Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Il y a un an, l’émeute

Il y a un an, l’émeute

Il y a un an, les émeutes des banlieues ébranlaient la France. Un embrasement dont les enseignements n’ont guère été tirés.

27 octobre 2005, 18h53, deux jeunes de quinze et dix-sept ans, Ziad et Bouma, meurent électrocutés dans un transformateur à proximité de la ville de Clichy-sous-Bois dans la région parisienne. Quelques heures plus tard, l’incendie débute et il se transforme très vite en un brasier incandescent qui va ébranler la France et la faire douter de son modèle social. Voitures et poubelles brûlées, écoles et infrastructures publiques totalement détruites, affrontements terribles entre jeunes encagoulés et forces de l’ordre longtemps dépassées : ces violences urbaines paroxystiques ont duré près de trois semaines, obligeant le gouvernement à décréter l’Etat d’urgence le 8 novembre. Puis, la douceur de l’été indien a fait place aux froides nuits de novembre, la police a arrêté plusieurs centaines d’émeutiers et les flammes ont fini par s’éteindre d’elles-mêmes.

Complètement ? Rien n’est moins sûr, et personne n’est dupe. Le feu de novembre 2005 couve encore, et la « forme d’insurrection non organisée » telle qu’évoquée par les Renseignements généraux en décembre 2005, peut se reproduire à tout moment. Un contrôle de police qui tourne mal, un attroupement qui dégénère et c’est le ballet des gaz lacrymogènes, des pierres et des cocktails Molotov qui reprendra. Dans les cités, dans ces quartiers où la police ne vient plus qu’en force, on parle, encore et encore, de ces émeutes. On raconte ses « exploits », les cavalcades, les caillassages. On se réinvente une virilité, on moque le quartier d’à côté qui a si peu bougé - ou pas du tout - tandis que, justement, ceux qui se sont tenus à l’écart rêvent d’un deuxième grand soir, d’une nouvelle épopée à ne pas rater.

Pourtant, au cours des derniers douze mois, des artistes ont prêché la bonne parole et incité à s’inscrire sur les listes électorales pour n’utiliser comme arme de contestation que le bulletin de vote. Des associations ont sillonné les maquis péri-urbains pour vanter les vertus de la non-violence. Des députés, des maires, des patrons d’entreprises et même quelques ministres inutiles ont fait moult promesses. Oui, mais voilà : dans ces quartiers, rien n’a changé ou presque et deux camps se font toujours face. D’un côté, la police, de l’autre, une minorité, au sein même des minorités qui vivent dans ces zones mortifères.

La police, qui contrôle et contrôle sans cesse les papiers. Qui tutoie, humilie et met tous les basanés dans le même sac. La police dont l’action avant et pendant les émeutes n’a fait l’objet d’aucun débat de fond. La police, dont uniquement quatre fonctionnaires sur dix sont sur le terrain et qui, à maintes reprises et faute de moyens, a reculé devant le déchaînement des émeutiers. La police, qu’une vision idéologique et comptable du pouvoir politique empêche de gagner le respect des cités, puisqu’on lui refuse la possibilité de faire un travail de fond, de prévention et de proximité. Dans la cité, les honnêtes gens ont peur de la police, tout comme ils ont peur des voyous qui leur imposent leur loi de gangsters.

Parlons-en de ces voyous. Ces émeutes leur ont fait franchir un cap. Il ne s’agit plus pour eux de provoquer, de s’inventer des bastons héroïques qui forgeront leurs réputation dans le neuf-un, le neuf-trois, le neuf-cinq ou ailleurs. Il s’agit désormais, et je pèse mes mots, de tuer. Avec des barres de fer, des pierres, des plaques d’égouts lancés des balcons ou, plus grave encore, avec des balles. Tuer pour aller encore plus loin dans l’ivresse que procure le combat de rue. Il y a dans les venelles et les immeubles des quartiers une énergie maléfique qui ne demande qu’à se libérer. Les récentes embuscades tendues à des policiers sont autant d’avertissements. Il y a un risque certain de mort d’homme et personne ne peut prévoir ce qui risque d’arriver, si, demain, un policier y perd la vie et que ses collègues ouvrent le feu.

Que reste-t-il de ces émeutes ? Il y a le souvenir des affirmations péremptoires mais totalement erronées de Nicolas Sarkozy, le ministre de l’Intérieur qui veut absolument devenir président de la République. Il y a eu cambriolage sur un chantier, c’est pour cela que la police est intervenue à Clichy-sous-Bois, avait-il affirmé aux premières heures de l’embrasement. Faux, dira plus tard l’information judiciaire. Ces émeutes sont planifiées et en lien avec le crime organisé, a-t-il encore ajouté. Faux, toutes les notes des RG à ce sujet mais aussi les premières enquêtes de sociologues l’ont montré : ni planification, ni complot. Quant à son bilan sécuritaire, le ministre-candidat-meneur de campagne permanente a beau triturer les statistiques, on est devant une évidence : jamais la violence n’a été aussi présente dans les quartiers, et la gauche pourrait même faire campagne sur ce thème, au vu de l’incapacité de Sarkozy à freiner la hausse vertigineuse des violences urbaines et des atteintes aux personnes et aux biens.

Dans un livre récent d’une rigueur implacable, l’universitaire Sebastian Roché analyse ces émeutes et enfonce le clou (*). Parmi les émeutiers, relève-t-il, « il n’y a eu ni symbole confessionnel brandi, ni slogan (anti-juif ou anti-chrétien), aucune référence au conflit du Moyen-Orient, ni revendication liée à l’observance de l’islam (porter le voile à l’école ou ailleurs, disposer de lieux de culte). Il n’y a pas eu de demande de reconnaissance en tant que minorité ayant des particularités et des droits ». Ni planification, ni revendication, ni solidarité entre les bandes. Voilà pour les provocateurs qui, à l’instar de Finkielkraut, ont tenté, et tentent encore, de nous faire croire qu’il s’agissait d’émeutes ethnico-religieuses annonciatrices d’une guerre civile en France entre les blancs et ce magma indéfini constitué d’Arabes, de noirs et de musulmans.

C’est cela qui est préoccupant. Un feu qui couve, une politique de sécurité qui n’admet aucune remise en cause, des voyous déterminés à en découdre quitte à entraîner avec eux tout leur quartier dans la folie et des intellectuels incendiaires qui, au fond, ne rêvent peut-être que d’une seule chose : une grande crise, une vraie crise, sanglante, qui contribuerait à infliger une remise au pas musclée aux Français d’origine étrangère. Propos outranciers, me dites-vous ? On verra. Je suis sûr qu’on y reviendra. Ce n’est qu’une question de temps.

(*) Le frisson de l’émeute, violences urbaines et banlieues, Seuil, octobre 2006.


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • Marsupilami (---.---.161.58) 30 octobre 2006 12:58

    Bon article, très lucide. Attendons donc le pire...


    • LE CHAT (---.---.75.49) 30 octobre 2006 13:37

      tout juste Marsupilami , le pire est à venir et avec un nouveau palier franchi ce week end dans le 1-3 où une jeune femme a été brulée vive à 70% , on peut se demander jusqu’où ira la spirale de la violence . Très bon article


    • Bill Bill 30 octobre 2006 15:50

      @ LE CHAT

      Je renchéri : oui, cette pauvre jeune femme est atteinte pour la vie, elle va en conserver les marques. Etait elle jolie ? A présent elle aura des difficultés avec les hommes car elle a été brulée à 70 %. Elle avait prévu de se marier ? La personne qui l’aimait va t’elle rester avec elle ? Cela remettra t’il sa vocation, si elle en a une, en cause ? La seule chose que nous sachions est qu’elle est sénégalaise, ou originaire du Sénégal.

      Toute sa vie est en tout cas irrémédiablement affectée de cette acte sauvage, et criminel et ... GRATUIT !!! Tous ces projets en l’air pour rien !

      Je me demande si les gens qui ont faient ça se posent la question !


    • Constat (---.---.162.143) 30 octobre 2006 16:06

      Qui sont ces « jeunes » ? qui crament des bus ? Par qui sont-ils manipulés ? et dans quel but ? Vous n’avez pas une idée ?


    • Bill (---.---.76.11) 30 octobre 2006 17:14

      @ Constat

      S’ils sont suffisament idiots pour bruler une femme vive, il est hors de question que je les comprenne ! Vu vos post précédent je devine ce que vous allez me dire.

      VOUS EN TENEZ UNE SACREE COUCHE !


    • wrisya 30 octobre 2006 17:51

      J’ai entendu le témoignage sur RMC de la chauffeure de Bus qui a été attaqué : apparemment, ce sont 4 individus et d’après elle, elle affirme que ce sont sûrement des mineurs.

      Perso, je pense surtout à cette jeune femme étudiante qui n’a rien demandé à personne et se retrouve brûlée à 70% de son corps par une bande de ptits cons : les médecins disent que même si elle survie, elle sera de toute façon très handicapée, voire même paralysée. Et tout ça pourquoi ????

      Je crois qu’il faut faire attention à ce qu’on dit et arrêter de dédouanner les responsabilités où qu’elles se trouvent, mais c’est encore autre chose. Le plus important : une femme est presque en train de mourir, et si c’était l’un d’entre nous ou un membre de notre famille ? On les défendrait encore ces jeunes qui ont brûlé le bus ?


    • cassandre (---.---.128.215) 30 octobre 2006 20:17

      De mon point de vue, cette violence est dictée par notre ministre de l’intérieur, associée aux médias qui l’ont appelés « date anniversaire ». Et qui dit « date anniversaire » dit renouvellement.Le ministre de l’intérieur ne cesse de titiller les jeunes des banlieux afin qu’ils commentent des faux pas, pour que demain les francais votent pour lui


    • ketch (---.---.4.220) 30 octobre 2006 22:23

      il y a un an un innocent mourrait, trop vieux, trop franchoullard pas assez mediatique.les actes de violences ne doivent pas effacer la souffrance des victimes. il faut arreter, de plaindre ceux qui tapent et d’oubliés ceux qui tombent


    • ketch (---.---.4.220) 30 octobre 2006 22:24

      qui les defends ? c’est salauds !!


    • SACRE BORDEL (---.---.150.53) 30 octobre 2006 13:39

      pas assez de sanctions dans ce pays. Pourquoi ces jeunes ne foutent-ils pas le même bordel en Afrique avec les forces de l’ordre ?


      • SACRE BORDEL (---.---.150.53) 30 octobre 2006 13:41

        trop de laximes en France avec les délinquants. Il faut c’est vrai changer les mentalités des racistes, mais les jeunes doivent également se remettre en question.


      • Marsupilami (---.---.161.58) 30 octobre 2006 18:53

        @ Wrysia

        Mineurs, pas mineurs, on s’en fout. Ce sont des assassins sans aucune excuse. Des saloperies d’encapuchonnés élévés par des parents musulmans démissoinnaires. Certes, la plupart des parents sont démissionnaires dans les sociétés de consumation débiles hyper-tolérantes, poil à la rente. Mais les pires sont les musulmans d’Europe. Pourquoi ?


      • wrisya 31 octobre 2006 17:37

        Marsupilami,

        Je ne viens de m’aperçevoir que maintenant de ton post, j’avais pas trop de temps hier.

        Tu dis :

        « Mineurs, pas mineurs, on s’en fout. Ce sont des assassins sans aucune excuse. Des saloperies d’encapuchonnés élévés par des parents musulmans démissoinnaires. Certes, la plupart des parents sont démissionnaires dans les sociétés de consumation débiles hyper-tolérantes, poil à la rente. Mais les pires sont les musulmans d’Europe. Pourquoi ? »

        Je comprends pas auquel de mes posts tu fais référence, stp car j’ai l’impression que tu me réponds à qq chose ? Ensuite, c’est déplacé le fait que tu places « parents musulmans » comme si l’obédience religieuse déterminait le comportement violent de leurs enfants ; C’est un peu comme si moi, en parlant des pédophiles, je disais qu’ils sont comme ça à cause de parents « chrétiens » ou de tradition chrétienne ou de culture chrétienne : ça ne mène nul part.

        Tu dis que les pires parents sont les musulmans d’Europe, et là désolée mais c’est vraiment n’importe quoi : c’est quoi tes chiffres ???!! Et puis l’islam n’a rien à voir avec ce qu’il se passe en banlieue : les jeunes qui caillassent n’ont souvent plus aucun respect pour leurs parents et encore moins pour l’islam.

        Ils te sortent des mots en arabe des « Allah Akbar » ou je ne sais quoi juste parce que dans leur vision de tebê ça participe de la panoplie du dur, du caïd, de l’homme tu vois du vrai : Adb Al Malik le dit très bien dans un de ses slams : « Moi qu’allais en soirée je disais à ma soeur : Rentre à la baraque, va faire à bouffer » et là, crois moi ce n’est pas d’islam dont il s’agit (il n’était pas muslim) mais plutôt de l’éducation des parents qui préviligie ou dédouanne le mec par rapport à la nana, d’une société consumériste où la femme est vendue à poil pour une marque de dentifrice et là je crois que bcp de mec en costard trois pièces n’a pas plus de respect pour la femme que ces jeunes là de banlieue : que dire des viols dans nos sociétés, des harcèlements sexuels commis par des gars qui sont de culture occidentale pure ??? Tu vois comme ton affirmtion ne tient pas car c’est trop caricatural et réducteur.

        Concernant ces jeunes qui ont attaqué le bus et leurs similaires, il est évident qu’il faut être sans équivoque avec eux : ils n’ont plus aucun rapport à l’autorité et ne doivent même plus craindre la prison.

        Les jeunes qui caillassent tout ont une image déplorable de l’autorité, de la société, de la femme, et même d’eux même c’est pour cela qu’ils veulent sans doute donner une image de « grand », de dur, de caïd même pas peur de personne : ils se croient au Far west...

        Perso, je n’ai aucune complaisance envers ces idiots qui commettent ces actes : la jeune femme qui a brûlé aurait pu être leur mère ou leur soeur et c’est cela qui est dramatique, ils ne se rendent même pas compte de la gravité de leurs actes... Je crois qu’il faut plus de sévérité envers les jeunes : tout le monde hurle quant à l’éducation militaire des jeunes, perso ça ne me choque pas : au moins, l’armée leur permettra de savourer ce qu’est réellement l’autorité, la dureté de la vie et je crois qu’un traitement dur avec des structures comme l’armée et des éducateurs pourra les remettre sur les rails... Il arrive un moment où ils n’écoutent plus et dans ce cas, c’est qu’il faut les rééduquer comme au début de leur vie : leur réapprendre les règles de savoir vivre, leur réapprendre la morale parce que ça compte beaucoup contrairement à ce qu’on peut penser... Enfin bref, la bonne baffe qui remet sur le droit chemin de temps en temps : je crois qu’il faut avoir le courage de la donner dans ces cas là car autrement on se retrouve avec des drames comme c’est le cas avec cette femme, Mama Galledou.

        Tchuss !


      • FYI (---.---.100.34) 3 novembre 2006 15:43

        @Tous

        Selon le ministère de la justice, il y a plus de condamnation sur les mineurs que sur les majeurs smiley Attention ne résonnant pas comme Sarko, je pense qu’après l’injustice sociale, il y a en sus l’injustice policière.

        Sarko est responsable des émeutes, et personne le lui reproche. Dans un pays anglo-saxon, le ministre de l’intérieur aurait déjà démissionné, alors que le nain sur-excité reste pour se protéger smiley

        Ceci dit je condamne l’acte qui a été commis contre cette pauvre femme, naturellement smiley


      • SACRE BORDEL (---.---.150.53) 30 octobre 2006 13:42

        La pauvre femme qui peut mourrir et qui même si elle s’en sort à sa vie foutue. Put..., que c’est triste smiley


        • SACRE BORDEL (---.---.150.53) 30 octobre 2006 13:44

          Il faut leur donner du travail, mais le jeunes diplômés qui ne trouvent pas du travail, qu’en fait-on. Eux, ils ne saccagent pas.


          • (---.---.25.198) 30 octobre 2006 13:48

            Attention Mr Belkaïd, vous prenez des risques, de gros risques en mettant ainsi en cause l’inefficience de notre ministre des sinistres alias « Le Nain, Nabotléon, Sarkopen... » quand on sait ce qu’il advint à qui osa jouer avec un yaourt, un autre montrant la lune d’un doigt il est vrai sodomite ou ce sdf lui recommandant un retour au pays d’origine (mais oui mais oui la petite crotte est un immigré de 2° génération, immigré pas choisi d’ailleurs). Alors imaginez ce qui vous attend vous qui l’accusez de mensonge, de manipulation des statistiques, d’incompétence. Vous qui prédisez mort d’homme n’avez vous pas peur que l’on vous accusât d’incitation ? Le talent du pyromane est grand à transformer et dénaturer les propos de ses contradicteurs (certains pourraient m’accuser de prétendre sans prouver, je leur rétorquerais que les journaux télévisés de TF1 et aussi hélàs de France2 regorgent des preuves de ce ci-dessus avancé). Aussi Mr Belkaïd, vous inciterai je à la plus grande prudence dans vos propos, d’autant que votre patronyme à consonnance banlieusarde ne serait pas de nature à vous attirer la compassion des représentant de la « justice » prétendument laxiste selon le paranoïaque de la place Bauveau, et pourtant dans les faits si prompte à envoyer à l’ombre quiconque pourrait agacer l’égo de l’asocial de Neuilly.

            Ne le répétez pas, la rousse veille, les rg écoutent, les juges répriment, mais continuez et merci d’avance.


            • michel (---.---.25.198) 30 octobre 2006 13:52

              j’avais oublié de signer

              dont acte


              • SACRE CARLO (---.---.150.53) 30 octobre 2006 14:13

                toujours excité pour tout ce qui touche à Israel, les musulmans, etc.


              • SACRE CARLO (---.---.150.53) 30 octobre 2006 14:14

                a quand ton premier article kesed ? smiley


              • caramico (---.---.227.100) 30 octobre 2006 18:08

                a sacre carlo :

                On se passe bien du futur article de kessed


              • LE CHAT (---.---.75.49) 30 octobre 2006 13:59

                Nos politiques ont fermé les yeux trop longtemps et ont laissé se créer de véritables ghettos ; maintenant ils essaient d’éteindre l’incendie avec un dé à coudre .


                • moniroje (---.---.246.3) 30 octobre 2006 14:24

                  Bonne analyse que cet article !

                  et selon ce que j’ai vu, cela m’étonnerait que ce soit des vrais voyous qui foutent tout ce désordre ; plutôt des ados sans éducation familiale ni nationale ; donc pas tous les ados !!! une minorité probablement, mais suffisante pour faire la une des journaux. Les autres, ils bossent, ils étudient et font la France de demain, même en habitant des quartiers dits sensibles.

                  Oui, il y a un an, j’ai vu monter dans le RER, un jour de classe à une heure où ils auraient dû être à l’école, une dizaine de gamins de 12 à 15 ans max allant aux émeutes pour jouer à en découdre avec la police, à saccager peut-être quelques vitrines, à s’éclater, quoi, avec, en prime, le plaisir de voir ses exploits à la télé de 20heures ?

                  ce qui m’étonne est que les médias n’osent pas dire que ces ados sont des échecs d’éducation familiale (parents indifférents à leurs enfants ou pratiquant un laisser-aller béat devant leur progéniture mâle), des échecs de l’éducation nationale (dont toute une génération post-soixante-huitarde d’enseignants est responsable) et des échecs de la société française laxiste de droite à gauche depuis les années 70.

                  Parce que si les médias montraient qu’on a plus affaire à des imbéciles (faut être particulièrement con pour aller se réfugier dans un transformateur ! zauraient mieux fait d’assister à leurs cours, les pauvres !) qui brûlent les voitures de leurs voisins, les bus empruntés par leurs parents, les locaux de leur municipalité qu’à une jeunesse révoltée contre les injustices (Mai 1968), peut-être que ces jeunes-là seraient moins tentés par l’image de crétinerie qu’ils donneraient d’eux-même à la télé ou sur l’écran de leur portable.


                  • Constat (---.---.162.143) 30 octobre 2006 14:38

                    Deux enfants, Zyed et Bouna, sont morts parce que pourchassés par des flics ratonneurs qui n’ont toujours pas été inquiétés...

                    Ces deux enfants étaient plein de vie et n’aspiraient qu’à vivre...

                    Ils ne pensaient pas que des abrutis, forts de leur impunité et de leur lâcheté, allaient aussi organisé leur mort en les rabattant sur le piège qui allait les tuer !


                    • Yann (---.---.38.67) 30 octobre 2006 15:11

                      Ben mon pauvre, t’en tiens une couche.


                    • LE CHAT (---.---.75.49) 30 octobre 2006 16:19

                      la pauvre femme brulée à marseille n’aspirait aussi qu’à vivre....

                      elle est tombée sur une bande d’abrutis pleins de lacheté et forts de leur impunité


                    • Yann (---.---.38.67) 30 octobre 2006 17:33

                      Malheureusement, on va encore leur trouver des circonstances atténuantes du genre : c’est la faute des flics.


                    • (---.---.21.8) 30 octobre 2006 18:13

                      Tu te tais. Tu es de l’anti-matiere, tu n’existes pas.


                    • (---.---.21.8) 30 octobre 2006 18:15

                      Je parle bien evidemment de Constat... Les mecs comme lui me font flipper. Ils sont encore plus dangeureux que les emeutiers eux-memes...


                    • Fred (---.---.8.250) 30 octobre 2006 20:08

                      Leur mort est deplorable mais quand un signe dit « l’electicite c’est plus mort » on evite de rentrer dans ce local. En tout ca ne justifie pas les emeutes qui on suivit, pourquoi on n’irait pas envahir les banlieues suite a l’acte criminel contre cette pauvre etudiante. Dans la vie, on est plein a en chier et on ne brule pas tous des bus. Si les gens ne sont pas contents ils peuvent aller voir ailleurs s’ils pensent etre mieux traiter ; la France fait plein de social et elle est recompensee par une bande d’idiot au QI qui navigue entre le singe et le poulpe et en plus il faudrait dire desole.


                    • ketch (---.---.4.220) 30 octobre 2006 22:29

                      eh ben, je crois meme que la police les tenait pendant qu’ils grillaient. faut arréter de dire n’importe quoi.


                    • seb59 (---.---.180.194) 7 novembre 2006 14:31

                      @Constat

                      j’ai une autre interpretation de ton histoire : 2 ptits abrutis pas nets fuyaient la police apres un mauvais coup. et comme ils n’etaient pas futés, ils sont rentrés dans un local electrique ou il etait marqué en grosses lettres « TU VAS CREVER ».

                      Resultat : barbecue [tu parles d’un mechant piege... posé par edf]

                      Et tout de suite les asso, la famille, la ptit communauté du quartier (un peu louche elle aussi), qui vient crier au complot et au racisme ...

                      t’appele ca un piege , moi j’appele ca la selection naturelle.


                    • (---.---.32.219) 7 novembre 2006 14:41

                      La télé avait montré à l’époque le collège fréquenté par les deux zygotos : tout neuf, bien équipé, avec une principale très sympa.

                      Aujourd’hui on entend dire que la République est absente de ces quartiers ... ; et elle était encore plus présente avant qu’un certain nombre d’écoles et de bibliothèques brûlent, c’est certain.


                    • gigi432 (---.---.101.8) 30 octobre 2006 15:28

                      http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-828929,0.html

                      « L’écrivain britannique d’origine trinidadienne Vidia Naipaul fustige le »racket« multiculturel où le descendant d’immigrant réclame droits et protection sans manifester un minimum d’empathie pour son pays d’adoption »

                      le descendant d’immigrant réclame droits et protection sans manifester un minimum d’empathie pour son pays d’adoption ...

                      le descendant d’immigrant réclame droits et protection sans manifester un minimum d’empathie pour son pays d’adoption ...


                      • Marsupilami (---.---.161.58) 30 octobre 2006 15:35

                        @ L’auteur

                        J’avais oublié un compliment : tu écris vachement bien. Ton style est un pur délice.


                        • akram belkaïd akram belkaïd 31 octobre 2006 05:52

                          Merci. Sincèrement  smiley


                        • Daniel RIOT Daniel RIOT 30 octobre 2006 18:31

                          Bravo pour votre article.Une remarque inspirée par l’actualité du jour : L’utilisation politicienne des tragédies que connaissent quelques banlieues est à la fois pathétique, ridicule et insultante pour les victimes. Les derniers échanges UMP-PS par média interposéssur « l’irresponsabilité » des uns et autres crèvent le plafond de la décence. Après « on » accusera les journalistes de mettre de l’huile sur le feu... Comme si les médias étaient responsables d’images qui ne sont pas truquées, de réalités qu’ils ne sont pas inventées et de rapports des RG inquiétants qu’ils n’ont pas écrit. Nous devrions plutôt écouter les exhortations de Abd Al Malik et de quelques autres qui réclament une « union nationale », un vrai « plan Marshall » et de nouvelles méthodes dans ces quartiers dont le habitants les premières victimes des violences et des délinquances. Vous avez dit « irresponsable » ? « A temps plein », hélas...


                          • Sz (---.---.23.4) 30 octobre 2006 21:42

                            @ Constat

                            « Qui sont ces »jeunes«  ? qui crament des bus ? Par qui sont-ils manipulés ? et dans quel but ? Vous n’avez pas une idée ? »

                            Et ta connerie elle est manipulée par qui ?


                            • Le péripate Le péripate 30 octobre 2006 21:56

                              J’en était resté au fait que les embuscades avaient été démenties . Vous faites pourtant le portrait de jeunes gens pret à tuer, se livrant à des guette-apens. Quels sont les éléments, les faits qui vous autorisent à dire cela ? Une accusation aussi grave mériterait d’être un peu étayée. Je ne peut croire que vous écrivez ça emporté par votre élan et le désir de faire sensation.


                              • akram belkaïd akram belkaïd 31 octobre 2006 06:43

                                Aucune envie de faire sensation. Cela relève simplement de constatations au quotidien, d’observations et de discussions. Juste un exemple : quand une plaque d’égoût est lancée du dixième étage sur une voiture de police, quelle est l’intention ? La détestation de tout ce qui relève de l’état est telle que certains, une minorité comme je l’ai écrit, sont désormais capable du pire d’autant que ce pays manque cruellement d’autorités morales susceptibles, par la parole, de faire cesser ces violences urbaines

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès