Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Il y a un siècle, la réclame

Il y a un siècle, la réclame

En 1911, on parlait de réclame. On situe le passage de la réclame à la publicité en 1937, à l’Exposition internationale des arts et techniques.

La publicité est paraît-il un reflet de la société et de ses valeurs, même si elle n' exhibent que celles qui lui sont utiles, histoire de ne pas froisser telle ou telle "cible".
En 1911, peu d'images en couleur, pas d'images animées et l'utilisation de "valeurs" bien différentes de celles d'aujourd'hui.

Amusons nous à imaginer les réactions que provoqueraient aujourd'hui ces six pubs.

 La bonne soupe  :
le gentil clodo affamé fait la pub du bon potage : il manque la pancarte "soupe populaire".
Le secteur charitatif apprécierait.

La dope du cycliste : Après la loi Evin et les nombreuses affaires de doping, voila qui ferait très bon effet : le meilleur entraîneur, c'est l'apéro !

 

Déjà l'obésite !
Et sans y mettre trop de gant . N'est il pas mignon cet angelot qui vient palper les gentils bourrelets de la madame ? Et cette affirmation franche et massive :" Madame, vous commencez à grossir" . Bien pour la courtoisie du message . Mais c'est pas fini : le nom du produit ne laisse aucun doute sur sa composition : extrait de thyroïde ! pas de quoi susciter une quelqconque méfiance ... (labo Servier ?)

 

De jolis seins... fastoche ! , même si à l'époque on ne les montre jamais. La pilule miracle est garanti sans arsenic ( et certainement sanbs curare aussi) et au cas où il faudrait pointer les dangers, elle ne prédisposent pas à l'obésité et ne nuisent pas à la santé. L'envoi est discret au cas où ....

Vive l'automobile : Elle roule, elle roule la Charron. Bon on écrabouille bien, quelques traineux mais ils sont contents de se faire ratatiner les reins par une voiture légère, sans odeur et sans bruit. Dans la bagnole on rouspète : c'est bien normal , on est rois !


Tarteif ! une bouteille d'apéro, ça mérite bien d'abattre un avion et le brave trouffion recommencera à la première.


  images extraites du monde illustré de 1911 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 septembre 2011 01:16

      Excellent. De quoi rendre folles les ligues de défense du « bon goût » réactionnaire.

      Vive le pinard, vive le tabac !

       smiley


    • devphil30 devphil30 14 septembre 2011 11:30

      Excellente le bière Jean-Eymard 


      Philippe 

      • kitamissa kitamissa 14 septembre 2011 13:43

        Et bien entendu tout le monde se souvient des anciennes pubs qui prétendaient faire grandir de 10 cms ou plus sans talonnettes par une méthode ( toujours celle d’un professeur Trucmuche) avec envoi de la documentation par le bais d’une boîte postale en Suisse ou à Monaco ...


        idem pour celle qui promettaient des muscles d’apollon des mecs maigrichons ou gras du bide en 3 mois , satisfaits ou remboursés si ça marchait pas !

        avec les photos : avant ( le mec taillé en pompe à vélo) et après ( le même mec taillé comme un acteur de péplums ) .....http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRRrzDZlLhr4tlNY3VaFxCZOVBUtgVvN4vKXlXyudKaAZnyB-_RqA........

          • kitamissa kitamissa 14 septembre 2011 13:47

            pas de bol ça veut pas !...


            • epapel epapel 14 septembre 2011 22:57

              Je ne vois pas de différence fondamentale en aujourd’hui et autrefois : faire la promotion des produits à vendre avec des arguments fallacieux et en utilisant déjà le corps de la femme.

              Les supports et les moyens ont simplement changé.


              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 septembre 2011 01:14

                C’est une excellente idée d’article qui en mériterait d’autres.

                Je possède l’intégralité des exemplaires de l’hebdomadaire « L’illustration » de 1914 à 1918, et quand je m’y replonge l’un de mes plus grand plaisir est de m’attarder sur les innombrables réclames de l’époque en marge des articles. Entre charlatanerie et poudre de perlimpinpin on y trouve aussi des annonces de circonstances pour l’époque, comme des pansements pour blessés de guerre « validés par l’Institut de Médecine » ou des prothèses pour les membres arrachés des poilus de Verdun. Effrayant. Lien, ici.


                • kaloutch kaloutch 15 septembre 2011 07:14

                  Merci Peachy ,
                  On aurait certainement intérêt à regarder notre histoire à travers l’évolution de la pub. Elle a certainement contribué à formater les esprits.
                  On y verrait aussi qu’elle constitue aujourd’hui la référence (populaire) en matière de « goûts », de valeurs et de pratiques culturelle... Bien plus que les musées. 
                  On l’analyse de façon plus efficace lorsqu’elle est débarassée de sa fonction essentielle (vendre !). 
                  Quand on verra dans un siècle des miséreux distribuant (pour une bouchée de pain) des tonnes de pubs exhibant des monceaux de bouffe, de gagdets électroniques, de meubles et de bagnoles qu’ils ne pourront jamais se payer, peut être trouvera-t-on cela un peu dur ... 
                   
                  Mais avec la pub de la semaine dans votre boîte à lettres vous pouvez aisément vous faire trois briques  !
                  La preuve  je vous la fait ici (vidéo youtube)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès