Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Il faut innover pour lutter contre le mal-logement

Il faut innover pour lutter contre le mal-logement

La fondation Abbé Pierre a utilisé la même stratégie que Nicolas Hulot, pour le Grenelle de l'environnement, en 2007 : faire signer aux candidats son contrat social contre le mal-logement. Mais les solutions proposées ne sont pas convaincantes.

Nicolas Sarkozy veut augmenter les droits à construire de 30%. Derrière l'effet d'annonce, la mesure reçoit un accueil mitigé des professionnels. Ceux-ci ont peur que cette mesure soit perçue comme un effet d'aubaine par les propriétaires fonciers qui risquent de cesser les opérations en cours, en attendant ... d'augmenter leur prix ! Au-delà de ce risque, même si la mesure concerne aussi la rénovation, on sait que la quantité de programmes neufs est limitée par la faible disponibilité foncière et une rénovation qui se fait au rythme de 1% par an : les 30%, appliqués à un petit nombre d'opération, ne devrait pas permettre d'atteindre la quantité espérée de 500 000 logements par an.

Le durcissement de la loi SRU qui impose les constructions de logement sociaux par les maires et un plan de rénovation des logements financé par les bénéfices d'EDF sont les solutions de François Hollande. Les effets de la première mesure resteront marginales et la deuxième va se heurter ... aux dépenses faramineuses que va devoir faire EDF, dans les décennies à venir, pour renouveler ou se débarrasser de son parc nucléaire. Là encore, les mesures semblent bien timides et insuffisantes.

La création d'un observatoire des loyers avec des références "opposables" et la création d'une mutuelle qui prendrait en charge les risques locatifs sont des jolis instruments proposés par François Bayrou. Mais là encore, on ne comprend pas bien comment ils vont permettre d'accroître la quantité de logements proposés.

La réquisition de logements vides, l'encadrement des loyers, la trêve des expulsions sont des belles idées défendues par Eva Joly et Jean-Luc Mélanchon. Mais on ne voit pas bien en quoi cela va accroître le parc de logements dramatiquement insuffisants.

Toutes ces mesures souffrent des mêmes défauts : elles sont révélatrices surtout de l'idéologie de leurs auteurs : laisser faire le marché ou, au contraire, être répressif envers les propriétaires. Dramatiquement insuffisantes par rapport aux enjeux de la pénurie de logements (il manque au moins un million de logements), ces propositions souffrent aussi de leur inadaptation à un problème particulièrement complexe qui ne peut se contenter de mesure simpliste. Il faut au contraire des idées innovantes et audacieuses qui permettent à la fois de relancer le marché, de contenter les populations concernées et de s'attaquer à d'autres enjeux (la rénovation énergétique, les méfaits de l'étalement urbain).

Faisons donc deux propositions allant dans ce sens :

-le développement de l'habitat léger et de l'auto-construction dans le rural profond. Il existe de plus en plus de populations paupérisées en chômage de longue durée qui décident d'aller s'installer dans un rural profond qui a besoin d'une revitalisation de sa démographie. Pourquoi ne pas prendre des mesures pour favoriser ces migrations ? En assouplissant, dans ces zones, les règles d'urbanisme pour permettre le développement d'habitat léger (Yourte, maison légère en ossature et paille, ...) dans un cadre d'auto-construction favorisé, on répond à des enjeux à la fois d'aménagement du territoire (rééquilibrage ville-campagne) et d'amélioration du cadre de vie socialement juste.

-le développement de la surélévation des immeubles existants. En favorisant ces réhaussements, on facilite la densification urbaine. Il est nécessaire pour cela de changer les règles d'urbanisme et d'autoriser les copropriétés à créer des SCI qui autorise le pilotage de ces extensions. Cela va permettre aux copropriétaires d'être les acteurs d'une extension-rénovation autorisant le financement de la rénovation thermique de l'immeuble existant. En utilisant une fiscalité incitatrice, les propriétaires d'appartements vont devenir les acteurs engagés dans la rénovation écologique de leur habitat. Si les incitations sont efficaces, on peut espérer un effet boule de neige qui va dégager des opportunités très nombreuses de création d'appartements au-dessus des immeubles.

Conclusion : les partis politiques ne sont pas capables de faire des propositions audacieuses. Ils se contentent de solutions déjà utilisées ou similaires à celles qui ont été prises. Ce manque d'imagination se révèle inquiétante pour notre avenir.

Pour en savoir plus :

Comment se débarrasser de la bulle immobilière ?

La surélévation des immeubles est une idée réaliste


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • TZABAR 3 février 2012 09:51

    plutôt que d’aider les locataires à gaver les propriétaires aidons les à devenir propriétaires.


    • il FAUT REQUISTIONNER LES IMMEUBLES DE BUREAUX QUI SONT VIDES ET REVENDUS

      CHAQUE ANNEE AVEC 10% DE BENEFICE..

      voir comment procède la SCI BRON-BUHCMAN 16 ème AVEC LES USA !!!!!!!!!!!!!!!! !


      • hubert 3 février 2012 10:19

        le mal logement est un vrai problème qui doit être traité en priorité.

        c’est d’ailleurs une des priorités de François Hollande avec :
        - 25% de logements sociaux (puis 30, 40, etc.)
        - 2/3 du nouveau bati pour le logement à loyer modéré

        ainsi, grace à François Hollande, le mal logement ne sera bientot plus qu’un mauvais souvenir

        « Hollande 2012, le changement c’est maintenant »


        • foufouille foufouille 3 février 2012 13:44

          avec une salade a 140€


        • oncle archibald 3 février 2012 10:35

          Autant la surélévation d’immeubles existants et le droit de construire plus sur certains terrains peut être une solution acceptable aussi bien en terme de quantité que de qualité, autant je vois mal des « villages de tentes » améliorés venir s’ajouter au spectacle désolant des espaces ruraux déjà « mités » par la construction de ces espèces de « cabanes en dur » que constituent certains pavillons plantés sur les terrains comme des morceaux de sucre .. 

          Horreur absolue, indigence de la construction « quatre faces » .. sur des terrains minuscules car très coûteux .. Ces solutions à la noix ne satisfont que les agriculteurs qui vendent leurs champs quand ils sont assez près de l’agglomération. Ce qu’il faudrait ce sont des projets correctement étudiés par des urbanistes et des architectes au lieu de l’anarchie absolue qui préside à ces constructions qui détruisent le paysage sans répondre aux besoins ni de la collectivité ni finalement des « propriétaires » qui ont cru construire un habitat et n’ont construit qu’une merde posée au milieu d’un champ. 

          Il faut impérativement étendre les villages avec une architecture aussi dense que celle de l’existant proche et un minimum d’études .. C’est la seule solution pour « amortir » le prix du foncier. On ne s’improvise pas urbaniste, paysagiste, architecte ... Les sinistres « marchands de maison » ont ruiné nos villages en flattant les « bas instincts » de ceux qui désiraient accéder à la propriété, qui ont cru qu’ils construisaient une « villa ». Sinistre opérations montées avec la complicité des quelques élus qui sont souvent eux mêmes les vendeurs de terrains.

          • Robert GIL ROBERT GIL 3 février 2012 10:38

            L’Etat, plutôt que de financer par des lois des dispositifs qui permettent aux propriétaires de faire payer leur investissement en partie par l’Etat et l’autre partie par le locataire (qui demandera aussi une aide à l’Etat via l’APL ou autre), devrait lui même financer des logements sociaux de qualité et récupérer les loyers des occupants. Actuellement l’Etat finance des logements privés.........
            http://2ccr.unblog.fr/2012/01/06/le-logement-une-priorite/


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 3 février 2012 11:24

               « Mais on ne voit pas bien en quoi cela va accroître le parc de logements dramatiquement insuffisants. » nuance, le parc de logements de résidences secondaires de villégiatures pour européens du nord se densifie en centre ville et en province, fruit d’une politique globale désastreuse.
              La politique de NS est encore un dernier espoir de gains futurs pour Bouygues, Bolloré et consorts,

              sauf que là, c’est « qu’on sort ! »


              • foufouille foufouille 3 février 2012 13:45

                il suffirait de renover les ruines


                • Jason Jason 3 février 2012 18:40

                  Il est possible de construire des logements légers, mais dont la durée de vie serait inférieure à 100 ans, et esthétiquement acceptables. Mais il faudra convaincre la puissante Fédération Française du Bâtiment qui veille au grain, et l’AFNOR (ou ceux qui pondent les DTU) qui reste assise bien au chaud sur les normes qui enrichissent les précédents.

                  En d’autres termes, tout baigne.

                  Changer ça ? Bon courage, car même des députés en ont la trouille.

                  Pour les terrains au COS (ou POS, je ne sais plus) augmenté de 30%, si le nombre de terrains constructibles offerts s’accroit, les prix vont tomber. Mais, le clientélisme des maires tout puissants (leur autorité est dans la constitution) ne le permettra pas.

                  La solution ? Retirer aux maires leur droit quasi absolu de décider de l’urbanisme. La situation nationale l’exige.

                  Retour à des problêmes qui durent depuis 50 ans.


                  • oncle archibald 4 février 2012 08:27

                    ll faut surtout arrêter d’autoriser ces lotissements idiots et obliger à construire des groupes d’habitation, des quartiers neufs en somme, de vraies rues en continuité avec le bâti existant, sans être obligé d’étendre les réseaux d’eau d’égout, électricité, téléphone jusqu’à un champ perdu au milieu de nulle part juste parce qu’un maire véreux a approuvé un PLU qui permet à son cousin de vendre  au prix de l’or sa terre qui ne valait pas grand chose ...

                    Et aussi obliger à restaurer et densifier les logements en « centre village » .. Quelle pitié de voir des villages avec50% des maisons ou remises agricoles à l’abandon et à 500m de la un autre « village » tout neuf avec des maisons isolées les unes des autres .. surtout ne pas toucher son voisin .. quel programme ! Et ce sont souvent ces forcenés du « quatre faces » qui viennent vous donner des leçons de « convivialité » ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès