), aucun notion du rôle du « Surmoi ».
                  Une des raisons pour laquelle Charles de Gaulle s’est fait tant d’ennemis durant sa carrière militaire est bien son Surmoi impérieux. Le contraste en humiliait tant, même sans que de Gaulle y rajoutât ses propres maladresses.
                  Exemple, au commentaire d’une manoeuvre, le capitaine CdG apostrophe un supérieur (colonel ?)  : « Mais ce faisant, vous faites une faute qu’un sergent n’aurait pas commis : vous perdez le contact avec l’ennemi ! ».

                  Le Surmoi et le confort sont antagonistes...


                • sls0 sls0 13 mai 2015 20:53

                  Et oui si on passe son temps à trouver de quoi manger, les philosophes et grands penseurs on ne sait même pas qu’ils existent. Leur influence sur la société, j’ai quelques doutes.
                  Sur cette carte les début de l’alphabétisation en Europe, pour les philosophes, c’est peut être plus que savoir lire qu’il faut. Avec les trente glorieuses cette excuse n’est plus recevable, les philosophes sont devenus accessibles pour la plupart.

                  Les trente glorieuses c’est le pétrole, j’ai bien l’impression qu’on est parti pour les trente piteuses.
                  On verra si le temps passé pour de l’essentiel comme manger et être à l’abri permettra la lecture de philosophes pour tout le monde. Il restera toujours 1% de la population qui n’aura pas ces problèmes essentiels qui pourront discuter philosophie, en discuter, pas l’appliquer car ça risquerait de modifier leur style de vie.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mai 2015 07:32

                    Du temps de la Monarchie, les rois détenaient le pouvoir.... de Dieu.
                    Délégation de pouvoir largement invérifiable...
                    C’est encore ainsi dans les Monarchies européennes, de droit divin, sauf en Belgique.
                    En Angleterre, les citoyens naissent inégaux, une aristocratie détient 69% des terres.

                    Asselineau sur les Monarchies en Europe - débat avec le représentant de l’ Alliance royale."


                    • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 2015 12:12

                      @Bainville. Mhouais, tout faux !
                      Les boyards avaient choisi Michel Romanov parce que le plus faible et le plus bête d’entre eux, il n’allait pas beaucoup les bousculer. Années soixante, leurs descendants en riaient encore.

                      Jusque très tard, environ 1905, le gros du peuple rural russe s’imaginait que le tsar était bon, était au dessus de toute cette turpitude et cette corruption, qu’il était juste mal entouré et mal conseillé. Ils peinaient à concevoir qu’il était le chef de cette caste de voleurs.

                      Louis XVI ouvre les Etats Généraux par l’affirmation que tout procède de lui, car il est le représentant du dieu du Vatican. Mais déjà son grand-père était cramponné au même aveuglement, claquemuré dans sa cour d’hyper-privilégiés. A une bataille près (Fontenoy), ces Louis ne voyageaient pas dans leur royaume.

                      Louis XIII a reconquis son pouvoir sur Concini parce qu’il a pu avoir une bonne équipe d’assassins fidèles, commandés par de Luynes. La naissance... la naissance...


                    • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 2015 13:08

                      @JC_Lavau.

                      Oups ! Boyars. Pas de « d ». Se référer aux textes russes.


                    • Jean Keim Jean Keim 14 mai 2015 08:23
                      Les idéologies ont eu raison des hommes ... et cela continue.
                      L’article est je trouve intéressant et il y est fait une fois de plus une analyse de la situation tout en exprimant les sentiments du rédacteur mais jamais, je dis bien jamais personne ne se demande comment et pourquoi nous en sommes arrivés là, si nous pouvions tout changer, mettre en place une société juste, solidaire, partageuse, inéluctablement à terme elle se pervertirait car LA racine du mal - mot pris dans le sens de « trouble de fonctionnement » et non pas dans un sens moral ou religieux - est ignorée : l’être humain ne vit pas dans le réel mais dans l’abstraction des idées et les commentaires sont de la même nature, tant que nous chercherons des solutions nous nous fourvoierons.
                      L’analyse ne peut s’appuyer que sur ce qu’elle connaît et la combinaison des idées ne peut accoucher que d’une vieille recette. 
                      Nous pouvons accuser la finance et son outil la banque ou les marchands d’armes ou les politiques ou l’argent ou dieu ou diable mais ce ne sont que des abstractions bien pratiques et sans consistance, nous sommes individuellement le monde, nous sommes dans le désarroi le plus total et projetons nos peurs sur les autres en oubliant notre propre responsabilité concernant l’état de la civilisation.

                      • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 2015 10:48

                        @Jean Keim.
                        Suggestion : étudier la corruption, l’art et la manière d’acheter les joueurs de l’équipe adverse. L’UIMM y était experte, à ce qu’on a appris.

                        N’arrivent à l’Elysée et à la Maison Blanche que des corrompus, de nos jours.
                        Et on pourrait accumuler les autres exemples, notamment dans le conglomérat judiciaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès