Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Il suffit d’une commission administrative pour faire barrage à la (...)

Il suffit d’une commission administrative pour faire barrage à la justice

Lorsqu’une commission administrative empêche le recours devant le Conseil d’Etat concernant l’application d’un droit constitutionnel fondamental.

En vertu de « l’intérêt à agir » indispensable pour déposer un pourvoi devant le Conseil d’Etat.

Etant donné qu’un chômeur ne dispose pas des 3 000 à 5 000 euros nécessaires pour rémunérer un avocat habilité à plaider devant cette juridiction.

Il suffit à une commission administrative de refuser l’aide juridictionnelle au premier motif venu pour que le Conseil d’Etat n’ait jamais à se pencher sur la façon dont le « droit d’obtenir un emploi » énoncé à l’alinéa 5 du préambule était appliqué.

C’est ce qui m’est arrivé lorsque j’ai voulu porter cette question devant le Conseil d’Etat.

Il faut reconnaître que ce « droit d’obtenir un emploi » est une véritable exception française dont on ne retrouve l’équivalent dans aucune Constitution occidentale, qui n’est pas repris dans le projet de Constitution européenne et qui ne concerne que les pauvres.

Certains ne manqueront pas de rétorquer que ce droit est excessif, qu’il risque de porter atteinte à la compétitivité des entreprises françaises. Un discours qui s’inscrit dans le libéralisme ambiant mais qui ne saurait être recevable.

Les droits fondamentaux s’imposent à tous. Un principe énoncé dans un arrêt du Conseil d’Etat du 23 juin 1959 qui stipule que "les principes généraux du droit, résultant notamment du préambule de la Constitution, s’imposent à toute autorité réglementaire, même en l’absence de dispositions législatives". Répondant ainsi aux souhaits des constitutionnalistes qui dans l’alinéa 2 avaient proclamé comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après.

Cette doctrine est défendue par les plus grands spécialistes de la question.

C’est ainsi que Charles Debbasch, dans son traité de Droit administratif affirme que "le préambule établit les principes fondateurs du contrat social. Et à ce titre, à l’évidence ses dispositions sont source de droit positif... Le Conseil constitutionnel a consacré expressément la valeur positive et constitutionnelle du préambule. Celui-ci a une valeur juridique obligatoire. Il s’impose aux autorités administratives dans toutes les dispositions.

Monsieur René Chapus va dans le même sens. Dans son livre intitulé "Droit administratif général", il soutient que les dispositions du préambule régissent l’administration et s’imposent aux juges, réserve faite de l’hypothèse de l’écran législatif... Contrairement à une erreur souvent commise et procédant d’une prudence excessive, les décisions précitées signifient que le préambule a force de loi constitutionnelle dans la totalité de ses dispositions...

Dans les principes généraux du droit administratif Georges Vlachos apporte certaines précisions. Il affirme que "la valeur constitutionnelle du préambule a été affirmée par la décision du 16 juillet 1971 du Conseil constitutionnel (A.J. 1971.537,n. Rivero). Il a considéré que le préambule de la Constitution de 1958 en fait partie intégrante et possède donc la même force juridique que le texte constitutionnel. Ainsi, le contrôle de la constitutionnalité s’étend aux dispositions que la Déclaration des droits et le préambule de 1946 consacrent..."

Il poursuit  : "Lorsque le préambule énonce une disposition suffisamment précise pour avoir immédiatement valeur de droit positif, le juge administratif en assure le respect au même titre que les dispositions du texte de la Constitution."

Pourtant le droit d’obtenir un emploi qui figure dans l’alinéa 5 du préambule n’est pas mis en pratique pour les trois ou qautre millions de personnes qui ne disposent pas d’un emploi.

Jamais le Conseil d’Etat ou la Cour constitutionnelle n’ont abordé directement la question de la mise en pratique de ce droit. Lorsqu’ils se sont prononcés sur ce sujet, c’est toujours de manière incidente, et à chaque fois ils se sont retranchés derrière l’article 34 de la Constitution qui détermine les domaines sur lesquels le Parlement est appelé à légiférer, en particulier le droit du travail. Avec ce genre d’argument par lequel "le droit d’obtenir un emploi ne s’impose au pouvoir réglementaire, en l’absence de précision suffisante, que dans les conditions et les limites définies par les dispositions contenues dans les lois ou dans les conventions internationales incorporées au droit français."

En contradiction avec la jurisprudence concernant les droits fondamentaux.

Les droits constitutionnels ont une existence propre qui ne saurait dépendre du législateur pour être applicables.

Les droits fondamentaux contenus dans la Constitution ont été de plein exercice dès la proclamation de cette Constitution. Ils n’ont pas attendu que le législateur leur donne vie... On ne peut confondre le « droit d’obtenir un emploi » et le « droit du travail ». L’emploi peut prendre plusieurs formes et en particulier la forme régie par le droit du travail et contenue dans le code du travail, c’est-à-dire salarié du privé et employeur. Mais il existe aussi le statut de fonctionnaire, l’emploi libéral, l’artisan, l’agriculteur, l’artiste... Ramener le droit d’obtenir un emploi au seul droit du travail organisé par le Code du travail, c’est interpréter de façon restrictive le principe constitutionnel du droit d’obtenir un emploi

Lorsque le seul pays à avoir inscrit dans sa Constitution le droit d’obtenir un emploi se retrouve avec le nombre de chômeurs le plus élevé, c’est qu’il existe un grand écart entre la théorie et la pratique. Le moins que l’on puisse attendre du Conseil d’Etat lorsqu’il est saisi de ce problème c’est qu’il fasse son travail et réponde à cette question de savoir si ce droit constitutionnel doit être défendu par l’administration avec la même vigueur que les autres droits fondamentaux.

Il y a de la lâcheté à se retrancher derrière une décision administrative pour ne pas aborder la question.

Si ce droit est tellement incongru ou obsolète, il appartient aux deux chambres réunies en congrès de le réformer. En attendant une éventuelle réforme les juges ont l’obligation de veiller à l’application stricte de tous les droits.

jcbouthemy


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Monsieur Jean-Claude BOUTHEMY,

    Bienvenue au club !

    Contacte-moi à renehoffer@yahoo.fr STP et je mettrai ton e-mail sur ma liste de diffusion.

    Ou alors, vas sur un moteur de recherche et tape : rené hoffer, tu verras des dizaines de recours devant le conseil d’Etat, le Concon, etc...

    S’il te plaît, ne te considère pas de la France d’en bas ni de rien d’autre de moins que les autres, au contraire, tes écrits montrent que c’est à des personnes comme toi que le niveau peut-être relevé.

    Avec Honneur

    président de « la Polynésie française », des Françaises et des Français René G. HOFFER

    renehoffer@yahoo.fr

    http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=167450290

    http://www.presidentdelapolynesiefrancaise-sic.org

    http://chez.mana.pf/hoffer.rene

    http://www.euro-ombudsman.eu.int/decision/fr/032077.htm

    http://www.euro-ombudsman.eu.int/decision/fr/020570.htm

    http://www.youtube.com/watch?v=WzfQ1I0sQLM


    • NPM 11 juin 2007 23:37

      « le droit d’obtenir un emploi »

      Et ? Vous avez le droit d’obtenir un emploi, comme celui de partir en vacance, de vous acheter un 6 piéces ou de manger du chocolat..

      Par contre vous n’avez pas le droit A un emploi. En tous cas, ce n’est pas au autres citoyens à vous le fournir. Donc pas à l’Etat. Ou alors qu’on rétablisse l’esclavage.


      • jcbouthemy jcbouthemy 12 juin 2007 08:38

        A NPM

        La constitution a prévu certains droits qui lui semblaient indispensables à tout citoyen.

        Pour cela elle a mis en place une administration dont le role principal consiste à organiser l’accès pour tout citoyen à ces droits fondamentaux. Et le droit d’obtenir un emploi en fait partie comme celui à la santé, à la justice, à l’éducation...Personne ne trouve excessif qu’il suffise de se présenter à un hopital pour être soigné, de se présenter à un tribunal pour soumettre son différend à un juge... Lorsqu’il s’agit d’obtenir un emploi, plus rien ne fonctionne. Et pourtant l’emploi, pour la majorité des gens, est la condition indispensable pour pouvoir accéder à tous ces autres droits comme celui d’aller en vacances, au restaurant ou s’offrir un livre...

        Ceci peut paraître excessif mais en contrepartie il existait des devoirs qui étaient tout aussi impérieux comme celui de verser son sang pour la collectivité, de payer des impots, de travailler...

        A l’heure de la mondialisation, tous ces principes peuvent apparaître obsolètes.

        Il n’empêche que la constitution constitue toujours le socle autour duquel s’organise la société française. A la manière d’un contrat qui lie chaque citoyen à la nation. Il n’appartient pas à une commission administrative de décider les droits qui doivent être conservés et ceux qui doivent être abandonnés.

        En tant que citoyen, je revendique l’application des droits contenus dans cette constitution avant qu’elle soit remplacée par une constitution européenne qui vise davantage l’épanouissement des entreprises que celui des citoyens.

        Quant à l’esclavage, il existe déjà sous une forme adaptée à notre temps. Il suffit de voir le statut des travailleurs pauvres et autres enfants de don quichotte...


      • Forest Ent Forest Ent 12 juin 2007 03:22

        Tant qu’on y serait, il me semble qu’il y aussi ces points-là qui mériteraient attention :

        4. Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République.

        9. Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

        12. La Nation proclame la solidarité et l’égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.


        • HELIOS HELIOS 13 juin 2007 19:43

          La liberté ne se morcelle pas. Hélas, nous l’avons perdue !

          Sur combien de droits fondamentaux avons nous abdiqué depuis 1958 ? il faudrait des dizaines ou des centaines de procés pour s’en sortir.

          Et, comme les piles Wonder, les droits n’existent que si l’on s’en sert. Qui reclame ce droit parmi les 2 millions d’inscrit à l’ANPE... et les autres ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès