Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > IKEA et la chiennerie commerçante

IKEA et la chiennerie commerçante

Que le commerce soit devenu une science machiavélique, nous le savons. Qui veut une fin prospère accepte les moyens les plus bas.
Que les plus grandes écoles de commerce enseignent aux plus intelligents à séduire, à tromper, à mentir, à voler, à tuer ce n’est plus à démontrer.
Les noms les plus ronflants cachent cette misère.
 Nous sommes tous les jours confrontés à cette boue contre laquelle nous devons lutter, petites chèvres de monsieur Seguin déchirées par des loups invisibles.
Veut-on s’assurer ? Il faut lire mille lignes en caractère lilliputiens où l’on apprend que l’on est en effet assuré lors d’un accident d’avion sauf s’il est dû à un attentat, une mouette, un terroriste, un pirate, un cyclone, une guerre, une panne, une soucoupe volante, un missile, une explosion, la présence à bord de Paris Hilton se faisant sauter dans les toilettes, un orage, un météore, un trou noir, un trou d’air, un trou d’eau et le triangle des Bermudes.
 Il doit y avoir des gens dont le métier est : « Trouver toutes les raisons pour lesquelles quelqu’un va payer une assurance dont il ne verra jamais la couleur. »
 « Plus petit que le petit » se traduit ainsi dans le Littré : caractères des polices d’assurance.
 Les Etats n’interviennent pas. Les Etats sont dirigés par les valets du commerce dévoyé.
Il ne faut d’ailleurs plus dire « commerce » car cette activité quand elle est honnête, est pleinement utile à la société. Il faut dire tout simplement ruffianderie. La ruffianderie internationale. Impunie et triomphante.
Autre exemple grave, celui de l’agro-alimentaire.
 Au temps jadis il arrivait qu’on vende du lait en lui mêlant de l’eau.
 C’était le fait de magouilleurs qui ternissaient la profession.
 A présent la magouille est générale. La question fondamentale est : « Que va-ton mettre dans nos produits, qui n’est pas cher, pour que nous gagnions davantage d’argent ? »
 Il y a eu les fameux cadavres d’animaux mêles à de la nourriture pour bétail. On connaît le résultat. Le Soleil vert brille sur nos têtes !
 Il y a plus gentil mais non moins nocif.
L’agro-alimentaire utilise abondamment deux produits : le lait en poudre et la farine de blé. Ils en mettent partout. Regardez les étiquettes. Le blé pour son gluten qui rend moelleuses les matières. Ainsi, les pains de mie, par exemple, sont très riches en gluten. Or, comme l’écrivait Paracelse : « Ce n’est pas le produit qui est un poison, c’est la dose. » Et à force d’en mettre partout, trop c’est trop.
C’est ainsi que le gluten, abondamment saupoudré dans tout ce que nous mangeons, finit par être, pour nos intestins, aussi râpeux que du sable. Le gluten s’attaque à la puissante membrane protectrice de nos tripes et la transforme en passoire. A partit de là, tout va n’importe où en particulier dans les articulations mais aussi dans le cerveau, où vous voulez. Notre pauvre corps si brillant, si intelligent, dont les Chinois (anciens ) disent que c’est une âme, un dieu, à juste titre, me fait penser à ces pauvres secrétaires débordées qui ne peuvent traiter tout ce qu’on leur envoie et entassent tout n’importe où . Cela pourrit et nous ronge d’arthrose, de diabète et autres bricoles.
N’allez pas demander à un médecin s’il est exact que le gluten peut se révéler nocif, il vous prendra pour un témoin de Jéhovah. D’ailleurs il n’y connaît rien et il n’a pas à s’y connaître car son métier n’est pas de prévenir la maladie (encore un coucou à nos bons chinois anciens !) mais de la guérir par des médicaments. C’est un commerce lucratif. Les médecins ignorent la médecine de base. Cette question : « Comment faire pour ne pas être malade ? » n’est pas de leur ressort. Par ailleurs, on les comprend. Les malades les nourrissent. Donc s’ils se nourrissent mal, ils les nourrissent bien.
Quand on leur dit « Que dois-je manger ? », ils vous répondent « Equilibré ». Avec ça l’obésité mondiale galope.
 Bon. Mais Ikéa là-dedans…
Ikéa ! L’Ikéa de nos rêves d’antan ! Sa carte « Family », quel joli nom ! Son restaurant avec ses saumons pêchés dans les fjords ! Ses chaises hautes pour bébés ! Sa salle de jeux aux ballons multicolores ! Ses petits crayons pour noter ! Sa chaise qui depuis cinquante ans se fait enfoncer par un robot dans une cage en verre ! l
La mythologie d’Ikéa ! On ne se marie plus à l’église ! On se marie à Ikéa !
Donc, ayant besoin de changer quelques éléments de ma cuisine je choisis cette illustre enseigne.
Je me rends tout d’abord au magasin de… (Vous comprendrez tout à l’heure les raisons de ma discrétion. ) Et tout en bavardant avec un vendeur, un nouveau sans doute, qui, si je dis qui il est va devenir un ancien, j’apprends qu’il y a une promotion pendant la foire de Marseille. Qu’on a une réduction de cent euros quand on achète pour mille euros de matériel. Au rayon cuisine. Bonne nouvelle ! Mais ajoute-t-il, me le glissant au creux de l’ oreille ! « Ne dites pas que c’est moi qui vous l’ai dit ! »
What ? Une promotion secrète ? Ikéa lance des promos qui ne doivent pas être connues ? Bizarre …
Bon. La semaine d’après me voilà à Ikéa Vitrolles. Là on sait où l’on est.
Rayon cuisine. Après avoir traversé le rayon lit, salon, bureau, chambres, c’est leur méthode. Ils luttent contre l’obésité en promenant la clientèle dans un labyrinthe . Brave Ikéa.
Je choisis donc mes éléments. Je regarde les prix. Il y a là le fameux tiroir de cuisine qui a trois étiquettes. Si on l’achète, il faut payer trois fois. Pour le tiroir. Pour la façade du tiroir. Parce qu’il y a des gens qui veulent des tiroirs sans façade. Ils mettent du scotch pour les fermer. Et ensuite les amortisseurs de tiroir. Vous savez le grand luxe, ces tiroirs qui se ferment tout seuls et glissent comme des dauphins qui plongent dans l’eau bleue ! (Je devrais faire de la pub, moi ! ) Bref le dauphin ça se paie. OK.
Je fais donc l’addition de toutes les petites bricoles qui composent la fameuse cuisine, indice essentiel de condition sociale, ( « Dis-moi quelle cuisine tu as et je te dirai qui tu es. ») et j’arrive à 920 euros. Je dis alors au vendeur, sans lui dire d’où me vient le tuyau, moi aussi je protège mes indics :
-Il faut que j’arrive à 1000 euros pour avoir le bon de réduction, non ?
Vous noterez messieurs les jurés qu’à aucun moment ce n’est le vendeur qui m’informe de l’aubaine. De la fameuse promotion secrète dont il ne faut pas parler. Y a-t-il eu des directives ? Leur a-t-on dit : « Voilà, en ce moment il y a une promo mais il ne faut pas le dire parce que ça va faire baisser notre chiffre !! » Allez savoir ! Suis-je en train de commettre un délit d’initié ?
Le vendeur me confirme en effet l’existence de cette promo et je rajoute un meuble que je comptais acheter plus tard pour dépasser mille euros. Bingo ! C’est fait ! Parfait !
Mais soudain un drame se produit ! Pendant que nous commandions à la table 12, un autre vendeur à la table 14 commandait les mêmes portes que moi et me les subtilisait ! Il va donc falloir attendre une semaine pour six portes. Ceci, au demeurant, sans importance. Mais on va le voir, en fait très important !
Oh ! Fatalité ! Tes ressorts nous sautent au visage comme des tiroirs sans amortisseurs !
Bref, j’arrive en caisse après avoir traversé la fameuse zone « libre-service ».
La zone libre-service…
Après les petites pièces bien décorées de l’étage, on est dans le loft de la profusion. L’appellation même « libre-service » suggère qu’on est libre de se servir. (En payant quand même. C’est là que les notes, on ne sait pourquoi, enflent comme des montgolfières ! Trois bougies par ci, une plante en plastique par là, deux tiroirs en osier, quoi ? Cent euros de plus ?)
Je suis donc à la caisse avec mes deux caddies chargés comme éléphants morts.
Commence l’épopée, la lutte de la pauvre bichette contre les multinationales.
Moi à la caissière :
-Mais vous ne me faites pas ma réduction ?
-Pourquoi ? Quelle réduction ?
-Les cent euros de réduction puisque j’ai plus de mille euros de matériel cuisine.
-Mais comment je sais que c’est mille euros pour une cuisine ? Vous avez beaucoup d’achats en libre-service !
Et elle me montre une note avec une liste aussi longue que les conquêtes de Don Juan , une liste de noms exotiques : Wasa , Vlada, Surska, Chouka… Qui est quoi ? Dur de dur ! Heureusement je n’ai acheté que des bricoles pour ma cuisine.
-Mais ce ne sont que des objets de cuisine !
-Je n’en sais rien !
Je m’en vais te lui mettre un coup de louche sur la tête, elle va voir si c’est du matériel photo !
-Par ailleurs, continue la caissière, les achats de matériel cuisine achetés en libre-service ne comptent pas pour la réduction.
-Quoi ?
Là, je l’avoue, j’ai un comportement indigne. Je suis sur le pont d’étrangler cette pauvre caissière qui gagne trois radis par mois et n’est que le porte-parole de sa multinationale pervertie.
Elle continue.
-D’ailleurs , c’est le rayon cuisine qui doit vous donner le bon de réduction. S’ils ne vous l’ont pas donné c’est que vous n’y avez pas droit.
-Je n’y ai pas droit !!
 Mon sang ne fait qu’un tour, expression curieuse : qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’il fait un tour, s’arrête et compte les points ?
-Calmez-vous, madame !
 Par-dessus le marché, j’ai l’air d’une folle.
-Je vais chercher ce bon !
 Et je bondis vers le rayon cuisine.
 Beaucoup d’entre vous savent ce que c’est, quand on est aux caisses d’Ikéa, de revenir au rayon cuisine. Il y a l’épopée d’Emile Victor pour atteindre les pôles, la marche dans les ruines du Machu Pichu où l’on respire si mal. Là, il faut aller à contre-courant. Comme un saumon du temps où les saumons étaient en liberté. Je retraverse tous les rayons. Cela me fait penser au moment où l’on meurt où , paraît-il, défile le kaléidoscope de la vie : ma vie dans les cuisines ,dans les salons , dans les chambres, avec mes bébés !
Et j’arrive au fameux rayon.
 La fille du rayon cuisine a été Informée de l’incident par la fille des caisses.
Je tombe donc sur une vendeuse qui me parle lentement comme aux malades mentaux qui ne veulent pas prendre leur médicament et qui ne comprennent rien aux réalités du monde.
-Mais non, madame, vous n’avez pas droit à ce bon.
-Mais j’ai pourtant mille euros d’achat !!
-Non.
-Comment ça non ? ????????
-Mais calmez-vous, madame.
-C’est écrit, là ! Mille vingt euros !
-Et non. Parce que vous avez six portes qui ne sont pas en réserve. Et que vous devez revenir pour les chercher. Et que donc cela fait mille euros moins cent cinquante euros, le prix des portes.
-Mais je veux bien vous les payer tout de suite, moi ces portes !
-Non. Vous ne pouvez pas. Nous n’acceptons aucun paiement pour ce que nous ne vendons pas. (Logique, là.)
C’est alors que lasse de ces discussions , j’en viens aux grands moyens . Bon ! Je devais acheter une plaque chauffante. Je comptais le faire plus tard. Je vais le faire maintenant et qu’on n’en parle plus ! (Bientôt je vais payer mille euros de plus pour avoir cent euros de réduction !)
-Je prends une plaque chauffante ! Ajoutez-la sur la note ! Et donnez-moi mon bon !
-Non. Le matériel électro-ménager n’entre pas en compte pour la réduction.
 C’est l’estocade. Je plie du genou comme le vaillant taureau. Je tente tout de même un dernier coup de corne.
-Mais quand pourrais-je avoir ces cent euros de réduction ?
-Quand vous viendrez chercher les portes.
-Elles coûtent cent cinquante euros. Je ne les paierai donc que cinquante ?
-Non. Ce n’est pas une réduction. C’est un bon. Vous paierez cent cinquante et ensuite vous aurez un bon de cent euros.
-Mais si vous me l’aviez dit avant, je n’aurais pas acheté aujourd’hui tout ce matériel en libre- service qui n’entre pas en compte pour la réduction, si vous m’aviez dit ce qui entrait en compte pour la réduction, d’ailleurs je vous le fais remarquer, le vendeur ne m’a pas parlé de cette réduction, c’est moi qui le savait par .. chut !!!
-Mais nous ne sommes pas des robots, madame…
 Tout est dit. Ce sera le mot de la fin.
 
Ce qui est le pire dans cette histoire, c’est que ces multinationales qui mettent en avant des vendeurs peu payés, nous donnent, quand nous protestons, mauvaise conscience. Nous nous disons : « Arrête, ils n’y sont pour rien. Tu es mieux lotie qu’eux ! » C’est une tactique aussi. Bien joué ! En fait, acheteurs et vendeurs, mêmes victimes à se bouffer le mou !
Certes certains diront que ce n’est ni une lapidation, ni un viol, ni un attentat, que ce n’est qu’une bricole qui frappe quelqu’un qui a un toit puisqu’elle peut y mettre une cuisine.
Mais marre de ce commerce agressif, de plus en plus agressif.
 
Le soir, pour me détendre les nerfs et surtout parce que je n’ai pas de cuisine, je vais au resto avec ma fille et mon gendre. Un nouveau resto qui vient juste d’ouvrir dans la zone commerciale de ma ville. Vous savez ces jolies zones qu’il y a à l’entrée de toutes les villes avec les mêmes enseignes . Sympa. On se sent partout chez soi.
A l’entré une serveuse nous dit :
-Ah ! Non !On ne peut pas vous servir !
 Bravo ! Quelle journée ! Le restaurant est à moitié vide…
-Attendez, je vais me renseigner…
On croirait qu’on est à Paris, à l’entrée des Bains.
 Elle revient bientôt.
-Si, si, c’est possible venez.
A mon avis Ikéa a dû leur téléphoner et leur dire que je suis dangereuse. (Chiante, plutôt.) Ils se méfient.
 Super décor dans ce resto mais on nous avertit : c’est le premier soir.
 En effet. La César salade est faite avec un poulet qui doit être composé d’os de poulet mixés. La tarte à la crème anglaise est sans crème anglaise « parce qu’ils ne l’ont pas encor reçue », la café est mauvais. Bref, c’est la totale. On est en train de se dire qu’on ne remettra plus les pieds dans ce resto quand un serveur, au moment de l’addition, s’approche et nous dit :
-Veuillez nous excuser. En fait vous êtes nos premiers clients. Tous les gens qui sont ici sont des amis qui testent la cuisine. Voilà pourquoi, au début, nous ne voulions pas vous recevoir. Nous aimerions savoir ce que nous avons pensé de ce qui vous été servi. Mais le patron me dit de vous dire que ce soir vous êtes invités.
Je pense que le changement d’expression sur nos visages pourrait faire l’objet d’une étude dans les cours de l’Actors studio. Comment passe-t-on de ce dégoût fait de haussements de sourcils, de hochements de tête à ce ravissement soudain :
-Ah !...Mais vous êtes trop gentils !...Merci, vraiment ! Comment était-ce repas ? Hé bien…Le décor est superbe…Très jolie présentation de la salade…Heu…Le poulet…Heu…Mais le chili con carne était super ! (Ce qui était vrai.) On fait l’impasse sur les frites mal cuites. Mon gendre, ce sagouin, évoque quand même l’absence de crème anglaise mais se répand en félicitations sur le décor et fait même la conversation avec le patron qui est venu en personne nous saluer.
Car le patron est là !
Enfin un peu d’humanité !
Un patron qui est le patron !
Un patron qui veut progresser !
Un patron qui reconnaît ses torts !
Un patron qui a un visage et qui vient parler avec ses clients !
Et nous sortons de ce resto en disant : « On reviendra ! On va les suivre ! On va les aider ! »
 
Bon résumons les gains financiers de la journée :
Un bon de cent euros à Ikéa que j’aurai si le jour où je retire mes portes les portes sont bien là car si elles ne sont pas là avant la date de la fin de la promo secrète, que va-t-il se passer ????
Et un gain d’environ 70 euros pour le repas !
Pas mal !
 
Dernier point : si lors de la manif de samedi à Marseille vous voyez une fille qui brandit un drapeau « Mort à Ikéa et à la chiennerie du commerce international ! », vous saurez qui c’est !
Et si un jour, j’ai mon bon de cent euros, on le boira ensemble !
A la santé du patron du « Vegas » !

Moyenne des avis sur cet article :  3.84/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • drlapiano 4 octobre 2010 10:31

    Encore une foi, plus c’est long plus on a de chance de dire des conneries ... et là c’est long, mais long ... il faut bien montrer qu’on est romancière ... et faire du roman là n’est pas un vain mot !

    Une amoureuse de la vie qui a à souffrir de tant de méchanceté et de bétises ... moi je dis que c’est pas juste.

    Remarquez, il faut être quand même gravement frappé pour aller acheter des produit de l’agro buisiness alors que le boulanger du coin existe, frappé d’aller chez Ikea alors qu’il y a plein d’autre commerçants qui ne demandent pas mieux que de vivre ... et en dernier ressort aller manger au resto de la zone commercial pour se voir servir cher des produits de l’agro-buisiness dans un décor Ikea ... là il faut vraiment être maso !!!


    • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 10:47

      @ Driapiano
      Vous êtes bien acide dès le matin...
      Je vous conseille de vérifier votre équilibre acide-base ce qui vous évitera de dire d’une manière désagréable ce qui peut parfaitement s’entendre.
      je passe sur les remarques concernant la forme de l’article.
      Qui écrit s’expose aux remarques et ne peut souhaiter qu’elles soient toutes agréables.
      En ce qui concerne le fond.
      Vous avez réfléchi, vous allez chez de bons commerçants, je vous félicite.
      Moi aussi, après avoir réfléchi.
      Mais ,la plupart, croyant bien faire, sont les clients de cet agro-alimentaire. Tout y pousse.Ce n’est pas être « frappé » que de suivre la voie commune. Il ne faut pas être méprisant. Dire ce que personne ne répète demande de grands efforts.
      A vous lire, mener sa vie paraît si facile.
      Non.
      Et je suis étonnée que choisissant la bonne route , les bons produits, vous n’en soyez pas plus indulgent et serein.


    • drlapiano 4 octobre 2010 11:47

      Non mais Ariane là je rêve ! C’est vous qui commencez la matinée en traînant dans la boue Ikea, l’agro buisiness et le boui-boui du centre commercial du coin non ?

      C’est vous qui osez ce qualificatif plein de gentillesse de « Chiennerie commerçante » non ?
      Vous attaquez méchamment ... ne vous attendez pas à ce que l’on vous réponde gentiment !

      Comme des million de français ... je consomme des produits de l’agro buisiness avec discernement (j’espère) ... et jamais la bonne santé des français n’a été aussi éclatante !

      Comme des millions de personnes dans le monde je vais LIBREMENT chez Ikea qui est une entreprise de distribution absolument remarquable (sans naturellement y acheter les yeux fermés).

      Quand au booui boui de dentre commercial, quand je suis en déplacement je suis bien content de le trouver tout en sachant parfaitement ce qui m’y attend ... 

      Je ne traite pas, moi, tous ces gens de chiens, de multinationale pervertie, de loups invisibles !

      Tous ces gens tentent de gagner leur vie et la vie de leur dizaine de millier d’employé le mieux possible malgré les difficulté ... et les irresponsables qui les traite de chiens ... et pour se faire ils s’en remettent au bon vouloir de clients PARFAITEMENT LIBRES d’aller voir ailleurs : mais quel mal font-ils donc ?

      Franchement si ces gens ne vous plaisent pas libre à vous, c’est votre droit, mais s’il vous plait ne les traînez pas dans la boue.

      Merci :) ... et merci quand même pour votre réponse pleine de gentillesse.


    • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 12:01

      @driapiano

      Bref, nous sommes gentils tous les deux...tout en étant méchants...
      Ce qui doit être assez courant...
      Zut ! je croyais que j’étais originale !

      Merci aussi de votre réponse intelligente. Je soupire, mais vous avez raison...


    • zelectron zelectron 4 octobre 2010 15:00

      lisez ceci, même si c’est un peu « décalé » par rapport à votre sujet précis :

      http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/actu/020832498385-ikea-leve-le-mystere-sur-ses-comptes-et-ses-profits-record.htm

      puis

      Cher Philippe BERTRAND,

      C’est grâce à la robotisation systématique y compris pour des opérations qui n’apparaitraient pas au premier abord nécessiter une quelconque dose d’automatisation, qu’IKEA réussit si bien, vous n’avez pas l’air de savoir qu’il vaut mieux payer un robot 1/2 bol de riz/jour plutôt que des êtres humains qui consomment bien plus ! De toute façon en France ceci est ignoré, méprisé, conspué, écarté, vilipendé par tout l’aréopage politique et syndical aveugle et sourd : personne n’a l’air de comprendre qu’il vaut mieux conserver une entreprise en France (avec son savoir-faire) avec 30 ou 40 personnes que la maintenir avec 300 ou 400 et courir à sa perte (à sa mort y compris pour son ou ses dirigeants)

      merci de votre attention.

      ps mon pseudo se suffit à lui-même, posez vous la question de savoir si un seul technicien, ingénieur, ou docteur es-science fait partie de la « Nomenclatura » qui nous gouverne et guide nos opinions...


    • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 18:16

      @zelectron
      Très instructif, en effet, votre lien. Dans leur cas : « Dis moi combien tu gagnes, je te dirai combien tu voles. »

      L’argument « pour gagner plus, employons le moins possible de personnel et payons-les peu » est évidement à court terme. Car appauvrir l’éventuel client c’est finir sur la paille.
      je suis amusée quand je vois qu’on veut aider l’indsutrie automobile pour qu’elle devienne écologique. mais le problème n’est pas qu’il y ait des voitures « propres », c’est qu’il y ait des gens pour les acheter.

      Plus que de se balader dans les rues pour faire des grèves, il faudrait organiser de cinglants boycots. Ca rigolerait moins.


    • franor 4 octobre 2010 10:34

      bonne définition du fonctionnement d’un magasin IKEA.


      • JL JL 4 octobre 2010 10:49

        Bravo pour la rédaction ! Bien aussi, la tirade sur les médecins, je veux dire, les héritiers de Knock.

        Vous écrivez : « L’agro-alimentaire utilise abondamment deux produits : le lait en poudre et la farine de blé. Ils en mettent partout. »

        N’oubliez pas le sel et aussi le sucre, ou plutôt, l’aspartame : non seulement c’est un édiulcorant mais de plus, c’est un addictif. Ils en mettent partout.

        Et Ikéa ? Bof : les vendeurs sont des vendeurs, et la multinationale est une multinationale.

        Et le Végas ? Ben il démarre ! Vous nous en reparlerez quand il aura fini sa campagne de séduction !

        Le dogme du libéralisme c’est l’échange qui, disent-ils, enrichit ! Oui, qui enrichit les vendeurs, puisqu’il sont plus informés que les consommateurs. Les mauvais vendeurs ne sont pas vendeurs longtemps.


        • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 11:02

          Cher JL,

          Je suis allée sur votre fiche et j’ai lu toutes les citations qui y figurent. tellement, justes, puissantes, bien tournées. C’est un plaisir de les lire.Je vais apprendre par coeur celles que je préfère.
          Merci pour vos remarques et la découverte !


        • clostra 4 octobre 2010 11:38

          Ayant déjà relaté l’événement, je ne résiste pas à enfoncer le clou :

          l’épisode se déroule dans un IKEA aux petits pois :
          C’est un jour de semaine. Ayant acheté à bas prix un lit parapluie, je conviens avec moi-même que pour un premier accueil du premier bambin d’un de mes fils, un matelas serait bienvenu.

          (réflexion intime : pour une c...j’en suis une. J’étais pressée, ceci impliquant un grand élan - de tendresse pour le petit nouveau de la famille - j’ai du faire une confusion entre élans. Corne de bouc !)

          Nous rentrons en trombe dans IKEA aux petits pois. C’est l’heure de la pause de midi, raison pour laquelle : nous sommes pressées et eux sont absents - pour nous diriger vers les lits d’enfants. Arrêt sur les canapés...(ils sont très forts chez IKEA aux petits pois.

          Là, surprise ! deux beaux hommes en complet apparaissent sur les lieux. On s’attend à être questionnées « que désirez-vous ? désirez-vous un renseignement ? » : Rien !
          Airs mystérieux et fronts barrés. Soudain l’un d’eux sort son portable avec sonnerie à l’appui.

          Je regarde ma fille et lui dit assez fort pour qu’ils entendent - histoire de créer le contact ou la connexion ? - « j’ai oublié ma carte bleue ». Non mais c’est vrai avec tous ces progrès : un portable me fait toujours pensé à un (tiens comment ça s’appelle ?) truc portable pour payer avec une carte bleue.

          La suite c’est eux qui la connaissent !

          Pourquoi je suis c... tout simplement parce que les lits d’enfants IKEA aux petits pois n’ont pas une dimension standard !

          Nous partons en courant...

          Il sont vraiment c... ces S...


          • kitamissa kitamissa 4 octobre 2010 11:39

            alors perso,c’était une penderie Made In China ( parce qu’en France on est devenus tellement cossards qu’on ne fabrique plus de penderies ...)

            bref,pour un prix avantageux et sur l’insistance de ma charmante épouse ( c’est celle là que je veux !!! ) j’ai donc achété l’objet des ses désirs ,le tout enveloppé dans un énorme carton qui m’a donné un mal de chien à fourrer dans nôtre bagnole,m’obligeant à conduire courbé,et ma femme en chien de fusil sur la banquette arrière ...

            une fois arrivés à la maison,après la galère pour ressortir ce p..... de carton .....

            j’allais enfin pouvoir monter l’objet du désir de ma femme ...

            donc un assemblage de tubes pour la carcasse avec un plan tout écrit en Mandarin !!!!

            vachement facile,mais bon,comme j’ai fait quelques études techniques ,un plan est un plan ....

            alors,je monte les tubes correctement bien qu’il ait fallu en modifier quelques uns ...

            puis enfin l’enveloppe finale en gros tissus qu’on enfile sur l’armature comme un préservatif géant ....

            sauf que là,l’enveloppe n’entrait pas totalement vu que l’armature était plus grande que l’enveloppe qui lui était destinée ...

            avec un préservatif ,on peut compter sur l’élasticité même si on est « king Size » et qu’on a acheté les « Small Size » ..

            mais là que dalle....

            alors je suis retourné au magasin Carrefour Villiers en Biere ,et les personnes charmantes de l’acceuil ont procédé à l’échange,et de retour à la maison,kif kif ! même problème ....

            je suis donc une fois de plus retourné au magasin,et suis allé voir le modèle moté et exposé...

            en fait,les monteurs avaien découpé au cutter le bas de l’enveloppe pour que celle ci puisse entrer vu qu’il y avair 5 cms d’écart entre la structure et cette enveloppe ...

            bon ,alors,ensuite effectivement la personne des réclamations après s’être informée m’a confirmé qu’il y avait effectivement des problèmes avec ce produit ....

            ils m’ont proposé un avoir sur une autre marchandise de même valeur ,mais j’ai refusé..et après mille coups de téléphone avec tel ou tel responsable ,j’ai finalement été remboursé !

            mais quel parcours du combattant !


            • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 11:53

              @Kitamissa

              mdr ! Comme disent les djeuns !
              Ce que j’ai rigolé en lisant votre message ! On devrait faire un bouquin avec toutes ces histoires aussi drôlatiques les unes que les autres !
              Ce qu’on peut souffrir avec leurs p...... de meubles !
              je vous vois avec votre femme dans la voiture (Vous avez divorcé depuis ? Elle a demandé pardon à genoux ?
              En fait ce qui est de grande qualité en effet, chez Ikéa, ce sont les cartons d’emballage ! Ah ! Pour les ouvrir ceux-là, il faut une scie sauteuse !
              Le coup de l’armoire est quand même fabuleux !!!
              Un coup de cutter dans l’étoffe ? Al Qaïda ?
              Bien à vous et merci pour ce bon moment !


            • clostra 4 octobre 2010 11:40

              Vous savez quoi ?
              J’avais mon chéquier


              • kitamissa kitamissa 4 octobre 2010 11:40

                pardon pour les fautes,je ne me suis pas relu .


                • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 11:56

                  @Kitamissa

                  le rire ne connaît pas l’orthographe
                  Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir !


                • clostra 4 octobre 2010 11:44

                  Ces deux petits enfants ont aujourd’hui 6 ans. Allez on balance !


                  • ernestop 4 octobre 2010 11:56

                    Bon ça me fait doucement rigoler ces gens qui se plaignent de la société de consommation sans pouvoir être capable de la quitter
                    on dirait des femmes battues qui ne quitte pas leur mari et s’en plaignent constamment

                    il est évident que pour faire du profit, Ikéa, carrefour et consort considère le client comme de la merde et lui vende des bricoles avec un service déplorable, car ils payent et traitent leurs employés déplorablement

                    plutôt d’acheter chez ikéa, achetez sur les sites d’échanges, faites un tour un soir de veille de passage des encombrants dans quartier résidentiel et servez vous !


                    • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 18:20

                      @ernestop
                      Une chose est certaine : quand on voit au bord d’un trottoir une armoire abandonnée qui tient le coup : ce n’est pas un meuble Ikéa : Par contre un tas de planches en miettes...
                      J’achète chez Ikéa une fois tous les vingt ans. Je suis tranquille pour un moment.


                    • Annie 4 octobre 2010 12:14

                      J’aurai bien commencé la journée avec votre article. Pourtant j’aime bien Ikea, juste pour regarder, et je s’en sors en général avec des trucs complètement inutiles, un cactus ou un soleil en pot selon la saison ou une peluche marrante pour mon fils qui a 20 ans. Une fois tous les 6 mois, Ikea c’est super. Maintenant pour les tiroirs qui ne glissent pas bien, il y a le savon.


                      • clostra 4 octobre 2010 12:55

                        La guerre des moinsses !
                        Ils n’ont rien d’autres à faire le lundi à midi. Enlève ton masque l’élan on t’a reconnu !


                        • Voltaire Voltaire 4 octobre 2010 13:08

                          L’articlee est un peu pénible à lire, un peu d’aération lui ferait du bien. Dommage car le style est sympa.

                          Bon, passons au fond du sujet...

                          La partie agro-alimentaire est franchement décevante. Tous les produits composites (plats cuisinés etc.. ) sont pleins de conservateurs, éléments de texture etc... Donc c’est un choix : vous achetez des produits natures (frais ou surgelés) que vous cuisinez, ou vous avez la flemme, mais dans ce cas, c’est votre choix. Inutile de reporter sur l’industrie agro-alimentaire votre flemme... Eux font ce qui plait aux distributeurs et aux consommateurs : des produits qui gardent, qui coûtent le moins cher possible à produire, qui sont joli et à peu près mangeable. Franchement, qui achete encore du pain de mie en sachet, cher et pas bon ? Allez faire un tout sur le marché de votre quartier le samedi ou le dimanche, cuisinez (ou demandez à votre homme... chez moi c’est moi qui cuisine...) un peu, et pas d’obésité en vue.

                          Bon, Ikea... Le plus insupportable chez Ikea, c’est ce mécanisme qui vous oblige à faire le tour du magasin... la solution (encore) : envoyez votre homme (ou celui d’une copine...) : les femmes sont plus acheteuses compulsives que les hommes. Ensuite, ignorer les réductions ! c’est du bidon en règle générale. Pour toutes les grandes surfaces. Si vous voulez du neuf, Ikea est plutôt pas mal, qualité correcte, style sympa, il faut juste savoir un peu bricoler. Mais oubliez les réductions... par contre, négociez si ils n’ont pas votre modèle en stock. Et pour négocier, faites un peu de recherche sur internet avant, chez plusieurs fournisseurs.

                          Le repas enfin... c’est la nouvelle sympa ! discuter cuisine avec le patron, rien de tel...


                          • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 13:51

                            @ Voltaire

                            Ce n’est pas parce que des gens qui travaillent achètent des produits cuisinés qu"il faut mettre dedans n’importe quoi. Ce n’est pas tjrs une question de flemme !
                            Personnellement, cela fait des lustres que je mange ce que j’achète près de chez moi. Mais j’ai quand même eu le temps d’être laminée par leurs recettes. Il m’a fallu deux ans pour retrouver ma bonne santé.
                            Ensuite, n’oubliez pas que la plupart des acheteurs pensent que ce que proposent les grandes marques à grand renfort de publicité est bon !
                            Réfélchrt, analyser, choisir, une bonne chose que tous ne pratiquent hélas pas.

                            Vous me dites que mon style est sympa, venant de Voltaire, la remarque est grandiose !
                            Bonne journée !


                          • Zangao Zangao 4 octobre 2010 13:24

                            Quand on me parle force de vente, je tire !


                            • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 13:42

                              @ Zangao
                               cela fait partie de ces mots ronflants faits pour endormir !


                            • foufouille foufouille 4 octobre 2010 13:31

                              ca m’esr arrive une fois avec un meuble de tele
                              mais une tele c’est lourdn j’ai du mettre 4 equeurre
                              jamais recommence


                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 4 octobre 2010 14:28

                                moi c ’est encore pire ,
                                 
                                j’ avais ach’té un lit et une table de nuit chez Akéï , arrivé à la maison j’ ai mis deux jours pour monter le lit par contre la table de nuit était montée .

                                vient le plus pire ,
                                 
                                j’ accoste une nana un peu défraichite dans la rue derrière l’ avenue , un peu bancale un peu Félicie aussi  , j’ arrive à lui convaincre que j’ ai le chauffage central , séduite elle monte dans ma garçonnière . J’ y fais ’ un whisky  ? ’ elle ’ un doigt ’ moi ’ vous voulez pas d’ abord un whiskhy  ?

                                Bref après quelques verres on va dans la chambre , elle se déshabille , pose sa jambe de bois sur la table de nuit , j’ éberlue , mais bon ....elle sort son oeil de verre , dévisse des faux seins hop sur la table , enlève son dentier et ses autres prothèses , là je reufleuchis et m’ entends lui demander " dis-donc Ginette , c ’est toi que j’ baise ou c’ est la table de nuit  ?


                                • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 16:29

                                  @ Kerjean

                                  Oui, vous avez raison. C’est un système qui vous traite de haut si vous ne connaissez pas le système.Le coup du « où peut-on trouver le vendeur ? -A son rayon ! » Je l’ai déjà entendu. Mais l’air supérieur qui va avec, non !
                                  Nos malheurs , du moins, sont une occasion de faire rire les autres, ce qui est déjà un bon point.


                                • rocla (haddock) rocla (haddock) 4 octobre 2010 16:27

                                  Pareil , nous c ’est chez Botanic  (sa mère ? )

                                  On a acquiert des pots en plastic pour replanter des replants , réflexion de la caissière , ben nous , quand on s’ra retraités on pourra pas s’ en acheter .

                                  Conne d’ imbécile qu’ elle est la petite idiote de derrière sa caisse .

                                  Avec sa mentalité je serais toujours en location dans un deux pièces pour mal réussi .


                                  • foufouille foufouille 4 octobre 2010 16:54

                                    ils etaient cher les pots en plastique ?
                                     smiley


                                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 4 octobre 2010 17:45

                                    Dans les 5 euros quand-même .... smiley


                                  • foufouille foufouille 4 octobre 2010 20:18

                                    on imagine le niveau de sa « retraite »
                                     smiley)
                                    la promo shampoing a 50% = 1 an
                                    chez moi les caissieres sont pas debiles


                                  • clostra 4 octobre 2010 17:17

                                    Il faut dire que on aurait pu, nous les concours Lépine, trouver encore plus astucieux et standard (ça s’améliore, on trouve des oreillers 60x60 et housses adhoc) que IKEA. Je n’ai pas encore compris...y compris le packaging .
                                    J’ai bien regardé comment fonctionne une bogue de marron avant pendant et après éjection du marron...
                                    Et ça m’a épatée


                                    • clostra 4 octobre 2010 17:19

                                      On pourrait en prendre de la graine avant de se prendre un marron...


                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 4 octobre 2010 17:46

                                        J’ ai fait le concours Lapine , classé hors concours je fus ....


                                        • dsar 4 octobre 2010 18:21

                                          Ridicule... smiley

                                          Tout ce blabla à propos de la société de consommation à partir de quelques interminables anecdotes.
                                          Une précision, l’offre « secrète » d’IKEA est tellement secrète qu’IKEA en parle sur son site internet... elle est valable jusqu’au 23/10

                                          A part ça on ne peut qu’être d’accord avec la dénonciation de la société de consommation...


                                          • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 20:34

                                            @dsar

                                            Elle est sur leur site internet mais si tu ne l’as pas vu, tu peux toujours te brosser, on ne va pas t’en parler. On ne t’en parlera que pour te convaincre d’acheter si tu es sur un projet cher.
                                            JE L’AI VECU.
                                            L’anecdote est interminable tout autant que le temps passé à me battre contre des moulins à vents.

                                            Quant au caractère ridicule de la situation, j’en ai souffert, tout en étant dans mon bon droit.
                                            N’importe qui aurait réagi comme moi. Vous le premier.


                                          • thomthom 4 octobre 2010 18:22

                                            Galère presque ordinaire dans l’univers de la distribution de masse.
                                            C’est vrai que depuis quelques temps, certaines enseignes cherchent à se différencier, à travailler leur identité.

                                            On en arrive à des systèmes qui peuvent plaire ou déplaire, mais sont toujours déroutants pour les non-habitués. Au dela des galeres que cela peut provoquer (attentes, orientation dans le magasin, incompréhentions...), c’est assi tres frustrant et presque humiliant car on se sent un peu exclut du système.

                                            Bon, cela dit, il faut relativiser. J’ai pour ma part choisi d’acheter ma cuisine chez Ikea et je ne le regrette pas du tout...
                                            Pourquoi ?
                                            - Ben déjà pour le rapport qualité prix qui me semble excellent, et ce justement sans devoir rentrer dans d’interminables discussions de marchant de tapis (où le vendeurs vous prend souvent pour le dernier des cons, usant de méthodes commerciales peu honorables) et sans devoir attendre une hypothétique promo-miracle ; ce qui est monnaie courante chez pratiquement tous els vendeurs de cuisine.
                                            - ensuite, pour la qualité des équipements -tiroirs...- (c’est du Blum, ce qui se fait de mieux tout au moins pour les qualités de cuisine courantes)
                                            - et aussi, beaucoup, pour le libre service. Mais contrairement à vous, pour un projet aussi compliqué et couteux qu’une cuisine, j’ai réservé l’usage du libre services aux compléments et imprévus. Ma cuisine, je me la suis faite livrée par Ikéa (on, c’est un peu cher pour ce que c’est, mais pas au point de plomber le budget global). j’ai vu 2 ou 3 fois des clients achetant une cuisine complète en libre service (+ enlèvement des pieces non dispo en libre service) et j’ai bien vu que ça avait l’air d’une grosse galère et que du coup, le cout de la livraison à domicile se justifiait largement.

                                            Par contre, le libre service est idéal lorsque après réflexion, ou en cours de montage, vous vous rendez compte que vous pourriez ajouter un meuble ici ou là, ou un élément de finition, ou ajouter une corbeille/tiroir interne dans un meuble (d’ailleurs, c’est pour cela que les tiroirs sont vendus en plusieurs morceaux : le même mécanisme de tiroir pour servir en tiroir « extérieur » muni d’une façade de meuble, ou « intérieur/à l’anglaise », muni d’une façade mince qui tient derrière la porte du meuble.
                                            Pratique aussi le libre service ou tout au moins la tres large dispo des équipements sur place quand vous constatez un problème avec le contenu d’un des paquets (une façade de tiroir ébréchée pour moi) : un petit saut au magasin pour échanger le colis litigieux et vous repartez immédiatement avec son remplçant.... pas besoin de commander (dans 95% des cas). C’est quand même plus simple.

                                            Bref, c’est quand même un sacré bon plan les cuisines IKEA, mais effectivement, il faut « connaitre » pour que tout se passe bien. En vouloir encore et toujours plus en demandant des « promos spéciales » pas vraiment officielles (d’ailleurs, vous êtes vous demandés pourquoi ils ne communiquaient pas dessus ? peut être parce qu’après une dizaines de galères comme la votre à gérer, ils ont préféré laissé tomber), vouloir pousser le principe du libre service (si cher à Ikea) jusque dans l’achat d’une cuisine complète, etc... c’est un peu tenter le diable.... et n’est jouables, votre aventure l’a prouvé, qu’à condition d’avoir vraiment beaucoup de temps à perdre (et de patience). Que ne ferait-on pas pour gagner encore quelques euros sur un prix déjà très compétitif !!! Mais il est vrai que certains n’ont pas le choix...


                                            • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 19:03

                                              @thomthom
                                              j’ai enfin compris le coup de la promo secrète.
                                              La première fois, je me suis rendue à La Valentine et, pour une amie, je me suis renseignée pour une cuisine qui valait 10 000 euros. Elle voulait également la faire installer. C’est alors que le vendeur m’a parlé de cette promo qui n’était affichée nulle part.
                                              A Vitrolles, j’ai acheté pour mille euros de matériel et on ne m’a parlé de rien.
                                              Or, il y a deux jours, j’ai reçu une lettre à l’adresse manuscrite, venant d’Iké Valentine, me rappelant ma visite et la promo pour ma cuisine à 10 000 euros.
                                              J’en conclus donc , comme dab, qu’on aide les riches.
                                              Si tu achètes une cuisine à 10 000, on te parle de la promo car tu es plus intéressant que si tu en achètes une à 1000. Aussi simple que ça !
                                              marketing ? Merchandising ? Comment on appelle ça ?

                                              Quant aux cuisines Ikéa elles sont aussi satisfaisantes que les cuisines Castorama, Conforama, Leroy Merlin et autres enseignes populaires. Rien de plus, rien de moins.
                                              Il y a mieux mais c’est plus cher.


                                            • thomthom 4 octobre 2010 19:16

                                              "Quant aux cuisines Ikéa elles sont aussi satisfaisantes que les cuisines Castorama, Conforama, Leroy Merlin et autres enseignes populaires. Rien de plus, rien de moins.
                                              Il y a mieux mais c’est plus cher.« 

                                              Plus ou moins. Avant d’acheter, j’ai pris le temps de comparer ces offres (excluant d’office les »cuisinistes« spécialisés qui sont à 90% des marchants de tapis de la pire espèce, faisant payer à pris d’or une qualité à peine meilleure ou équivalente)

                                              J’ai trouvé la qualité des façades clairement meilleure chez leroymerlin (plus chère aussi, mais ça le vaut). Par contre, à y regarder de près, la qualité des caissons et ouvrants était clairement un cran en dessous d’IKEA... et le choix des types de meubles bien plus restreint, ce qui était éliminatoire dans le cadre de mon projet où il fallait que je fasse tenir un max de rangements dans un espace plutôt limité.

                                              C’était un peu pareil chez Confo... avec des différences il est vrai moins marquées.

                                              Et surtout, aucun des deux ne propose un libre service aussi riche d’Ikea. Libre service qui encore une fois est appréciable pour les compléments et ajustements de dernière minutes (mais pas pour le »gros« achat, j’en conviens).
                                              Autre avantage du libre service combiné avec des références »découpées« (N références pour un meuble complet), c’est la possibilité de se faire facilement des meubles aux aménagements »sur mesure« , en combinant les portes, coulissants et caisson qui vous conviennent et ne correspondent à aucun modèle »catalogue".


                                            • Ariane Walter Ariane Walter 4 octobre 2010 19:52

                                              @ cher Thomthom,
                                              Ne seriez-vous pas un vendeur Ikéa, par hasard ?
                                              Vous avez une plume descriptive qui n’omet aucun détail, une connaissance des tiroirs à 3 étiquettes qui me confond.
                                              Ikéa international vous a-t-il dit ce matin, de publier un correctif détaillé concernant tous les points cités.
                                              Il fallait le faire plus légèrement ; voyez-vous, pour que cela passe inaperçu.
                                              Chacun badine ici et vous vous démontrez.
                                              Pourriez-vous dire à Ikéa international que s’ils me paient ma cuisine à 1000 euros, je leur fais un nouvel article dithyrambique !!
                                              Thomthom ! C’est pas joli, ça !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès